Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Une introduction aux psychothérapies

De
0 page

L'ouvrage reprend les fondements théoriques et historiques de la psychothérapie et les éclaire par de nombreux cas concrets tous issus de la pratique de son auteur. Ce livre s’adresse aux professionnels ou aux futurs professionnels qu’ils soient soignants, éducateurs ou travailleurs sociaux et, au-delà, à toute personne intéressée par les questions de santé mentale. Il part d’un détour nécessaire sur la constitution du psychisme plongeant ses racines en-deçà même de la naissance et de la conception de chaque être humain pour, ensuite, développer les différentes approches des psychothérapies, individuelles ou groupales, verbales ou corporelles.


Voir plus Voir moins
UNE INTRODUCTION AUX PSYCHOTHERAPIES Joseph Mornet Champ social éditions
Présentation du livre :L'ouvrage reprend les fondements théoriDues et historiDues de la psychothérapie et les éclaire par de nombreux cas concrets tous issus de la pratiDue de son auteur. Ce livre s’adresse aux professionnels ou aux futurs professionnels Du’ils soient soignants, éducateurs ou travailleurs sociaux et, au-delà, à toute personne intéressée par les Duestions de santé mentale. Il part d’un détour nécessaire sur la constitution du psychisme plongeant ses racines en-deçà même de la naissance et de la conception de chaDue être humain pour, ensuite, développer les différentes approches des psychothérapies, individuelles ou groupales, verbales ou corporelles. Auteur :Joseph MORNET est psychologue clinicien. Après avoir commencé à travailler à Paris auprès d’enfants et d’adolescents en CMPP et en IMPro, il a consacré depuis 1972 l’essentiel de sa pratiDue au Centre PsychothérapiDue Saint Martin de Vignougoul près de Montpellier. Il a déjà publié Le corps et la psychose (2003), La psychothérapie institutionnelle, histoire et actualités (2007) et Le petit guide illustré de l’accréditation (2009) aux éditions du Champ Social. Il est actuellement secrétaire national de la Fédération d’aide à la santé mentale Croix Marine.
Table des matières Préface Introduction PREMIERE PARTIE LES FONDEMENTS DE LA PSYCHOTHERAPIE Chapitre 1 La constitution de l’humain Chapitre 2 Les premières relations au monde DEUXIEME PARTIE LES PSYCHOTHERAPIES Chapitre 1 La psychanalyse, la relation duelle et le transfert Chapitre 2 Le psychodrame Chapitre 3 Les thérapies corporelles Chapitre 4 La psychothérapie de groupe Chapitre 5 La psychothérapie institutionnelle Conclusion BIBLIOGRAPHIE
à Sacha
Préface
Pierre DELION Joseph Mornet avait déjà enrichi notre pensée en consacrant plusieurs de ses écrits à la {1} Psychothérapie Institutionnelle, nous éclairant notamment sur l’histoire de ce mouvement {2} important dans l’humanisation de la psychiatrie, ainsi que sur les p rocessus de la création chez les personnes psychotiques. Là, il revient avec un nouvel ouvrage qui sera très utile, non seulement pour les professionnels de la psychiatrie d’adultes et d’enfants, mais également pour toutes les personnes qui souhaitent s’informer de façon précise et méthodique sur les psychothérapies sans avoir à se perdre dans la jungle des références incertaines des nouvelles bibliothèques numériques. Son ouvrage tombe à point nommé pour p réciser ce qu’il en est de la notion de psychothérapie, car notre actualité est marquée par la recrudescence de formes de thérapies « vendues » pour telles, alors qu’elles ne sont que des avatars de procédés éducatifs ou rééducatifs portant sur les compo rtements à normaliser, ce qui, sommes toutes, est très loin de la philosophie du travail psychothérapique classique. Mais le livre de Joseph Mornet va plus loin encore puisqu’il nous donne à comp rendre aussi bien la psychanalyse qui figure comme modèle paradigmatique des psychothérapies que les autres formes de psychothérapies qui en sont nées ou en ont été enrichies de la rencontrer en chemin. C’est ainsi que sont développés le psychodrame, les thérapies corporelles, les psychothérapies de groupe et la ps ychothérapie institutionnelle. Pour justifier ses hypothèses de travail Joseph Mornet commence par aborder la genèse du psychisme afin de montrer que le désir qui va s’y rencontrer tout au long de la vie du sujet est précisément ce qui est en jeu dans le travail psychothérapique ultérieur. En effet, si l’on veut bien admettre que la vie ps ychique qui nous concerne n’est pas que le résultat du fonctionnement de notre partie animale, génétique et neurodéveloppementale, mais qu’elle se construit nécessairement dans un certain environnement, notamment humain, et qu’en retour ce contexte a des effets sur le développement de l’enfant, le désir vient prendre une place incontournable dans la vie des sujets humains en ce qu’il singularise chacun de nous autour d’une équation à nulle autre pareille. Dans un ouvrage paru en 2011, « L’animal que je ne suis {3} plus », Etienne Bimbenet évoque l’importance de cette position spécifique des humains qu’il ne faudrait pas brader sous le faux prétexte des découvertes extraordinaires des sciences contemporaines. Et en prenant