//img.uscri.be/pth/d64bd3979107a34e8ef4e0619e231a642049f534
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Travaux du laboratoire de psychologie physiologique à la Sorbonne (1892-1893)

De
220 pages
Le résumé des recherches effectuées au sein du laboratoire de la Sorbonne pour les années 1892 et 1893 et publiées par Henry Beaunis et Alfred Binet dans un nouveau recueil périodique est ici présenté. Plusieurs thèmes dominent : l'audition colorée, la psychologie des calculateurs mentaux, la psychologie des joueurs d'échecs, la mesure des temps de réaction et la mesure de la mémoire.
Voir plus Voir moins
de
Travaux du laboratoire psychologie physiologique à la Sorbonne

rue
de
© ’armattan  l’Ecole polytechnique 

httpwwwlibrairieharmattancom diffusionharmattanwanadoofr harmattanwanadoofr
SBN   EAN  
Paris
enryBEAUNS AlfredBNET
Travaux du laboratoire de psychologie physiologique à la Sorbonne

ntroduction de Serge CAS
L’armattan
CollectionEncyclopédie Psychologique dirigée par Sergeicolas psychologie estujourd’hui lscience fondmentle de l’homme moral. Son histoire a réellement commencé à être écrite au cours du XXe siècle pardes pionniers dont les œuvres sont encore souvent citées mis ien trop rrement lues et étudiées.’ojectif de cette encyclopédie est de rendreccessileu plus grnd nomre ces écrits d’unutre siècle qui ont contriàl’utonomie de lpsychologieen tant que discipline scientifique.Cette collection, rassemblant les textes majeurs des plus grands psychologues, est orientée vers la réédition des ouvrages clssiques de psychologie qu’il est difficile de se procurerujourd’hui. Du même auteur A.BE,sychologie de lmémoire (Œuvres choisies), 2003. A.BE, h.,e premier test d’intelligence (.C., 1905). A.BE,’étude expérimentle de l’intelligence (1903), 2004. A.BE, h.,e développement de l’intelligence (.C., 1908). A.BNET, La graphologie:es révéltions de l’écriture (1906), 2004. A.BNET, La suggestibilité (1900), 2004. A.BNET, & V.ENR, La fatigue intellectuelle (1898), 2005. A.BE,sychologie des grnds clculteurs et joueurs d’échecs (1894) A.BNET, La psychologie du raisonnement (1886), 2005. A.BE,âme et le corps (1905), 2005. A.BNET, &Ch.RÉ, Le magnétisme animal (1887), 2006. A.BNET,ntroduction à la psychologie expérimentale (1894), 2006. A.BNET, & Th. SMON, La mesure de développement de l’intelligence (1917). A.BE,sychologie de lcrétion littérire (ŒuvresChoisies), 2007. A.BNET, & Th. SMON, Les enfants anormaux (1907), 2008. A.BNET,Etudes de psychologie expérimentale (1888), 2009. A.BNET, Les idées modernes chez les enfants (1909), 2010. A.BE,psychologie individuelle (ŒuvresChoisies), 2010. Dernières parutions J.-M.CARCOT, Leçons sur les maladies du système nerveux (1872) .ELMOLTZ, Optique physiologique (1856-1866) (3 vol.), 2009. A.COMTE,Cours de philosophie positive (1830-1842) (3 vol.), 2009. A...EG,uite des mémoires… (1785), 2009. V.COUSN,De la méthode en psychologie (1826-1833), 2010. .AE,itude et mémoire (Œuvres choisies), 2010. .AE,’intelligence (Œuvres choisies), 2010. .EBBNGAUS, La mémoire (1885), 2010.
