Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Sport et handicap psychique : Penser le sport autrement

De
0 page

Présentation de l'ouvrage : Depuis que la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances de la participation et de la citoyenneté des personnes handicapées reconnait les troubles psychiques comme une des causes possibles d’un handicap, le handicap psychique questionne autant la société civile que le monde du sport handicap.
Les personnes en situation de handicap psychique constituent une population spécifique dont l’approche catégorielle - handicap psychique - demande, notamment dans le champ du sport, à repenser les actions et les dispositifs en adéquation avec les caractéristiques singulières de ce public.
Cet ouvrage nourrit de contributions et de témoignages donne la mesure de la complexité du phénomène.
Auteurs : Isabelle Caby est Maître de conférence. membre de la commission recherche de la Fédération Française du Sport Adapté. Roy Compte est sociologue, vice-Président de la Fédération Française du Sport Adapté.


Voir plus Voir moins
Sport
et handicap psychique :
Penser le sport autrement
Sous la direction de Isabelle CABY et Roy COMPTE
Présentation de l'ouvrage :Depuis que la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances de la participation et de la citoyenneté des personnes handicapées reconnait les troubles psychiques comme une des causes possibles d’un handicap, le handicap psychique questionne autant la société civile que le monde du sport handicap. Les personnes en situation de handicap psychique constituent une population spécifique dont l’approche catégorielle - handicap psychique - demande, notamment dans le champ du sport, à repenser les actions et les dispositifs en adéquation avec les caractéristiques singulières de ce public. Cet ouvrage nourrit de contributions et de témoignages donne la mesure de la complexité du phénomène. Auteurs :Isabelle Caby est Maître de conférence. membre de la commission recherche de la Fédération Française du Sport Adapté. Roy Compte est sociologue, vice-Président de la Fédération Française du Sport Adapté.
Edito
Sommaire
Sport Adapté et handicap psychique : penser le sport autrement
Les activités sportives comme médiation dans la thé rapie de personnes en état de souffrance psychique, plus particulièrement psychotiques.
Sante communautaire: quelle place pour les activités physiques et sportives ?
Santé mentale de l’enfant et de l’adolescent : plac e des activités physiques et sportives.
Les activités physiques et sportives adaptées dans d’éducation thérapeutique en psychiatrie.
les programmes
Programme d’éducation thérapeutique dédié à la schizophrénie au sein de l’établissement de santé mentale de Lille- groupe MGEN.
Le sport santé à la ligue Nord-Pas-de-Calais de Sport Adapté
Les activités artistiques dans le projet de soin en santé mentale.
La « danse adaptée »: mouvements & photographies
L’activité créatrice des personnes en situation de handicap mental ou psychique : une culture du sens
Suicide : pour changer le destin, place des activités sportives « brillantes » en Santé Mentale à Tourcoing (Nord) France
« MEMOIRES UNIVERSITAIRES »
Etude comparative des effets de deux programmes d’a ctivité physique sur la condition physique, les symptômes et la qualité de vie de personnes souffrant de schizophrénie. »
Étude de l’impact de la pratique d’activités physiques adaptées sur la santé mentale des personnes souffrant de troubles psychotiques
ENTRETIENS ET TEMOIGNAGES
Entretien avec Mathieu Lestel
UN JOUR: LE SPORT ADAPTE !
Activités physiques et sportives en santé mentale communautaire : le point de vue des usagers
Arthur, jeune champion autiste.
« LECTURES... »
Aider les élèves atteints de trouble du comportemen t à construire des apprentissages scolaires et professionnels.in Enseigner en ITEP, Tome 1. Geneviève Portevin-Serre (2008), éditions Champs social.
« IMAGES DU SPORT ADAPTE »
Edito
{1} Catherine FAYOLLET `
Je remercie Roy Compte, Vice-président de la Fédéra tion Française du Sport Adapté (FFSA) en charge de la Commission Etudes et Recherches pour ce numéro consacré au handicap psychique et activités physiques adaptées, et le Président de la FFSA, Marc Truffaut, pour son soutien toujours actif et bienveillant pour le déploiement des activités physiques adaptée s pour les personnes en situation de handicap psychique, mais aussi tous les acteurs du Sport Adapté et les sportifs qui nous enrichissent de leurs observa tions, participations et compétences.
Vingt ans déjà que nous œuvrons au sein de la Fédér ation Française du Sport Adapté pour le déploiement des activités phy siques et sportives adaptées (APSA) pour les personnes souffrant de maladies mentales invalidantes.
