//img.uscri.be/pth/91ff060d9c8422d44cfb981234be2bb947564683
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Vieillir

De
166 pages
Ce livre s'adresse en priorité aux personnes âgées, aux familles et bénévoles, souvent dans l'ignorance de leur droits de recours ou d'intervention, et surtout leurs difficultés à prendre des initiatives, à intervenir, non comme un spécialiste, mais en s'appuyant sur une expérience de responsable politique et associatif. Son auteur, âgé de 89 ans, n'a qu'une ambition : montrer que le vieillissement de la population est une question de société avec des implications politiques fortes : vieillir est un projet qui concerne chaque individu, mais aussi toute la société.
Voir plus Voir moins
Vi illir ehistoire, un projet CE lïvRE à été écRït àloRs quE sE Dïscutàït àu PàRlEmEt lE pRojEt DE loï « ADàptào DE là socïété fRàçàïsE àu vïEïllïssEmEt DE là populào. » CEt ouvRàgE s’àDREssE E pRïoRïté àux pERsoEs âgéEs, àux fàmïllEs, àux béévolEs, souvEt Dàs l’ïgoRàcE DE lEuRs DRoïts, DE lEuRs possïbïlïtés DE REcouRs ou D’ïtERvEo, Et suRtout lEuRs Dïîcultés À pREDRE DEs ïïàvEs, À ïtERvEïR, o commE lE fERàït u spécïàlïstE quE jE E suïs pàs, màïs E m’àppuyàt suR mo ExpéRïEcE DE REsposàblE polïquE Et àssocïàf. JE suïs u vïEïl hommE DE 89 às. Màïs àvEc MàRc Augé, jE pEsE quE « sï lE vïEïllïssEmEt Est uE Réàlïté physïquE, l’âgE Est uE costRuco socïàlE Et jouR àpRès jouR j’àppREDs À vïEïllïR… » CE lïvRE ’à qu’uE àmbïo : motRER quE lE vïEïllïssEmEt DE là populào Est uE quEso DE socïété àvEc lEs ïmplïcàos polïquEs quE cElà ïmplïquE. VïEïllïR Est u pRojEt quï cocERE chàquE ïDïvïDu màïs àussï toutE là socïété.
de sémînarîste au Peït Sémînaîre de Saîntes, puîs au Grand Sémînaîre de l’Houmeau (dîocèse de La Rochelle), et enin à la Mîssîon de France à Lîsîeux. Arrîvé à Grenoble en 1953, îl devîent secrétaîre de l’Unîon locale C. G. T puîs de l’Unîon départementale. En 1963, secrétaîre du Comîté de Vîlle et de la Fédéraïon communîste, îl rejoînt le mouvement des Refondateurs avec C. Fîtermann en 1992. Adjoînt aux Fînances de 1977 à 1983, îl est conseîller munîcîpal d’opposîïon de 1983 à 1995. Vîce-présîdent du Conseîl régîonal (1977-1986), îl est élu député de l’Isère de 1986 à 1988.
ISBN : 978-2-343-07900-4 17,50 €
Jean Giard
Vieillir
Jean Giard
Vieillir Une épreuve, une histoire, un projet
VieillirUne épreuve, une histoire, un projet
Jean Giard lir Vieil Une épreuve, unehistoire, un projet *
Du même auteur
Demain la ville ?,avec François Ascher,Ed. Sociales, 1975.
Les cadres aussi,avec Bernard Di Crescenzo,Ed. Soc. 1977.
L’enjeu régional,avec Jacques Scheibling,Ed. Soc. 1981.
Cinquante ans aux frontières de l’Église, Ed. L’Harmattan, 1994.
A la recherche du citoyen, avec Daniel Hollard, Ed. L’Harmattan, 2000.
L'innovation technologique au service du maintien à domicile des personnes âgées,Rapport commandité par le Conseil général de l'Isère et la municipalité de Grenoble, Septembre 2004.
Itinéraire d’un militant, Ed. L’Harmattan, 2013.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07900-4 EAN : 9782343079004
Introduction
J. Greco(Huma 24.05):« L’âge je m’en fous. Je n’ai pas l’impression d’être vieille. Je ne pense pas vieux. Je pense demain. Je n’ai jamais pensé hier… » L’idée d’écrire ce livre m’est venue d’avoir constaté dans mes réunions avec des usagers, personnes âgées, professionnels, élus, la méconnaissance de leurs droits, de leurs possibilités de recours ou d’intervention, et surtout leurs difficultés à prendre des initia-tives, à intervenir. Avec cet ouvrage je veux d’abord m’adresser aux personnes âgées, aux familles, aux bénévoles, non comme un spécialiste que je ne suis pas, mais en m’appuyant sur mon expérience de respon-sable politique, d’élu que j’ai été longtemps, de militant associatif. 1 Je suis un vieil homme. Mais, comme Marc Augé , je pense que si le vieillissement est une réalité physique, l’âge est une cons-truction sociale et jour après jour j’apprends à vieillir. C’est pour-quoi, je n’accepte pas que mon dictionnaire définisse ainsi les vieux :Qui a les caractères physiques ou moraux d’une Personne Agée. Voir caduc, décrépit, sénile... alors que dans certains pays, pour parler d’un homme devenu sourd avec l’âge on ditest tellement grand que« il notre parole n’arrive pas jusqu’à lui. » Je suis un homme politique avec une histoire, des convictions 2 politiques, une expérience , qui m’ont convaincu que les enjeux du vieillissement sont d’abord des choix politiques. Je suis entré en gérontologie sans préparation, sans connaissance particulière et sans attrait pour cette discipline.
