Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Vécu frontalier algéro-marocain depuis 1994

De
272 pages
Les frontières terrestres entre le Maroc et l'Algérie, longues d'à peu près 1600 kilomètres, sont fermées depuis 1994, obligeant la population frontalière au respect de ce symbole de la souveraineté étatique. Mais la fermeture n'est pas respectée par cette population qui a presque de tout temps entretenu des relations familiales et commerciales soutenues. Le résultat en est une sorte de "déviance routinière", réponse à l'inadéquation de la décision de fermeture, au genre de vie frontalier.
Voir plus Voir moins
Fatiha Daoudi
Vécu frontalier algéromarocain depuis 1994 Quotidien d’une population séparée
Vécu frontalier algéro-marocain depuis 1994 Quotidien d’une population séparée
Fatiha DAOUDI
Vécu frontalier algéro-marocain depuis 1994 Quotidien d’une population séparée
*
Dédicaces
A la mémoire de mon père qui aurait été fier de me voir venir à bout de ce travail
A la mémoire de ma mère et de mon frère
A mon mari dont le soutien a été indéfectible
A mes enfants
A ma sœur
A toute ma famille de part et d’autre de la frontière
A tous les frontaliers
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07331-6 EAN : 97823430073316
Remerciements
Mes remerciements vont tout d’abord à Monsieur Jean-Noël FERRIE, mon Directeur de thèse pour son accompagnement et pour avoir initié la juriste que je suis à la science politique
Merci aux membres du jury
Merci à tous ceux qui ont bien voulu partager leur vécu avec moi
Merci à tous ceux qui ont été généreux avec moi de leur temps et de leurs connaissances
7
Résumé
Les frontières terrestres entre le Maroc et l’Algérie, longues d’à peu près 1600 kilomètres, sont fermées depuis 1994.
Cette fermeture oblige la population frontalière au respect de la frontière en tant que limite et symbole de la souveraineté éta-tique, au même titre que le reste de la population des deux pays. Cependant, une observation participative de la région permet de mettre en évidence un genre de vie particulier. En effet, la po-pulation frontalière a presque de tout temps entretenu des rela-tions familiales et commerciales soutenues, son vécu est basé sur une forte proximité de part et d’autre de la frontière.
De la sorte, la fermeture des frontières n’est pas respectée par cette population, au quotidien. Son unique résultat est l’apparition et l’installation d’une sorte de «déviance routi-nière »sous forme de trafics des biens et des personnes, accep-tée par les différents intervenants (contrebandiers, passeurs, population et contrôleurs des frontières). Seule, la société civile appelle à un retour à la normalité.
Il ressort de l’analyse du vécu frontalier que la « déviance » y est une manière de préserver et de répondre aux besoins spéci-fiques de la population. Autrement dit, les relations commer-ciales et familiales qui étaient conduites dans la légalité, avant la fermeture des frontières, sont devenues des actions « dé-viantes ». La « déviance » y est par conséquent une réponse à l’inadéquation de la décision de fermeture au genre de vie fron-talier.
Mots-clés : Fermeture des frontières terrestres entre le Maroc et l’Algérie, population frontalière, vécu frontalier, besoins spéci-fiques, transgression, situation de «»,déviance routinière  con-trebande, passages clandestins, inadéquation.
9