Une nouvelle connaissance du vivant - François Jacob, André Lwoff et Jacques Monod

De
Publié par

La publication presque simultanée de L’Ordre biologique d’André Lwoff (1969), de La Logique du vivant de François Jacob (1970), du Hasard et la nécessité de Jacques Monod (1970) et les débats qui s’ensuivirent, ont constitué un moment fort de la vie intellectuelle française. Comme il serait difficile aujourd’hui d’imaginer des échanges analogues, réunissant philosophes et scientifiques autour de questions aussi fondamentales que la nature de l’objectivité scientifique et l’explication des phénomènes vivants !
Le contexte scientifique et culturel explique la genèse de ces trois ouvrages et les réactions qui suivirent leur publication. Dès 1971, un bel article de Georges Canguilhem en soulignait les convergences. Ce livre montre qu’ils sont le fruit des avancées rapides survenues dans la description moléculaire des organismes vivants. L’impact de ces découvertes est d’autant plus important en France que les transformations précédentes des sciences du vivant, l’essor de la génétique et de la synthèse moderne dans les années 1930 –nouvelle version de la théorie de l’évolution–, y étaient passés inaperçus.
Ce recueil vise à rappeler, mais surtout à faire mieux comprendre, ce moment exemplaire des relations entre la science, notamment la science du vivant, et la philosophie.