Certes les APS étaient déjà de longue date pratiquées dans les services de psychiatrie. Citons Sivadon et Gantheret à Ville Ev rard en 1948, la création en 1964 de l’Union des Associations Sportives des Hôpitaux Psychiatriques Français (UASHPF) où les activités physiques pratiquées avec les patients s’inscrivent dans un objectif thérapeutique. Dès 1984 on assiste à une diversification de l’offre sportive avec une externalisation des APS, une pra tique hors les murs de l’hôpital psychiatrique et la première adhésion à la Fédération Française du Sport Adapté d’associations sportives pour malades mentau x, dont l’Association Contact du CMP Sainte Marie à Clermont Ferrand. Les patients concernés étaient ceux que nous nommons maintenant « personnes en sit uation de handicap psychique » (voir l’article Les activités physiques en secteur psychiatrique, les dix {2} ans de l’association Contact, dans l’ouvrage « Corps et Psychiatrie » de Brunet et Caouette, (1995).
Très vite dès 1991 à l’initiative de Michel Piednoir, cadre technique fédéral de la FFSA et directeur de la formation à la FFSA, des formations spécifiques ont été initiées, des liens tissés avec l’UASHPF deven ue par la suite « Sport en Tête », et des formations communes sur le thème des activités sportives dans le projet de soins organisées. Les années 1990 à 1995 ont vu des travaux conjoints avec nombre d’hôpitaux psychiatriques tels Sainte M arie de Clermont Ferrand, Sainte Marie du Puy, St Jean de Dieu à Lyon, celui d’Erstein, de Clermont l’Oise,
de Pierrefeu du Var mais aussi l’hôpital psychiatr ique Rivières des Prairies à Montréal, sous la houlette de François Brunet, prof esseur agrégé d’éducation physique, docteur en sociologie, directeur de la recherche à la FFSA.
Un peu plus de 20 ans après, avec la reconnaissance du handicap psychique et de ses spécificités et d’un nécessaire projet individualisé global où les acteurs du champ sanitaire, médico-social et social, les usagers et les familles d’usagers se doivent d’œuvrer en partenariat au plus près des besoins repérés de la personne et de ses projets de vie, les loisirs, la culture et le sport prennent place à côté du travail, de l’hébergement dans un projet de vie et d’inclusion dans la vie citoyenne. La FFSA voit en 2005 son habilitation par le Ministère Jeunesse et Sports élargie à une offre sportive aux personne s en situation de handicap psychique.
La prise en compte encore récente de la santé physi que des patients psychiatriques, souvent défaillante par rapport à la population de même âge, la mise en place des Comités de Liaison Alimentation e t Nutrition (CLAN) dans les établissements hospitaliers en santé mentale, les a ctions d’éducation thérapeutique placent les activités physiques adaptées comme un des axes du projet de santé, venant pour cette population initi er les indications médicales d’APSA bien en amont du texte de la Loi santé.
La Fédération Française du Sport Adapté a su se dot er dès 1992 d’une commission Psychiatrie et APSA, réactivée en 2009 e t devenue la Commission Activités Physiques Adaptées et Handicap Psychique (CAPAHPSY) avec pour mission de déployer l’offre sportive à destination des personnes en situation de handicap psychique, projet soutenu par la Fondation de France : actions de formation, actions de terrain, référents régionaux, congrès régionaux et nationaux participent au déploiement mais aussi aux suivis de s travaux réalisés en France et à l’international.
Une nouvelle ère s’ouvre avec les travaux en cours sur les effets neurobiologiques et neurocognitifs des activités physiques en santé mentale. Ce sera un des thèmes du prochain Colloque national Sa nté mentale Activités physiques Adaptées qui se tiendra à Paris en 2017, après celui de Reims en 2013 et Arras en 2015.
SportAdapté et handicap psychique : penser le sport
autrement
{3} Roy COMPTE .
Depuis que la loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes ha ndicapées, reconnait les troubles psychiques comme une des causes possibles d'un handicap, le handicap psychique questionne autant la société civile que le monde du sport handicap. En effet, par manque de données épidémiologiques et d' indicateurs précis sur la prévalence des maladies mentales, la notion de mala die mentale est difficile à cerner. De la schizophrénie, au délire paranoïaque, aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC) ou autres névroses, psychoses ou a nxiété, le tableau clinique est complexe et souvent controversé. Cependant, les différentes données statistiques sont suffisamment explicites pour rendre compte de l'importance du phénomène. Selon l'Institut National de Prévention et Education pour la santé 2,8 millions de personnes présentent un handicap psychique et. 415000 patients sont pris en charge en psychiatrie. Pour l'OMS, les mala dies mentales affectent une personne sur cinq chaque année.
De fait, aujourd'hui les personnes en situation de handicap psychique constituent une population spécifique dont l'approc he catégorielle -handicap psychique- demande, notamment dans le champ du sport, à repenser les actions et les dispositifs en adéquation avec les caractéristiques singulières de ce public. Au regard de la difficulté majeure de définir le ha ndicap psychique du fait de l'extrême diversité, de l'hétérogénéité et de la co mplexité des troubles à l'origine du handicap, la place qui peut être prise ou dévolu e aux pratiquants atteints de troubles psychiques dans le champ social est à cons idérer pour favoriser une pratique physique et sportive équitable.
