Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Une semaine en Istrie

De
102 pages

Géographie de l’Istrie. — Un grand voyageur anglais : le capitaine Richard Burton. — Départ de Trieste. — La rivière du Risano et le parti italianissime à Trieste. — Un déjeuner à Covedo. — Pinguente. — Ses habitants, ses hôtelleries et sa prison. — Le capitaine Mischi. — Dîner sous la véranda.

L’Istrie est peu connue. Malte-Brun lui consacre tout au plus quelques lignes. On apprend au collége que c’est une presqu’île, située au fond de l’Adriatique.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Fernand de Perrochel

Une semaine en Istrie

I

Géographie de l’Istrie. — Un grand voyageur anglais : le capitaine Richard Burton. — Départ de Trieste. — La rivière du Risano et le parti italianissime à Trieste. — Un déjeuner à Covedo. — Pinguente. — Ses habitants, ses hôtelleries et sa prison. — Le capitaine Mischi. — Dîner sous la véranda.

L’Istrie est peu connue. Malte-Brun lui consacre tout au plus quelques lignes. On apprend au collége que c’est une presqu’île, située au fond de l’Adriatique. Si l’on ajoute qu’elle est bornée au nord par le cercle de Goritz et le gouvernement de Laybach, à l’est par la Croatie, le littoral hongrois et la baie de Quarnerolo, à l’ouest par le golfe de Trieste, on est très-fort en géographie et l’on emporte des examens l’estime des inspecteurs.

L’Istrie a la configuration ordinaire des péninsules dont la pointe est au sud. Ses côtés les plus élevés sont à l’est, au nord-est et au sud est. C’est dans ces directions que se trouvent le Monte-Slaunich ou Taiano, le Monte-Oscale, le Monte-Sia, le Monte-Planick et le Monte-Maggiore, dit Mons-Ochra par les anciens. Les principales rivières sont le Quieto et le Lemme, qui coulent vers l’ouest et s’échappent par de profonds ravins du bassin intérieur de la presqu’île.

Le 6 août dernier, je commençais cette excursion intéressante. J’avais eu la bonne fortune de retrouver à Trieste, en qualité de consul d’Angleterre, le capitaine Richard Burton, que j’avais déjà connu à Damas. Il voulut bien me diriger à travers l’Istrie, comme jadis il m’avait guidé à Palmyre.

Tout le monde, en France, connaît le nom du capitaine Burton. Sa célébrité est européenne. Sa découverte du lac Tanganika et ses voyages dans le Dahomey sont ses principaux titres à la renommée. Il est avec les Speke, les Grant, les Livingstone, les S. Baker, au nombre des grands explorateurs qui, par leur constance et leur audace, ont fait dans ce siècle la gloire de l’Angleterre.

Versé dans la connaissance des littératures orientales, familier avec la religion et les mœurs de ce pays, sachant l’arabe comme un uléma et le Koran comme un santon, il a pu, déguisé en derviche, accompagner la caravane de la Mecque sans être reconnu des hadjis. Il a vécu dans les Indes, pénétré jusqu’à l’Himalaya, visité la Perse et l’Afghanistan, parcouru les deux Amériques. L’année dernière, au retour de Damas, ses fonctions consulaires lui laissant quelque répit, il s’embarquait pour le Nord et faisait, en trois mois, l’ascension des montagnes inaccessibles de l’Islande. Nous ne pousserons pas plus loin la nomenclature des régions qui lui sont connues. Ce serait faire la liste à peu près complète de tous les pays du monde.

Il a, dans ses ouvrages, ce qui manque souvent aux grands voyageurs, ses émules, le charme du récit, l’intérêt soutenu de la narration, l’agrément du style, l’éclat de la description. Il a tracé de la Mecque, de Médine, des incidents pittoresques et des scènes émouvantes de ce dangereux voyage, une peinture chaude, colorée et vivante. Son écrit sur les Mormons est un chef-d’œuvre d’esprit et d’humour. Naguère encore, sous ce titre : la Syrie inexplorée, il publiait deux volumes, qui ont eu un grand succès de l’autre côté du détroit. Il anime ce qu’il décrit et donne la vie à tout ce qu’il touche. Beaucoup de ses pages sont des tableaux achevés. Il a pris une place éminente parmi les écrivains comme parmi les grands explorateurs’ anglais.

En vivant avec lui, on comprend ce que c’est qu’un grand voyageur. C’est tout connaître : religion, politique, races, géographie, hydrographie, botanique, philologie, etc., il s’occupe de tout et ses observations variées embrassent tous les sujets. Il creuse de tous les côtés et ne dédaigne aucun filon.

Son aptitude au travail est prodigieuse, comme sa résistance à la fatigue. Au service d’une énergie indomptable il a un corps de fer. Il s’est habitué à se passer longtemps de nourriture et de sommeil. Après les journées les plus laborieuses, quelques instants de repos lui suffisent. Le boire et le manger lui sont indifférents. La qualité et la quantité des aliments importent peu. Cela se prend quand cela se rencontre et comme cela se trouve. Il faut une organisation spéciale pour entreprendre des explorations dans l’Afrique centrale, pour y passer des années, harcelé par les moustiques, sous un soleil torride, au milieu des marais et des fièvres. Qui n’est pas de bronze n’a que faire de s’y hasarder.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin