Une approche globale de la santé des patients tuberculeux

De
Publié par

Cet ouvrage rend compte du travail réalisé dans le cadre du projet "FOrmation et REcherche en SAnté", au Burkina Faso. Parti de l'analyse des problèmes par les prestataires de soins afin d'identifier les dysfonctionnements du système de santé dans la prise en charge des patients tuberculeux, ce programme apporte des solutions opérationnelles pour une prise en charge globale, centrée sur le patient.
Publié le : mercredi 1 septembre 2010
Lecture(s) : 316
EAN13 : 9782296263147
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Une approche globale delasanté
des patients tuberculeux

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN:978-2-296-12544-5
EAN:9782296125445

Maxime Koiné Drabo
JeanMacq
BrunoDujardin

Une approche globale delasanté
des patients tuberculeux

L’exemple duprojetFORESAau BurkinaFaso

L’Harmattan

Ethique etPratique médicale
Collection dirigée par Richard Moreauet Roger Teyssou

La collectionLesActeurs de laScience,prévuepour recevoirdesétudes
sur l’épopéescientifiquemoderne,se dédoublepouraccueillirdes ouvrages
consacrés spécifiquementauxquestionsfondamentales quelasantépose
actuellement.Cettenouvellesérie cherche à fairelepoint objectivementeten
dehorsdes modes surdesconnaissances, deshypothèsesetdesenjeuxsouvent
essentiels pour lavie del’homme. Ellereprend certains titres publiés
auparavantdansActeurs de la science.

Déjàparus

GilbertetAnne-ChristinePIERRE,Parole d’une autiste muette, Enigme et
évidence,2010.
GérardMEGRET,Êtes-vousunbon malade ?,2010.
BernardJOUANJEAN,Physiologie durisque face à l’Histoire,2009.
EricSOLYOM,Les cahiers d’un chirurgien.Témoin de la faillite dusystème de
santé,2009.
LionelCHARBIT,L’information médicale.Informer le patient et le grand
public : del’obligation légale à la pratique,2009.
DocteurJeanCHABRIER,Seules les femmes savent marcher avec des talons
aiguilles.Souvenirs d’un gynécologue accoucheur,2008.
PhilippeRAULT-DOUMAX,L’assurance-maladie aurisque de la
mondialisation,2008.
PhilippePIRNAY,L’aléa thérapeutique en chirurgie,2008.
AngéliqueSENTILHES-MONKAM,L’hospitalisation à domicile,une autre
manière de soigner,2007.
VincentDELAHAYEetLucieGUYOT-DELAHAYE,Le désir médical,2007.
GeorgesDUBOUCHER,Adieumabelle Médecine.Logique d’une
métamorphose,2007.
Aziz CharlesMESBAH,Mémoires d’un pédiatre,2007.
BrunoGREFFE,Mes gardes de nuit à l’hôpital,2006
GeorgesTCHOBROUTSKY,Les limitesdelamédecine,2006.
VaninaMOLLO,CatherineSAUVAGNAC,La décision médicale collective,
2006.
JacquesFRANCK,La ballade dugénéraliste,2006.
HenriLAMENDIN,Petiteshistoiresdel’artdentaire d’hieretd’aujourd’hui,
2006.
ArnaultPFERSDORFF,Ethique et pédiatrie,2006.
ClaudeWAGNER,L’ergothérapie,2005.

PRESENTATIONDES AUTEURS

Maxime Koiné DRABO

Docteur en Médecine etLicencié enSociologie,titulaire d’unMaster et d’un
Doctorat (PhD)enSciencesdelasantéPublique;Chargé derecherche à
l’Institutde Recherche enSciencesdela Santé(IRSS)auBurkina Faso ;
membre del’équipe de coordinationduCertificatd’Université enInitiationàla
Recherche enSystème deSanté(CU-IRSS),qu’organise chaque annéel’Ecole
deSantéPublique del’UniversitéLibre deBruxelles (ESP-ULB).
LeDrDraboK.M.aparticipé àla conceptiondudesigndel’étude, coordonné
la collecte desdonnéeset réalisélarédaction principale dudocument.

