//img.uscri.be/pth/0b5adc3ed52f2573f35dab77ffdcf4fad7474e1a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Villes et organisation de l'espace en République Démocratique du Congo

De
305 pages
On trouvera dans ce volume un dossier solide sur les villes de la République démocratique du Congo. Sur le plan historique, l'auteur montre que les villes congolaises ne sont pas des créations coloniales. La colonisation ne les a pas créés, mais elle les a réorganisés à son profit. Aujourd'hui, les nouvelles exploitations minières et l'essor des transports automobiles et aériens déclassent en quelque sorte l'ancienne voie majestueuse du fleuve.
Voir plus Voir moins

CAHIERS AFRICAINS AFRIKA STUDIES N°77 2010

Léon de Saint Moulin, s.j.

Villes et organisation de l’espace au Congo
(RDC) Préface de Elikia M’Bokolo

n°77 2010

Cahiers africains – Afrika Studies
Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) Koninklijk Museum voor Midden-Afrika (KMMA)
Section d’Histoire du Temps présent (anciennement Institut africain/Cedaf) Afdeling Eigentijdse Geschiedenis (voorheen Afrika Instituut-ASDOC) Secrétaire de rédaction : Edwine Simons Leuvensesteenweg 13, 3080 Tervuren Tél. : 32 2 769 58 45 Fax : 32 2 769 58 20 E-mail : edwine.simons@africamuseum.be Site : http://www.africamuseum.be/research/dept4/research/dept4/africainstitute/index_html Conditions de vente : http://www.africamuseum.be/publications ; publications@africamuseum.be Couverture : Conception graphique : S. Gillard (Trilogil) Photographies : Léon de Saint Moulin et Theodore Trefon Les activités de la Section d’Histoire du Temps présent (anciennement Institut africain/Cedaf) sont financées par le SPP Politique scientifique et par la Coopération belge au développement. Les Cahiers africains sont publiés avec l’aide financière du Fonds de la recherche scientifique-FNRS de Belgique.

© Musée royal de l’Afrique centrale et L’Harmattan, 2010. 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-11999-4 EAN: 9782296119994

Table des matières
Liste des tableaux.......................................................................................... 8 Liste des figures (cartes et graphiques) ...................................................... 11 Préface...........................................................................................................13 Introduction..................................................................................................17

Première partie. Études générales
Chapitre 1. Histoire des villes du Zaïre. Notions et perspectives fondamentales .....................................................................................................27
Le cadre juridique et l’origine des villes zaïroises...............................................27 Le réseau urbain du Zaïre en 1970 .......................................................................33 Les rythmes de croissance des villes du Zaïre .....................................................38 Les perspectives urbaines à l’horizon 1980 .........................................................43 Conclusion............................................................................................................46 Annexes................................................................................................................47

Chapitre 2. La place de Kinshasa dans l’évolution nationale ....................59
La place de Kinshasa dans l’économie nationale.................................................59 La portée socioculturelle de Kinshasa..................................................................67 Conclusion............................................................................................................72

Chapitre 3. Les villes et le développement économique du Zaïre ......................73
Introduction ..........................................................................................................73 Le développement économique du Zaïre .............................................................73 Le réseau urbain du Zaïre.....................................................................................79 Conclusion............................................................................................................83

Chapitre 4. Perspectives de la croissance urbaine au Zaïre .....................85
Perspectives à l’échelle nationale.........................................................................85 Perspectives des régions et des principales villes ...............................................88 Autres hypothèses possibles ................................................................................97 Conclusion ...........................................................................................................98 Annexe ...............................................................................................................100

Chapitre 5. La croissance urbaine au Zaïre............................................. 103
Les espaces linguistiques ..................................................................................103 Les espaces socio-économiques du xixe siècle ..................................................103 L’urbanisation coloniale ....................................................................................106 La croissance urbaine après l’indépendance .....................................................109 Conclusion : les facteurs de la croissance urbaine .............................................111

6

Chapitre 6. Les villes et l’organisation de l’espace du Zaïre.................. 113
Les villes dans le recensement de 1984 .............................................................113 Le rôle des villes dans l’espace du Zaïre............................................................116 Conclusion..........................................................................................................125 Annexes..............................................................................................................127

Chapitre 7. Le réseau urbain de la RDC au seuil du 3e millénaire ........ 137
Évolution des taux d’urbanisation par province.................................................137 La carte des villes en 2010 .................................................................................144 Évolution des grands axes de l’aménagement du territoire................................152 Conclusion..........................................................................................................154

Deuxième partie. Études spéciales
Chapitre 8. Le phénomène urbain à Kinshasa. Évolution et perspectives ......................................................................................... 157
L’accroissement de la population .......................................................................158 Migrations externes et migrations internes ........................................................164 Les occupations : scolarité et activités ...............................................................168 Les conditions de logement................................................................................175 Conclusion..........................................................................................................179

Chapitre 9. Quelle est la population de Kinshasa ?............................... 181
Les chiffres anciens de la population kinoise ....................................................181 La population de Kinshasa au seuil de 1970 ......................................................183 La densité de la population à Kinshasa ..............................................................191 Épilogue ............................................................................................................192

Chapitre 10. Unité et diversité des zones urbaines de Kinshasa ............ 195
Les six zones socio-économiques de Kinshasa ..................................................196 Analyse interne des six zones de Kinshasa ........................................................203 Les principes de la distribution résidentielle à Kinshasa ...................................209 Conclusion..........................................................................................................214

Chapitre 11. Contribution à l’histoire de Kinshasa ............................... 215
Les origines de Kinshasa jusqu’au xixe siècle ...................................................215 Les étapes de la croissance au xxe siècle ...........................................................218 Conclusion .........................................................................................................237

Chapitre 12. Continuités et ruptures dans la dynamique démographique de Kinshasa.................................................................. 239
Les étapes de la croissance.................................................................................239 Les caractéristiques de la croissance .................................................................241 Continuités et ruptures .......................................................................................245

7

Chapitre 13. Kisangani. La formation de la population ........................ 247
Les anciens villages des environs de Kisangani ................................................247 Évolution de la population de la ville de Kisangani ..........................................249 Les zones de provenance des immigrés ............................................................260 Conclusion..........................................................................................................268 Bibliographie complémentaire ...........................................................................268

Chapitre 14. Bukavu, étude de géographie urbaine................................ 271
Étapes de la croissance.......................................................................................271 Pyramide des âges et évolution de la population ...............................................274 L’origine des habitants .......................................................................................277 La scolarité et les occupations............................................................................280 L’habitat..............................................................................................................284 Conclusion..........................................................................................................286

Chapitre 15. Origine et évolution de la ville de Kananga ....................... 289
Origine de la ville ..............................................................................................289 Évolution de la population ................................................................................295 Conclusion..........................................................................................................302

