Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Une année pour apprendre en s'amusant

De
203 pages

Il fait gris, vos enfants s’ennuient, vous ne savez plus comment les intéresser ? Vous aimeriez passer un moment privilégié avec eux mais vous n’avez plus d’idée ? « Apprendre en s’amusant » recense pour vous plus de 150 activités ludiques et pédagogiques, faciles à réaliser où que vous soyez avec des enfants de 18 mois à 7 ans !

Avec des objets du quotidien ou du matériel de récupération, cubes, activités créatives et d’extérieur, jeux de lumière et musicaux… tout est fait pour nourrir la curiosité et l’imagination de vos enfants, en les sensibilisant au monde qui les entoure, aux sciences et à la nature.

Vous pouvez commencer à tout moment de l’année, et semaine après semaine vous les verrez progresser. Pour de beaux moments de complicité et de partage en famille !


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

 

ELSA THIRIOT

Introduction


Cet ouvrage recense plus de 150 projets simples et amusants, qui ont pour vocation de nourrir la curiosité et l’imagination de votre enfant à travers des expériences concrètes. Il ne s’agit pas de situations scolaires, telles que votre enfant peut en vivre à l’école, mais bien de pédagogie « domestique », car c’est à vos côtés, avec votre étayage, qu’il construit, depuis sa naissance, ses savoirs les plus structurants. Réparties sur 52 semaines, ces activités sont divisées en sept catégories de jeux : d’arts, de cubes, d’éléments, d’extérieur, d’imitation, de lumière et musicaux. Ces séances s’articulent de manière progressive : au fil des semaines, votre enfant s’investira de plus en plus aisément. Vous pourrez aussi les détourner et les adapter selon votre intuition grandissante. Vous pouvez commencer à tout moment de l’année, avec des enfants de tous âges. Mon plus grand souhait, en rédigeant cet ouvrage, est qu’il participe à nourrir vos relations familiales. Son chapitre le plus important reste à écrire : c’est ce que vous et votre enfant allez en faire ! Je vous souhaite beaucoup de plaisir !

Présentation de l’auteur

Ma passion pour la pédagogie remonte à ma jeunesse : assistante d’éducation dans une école élémentaire de ZEP accueillant des enfants des gens du voyage, j’ai été profondément marquée par l’innovation permanente dont faisait preuve l’équipe éducative, et j’ai alors décidé de devenir professeure des écoles. Ma pratique de classe est aujourd’hui guidée par ces deux questions : « Comment cet enfant apprend-il ? Comment puis-je le rendre acteur de son apprentissage ? » Lorsque je suis devenue maman, cet intérêt a pris un tour nouveau : j’ai ouvert un blog consacré à la manière dont un parent accompagne son enfant sur le chemin de la connaissance (« Merci qui ? Merci Montessori », destiné aux tout-petits de 0 à 3 ans, suivi de « Où es-tu, Coquelipop ? », pour les 3 ans et plus). J’écris quotidiennement sur ce sujet depuis plusieurs années, et j’apprends ainsi chaque jour au contact de mes enfants et de mes élèves. J’espère vous transmettre un peu de mon enthousiasme !

Sources d’inspiration

L’histoire de la pédagogie active commence au début du XXe siècle, dans un climat de questionnement foisonnant sur les questions éducatives. Parmi les nombreux pédagogues, trois courants se distinguent :

• La pédagogie Waldorf/Steiner : c’est une pédagogie complexe, fortement liée à son histoire et à l’idéologie qui caractérise les courants de l’époque. En ce sens, elle a beaucoup vieilli et doit être considérée avec du recul. Néanmoins, elle a le mérite de poser des jalons indémodables : le respect des rythmes de progression de chacun, la priorité au jeu et aux activités créatives et artistiques, l’intégration des parents au sein de l’école…

• La pédagogie Montessori : focalisée sur l’autonomie, elle permet à l’enfant de choisir librement ses activités selon ses goûts et ses besoins. Maria Montessori fait éclater le système scolaire classique (le maître devant ses élèves) : l’adulte se décentre, et observe l’enfant progresser à son rythme en s’appuyant sur un matériel ludique et concret.