JeanMACQ

Docteuren médecine,Docteur (PhD)en sciencesdelasantépublique,
Master inPublic Health,Diplôme en médecinetropicale;Chargé de coursà
temps pleinàl’InstitutdeRechercheSanté etSociété del’UniversitéCatholique
deLouvainetchargé de coursàtemps partielàl’UniversitéLibre deBruxelles.
Promoteurdethèse duDrDraboK.M., d’oùle contenuduprésentdocumenta
ététiré,leDrMacqa dirigéla conceptiondudesigndel’étude et réaliséune
révisiondudocumentàtraversun substantiel input.

BrunoDUJARDIN

Docteuren médecine,Docteur (PhD)en sciencesdelasantépublique,
licencié enSantéPublique;Professeuràtemps pleinàl’Ecole deSanté
Publique del’UniversitéLibre deBruxellesetdirecteurdel’UnitéPolitique et
programmesen santéinternationale.
LePrDujardinaparticipé àla conceptiondudesigndel’étude etcoordonnéle
projetFORESAquia financélesactivitésderecherche effectuéesau Burkina
Fasoet rapportéesdansce document.

En2003,ilapubliél’ouvragePolitiquesdesanté etattentesdes patients.
Versundialogue constructif, chezKarthala.

Présentation duprojetFORESA

Le livrequevousavezen mainsest lerésultatdutravaileffectuéauBurkina
Faso sous la coordinationduDrMaxime Draboetavecl’appui scientifique du
ProfJeanMacq.Cettepublication réalisée dans le cadre delathèse de doctorat
en santépublique duDrDraboest le fruitd’un travaild’équipemisen place
dans le cadre duprojetFORESA.

LeprojetdeFOrmationRÉgionale enSAnté a étéinitié en2003par l’Ecole de
SantéPublique del’UniversitéLibre deBruxelles (UnitéPolitiqueset
ProgrammesenSantéInternationale), en partenariatavecles institutionsde
recherche en santépublique de6 paysfrancophonesd’Afrique del’Ouest:le
1
Bénin,leBurkinaFaso,laCoté d’Ivoire,leMali,leNigeret leSénégal .Dès
sondébut,leprojeta bénéficié del’appuidelaCoopérationTechniqueBelge
(CTB) pour tous lesaspectsconcernant la gestiondesfinanceset l’organisation
des rencontres nationaleset régionalesentreles participantsdesdifférents pays.

1
LeNigeret laCôte d’Ivoiren’ontfait l’objetd’étudequelorsdelapremièrephase du
projetFORESA.

7

Le projet FORESAveutaméliorer le fonctionnementdes systèmesdesantépar
unemeilleurequalité delaprise encharge des patients.Les problèmes
rencontrés par les patients tuberculeuxsontutilisés pour identifier les
dysfonctionnementsdusystème desoinset pour proposerdes solutions
opérationnelles.Il s’agitd’améliorer laqualité des soins parune approcheplus
globale, centréesur lepatient, et qui tientcompte desconséquences médicales,
maisaussi socio-économiquesetculturellesdes problèmesdesanté.Cette
approche, baséesur les prioritésdupatient, descommunautésetdes
prestataires,identifieles problèmes rencontréset leursdéterminantsetdonne
priorité auxacteursetauxréseauxcommunautairesappropriés pouryrépondre.
Eneffet, denombreuxproblèmesdesantéimpliquent laparticipationdirecte
d’acteursautres queles infirmiers,médecins,laborantinsetautres
professionnelsdusecteur public delasanté :famille, communautés,ONG,
prestataires privés, guérisseurs traditionnels, autres secteursdudéveloppement.
L’enjeuestdonc d’ouvrir les servicesdesanté àl’interventionde ces nouveaux
acteurs.

