Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie

De
Publié par

"Tu me ramèneras une petite Thaïlandaise ?" est la réflexion qu'on a le plus adressée à l'auteur lors de son départ sur le terrain thaïlandais. Tout est dit : la représentation fantasmée des Thaïlandaises, leur objetisation, leur disponibilité. Ce livre montre comment, par le biais des hiérarchies de genre, de classe et de "race", les acteurs occidentaux et orientaux revalorisent leur capital économique, culturel, social et symbolique : les interactions amoureuses mondialisées se font instrument de valorisation du capital et moyen de redéfinir les hiérarchies sociales.
Publié le : vendredi 1 mai 2015
Lecture(s) : 28
EAN13 : 9782336380742
Nombre de pages : 274
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
réexion que l’on m’a le plus adressée lors de mon départ sur le terrain
leur objetisation, leur disponibilité, ainsi que l’intérêt du voyage. Avec le développement des échanges mondialisés, les interactions sexuelles et/ ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus fréquentes. À travers l’étude comparative des relations entre Occidentaux et Thaïlandais ou Malaisiens ce livre explique comment, par le biais des hiérarchies de genre, de classe et de « race », les acteurs occidentaux et orientaux tentent de revaloriser leur capital économique, culturel, social et symbolique. Si en Thaïlande les femmes issues d’une classe défavorisée peuvent espérer une certaine assurance înancière, dans le pays voisin les femmes d’un milieu aisé souhaitent accéder à davantage de liberté face à l’emprise de la culture et de la religion locales. Ce désir de l’autre cache souvent chez les Occidentaux un rejet des dites « valeurs occidentales », notamment l’égalité des sexes, et une volonté de retour vers des valeurs considérées plus « stables », « traditionnelles » et « hiérarchisées ». L’auteur démontre ainsi comment les interactions amoureuses mondialisées sont un instrument de valorisation du capital et un moyen de redéînir les hiérarchies sociales.
ISBN : 978-2-343-06258-7 27 €
Marion BOTTERO
TOURISME SEXUELET RELATIONS CONJUGALESEN THAÏLANDE ET EN MALAISIE
Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie
Points sur l'Asie Collection dirigée par Philippe Delalande Dernières parutions Marie-Liesse LEFRANC,L’Inde, « pharmacie du Sud ».Son rôle en matière de santé mondiale et commerce international, 2015.Peh BUNTONG,Le développement socio-économique au Cambodge,2013. Camille LAPORTE,L’aide au développement en Corée du Nord. Efficacité et évaluation, 2012.Antoine MAIRE,La Mongolie en quête d’indépendance.Une utilisation stratégique du développement minier,2012.Frédéric BERAHA,Apprendre de la Chine et s’y orienter, 2012.Anna OWHADI RICHARDSON,Les Instituts Pasteur du Vietnam face à l’avenir. Alexandre Yersin à l’heure d’internet, 2012. Olivier van INGELGEM,L’agriculture sud-coréenne, 2012. Tierry GUTHMANN,Précis de politique japonaise,2011. Yvonne CAPDEVILLE, Dominique LEVESQUE,La Faculté des Sciences d’Orsay et le Vietnam. De la solidarité militante à la coopération universitaire (1967-2010),2011. Antoine MALINAS,La lutte des sans-abri au japon, 2011. Claude HELPER,La Dénucléarisation de la Corée du Nord et la Succession de KIM Jong-il, dans le contexte géopolitique et de sécurité en Asie-Pacifique, 2010 Mathieu BARATIER,Les Chinois aujourd’hui, 2010 Carla DI MARTINO,Le Pakistan, islam et modernité. Le projet de Benazir Bhutto, 2010. Vincent GREBY,Le nouveau Népal. Le pari d’une utopie, 2010. Raoul Marc JENNAR,Trente ans depuis Pol Pot. Le Cambodge de 1979 à 2009, 2010. Thierry GUTHMANN,Shintô et politique dans le Japon contemporain, 2010. Raphaël GUTMANN,Entre castes et classes. Les communistes indiens face à la politisation des basses castes, 2010. Changxing ZHAO,L’enseignement non gouvernemental en Chine, 2009. Lionel BAIXAS, Lucie DEJOUHANET, Pierre-Yves TROUILLET, Conflit et rapports sociaux en Asie du Sud, 2009. Maja A. NAZARUK,La prostitution en Asie du Sud-Est, 2009. Anne BUISSON,Alphabétisation et éducation en Inde, 2009.
Marion Bottero Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie
*
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06258-7 EAN : 9782343062587
INTRODUCTION
« Ici c’est moi qu’on envie pour la richesse de mon mari. Chez vous c’est lui, pour la beauté et l’exotisme de sa femme. » Cette réflexion d’une jeune Malaisienne récemment mariée à un Anglais, bien que pertinente et représentative de la perception de ces relations dans les divers pays concernés, mérite d’être questionnée et dépassée. L’homme blanc serait recherché pour son argent, la femme asiatique pour sa sensualité exotique. Mais quels désirs, quels besoins, quelles démarches se cachent réellement derrière cette acception première ? Que motive l’attrait pour l’autre étranger ?Avec le développement des moyens de transport, des échanges commerciaux, des nouvelles technologies de communication et la popularisation du tourisme, les interactions sexuelles et/ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus nombreuses et banales. Que ce soit en Asie, en Europe de l’Est, en Amérique du sud ou en Afrique, par l’intermédiaire d’Internet, d’agences matrimoniales, du tourisme de masse ou du tourisme sexuel, de nombreux hommes occidentaux décident d’aller rechercher dans le lointain ce qu’ils ne trouvent plus dans le proche. Ma recherche aurait ainsi pu se dérouler sur un tout autre continent, dans n’importe quel pays en développement. Les rapports de genre, la représentation de soi et de l’autre auraient été tout autres. Mais la structure demeure la 1 même : à travers les hiérarchies de genre, de classe et de « race », les acteurs occidentaux et orientaux tentent de revaloriser leur capital économique, culturel, social et symbolique. Afin de mettre
1  Je choisis d’utiliser le terme de « race » car c’est celui qui est utilisé par les informateurs. Cette notion est très importante en Thaïlande et en Malaisie où elle est utilisée comme classification identitaire. Ce terme est bien évidemment extrêmement critiquable d’un point de vue ethnologique mais pertinent dans sa représentation du discours des acteurs et des sociétés asiatiques. Il est également utilisé dans bon nombre d’ouvrages scientifiques, notamment anglophones, pour décrire les rapports coloniaux et impérialistes.