à bras le corps cette constatation d’évidence, apparaît la question du langage qui figure au centre des spécificités de l’homme. Mais, par ailleurs, ce constat est une des raisons principales pour lesquelles l’homme, en disposant d’un outil sans précédent, représenter le monde et s’y représenter, ou en le disant aut rement, disposer d’une parole articulée dans un langage, devient sujet à l’angoisse, signe complexe de sa possible souffrance psychique. Et les différentes formes de l’angoisse, lorsqu’elles ne peuvent se satisfaire des solutions proposées par la cultu re et ses processus sublimatoires ordinaires, peuvent faire basculer l’homme qui en est le sujet, dans des souffrances psychiques extra-ordinaires. On pourrait dire que la psychothérapie est la réponse que l’homme a forgée pour
accueillir, écouter, transformer les multiples formes de souffrances psychiques dont les humains peuvent être les sujets. Et pour cette raison précise, l’ouvrage de Joseph Mornet présente un très gros intérêt pour toutes sortes de lecteurs. En effet, nous savons aujourd’hui que le « névrosé occidental poids moyen » souffrant psychiquement peut entreprendre une psychanalyse freudienne classique, car la décou verte géniale de Freud, peaufinée par les très nombreux descendants de son œuvre , e s t maintenant suffisamment stabilisée p o u r être accessible dans de bonnes conditions. Le règne de la désinformation actuelle, voire de la haine répandue à son sujet, ne permet pas suffisamment à ceux qui pourraient en a voir besoin d’y faire appel, alors que certaines publications récentes montrent à l’envi que ses effets sont intéressants à long terme. Joseph Mornet en donnant une lecture rigoureuse de ses concepts principaux met à portée d’intelligence ceux qui pourraienten bénéficier. Mais nous savons également que certaines personnes souffrant psychiquement ne sont pas disposées, ou ne peuvent pas se livrer au dispositif de la cu re-type. Or, il existe d’autres formes de psychothérapies qui, s’appuyant sur les mêmes prémisses, permettent de bénéficier de ses effets. C’est le cas du psychodrame qui est par exemple utilisé avec des sujets ayant un tropisme plus grand pour jouer une scène que pour la raconter sur un divan. Telles sont les personnes adultes victimes d’un traumatisme, ou des enfants ou des adolescents peu enclins à dire leur souffrance et plus à l’aise dans l’expression de leurs difficultés dans un petit groupe de psychodrame. Dans d’autres circonstances, un sujet peut être inhibé dans son rapport avec un psychothérapeute en individuel, et a besoin de l’étayage d’un petit groupe pour faciliter l’expression de sa souffrance psychique. Da n s d’autres cas enfin, c’est le corps lui-même qui peut se faire le messager de la souffrance psychique et les psychothérapies entreprises à partir du corps et a vec lui, sont dès lors cent rées sur des formes particulières de souffrances corporo-psychiques. Enfin, il existe des pathologies qui mettent en péril le rapport au monde des sujets qui en sont porteurs, et dans ces cas graves, le recours à une institution est parfois nécessaire . Tosquelles précisait qu’une institution est constituée d’un ensemble vivant de personnes qui peuvent accueillir une autre personne présentant d’importantes souffrances psychiques et ne pouva n t recourir aux psychothérapies plus classiques déjà présentées. Ce faisant il la distinguait d’un établissement qui est l’organisme officiel chargé de répondre à la mission de soigner. Mais nous savons tous qu’il ne suffit pas de disposer de tels établissements pour que le soin y surgisse par miracle : cela dépend énormément des personnes qui le rendent habitable… ou non ! La psychothérapie institutionnelle est cette méthode psychothérapique qui se crée à partir d’une équipe constituée pour le soin de personnes gravement malades psychiquement et pour lesquelles tous les protocoles ne pourraient suffire. Rien ne vaut un groupe de professionnels réunis autour d’un projet de soins défini à partir des prémisses de la psychothérapie et q u i vont construire pour chaque patient un « costume psychothérapique sur mesure », réunissant les principales qualités apportées par la psychothérapie mais adaptées aux formes particulières que nécessitent les plus gra vement malades. Cet ouvrage de Joseph Mornet est bien venu en ces temps de déréliction de la psychothérapie, car non seulement il en restaure une définition et une pratique justes, sans prétentions éhontées ni divagations démagogiques, mais en plus il en donne une théorie s’appliquant à ses diverses formes, constituant ainsi un corpus commun dont nous manquions jusqu’alors. Et pour rendre son livre accessible au plus grand nombre, tous les chapitres qui le constituent disposent d’histoires cliniques venant donner des images aux concepts
éveloppés. Je vous laisse donc en bonne compagnie pour la lecture de cet ouvrage qui accompagnera, n’en doutons pas, tous ceux qui veulent continuer à travailler en appui sur la psychothérapie sous ses diverses formes, et ainsi aider les patients à en bénéficier dans de bonnes conditions éthiques et pratiques.