Encequiconcerneles prestatairesdesoins,le butduprojetestderendreles
professionnelsdesanté capablesd’identifier les problèmes rencontrésdans les
différenteszones sanitairesetdemettre en place eux-mêmes les solutions
concrètes qui s’imposent.Une équipemultidisciplinaireregroupantdes
compétencesen santépublique, enanthropologie eten tuberculose estactive
danschacundes pays partenaires pourappuyer les prestatairesdesoinsdans
cettenouvelle approche.

L’originalité duprojetconsiste donc àplacer les prestatairesdesoinsdansune
démarcheréflexivepar leurconfrontationavec d’autres professionnelsdela
santémaisaussiavec desacteursd’autres secteurs,qui ontun rôle àjouerdans
laprise enchargelorsqu’elle estcentréesur lesbesoinset lesattentesdu
patient.Cette confrontation s’effectuequotidiennement lorsdesconsultationset
dusuivides malades,maisaussiaucoursd’un processus régionalde formation
etderecherche-actionbasésur l’échange d’expériences.Ceséchanges
débouchent sur l’acquisitiondenouvellescompétences,lerenforcementde
l’autonomie et l’améliorationdel’estime desoidesdifférentsacteurs impliqués.

Aprèsdeuxphases préliminaires, c’esten2005queleprojeta entamésa
2
troisièmephasepour laquelleil reçoit l’appuifinancierd’EuropeAid de
l’Unioneuropéenne à concurrence d’unbudget substantielde 5,2millions

2
ContratSANTE/2004/078-590

8

d’euros.Aucoursde cette nouvelle phase, seizezones sanitaires
regroupant plusde2.5millionsd’habitants ontétésélectionnéesdans quatre
pays:Bénin,BurkinaFaso,MalietSénégal.Afindemettre enévidenceles
dysfonctionnementsdusystème desoins,une analyse desituationa étémenée
danschaquepays.Al’issue de cette analyse,les pays partenaires ontétabli leur
propreliste de dysfonctionnementsàtraiter prioritairement.Se basant surces
premiersconstats,unesérie d’interventions ontétélancées.

Danschaquepays,une évaluationdetypequasi-expérimentala étéretenuepour
objectiver les résultatsde ceprojet innovateur.Des méthodes qualitativeset
quantitatives ontétéutilisées.Les résultats préliminairesde ces interventions
ontété discutés lorsduséminairerégionaldeOuidah auBénindu 23au 27avril
2007et les résultatsconsolidésfont l’objetduséminaire finaldeOuagadougou,
du16au 20mars2009.

AuBurkinaFaso, comme dans les troisautres pays,les principales interventions
ont portésurdifférents thèmes:

Lamise en place deréseauxd’acteursde différents secteurs pour rendre
opérationnellel’approche centréesur lepatienten intégrant lesaspects
delutte contrelastigmatisationet l’appuiauxpatients tuberculeux.
Lapromotiond’un réel partenariatentre acteurs traditionnelsdelasanté
et prestatairesdesoinsdusecteur officiel.
La formationdes prestatairesdesoins tant publics queprivés jusqu’au
niveaupériphérique des soinsdansun objectif affiché del’amélioration
delaqualité des soinsetdel’équité dans l’accèsetdans lesuivides
traitements.
La décentralisationdelaprise encharge dususpectetdes patients
tuberculeuxjusqu’auniveaudescentresdesanté d’arrondissement.
Lasimplificationdelaprocédure de diagnostic :deuxexamens
d’expectorationaulieudetroisen série.

Après quatre ansdetravail, deréussites maisaussid’échecs,les résultatsde ces
différentes interventions menéesencoordinationétroite entreles quatrepays
sont présentésauséminairerégionaldeOuagadougouetdiscutésavec des
responsables politiques, des spécialistesen santé etdifférents invités

9

représentants la société civile des quatrepays
3
représentantsd’associationsdepatients, d’ONG.

partenaires

:

journalistes,

Nous remercions trèschaleureusement toutel’équipe duBurkinaFaso pour la
qualité dutravailaccompli toutaulong de cesdernièresannéesetdontcelivre
n’est qu’un résumé !