• La pédagogie Reggio Emilia : née après la Deuxième Guerre mondiale en Italie, c’est une pédagogie « deuxième génération » qui, selon moi, synthétise les avancées de ses prédécesseurs et les dépasse. Pédagogie active par excellence, elle est entièrement basée sur le respect des droits et des potentialités des enfants.

Jeux musicaux

La musique est capitale du point de vue de la réalisation et de l’éveil personnels de l’enfant. Langage universel par excellence, elle permet de s’exprimer, de découvrir, d’expérimenter, de rechercher, de collaborer et de réfléchir. Les séances proposées ici sont simplissimes ; nul besoin d’être musicien vous-même, ou de disposer d’une collection d’instruments. Elles favorisent toujours le mouvement de l’enfant : la musique est avant tout un langage du corps !

Jeux d’arts

Aristote le disait déjà : l’exercice de l’art permet aux hommes de se décharger de leurs angoisses. Je ne suis pas loin de penser que la pratique artistique, et en particulier plastique, est une entrée privilégiée dans tous les autres domaines d’apprentissage. En s’appuyant sur un matériel restreint mais qualitatif, l’adulte apprend à apprécier le processus artistique – et à oublier un peu le produit fini, qui importe peu pour le jeune enfant, tout entier impliqué dans l’action. La pratique de l’art est une culture de l’instant présent !

Jeux de lumière

Cette section englobe les jeux lumineux au sens strict, mais aussi les jeux de miroirs, qu’il est intéressant de mobiliser, sans outrance, dès le plus jeune âge. N’oubliez pas les miroirs dans votre maison et en particulier dans l’espace « déguisements » : se grimer et se mirer est un besoin fondamental chez l’enfant, nécessaire à la construction de soi. Vous trouverez ici un panel d’idées pour l’initier à l’optique, développer sa confiance en lui, sa connaissance du monde et de la géométrie. Même les familles qui ne disposent pas de matériel spécifique (table lumineuse, rétroprojecteur…) y trouveront leur compte.

Jeux dehors

Que vous habitiez au fond des bois ou dans la banlieue parisienne, sortez ! Dehors, on grandit, on apprend à se concentrer efficacement tout en se délassant, on invente mille mondes… Dehors, on apprend mieux ! Le jardin ou la rue devraient toujours être pensés comme une extension des salles de classe… Dehors, un monde s’ouvre : un monde de découverte, d’altérité, un monde entre parenthèses, loin du stress et de la compétitivité. Le grand air, c’est éducatif, et c’est gratuit !

Jeux d’imitation

Jouer à imiter, c’est jouer à faire « comme si ». L’enfant apprend en grande partie en observant et en imitant. Le jeu est primordial pour votre enfant, et vous pouvez faire beaucoup pour son développement en… jouant le jeu ! Dix ou quinze minutes par jour suffisent parfois à enrichir considérablement la relation. « Jouer avec » est une merveilleuse manière de dire à votre enfant, quel que soit son âge : « Ce que tu fais est important pour moi. »

Jeux de cubes

Si votre enfant n’a pas de cubes, il est à parier qu’il construit quand même, en détournant d’autres jouets ou des objets du quotidien. N’hésitez pas à dédier un espace spécifique à la construction dans sa chambre : pour peu que l’adulte accorde de l’importance à ce type de lieu, l’enfant est susceptible d’y passer beaucoup de temps, et d’y mener des recherches approfondies. Comme en art, l’adulte devra se focaliser sur le processus plutôt que sur le produit fini – ce qui ne l’empêchera pas de constater des avancées notoires en matière d’architecture !

