Une petite histoire de la psyché

De
Publié par

Dans cet ouvrage argumenté et cliniquement documenté, déroulant une conception personnelle de l'évolution psychique, l'auteur nous conduit dans un voyage à travers l'évolution et les diverses manifestations de la psyché humaine. Il s'appuie d'une part, sur l'expérience de sa clinique psychanalytique et, d'autre part, sur une sensibilité artistique et sur des connaissances poétiques vastes et éclairantes. L'appel au poète éclaire de nombreux concepts psychanalytiques et donne une dimension supplémentaire à de très nombreux référents théoriques.
Publié le : dimanche 1 novembre 2015
Lecture(s) : 3
EAN13 : 9782336395258
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
JeanClaude GUILLAUME
Une petite histoire de la psychéou quelques reflets de l’âme dans le miroir de l’inconscient
S
15/10/15 17:21
Une petite histoire de la psyché
Psycho - logiques Collection fondée par Philippe Brenot et dirigée par Joël Bernat  Sans exclusives ni frontières, les logiques président au fonctionnement psychique comme à la vie relationnelle. Toutes les pratiques, toutes les écoles ont leur place dans Psycho - logiques. Déjà parus Jean GODEBSKI,Tout ce que tu fais pour la personne sans la personne, tu le fais contre la personne, Vers une redéfinition de la fonction paternelle, 2015. Michel DAVID,Soigner les méchants, Ethique du soin psychiatrique en milieu pénitentiaire, 2015. Roland BRUNNER & Luce JANIN-DEVILLARS,Le coaching clinique psychanalytique, 2015. Florence LAFINE,Du sensoriel au sens social. Naissance de la pertinence et de la normativité sociale chez le bébé, 2015. Cécile CHARRIER,Réflexions pour une thérapeutique de la violence. Violence et Créativité, 2015.Riadh BEN REJEB (dir.),Le rituel. De l’anthropologie à la clinique, 2015.Radu CLIT,Le travail institutionnel en milieu psychiatrique et de l’enfance inadaptée, 2015. Jean Michel PÉCARD,Essai de psychologie analytique, 2015. Sébastien PONNOU,Lacan et l’éducation. Manifeste pour une clinique lacanienne de l’éducation, 2014. Sophia DUCCESCHI-JUDES,Portrait de folies ordinaires. Petit guide de psychopathologie pour tous, 2014. Anna CURIR,Les processus psychologiques de la découverte scientifique, L’harmonieuse complexité du monde, 2014.Jean-Pierre LEGROS,Stratium, Une théorie de la personne, 2014.Aurélie CAPOBIANCO (dir.),Peut-on parler au téléphone ? Stratégies cliniques pour entendre au bout du fil, 2014.Christel DEMEY,Stimuler le cerveau de l’enfant, 2013.
Jean-Claude GUILLAUME
Une petite histoire de la psyché
ou quelques reflets de l’âme dans le miroir de l’inconscient
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05959-4 EAN : 9782343059594
CHAPITRE 1 : Le souffle a-t-il une image ? Quand, au prix de leur nature aérienne et éphémère, les mots se figent dans l’écriture, qu’en est-il de la perte infligée par le gain de cette parcelle d’éternité ? Pourtant… « Même le plus friable des mots 1 a des racines dans le soleil… » 2 Devenus barques sans voiles, désormais inutiles, sur la blanche mer de la page, ils restent pour nous source de sens, gouvernés par le désir de dire. Prenons cette voie, en respectant ses formes et ses détours et tentons de raconter une histoire. Une petite histoire de la Psyché… Psyché : du grecpsukhé: l’âme. Personnification de l’âme humaine nous dit, lapidaire, le Larousse dans une édition de 1970, mais aussi sorte de miroir, reflet du visage, sans doute, mais pas uniquement… Ne dit-on pas que les yeux sont la fenêtre de l’âme ? Le dictionnaire Robert, dans une édition plus récente, propose une autre formule, plus précise : ensemble des phénomènes psychiques considérés comme formant l’unité personnelle. Il est vrai que non personnifiée, dépouillée de toute enveloppe charnelle, cette âme humaine, ou cet esprit, ne se laisse guère saisir dans une rassurante matérialité, même si, d’aventure, on en cherche le poids.