Le laboratoire de Psychologie Physiologique : Les premières recherches expérimentales 8989 de psychologie à la Sorbonne
Fondation du laboratoire de psychologie de la Sorbonne 889 La nomination officielle de Théodule Ribot (1839-1916) à la Chaire de "Psychologie expérimentale et comparée" auCollège deFrance le 18 février 1888 a été le premier acte officiel dans la reconnaissance de la nouvelle psychologie enFrance1.Cependant aucun laboratoire n'avait été annexé à cette chaire et Ribot était un théoricien de la psychologie et non pas un expérimentaliste. Si officiellement laFrance n'avait pas encore à l'époque un laboratoire de psychologie, elle possédait des hommes qui, par leurs efforts, s'occupaient assidûment de cette question. Lors de la création en 1885 de laSociété de Psychologie Physiologique, sous les auspices de Jean-MartinCharcot (1825-1893), on trouvait de nombreux personnages intéressés par la reconnaissance institutionnelle d'une nouvelle psychologie dégagée des questions métaphysiques. Parmi eux, il y avait le professeur de physiologieenryBeaunis2(1830-1921), membre du fameux groupe de 'l'école de Nancy'3.Dès 1876, ce dernier
1icolas, S., &Charvillat,A. (2001).ntroducing psychology as an academic discipline in France : Théodule Ribot and the "Collège deFrance" (1888-1901).Journal of the History of theBehavioral Sciences,, 143-164.icolas, S. (2005).Théodule Ribot  philosophe breton fondateur de la psychologie française.aris: L’Harmattan. 2icolas, S. (1995).enryBeaunis (1830-1921) :Directeur-fondateur du laboratoire de sychologiehysiologique de la Sorbonne.LAnnée Psychologique,, 267-291.icolas, S., &Ferrand,. (2002).enryBeaunis (1830-1921) :Aphysiologist among psychologists.Journal of MedicalBiography,, 1-3. 3icolas, S. (2004).Lhypnose Charcot face àBernheim Les écoles de la Salpêtrière et de Nancy.Paris : L’Harmattan.
avait souligné dans un ouvrage sur la physiologie humaine4, et ce pour la première fois enFrance, l’importnce de lpsychologie scientifique:
"L'auteur n'a pas cru non plus que la physiologie dût laisser de côté, pour l'abandonner aux philosophes, la partie psychologique de la physiologie cérébrale ; pour lui, en effet, à l'exemple de l'école anglaise, la psychologie trouve dans la physiologie sa base la plus sûre et la plus solide ; aussi n'a-t-il pas craint de traiter, en s'appuyant sur les données physiologiques, les questions des sensations, des idées, du langage, de la conscience, de la volonté, etc., et si les limites de ce livre lui ont interdit de s'étendre sur ces sujets, il espère en avoir assez dit pour en préciser nettement les points essentiels." (p.V).
Ce médecin de formtion n’vit ps depuis cette dtendon-né l’idée de prticiperu développement de lpsychologie scientifique. ntéresséàcette époque pr lquestion de l’hypnose et de lsuggestion, mais aussi brillant psycho-physiologiste, il avait aussi constaté, comme il l'écrit dans sesémoires inédits5, que laFrance était très en retard dans le domaine de la psychologie physiologique en comparaison de pays comme l'Allemagne ou lesEtats-Unis.l écrit ainsi :
"Si j'avais le malheur de parler à quelques-uns de mes camarades d'un laboratoire de psychologie, je constatais chez un certain nombre d'entre eux un véritable ahurissement comme si deux mots,psychologieetlaboratoire, hurlaient d'être accouplés. J'étais honteux pour mon pays de le voir ainsi en retard sur les autres".(Beaunis,émoire inédits, p. 487).
