Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Vers une école sans exclusion

De
192 pages

Ce livre s’appuie sur le développement du M.I.E.C. (le mouvement des institutions et des écoles citoyennes). Depuis quatre ans, il fédère en Belgique des professionnels du champ scolaire et social autour de pratiques alternatives à l’école, en résistance au décrochage, à l’échec et à l’exclusion. L'ouvrage présente des expériences de terrain et des propositions psychopédagogiques, qui visent à organiser ces pratiques alternatives. Elles sont pensées comme de véritables remédiations cognitives et scolaires. Il s’inscrit dans la ligne des pédagogies actives et institutionnelles. L’élève et l’école sont en difficulté. Les solutions existent...

Avec le soutien du CNL.


Voir plus Voir moins

cover.jpg

Vers une école sans exclusion

 

Jean-Luc Tilmant

 

 

 

La numérisation de cet ouvrage a reçu le soutien du CNL

 

img1.jpg

 

Et de la région Languedoc Roussillon

 

img2.png

Présentation du livre : Ce livre s’appuie sur le développement du M.I.E.C. (le mouvement des institutions et des écoles citoyennes). Depuis quatre ans, il fédère en Belgique des professionnels du champ scolaire et social autour de pratiques alternatives à l’école, en résistance au décrochage, à l’échec et à l’exclusion. L'ouvrage présente des expériences de terrain et des propositions psychopédagogiques, qui visent à organiser ces pratiques alternatives. Elles sont pensées comme de véritables remédiations cognitives et scolaires. Il s’inscrit dans la ligne des pédagogies actives et institutionnelles. L’élève et l’école sont en difficulté. Les solutions existent…

Table des matières

 

1 Remerciements

2 Avant-propos

3 Boucif,notreMiloud

4 La thérapie du choc

5 Lesélèves « bof »

6 Les cellules « absentéisme »

7 Les sas d’accrochagescolaire

8 La colline de l’éveil

9 Les classes « passerelles»  Par Daphné Clamot, Géraldine Maes et J-L Tilmant

10 La classe SAS

11 Le M.I.E.C. et les écoles citoyennes par BrunoDerbaixetJ-LTilmant

12 Pédagogies et reconstruction personnelle par BérengèreRousseauetJ-LTilmant

13 Conclusion

14 Bibliographie

15 Annexes

L’illustration{1}de couverturemontreledieuTriton,représentéavecun corpsmi- hommeetmi-poisson,unêtreinachevéouencoursde construction.La mythologiedécritdenombreuxpersonnagescapablesdelarcinsetdefureurset lessurnommelestritons.Symboliquement,jecomparevolontiersnosjeunesà cesdieux.Ilssontcapables,dupirepoureuxd’abord,etensuitepourlesautres. Ilssontlesoubliésdenotresociétédudénietdel’«incommunication».Les filsetles fillessymboliquesde cedieugrandissentcommede jeunesarbressans tuteurs,au petitbonheurla chance. Nousne pouvons resterbras croisésà attendrequ’ilss’adaptentànosinstitutionsendéclin.Il existedoncuneurgence sociétale,cellede lareconstructionparlespédagogies.Je dédiecetouvrageà Boucif,unjeune«triton»qui,aujourd’hui,vabien!Ilabénéficiéduservice d’une école qui un jour a décidé de ne plus exclure !

 

1
Remerciements

Mesremerciementsvontà:

 

 

SandrineLequeue,unemédiatriceau servicedesélèvesen difficulté.Une humanistequidéfendtouslesprincipesdel’Écolecitoyennedansletravailde terrain;

 

toutes  les  personnes  qui  travaillent  dans  les  sas  et  dans  les  cellules

«absentéisme»ainsiquedanslesservicesd’accrochagescolaireetnotamment celuide Tournai.Ellesse démènentau quotidienavecdesgossesétiquetés, démoralisésetparfoismêmetropsilencieux;

 

tousmescollèguesdesclassespasserellesduLycéeFrançoisdeSalesetde l’ITMde Morlanwelzetnotammentà DaphnéClamotetGéraldineMaesquiont coécritle chapitreconcernantces élèvesetquieffectuentavecbeaucoup d’humanismeuntravaildeterraindifférenciéetintégratifavecdesjeunesqui nousviennentdumondeentier.