Introduction Qu’est-ce que la psychothérapie ? Qu’est-ce que le psychodrame ? Qu’appelle-t-on thérapies corporelles ? Sur quoi se fondent les thérapies de groupe ? Qu’est-ce que la psychothérapie institutionnelle ? Qu’est-ce, enfin, la psychanalyse ? Autant de questions sur lesquelles se penche cet ouvrage. Il en reprend les fondements théoriques et historiques et les éclaire par de nombreux cas concrets. Son intention n’est pas encyclopédique. Le livre ne prétend pas recenser les multiples formes de psychothérapie existantes, leurs variations techniques et leurs divers fondements théoriques. L’ouvrage se limite aux psychothérapies d’approche psychanalytique au sens large des termes, c’est-à-dire s’appuyant sur la reconnaissance de l’inconscient et du transfert. La raison de ce choix est simple : elle est celle imposée par la compétence de son auteur. Tout ce qui y est décrit et formalisé dans cet ouvrage est directement issu d’une pratique de 40 ans {4} de psychothérapeute d’abord en pédopsychiatrie puis en institution psychiatrique d’adultes . Le contenu a primitivement fait l’objet d’un cours auprès d’étudiants ou dans le cadre de la formation continue de professionnels : c’est à leur contact et souvent à leur demande que le projet d’en faire un livre s’est lentement imposé. Cette Introduction aux psychothérapies s’adresse d’abord aux professionnels actuels ou futurs du champ clinique sanitaire et médicosocial : soignants, éducateurs, travailleurs sociaux ou psychothérapeutes en formation. Bien au-delà, il intéresse tous ceux qui sont concernés par la souffrance psychique et les troubles mentaux ou peuve n t s’y trouver confrontés directement ou indirectement dans leur environnement quotidien, social ou p rofessionnel : la santé mentale n’est pas réservée au seul champ classique de la ps ychopathologie psychiatrique. Nous observons dans notre société une progression constante de demandes d’aide psychique entraînant des consommations croissantes de psychotropes mais se traduisant souvent également par le recours à la ps ychothérapie. Cette demande nait de mal-être beaucoup plus larges que ceux de la seule clinique ps ychiatrique : ils naissent des duretés ou des accidents de la vie sociale p rofessionnelle, ou familiale. Cette évolution sociale a amené la ps ychothérapie à occuper de nouvelles places dans l’organisation sociale. Tout en restant destinée au traitement des souffrances et des désarrois touchant l’intimité et le concret de la vie de chacun, elle se t rouve également investie de fonctions plus larges : on lui demande d’œuvrer à une meilleure adaptation de l’individu aux nouvelles contraintes de la société, qu’elles soient politiques, économiques ou professionnelles ou d’en réparer les effets destructeurs. C’est probablement cette nouvelle fonction sociale octroyée à la psychothérapie qui a amené les pouvoirs publics à réglementer l’accès à l’exercice du métier de ps ychothérapeute à partir d’un cursus de fo rmation spécifique détaché du seul cadre de l’enseignement universitaire. Toute technique psychothérapique s’enracine dans une approche théorique de la personne et de son lien à elle-même et aux autres. Dans ce livre, nous avons choisi de « commencer par le début », c’est-à-dire par où commence la vie de chacun : sa conception, sa naissance et ses premières années. C’est là que se constituent les bases du psychisme et que se nouent les premiers modèles de relations aux autres et au monde. C’est dans ces premiers temps de la vie que s’inscrivent des histoires de rencontres ou d’accidents qui
contribueront à façonner l’arrière-fond de son existence. Ceci n’est jamais un fatalisme ou un destin :« tout ne se joue pas avant trois ans »a rappelé avec pertinence Pierre Delion dans {5} l’ouvrage portant ce titre . Aucune vie d’être humain n’est condamnée à partir de ses deux ou trois premières années. Bien au contraire, c’est là que s’accumule un trésor de potentialités dont une seule partie infime est amenée à se développer : le reste, pour des raisons multiples, peut se trouver inutilisé, bloqué ou interdit. Le travail psychothérapique va leur permettre de se remettre en mouvement. Au-delà de ces aspects, il m’apparaît important de pouvoir transmettre en ce début du XXIème siècle des théories et des pratiques qui ont largement contribué à faire basculer le regard sur les souffrances psychiques en initiant d’autres formes de soins et de possibilités d’accueil. À ce titre, ce travail peut être considéré comme le troisième panneau du triptyque que j’ai entamé avec mes deux précédents ouvrages : «Le corps et la psychose »et «La {6} psychothérapie institutionnelle, histoire et actualité » .