//img.uscri.be/pth/18c2843762ff2fe40de39b79a96da33f002ca9dc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Tourisme international et réinvention de la mendicité

De
323 pages
Cet ouvrage porte sur l'interaction entre le tourisme international et la mendicité des enfants. Deux terrains sont comparés : a) "Gateway of India" peut être considérée comme la principale attraction touristique de Bombay. b) Le deuxième à Bangkok, en Thaïlande, correspond au plus grand centre prostitutionnel du pays, connu sous le nom de "Nana". Voici décrites les différentes logiques de mendicité et de don. L'interaction entre tourisme international et mendicité donne naissance à des répertoires de mendicité élaborés pour cadrer avec des valeurs occidentales.
Voir plus Voir moins
TOURISME INTERNATIONAL ET RÉINVENTION DE LA MENDICITÉ PORTRAITS DE MENDICITÉS « PÉDOCENTRÉES » À BANGKOK ET BOMBAY
Terrains sensibles Collection dirigée par Hervé Cellier Les terrains sensibles sont ceux que les institutions repèrent et ciblent avec des actions publiques. Ce sont aussi des espaces qui sont sensibles au sens médical du terme du fait des crises qui s’y déroulent. Enfin, les terrains sensibles sont ceux où la difficulté quotidienne amène les acteurs à faire preuve à la fois de sensibilité et d’innovation. Ces terrains relèvent de domaines variés : social, pédagogique, sanitaire, politique, culturel, esthétique… Terrains sensiblesest une collection consacrée à la publication d’études, d’enquêtes, de travaux de recherche qui décrivent ces différents domaines et en abordent les enjeux par des méthodologies multiples, elles aussi innovantes. La collectionTerrains sensibles veut contribuer à l’information, et à la réflexion sur les questions majeures qui affectent les territoires à différentes échelles, du local au global. Dans la même collectionAlain Vulbeau,L'âge sécuritaire,2014Hervé Cellier, Ali Kouadria, Abdallah Loucif, avec la participation de Michel Autric,Démarche qualité dans l’enseignement supérieur : notions, processus, mise en œuvre,2013Stéphane Tessier,Éducations, santé et précarités, la pédagogie de l’interstice, 2013Abla Rouag-Djenini, Hervé Cellier,Les jeunes face à l’exclusion : desstratégies d’intégration aux stratégies marginales,2013Charles Calamel,Insiders. Le jazz pour apprendre,2012Hervé Cellier, Pourtier P.,Réussite éducative : une expérimentation sociale àRomans-sur-Isère,2012
Olivier BRITO
TOURISME INTERNATIONAL ET RÉINVENTION DE LA MENDICITÉ PORTRAITS DE MENDICITÉS « PÉDOCENTRÉES » À BANGKOK ET BOMBAY
Du même auteur
Brito, O. (2014).Aspects of Urban Poverty in India. Experiences from Mumbai. Jaipur: Rawat. (en collaboration avec Aditya Singh) © L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03959-6 EAN : 9782343039596
Introduction
Cet ouvrage qui est issu d’une thèse de sciences de l’éducation soutenue en 2013 porte sur les interactions entre les enfants mendiants et les touristes internationaux dans les villes de Bangkok et de Bombay. Il est focalisé sur des communautés de mendiants qui exercent exclusivement auprès de touristes internationaux. La rencontre entre le mendiant et le touriste international nous paraît intéressante à plus d’un titre. Elle est tout d’abord symbolique sur le plan de la mondialisation. Cette interaction représente une séparation entre deux mondes. D’un côté, le touriste incarne une élite cosmopolite pour qui les distances géographiques ne sont pas un frein à la mobilité. Le mendiant va quant à lui incarner l’exclusion sociale et une frange de la population physiquement et socialement immobile et assignée à une vie de rue monotone (Bauman, 1998). Dans cette configuration particulière, le mendiant est souvent perçu comme une gêne au tourisme. Cette rencontre entre touriste et mendiant a ainsi pu être qualifiée de « visage hédoniste du néocolonialisme » (Crick, 1989). Il convient cependant d’aller au-delà de telles affirmations en analysant la relation entre le tourisme et la pauvreté dans toute sa complexité. En effet, dans certains cas de figure, la découverte de la pauvreté et des vulnérabilités peuvent constituer un atout pour le tourisme (Meschkank, 2011). C’est particulièrement le cas lorsque les touristes souhaitent découvrir la diversité de la destination touristique (Rolfes, 2010). Il paraît donc important de ne pas réduire la mondialisation à un simple processus hégémonique. Nous nous détacherons ainsi d’une vision binaire focalisée sur les dominations et subordinations (Appadurai, 1990). Les mendiants ne seront donc pas réduits à
5
