Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Télévision et fonction Parentale

De
159 pages
On s'accorde généralement à reconnaître un rôle essentiel aux parents dans la supervision des médias familiaux, pourtant cet axe de recherche est peu exploré. Que sait-on réellement de l'attitude générale des parents par rapport à la télévision, de leurs interventions et de leurs questionnements, de leurs aptitudes à accompagner les enfants dans l'univers complexe du petit écran ? De quelles formations disposent-ils pour assumer ce rôle ? A partir d'une exploration de la littérature internationale, cette étude tente de dégager quelques pistes pour une meilleure compréhension des liens parents-enfants.
Voir plus Voir moins

TÉLÉVISION ET FONCTION PARENTALE

@ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-7856-9 EAN:9782747578561

,

,

Elisabeth BATON-HERVE

TÉLÉVISION ET FONCTION PARENTALE
,

Echos des recherches

Préfacede
Jean-Pierre QUIGNAUX

Caisse nationale d'Allocations familiales Collectif interassociatif enfance médias

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique

Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest,

75005Paris
FRANCE

KossuthL. u. 14-16
HONGRIE

L'Harmattan Italla Via Degli Artisti 15 10214Torino ITALIE

Communication Sociale Collection dirigée par Mireille Vagné-Lebas
Inhérente à notre vie, la communication est aujourd'hui un objet de recherche consacré des savoirs. Communiquer est un acte quotidien intime, relationnel et social participant à la vie sous toutes ses formes et ses logiques, à chaque instant dans le rapport de l'homme et de ses univers. Inscrite dans la société toute entière, la communication se trouve impliquée dans la pensée, le mot, le signe ou le sens, dans les innombrables circonstances et situations de tous les âges de l'être humain, et ce, dans tous les contextes, depuis toujours... Cette collection, à la convergence des sciences et disciplines et respectant la richesse de cette complexité, s'offre à rassembler dans une dimension fondatrice les acquis des travaux de chercheurs, universitaires ou professionnels, et d'en faire le point en séries spécifiques. *Série Concepts- Théories-Méthodes *Série Communication Jeunesse *Série Communication Publique *Série Tribune des professionnels *Série Essais et Thèses

Déjà parus Jacob THOMAS MATTHEWS, Communication d'une star: Jim Morrison, 2003. Marie-Nelly DENON-BIROT, De la Démocratie chrétienne à Force démocrate: échos d'une mutation politique, 2000. Christian LAGUERRE, Ecole, informatique et nouveaux comportements, 1999. Myriam BAHUAUDAHUAUD,Droits dérivés. Le cas Babar, 1999. Cyrille BOSSY, Steven Spielberg: un univers de jeu, 1998. Isabelle SACRE, Les informations en information/ communication, 1998.

Aux parents dont les enfants regardent la télévision

Remerciements

Cette synthèse bibliographique a pu voir le jour grâce au concours de nombreux chercheurs français et étrangers qui ont bien voulu répondre à nos demandes d'informations en nous communiquant leurs travaux et résultats de recherches. Qu'ils en soient vivement remerciés. Nous remercions également toutes les personnes qui ont apporté leur contribution originale et singulière à ce travail: conseils, relecture, aide à la traduction, soutien logistique: Claude Allard, Nicole Alpha, Arnaud Chapuy, Sophie Jehel, Marilia Mendes, Clarisse Prod'homme, Jean-Pierre Quignaux, William Sherlaw, Nathalie Talibon, Sylvie Truffaut. Sans oublier la Caisse nationale des allocations familiales, commanditaire et finance ur de cette étude. Nos remerciements vont aussi à Mireille Vagné-Lebas pour son soutien et ses encouragements et grâce à laquelle cet ouvrage a pu être publié.

PRÉFACE

La question des médias et de leur rôle dans la production du lien social et culturel ne s'est jamais posée avec autant d'acuité qu'au cours de ces toutes dernières années. Le ClEM n'est pas étranger à cela. Jamais autant de grandes associations d'origine et de cuhure diverses ne s'étaient réunies en France pour tenter de penser ensemble le phénomène médiatique dans sa relation à la construction et à la socialisation de l'enfant et de l'adolescent. Le premier rapport du ClEM paru en mai 2001, «Environnement médiatique des 0-18 ans: que transmettons-nous à nos enfants?» a marqué le point de départ d'une prise de conscience vite relayé par d'autres rapports sur les violences audiovisuelles et par de très nombreux colloques et rencontres sur le thème de la qualité de l'environnement médiatique dans lequel baigne désormais l'exercice de la parentalité et de l'éducation. C'est un fait incontestable, transmission familiale, transmission scolaire et transmission médiatique s'enchevêtrent plus que jamais pour former, avec plus ou moins de cohérence, la trame des repères grâce auxquels l'enfant perçoit le monde et construit son rapport à l'autre et ainsi sa propre identité.