 

toutel’équipede laCollinede l’éveildu Thiersà Liège,touteuneécolequi fonctionne  en   pédagogie  institutionnelle  au   service  d’enfants  autistes  et caractériels;

 

Marie-Odette De Jésus, psychopédagogue et médiatrice scolaire, qui m’a apporté sonaideetsatraductionéclairée;

 

Martine,Virginie,Valérie,Sarah,Ida, Aline,Christophe,et Martialpourleur collaborationéclairéeauseindelaclasseSAS;

 

LaurenceMaespourl’illustrationetlamise en pagede lacouvertureainsiquela complicitéquenouspartageonsautourde lapédagogiedifférenciéeet institutionnelle;

 

touteslesécolescitoyennesetplusparticulièrementàChantalBeckersetBruno Derbaix,deuxhumanistesdelaSainteFamilled’HelmetàSchaerbeek;

 

Bérengère Rousseau, secrétaire duMIEC{2}, enseignante etpsychopédagogue, quiarédigéunepartiedenotrechapitresurPédagogiesetreconstruction à proposdelapédagogiedifférenciée.

2
Avant-propos

 

 

Dansnotrelivreprécédent{3},nousprésentionslesyndromed’Harpocrate: l’ensembledessilencesquidétruisentnotreinstitution.Faceàcetristeconstat, nousproposionsles écolesdémocratiquescommealternativeconstructive. Aujourd’hui,nousvoudrionsinsistersurunpoint:iln’yapasdefatalitéen éducation.Leséducateursetles citoyensdu mondepeuventbriserledieu Harpocrateetainsiinverserlatendanceau silenceetau replisursoi en utilisant despédagogiesdereconstructionetluttantainsicontrel’exclusion.

 

Lapremièreviolence,c’estcellequi découlede notreirresponsabilité.En n’ouvrantpasàcesjeuneslescheminsdelaculture,nousleurtraçonslaroute delabarbarie.L’écoleserait-elledevenueunesortedenon-lieuinstitutionneloù ledéplaisiretl’ennuiapparaissentcommedeuxsymptômesdesarigiditéetde son manque d’originalité (Mosconi-Pourtois, 2002)? Les écoles sont-elles devenuesdesfabriquesd’exclusions?

 

Lesenfantsd’Harpocratesontlesfilsetlesfillesdusilence,des« tritons»,des gosses, desadolescents oudesadultes quelesinstitutions ont«zappés»et parfoisrayésde leurchampd’intervention.Cespersonnesontétémisesen déni. Onlestrouvedanslarue,danslesinstitutionsmaisen passede se taire définitivementoudechangerd’isoloir.Cesontdes«errants»àlarecherche d’unemaintendue,d’unprojetoud’unchoc.Laplupartsesontconstruitstout seuls,sanstuteur,sansprojetsicen’estlesprojetsdanslechamprestreintde l’immédiateté.Tousregardentlapointedeleurschaussurescommehorizon.Ils utilisentsouventlecanaldesviolencescommevecteurde leurrévolteou de leur expressiond’incommunicabilité.Ilscumulentlesdéficitsetlesfrustrationsdans les besoinsaffectifs,sociauxetparfoiscognitifsmaispar-dessustout,ilsne communiquentpresqueplusàproposdesvaleurs.

 

NousavonsététrèsmarquésetinfluencésparletravaildeFernandOury.Dans un  de  ses ouvrages (Oury, 1986), il  nous raconte avec détails l’histoire de Miloud. Dans le premier chapitre dece livre, nous vous présenterons notre Miloud.Il s’appelleBoucifetnouspouvonsaffirmerqu’ilavéritablement bouleversénospratiques,tantàsoncontactnousavonsmettreenplacedes stratégiesquisemblaientn’avoiraucunimpactsurlui,unpeucommesi nous utilisionsdestomates-cerisespourpercerun chard’assaut.C’estprécisément ce jeunehommequinousaouvertlecheminverslapédagogieinstitutionnelle.

