Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Six mois sous la botte

De
383 pages
Les Juifs de Tunisie sont les seuls Juifs au monde à être tombés massivement sous le pouvoir de l’Allemagne hitlérienne et à avoir échappé à la Shoah. Pourtant l’anéantissement de cette Communauté était prévu, comme le prouve la présence à la tête des forces de police allemande du colonel SS Walter Rauff : responsable du programme des camions à gaz, il avait été envoyé en 1942 à Athènes à la tête d’un Kommando spécial dans la perspective de la victoire de l’Afrika Korps. Sa mission : la liquidation des Juifs d’Égypte et de Palestine. Soucieux de savoir précisément quel fut le sort des Juifs Tunisiens, nous avons entrepris de publier plusieurs témoignages de valeur.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
Six mois sous la botte
4
E R I C H A L T M A N N
Paul Ghez
Six mois sous la botte Préfacé et annoté par Claude Nataf COLLECTIONTÉMOIGNAGES DE LASHOAH
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit -www.manuscrit.com-2009 © Couverture : droits réservés ISBN : 978-2-304-03142-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304031423 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-03143-0 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304031430 (livre numérique)
L E S E P I D E M I E S
Présentation de la collection « Témoignages de la Shoah » de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah En lançant sa collection « Témoignages de la Shoah » avec les éditions Le Manuscrit, et grâce aux nouvelles technolo-gies de communication, la Fondation souhaite conserver et transmettre vers un large public la mémoire des vic-times et des témoins des années noires des persécutions antisémites, de 1933 à 1945. Aux nombreux ouvrages déjà parus, la Fondation es-père ainsi ajouter les récits de celles et ceux dont les voix sont restées jusqu’ici sans écho : souvenirs souvent enfouis au plus profond des mémoires individuelles ou familiales, récits parfois écrits mais jamais diffusés, témoignages pu-bliés au sortir de l’enfer des camps, mais disparus depuis trop longtemps des rayons des bibliothèques. Si quelqu’un seul ne peut décrire l’indicible, la multi-plicité des récits peut s’en approcher. En tout cas, c’est l’objectif que s’assigne cette collec-tion à laquelle la Fondation, grâce à son Comité de lec-ture composé d’historiens et de témoins, apporte sa caution morale et historique. Face à une actualité où l’instrumentalisation des con-flits divers tend à obscurcir, confondre et banaliser ce que fut la Shoah, cette collection permettra aux lecteurs, chercheurs et étudiants de mesurer la spécificité d’une persécution extrême dont les uns furent acteurs, les autres complices, et face à laquelle certains restèrent in-différents et les autres héroïques. Puissent ces ouvrages inspirer à leurs lecteurs le rejet de l’antisémitisme et de toute autre forme d’exclusion, et l’esprit de fraternité. Consultez le site Internet de la FMS : www.fondationshoah.org
7
Comité de lecture de la collection Président : Serge Klarsfeld. Membres : Henri Borlant, Isabelle Choko, Olivier Coquard, Katy Hazan (OSE), Dominique Missika, Denis Peschanski, Paul Schaffer, Annette Zaidman. Responsable de la collection : Philippe Weyl. Voir lesautres titres de la collectionen fin de volume, pages 380 et 381.
8
1898
1914
B I O G R A P H I E D E P A U L G H E Z
Biographie de Paul Ghez
7 juillet : naissance à Sousse (Tunisie) de Max Paul Ghez, fils d’Isaac Ghez, juif tuni-sien de culture française, secrétaire de la municipalité, et de Louise Cassuto originaire de Livourne (Italie).
3 août : Début de la Première Guerre mon-diale. La Tunisie est depuis 1881 en vertu du traité du Bardo un protectorat français : le bey (souverain autrefois vassal de la Turquie ) continue de régner mais le pouvoir réel ap-partient au Résident général de France repré-sentant le gouvernement français. Les Juifs de Tunisie contrairement à ceux d’Algérie n’ont pas bénéficié d’un décret identique au décret Crémieux leur accor-dant collectivement la citoyenneté fran-çaise. La naturalisation française n’est ou-verte qu’aux titulaires d’un doctorat de
9
1915
1916
B I O G R A P H I E D E P A U L G H E Z
l’enseignement supérieur c’est-à-dire à un nombre très limité de personnes. Les Juifs tunisiens ne sont pas mobilisables et ce n’est qu’après plusieurs mois de guerre que les engagements individuels sont accep-tés mais soumis à de strictes conditions d’aptitudes physiques.
Après des études primaires à Sousse et des études secondaires au lycée Carnot de Tunis où il se distingue par ses brillants résultats, Paul Ghez obtient son baccalauréat.
Après l’obtention de son baccalauréat alors qu’il vient de commencer des études de droit, Paul Ghez, animé d’un patriotisme français ardent, s’engage pour la durée de la e
guerre au 62 régiment d’artillerie d’Afrique. 1916-1918 Paul Ghez participe aux principaux combats de la Première Guerre mondiale : Argonne, Verdun, les Vosges, la Somme, la Marne. Il est plusieurs fois blessé et ses pieds sont gelés. Il obtiendra les galons de sous-officier sous le feu et sera décoré de la Croix de Guerre avec deux citations et de la Médaille militaire.
1919
Paul Ghez reprend ses études de droit à la Faculté de Lyon dont il est lauréat. Il est naturalisé français en application d’une loi de 1919 qui ouvre la naturalisation aux engagés volontaires de la Grande Guerre.
10