8

Liste des tableaux
Tableau 1. Rythmes de croissance des villes du Zaïre selon la taille.........................39 Tableau 2. Croissance annuelle des villes du Zaïre de 1958 à 1970..........................40 Tableau 3. Taux de croissance des villes du Zaïre par région....................................43 Tableau 4. Répartition du produit intérieur brut par province en 1957 .....................60 Tableau 5. Produit intérieur brut du Zaïre...................................................... 74 Tableau 6. Contributions de chaque région au PIB en 1970......................................77 Tableau 7. Accroissements des diverses contributions au PIB par région et secteur d’activité de 1957 à 1970 .....................................................................78 Tableau 8. Répartition de la population du Zaïre par région.................................. 80 Tableau 9. Estimation hypothétique du PIB commercialisé par habitant.................83 Tableau 10. Perspectives de la population totale du Zaïre.........................................85 Tableau 11. Perspectives démographiques du Zaïre par milieu.................................87 Tableau 12. Perspectives de la population totale par région selon des taux de croissance constants.........................................................................................91 Tableau 13. Répartition de la population urbaine et rurale en 1970 ..........................92 Tableau 14. Limites démographiques de la croissance urbaine par région dans l’hypothèse d’une stabilisation de la population rurale et en l’absence de migrations interrégionales ...................................................................................92 Tableau 15. Exemple d’évolution des taux de croissance .........................................93 Tableau 16. Accroissements de la population urbaine requis jusqu’à l’an 2000 selon diverses hypothèses de ralentissement uniforme des taux de croissance ...93 Tableau 17. Perspectives de la population urbaine du Zaïre (en milliers) dans l’hypothèse d’un ralentissement du taux de croissance de 1 % tous les cinq ans pour Kinshasa et les villes du Kasai et de 40 % en cinq paliers pour les autres agglomérations.....................................................95 Tableau 18. Nombre d’années requises pour atteindre 100 000 habitants à partir d’un noyau déterminé ..............................................................................96 Tableau 19. Liste des principaux centres par région................................................100 Tableau 20. Population des villes et cités principales..............................................127 Tableau 21. Taux de croissance annuelle par période ..............................................129 Tableau 22. Population des villes et cités en 1984...................................................131 Tableau 23. Évolution et projection de la population par province ........................142 Tableau 24. Taux annuel de croissance par période ................................................143

9

Tableau 25. Population des villes et cités en 1984 et 2010......................................144 Tableau 26. Taux annuels de croissance des villes selon la taille ............................150 Tableau 27. Répartition de la population actuelle de Kinshasa d’après la date d’arrivée ou de naissance en ville à partir de 1950.................................165 Tableau 28. Répartition des habitants de Kinshasa d’après leur origine .................166 Tableau 29. Origine des habitants des divers quartiers de Kinshasa .......................168 Tableau 30. Nombre de personnes et taux de scolarisation de 6 à 25 ans ...............169 Tableau 31. Indices de scolarisation selon les zones ...............................................170 Tableau 32. Population de sexe masculin ................................................................171 Tableau 33. Répartition de la population active par branches d’activité .................172 Tableau 34. Répartition de la population active par zone et secteur........................173 Tableau 35. Répartition professionnelle de la population active .............................174 Tableau 36. Nombre moyen de pièces par logement selon la profession et la zone.............................................................................................................178 Tableau 37. Nombre d’élèves par classes primaires et secondaires à Kinshasa ......189 Tableau 38. Surfaces et densités à l’hectare de différentes villes ............................192 Tableau 39. Indices socio-économiques des six zones urbaines de Kinshasa .........199 Tableau 40. Répartition des groupes ethniques dans les zones urbaines de Kinshasa ........................................................................................................201 Tableau 41. Indices socio-économiques des cités planifiées....................................203 Tableau 42. Indices socio-économiques des nouvelles cités....................................204 Tableau 43. Indices socio-économiques des anciennes cités ...................................205 Tableau 44. Indices socio-économiques des communes de la zone résidentielle ....206 Tableau 45. Indices socio-économiques des quartiers excentriques ........................207 Tableau 46. Indices socio-économiques des zones d’extension sud........................209 Tableau 47. Mesure de la ségrégation résidentielle ................................................212 Tableau 48. Indices de ségrégation résidentielle à Kinshasa ...................................213 Tableau 49. Origine de la population de Kinshasa...................................................225 Tableau 50. Huit doublements de la population de Kinshasa ..................................240 Tableau 51. Transformation de la structure par âges de la population adulte de Kinshasa ........................................................................................................243 Tableau 52. Évolution de la population totale de la ville de Kisangani...................251 Tableau 53. Évolution de la population de la ville de Kisangani.............................253

10

Tableau 54. Évolution de la population de Kisangani vivant hors du milieu coutumier............................................................................................................254 Tableau 55. Évolution de la population du CEC de Kisangani ...............................255 Tableau 56. Origine de la population de Kisangani en 1952 ..................................261 Tableau 57. Répartition des immigrés de Kisangani d’après la zone de provenance et la date d’arrivée dans la ville ................................................264 Tableau 58. Dates d’arrivée et durée moyenne de séjour des immigrés de Kisangani d’après la zone de provenance ....................................................265 Tableau 59. Degré d’occupation de la population de Bukavu .................................280 Tableau 60. Taux de scolarisation de 6 à 24 ans à Bukavu et à Kinshasa................281 Tableau 61. Âge moyen par classe en primaire .......................................................281 Tableau 62. Âge moyen par classe au secondaire....................................................282 Tableau 63. Proportion de filles par classe dans le secondaire ................................282 Tableau 64. Taux de scolarisation par quartier.........................................................282 Tableau 65. Degré d’instruction de la population active de Bukavu par catégorie socioprofessionnelle (14 220 H et 3 580 F)..................................283 Tableau 66. Répartition des personnes recensées entre les différents types de quartiers .........................................................................................................284 Tableau 67. Évolution de la population de Kananga de 1945 à 1960......................296 Tableau 68. Répartition de la population de Kananga au 31 décembre 1975 d’après la date d’arrivée dans la ville par naissance ou migration.....................300