Nousespérons quela démarcheproposée dans les pages qui suivent puissevous
intéresseretvousdonnerdenouvelles idées pouraméliorervotrepropre
système desanté.

Bon travail!

ProfesseurDrBrunoDujardin
CoordonnateurduprojetFORESA
Directeurdel’unitéPolitiqueset programmesen santéinternationale
Ecole deSantéPublique-UniversitéLibre deBruxelles

3
Pour plusd’informations, consultez
http://www.ulb.ac.be/esp/psd/foresa

10

le

site

web

du

projet

FORESA:

Remerciements

Le présent document est le fruitdetroisans de recherche fondéesurune étude
deprocessuscouplée à une évaluationquasiexpérimentale dans le domaine de
l’organisationdes prestationsdesoinsdesanté.Larecherche d’améliorationde
laqualité delaprise encharge des malades tuberculeuxen milieururaldu
BurkinaFasoaimpliquéune équipemultidisciplinaire d’intervenantsau
BurkinaFaso quenous tenonsàremercier.Il s’agitduDrKonféSalifou,
Directeur régionaldelasanté duplateaucentral ;M.KafandoBenoit, attaché de
santé àlaDirection régionale duplateaucentral ;M.LassanéOuédraogo,
responsable ducentre de diagnostic etdetraitementde Ziniaré; Dr Franck
Assogba, chargé du volet tuberculosemaladie dans leprojetFORESA;Dr
KaboréAmadou,médecinchef dudistrict sanitaire deBoussé;DrHien
Clotaire,médecinchef dudistrict sanitaire de Ziniaré;DrSawadogoRomial,
médecinchef dudistrict sanitaire de Zorgho ;M.ZerboRoger,sociologue;et
DrDembéléMathurin, coordonnateurdeprogrammenationaldelutte contrela
tuberculose.Nos remerciements s’adressentégalementàtout lepersonnelde
santé etauxmembresdeséquipescadresdesdistricts sanitairesdeBoussé,
Ziniaré, Zorgho, Zabré,Ouargaye etKoupéla.

Nous remercionségalement les participantsFORESAduBénin, duMalietdu
Sénégaldont lesapports lorsdes séminaires régionauxont nourri nos
interventions.

Nous remercionsM.JulienFieyre,MmeIsabelleGodin,M.PierreHuygens,
MmeSamiaLaokri,DrEtienneMugisho (coordonnateur scientifique de
FORESA),MmeMarieFranceRogge del’équipe del’ULB,MmeElisabeth
PauletMmeAurélieKonen pour leurappuiàl’éditionfinale de ce document.

Nous remercions laCoopérationTechniqueBelge et tout spécialementM.
MarinoOrban,pour sonappuiconstantdès le débutduprojetFORESA.

Nousadressons toutenotrereconnaissance àl’UnionEuropéennepouravoir
financéles travauxderecherche dans le cadre duprojetFORESA(EuropeAid,
ContratSANTE/2004/078-590/11), etdont les résultatsfont partieintégrante de
document.

11

SOMMAIRE

Présentation duprojetFORESA

Premièrepartie
Chapitre I : Introduction et démarche générale del’étude
Chapitre II.Contexte demise en œuvre dudispositif desoinsauBurkina
Faso
Chapitre III.Approcheméthodologique générale

Deuxièmepartie
ChapitreIV.Phase «Théorie »

Troisièmepartie
ChapitreV.Phase1:Modélisation

Quatrièmepartie
ChapitreVI.Processusd’implantationdes interventionsdudispositif
ChapitreVII:Résultats intermédiairesen relationaveclamise en œuvre du
dispositif
ChapitreVIII.Interactionsentreles interventionset lesystème desoins
ChapitreIX.Effetsdu dispositif aucoursdelaphasepilote