La confrontation du handicap psychique au monde du sport.
Le monde du sport, soit-il du handicap, est un mond e de confrontation,
{4} d'opposition, mais aussi d'accomplissement ou de dé passement de soi et, s'il n'est pas "le meilleur des mondes" il est reconnu c omme un antidote au délitement du lien social et à la morosité d'une sociabilité en berne. Le monde du sport, contre-société sportive selon l'expression d e Bernard Jeu malgré ses contradictions et ses excès, peut être " la contre -société idéale pour rendre la {5} société tolérable humainement" . Cela peut être une valeur refuge pour la personne qui souffre de troubles psychiques et qui se trouve en situation d'inadaptation sociale majeure pouvant avoir comme conséquence une situation de handicap difficile à vivre.
En effet, le handicap est le résultat d’un trouble de santé qui crée une déficience plus ou moins importante chez un individ u le conduisant dans son interaction avec l’environnement tant humain que ma tériel à vivre des situations de plus ou moins grande dépendance dans la vie quot idienne, professionnelle, sociale.
Pour le handicap psychique la notion de dépendance aux facteurs environnementaux, humains et matériels de la personne est essentielle à évaluer en fonction de la nature du trouble ou de la pathol ogie qui va nécessiter un accompagnement et un projet personnalisé. "Comme da ns toutes les maladies graves, la maladie psychique est une agression fondamentale pour l’être humain. Mais ici, l’intégrité de la personne est en jeu et cela ne se voit pas clairement de l’extérieur. La capacité à l’autonomie est amoindrie. Des comportements et des idées rigides et incontrôlés apparaissent, créant d es dépendances qui peuvent être quasiment insurmontables. Elles empêchent, le plus souvent, la libre expression de la personne. L’aspect difficilement supportable de la maladie réside dans le caractère excessif, absolu et interminable des manifestations de ces {6} dépendances. "
L'écueil n'est pas pour l'éducateur sportif dans la connaissance de la nature des troubles mais dans la compréhension de l'impac t de ce trouble du point de vue de la dépendance sur le projet de vie, notamment sportif, de la personne.
Les troubles psychiques se caractérisent plus que d ans d'autres types de déficiences qu'elles soient mentales, physiques ou sensorielles, par l'expression fluctuante de la personnalité des comportements et de l'humeur qui impacte de façon anarchique l'expérience du sujet et son rappo rt à l'autre. Ainsi la situation de handicap psychique qui en découle et qu'il nous faut appréhender objectivement nécessite pour les personnes concerné es l'évaluation de la dépendance dans le champ sportif c'est-à-dire dans le champ social.
Cette évaluation est à réactualiser au regard d'un vécu quotidien stabilisé de
soin pour proposer et aménager des dispositifs et d es situations de participation sportives et sociales optimales. C'est le sens des nouvelles classifications en cours pour les sportifs de la Fédération Française du Sport Adapté devant permettre à chacun, dans les disciplines sportives de compétition, de participer et de se confronter en toute équité.
Le Sport Adapté et le handicap psychique.
Le Dr Hugues Collins, Président de l’association d’ études en soins psychiatriques à Charleville Mézières lors d'un colloque relevait trois intérêts à la pratique du sport pour les personnes en situation d e handicap psychique : renforcer l’estime de soi, permettre la « musculation du moi » et enfin l’intégration. Il s’interrogeait sur ce dernier point arguant que si cet objectif ne peut être atteint, autant pratiquer une activité physique récréative e t ludique dans une optique de soins. En effet, il existe et plus particulièrement ici dans le domaine du sport, un apriori qui veut, dans une sorte de démarche de réparation du handicap, que la personne en situation de handicap psychique s'inscr ive dans un processus d'inclusion autant que l'environnement le lui permet.
Disons-le, la Fédération Française du Sport Adapté malgré une expérience significative de plus de quarante ans auprès des" d éficients mentaux" prend aujourd'hui la mesure de " l'inquiétante étrangeté" qui s'attache aux troubles psychiques et des réponses à apporter. Si l'expérie nce minimise le sentiment d'inquiétante étrangeté il n'en demeure pas moins q ue la Fédération du Sport Adapté se trouve dans la situation du profane et, c omme le note Freud " Le profane se voit là confronté à la manifestation de forces qu'il ne présumait pas chez son semblable, mais dont il lui est donné de r essentir obscurément le {7} mouvement dans des coins reculés de sa propre perso nnalité" . Comprendre alors ce qui se joue dans le rapport sport et handi cap psychique est essentiel pour une fédération dont la mission et de permettre une pratique physique et sportive équitable.
La commission recherche de la FFSA travaille à déno uer le nœud gordien du rapport sport et handicap psychique. C'est le sens du présent ouvrage.
Aujourd’hui la réflexion sur le sport et le handica p psychique soulève des problématiques nouvelles, voire des questionnements d’ordre déontologique pour les professionnels des activités physiques et sport ives. Formés à la pratique