Systèmes électoraux et territorialité en Israël

De
Publié par

Publié le : mercredi 1 janvier 1997
Lecture(s) : 271
Tags :
EAN13 : 9782296330962
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

SYSTÈMES ÉLECTORAUX ET TERRITORIALITÉ EN ISRAËL

Photo de couverture: Emmanuel SAADIA, Vue du Mur des Lamentations et de la mosquée d'Omar (Jérusalem).

@ L 'Harmattan, 1997

ISBN: 2-7384-4901-8

EnunanuelSAu\DIA

" SYSTEMES ELECTORAUX ,

,

ET TERRITORIALITE EN ISRAËL

Ouvrage publié avec le concours du Laboratoire
IIEspace et Culture Il

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan INC 55, rue Saint Jacques
Montréal (Qc)

- Canada

H2Y

Collection "Géographie et cultures"
Les minorités ethniques en Europe, André-Louis Sanguin (dir.) Penser la ville de demain, Cynthia Ghorra-Gobin (dir.) Villages perchés des Dogons du Mali, Jean-Christophe Huet Ethnogéographies, Paul Claval, Singaravelou (dir.)
en Europe,

Langues régionales et relations transfrontalières Henry Gœtschy, André-Louis Sanguin (dir.) Des romans-géographes. Essai, Marc Brosseau

La Inaritimité aujourd'hui, Françoise Péron, Jean Rieucau (dir.)
Les réseaux des diasporas, Georges Prévélakis (dir.)

La géographie française à l'époque classique (1918-1968), André-Louis Sanguin (dir.) A paraître: Les Inuit, ce qu'ils savent du territoire, Béatrice Collignon

Paul Claval,

Métropolisation et politique, Paul Claval, André-Louis Sanguin (dir.)
La mise en scène de la nation. Géopolitique Gaugue. des musées en Afrique, Anne

Vivre dans une fle, Une géopolitique Sanguin (dir.)

des insularités, André-Louis Luc Cambrezy,

Les représentations du territoire, Joël Bonnemaison, Laurence Quint y-Bourgeois (ed)

Géographie des parfums, Jean-Robert Pitte, Robert Dulau (dir.) Epistémologie et évolution de la géographie, Jean-François Staszak (dir.)

"la béquille du temps fait plus de besogne que la massue de fer d'Hercule"
Baltasar Gracian, L'homme de cour

Remerciements

* * *

Nous aimerions exprimer notre reconnaissance envers ceux, parents et amis qui, ici comme en Israël, ont apporté un concours précieux par leurs souvenirs, leurs remarques et leurs critiques.

INTRODUCTION

Presque tout, dans la brève et tumultueuse histoire de l'Etat d'Israël, relève de l'extraordinaire: la rapidité de son établissement, ses victoires militaires, ses kibboutzim, la création, pratiquement ex nihilo, d'une culture et d'une identité fortes. De tous ces faits remarquables, le moins fréquemment connu et commenté (sans doute parce que considéré comme allant de soi) est, à n'en pas douter, le système électoral israélien. Toutefois, malgré le peu d'attention qu'il suscite, il n'en est pas moins lié intimement à l'histoire du mouvement sioniste, et occupe en cela une place à part dans la formation de l'Etat d'Israël. Ce système électoral, dont les caractéristiques principales sont restées inchangées depuis plus de huit décennies, n'a 'pas cessé d'accompagner les juifs immigrés en Palestine dans la tâche historique en laquelle ils s'étaient reconnus. Les sionistes ont jeté les bases de leur Etat, l'ont déclaré formellement indépendant en 1948 et l'ont âprement défendu depuis lors; à chaque étape de ce processus, le système électoral qu'ils avaient adopté dès leur premier Congrès a offert un concours précieux. Ses deux attributs fondamentaux ne laissent pas d'étonner: scrutin par liste à la proportionnelle intégrale, sur la base d'une circonscription unique. Pareille configuration n'existe nulle part ailleurs qu'en Israël et aux pays-Bas. De la même manière que le scrutin par liste a déterminé largement les cadres de la vie politique israélienne, la circonscription unique a contribué à produire les contours, réels aussi bien qu'imaginaires et idéologiques, du territoire israélien. A la lumière de ce bref aperçu, on conçoit aisément quel rôle crucial a joué le système électoral dans l'histoire de l'Etat d'Israël. En effet, celui-ci a été constamment confronté à des problèmes de nature territoriale, et donc géographique, depuis le jour même du projet qui le fonde jusqu'aux plus récents et incertains développements du processus de paix. En ce sens, la construction de l'espace israélien ne peut pas se comprendre sans considérer sa représentation politique, et le jeu complexe d'interactions entre les deux. L'ambition de cet ouvrage est donc de proposer une interprétation géographique et politique de l'histoire d'Israël, mais aussi d'apporter des éléments de prospective. Nous voudrions faire d'abord ressortir les principes politiques à la base du sionisme, et les stratégies qu'ils ont déterminées; puis, par un procédé assez commun d'évaluation, de porter à l'attention des lecteurs les graves contradictions que la marche vers la paix 7

met en branle dans la société israélienne. D'ailleurs, l'historien israélien Shlomo Sand n'abondait-t-il pas dans ce sens en affirmant au Nouvel Observateur (numéro du 22 au 29 mai 1996) que les accords d'Oslo ont en effet pour conséquence de faire "entrer en crise" le sionisme? Une analyse des causes de cette crise est esquissée dans la troisième partie de cet ouvrage. Certes, si cette tentative d'explication n'a aucune prétention divinatoire, elle n'en relève pas moins la nature irréconciliable des positions laïques et religieuses quant à la paix et au compromis territorial. L'assassinat d'Yitzhak Rabin, ainsi que les motifs et les sympathies de son auteur, rehaussent de façon dramatique la gravité de notre propos. De surcroît, les résultats des dernières élections générales posent beaucoup plus de questions qu'ils n'en résolvent, et montrent combien grande est la tension en Israël entre une attitude obsidionale héritée du passé et le désir de paix et de stabilité. Que penser en effet des conséquences de ces élections? Alors même que nous écrivons ces lignes la violence se déchaîne à nouveau. L'aspect le plus dommageable de cette nouvelle éruption de violence est qu'elle est clairement imputable à l'attitude délibérément peu conciliante du nouveau gouvernement israélien et de son Premier Ministre. Les passions, souvent irrationnelles, soulevées par cette partie du Moyen-Orient refusent obstinément de s'estomper. Les derniers évènements, ajoutés à ceux de ces dernières années, sont venus singulièrement renforcer le sentiment qu'une crise, peut-être encore plus décisive que les précédentes, se joue actuellement au Proche-Orient. Malgré de bien sombres augures, ce sentiment rappelle l'urgence et la nécessité de réfléchir en se maintenant, en la matière, à égale distance des parti-pris idéologiques et de l'élan des affects.

8

PREMIERE

PARTIE

LES SYSTÈMES ÉLÉCTORAUX ISRAÉLIENS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.