//img.uscri.be/pth/3bc2eb9e5efcbfd9baebf68f8a9d0dccb49d5b88
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Skateboard

De
252 pages
Le skateboard se révèle comme le marqueur de la jeunesse urbaine et participe de ce courant de culture de la rue. Cette activité urbaine et artistique interpelle sur les appropriations de l'espace public. Le streetskateboarding devient un mode de vie et d'expression qui permet de se positionner dans l'espace social et de construire son identité. Voici un décryptage des manières d'être, de faire et de penser des skateboarders.
Voir plus Voir moins
Le skateboard
Analyse sociologique dune pratique physique urbaine
Logiques Sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collectionLogiques Sociales entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Ulrich BRAND, Michael LÖWY,Globalisation et crise écologique. Une critique de léconomie politique par des écologistes allemands, 2011. Fred DERVIN,Impostures interculturelles, 2011. Anne-Lise SERAZIN,Vies de travail en Loire-Atlantique au XXe siècle. Traversées du siècle, 2011. Jacqueline DEGUISE-LE ROY,Les solidarités à l'épreuve de la pauvreté.péExenrisce anglaises et françaises auxXIXEetXXesiècles, 2012. William GASPARINI et Lilian PICHOT (sous la dir. de),Les compétences au travail : sport et corps à lépreuve des organisations,2011. André GOUNOT, Denis JALLAT, Michel KOEBEL (sous le dir. de),Les usages politiques du football, 2011.Martine CHAUDRON, ?Lexception culturelle, une passion française Éléments pour une histoire culturelle comparée,2011 Philippe ZARIFIAN,La question écologique, 2011. Anne LAVANCHY, Anahy GAJARDO, Fred DERVON (sous la dir.)Atnrhpologoeis de linterculturalité, 2011. André DUCRET et Olivier MOESCHLER (sous la dir. de),Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie, 2011. Frédéric MOLLÉ,Servir. Engagement, dévouement, asservissement... les ambiguïtés, 2011. Bernard FORMOSO,Lidentité reconsidérée. Des mécanismes de base de lidentité à ses formes dexpression les plus actuelles, 2011. Hermano Roberto THIRY-CHERQUES,Survivre au travail, 2011. Isabelle LOIODICE, Philippe PLAS, Núria RAJADELL PUIGGROS (sous la dir.de), Université et formation tout au long de la vie, Un partenariat européen de mobilité sur les thèmes de léducation des adultes, 2011.Maxime QUIJOUX, Flaviene LANNA, Raúl MATTA, Julien REBOTIER et Gildas DE SECHELLES (sous la dir. de),Cultures et inégalités. Enquête sur les dimensions culturelles des rapports sociaux, 2011. Nathalie GUIMARD et Juliette PETIT-GATS,Le contrat jeune majeur. Un temps négocié, 2011.
Julien LAURENT
Le skateboard
Analyse sociologique dune pratique physique urbaine This is Street Skateboarding
Préfaces de Christophe GiboutetLarry Balma
© LHARMATTAN, 2012 5 7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris -http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.frharmattan1@wanadoo.frISBN : 978-2-296-96051-0 EAN : 9782296960510
Remerciements
Lesous-titrepeutparaîtreprésomptueuxetassezdirectpointantque cet ouvrage va vous révéler ce quest le skateboard qui se déroule dans la rue. Il a été choisi pour faire un clin dil à une vidéo de la marque Emerica. Celle-ci a influencé une majorité des skaters qui ont été observés durant mon travail de terrain, lors dune période considérée comme un des plus significatifs pics de popularité du skateboard. Cet ouvrage est un condensé de ma recherche de doctorat skateboard à Montpellier. Approches ethnosociologiques de Le populations, pratiques et espaces en tensions soutenue en novembre 2008. Je tiens à remercier mon épouse, Agathe et toute ma famille qui mont supporté durant ce long processus de recherche doctorale puis de rédaction. Pour moi, ça na pas été compliqué de vivre cette aventure intellectuelle mais eux se sont posés beaucoup de questions sur les retombées professionnelles dune telle épreuve. De plus la rédaction dune thèse puis dun ouvrage est une période tellement prenante quil devient difficile de sen détourner ce qui conduit forcément à la perte dautres moments de vie avec ses proches. Je ne remercierai jamais assez mes directeurs de thèse Mme Guédez et M. Gibout qui ont eu confiance en mon projet et qui mon accordé lattention nécessaire pour me faire progresser. Je nai pas eu la chance de rencontrer M. Duvignaud mais par ses lectures et la transmission de sa pensée et de ses réflexions, jespère me positionner comme un de ses disciples qui fait survivre sa vision intellectuelle et sa manière de déchiffrer la réalité sociale.