Cinquièmepartie
Chapitre X.Discussiongénérale
Chapitre XI.Conclusion

Sixièmepartie
Annexes

Première partie

Introduction, démarche générale et
contexte de l’étude

Chapitre I : Introduction et démarche générale de
l’étude

Introduction
Le droitàla santé,une composante des droits de l’Homme.Il représenteun
droitglobal, dans le champduquelentrent non seulement les prestationsde
soinsdesanté appropriéesen temps opportunet l’accèsauxtraitements,mais
également lesfacteursfondamentauxdéterminantsdelasantétels queles
conditionsdeviesalubreset lapropagationdes informations relativesàlasanté.
Ce droitcomprendl’accèsàun système d’offre desoins quigarantissentà
chacun,surun pied d’égalité,lapossibilité dejouirdumeilleurétatdesanté
possible.

Si lescausesdirectesdes maladies sont lesvirus,les parasites oules
prédispositionsgénétiques,on s’accorde à direqueles phénomènes sociauxtels
quela discriminationet les inégalités sociales sontdesfacteursd’aggravation
ouderenforcementdescomplications[OMS,2000].Certainesconditions
sociales (unenvironnement sain,une autonomiesociale etfinancière,une
éducationadéquate)favorisent lasanté.D’autres telles quelesguerres,les
disettes oufamines sont préjudiciables,maisaussi plus largementcequi
cantonnel’individudansunepositiondesoumissionculturelleousociale,
politiqueouéconomique [WHO,2000].Lapauvreté en particulier, fait reculer
lesouci porté àsasanté derrière d’autres priorités, cellesdesubveniràses
besoinsde basesinondesurvivremalgrétout.Sous toutes les latitudes, de
nombreusesétudesconcordantes montrent quelestatut socioéconomique des
individusestun (sicen’est le)déterminant majeurdeleurétatdesanté [OMS,
2001].

Ilapparaîtclairement qu’aujourd’hui il n’ypasdequalité des soins possible,par
exemple,si persistentdesdiscriminationsdesoinsauregard dusexe, del’âge,
etc., et si laprise encharge des patients nerespectepas lelibre choixdes
personnes,leurcapacité dejugementetd’autonomie,leurculture, etc.[PNUD,
2000].

Le «Droitàlasanté »recouvre également le droitàunenvironnement
socioécologiquelemeilleur possiblepour lasanté des individusainsi quelesdroits,
pour l’individu, àsonautonomie,son information,sonéducationet sa
participationàlaviesociale.Lepromouvoirestunchallenge,qui implique des
actionsvisantàrendre accessibles les soinsdesanté dans letempsetdans
l’espace,pour les personnesengagéesdans lapromotiondesdroitsdel’Homme
engénéralet pour les professionnelsdelasanté [WHO,2002].

17

Lasanté est plus que l’absence demaladie.En effet,la santé renvoie àun état
debien être physique,mental et socialcomplet, non réductible àune absence de
maladie oud’infirmité [OMS,1978].

Les sciences médicales sesontbasées pendant longtemps surune approche
consistantàisoler lesdifférentes parties (appareils,tissus,organes, …)ducorps
dans le butderévéler l’expressiondes maladiesetdemieuxlescomprendre
(étiologie, étio-pathogénie, …).Cette approche a conduitàlastandardisationde
la démarche deprise encharge des maladies[Bodenheimer,2002].Parexemple
laprise encharge delatuberculosepulmonaire commencepar larecherche
systématique d’unenotiondetouxchronique(plusdequinzejours),qui justifie
unerecherche bactériologiquesystématique duBacille deKoch(BK)dans les
crachatset quiconduit,lorsquel’examenest positif, àprescrireun traitement
selonuneprocédure bien standardisée.Au-delà del’efficacitéprouvée des
antituberculeuxà éliminer leBKducorps,on peut seposer laquestionde
savoir si lepatient retrouvetoutaulong dutraitement proposé,unétatde bien
êtrephysiquementalet social.On peut s’endoutercar leproblèmeposépar la
tuberculose chez un individu va audelà des manifestationscliniqueset
biologiques provoquées parce germe.L’approcheréductriceutiliséepour
révéler l’expressiondes maladies n’apas toujourscontribué à comprendre
l’étendue et la complexité desdésordrescausés[Bergsma,1994].Eneffet, en
s’intéressant seulementàlamaladie dans lamise en place desdispositifsde
soins,ona courulerisque denégliger lesautresfacteursdubienêtrephysique,
mentalet socialcomplet.