des victimes passives d’une configuration sociale et économique qui leur est défavorable, mais ils seront perçus comme des agents actifs capables de mettre en œuvre des stratégies pouvant tirer profit de cette ressource touristique particulière. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la mendicité des enfants en nous engageant dans une démarche comparative. Nous comparerons deux terrains caractérisés par la présence importante de mendiants et de touristes internationaux. Le premier terrain nommé « Gateway of India » se trouve en Inde. Gateway of India peut être considérée comme la principale attraction touristique de la ville de Bombay. Notre deuxième terrain qui se trouve à Bangkok (Thaïlande) correspond au plus grand centre prostitutionnel du pays connu sous le nom de « Nana ». Depuis ces 20 dernières années, on constate que la mendicité suscite un grand intérêt aussi bien dans les débats publics que dans les sphères académiques. Cet intérêt pour la mendicité est en partie alimenté par un certain nombre de controverses qu’elle suscite. La mendicité est perçue par certains comme une activité économique gênante et condamnable (Blomley, 2010; Kumar Sherma, 2004; Nielsen, 2004), alors que pour d’autres, elle constitue une liberté fondamentale méritant d’être défendue au titre de la liberté d’expression (Hershkoff & Cohen, 1991 ; Moon, 2000). Cette dichotomie se retrouve chez les chercheurs. La mendicité des enfants peut par exemple être perçue comme une forme d’exploitation parentale (Ballet, Bhukuth, Rakotonirinjanahary, & Rakotonirinjanahary, 2010) ou au contraire comme une voie d’émancipation permettant d’aller vers le progrès (Swanson, 2010a, 2010 b). Notre thématique de recherche est inédite : les interactions entre les touristes internationaux et les enfants mendiants ont jusqu’à présent été peu étudiées. Notre approche nous paraît également intéressante, car la rencontre entre ces deux protagonistes déroge à plus d’un titre à la configuration classique de mendicité. En effet, la mendicité est souvent décrite comme une activité humiliante, car les passants, qui sont
6
le plus souvent familiers avec leur environnement, se montrent indifférents à l’égard des mendiants (Lankenau, 1999a). Cette indifférence qui se joue sur l’espace public est identifiée par Simmel comme une attitude de blasé (1971). Goffman (1963a) qualifiera cette indifférence de traitement de « non-personne ».En réponse à ce désintéressement, il est fréquent que les mendiants cherchent à nouer des relations privilégiées avec certains passants qui deviennent progressivement une source de soutien régulier, tant sur le plan matériel que psychologique (Lankenau, 1999b). Dans notre configuration touristique, la donne est différente. En effet, les touristes internationaux ne se trouvant pas dans leur sphère habituelle tendent à prêter beaucoup d’attention à leur environnement immédiat. Le touriste se trouve plutôt dans un état d’éveil que dans un état d’indifférence ; en reprenant la terminologie de Simmel, on pourrait considérer que le touriste n’est pas blasé. Dans la configuration urbaine habituelle, le passant engagé dans sa routine quotidienne est peu enclin à dépenser de l’argent de manière imprévue. Les touristes se trouvent quant à eux dans un état psychologique dans lequel ils sont prêts à dépenser de l’argent (Goyal, 2005). Les capacités de mise en scène et de dramatisation des mendiants (Lankenau, 1999b) seront donc fortement influencées par cette configuration particulière. Il s’agira pour nous d’étudier les répertoires de mendicité dans lesquels les mendiants vont tenter de gagner la sympathie des touristes en se jouant de leurs stéréotypes, ou en s’y conformant (Clark, 1997 ; Swanson, 2010a). Nous faisons ici l’hypothèse que les mendicités des enfants sont construites afin de répondre aux représentations que les touristes se font d’une mendicité légitime. Il s’agira donc de nous focaliser sur les registres de mendicités articulées autour de l’image de l’enfance vulnérable (Panter-Brick & Smith, 2000).
7
CHAPITRE 1 L’enfant mendiant, un objet de recherche volatile
COMPARER LINCOMPARABLELa première des difficultés auxquelles nous nous confrontons dans la présente recherche revient à « comparer l’incomparable ». En effet, si dans nos deux terrains nous nous retrouvons bien dans une situation dans laquelle les enfants mendient auprès des touristes internationaux, les configurations sociales, géographiques, historiques et humaines sont très hétérogènes. Dans notre terrain indien, nous nous focaliserons sur une communauté de mendiants que nous identifierons comme « la communauté de Solapour ». Nous avons fait le choix d’avoir recours à cette terminologie, car les mendiants eux-mêmes s’identifient à Solapour qui est l’un des quatre districts de l’État du Maharashtra. La présence à Bombay de cette communauté composée d’une cinquantaine d’individus date des années 60. Ces individus ont migré à Bombay pour s’installer au pied du célèbre Palace « Taj Mahal » qui se trouve au cœur du quartier de Gateway of India. Les individus sont associés à cette localité, car sur leurs certificats de naissances, c’est l’Hôtel Taj Mahal qui est indiqué comme lieu de naissance. Les individus de la communauté sont originaires d’un même village du Solapour. Ils conservent de forts liens avec ce village dans lequel vivent un nombre important de membres de leurs familles. L’ensemble des individus de la communauté se rend une fois par an au village afin de célébrer des processions religieuses. Les personnes âgées vont généralement terminer leurs jours au village. Cette communauté est composée d’environ 50
9