Jeux d’éléments

En mettant à disposition des matières brutes (tissus, coquillages, morceaux de bois…) et en laissant votre enfant les manipuler librement, vous lui permettez de mener des expériences sensorielles et de construire des liens entre les informations qu’il reçoit. Les objets inachevés, sans mode d’emploi spécifique, développent l’imaginaire et invitent à la résolution de problèmes. Les adultes doivent aussi apprendre à se positionner face à de tels matériaux et aux réactions de leurs enfants, car ces activités-là sont ouvertes à tous les possibles !

SEMAINE 1

Dès 2 ans

Allô ?! 


Rien de tel qu’un vieux téléphone pour inciter votre enfant à parler ! Les jeux de communication téléphonique permettent aussi aux petits d’objectiver et de mieux vivre la séparation d’avec leurs proches.

matériel

Téléphones-jouets, téléphones de récupération. Répertoire téléphonique.

1 Disposez un ou plusieurs téléphones de manière attractive, sur une table basse, dans la chambre de votre enfant. Observez ses jeux : de quoi parle-t-il au téléphone ? À qui ? Si vous percevez des signes d’anxiété (certains enfants peuvent se mettre à réclamer une personne absente, ou avoir des gestes régressifs, comme sucer leur pouce…), demandez à votre enfant s’il souhaite appeler quelqu’un en particulier « pour de faux ». Aidez-le à exprimer ses sentiments en endossant le rôle de la personne au bout du fil.

2 Vous pouvez également imiter la sonnerie du téléphone, le décrocher, puis le tendre à l’enfant : « C’est pour toi. À ton avis, qui est-ce ? » Certains enfants, intimidés par la situation, peuvent refuser de parler directement dans l’appareil. Faites-le dans ce cas à leur place en les encourageant à verbaliser : « On dirait que ce serait Mamie au téléphone. Qu’est-ce que je lui dis ? »

3 Posez des questions ouvertes : « Qui utilise un téléphone à la maison ? Pourquoi ? As-tu déjà téléphoné à quelqu’un ? De quoi avez-vous parlé ? » Offrez à votre enfant un carnet répertoire : proposez-lui de le remplir avec les numéros des membres de sa famille, de ses amis. Écrivez lisiblement, par exemple en capitales d’imprimerie, de façon à l’aider à reconnaître les noms. Pour des enfants non lecteurs, collez une photo, ou dessinez un portrait ou un symbole permettant d’identifier chaque numéro.

4 Invitez votre enfant à taper ces numéros sur son téléphone pour jouer à appeler la personne de son choix. N’hésitez pas à endosser un rôle, et à prêter votre voix au destinataire.

Conseil

Ce type d’activité est particulièrement bénéfique dans les moments de transition ou d’absence, par exemple si un membre de la famille est absent pour quelques jours.

lire, ça inspire !


Allô ! Allô ?, Chris Raschka, La Joie de Lire, 2001.

Dès 2 ans

Peinture sur cubes


La meilleure façon de jouer aux cubes avec votre enfant consiste, très simplement, à vous mettre à sa hauteur et à l’imiter en verbalisant ses actions : c’est à travers les multiples manipulations libres que les connaissances physiques et mathématiques se construisent naturellement. Rien ne vous empêche, pour renouveler l’intérêt, de proposer quelques activités spécifiques, comme ce petit jeu de peinture et de vaisselle qui réjouira les enfants de tous âges.

matériel

Gouache aux trois couleurs primaires, petits pinceaux brosses aux manches courts, papier journal, gros cubes lavables de formes variées ou cubes de fabrication maison (deux briques de lait imbriquées et laissées brutes, boîtes en carton…), cuvette d’eau savonneuse, éponge, torchon et serpillière.

1 Tapissez votre sol de papier journal et fixez-le avec du Scotch. Sur ce support, disposez des cubes, ainsi que quelques coupelles contenant de la gouache, et des outils (petites éponges et pinceaux-brosses).

2Invitez votre enfant à vous rejoindre dans cet espace et annoncez-lui l’activité : « Aujourd’hui, nous allons peindre des cubes, puis nous les laverons ! »

3Observez les actions de votre enfant et commentez-les : « Tu peins ton pavé en bleu. Oh, tu mélanges le rouge et le vert sur la plus grande face ! » Si vous le souhaitez, installez-vous pour peindre votre propre cube à ses côtés. Tournez soigneusement l’élément pour peindre toutes ses faces et observez si votre enfant fait de même ou non.

4 Lorsqu’il a terminé, encouragez-le à laisser des traces sur le papier journal avec les solides. Attirez son attention sur les empreintes obtenues et engagez-le à s’exprimer : « Regarde toutes ces couleurs ! Je vois un grand rectangle jaune et un autre vert, plus petit. Tu les vois ? Et le rectangle bleu, où est-il ? »

5 Proposez ensuite de laver les cubes dans une bassine d’eau savonneuse, avec des éponges, des chiffons et des brosses. Observez ensemble la manière dont l’eau change de couleur en même temps que les cubes deviennent de plus en plus propres. Vous pouvez aussi maintenir un cube sous un robinet d’eau pour observer la peinture s’effacer graduellement.

Conseil

Le lavage des cubes peut être proposé le lendemain si vous sentez que l’enfant est fatigué, ou s’il a envie de conserver quelques heures ses œuvres dans l’état.

lire, ça inspire !


Un point rouge, David A. Carter, Gallimard Jeunesse, 2005.

Dès la naissance

Un espace sensoriel pour Bébé


Les enfants ont besoin d’un environnement qui stimule leur curiosité naturelle et leur besoin vital de comprendre le monde dans lequel ils vivent. Les bébés et les bambins sont fascinés par les objets sensoriels insolites, à condition qu’ils soient autorisés à les manipuler.

matériel

Grand miroir, miroirs acryliques. Table lumineuse. Intercalaires en plastique, chutes de tissu, billes chinoises… Paniers d’osier, petits objets du quotidien pour les remplir. Boîtes, sacs.

Un espace sensoriel

Créez un espace sensoriel, il sera propice au développement physique, à la créativité et à la naissance de la réflexivité de votre enfant.

1Pensez aux miroirs. Pour les bébés, l’idéal est de fixer un grand miroir au mur, au ras du sol, de manière à ce qu’il puisse s’y refléter. À condition de ne pas exposer votre enfant en permanence à son reflet, il tirera bénéfice de jouer avec son image. Dès que votre enfant s’assoit, proposez des miroirs acryliques qu’il puisse manipuler, de toutes les tailles et de toutes les formes.

2Investissez dans une table lumineuse. Cet outil fascinant fera du profit et est tout à fait adapté aux tout-petits. Optez pour un modèle bas, de manière à ce que votre bébé puisse y accéder en rampant et s’y appuyer sans difficulté.

3 Recouvrez le sol d’un tapis de coton épais et lavable. Une peau d’agneau, naturelle ou synthétique, isole parfaitement du froid. Puis décorez cet espace d’une œuvre aux couleurs très contrastées (en noir et blanc par exemple) qui interpellera et développera la vue encore vacillante du nouveau-né.

Astuce

Vous pourrez vous procurer une table lumineuse chez un photographe, sur internet, ou en fabriquer une vous-même avec des guirlandes à LED (voir ici, « Explorations plastiques »).