1 Marc Augé : Dossier :Vieillir pour ou contre, n° 269 de Sciences humaines. 2 Cf. mon livre :Itinéraire d’un militant, aux éditions L’Harmattan.
͹
Deux événements m’y ont conduit : l’accompagnement de mon épouse dans la maladie d’Alzheimer pendant une quinzaine d’années et la proposition du Maire de Grenoble de présider une MAPAD en grande difficulté financière avec l’objectif de redres-ser la situation et mon entrée au conseil d’administration du CCAS de Grenoble. Ce fut pour moi naturel que de m’engager dans cette voie. Car il s’agit bien pour moi d’un engagement au même titre que mes engagements antérieurs, ayant toujours considéré que comme le disait E. Mounier« Refuser l’engagement, c’est refuser la condition humaine »: sans l’engagement vaine est la cri-une ligne de conduite  avec tique. Je fus aidé en cela par mon entourage familial, mais aussi par de nombreuses personnes professionnelles ou non, spécialistes ou non, que je veux remercier. De ces 15 années d’accompagnement d’une malade d’Alzheimer, et de dix années d’activité au sein de l’association 3 Alertes 38 , je retiens trois enseignements : - Approfondir le concept de « personne »de répondre à cette afin question lancinante pour l’accompagnant d’une malade d’Alzheimer : que reste-t-il encore d’humain ? Et au-delà, ce qui est un défi pour la société : permettre à chacun de développer à tout âge et quelle que soit sa condition, la plénitude de ses capaci-tés et répondre aux souhaits de tout être humain d’être libre de ses décisions et d’être reconnu dans sa différence. Un défi que les personnes âgées se doivent elles aussi de rele-ver en particulier en revendiquant le droit au risque et le droit au choix. -prendreL’importance de voir dans certaines situations la priorité du « soin de la personne. »âgé est un être indivisible : physique, L’être
3 Se reporter à : www.alertes38.org.
ͺ
psychique, social, culturel, spirituel. La vieillesse concerne chacune de ces dimensions et le prendre soin prend en compte la globalité de la personne dans sa dignité et sa singularité tout en respectant la part énigmatique du comportement du malade et en restant at-tentif à ses désirs et à tout ce qui peut contribuer à entretenir le plaisir et l’envie de vivre. C’est pourquoi je suis très attaché à cette philosophie du soin dite « Humanitude » préconisée par Rosette Marescotti et Yves Gineste qui repose sur le regard, la parole, le toucher, la verticalité. Les vieux ont tous quelque chose à nous dire, y compris ceux, prisonniers du silence, pour qui le regard aussi furtif soit-il en dit parfois plus long que bien des discours. Mais s’ils ont droit à la parole, et si on leur donne la possibilité de s’exprimer, c’est pour être écoutés et entendus. Sinon le droit à la parole n’a plus de contenu, voire de sens. -Pour lutter contre le sentiment de culpabilité et contre la solitude,et mieux connaître la maladie pour y faire face au mieux et pas seu-lement faire avec, j’ai d’abord adhéré à l’associationIsère Alzheimer, aujourd’huiFrance Alzheimer Isère, puis j’ai créé avec d’autres l’associationAlertes 38dont je parlerai plus loin. Il vaut mieux vieillir acteur. Cela veut dire à la fois s’indigner, résister, mais aussi proposer et rassembler. Face au monde qui change le besoin est grand de la mobilisation et de l’intervention de toutes les intelligences et expériences. De cette expérience, à la fois personnelle et sociétale, je retiens que la vieillesse est non pas un problème médical, mais bien une question de société avec les implications politiques que cela im-plique. Vieillir est un projet qui concerne chaque individu mais aussi toute la société. C’est pourquoi il nous faut soutenir et initier toutes les initia-tives qui contribuent à changer profondément le regard de la so-ciété sur le vieillissement, afin de donner à chacun la possibilité de s’exprimer, d’être entendu et d’agir sur son territoire. Inclure da-vantage la dimension intergénérationnelle dans les préoccupations
ͻ