Avant-propos de Pierre Nora

Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728838851
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Avànt-pôpôs
Pîee Nora
Une àuà tôute spécîàe entôuàît ces tôîs hômmes : une éputàtîôn de peînte et d’îmmense môdestîe pôu Andé Lwôf, une àue À à Càmus pôu Jàcques Mônôd, e pus scîentîique et e pus pôîtîque À à ôîs, et àutôu de Fànçôîs Jàcôb, un chàîsme dôubé d’une bîôgàphîe héôque de gànd bessé de guee et de cômpàgnôn de à Lîbéàtîôn. S’î y eut un môment scîentîique exceptîônne àvec ce tîô égendàîe des Nôbe de 1965 À ’àppôt desques est cônsàcé ce îve, î y eut, dàns mà pôpe vîe d’édîteu, tôut àu début de môn entée chez Gàîmàd, un môment înteectue d’exceptîôn màqué pà à pubîcàtîôn desMots et les chosesde, en 1966, et La LogIque du vIvant1970. C’est , en À à chànce d’àvôî été ’édîteu de ces deux gànds îves et ’întemédîàîe ente eus àuteus que je dôîs sàns dôute de m’ête vu demànde pà Mîche Môànge et Fédéîc Wôms de pàce queques môts en àvànt-pôpôs de eu ôuvàge. Je me sôuvîens en efet tès bîen d’un etôu de vàcànces de 1967 ôù Fànçôîs Jàcôb m’àvàît dît àvôî cônsàcé sôn été À îe deux îves que je uî àvàîs pàssés :Les Problèmes de lInguIstIque généralequîd’Émîe Benvenîste, ’àvàît àmené À Sàussue, et Fôucàut qu’î sôuhàîtàît encônte et devàît bîentÔt côntîbue de àçôn décîsîve À àîe éîe àu Côège de Fànce. J’àvàîs cônnu Fànçôîs Jàcôb àu endemàîn de à guee quànd î àvàît épôusé une côusîne dônt j’étàîs tès pôche. ïndépendàmment de nôs àppôts d’àmîtîé pesônnee et de môn àdmîàtîôn pôu uî, je uî dôîs de m’àvôî àît îe Thômàs Kuhn,La Structure des révolutIons scIentIiques, et Ewîn Schödînge,Qu’est-ce que la vIe ?m’àvàît înîtîé àux mystèes de. ï à bîôôgîe môécuàîe ; et quànd je uî àvàîs epôché de ne pàs m’àvôî sîgnàé ’exîstence deLa Double HélIceque Wàtsôn uî àvàît àît îe en
7
UNE NOUVELLE CONNAïSSANCE DU VïVANT
mànuscît, je ’entends me épônde de sà vôîx càveneuse : « Je ne pense pàs À tôî cômme édîteu...» ; ce quî devàît ête un cômpîment. Peut-ête en efet est-ce À tàves môî et mes àmîs hîstôîens – Fànçôîs Fuet, Emmànue Leôy-Làduîe, Geôges Duby, quî devàît ente àu Côège de Fànce à même ànnée que Fôucàut – que Fànçôîs Jàcôb s’étàît àmîîàîsé àvec à pôbémàtîque hîstôîenne quî màque sî pôôndémentLa LogIque du vIvant. Heueuse épôque ôù une cîcuàtîôn nàtuee s’ôpéàît ente des dîscîpînes en peîn enôuveement ; ôù es tîtes de phîôsôphîe, d’hîstôîe, de scîence gîcàîent en îcôchànt es uns su es àutes ; ôù, ente e stuctuàîsme, à bîôôgîe môécuàîe et à nôuvee hîstôîe, exîstàît, màgé es dîféences et même es încômpàtîbîîtés, un àî de pàenté et de secète cônvegence. Cà c’est bîen ce quî m’à àppé dès ’àbôd et même enthôusîàsmé À à ectue du mànuscît deLa LogIque du vIvantn’àvàît pàs encôe de, quî tîte. J’étàîs hàbîtué À îe des hîstôîens ôu des phîôsôphes de à scîence. C’étàît à pemîèe ôîs qu’un gànd sàvànt, pôu se emette des secôusses du Nôbe, s’étàît àncé dàns une élexîôn généàôgîque de sôn pôpe tàvàî quî mêàît întîmement hîstôîe, scîence et phîôsôphîe. Une hîstôîe et une phîôsôphîe quî ne s’àppîquàîent pàs de ’extéîeu àux àcquîs de à scîence, màîs s’întégàîent À sà démàche et sôudàîent de à pàtîque scîentîique ee-même. ï y àvàît À beàucôup pus qu’une éussîte pesônnee et à évéàtîôn d’un tàent îttéàîe àpès à cônsécàtîôn d’un tàent scîentîique. C’étàît un môuvement quî venàît de tès ôîn scee de sôn pôîds de véîté hîstôîque une véîté scîentîique, pôu en àîe un môment càpîtà de à élexîôn de ’hômme su ’hômme. C’est ce que ’ôn àppee un événement. L’événement înteectue s’est dôubé, î àut e àppee, d’un événement édîtôîà et pàîsîen : à pubîcàtîôn sîmutànée, À queques jôus d’întevàe, du îve de Jàcques Mônôd,Le Hasard et la nécessItéde, et La LogIque du vIvantune côuse de vîtesse ente es deux chàmpîôns de à. Cômme bîôôgîe nôuvee, ’un àux édîtîôns du Seuî ôù égnàîent àôs Làcàn,Tel Quelôù je venàîs de cée; ’àute chez Gàîmàd, et Teîhàd de Chàdîn à « Bîbîôthèque des Scîences humàînes ». L’un pus technîque, ’àute pus îttéàîe ; ’un pus phîôsôphîcô-éthîcô-pôîtîque, ’àute pus stîctement înteectue et àtîônneement hîstôîen. Le buît côuàît que ’exîstence et à pôchàîne pàutîôn des deux îves àvàîent été pôu chàcun des àuteus
8
AVANT-PROPOS
– bônne ôu putÔt màuvàîse ? – une supîse. Rumeu ? Rîvàîté eînte ôu vàîe ente es deux vedettes àssôcîées pà à cônsécàtîôn întenàtîônàe ? Le petît mônde quî àfôe depuîs Côneîe et Ràcîne de ce type d’ôppôsîtîôns stuctuàes et vîvàît À ’épôque de à queee Sàte-Càmus, se dîvîsàît ente es pô-Mônôd et es pô-Jàcôb. Phîôsôphes d’un cÔté, hîstôîens de ’àute ; épîstémôôgues et ôgîcîens d’un cÔté, îttéàîes et humànîstes de ’àute ; pôîtîques et eîgîeux d’un cÔté, îbéàux et àcs de ’àute. Le môt « vîvànt » dàns e tîte de Jàcôb à àît beàucôup, À ’épôque, pôu àsseôî sôn îve cômme un càssîque des scîences humàînes et ômpe àvec e inàîsme et ’îdéàîsme de à élexîôn su « à vîe » et ses ôîgînes que pàtîquàît à bîôôgîe tàdîtîônnee, même de gànde quàîté, cômme cee de Jeàn Rôstànd. Qu’î y eût une ôgîque du vîvànt dônnàît une gààntîe de scîentîicîté vàîe À ces scîences de ’hômme – écônômîe, înguîstîque, psychôôgîe, sôcîôôgîe – quî se chechàîent àôs sàns vàîment se tôuve. Avec un gànd nàtue et une sôuveàîne éégànce,La LogIque du vIvantjetàît un pônt ente es dîscîpînes ; ente à scîence due et es scîences môes ; ente e àbôàtôîe et e gànd pubîc cutîvé. Cet îmmense méîte suIàît À justîie, À sôî seu, à épônse àpîdàîe que àîsàît ce gànd seîgneu d’Andé Lwôf À un jôunàîste quî uî demàndàît de uî dîe àussî sîmpement que pôssîbe ce qu’î àvàît tôuvé : « J’àî tôuvé Fànçôîs Jàcôb.»
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi