Traverse

De
Publié par

Traverse, premier recueil de la collection "Champs du corps" inaugure la présentation de textes autour de la relaxation psychanalytique. La relation à l'autre et le corps à corps ne cessent de questionner les sciences, la philosophie et la psychanalyse, dans la traversée de leurs théories et de leurs pratiques. Ces textes poursuivent cette interrogation en remontant aux sources des pathologies, dans le décryptage du langage du corps.
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 49
EAN13 : 9782296471801
Nombre de pages : 122
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
TRAVERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 1
TRAVERSE
        
   
© L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-56230-1 EAN : 9782296562301
ge 3  Pa
TRAVERSE
AREPS
R
CHAMPS DUC
ORPSELUEIQITLANAHCYSPNOITAXA5:461  109/1 13/PE S-ERAEVSRTAR
RTVAERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 4
Livres de base sur la relaxation à inductions variables (relaxation psychanalytique Sapir)
1. M. Sapir et coll.,La relaxation, son approche psychana-lytique, Ed. Dunod, 1979.
2. F. Reverchon et M. Meyer,Psychanalyse et relaxation. Autour de la chronique d’un groupe, Ed. ESF, 1981.
3. M. Sapir et coll.,Les groupes de relaxation. Formation et thérapeutique, Ed. Dunod, 1985.
4. M. Sapir,La relaxation à inductions variables, Ed. La Pensée Sauvage, 1993.
5. M. Meyer et coll.,Entre mots et toucher. Le corps en transfert, Ed. La Pensée Sauvage, 2006.
113
Prologue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Au XVIIIesiècle déjà. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . François Berton Chemin faisant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Marie-France Biard Psyng-Pong . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Michel Dreyfus Lucile ou l’écoute du regard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jean Marvaud De l’organisme au corps, en chacun . . . . . . . . . . . . . . . Gildas Le Bayon Corps à corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Christiane d’Olier Mots et merveilles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Monique Londiche Écouter le corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Michel Dreyfus Si Narcisse m’était conté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Monique Meyer Le corps au cœur du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Monique Londiche La relaxation : un divan pour les enfants . . . . . . . . . . . Marie-France Biard Traverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Madou Reverchon Bruits et chuchotements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Monique Londiche Van Gogh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
109
99
95
91
85
81
Sommaire
119
115
gePa  46
39
65
15
35
7 13
 5/390 S1 1 :51/ 1RAVETAREPRSE-
RTVAERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 6
TRAVERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 7
Prologue
« Champs du corps » inaugure une nouvelle collection qui se veut un lieu d’échanges et de confrontation.
Dans un monde saturé par des informations éphémères, dans lequel le corps est omniprésent, il nous semble impor-tant de mettre en évidence l’ancrage corporel du dévelop-pement psychique. Cet ancrage ne prend sens que dans le champ psychana-lytique ; le corps, grâce aux sensations, permet la verbali-sation d’une histoire et l’émergence de l’inconscient. Dans notre travail de relaxation psychanalytique, la notion de corps ne recoupe pas seulement celle du corps vécu. Elle ouvre au contraire le vaste champ d’un corps imaginaire et symbolique qui fait l’histoire individuelle et collective. Sous une forme renouvelée – chemins de traverse, tra-versées – nous essayons de mettre en lumière la continuité et l’évolution de nos concepts à partir de nos origines et de nos filiations.
Ces précisions rappellent un long parcours, émaillé de rejets par les tenants de la psychanalyse orthodoxe, mais ayant abouti peu à peu à une reconnaissance. La relaxation psychanalytique, méthode Sapir, est le fruit d’années de travail de son fondateur et de ses collaborateurs dans l’évolution d’une pensée et d’une pratique qui intègre le corps dans le paysage psychanalytique. Son développe-ment aboutit en 1975 à la création de l’AREFFS (Asso-ciation de Recherche, d’Enseignement et de Formation pour la Fonction Soignante ) qui devient en 2010 : AREPS (Association de Relaxation Psychanalytique Sapir).
7
RTAVERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 8
La parution de « Champs du corps » permet d’abord de rendre hommage à ces pionniers pour le processus vivant qu’ils ont pu et su maintenir, à travers questionnements, pratique et enseignement.
Dans le contexte actuel, les sciences cognitives et les neurosciences confrontent leurs découvertes à la psychana-lyse et c’est tant mieux, mais le meilleur et le pire s’y côtoient. L’extension des connaissances est certainement une source d’évolution, cependant elle frôle sans cesse le danger d’une quête intensive de résultats immédiats au détriment d’un travail plus complexe. Les pratiques de relaxation qui en résultent, qu’elles soient cliniques ou de formation, se trouvent alors obliga-toirement au carrefour d’informations d’origines diverses dont on ne sait si elles traitent du même objet. Il nous paraît donc impératif de poursuivre inlassa-blement le questionnement de nos pratiques dans cette actualité explosive, tout en gardant une attention soutenue, intéressée et questionnante aux jaillissements hétérogènes de ces nouvelles découvertes.
Inscrire notre pratique dans l’actualité, c’est aussi pou-voir répondre à des demandes, plus fréquentes aujourd’hui, liées à des pathologies narcissiques favorisées par le contexte social.
Échanges, confrontation, ouverture, les textes qui sui-vent en sont l’expression. La psychanalyse en est le fil rouge.
*  * *
8
TRAVERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 9
Ainsi, le premier texte deTraverse Au, « XVIIIesiècle déjà... », ouvre les portes du temps, avec Nicolas Le Floch, efficace justicier royal, embarqué sur des chemins porteurs bien que sinueux.
Puis, vient « Chemin faisant » qui aborde de manière très claire dans une implication toute personnelle le chemi-nement historique de notre méthode et de ses fondements. « L’analyste s’engage corporellement dans le transfert à travers ses inductions. Comment le fait-il ? Où se tient-il ? Comment le lieu du corporel engendre-t-il une parole signifiante ? Comment être psychanalyste dans son corps ? »
Avec « Psyng-Pong », on parcourt les méandres carica-turaux du transfert et du contre-transfert dans une séance de relaxation peu ordinaire.
« Lucile ou l’écoute du regard » insiste sur le regard, donc sur les limites, celles du psychanalyste pratiquant la relaxation, le corps à corps et ses représentations idéolo-giques et métaphoriques. Cette présentation pose aussi la question de la différence des sexes et de l’identité.
« De l’organisme au corps, en chacun » fait écho au texte précédent. Il interroge : comment acquérir un corps pour un sujet, comment trouver son corps d’identité, comment être un passeur (d’un corps à un autre) pour le devenir-soi ?
Avec « Corps à corps », fragments émouvants de consultations avec des bébés, on découvre que le nourris-son sait qu’on s’adresse à lui en présence de ses parents ; les liens font sens, chacun retrouve sa place dans la relation.
9
TRAVERSE-AREPS  13/09/11  15:46  Page 10
Puis, « Mots et merveilles » raconte une aventure un peu singulière avec le théâtre. Comment reconstruire une histoire à partir de ses impressions sensorielles ? Expérience proche de celle que vivent les patients en relaxation, dans la déclinaison des similitudes et des diffé-rences.
« Écouter le corps » raconte le chemin parcouru par un jeune médecin jusqu’à sa rencontre avec la relaxation psychanalytique. Pour lui, une porte va s’ouvrir pour « écouter le corps, le sien et celui des autres ».
« Si Narcisse m’était conté » pose des questions face à l’évolution actuelle des pathologies, en particulier l’abord des failles narcissiques. La relaxation psychanalytique est-elle une approche possible devant la question des limi-tes de la psychanalyse ? Ne permet-elle pas de trouver les mots et, particulièrement, autour d’une reconstruction d’un sujet à travers le corps ?
« Le corps au cœur du sujet » tente d’apprivoiser des oppositions classiques, des dualismes, sous forme de paradoxes en liant le champ psychanalytique aux autres sciences humaines.
« La relaxation : un divan pour les enfants » illustre, par des vignettes cliniques, les réflexions portées par « Chemin faisant ».
« Traverses » est une petite escapade vers les paysages de l’enfance.
« Bruits et chuchotements » nous offre un petit moment de récréation, de lâcher-prise bienheureux de la pensée grâce à la traversée des associations.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.