11

Liste des figures (cartes et graphiques)
Figure 1. Les circonscriptions urbaines en 1914 .......................................................30 Figure 2. Les villes en 1970.......................................................................................35 Figure 3. Évolution de la population des principales villes du Zaïre.........................44 Figure 4. Carte linguistique du Zaïre .......................................................................104 Figure 5. Transports aériens et fluviaux en 1984 .....................................................114 Figure 6. Villes et centres du Zaïre en 1992 ............................................................117 Figure 7. Répartition du PIB par région en 1984.....................................................121 Figure 8. Carte des villes et centres du Bas-Zaïre en 1984......................................122 Figure 9. Carte des villes et centres de la RDC .......................................................149 Figure 10. Localisation des grandes zones d’études................................................159 Figure 11. Répartition de la population par âge, sexe et état matrimonial...............162 Figure 12. Lieu de provenance des habitants de Kinshasa ......................................167 Figure 13. Répartition des logements d'après la dimension.....................................177 Figure 14. Évolution de la population de Kinshasa ................................................182 Figure 15. Carte des grandes zones urbaines de Kinshasa.......................................197 Figure 16. Évolution de la population 1925-1976 ...................................................220 Figure 17. Pyramides des âges de la population totale de Kinshasa en 1955 et 1967 ..................................................................................................223 Figure 18. Carte de l’origine de la population de Kinshasa.....................................226 Figure 19. Évolution de la population de Kisangani................................................256 Figure 20. Pyramides des âges de la population totale de Kisangani ......................259 Figure 21. Provenance de la population de Kisangani en 1973 ..............................267 Figure 22. Carte des communes et types de quartiers à Bukavu .............................273 Figure 23. Pyramide des âges de la population de Bukavu en 1970........................275 Figure 24. Pyramides des immigrés avant et depuis 1960 ......................................276 Figure 25. Lieux de provenance des habitants de Bukavu.......................................279 Figure 25. Lieux de provenance des habitants de Bukavu.......................................279 Figure 26. Kananga dans la cartographie.................................................................291 Figure 27. Évolution de la population de Kananga de 1945 à 1960 ........................297 Figure 28. Formation de la population de Kananga résidant dans la ville au 31 décembre 1975..........................................................................................301

Préface
Elikia M’Bokolo

Entreprise nécessaire quand la qualité des textes en démontre l’utilité et en impose l’urgence, la réunion, en un seul livre, d’articles publiés pendant plusieurs dizaines d’années (1974-2007) dans plusieurs revues et ouvrages, constitue un exercice périlleux dont Léon de Saint Moulin s’acquitte ici avec un indiscutable bonheur. Nous avons été nombreux à regretter que ces stimulants articles épars, souvent égarés dans le légendaire encombrement créateur de nos bureaux de chercheurs, ne fussent pas réunis dans un ouvrage qui, tout en présentant les avantages de la commodité, donnerait à voir et exprimerait aussi, avec l’éclat qui lui revient, l’itinéraire fondateur et original d’un historien exemplaire. Ce vœu est aujourd’hui exaucé. Qui d’entre nous, historiens du Congo et de l’Afrique centrale, ne lui envie pas, plus ou moins secrètement, la merveilleuse et unique chance qui fut la sienne d’arriver dans la capitale congolaise en 1959 ? Un moment charnière, en effet, que 1959, l’année des émeutes urbaines de Kinshasa, l’année au cours de laquelle s’exprimèrent avec éclat, en même temps que la violence politique, l’effervescence inventive et le génie créateur du peuple – je veux dire du petit peuple – kinois sous les angles aussi divers que le rejet définitif du régime colonial, la pression pacifique sur les pouvoirs, la participation politique à un système émergent, les sociabilités festives, ou encore les solidarités et fraternités débordant des frontières identitaires anciennes. Outre ces faits sociaux « totaux » qui imposent les villes congolaises comme un thème de recherche privilégié, je partage avec l’auteur de ces pages la conviction que, au-delà des définitions statistiques, la ville est, par excellence, un « point de polarisation de l’espace » et que, de ce fait, elle joue un rôle décisif, en Afrique comme dans le reste du monde, dans les transformations brutales ou lentes des sociétés. Lieux cruciaux de concentration des richesses, des pouvoirs et des contradictions sociales, elles donnent à voir à l’œuvre, non seulement les « grands hommes » privilégiés par les diverses chroniques si souvent complaisantes, mais aussi l’ensemble des forces sociales qui, véritablement, façonnent l’histoire. C’est cette démarche, éprouvée dans sa thèse de doctorat en histoire consacrée à Seraing, une banlieue de Liège, qu’il développe et amplifie ici à propos des villes congolaises. Histoire, géographie, démographie, sociologie, économie…, ce livre est tout cela à la fois et ce n’est pas son moindre mérite tant au plan de la méthodologie qu’à celui des pistes de recherches ultérieures. Car il ne faut pas enfermer le travail de Léon de Saint Moulin dans les limites étroites des disciplines universitaires. Je dirais qu’il fait ici de l’histoire sociale, dans la

14

Elikia M’Bokolo

meilleure acception de ce concept : dans ce livre se trouvent réunies des données quantitatives et qualitatives, tirées des sources les plus diverses et intégrées dans une réflexion qui, soucieuse de restituer à travers la durée les dimensions les plus significatives des phénomènes sociaux, s’inscrit forcément dans une pluralité de registres disciplinaires. La durée, précisément, offre à l’auteur une conclusion centrale, sur laquelle il a raison de revenir à plusieurs reprises, car elle renouvelle l’histoire des villes congolaises. Non, celles-ci ne sont pas des créations de la colonisation. Au contraire, nous voyons clairement mis en lumière, dans les cas étudiés ici, leur « enracinement précolonial ». Même Kananga, trop souvent présentée comme le produit de l’entreprise coloniale, est à juste titre rattachée, par des cheminements indiscutables, à l’ancienne cité lulua de Mukenge. Ce n’est pas nier, au contraire, l’impact de la colonisation qui, par la captation des anciens pôles, réseaux et dynamiques d’organisation de l’espace, a voulu et a su réorganiser l’espace en fonction de ses propres logiques et au service de ses intérêts. À cette histoire ancienne qui appartient à l’Afrique centrale, la colonisation a, en outre, substitué une histoire qu’il faut bien appeler « congolaise ». La démarche de Léon de Saint Moulin se déploie à plusieurs échelles, de la « macro-échelle » du territoire national du Congo-Zaïre jusqu’à la « microéchelle » des quartiers urbains. À l’une des extrémités, la plus large, de cette pluralité d’échelles, il établit que l’armature urbaine du Congo repose sur trois axes majeurs, peut-être bientôt quatre : l’axe ouest-est, reliant la côte atlantique à la capitale ; les deux axes, toujours centrés sur Kinshasa, et la rattachant, l’un au nord-est et l’autre au sud-est du pays ; enfin, appelé peut-être à se développer, un axe nord-sud dont les deux « branches » relient le Katanga à Kisangani et le lac Tanganyika à Bunia, via Bukavu, Goma et Butembo. C’est dire le rôle de Kinshasa comme point focal de polarisation de l’espace national congolais, ce qui explique la place privilégiée qu’elle occupe dans l’ouvrage. À l’autre extrémité, nous pénétrons – à Kinshasa, mais aussi à Kisangani, à Bukavu et à Kananga – dans l’épaisseur sociale des quartiers et, grâce aux données quantitatives minutieusement analysées, dans les articulations entre les groupes d’âge, entre « autochtones » et immigrés, ou encore entre les sexes. L’analyse sociale vient ici éclairer les données chiffrées en montrant, par exemple, l’ampleur des déplacements d’un quartier à l’autre, le caractère interethnique de plusieurs quartiers, et comment, en raison des classifications des autorités coloniales, il était plus facile, si l’on peut dire, de devenir une femme adulte (une femme, quel que soit son âge, ayant un enfant) qu’un homme adulte (être âgé de 18 ans). La réflexion, dont on connaît l’importance aux yeux des pouvoirs publics, sur le rôle des villes dans le développement économique du pays est menée à la fois à l’échelle « macro », à l’échelle « micro » et à celle, intermédiaire, des relations entre les villes et leur environnement immédiat. Ajoutons qu’en Léon de Saint Moulin se conjuguent le savant et le prêtre,