 

La secondepartiede notrerecueilde recherche-actiontraiterad’unensemblede stratégies que nous avons installées empiriquement sur  le  terrain avec nos jeunes.Plustard,au contactde RicardoMartinez(ProfesseurdeSciencesde l'éducation,ESE,Setubalau Portugal),éminentchercheurethommede terrain, nousnoussommesrenducompteque nouspratiquions,commelui,unethérapie duchocavecnosélèves.

 

Avant de  sanctionner, l’école et ses partenaires doivent comprendre l’absentéismedujeune.Nousprésenteronsuneformedetaxonomiedel’élève «bof»,celuiquis’absentepourdemultiplesraisons.

 

À lasuitede cetteapproche,nousproposonsunealternativeà l’immobilisme,à l’effet«parapluie»ouàlasanctionsystématiqueàproposdel’absentéisme. Dansunpremierchapitre,nousdécrivonslacellule«absentéisme»dansune écoleprofessionnellede Namur,etdanslechapitresuivantnousproposonsune approche du  décrochage par le sas d’accrochage scolaire à  Tournai et les cellulesextra-muroscollaborantauseind’unréseau.

 

Quoideplusdéroutantquelessilencesdenosautistesoulesassautsfusionnels descaractériels,cesgosses,survivantsd’unmoi-peauen fricheou d’une destructionœdipienne,quifontreculersanscesseles limitesde l’axiomede Warwickshire:«Ilestimpossibledenepascommuniquer».Nousallonsvous présenteruneexpériencedepédagogieinstitutionnellemenéeparungroupede pédagogues au service de leurs bénéficiaires autistes et caractériels dans l’enseignementcommunalfondamentalspécialiséau Thiersà Liège.Quedu bonheurquejepartageépisodiquementaveceux!

 

Géréesde mainde maîtrepardesenseignantspassionnés,les classespasserelles accueillentchaqueannéedescentainesdejeunesvenusdetousleshorizonsde laplanète.Ilspartagentunevariablecommune:leurlanguematernellen’estpas le français. Nous tenterons de vous faire vivre leur incroyable aventure intégrativegrâceàdeuxexpériences:l’unemenéeetracontéeparGéraldine Maes à  l’institut technique de  la Communaufrançaise de Morlanwelz et l’autreauLycéeFrançoisdeSalesdeGilly.

 

Quand  toutes  les stratégies  individuelles  ont échoué,  certains  jeunes  se retrouventsurlerebordde lafenêtredesécoles,prêtsà êtreéjectés.Lesclasses SAS sont des  structures qui  regroupent ces  jeunes pour leur proposer une nouvelle façon devivre ensemble et defonctionner. Nous présenterons une annéedeclasseSASauLycéeFrançoisdeSalesdeGilly(Charleroi)Une belleaventure!

 

Avecmon ami, BrunoDerbaix,nousvousprésenteronsle M.I.E.C.(le mouvementdesinstitutionsetdesécolescitoyennes)quitentedecréerdes

écolescitoyennesdanslesquelleslesélèvescréentlesloisetlesfontrespecter demanièredynamiqueetconstructive.

 

Enfin,pourboucler,pourl’instant,cetitinéraireà traversles marginalités produitesle plussouventpar nosratageséducatifs,noustenterons,avecle concoursde BérengèreRousseau,de proposerquelquesprincipespouraiderdes jeunesàsereconstruiregrâcenotammentauxpédagogies.