L’émergence denouvellesdisciplines médicales telles quelamédecine
comportementale,laneuro-psycho-immunologie,montrequele cerveau,le
psychisme et les perceptions interfèrentdans notre corpset influencent notre
vulnérabilité et notreréactionface àlamaladie [Reilly,2001].Dès lors,une
démarchescientifique depromotiondelasanténepeutalors séparer les soins
autantdelaphysiologie des malades que deleurs perceptionsetdeleurs
expériences personnelles (mentale,psychologique et sociale).

Lesapproches pour larésolutiondes problèmesdesantéontévolué.La
résolutiondes problèmesdesantés’estconstruitesur lemodèle biomédical
avantd’évoluerversun modèletransactionnel,plusglobal[Brelet,2002].Le
modèle biomédicalutilisela compréhensiondes modesdetransmissiondes
maladies pour identifierdes stratégies, des outilsetdes procéduresd’éradication
oude contrôle des problèmesdesanté.Ilconduituneorganisationdusystème
desanté baséesur les principesde hiérarchisation, deplanification, etde
priorité accordée auxaspects techniques.Cemodèlemontreses limitesà
résoudrel’ensemble des problèmesdesantépublique [Dujardin,2003], dont
beaucoup relèventdel’environnement, des modesdevie etdes transformations

18

socio-économiques (fièvreshémorragiques africaines, hépatiteC,troubles
cardio-vasculaires, cancers, dépressionsetdégénérescencesdiverses).Un
infléchissement s’opèreprogressivementdans lesensd’un modèle
transactionnel,oùlarésolutiondes problèmesdesantés’inscritdansuncadre
plusglobaldelapromotiondelasanté.Lesdéfis soulevés par lapromotionde
lasanté concernent laréductiondes inégalités,lerenforcementdelaprévention
delamaladie et l’accroissementdela capacité deprise encharge des maladies
etdeshandicapschroniques[Mead &Bower,2000].Les mécanismesutilisés
pouryarriver reposent sur lastimulationdelaparticipationdupublic,les
améliorationsdes servicesdesanté communautaire et la coordinationdes
politiques publiquesfavorisant lasanté [OMS,2001].

Lapromotion de la santé des malades tuberculeuxnécessite une approche
globale.Laprise encharge des maladesdetuberculose a ététrès souvent
confiée à des institutions spécialisées (sanatorium, centre de diagnostic etde
traitement, …)et réduite auxseulsaspectsbiomédicauxduproblème [Tschopp,
2003].En 1997,selon l’OMS,les objectifsgénérauxdelalutte contrela
tuberculose(TB)étaient[WHO,1997]premièrementde diminuer lamortalité,
lamorbidité et latransmissiondelamaladie, etdeuxièmementdeprévenir
l’apparitionderésistance auxantibiotiques.Pouratteindre ces objectifs,lesbuts
des programmesétaientde guérir85%descas positifs nouvellementdétectéset
de détecter 70%descas positifs.Lastratégierecommandée a étéle“DOTS”
(Acronyme anglaisde“Directly-ObservedTreatmentShort-course”).Si samise
en œuvre apermisd’augmenter les tauxde guérison, ellen’apas toujours
apportéuneréponse auxpréoccupations induites par latuberculose àl’échelle
del’individuetdela collectivité [Hurtig etal,2000].Onconnaît pourtant
l’influence des préoccupations socio-économiqueset psychologiquesdes
malades sur leurcomportementvis-à-visdelatuberculose et sur sapropagation
[Hurtig etal,2000].