Préface

15

l’homme de science et l’homme de foi, les démarches de l’un venant sans cesse interpeller, conforter, éclairer et enrichir celles de l’autre, dans une articulation dialectique dont on rencontre malheureusement peu d’exemples parmi les chercheurs travaillant sur le Congo. Au lecteur de découvrir la richesse foisonnante de cet ouvrage, dont chaque argument ouvre la porte à toute une série de réflexions et de questionnements. Il est évident qu’à lire Léon de Saint Moulin, on mesure tout ce qu’il reste à faire dans l’étude des villes congolaises. On voit, grâce à lui, que les sources qui fonderont ces recherches existent, en particulier les sources écrites quantitatives sur lesquelles il s’appuie abondamment avec un regard critique particulièrement fécond, ce qui invite évidemment à s’interroger sur l’existence, la nature et l’apport des autres sources. Son approche éminemment pluridisciplinaire balise un grand nombre de problématiques qui constituent ainsi un ambitieux programme de recherches à entreprendre collectivement. On n’attend désormais qu’une chose : que les travaux d’histoire politique et culturelle, qu’il a consacrés en particulier à Kinshasa, soient enfin réunis à leur tour pour nourrir notre réflexion.

Elikia M’Bokolo Directeur d’études École des hautes études en sciences sociales, Paris

Introduction
Léon de Saint Moulin
qui nous donna cours de géographie pendant nos humanités, fut l’un de ceux qui éveillèrent en nous cet intérêt. Il consacra ensuite une thèse de doctorat en géographie au phénomène urbain en Afrique centrale, thèse à la préparation de laquelle il nous associa quelque peu1. Avec lui, nous sommes convaincu que les villes ont été, depuis leur création, non seulement des points de concentration de la richesse et du pouvoir, mais aussi des centres de pensée et de rayonnement culturel. Monseigneur Guffens, alors vicaire apostolique auxiliaire de Kikwit, attisa, à son tour, notre intérêt pour l’étude des villes, quand nous étions au noviciat ; il estimait que trop peu de missionnaires réalisaient l’importance des centres urbains, dont, selon lui, le développement allait façonner le monde africain de demain. C’est pour réfléchir à de telles questions que nous avons centré notre formation d’historien en Belgique sur l’histoire urbaine. Il est utile pour la compréhension des textes qui suivent sur l’histoire des villes du Congo d’en présenter ici le cheminement. Nous avons consacré notre mémoire de licence et notre thèse de doctorat à « La construction et la propriété des maisons dans la commune de Seraing », dans la banlieue liégeoise. Dans une recension de la thèse, l’on peut lire que : « l’objectif de l’auteur… est d’éclairer par un exemple le processus du changement social entraîné par l’industrialisation et l’urbanisation de la société occidentale depuis le début du xixe siècle2 ». Nous avons eu le bonheur de travailler, dans les archives du cadastre, sur une documentation de grande valeur. Celle-ci nous a permis de retracer avec précision l’évolution du nombre et de la qualité des maisons en fonction de l’évolution démographique, de l’emploi, des salaires et de la profession des propriétaires. L’analyse de ces données nous a imposé une large interdisciplinarité. Dans l’introduction du texte publié, nous disions : « Nous montrerons… que les progrès réalisés à Seraing supposent évidemment une situation économique favorable, mais sont essentiellement dus à l’amélioration des structures sociales et à la transformation des mentalités. » Nous avions déjà alors une vision très nette de ces deux dimensions fondamentales des réalités sociales : d’une part, l’organisation des relations sociales, avec une importance particulière
J. DENIS, Le Phénomène urbain en Afrique centrale, Bruxelles, Académie royale des sciences coloniales, 1958. 2 L. de SAINT MOULIN, La Construction et la propriété des maisons, expression des structures sociales. Seraing depuis le début du xixe siècle, Bruxelles, 1969. Compte rendu paru dans la revue Pro Civitate du Crédit communal de Belgique.
1

Les villes nous fascinent depuis notre jeunesse. Le père Jacques Denis,

18

Léon de Saint Moulin

à accorder aux données démographiques et au système de distribution des richesses et du pouvoir, et, d’autre part, les mentalités. Le sens de ce mot, que nous remplacerions aujourd’hui par le terme de culture, était précisé dans la conclusion. « Le terme mentalité désigne essentiellement pour nous le système de valeurs qui commande les décisions d’un groupe social ; ce système ne peut sans doute intégrer que des valeurs offertes par l’évolution générale, mais sa hiérarchie, nous l’avons montré dans le domaine précis des conditions de logement, connaît des fluctuations relativement autonomes qu’il faut interpréter comme des choix humains. Nous croyons donc que les hommes et les sociétés sont vraiment les sujets de leur histoire et que c’est finalement leur manière de réagir aux faits et aux circonstances qui trace les chemins de l’évolution historique3. » L’argumentation évoquée est explicitée notamment par une autre phrase de la conclusion : « Dès le dernier quart du xixe siècle, l’expansion a été fortement freinée parce que, en fait, les mouvements ouvriers comme les groupes patronaux ont préféré l’accroissement de la productivité ou des salaires à une simple hausse de la production ou de l’emploi. » Le paragraphe suivant de la conclusion éclaire, quant à lui, ce que nous appelions structures sociales. « Au niveau de la répartition de la propriété entre les différentes catégories sociales, nous avons observé que l’industrialisation avait rapidement établi à Seraing un modèle extrêmement stable, qui assura longtemps aux commerçants et aux dirigeants un tiers des maisons, alors que les ouvriers en détenaient seulement 40 %. Cette répartition nous est apparue liée au système social et c’est par ce fait que nous avons expliqué sa stabilité. Toutes les modifications qui y ont été apportées n’ont en effet été obtenues que par la transformation de ce système. Nous avons explicité trois facteurs de ces changements : les transferts de population active, le rôle des pouvoirs publics substituant la conception d’un service social à celle d’un investissement en quête de profit dans la construction des logements à louer, et le nivellement des revenus à l’intérieur de chaque groupe social4. C’est ce dernier élément qui nous a fait parler de transformation des structures sociales plutôt que de victoire d’une classe sur une autre » (p. 282). Il a en effet été établi que les ouvriers les plus qualifiés avaient, eux aussi, construit des maisons qu’ils louaient à des moins fortunés, aux mêmes conditions d’exploitation que celles qui étaient la propriété des milieux dominants (pp. 203-204). La richesse de l’expérience que nous avons vécue en réalisant cette étude a encore été amplifiée par l’esprit d’ouverture que nous avons trouvé chez nos professeurs de théologie, qui nous ont permis de présenter comme mémoire de licence en cette discipline une étude de la déchristianisation dans le même
3 4

Ibidem, pp. 8 et 284. Cette phrase fait allusion, d’une part, à la fondation de sociétés de construction de logements sociaux et, d’autre part, au relèvement substantiel des salaires les plus bas.

