Une vie politique. Entretiens avec Philippe Artières et Éric Favereau

De
Publié par

En 1984, le sida entre tragiquement dans la vie de Daniel Defert avec la mort de Michel Foucault. En hommage à celui qui fut son compagnon de vie pendant près de vingt-cinq ans, le sociologue crée Aides, la première association française de lutte contre le sida, dont l’action sera déterminante dans la gestion de l’épidémie. En plaçant le malade au centre, Aides redéfinit la façon de penser la santé publique et convoque la sexualité, l’affect et l’intime au cœur de la lutte. Une nouvelle forme de militantisme voit le jour, dont Daniel Defert est l’un des artisans.Mais cette histoire s’inscrit dans la continuité d’une vie d’engagement : le combat en faveur de la décolonisation, Mai 68 et l’aventure de la Gauche prolétarienne, la création avec Foucault du Groupe d’information sur les prisons (GIP)… À chaque fois, Daniel Defert s’attache à partir des besoins et de la parole des premiers concernés, qu’ils soient ouvriers, détenus, homosexuels, usagers de drogues ou porteurs du VIH.Sous la forme d’un entretien accordé par l’auteur à Philippe Artières et Éric Favereau et d’une sélection de textes d’intervention, ce livre restitue le parcours d’un intellectuel qui a pris part aux grandes mutations sociales et politiques de la seconde moitié du XXe siècle et qui a su mettre ses expériences antérieures au service de la lutte contre le sida.Agrégé de philosophie et sociologue, Daniel Defert a fondé et longtemps présidé Aides. Auteur de nombreux articles, il a coédité les Dits et écrits de Michel Foucault (1994) et édité ses Leçons sur la volonté de savoir (2011).
Publié le : dimanche 25 mai 2014
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021165579
Nombre de pages : 367
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
UNE VIE POLITIQUE
DANIEL DEFERT
UNE VIE POLITIQUE
Entretiens avec Philippe Artières et Éric Favereau Avec la collaboration de Joséphine Gross
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
ISBN978-2-02-116556-2
© Éditions du Seuil, avril 2014
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle
www.seuil.com
À tous les volontaires de l’association Aides
Présentation
Rencontre
Il y a des hommes de rencontres ; Daniel Defert est de ceux-là. Depuis la Seconde Guerre mondiale qu’il vécut enfant, il n’a cessé d’aller à la rencontre de son présent, des acteurs anonymes aux plus célèbres figures intellectuelles et e politiques du secondXXsiècle français. C’est en écoutant leur histoire qu’il a composé avec eux un récit singulier de notre époque. Sociologue, il l’est naturellement. Ni « spectateur engagé » à la manière de Raymond Aron qui le forma, ni « reporter d’idées » à la Foucault avec qui il partagea sa vie vingt-cinq ans durant. Daniel Defert colle à son temps en adoptant une posture d’attention et d’intervention originales. Lui, qui n’a jamais adhéré à un parti, a mené depuis soixante ans une vie politique indépendante, loin des tumultes et proche des murmures, se faisant acteur de l’ombre de notre présent. Des Algériens des bidonvilles de Nanterre aux malades du sida, sa trajec-toire s’est aventurée dans des mondes et sur des lignes qui toujours traversent l’histoire mais à sa marge. Une politique du mineur. La fondation du Groupe d’information sur les prisons avec Foucault au début des années 1970, puis celle de Aides en 1984, dont il est l’un des principaux artisans, sont deux actes essentiels de cette politique qui, en s’atta-chant à des figures stigmatisées, le prisonnier et le malade, ont modifié en profondeur notre société.
9
une vi e poli ti que
Chacun de nous l’a rencontré dans des contextes différents. Pour l’un, il est étroitement lié à un événement historique, la survenue de la pandémie du VIH : pour un journaliste couvrant le domaine de la santé àLibérationpartir du à milieu des années 1980, Daniel Defert est vite devenu non pas seulement un acteur, le président-fondateur de Aides, première association française de lutte contre le sida, ni un simple informateur, mais un repère pour penser ce qui était en train de se passer. Pour l’autre, il fut d’abord le compagnon du philosophe. C’est un de ses anciens camarades de la fondation Thiers qui le lui présenta. Il était tout juste étudiant et fut d’abord pétrifié. Mais là aussi, il y eut la rencontre, celle de par-tager une pensée, l’œuvre de Michel Foucault, de la faire circuler. En somme, la figure d’un professeur. Puis il y eut le Conseil national du sida dont il fut le rapporteur et où Daniel Defort siégeait. De ces deux expériences initiales sont nées des amitiés qui, au cours des vingt ans passés, n’ont cessé de s’enrichird’événements : le partage d’un voyage, la visite d’une expo-sition, une matinée rue de Vaugirard dans l’appartementde Daniel, un coup de téléphone. Profitant du séjour de l’un d’entre nous à la villa Médicisde Rome, nous avons passé une semaine avec Daniel Defert et l’avons interrogé sur ce parcours singulier. De cette rencontre est né un premier matériau. Daniel Defert l’a trouvé intime, indiscret même ; il aime avoir le derniermot, surtout lorsque c’est lui qui l’écrit. Il s’est donc remis au travail avec une éditrice qui n’avait aucun passé avec lui. Ce fut, là encore, l’occasion d’une belle rencontre. Ils ont œuvré des heures ensemble pour arriver à un résultat qui est donc le sien. Un cocktail entre ses mots, nos questions, ses souhaits, et, au final, un travail solidaire. Nous sommes heureux d’y avoir apporté notre contribution.
1
0
rencontre
Dans une seconde partie, nous avons rassemblé un choix de textes de Daniel Defert qui dessinent ce qui s’avère être une véritable politique du sida.
Philippe Artières, Éric Favereau et Joséphine Gross
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

QUATRE SURS

de harmattan

On vivait l'époque!

de Mon-Petit-Editeur

Le jeune SDF

de harmattan