L’offre desoins pour latuberculose devra connaître deprofond changementen
ème
ce débutde XXIsiècle,pourfaire face àune demandevenantdepatientsde
mieuxen mieuxinformés sur leursdroitset sur les possibilités thérapeutiques
[Tschoppetal,2002;Tschoppetal,2005].Le confort physique,psychologique
et laqualité deviependantetaprèsun traitement médicaldeviennentune
préoccupation légitime expriméepar les maladeschroniques[Muniyandietal,
2006].Des interventions spécifiquescapablesdemettre en relation le diagnostic
et letraitementantituberculeuxavecl’état physique,mentalet socialdumalade,
en tenantcompte desoncontexte devie [Macqetal,2007 ;Macqetal,2008],
s’avèrentalors indispensables.Seulesdeséquipes multidisciplinairesbien
organisées sontàmême deproposer non seulement le diagnostic et letraitement
delatuberculose,maisaussides solutionsauxsouffrancesdetypementalet
psychique des personnes malades, enutilisant les ressources provenantdeleurs

19

environnements devie [Mathema etal,2001 ;Kironde&Kahirimbanyi,2002;
Chimbanrai et al,2008].

Le centre d’intérêtde cetravail de recherche
Il s’agit essentiellementdelapromotiondubien être physique,mental et social
dupatient tuberculeuxàtraversuneprise encharge biomédicale (comme cela
est faitjusquelà dans lescentresdesanté), associée àuneréponse aux
préoccupations psychosocialesetéconomiquesengendrées.Pource faire,un
dispositif desoins intégrantdes interventions susceptiblesd’améliorer
significativement le dépistage,les résultatsdetraitementetd’apporterdes
réponsesauxproblèmes psychosociauxdes malades tuberculeux, a ététesté
dans le contexteruralduBurkinaFaso.Ces interventionset le fonctionnement
dudispositifontfait l’objetd’une documentationduprocessus permettantune
analyse deleurs influences sur lesélémentsclésdusystème desoinsetvice
versa, d’une évaluationdesa fonctionnalité etdesonefficacité, ainsi que d’une
propositiond’améliorationdesonfonctionnement.

Les leçonsapprises pourraientcontribuerà améliorer les stratégiesdeprise en
charge des patients tuberculeux(PATB)auBurkinaFaso, ainsi qu’àpréparer le
système desanté àrépondre auxbesoinsdes maladeschroniquesengénéral.

Unequestiongénérale etdeshypothèsesderechercheontété formulées pour
guider la démarche d’investigation.

La question générale de recherche
Elle est lasuivante.Lamise en place d’undispositifintégrantdes interventions
4
visantàréduirelescoûtsdelaprise encharge(pour les malades), ainsi qu’à
résoudreles problèmes psychosociauxetéconomiquesengendrés, dansun
contexteoùles soins proposés sontcentrés sur lamaladie,peut-elle améliorer
significativement non seulement les résultatsbiomédicauxmaisaussi le confort
psychologique et socioéconomique des patients tuberculeuxen traitement ?

Les hypothèses de travail
Elles s’énoncentcommesuit.Lamise en place dudispositifvisaità améliorer
l’offre desoinsen place, enconsidérantdeuxperspectives quesont
premièrement lescoûtsdelaprise enchargepour lemaladeliésàl’accessibilité
géographique des soins, etdeuxièmement les préoccupationsd’ordres
psychosocialet socioéconomique des maladesen traitement.Troishypothèses
ontguidéle choixet lamise en œuvre des interventionsayantun potentiel

4
Lescoûts sontceuxessentiellement liésàla faible accessibilité géographique des
servicesdesanté.

20

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.