//img.uscri.be/pth/c70f67b59e023ce3a94576d72713a3f9c1c5e767
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Theodore Roosevelt, La Présidence Impériale

De
435 pages
Théodore Roosevelt fut élu triomphalement en 1904. La veille de son inauguration, il confia à son ami Cabot Lodge : « Demain je vais me rendre à mon bureau de mon seul droit , ensuite tu vas voir ce qui va se passer. » Bousculant les traditions, il accrut le pouvoir de l’Etat fédéral et jeta les bases d’une Amérique moderne qui allait dominer la scène internationale. Ne voulant pas devenir un César, il renonça à se représenter en 1908 alors qu’il avait toutes les chances de l’emporter. William Taft, son successeur, ne fut pas à la hauteur des espoirs placés en lui. Au lieu d’attendre sa défaite pour reprendre en main le parti républicain, il se présenta en 1912 dans une triangulaire l’opposant à Taft et à Wilson.
Voir plus Voir moins
2
Titre
Théodore Roosevelt
3
Titre Bernard Martoia
Théodore Roosevelt
La Présidence Impériale Tome III
Biographie
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01086-2 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304010862 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01087-9 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304010879 (livre numérique)
6
A l'amitié franco-américaine .
8
I LA GUERRE RUSSO-JAPONAISE
« Il n’y a jamais eu de bonne guerre ou de mauvaise paix. » Benjamin Franklin Alors que l’attention des journaux à Was-hington était retenue par la santé déclinante du sénateur Mark Hanna, un événement d’une au-tre importance se produisit en Extrême Orient. Dans la nuit du 8 février 1904, un escadron ja-ponais lança une attaque par surprise contre la flotte russe à Port Arthur. Trois jours plus tard, Roosevelt déclara la neutralité des États-Unis dans ce conflit. L’ambassadeur russe à Washington était le comte de Cassini. Il savait que Roosevelt était plus proche du Japon que de la Russie. Depuis le pogrom perpétré en Bessarabie, Teddy ne portait pas dans son cœur le Tsar. Ce n’était pas la seule raison de la neutralité bienveillante du président à l’égard du JapUonedutébdlesrèaldize.spaojrudeiaen guerre russo-japonaise, Roosevelt donna son
9
Théodore Roosevelt
sentiment à son ami anglais Cecil Spring Rice qui était devenu l’ambassadeur de son pays à Saint-Pétersbourg. « Je ne crois pas au futur d’une race écrasée par le despotisme. Les Japonais ne sont ni aryens ni chrétiens, mais ils ne sont pas sous la férule qu’endurent les Russes. Je suis absolu-ment sincère dans ma volonté de garder la neu-tralité de mon gouvernement dans ce conflit. À l’exception des juifs, notre pays éprouve plus de sympathie envers les Russes que pour les Japo-nais. Des informations que j’ai pu recueillir, la Russie en voudrait autant à l’Amérique qu’à l’Angleterre. » Que la Russie se méfiât de l’Angleterre n’avait rien d’étonnant ! Cette dernière avait si-gné un traité d’alliance avec le Japon pour contrer l’expansion des Russes en Extrême Orient. Que la Russie en voulût aux États-Unis revenait à lui accorder une influence qu’ils n’avaient jamais eue dans cette partie du monde ! Les États-Unis pratiquaient la politique de la porte ouverte (open door policy), laquelle ga-rantissait l’intégrité territoriale et administrative de la Chine et prônait un commerce équitable avec les « autres parties » de l’Empire Céleste qui lui échappaient. Par les « autres parties », cela sous-entendait pudiquement les conces-sions détenues par les puissances européennes. John Hay avait négocié en 1899 cet accord avec
10