Introduction

19

milieu de Seraing et de la province de Liège en général5. L’initiation à la sociologie religieuse que nous avons ainsi acquise nous a aidé à articuler, dans notre vision de l’histoire, le rôle des individus avec celui des forces sociales. Cette vision est évidemment aussi tributaire du genre de problèmes que nous avons étudié et elle ne rejoint que partiellement les réflexions de Jean Stengers dans l’introduction qu’il a rédigée pour un recueil de ses articles sur l’histoire du Congo. Pour lui, c’est tantôt un facteur individuel, tantôt un phénomène de masse qui domine6. Dans la conclusion de la première édition de notre Panorama de l’histoire contemporaine, finalisée en 1963, nous écrivions : « Une étude sereine de l’histoire nous aide à comprendre notre rôle personnel. Les grands hommes dans l’histoire n’ont pas été les seuls acteurs ; leur grandeur a, au contraire, été de “s’inscrire dans leur temps” : ils en ont compris et assumé les aspirations et ont su leur donner une formulation neuve. Notre grandeur ne sera jamais de bousculer à plaisir ceux qui nous entourent, de vouloir “être en avance sur notre temps”, mais c’est de nous inscrire nous aussi dans notre temps et de faire généreusement notre tâche concrète de chaque moment ; nous serons ainsi prêts, si l’occasion nous y appelle, à tenir avec la même grandeur les grands rôles, que l’on ne choisit jamais tout à fait7. » C’est encore notre conviction que les personnalités qui ont marqué l’histoire n’ont pu le faire que dans la mesure où leur intuition et le projet qui en est issu correspondaient suffisamment aux idées et aux aspirations de leur temps pour être accueillis par des forces sociales capables de les faire triompher. Plus aucun historien ne se contente d’ailleurs aujourd’hui d’écrire l’histoire des princes et des généraux. En 1967, quand nous sommes définitivement revenu au Congo, après un premier terme effectué de 1959 à 1961, les mêmes préoccupations nous ont amené à travailler pendant trois ans sur l’étude des villes, et particulièrement celle de Kinshasa, dans le cadre d’un mandat de chargé de recherche du Fonds national belge de la recherche scientifique. Nous avons ainsi pu nous associer à l’enquête socio-démographique de Kinshasa 1967 organisée par l’Institut national de la statistique avec le soutien de la coopération française, et réaliser, en 1969, avec l’Institut géographique du Congo, la mise à jour du plan de la ville de Kinshasa au 1/10 000 en six feuilles. Nous avons ensuite contribué, de façon plus limitée, à l’organisation et à la publication de travaux semblables sur la ville de Bukavu, en 1970. Cela nous a ensuite permis d’avoir une bonne connaissance des autres enquêtes démographiques réalisées dans les années suivantes par l’Institut national de la statistique, à Matadi, en 1970, à Lubumbashi, en 1973, et à Kananga, en 1974, puis pour le Bureau d’études et d’aménagements urbains (BEAU), à Lubumbashi et à Kolwezi, en 1973, et à
5

L. de SAINT MOULIN, « Contribution à l’histoire de la déchristianisation. La pratique religieuse à Seraing depuis 1830 », Annuaire d’histoire liégeoise, X, nº 34, 1967, pp. 33-127. 6 J. STENGERS, Congo, mythes et réalités. 100 ans d’histoire, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot, 1989, p. 6. 7 L. de SAINT MOULIN, Panorama de l’histoire contemporaine, Léopoldville, Bibliothèque de l’Étoile, 1963, p. 169.

20

Léon de Saint Moulin

Bukavu, en 1976, et pour la Société italo-congolaise d’aide à l’industrialisation (SICAI), à Kisangani, en 1973, à Kinshasa et Matadi, en mars-avril 1975, à Kikwit, Kananga et Mbandaka, de mars à mai 1976. Nous n’avons guère été mêlé au recensement scientifique de la population de juillet 1984, mais nous en avons suivi les travaux au Kivu, puis la publication, à Kinshasa, des 22 fascicules de résultats par l’Institut national de la statistique avec la collaboration du Fonds des Nations unies pour les activités en matière de population (FNUAP), qui avait envoyé, pour ce travail, notre confrère indien démographe, Stany D’Souza. Après un an d’enseignement à l’université Lovanium, nous avons quitté Kinshasa pour Lubumbashi, en décembre 1971, sur décision du président Mobutu, lorsque celui-ci imposa le regroupement de toutes les facultés des lettres et des sciences sociales au campus de Lubumbashi, lors de la création de l’Université nationale du Zaïre. Nous y sommes resté jusqu’à notre nomination, en 1979, comme vice-recteur chargé du campus de Kinshasa. Après un mandat de deux ans à ce poste, nous avons pris un congé sabbatique pendant lequel nous avons renouvelé notre manuel d’histoire contemporaine et entrepris une longue série d’émissions télévisées sur les diverses régions et de nombreux aspects de l’histoire et de la géographie du Congo. Les animateurs de ces émissions et les équipes avec lesquelles nous les avons réalisées ont été une nouvelle école de vérité pour nous. Ils nous ont forcé à approfondir nos connaissances et notre réflexion, notamment concernant les villes et leur rôle dans l’histoire du Congo. De février 1983 à août 1984, la mort d’un confrère nous a appelé à Bukavu pour le remplacer comme recteur du collège Alfajiri. Nous avons alors renoué des contacts enrichissants, notamment avec l’Institut supérieur pédagogique et l’Institut supérieur de développement rural de cette ville. En 1985, nous avons été appelé comme secrétaire académique à la Faculté de théologie catholique de Kinshasa, devenue, en 1987, Facultés catholiques de Kinshasa et, en 2009, Université catholique du Congo. Nous y avons participé à la formation des nouvelles facultés de philosophie (1987), de sciences et techniques de développement (1990, devenue en 2002 d’économie et développement) et des communications sociales (1993). Outre un cours d’histoire des problèmes du développement du Zaïre, nous y avons développé un ensemble d’enseignements que nous pourrions appeler d’analyse sociale appliquée à la théologie pastorale. Le milieu des Facultés catholiques de Kinshasa a été un nouveau stimulant pour notre réflexion sur la vie nationale et ses acteurs, notamment sur le rôle de l’Église dans la société. À l’Université nationale du Zaïre, nous avions assuré des cours et la direction de travaux d’étudiants en histoire de la population et de l’organisation administrative de la République démocratique du Congo. Le Centre d’études pour l’action sociale, auquel nous avions été rattaché depuis 1967, dispose d’une ample documentation sur le Congo. Nos travaux et nos contacts ont