1 Eugenio De Andrade,Matière Solaire, Poésie Gallimard, 2004, p.86
1 Eugenio De Andrade,Matière Solaire, Poésie Gallimard, 2004,p.86 1 Winnicott , dans « Nature humaine », nous renvoie cette question en écho : quid de la psyché, de l’esprit, de l’âme, troublante incertitude quand il est question de cerner cette essence de l’humain, abstraite, immatérielle, qui le fait sujet pensant d’un espace interne tissé de conscience et d’inconscience. « La psyché fait donc une unité fondamentale avec le corps, à la fois dans son rapport avec les fonctions des tissus, des organes, du cerveau, et dans sa façon de s’entrelacer avec le corps en établissant de nouvelles relations, dans le fantasme et l’esprit, dans le conscient et l’inconscient ». Plaçons l’esprit du coté de l’outil, de l’émergence d’une capacité intellectuelle, témoin permanent de l’état évolutif de la psyché. Quant à l’âme, éthérée mais paradoxalement alourdie par ses connotations spirituelles et mystiques, capable de quitter le corps ou d’y revenir, elle augure d’un lien complexe entre dehors et dedans, entre visible et invisible. Ce « détachement » qui la caractérise a pourtant pour corollaire la matérialité du corps, soudain offerte quand il se voit déserté par le souffle de « l’anima ». 2 « Âme es-tu feu ? Dans le réveil brillant du matin Le poids de la terre t’étouffe Jeune flamme dardée vertement Au fier combat contre la matière La chair est lasse lourde…. »
1 D.W. WINICOTT,La Nature Humaine,NRF Gallimard, 2004.2 A. Pieyre de MANDIARGUES,L’Age de Craie,Poésie Gallimard, p.53
8
D’où notre besoin, sans doute, de transformer le monde qui nous entoure, animal ou végétal, animé ou inanimé, afin de l’intégrer dans notre Panthéon anthropomorphe. Incessante oscillation entre le concret et l’abstrait, le palpable et l’impalpable, la présence et l’absence. Les philosophes antiques s’interrogeaient déjà sur la nature de l’âme : Platon la percevait de nature divine, appartenant au monde des idées, hôte momentané d’un corps, capable de la piéger dans une contemplation de soi, de ne plus l’entendre, tel Narcisse absorbé par son image et devenu sourd aux appels d’Echo. Aristote s’éloigne de ce système dualiste, donnant au corps et à l’âme une substance commune. Pour Plotin, une interaction s’organise entre l’âme, instrument du corps et le corps, instrument de l’âme… Plus ou moins séparée du corps par le mouvement de l’esprit, où se nichait-elle donc auparavant ? La philosophie antique, avant même le développement du christianisme, nous montre la vivacité de cette question, inchangée à travers les siècles… En symétrie d’un repli exclusif sur l’image corporelle, la mise en abîme d’une spiritualité exclusivement tournée sur elle-même, la dilue dans une virtualité devenue sans limites, faute de contenant. Comment tisser, entre ces variantes, une trame narrative, une histoire de ce curieux sentiment d’être, que nous tentons de saisir dans le filet des mots et du sens. Psyché rapproche l’âme et l’image, le corps et le reflet, interrogeant cette oscillation insistante entre deux pôles qui marque de façon récurrente notre pensée occidentale, articulée sur la base d’une conception dualiste exclusive. Sans doute peut-on voir, dans cette hésitation entre concret et abstrait, entre la chose et sa représentation, les vestiges de notre premier contact avec le sein maternel, monde complet à lui seul pour le nourrisson, encore mal différencié, lieu permanent de projection, d’introjection,
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.