Après avoir mûrement réfléchi à ce sujet, il se décida à en parler à Ribot en lui demandant s'il croyait que Louis Liard (1846-1917), alors Directeur de l'enseignement supérieur et défenseur avecl’dministrteur duCollège deFranceErnest Renan (1823-1892) de la psychologie scientifique, serait hostile à la création d'un laboratoire de psychologie
4Beaunis,. (1876).ouveaux éléments de physiologie humaine. Paris :Baillière. 5Mon cher ami le professeurBernardAndrieu a retrouvé à laBibliothèque Universitaire de ncy l’ensemle des 6 volumes (872 pages) constituant lesémoires inéditsdeBeaunis.l yune quinzine d’nnées, j’veu l’opportunité d’en consulter des extris its photocopiés mis je n’vis ps cherchéàles locliser, occupé pr d’utres trvux importnts.lus récemment, Marcel Turbiaux a publiéin extensolprtie que j’vis pu consulter: Turbiaux, M. (2002).enryBeaunis. Quelques souvenirs sur les débuts du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne.Bulletin de Psychologie,55, 281-309.Bernard Apublié dans un ouvrage le sommaire et des extraits de ces mémoiresndrieu a récemment qui ont porté sur la période nancéenne 1872-1894 [Andrieu,B. (Ed.) (2009).enryEtienne Beaunis àancy. Nancy:ressesniversitires dency].ous formons le vœu que l’ensemble desémoires inéditsdeBbientôt accessible à un large public.eaunis soit
- 6 -
physiologique, et s'il voulait se charger de l'interroger sur ce point. Ribot adopta tout de suite son idée et lui promit d'en parler à Liard dès qu'il en trouverait l'occasion. La réponse de Ribot lui parvint le 21 juin 1888 avec une réponse favorable de Liard. Voici en substance un extrait de la lettre de Ribot adressée àBeaunis : "le projet de laboratoire de la manière la plus favorable, etl a accueilli m’déclré «que cela lui allait beaucoup ».l serait certainement flatté que, lui, Directeur, le premier laboratoire de psychologie a été fondé. Mais «il n’ps le sou ».l croit, comme moi, qu'il faut le placer dans l'École desautesEtudes... Je vous engage à aller le voir quand vous serez à Paris (tous les jeudis de 2 heures à 4 heures).l a besoin de causer avec vous de beaucoup de détails que je n'ai pu qu'effleurer. Mon impression finale, c'est que cela se fera, mais il faut un peu de patience... P.S. : J'oubliai de vous dire qu'il est très favorable, non seulement au projet, mais à vous." (Beaunis,émoires inédits, p. 488).
Dans la démarche deBeaunis auprès de Ribot il y avait non seulement un intérêt scientifique et patriotique mais aussi une arrière pensée personnelle qu'il n'a pas cachée.En effet, il espérait bien un peu que, si le laboratoire se fondait, il aurait quelque chance d'en être nommé directeur.Ason premier voyage à Paris, il alla trouver Liard, lui expliquant les raisons à l'appui de cette création. Liard, favorable au projet mais ne s'engageant pas formellement, lui demanda de lui apporter un mémoire succinct et un devis approximatif qui fut rédigé en quelques jours. L'espoir vint quand Ribot lui écrit ces quelques lignes le 8 juillet 1888 : "Je suis très heureux d'apprendre que cette affaire marche sur des roulettes. Je crois que le mieux est de commencer le plus tôt possible et, puisque le laboratoire dépendra directement du ministère, tout sera très simple." (Beaunis, émoires inédits, p. 489).
Cette création suscitait néanmoins des résistances, comme cela avait été le cas avec la chaire de Ribot auCollège deFrance, et il fallut garder l’ffire secrète le plus longtemps possile.is, mlgré les précautions, la nouvelle se répandit.l restait aussi la question épineuse du local ; le 6 août 1888, Liard écrivait àBeaunis :
- 7 -
"Je ne sais pas encore où nous placerons le nouveau laboratoire. Mais il n'y a aucun inconvénient à ce que vous réunissiez tous les renseignements sur l'outillage." (Beaunis,émoires inédits, p. 489).
Muni de cette autorisation, il écrivit immédiatement à Wilhelm Wundt (1832-1920) à Leipzig en lui demandant de le mettre en rapport avec ses fournisseurs habituels pour les instruments6. La réponse datée du 30 août lui donna très aimablement tous les renseignements demandés. cte officielannonçant la création effective du laboratoire de Psychologie physiologique et qui nommaitenryBeaunisDirecteur fut signé fin janvier 18897.Cette direction n'était pas usurpée dans la mesure où il était un digne représentant de la psychologie physiologique française et le promoteur de l'idée de la création d'un tel type de laboratoire qui fut rattaché à l'Ecole Pratique desautesEtudes (EPE) dans la section des Sciences naturelles.C'est seulement le 14 février 1889 qu'une lettre de Liard lui dit de contacterenri-Paul Nénot (1853-1934), l'architecte de la Sorbonne, afin de s'entendre avec lui sur le choix de l'implantation du laboratoire dans les locaux de la Nouvelle Sorbonne en construction.l y avait cependant une petite difficulté.Dans le plan des bâtiments de la Nouvelle Sorbonne, il n'y avait rien de prévu pour un laboratoire.C'est en visitant les locaux avec l'architecte adjoint queBeaunis choisit trois salles placées au troisième étage à l'angle de la rue St. Jacques et de la rue des Écoles. Seulement ces trois salles étaient, sur le plan, destinées à un bibliothécaire.Beaunis insista de son mieux pour les obtenir. L'architecte consentit à en faire la proposition à Liard qui accepta sur le champ.Au début le laboratoire fut installé provisoirement dans deux salles de la nouvelle Sorbonne. Un an après (1890), il fut enfin transféré au troisième étage du bâtiment8.
6Nicolas, S. (2005). Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire.istoire documen-tire de lcrétion et du développement de l’nstitut de psychologie expérimentlede Leipzig.’Année sychologique,105, 133-170. 7Marcel Turbiaux [enryBsouvenirs sur les débuts du laboratoire deeaunis. Quelques psychologie physiologique de la Sorbonne.Bulletin de Psychologie,55, 281-309.] nous dit par une note (p. 289) : «C’est par un arrêté du ministre del’nstruction puliqueet non pr un décret, du 29et non du 23 jnvier,comme le ditBeunis dns ses émoires inédits]que fut créé le lortoire de psychologie physiologiqueàl’EEet enryBeaunis nommé directeur dudit laboratoire (Bulletin administratif du ministère de l’nstruction publique, n° 839, 2 février 1889, p. 131). » 8Oléron,G. (1966). Le 75eanniversaire du laboratoire de PsychologieExpérimentale et Comparée de l'École Pratique desautesÉtudes.Bulletin de Psychologie,19, 965-976.
- 8 -
Le laboratoire à ses débuts 88989
On sait peu de choses sur le laboratoire et son fonctionnement à ses déuts, si ce n’est queBeunis ne toucheucun tritement ou indemnité pour s’en occuper. Par une lettre9adressée le 18 février 1889 uDoyen de l’université dency, onpprend nénmoins prBeunis que le laboratoire de psychologie physiologique ne fonctionnerait que pendnt le semestre d’hiver et serit fermé pendnt l’été.CommeBeaunis professit encore lphysiologieàl’niversité dency (jusqu'en 1893), il eut au début peu de loisirs pour s'occuper du laboratoire.D'ailleurs les crédits de fonctionnement alloués étaient très modestes : 500 francs durant les premières années, mais augmentèrent sensiblement par la suite (800 frs en 1893 ; 1400 frs en 1898)10.Beaunis était seul au départ, sans aide, sans même un aide de laboratoire et c'était une des concierges de la Sorbonne qui, provisoirement, y faisait le ménage. Néanmoins,Beaunis sollicitdurnt l’nnée universitire 1891-1892 un congé11pour s’occuper pleinement de l’instlltion du lortoire et réfléchiràson développe-ment. Peu à peu tout s'organisaet il otint rpidement l’ppui de nouveaux collaborateurs. AlfredBinet (1857-1911)12fut avec Jean Philippe (1862-1931) un des premiers à intégrer bénévolement le laboratoire en 1891 comme préparateurs.C'est sur le quai de la gare de la rue verte à Rouen que Beaunis rencontra pour la première foisAlfredBinet.Beaunis attendait le train deCany quand il fut abordé par
"un grnd monsieur, de complexion rouste, l'œil vifàtrvers les verres du lorgnon, l'air souriant, une figure pénétrante de chercheur.l se nomma et la glace fut vite rompue entre nous. Je connaissais ses travaux et je les appréciais tout en me trouvant dans le camp opposé au sien dans les questions d'hypnotisme et de suggestion qui m'occupaient beaucoup en ce moment. Nous causâmes ; il me
9Cf. pp. 283-284, Turbiaux, M. (2002).enryBeaunis. Quelques souvenirs sur les débuts du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne.Bulletin de Psychologie,55, 281-309. 10Vaschide, N. (1898). Un laboratoire de psychologie à Paris.a Revue des Revues,24, 249-257. 11Par arrêté du 1eraoût 1891,Beaunis obtint officiellement son congé (Bulletin administratif du ministère de l’nstruction publique, n° 968, 8 août 1891, p. 156) :Cf. p. 290, Turbiaux, M. (2002).enryBsur les débuts du laboratoire de psychologieeaunis. Quelques souvenirs physiologique de la Sorbonne.Bulletin de Psychologie,55, 281-309. 12Pour une biographie :Andrieu,B. (2010).AlfredBinet.De la suggestion à la cognition. Lyon:Chroniqueocile.olf,.. (1973).AlfredBinet.Chicago :Chicago University Press.