Introduction

21

contribué à y rassembler de nouveaux documents sur l’organisation de l’espace et les réseaux sociaux du pays. Tant nos lectures que nos recherches concrètes nous ont de plus en plus fait considérer les villes comme des points de polarisation de l’espace. Notre réflexion sur la transformation de la société et le rôle qu’y jouent les villes a aussi été alimentée par le dialogue avec nos collègues et des responsables de la société, tant en République démocratique du Congo, qu’en Belgique, lors de nos congés. Nous avons particulièrement bénéficié de contacts suivis avec notre ami Jean Remy, qui définit l’urbanisation comme « une transformation de la variable “utilisation de l’espace” telle que les possibilités de mobilité des personnes, des messages et des biens y deviennent plus abondantes et y sont plus abondamment utilisées ». Cette vision fait voir les transformations qu’introduit inévitablement dans une société la construction d’une route asphaltée qui la traverse et les changements qui surviendront dans une famille qui émigre en milieu urbain : une certaine pluralité s’y introduit, la visibilité sociale s’y réduit, une hiérarchisation socio-économique s’y développe et valorise l’autonomie individuelle, les réseaux sociaux y perdent leur globalité et se fonctionnalisent. Les représentations mentales sont elles-mêmes soumises à une nécessaire restructuration8. Ce sont ces transformations qui font de la ville un milieu plus ouvert au changement que le village et un centre dont le rythme de danse s’impose habituellement à tout l’espace qu’il polarise. Nous remercions le professeur Ndaywel è Nziem de nous avoir poussé à réaliser cette publication et le Musée de Tervuren ainsi que les « Cahiers africains » d’avoir accueilli et finalisé le recueil des quinze articles qui suivent. Il s’ouvre par des études générales. La première est intitulée « Histoire des villes du Zaïre. Notions et perspectives fondamentales », et date de 1974. Sa première version était une conférence prononcée à Lubumbashi dans une séance commune avec Cheik Anta Diop, le 11 décembre 1972, devant un parterre exceptionnel d’historiens réunis dans la capitale du Katanga pour un séminaire de l’Unesco préparatoire à la rédaction de l’Histoire générale de l’Afrique, alors en gestation. Ce document propose des définitions et un cadrage historique qui ont été affinés par la suite, mais qui ouvraient des voies encore à suivre, selon nous. Ses perspectives de la croissance urbaine étaient par contre limitées à quelques paragraphes et ont été reformulées dans plusieurs textes ultérieurs. Les trois articles suivants datent aussi des années 1970. Ce sont « La place de Kinshasa dans l’évolution nationale » (1971), « Les villes et le développement économique du Zaïre » (1974) et « Perspectives de la croissance urbaine au Zaïre » (1977). Les deux premiers font référence à un article que nous avions publié sur la répartition du produit intérieur brut par province en 1970, inspiré par une étude semblable de 1957. Ils restent largement valables. Le troisième était fort ambitieux et a été partiellement contredit par les faits, même si le
8

Cf. J. REMY, Sociologie urbaine et rurale, Université catholique de Louvain, 1970.

22

Léon de Saint Moulin

puissant dynamisme qu’il supposait a effectivement conduit de nombreux centres urbains à atteindre des chiffres de population que d’autres chercheurs ou responsables sociaux auraient voulu contenir dans des dimensions plus réduites. Viennent ensuite deux textes de 1991 et 1992 sur « La croissance urbaine au Zaïre » et « Les villes et l’organisation de l’espace au Zaïre ». Le premier a été publié dans un recueil en l’honneur du professeur Étienne Hélin, qui avait contribué à nous introduire à l’histoire démographique. Il note que la croissance urbaine, « amorcée à un rythme vertigineux à la fin de la période coloniale, est aujourd’hui fortement freinée par une série de limites du système socioéconomique qui assure des avantages importants aux populations urbaines », le facteur clé étant « l’évolution de la masse salariale et des revenus distribués, ou à tout le moins attendus, dans un centre ». Il conclut : « Nous avions supposé, en 1973, une grande stabilité de la hiérarchie des taux de croissance par centre et nous avions considéré comme facteurs du niveau de ces taux la position plus ou moins centrale d’une ville dans le réseau des voies de communication, la densité de la population qui l’entoure et l’écart existant entre ses conditions de vie et celles du niveau environnant… [Mais la croissance d’une ville] dépend aussi des réactions humaines à cette situation, c’est-à-dire de la répartition des investissements, de l’intensité des échanges sur les voies de communication concernées, du système de redistribution des revenus et même de l’appréciation subjective qui est à la base des diverses activités humaines. » Il intègre ainsi les facteurs subjectifs à la réflexion sur les perspectives de la croissance urbaine. Le second article fait, quant à lui, référence à l’estimation du produit intérieur brut par province que nous avions à nouveau calculée pour l’année 1984 dans un article de 1987. Le dernier article des études générales est une présentation du réseau urbain de la RDC au seuil du 3e millénaire. C’est une nouvelle synthèse de l’évolution du pourcentage de la population urbaine par province et une proposition d’axes prioritaires du plan d’aménagement que le réseau urbain nous semble appeler. C’est un texte récrit pour ce volume, à partir de présentations faites d’abord à Kinshasa pour le Séminaire national de concertation sur le plan d’action national pour l’habitat, en 2001, puis pour la journée d’histoire urbaine de l’Afrique centrale organisée par la Chaire d’études africaines de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve en 20029.
9

MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS, AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME ET HABITAT, Actes du Séminaire national de concertation sur le plan d’action national pour l’habitat, organisé au Grand Hôtel de Kinshasa du 12 au 15 mars 2001, pp. 31-48, et « Croissance de Kinshasa et transformations du réseau urbain de la République démocratique du Congo depuis l’indépendance », dans J.-L. VELLUT (dir.), Villes d’Afrique. Explorations en histoire urbaine, Tervuren/Paris, Musée royal de l’Afrique centrale/L’Harmattan, 2007, pp. 4165, « Les Cahiers africains », n° 73.

