//img.uscri.be/pth/ca672f733a5a2a539fd1f366724f4454bf2887d9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Vichy-Ambulance - Son rôle pendant la prochaine guerre (1870-18... )

De
116 pages

Est-il bien nécessaire de faire ici l’historique de notre célèbre station thermale ?

A quoi bon ?

Tous les Guides, présents et passés, de l’Etranger à Vichy, ont suffisamment parlé de l’occupation romaine, dont on retrouve tant de vestiges en fouillant le sol, et de la halte qu’y fit César après sa défaite au plateau de Gergovie ; des guerres du Moyen-Age et des luttes religieuses auxquelles notre ville fut intimement mêlée en raison de sa situation qui commandait le pont de l’Allier ; du passage de Charles VII se rendant à Cusset pour signer le traité qui termina la guerre de la Praguerie ; du souvenir de Madame de Sévigné, promenant ses boucles blondes ou brunes dans l’enclos des Célestins, non loin de la maison à laquelle elle a laissé son nom ; des ordonnances royales de 1785 concernant l’édification de l’Etablissement de Bains ; du décret de Napoléon Ier, portant création du magnifique parc sous les ombrages duquel se reposera, vingt ans plus tard, la Duchesse d’Angoulême ; et enfin, des divers séjours de Napoléon III, séjours auxquels se rattachent les grandes améliorations qui ont placé notre ville au premier rang des stations thermales du monde entier.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
C. Bonnard
Vichy-Ambulance
Son rôle pendant la prochaine guerre (1870-18... )
A MONSIEUR V. CORNIL SÉNATEUR PROFESSEUR D’ANATOMIE PATHOLOGIQUE A LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS MEMBRE DE L’ACADÉMIE DE MÉDECINE MÉDECIN DES HOPITAUX
(Hommage respectueux de l’auteur).
PRÉFACE
‘Paris,5mars 1890.
Cher Monsieur, Je viens de lire votre brochure avec le plus grand plaisir, comme tout ce qui touche le pays natal et en particulier notre belle ville de V ichy. Vous la considérez très justement comme devant être un centre d’ambulances des plus i mportants, et comme pouvant fournir des ressources considérables à la médecine militaire pendant une guerre nationale. Puisse cette échéance d’une conflagration européenn e être indéfiniment retardée ! Espérons que les différents peuples, éclairés par l’instruction, par la véritable entente de leurs intérêts, maîtres de leurs destinées par le libre suffrage de tous et par les rapides progrès de la démocratie, imposeront à leurs gouver nants une politique extérieure pacifique ; et qu’un jour on pourra dégrever les co ntribuables des sept ou huit milliards que coûte, chaque année, le budget des armées des n ations de l’Europe ! Quel bien-être, quel développement de tous les arts suivraien t un événement si admirable qu’il semble appartenir à la région des rêves ? Mais en attendant cet arbitrage, ce consensus des g ouvernements qui nous délivreraient de cette opprimante obsession d’une guerre prochaine, nous sommes, nous Français, les derniers à pouvoir désarmer. Nous devons, par conséquent, examiner avec la plus grande sollicitude tout ce qui se rapporte à la défense, préparer les conditions les meilleures pour sauvegarder la santé et la vie des combattants de cette lutte où se joueraient l’indépendance et l’avenir de la Patrie. C’est ce que vous avez fait en proclamant Vichy com me une ville ambulancière par excellence. Vous basant sur les services qu’elle avait rendus p endant la guerre de 1870-71, sur ses développements successifs, sur sa situation géo graphique et climatérique, sur le nombre et l’importance des grands établissements pr ivés ou publics qu’elle renferme, vous avez établi que la ville de Vichy pourrait rec evoir, transporter, loger, nourrir et soigner au mieux un nombre infini de malades et de blessés. Elle doit ces avantages à sa position au milieu d’u ne vallée d’une grande richesse agricole, à la facilité, au bon marché de ses appro visionnements, à son sous-sol sablonneux très perméable, à la rivière d’Allier qu i la borde et qui pourrait le mieux du monde laver et entraîner toutes les impuretés, tous les déchets de la vie. Vichy possède déjà l’hôpital régional du corps d’ar mée de Clermont-Ferrand. C’est malheureusement un hôpital d’été. Vous nous apprenez en effet, qu’il n’a ni cheminées, ni calorifères pour chauffer les sallesoubli regrettable de l’architecte. Il serait facile d’y pourvoir. L’hôpital civil, tout récemment construit, est par contre un modèle du genre, aussi spacieux que bien aéré et bien ordonné. Je suis persuadé, comme vous, qu’un nombre presque invraisemblable de malades, dix mille par exemple, trouverait facilement place à Vichy et que rien ne laisserait à désirer pour leur installation, leur entretien, les soins de tout ordre, et en particulier la cordialité, le dévouement de toute la population. La statistique très exacte, très détaillée, que vou s nous donnez des ressources incomparables de la Cité, est tout à fait démonstra tive. Pour ne citer que le corps médical, sur les cinquante et quelques médecins de la Station, défalcation faite de ceux que leur âge appellerait dans l’armée active, on peut compter que la moitié d’entre eux,
les moins jeunes, resteraient et se mettraient à la disposition du Ministre de la Guerre pour concourir avec leurs confrères de l’armée aux soins des malades. Votre brochure, conçue dans un esprit si patriotique, me paraît excellente en ce sens qu’elle fournit à M.ce de Santé, lesle Ministre de la Guerre et à la Direction du Servi renseignements les plus positifs, les indications l es plus précises sur les ressources qu’offrirait la ville de Vichy aux ambulances qu’il serait si facile d’y établir en grand nombre pendant la guerre. Je souhaite bien vivement qu’elle soit lue et mise à profit en haut lieu. Veuillez recevoir, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments bien dévoués. V. CORNIL.
AVANT-PROPOS
En traitant la question de VICHY-AMBULANCE, nous n’avons pas la prétention d’avoir fait une découverte, ni de tracer une ligne de conduite à l’Autorité Militaire, qui trouvera, en cas de guerre, de si précieuses ressources dans notre localité. Nous avons voulu tout simplement, réunir des docume nts qui pourront être utiles un jour auService des Ambulances,et lui faciliter sa tâche. Si, en écrivant cette brochure, nous pouvons arriver à ce résultat ; nous aurons atteint le but que nous nous proposons : Aider au soulagement et au bien-être des malades et des blessés.
CHAPITRE PREMIER
HISTORIQUE
Est-il bien nécessaire de faire ici l’historique de notre célèbre station thermale ? A quoi bon ? Tous les Guides, présents et passés, de l’Etranger à Vichy, ont suffisamment parlé de l’occupation romaine, dont on retrouve tant de vestiges en fouillant le sol, et de la halte qu’y fit César après sa défaite au plateau de Gergo vie ; des guerres du Moyen-Age et des luttes religieuses auxquelles notre ville fut intimement mêlée en raison de sa situation qui commandait le pont de l’Allier ; du passage de Charles VII se rendant à Cusset pour signer le traité qui termina la guerre de la Prague rie ; du souvenir de Madame de Sévigné, promenant ses boucles blondes ou brunes dans l’enclos des Célestins, non loin de la maison à laquelle elle a laissé son nom ; des ordonnances royales de 1785 er concernant l’édification de l’Etablissement de Bains ; du décret de Napoléon I , portant création du magnifique parc sous les ombrages duquel se reposera, vingt ans plus tard, la Duchesse d’Angoulême ; et enfin, des divers séjours de Napoléon III, séjours auxquels se rattachent les grandes améliorations qui ont pla cé notre ville au premier rang des stations thermales du monde entier. De ces différents sujets, qu’il était bon de citer dans cet ouvrage à titre de souvenirs, nous ne retiendrons que le dernier, celui des grand s travaux exécutés de 1860 à 1866, travaux qui ont été le point de départ de cette merveilleuse période d’accroissement que nous constatons aujourd’hui, et qui permettraient à notre ville, d’offrir à la Direction du Service de Santé Militaire, pour l’installation d’ambulances locales en temps de guerre, l’ensemble des ressources de toute nature que nous nous proposons d’analyser.
AMBULANCES DE 1870
En 1870, au début de nos revers, l’attention de l’A utorité Militaire fut immédiatement appelée sur Vichy ; sa position au centre de la Fra nce, sa proximité de la grande ligne Paris-Bourbonnais-Marseille, par la gare de Saint-G ermain-des-Fossés (10 kilomètres), le nombre déjà important de ses établissements publ ics ou privés, la quantité de lits disponibles, l’organisation de ses services médicau x, tout désignait notre ville pour en faire le centre d’une vaste ambulance. Aussi, dès le mois de septembre, les services furen t-ils organisés et prêts à fonctionner, sous la direction d’un personnel d’élite dont il convient de rappeler les noms dans cet ouvrage, autant pour lui rendre hommage qu e pour le signaler à la reconnaissance publique :
Hôpital Militaire Docteur BARUDEL, médecin en chef Docteur PONCET, médecin-adjoint
* * *
Hôpital Civil Docteur V. NICOLAS, médecin en chef.
*
*
*
Médecins attachés aux Hôpitaux et aux Ambulances MM. les Docteurs CHAMPAGNAT, COLLONGUES, DURAND-FARDEL, DE LAVIGERIE, PUPIER, SÉNAC, SOULIGOUX, WILLEMIN.
* * *
Pharmaciens des Ambulances MM.F. DESBREST et CL. DESBREST.
Indépendamment des hôpitaux civils et militaires ; des ambulances furent établies dans les galeries des sources de l’Etablissement thermal , au Casino, au Couvent des Franciscaines, et dans divers hôtels, mis patriotiq uement par leurs propriétaires à la disposition du Service de Santé Militaire. Malgré les conditions défavorables dans lesquelles ces ambulances furent établies, malgré le manque absolu d’un certain matériel et mê me de médicaments, dont sont actuellement abondamment pourvus tous les hôpitaux, les services rendus furent grands et efficaces, grâce au concours dévoué du corps méd ical tout entier, secondé par la population Vichyssoise, qui fut admirable de généro sité et de courage pendant cette période néfaste.
* * *