 

Avant de conclure cet avant-propos, nous nous devons de préciser une frustration: notre difficulté à nommer sans étiquetage, sans généralisation abusiveetsansstigmatisationtouteslespersonnesdécritesdansnotrelivreet qui partagent une variable commune: les exclusions multiples. Comment nommerleurmilieude vie,leurquartier,leur institutionpourd’uncôtédécrire leursproblèmesetdel’autrerespecterleurdignité ? Nousvoulonsdoncpréciser d’embléequesi certainslecteurssontchoquésparquelquesdénominations,nous présentons nos excuses en  précisant que nous n’avons jamais voulu porter atteinteàl’humanitéetàladignitédetoutescespersonnes.Nouspartageons bienentendulepointdevuedeBourdieu(1993)qui insistaitsurl’importance queleslieuxdits« difficiles»commel’écoleoulacitésontsurtoutdifficilesà décrireetqu’ilfautsegarderd’utiliserdesimagessimplistesetunilatérales.

 

Moignard(2008)rappelleégalementquede multiplesappellationsdésignentdes quartiersderelégation:quartiersensible,banlieue,ghetto,bidonville,barrion, les cités…Autantde dénominationschargéesde stéréotypes,d’imaginaireetde représentationsàdéconstruirepouréviterd’enfermertouteslespersonnesquiy viventdansuncarcandontellesnepourrontjamaiss’extraire.Sortonsd’abord decepremierpréjugéquiseraitdeprétendrequ’ilfautàtoutprixsortirdecet environnementpours’ensortir!

3
Boucif,notreMiloud{4}

Biendesattitudes,réactions,ferveurs,fureurs,accrochagesetrejetsdemeurent inexplicablesetincontrôlables.Réagir«naturellement»,c’estbiensouvent,à notreinsu,jouerle rôlequel’autreveutnousfairejouer,gratifieret fixerce que nousaimerionsvoirévoluer.Sommes-noussûrsde tomberjustequandnous réagissons«instinctivement»?

 

PochetC.OuryF.OuryJ.:L’annéedernière,j’étaismort…signéMiloud,

Vigneux,Matrice, 1986,p.115.

Introduction

Notre directeur, Henri-Jacques Buchkremer, était un  visionnaire en  matière d’auditpédagogiquedelasectionprofessionnelle.Il décrivaitavecfinesseet respectunedizainede«tèdjàlàs{5}»dansnotreétablissement.Ceux-cis’étaient déjà manifestés dans notre implantation en multipliant les incivilités. À l’époque{6},personnenenousauraitfaitlereprochedemettrecesjeunesdehors. Lepatrondenotreécolenousaproposéuneautrealternative:créeruneclasse (2AP)pourrecevoircesjeunesavecdignitéetrespect.Desvolontaires,dont j’étais,sesontlancésdanslagrandeaventure.

Unepremièreannéed’enfer

Nouspensionsquelefaitde nousréunirunefoisparsemaineallaitsuffireà transformernotreassembléede personnesen équipe.Nouspensonsaujourd’hui que l’équipe se  structure dans l’action à  condition que les bases organisationnelles,déontologiques,pédagogiqueset méthodologiquessoient poséesavant.Sur le terrain,notrepacks’estrapidementdésunisousles coupsde boutoirducampadversequinousrentraitdedansjoyeusement!Cesgosses, pourtantenordredispersé,nousontimposéleurloiparcequenousavionsété incapablesde laconstruireaveceux. N’ayonspaspeurdesmots,nousnous sommesprisunesacréedérouillée,lacuillèredebois

Lesemplâtressurlajambedebois

Nous avons tout simplement continué à  travailler avec ces jeunes en  solo, commenouslefaisionsdansd’autresclassesavecsuccèsetsanscohérencesur lesbasiques:laloi,leconflit,laparolelibreetleconseil.Sanscesatouts,notre jeuétaitbienfaibledanscettepartiedepoker.Nousavonsétéécrasésetbluffés sur toutela ligne.Nospremièresrencontresavecla pédagogieinstitutionnelle datentde cetteépoque.Ce bold’airpsychopédagogiquenousamèneà construire uneéquipepourl’annéescolairesuivanteenespérantquelesfondationstiennent lechoc:«InchAllah!»

Larencontre

Notresecondeannéedefonctionnementdansnotreclassede2 APcoïncideavec l’inscriptionde Boucifdansnotreimplantation.La premièresemaine,nous construisons la LOI avec eux;très vite, ce jeune homme nous propose les interditsfondamentaux:pasdeviolences!Ilconscientisedoncqu’ilexisteun certain nombre decomportements ànepas lui  faire subir. Pour la locution inverse,celamettradutemps.