Introduction

23

La seconde partie du recueil contient des articles spécifiques consacrés à quatre villes. Les cinq premiers sont des études de la capitale, Kinshasa : « Le phénomène urbain à Kinshasa. Évolution et perspectives » (1969), « Quelle est la population de Kinshasa ? » (1970), « Unité et diversité des zones urbaines de Kinshasa » (1970), « Contribution à l’histoire de Kinshasa » (1976) et « Continuités et ruptures dans la dynamique démographique de Kinshasa ». Les trois premiers sont des analyses basées sur les travaux réalisés de 1967 à 1970. Le suivant est un des fruits des cours d’histoire urbaine initiés en 1971. Le dernier est le texte retravaillé d’une intervention faite, en 2007, lors d’un séminaire organisé par l’Institut des bâtiments et des travaux publics de Kinshasa. Trois études sont ensuite consacrées respectivement à Kisangani, Bukavu et Kananga : « La formation de la population de Kisangani » (1977), « Bukavu, étude de géographie urbaine » (1975) et « Origine et évolution de la ville de Kananga » (1983). Ces textes insistent tous sur l’enracinement précolonial des villes du Congo. La plupart se situent à des positions dont le caractère privilégié par la géographie naturelle avait déjà été perçu et exploité par les sociétés africaines. La colonisation n’a pas trouvé en Afrique centrale un espace indifférencié et sans histoire. Elle n’a pas créé les réseaux de communication à longue distance et les places centrales qui les polarisent aujourd’hui, mais elle a amplifié et profondément réorganisé, en fonction de ses intérêts, les réseaux et les activités qui y existaient déjà. Les exemples que nous proposons montrent comment on peut apprécier la part de continuité et de rupture entre la situation ancienne et l’organisation actuelle de l’espace. Les études de ces quatre villes montrent aussi les liens qui unissent les villes et leur région. Même si Kinshasa a une stature de capitale nationale, elle est aussi marquée par sa position de frontière entre le Bas-Congo, d’une part, et la zone du fleuve et des plateaux intérieurs, d’autre part. Un autre recueil de textes soulignera la culture particulière qui s’est développée dans la ville. Les exemples de Kisangani, de Bukavu et de Kananga, sur des sites profondément différents, manifestent d’autres originalités, non seulement dans la provenance de la population, mais aussi dans l’organisation de l’habitat et les taux de croissance, liées aux activités et aux modèles familiaux. Nous remercions les éditeurs qui nous ont autorisé à reproduire les textes rassemblés ici, qui, pour la plupart avaient d’abord été publiés dans des périodiques ou des volumes collectifs. Les références originales sont indiquées à la première note de chaque chapitre. La publication de recueils est confrontée aux exigences contradictoires de la fidélité aux textes originaux, jugés assez intéressants pour être rendus plus accessibles au public contemporain, et du souci de fournir aux lecteurs un dossier aussi solide que possible à la date d’aujourd’hui sur le sujet traité. Dans le domaine des chiffres de population, une révision de nombreuses données

24

Léon de Saint Moulin

s’est imposée au cours des années par les progrès de la connaissance. Il ne nous a pas semblé utile de reproduire tous les méandres de leur évolution. Nous avons reproduit les données originalement utilisées, lorsqu’elles sont nécessaires à la logique du texte, tout en signalant les révisions de chiffres qui s’imposent. Dans d’autres cas, nous avons élagué les paragraphes qui sont récrits sur de meilleures bases dans un texte ultérieur. Ces modifications de fond sont toujours signalées. Nous relevons d’ailleurs que Jean Stengers, qui avait opté pour une publication de ses articles « dans la forme où ils ont initialement paru, sans changement » (p. 5) a jugé bon, pour le chapitre II du recueil où il les reprend, d’en combiner deux et d’y ajouter des notes qui ne figuraient pas dans l’édition originale (p. 8). Nous avons, en outre, considéré qu’une certaine harmonisation s’imposait dans les formats (des pages, des tableaux, des notes et de l’orthographe). Pour éviter des lourdeurs, les simples modifications de forme ne sont pas signalées, sauf si elles ont une importance particulière. On a même considéré comme modifications de forme la réécriture de certaines phrases. Les modifications importantes et toutes les modifications de fond sont indiquées par une impression entre accolades, soit dans le corps du texte, soit en note. Kinshasa, 14 août 2009, 50e anniversaire de notre première arrivée à Kinshasa.

Première partie ÉTUDES GÉNÉRALES

Chapitre 1

Histoire des villes du Zaïre Notions et perspectives fondamentales1
Tant d’ignorances affectent encore l’histoire des villes du Zaïre qu’il nous a semblé utile d’en présenter ici, sur base des connaissances disponibles, quelques notions et perspectives fondamentales. Il apparaît, en effet, de plus en plus que les villes sont des points de polarisation, non seulement de l’espace, mais également des sociétés où elles se développent. Leur histoire est donc liée à celle du pays dans lequel elles s’inscrivent et est indispensable à la compréhension de cette dernière. La population urbaine du Zaïre dépasse d’ailleurs déjà 20 % de la population totale et elle sera certainement supérieure à un tiers de cet ensemble avant dix ans, comme il apparaîtra dans le corps de cette étude. Nous présenterons d’abord le cadre juridique et l’origine des villes zaïroises. Nous analyserons, ensuite, le réseau urbain actuel pour en dégager l’originalité par rapport à la situation précoloniale. Nous établirons, enfin, les rythmes de croissance des différents centres depuis une trentaine d’années et nous terminerons par une estimation probable de la population urbaine à l’horizon 1980.

Le cadre juridique et l’origine des villes zaïroises
Depuis la fin du xixe siècle, deux séries de mesures ont été prises concernant les villes du Zaïre. Les premières concernent le régime foncier, les secondes déterminent l’organisation administrative. Les mesures foncières permettent de connaître quelles sont les places perçues à chaque moment par les autorités coloniales comme ayant une valeur centrale justifiant un relèvement des prix de vente ou de location des parcelles et appelant une protection en matière de lotissement et d’urbanisme. Les mesures d’organisation administrative ont érigé progressivement les institutions urbaines actuelles et sont le cadre dans lequel se sont élaborées les archives les plus importantes concernant les villes du Zaïre. Le fait urbain est entré dans le droit écrit du Zaïre comme problème foncier. Le décret du 9 août 1893 sur la vente et la location des terres domaniales prévoyait, en son article 10, des tarifs spéciaux pour les terres situées « dans les circonscriptions urbaines que déterminera le gouverneur général2 ». De multiples textes réglementeront ensuite notamment le lotissement, la construction et
1 2

Publié dans Études d'histoire africaine, VI, 1974, pp. 137-167. Bulletin officiel (B.O.), 1893, p. 193.

28

Léon de Saint Moulin

l’établissement des cités indigènes dans ces circonscriptions3, mais aucune institution nouvelle ne résultait de leur création 4. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un second type d’unité foncière sera institué, les centres commerciaux. À partir de 1922, ce seront, avec les circonscriptions urbaines, les seuls points où l’installation des commerçants européens sera habituellement autorisée5. Ces centres n’avaient cependant qu’un caractère secondaire et nous les négligerons ici. Nous présenterons, par contre, en détail la liste des circonscriptions urbaines. Cette liste est malaisée à établir de façon exhaustive, car les textes de création n’ont pas toujours été publiés dans les mêmes recueils et ils englobèrent, jusqu’en 1913, les chefs-lieux de district ou de zone, dont la désignation ne fut longtemps soumise à aucune procédure rigoureuse. La délimitation des circonscriptions est plus difficile encore. À partir de 1910, il est spécifié qu’elles sont constituées, sauf dispositions contraires, par « un cercle ayant pour centre un point déterminé par le chef de poste et pour rayon une ligne de trois kilomètres 6 ». Avant cette date, aucune norme n’existait. Il y eut même, de 1898 à 1915, une circonscription urbaine aussi indéfinie que « tout le littoral du Stanley Pool ». Jusqu’en 1921, enfin, la plupart des ordonnances de création abrogent les textes antérieurs. Il en résulte que les dates d’institution figurant dans les codes représentent seulement le texte le plus ancien encore en vigueur au moment de l’édition, mais rarement, pour celles qui sont antérieures à 1920, la date réelle de l’érection7.
Un des textes les plus importants est l’ordonnance du 12 février 1913, imposant notamment que les Africains résidant dans les circonscriptions urbaines soient regroupés en un quartier distinct (B.O., 1913, pp. 558-561). 4 P. DUFRENOY, « Terres vacantes et circonscriptions urbaines », Congo, XV, 1935, pp. 169214. 5 D’après une circulaire du gouverneur général (G.G.) du 25 janvier 1922, Archives régionales du Shaba, dossier Centres commerciaux. Cf. les premières listes de ces centres, Bulletin administratif du Congo belge (B.A.), 1922, p. 241 pour la Province Orientale, ibidem, p. 437 pour l’Équateur, ibid., p. 664 pour le Congo-Kasai. Pour le Shaba, nous ne connaissons pas de liste publiée aussi ancienne. À partir de 1933 environ, on crée, en outre, des centres de négoce qui, à la différence des précédents, étaient installés sur des terres indigènes et où ne pouvaient en principe résider que des Africains gérant des magasins dépendant de commerçants installés dans les centres commerciaux. D’après TSHUND’OLELA-EPANYA, L’Occupation économique de la province de l’Équateur (1945-1960), pp. 141-145 et MIRINDI KIRIZA-MWENDANGA, Occupation économique du Tanganyika-Moero (1920-1947), p. 231, mémoires de licence en histoire, Lubumbashi, 1972 et 1973. 6 Arrêté royal (A.R.), 23 février 1910, art. 20, B.O., 1910, p. 140. 7 Pour la période de l’État indépendant du Congo, on se reportera le plus utilement au Recueil usuel de la législation de l’État indépendant du Congo, édité successivement par A. LYCOPS et G. TOUCHARD, puis par O. LOUWERS et G. TOUCHARD (à partir du 4e vol.) : t. I, 1876-1891, Bruxelles, 1903 ; t. II, 1892-1897, Bruxelles, 1903 ; t. III, 1898-1900, Bruxelles, 1904 ; t. IV, 1901-1903, Bruxelles, 1906 ; t. V, 1904-1906, Bruxelles, 1909 ; t. VI, 19071909, Bruxelles, 1911. Pour la période ultérieure, les éditions successives des Codes et lois du Congo belge, édités d’abord par O. LOUWERS, datent de 1914, 1923, 1927 (avec supplément en 1929), 1934, 1943, 1948, 1954 et 1960 (avec supplément en 1970). Le Recueil usuel a d’ailleurs un t. VII, 1910-1911, Bruxelles, 1913.
3

Histoire des villes du Zaïre

29

On trouvera, en annexe, la liste de toutes les circonscriptions urbaines ayant existé et la référence aux textes de base les concernant. Dans le paragraphe suivant, on analysera seulement leur localisation et le réseau qu’elles dessinent. L’analyse est d’ailleurs moins significative pour le Shaba que pour le reste du pays, car le Comité spécial du Katanga (CSK) y a manifestement freiné la création des circonscriptions urbaines. Les premières circonscriptions urbaines instaurées en 1895 furent les chefslieux de district – il y en avait 15 – plus Kinshasa et Ndolo. On y ajouta, en 1898, tout le littoral du Stanley Pool et Luebo, puis, en 1902, Lukula et, en 1904, Sona-Gongo, devenu Thysville puis, aujourd’hui, Mbanza-Ngungu. Il n’y eut alors plus de changement jusqu’à la fin de l’État indépendant du Congo, mais au lendemain de sa reprise par la Belgique, des instructions réclamèrent des autorités territoriales une vigilance particulière pour la désignation, comme circonscriptions urbaines, des postes appelés à se développer8. On passa ainsi à 46 circonscriptions urbaines en 1910 et à 69 en 1911. Le nombre redescendit cependant à 47 dès 1912 et à 40 en 1922. Il remonta à 48 en 1931, mais fut ensuite ramené à 44 en 1936 et à 41 en 1949. À la fin de la période coloniale, il était de 399. Le premier réseau de ces circonscriptions était tout entier situé sur les voies navigables. Lukula et Sona-Gongo se trouvaient sur les chemins de fer du Mayumbe et de Matadi-Kinshasa. L’implantation des créations ultérieures peut être appréciée à partir de la carte de celles existant à la fin de l’année 1914 (figure 1). Cette date est suffisamment proche des origines pour illustrer la perception primitive de l’espace zaïrois par les autorités coloniales. Elle correspond, par ailleurs, à une organisation relativement stabilisée, au lendemain de la première subdivision du pays en territoires10. Nous y avons désigné les divers points géographiques par leur nom actuel. On trouvera en annexe une table de concordance entre ces noms et ceux de la période coloniale. La caractéristique de ce réseau urbain ancien est son étroite dépendance à l’égard des voies fluviales et des chemins de fer qui les complètent. Si on ne considère pas le Shaba, qui est un pays de plateaux, toutes les circonscriptions urbaines, sauf trois, se trouvent sur des cours d’eau ou des voies ferrées. Les exceptions sont Boma-Vonde au nord du Mayumbe, Rutshuru le long de la route naturelle entre le lac Kivu et le lac Amin, et Kabinda entre le Lomami et le Sankuru. Il y a, par ailleurs, une densité urbaine particulière dans le nord du pays et dans une
P. DUFRENOY, op. cit., pp. 177-178. Ces nombres ne comprennent pas certaines circonscriptions urbaines aujourd’hui intégrées à des villes, quoique distinctes du premier noyau urbain. Ainsi celle de Binza, à Kinshasa, dont la création est entrée en vigueur le 1 er janvier 1955 (Conseil de province de Léopoldville, 1954, p. 10). 10 L’A.R. du 28 mars 1912 divisait le pays en 22 districts et prévoyait leur subdivision en territoires ainsi que la désignation des chefs-lieux. La dernière mesure d’application concernait le district de la Lulua ; elle fut prise le 22 janvier 1914 (B.O., 1914, pp. 494-497). Il y avait alors 192 territoires, dont les chefs-lieux étaient nommément désignés.
8 9

30

Léon de Saint Moulin

bande centrale allant de Banana à Kasongo et Uvira. On peut schématiquement dire que le réseau des centres comporte, outre les villes de la liaison OcéanKinshasa, une branche nord, dont l’armature est le fleuve Zaïre et ses affluents, et une branche sud, dont l’armature est le Kasai et ses affluents. Le Shaba est si peu intégré à ce réseau général que le rail de l’Afrique méridionale a déjà été accepté à Lubumbashi. Dans la savane nord du pays, il faut cependant préciser que l’Uele n’est pratiquement pas navigable et que la majorité des déplacements se faisaient selon un axe nord-sud. Les circonscriptions urbaines installées au croisement des voies d’eau par les routes soulignent néanmoins l’importance des rivières dans le contrôle de l’espace. Figure 1. Les circonscriptions urbaines en 1914