Le skateboard à Montpellier : Analyse sociologique dune pratique physique urbaine
Sommaire
Préfaces Le skate : de lobjet social à lobjet scientifique Une vie dédiée au surf et au skateboard Avant-propos Introduction, Lunivers de la rue Chapitre 1. Une enquête ethnographique Chapitre 2. La ville, ce terrain de jeu Chapitre 3. Le street Chapitre 4. Les streets skateboarders 1. Les skaters dAlbert Ier 2. Les légendes, puristes et experts Chapitre 5. Deux collectifs, deux approches 1. Les  skaters-vendeurs  2. La transition 3. Les experts sponsorisés 4. Les garants du street Chapitre 6. Les spots de street 1. La place Albert Ier 2. Un spot de street idéal-typique 3. Défendre son territoire 4. Des transactions impossibles 5. Richter, un espace délaissé ? 6. Le hangar et le D.I.Y Chapitre 7. Un mode de vie Chapitre 8. L'underground Conclusion, Une bipolarité Bibliographie Liste des photos Table des Matières
7
9 9 17 19 23 35 43 61 73 77 85 97 99 109 115 125 129 131 139 147 157 161 175 189 209 221 233 243 245
Préfaces Le skate : de lobjet social à lobjet scientifique. Regards sur une expérience de recherche socio-anthropologique Christophe Gibout1
« Les livres les plus attachants sont souvent ceux qui provoquent la contradiction ou qui suscitent tout au moins le désir de les compléter. Une foule de choses nous viennent à lesprit, choses que lauteur ne mentionne même pas, bien que les rapprochements simposent (…). Nous restons ses débiteurs même là où la contradiction nous stimule  (Frisch : 1964, p. 102)
Parce que le skateur est devenu une figure ordinaire de lurbanité contemporaine, tenter un saisissement le plus exhaustif de cette popu-lation apparaissait plus que jamais comme une urgente nécessité. A linstar de ce qui avait été fait pour les rollers avec le travail dYves Pedrazzini (2001), il importait de tirer le portrait juste, précis et achevé de ce groupe bigarré de personnes de tous âges, de conditions sociales variées et dont les pratiques ludo-sportives - dans leurs formes, leurs finalités et leurs enjeux - sont elles-mêmes hétérogènes. Cest, au tra-vers dune monographie montpelliéraine, le pari tenté – et tenu – par Julien Laurent. Ce travail est dailleurs bien plus quune simple mono-graphie des skateurs de la capitale régionale de Languedoc-Roussillon. Sinscrivant dans une longue tradition ethnographique, lauteur sest servi du cas singulier de la ville natale dAuguste Comte pour opérer ensuite une montée en généralité. Pour résumer en une expression, il sest placé dans lambition décrite, en septembre 1994, par le cinéas-te Louis Malle dans un entretien à la revuePositif: Plus on est cultu-rellement spécifique, plus on est universel.
1Christophe Gibout est sociologue au laboratoire Territoires, Ville, Environnement, Société(TVES, EA 4477, PRES Lille – Nord de France), Professeur des Universités en Aménagement et Urbanisme à lUniversité du Littoral – Côte dOpale (ULCO), Directeur de la Maison de la recherche en Sciences de lHomme (MrSH) de Dunker-que, Président du CR 21 Transactions Sociales et coresponsable du GT 16 Socio-logie du SportInternationale des Sociologues de Langue Française de lAssociation (AISLF).
9
pxerounndoserpnuesneocrelpmLambitiondsenlaà
De fait, le cas montpelliérain est un pré-texte  pour saisir, à un niveau plus global, les manières dêtre et les arts de faire des skateurs, leurs formes de sociabilité et leurs rapports à Autrui, leurs référents culturels ou les formes despace publics quils mettent à luvre. Il est tout à la fois le sous-texte, qui permet de donner chair et substrat empirique à une production de compréhension du skate comme fait social, et le prétexte, qui dans la logique dukarïso un rapport offre dopportunité à la production dune explication quant à lentrelacs dindividus et de groupes, de lieux et despaces, de faits culturels communautaires et/ou sociétaux qui caractérisent la pratique contemporaine du skate à léchelle du monde occidentale. Avant cependant de revenir rapidement sur le fonds de louvrage que vous avez en main, il convient den préciser les ambitions et les modalités épistémologiques. Ainsi que nous le rappelait en effet Jean Duvignaud, "tout sociologue [doit] commence[r] par s'interroger sur la sociologie. Comme s'il fallait qu'une révision générale précédât l'analyse" (1966, p. 7). I. banalité du social La richesse initiale du travail ci-après présenté tient, dans une pre-mière mesure, du rapport herméneutique dans lequel lauteur la ins-truit. Considérant quil existe trois formes essentielles dappréhension du social – le Corps, les Autres enfin la Raison -, il na pas arbitré entre elles mais a tenté une approche totale du fait social  skate  dans la ville contemporaine. Une approche d artisan intellectuel [qui] asso-cie son cheminement intellectuel et son aventure dhomme (Mills, 1967, p. 206). Le rapport de connaissance fut dabord un rapport sensible avec une mobilisation des sens, des sensations et des émotions. Skateur lui-même et résidant à Montpellier à lépoque de lenquête, Julien Laurent sest servi de son vécu personnel et des expériences partagées avec ses collègionnaires – chutes, blessures, réunions plus ou moins formelles pour pratiquer, échanges avec dautres usagers de lespace public, etc. - pour amorcer une pré-enquête et, ensuite, pour alimenter en matériau empirique son travail sociologique. Pour autant, il nest pas tomber dans le travers de nombre détudes en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives qui consiste à pratiquer bien plus une participation observante quune observation participante. Ici, dans linspiration dun Pascal Dibie (1998), lobservation suscite un engagement passionné qui refuse une science froide mais qui nexclue pas un souci de distanciation (Weber : 1991). Sil a bien réalisé un
10