//img.uscri.be/pth/c31ed33e9ea839677d502c085cdf72abbbefc7ef
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Une même vague jusqu'à nous

De
288 pages
L'Océanie et le Temps sont au coeur de ce roman dont l'histoire commence au dix-neuvième siècle. Avant de croiser leurs destins, tous les personnages naviguent vers une même destination, lieu géométrique de toute l'action : les îles Marquises. Cet archipel perdu va entrer dans la vie de Perrot comme une enfance nouvelle, comme un amour premier. Le jeune homme est happé, il vit un présent expansé, en mitoyenneté avec des Temps Oubliés. Fresque vivante et documentée, prisme poétique d'un archipel méconnu, ce récit emboîté donne la parole à ceux liés, depuis deux siècles, à ces terres lointaines.
Voir plus Voir moins
James Poirier
Une même vague jusqu’à nous Marquises, îles doutretemps
Romans historiques
Une même vague jusqu’à nous
Romans historiques Cette collection est consacrée à la publication de romans historiques ou de récits historiques romancés concernant toutes les périodes et aires culturelles. Elle est organisée par séries fondées sur la chronologie. PINÇON(Jean-Marie),La tentation de Marathon, 2016. ABRAHAM(Angélique),Champ d’honneur, 2016. HOUZÉ(Roger Charles),L’odyssée maritime de la Sainte Claire ou les aventures extraordinaires d’un jeune paysan normand, 2016. RECH(Henri),Voyage au bout de la mer océane, 2016. MILLOT(Georges),Berceaux de guerre, 2016. LARRIAGA(Jean),Ils inventèrent l’été. Une escapade estivale sous l’Ancien Régime, 2016. BOUSQUET(Bernard),Le magicien de Pétra, 2016. BAROIS DIGAETA(Julien),Naples la cruelle, 2016. BRASSAC(Pierre-Jean),Jérôme Bosch entrez soufre et hostie ou la lancinante tentation du désastre, 2016. SILVEIRA(Vincent),Par-delà le rejet et l’oubli. D’Evariste Galois à Maximilien Robespierre, 2016. MAUMY(Jean),Le duel des reines. Aliénor d’Aquitaine et Adèle de Champagne, 2016. CENCERRADO(Monique),Manant et Croisé. La quête d’un destin au Moyen Âge, 2016. Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
James Poirier
Une même vague jusqu’à nous Marquises, îles d’outre-temps
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10728-8 EAN : 9782343107288
« Une même vague par le monde, une même vague jusqu'à nous, au très lointain du monde et de son âge... Et tant de houle, et de partout, qui monte et fraye jusqu'en nous. » Saint-John Perse Etroits sont les vaisseaux Amers
Et le navireEnivra l’étéI. Émissaires de hasard«Moi, j’étais d’accord, depuis le début. Mais je n’y croyais plus. Tout avait été trop lent, trop improbable. À peine rallumée, la perspective du grand départ s’était évanouie pendant des mois, plusieurs fois. Je me retenais d’espérer. C’était trop beau. D’un coup, le temps est sorti de sa torpeur; le mauvais temps aussi. À mon arrivée, un voilage de pluie recouvre la ville inconnue, aspersion délayée dans la grisaille intentionnelle du port militaire. Rien de vivant à l’entour. Là, se côtoient et s’ignorent des eaux de toute condition : à quai, flaques et clapotis sous l’ondée coutumière; à flot, une escadre debout sur ses jambes de mer. C’est un des premiers jours de septembre, à Brest. Midi. Il fait jour, mais à peine. Tout n’est que brumaille et clôture, dans une immobilité ruisselante. Mon taxi avance au pas vers un planton au souffle coupé par la pose. Casque blanc, jugulaire au carré, hébétude sanglée. Dans ce monde délavé, ne subsiste de couleur et de santé que le rouge éclatant de la barrière, fausse note de feu dans une plaine éteinte. La confortante odeur des ports — celle habituelle d’effluves de carburants, d’iode, et d’ordure noyée — ne s’élève même pas, coiffée de pluie. À peine perçoit-on dans l’air ce goût douceâtre de rouille salée et de goudron frais qu’exhalent sans y penser les bâtiments de guerre. La mort grise colle furtivement au palais.
9