- 9 -
demanda de venir travailler au laboratoire, autorisation que je lui accordai immédiatement, heureux de trouver un collaborateur de cette valeur pour un laboratoire à ses débuts et dont la création avait éveillé des défiances et des hostilités plus ou moins déclarées qui n'étaient pas encore éteintes.Ce que je pus apprécier de suite chezBinet c'est la profondeur de son intelligence, cette vivacité d'esprit toujours en éveil et cette personnalité qui s'affirmait si nettement dans toutes ses recherches.Dans chaque expérience, dans chaque domaine scientifique, il savait découvrir quelque chose qui n'avait pas été vu avant lui, émettre des aperçus nouveaux, tenter des voies inexplorées.l avait une remarquable puissance de travail, une surprenante activité cérébrale" (Beaunis,émoires inédits, p. 495)13.
Binet fut nommé en 1892Directeur adjoint du laboratoire (sans traitement), à l'âge de 35 ans. La vie du laboratoire, de même que le renom qu'il s'était si vite acquis à l'étranger, étaient étroitement liés à la présence deBinet. La même année (30 septembre 1892)Charlesenry (1859-1926) fut nomméître deConférencesàl’Ecolertique des utesEtudes (EE).C’est dns unrticle du quotidien "eemps" dté du 26 octore 1892 (p. 2) qu’on trouve ltoute première description du laboratoire de la Sorbonne :
«Apropos d'un récent article sur l'audition colorée, nous avons eu l'occasion de parler du laboratoire de psychologie de la Sorbonne.Ces mots : "laboratoire de psychologie" semblent, à première vue, contradictoires. Cependant, ces laboratoires existent ; il y en a enAllemagne, entalie, enAmérique ; on y travaille beaucoup ; on publie chaque année de gros volumes sur les expériences qui y ont été pratiquées.Cela tient à ce que, de nos jours, la psychologie a changé d'orientation. On n'étudie plus "l'âme", cause inconnue des opérations de l'esprit, mais seulement ces opérations de l'esprit auxquelles on cherche à appliquer des méthodes d'observation qui sont en usage dans les sciences positives. Le laboratoire de psychologie de Paris est installé à la Sorbonne ; il appartient à l'École des hautes études (section des sciences naturelles). L'École des hautes études, dont le fonctionnement est très difficile à comprendre, est une école sans bâtiments à elle ; elle existe un peu partout : à la Sorbonne, auCollège deFrance, au Muséum.En dehors de Paris, l'École des hautes études possède des laboratoires en province : àFontainebleau et à Marseille, par exemple. Le laboratoire de psychologie a été fondé en 1889 sur la demande de M. Liard, directeur de l'enseignement supérieur.Ce laboratoire est dirigé par M. Beaunis, ancien professeur à laFaculté de médecine de Nancy, auteur de nombreux travaux sur l'hypnotisme, la physiologie et ses applications à la psycho-logie. Le directeur adjoint, M.AlfredBinet, est un collaborateur assidu de la
13Andrieu,B. (Ed.) (2009).enryEtienneBeaunis àancy. Nancy : Presses Universitaires de Nancy (p. 181).
- 10 -