 

Sonmodèleest un cousinquiest un caïddanssonquartier.Celui-cia déjàfait quelquesséjoursen prison.Le pèrede Boucifestsansemploietne se présente jamaisauxréunions.Lamèregèrelefoyeretlespluspetitsfrèresetsœurs. L’aîné,Boucif,se débrouilledanslaruedepuislongtempsIl nousparlerapeu desesparentsetdufoyerfamilial.Ilracontetoutesonadmirationpourson cousin.Noustombons danslepiègedelamoralisation, desuiteilprendla moucheenfustigeantlasociétéetlesautoritéspolicièresetjudiciaires.Ilnous parleavecagressivitéen nousincluantdanstousceuxquesonfrèreetlui combattent;noussommeslesnantis!

 

Ontentederecadrersurlaloietilnousdonnenotrepremièreleçonderespect:

« si vous voulez que je la respecte, respectez mon cousin! » Il a raison! Pourquoi le  respect aurait-il une  couleur, un  casier judiciaire ou  une classe sociale?Cegaminestdéroutantcarunefoislaloiinstallée,ilsembleaudépart enêtrelegardiendumoinsles15premiersjours.

Quelquesenseignements

Dèslesdeuxpremièressemainespassées,lecontactdeBoucifnousfaitmûrir:

 

- Noussentonsquelecadrageindividueldoitprécéderlaconstructiondela

LOI;

- Onneprendpasl’initiativedelacommunicationàproposdelafamilleou des relationsextrascolairescar ellessont hyper-sensiblesetpeuvent déclencherde l’agressivitéou uneformede violencefondamentale (Bergeret,2000);

- Silacommunications’ouvresurlesujet(ci-avant),onsortdugroupeeton nemoralisejamais;

- Ce genrede gamindoitêtresurpriscontinuellementcar,en termesde sensorialité,de feelingetd’empathie,iladixlongueursd’avancesur l’équipe.

Unleader

Dansles activitésproposées,cegaminpeutse comportertantôtcommeun agitateur,tantôtcommeunclownvoireunevictimemaisnousconstatonsqu’il seprésentesouventaugroupecommeunleader.

 

Sautantsur cetapisdoré,nousnousengouffronsaveclui danscertainesvoies royales que sont:  la pédagogie du/par projet, la pédagogie différenciée, les travauxdegroupe,etc.

 

Boucifsembleronronner.Nouspensonsquec’estun chatmaisletigreva se rappelerànotrebonsouvenir…Cejeunehommeamobiliséunegrandepartie de notreattentiondanslaclasse,il nousa en quelquesortecoupésdu monde extérieuretnousavonsdésinvestitoutlechamprelationneldelaclasse.

Combatdecoqs

FrédéricetBoucifsedétestaientdepuisledébutdelaclasseetnousnel’avions pasremarqué,entoutcas,nousn’avionspassuffisammentréfléchicefosséde communication,absorbéssansdouteparletravaildesindividualités.Frédéric étaitunleaderpeut-êtreunpeumoinscharismatiquequeBoucif,maisdeuxou troisgaminslesuivaientcommeleurombre.

 

Nousconnaissionsledomicilede cesdeuxgamins,noussavionsquel’idolede Frédéricétaitun onclepeufréquentable,alcoolique,bagarreur,racisteetviolent. Maiscelui-ciétaitleseulàluiaccorderdel’importanceetencelapourcegosse, ilavaitunegrandeimportance!

 

NousavonsapprisqueFrédéricfaisaitpartied’unebandede gossesqui s’expliquaitde tempsà autresaveclabandedeBoucif… Musclémaispas délinquant!Cesgaminsderuespouvaienttrèsbiensesolidarisercontreune camionnettedesreprésentantsdelaloi.Cecidit,toutétaitréunipourqueces deuxjeunestransposentleurconflitverslaclasse.