Sur ce point, le message du ClEM est clair et limpide. L'heure n'est plus à dire «les parents peuvent toujours fermer le bouton de la télévision ou changer de chaîne pour empêcher les enfants de voir ce qu'ils n'ont pas à voir», ou « c'est à cause des médias que nous n'arrivons plus à tenir nos élèves ni à les intéresser» ou encore « si les enseignants et les parents faisaient mieux leur boulot, nos émissions les fascineraient moins». Aujourd'hui, familles, enseignants et professionnels des médias endossent à part égale la coresponsabilité de l'éducation, de la transmission et de la réception des repères grâce auxquels « le vivre ensemble» doit toujours être rendu possible. Il y va de l'avenir de valeurs simples et fondamentales: celles du respect de la dignité humaine, des droits de l'homme et celles de la démocratie. Il s'agit avant tout d'une responsabilité d'adulte que chacun à sa place doit assumer. Le rapport 2001 du ClEM mettait en exergue les défaillances du système :français de production et de consommation médiatiques: la régulation et l'autorégulation au regard de la protection de la jeunesse, la place des programmes jeunesse, l'éducation aux médias des enfants, la formation audiovisuelle des enseignants, celle des parents et des professionnels de l'enfance. Il insiste aussi - et peut-être surtout - sur la faiblesse en France des recherches et des études sur la relation des enfants et des adultes aux médias, sur l'influence des consommations médiatiques sur les représentations du monde et sur les relations interpersonnelles et comportementales. Ces études approfondies, de long terme, multidisciplinaires psychologique, sociologique, économique, sociale, éthiquefont encore défaut à la culture du paysage audiovisuel français. Leurs insuffisances entravent à la fois l'émergence d'une plus grande intelligence collective des médias et la réflexion de tout un chacun sur la qualité de l'environnement 10

médiatique et de son rapport personnel, en tant que consommateurs ou producteur, à celui-ci. Il revient à la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF) d'avoir pris cette question au sérieux en demandant au ClEM, en 2003, de réaliser une synthèse documentaire sur ce que nous apprennent les études et les recherches dont nous disposons aujourd'hui. La tâche a été confiée à Élisabeth Baton-Hervé, dont les travaux de chercheuse en sciences de l'information et de formatrice en éducation aux médias recoupent les préoccupations du ClEM. Puisse cet ouvrage de synthèse, clair, précis et didactique, issu du rapport remis par le ClEM à la CNAF convaincre le lecteur qu'il est effectivement temps de se donner en France les moyens d'approfondir le travail de connaissances que l'ampleur du phénomène médiatique exige. Puisse la conviction d'Élisabeth Baton-Hervé faire comprendre aussi au plus grand nombre que les savoirs ne sont pas produits pour l'usage de quelques experts ou cénacle de spécialistes mais, dans le domaine des médias en particulier, pour être diffusés à tous ceux et celles - parents, enseignants, professionnels de l'audiovisuel- qui partagent désormais la coresponsabilité de l'éducation de l'enfant. Jean-Pierre Quignaux Chargé des médias et des politiques familiales à l'Union nationale des associations familiales Membre du ClEM

Il

AVANT-PROPOS

La présente synthèse bibliographique a été réalisée à la demande de la Caisse nationale des allocations familiales. Dans son appel à projet, la Direction des statistiques, des études et de la recherche de la CNAF énonçait son souhait de disposer d'une « synthèse des connaissances sur le thème de la fonction éducative des parents face à la télévision». « Cette question concerne directement les politiques d'éducation des enfants et de soutien à la fonction parentale, écrivait J. Damon, poursuivant: [...] Il n'est pas possible d'éluder le rôle des médias dans l'éducation des enfants. Il paraît de plus en plus difficile de considérer que les enfants sont élevés et éduqués uniquement par leur famille, l'école et leurs pairs; il s'agit là d'une trinité bien explorée par les recherches en socialisation et désormais prise en compte par les politiques publiques. Il serait nécessaire et opportun de s'orienter vers l'appréciation du rôle des médias dans l'éducation des enfants. Notons à cet égard qu'en matière d'analyse des effets de la télévision (et de sa gestion dans la famille), des oppositions sont assez claires. Cependant tous s'accordent sur la nécessité d'une "supervision" parentale. » 1
1. J. DAMON, extrait de la lettre d'appel à projet émanant de la Direction des statistiques, des études et de la recherche, Département de l'animation

Les pages qui suivent démontrent la pertinence du propos. Si les impacts des médias ne sont pas encore évalués avec toute la précision souhaitée, la place que prennent ces derniers aujourd'hui dans la vie des jeunes et de leur famille est incontestable. Deviendrait-elle déterminante? En d'autres termes, les médias prennent-ils, ou prendront-ils, une part plus importante que les parents dans l'éducation des enfants? Auront-ils un rôle décisif dans leur construction psychoaffective et intellectuelle, dans leur devenir, dans leur évolution personnelle et sociale? La question se pose d'une manière cruciale quand les progrès technologiques se doublent de savoir-faire professionnels de plus en plus sophistiqués et motivés par des enjeux économiques considérables. Il convient alors que les politiques publiques d'éducation soient plus que jamais attentives au rôle des parents confrontés dans leur quotidien à des enfants cibles et pre scripteurs d'actes de consommation.

de la recherche et du réseau des chargés d'études, Recherche et prospective, 19septembre2002. 14

INTRODUCTION

Bien que le sujet soit d'importance, la fonction parentale par rapport à la télévision est une question généralement peu traitée en tant que telle. Lorsque des études ou des recherches l'abordent, elles le font le plus souvent de manière indirecte, ]a place et le rôle des parents concernant la télévision ne représentant qu'un aspect d'une thématique beaucoup plus vaste. Cela s'explique probablement (au moins partiellement) par la prévalence apportée au problème de la violence véhiculée par la télévision et de ses impacts possibles sur le développement et le comportement des enfants et des jeunes. La thématique qui se rapproche le plus de notre axe de travail concerne la télévision et la famille. Les recherches se font, sur ce point, beaucoup plus nombreuses. Toutefois, comme pour l'étude de la relation enfants-télévision, les chercheurs sont conftontés à la difficulté de conduire des