Un espace sensoriel

1 Pour les bébés en plein stade buccal, pensez toujours à la sécurité ! Grandes formes géométriques colorées découpées dans des intercalaires en plastique translucide, napperons et chutes de dentelles, bols, gobelets et assiettes de pique-nique en plastique coloré, sets de table tissés, boules d’osier…

2 Lorsque le stade buccal est passé, vous pouvez ajouter des billes chinoises (plates, en magasin de jouets), des objets translucides (cubes, boutons…), des bijoux fantaisie en plastique translucide, des galets…

3Créez des « paniers à trésors » (voir ici « Les paniers de découverte »). Il s’agit de paniers d’osier que vous remplissez d’objets du quotidien choisis pour leur intérêt sensoriel : anneaux de rideaux en bois, chutes de tissu, clefs, boucles de ceinture, chaînes, rubans, petits récipients variés… Succès garanti dès 8 mois !

4 Dès que votre bébé commence à marcher, fournissez-lui des contenants (boîtes, sacs…) à transporter, vider et remplir de matériaux récupérés : bouchons de bouteilles de lait, pompons, tubes de carton… Optez pour des jouets sensoriels : petits instruments de musique authentiques, cubes en bois naturel, livres à toucher…

lire, ça inspire !


Mon visage, Liesbet Slegers, Mijade, coll. Petit train, 2004.

Semaine 2

Dès 6 mois

Jeux de miroir(s) 


Le « stade du miroir » le dit bien : une simple glace peut être un outil de choix dans l’éveil de l’enfant et la prise de conscience qu’il a de lui-même. Veillez cependant à ne pas exposer votre tout-petit en permanence à son reflet, surtout s’il est encore dans l’incapacité de se mouvoir. Mais proposé de temps en temps pour des activités spécifiques, le miroir est un matériel magique et plein de potentialité.

matériel

Grand miroir, foulard, carton, miroir souple à découper (Ikéa), colle, guirlande de Noël électrique, objets insolites et esthétiques.

1Posez un grand miroir debout contre le mur, et placez-vous face à lui, votre bébé sur les genoux. Jouez à toucher certaines parties de son corps en les nommant : « Qu’est-ce que c’est ? – C’est ton nez ! – Où est ton nez ? – Il est là ! »

2Recouvrez votre visage (ou celui de votre enfant, si cette situation ne l’effraie pas) sous un foulard. Laissez votre bébé arracher le foulard pour découvrir votre visage – profitez-en pour faire une « drôle de tête ». Le foulard peut aussi cacher un objet que l’enfant prend plaisir à découvrir.

3Fabriquez un « cube-miroir » en collant des rectangles de miroir souple, coupés aux dimensions adéquates, sur les cinq faces internes d’un carton dont vous avez ôté le fond. Proposez cet objet à votre enfant, et observez ses réactions face à ses reflets multiples et à leurs relations. Encouragez-le à verbaliser ses actions, ses observations, et ses perceptions des objets qu’il placera dans la boîte.

4 Lorsque votre enfant est familiarisé avec ce « cube-miroir », placez une guirlande de Noël à l’intérieur et observez ses réactions. Placez des objets inhabituels (bocal rempli de pierres, branche morte, carotte avec fanes…) de façon à ce que votre enfant puisse les voir sous toutes leurs faces. Encouragez-le à exprimer ses idées et ses pensées, et à expliquer les phénomènes.

Conseil

Accrochez deux petits miroirs adhésifs de chaque côté d’un fil que vous suspendez dans l’aire de jeu de votre bébé. La hauteur doit lui permettre de l’effleurer pour le faire bouger et admirer les reflets produits, mais pas de le saisir pour l’arracher.

lire, ça inspire !


Beaucoup de beaux bébés, David Ellwand, Claude Lager, L'École des loisirs, Pastel, 2009.

Dès 18 mois

Table sensorielle 


Les tables « à eau » ou « à sable » permettent des expériences sensori-motrices essentielles : en manipulant, l’enfant découvre les propriétés physiques des objets et des matériaux. Ici, la table sert à expérimenter l’univers sonore provoqué par des gestes simples.

matériel

Table sensorielle ou large bassine posée sur une table basse. Matériaux pour la remplir : eau, riz… Outils : cuillères, petites pelles…

1 Laissez votre enfant découvrir librement sa table sensorielle. L’expérimentation dure plusieurs semaines, et l’adulte se contente de renouveler les matériaux proposés (eau, riz, farine, sable, perles, coquillages…) et les outils (pots, bouteilles, couvercles variés, cuillères, fourchettes, grillage, pelles, râteaux, entonnoirs, passoire, tuyaux, moulins à eau…) afin de relancer l’intérêt de l’enfant.

