Ville fermée, ville surveillée

De

La question de la sécurisation des espaces résidentiels en milieu urbain n’est pas nouvelle. Elle se renouvelle sans cesse et deux tendances fortes semblent émerger au cours d’une période récente. La première est l’essor, voire la large diffusion dans certains contextes géographiques, d’enclaves résidentielles fermées destinées non plus seulement et principalement aux catégories aisées mais à destination des classes moyennes, enclave incarnée par la figure désormais banalisée mais assez réductrice de la gated community étatsunienne. La seconde résulte d’une modification des modalités de surveillance de l’espace urbain, sans que celle-ci s’accompagne d’une fermeture territoriale comme dans le cas de l’enclave résidentielle fermée. Cette double tension interroge la façon de vivre en ville et celle de se penser ou de se représenter en société, car au-delà de l’objectif sécuritaire souvent mis en avant mais non exclusif de l’ensemble des processus à l’œuvre, elle traduit fondamentalement une série de transformations profondes des modes de vie, des relations sociales et des rapports à l’espace. Cette analyse de la sécurisation des espaces résidentiels en milieu urbain, qui oscille entre autoenfermement et surveillance sans fermeture, porte à la fois sur le contexte français et étatsunien.


Publié le : mercredi 13 février 2013
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782753526761
Nombre de pages : 235
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ville fermée, ville surveillée
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'évaluation des compétences scolaires

de presses-universitaires-de-rennes

Paysans des Alpes

de presses-universitaires-de-rennes

Profusion et pénurie

de presses-universitaires-de-rennes

suivant