͹
en évidence que l’attrait de l’autre est ainsi socialement construit et empreint de pouvoirs et de dépendances, j’ai choisi comme « cas 2 particulier du possible » les relations amoureuses entre Occidentaux et locaux en Malaisie et en Thaïlande. Ce terrain de recherche apporte le double intérêt de l’éloigné et du grossissant. Les couples interculturels mettent en exergue les rapports de pouvoir et les techniques de valorisation du capital présents dans toute forme de relation intime. Ils permettent de faire ressortir certains problèmes sociaux modernes en Occident comme la crise 3 des identités sexuées ou lamodernité liquide.Mes recherches ont débuté en Thaïlande. J’ai été intriguée, lors de mon premier séjour dans ce pays, par le nombre très important de couples mixtes et leur visibilité. Des couples de quelques jours, semaines ou mois, formés dans un contexte de tourisme et/ou de prostitution, exagéraient les marques d’affection et les « indices » d’une relation dans l’espace public – à travers des contacts physiques comme se donner la main, se toucher, se prendre dans les bras, s’embrasser… Il s’agit en effet d’attitudes 4 peu courantes et souvent proscrites dans le pays . Quelques années plus tard j’ai eu l’opportunité d’aller enseigner le français dans le pays voisin, la Malaisie. Ceci m’a permis d’effectuer une comparaison en questionnant l’incidence de la culture, de l’histoire, de la religion et des classes sociales sur ces relations amoureuses.Je m’attarderai plus particulièrement sur les échanges ambigus, souvent stigmatisés et assimilés à de la prostitution. Ces échanges mettent en scène des partenaires inégalement dotés socialement et économiquement. Ce sont les couples composés d’une femme thaïlandaise et d’un homme occidental qui incarnent le plus nettement ces inégalités et ces caractéristiques. Les autres schèmes relationnels me serviront davantage de comparaison afin de questionner l’incidence du sexe, de la classe sociale, de la
2  Un cas de figure parmi un univers fini de configurations possibles. Bourdieu, 1994, p. 16. 3 Cf. chapitre 3. 4  Bien que la nouvelle génération commence à modifier un peu ces normes comportementales en se donnant la main et acceptant les contacts physiques en public, il demeure perçu comme un manque de respect et une impudeur que de se comporter de la sorte dans l’espace public.
ͺ
nationalité et de l’appartenance culturelle sur le type de relations qui va s’instaurer entre les acteurs. Bien évidemment il existe des relations qui ne comportent pas entre les partenaires ce différentiel d’âge et de classe mais cetidéal-typeparticulièrement est intéressant car il met en exergue les rapports de pouvoir.
1. Conditions sur le terrain et place de la chercheuse Le territoire thaïlandais occupe la partie centrale de la Péninsule indochinoise. La capitale, Bangkok, située dans la région du Centre – la région la plus peuplée de Thaïlande – constitue mon premier terrain ethnographique. S’ajoute à ce terrain, une ville de plus petite taille située dans le nord du pays : Chiang Mai.Le territoire malaisien est quant à lui divisé en deux parties : un territoire continental ou péninsulaire, où mon terrain ethnologique est basé, qui s’étend de la frontière avec la Thaïlande au nord jusqu’à Singapour au sud ; un territoire insulaire ensuite qui couvre tout le nord de l’île de Bornéo. Kuala Lumpur, située au centre de la côte ouest, est depuis 1896 la capitale des Etats malais ; elle est devenue celle de l’ensemble du pays au lendemain de l’indépendance. Cette ville a profité d’un essor économique et démographique fulgurant ces vingt dernières années. Au milieu du e 19 , siècle Kuala Lumpur était encore majoritairement de la 5 6 jungle . Elle constitue, avec la ville de Penang , située au nord de la côte est, près de la frontière thaïlandaise, mon terrain 7 ethnographique malaisien . Cette recherche est basée sur des entretiens longs effectués avec 69 couples mixtes, mais également sur des entretiens plus courts ou informels avec d’autres couples mixtes, ainsi qu’avec des personnes occasionnellement engagées dans ce type de relations ou intéressées par ces liaisons ou faisant partie de l’entourage des
5 G. Lewis, 2006, p. 17. 6  Je parlerai de Penang et non de Georgetown, puisque les interviews ne se sont pas uniquement déroulées dans la ville de Georgetown mais dans l’île urbanisée de Penang que les Malaisiens désignent de la sorte. 7 Cf. carte d’Asie du Sud-Est situant les quatre villes terrains, p. 31.
ͻ
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.