Variante

Proposez des univers sensoriels thématiques, en jouant sur les matières : bois, métal, plastique, caoutchouc… Essayez de choisir des objets aux propriétés variées ou focalisez-vous au contraire sur un type d’outils selon leur contenance, leur forme ou leurs dimensions : objets creux, objets troués…

2 Observez les manipulations de votre enfant et verbalisez les actions effectuées avec précision en attirant son attention sur les sons produits : « Tu fais glisser le riz sur ce couvercle rose en le balançant de droite à gauche », « Tu secoues ce pot de riz. Ça fait Tchic, tchic ! », « Tu fais couler l’eau dans l’entonnoir : tu entends le bruit de l’eau qui coule dans la bouteille ? » Vous pouvez choisir de manipuler aux côtés de votre enfant, pour participer à l’expérience et enrichir son répertoire gestuel.

3 Aidez l’enfant à décrire et à comparer les sons produits. Reprenez ses mots (« Ça tombe fort ! », « On dirait la pluie… »), mais introduisez également un lexique « scientifique » précis : « Oui, c’est un son bref, clair, sourd… » N’hésitez pas à recourir aux onomatopées et autres imitations vocales : « Pic ! Pschiiit… Bong ! »

Prolongement

Ce type d’expérience, longuement pratiquée, débouche naturellement sur la fabrication de petits instruments (maracas, bâtons de pluie…) qui exploitent ces découvertes concrètes. Voir ici, « La fabrique à musique ».

lire, ça inspire !


Le Rythme de la rue, Linda England, Letizia Galli, Circonflexe, 1997.

Dès 18 mois

« Je vois ton art » 


Les adultes ont tendance à ne voir que des « gribouillis » dans les premiers tracés de leur enfant. C’est oublier que derrière chaque geste se cache un monde d’intentions. Les premiers dessins sont en réalité aussi complexes que les antiques pictogrammes mésopotamiens ! La manière dont nous parlons aux enfants de leurs productions a le pouvoir d’encourager ou d’inhiber leur production.

citation

« Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant. » Pablo Picasso

Prolongement

Décrire et commenter le dessin de votre enfant dans ce qu’il a d’unique lui permet de construire une image mentale de ses procédés personnels. Petit à petit, l’enfant parle plus longuement et plus librement de son art, explicite ses choix et ses intentions.

1 Face au dessin de votre enfant, résistez à la tentation de demander : « Qu’est-ce que c’est ? », qui revient à avouer votre impuissance à déchiffrer ce qui lui a coûté tant de travail. Prenez l’habitude de dire à la place : « Veux-tu me parler de ton dessin ? » Le message adressé est très différent : vous aimeriez en savoir plus sur son œuvre, et vous accordez de l’importance au discours de votre enfant sur son travail.

2 Lorsque votre enfant vous montre un travail, n’y jetez pas un œil distrait en vous exclamant : « Que c’est beau ! » Obligez-vous à énoncer deux propositions descriptives, par exemple : « Je vois que tu as tracé deux grands traits bleus, ici », « Tu as changé de couleur pour faire de petits cercles ! » Vous serez étonné du pouvoir de ces deux phrases, jour après jour, sur votre relation à l’art de votre enfant… et sur la sienne ! Petit à petit, ses réponses seront plus enthousiastes et plus élaborées, et vous n’aurez bientôt plus besoin de vous contraindre pour réagir face à ses travaux comme devant d’authentiques œuvres d’art.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin