//img.uscri.be/pth/6cd415eb2c3f2397c35f39233cff5e96446501fc
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Violences juvéniles

De
126 pages
L'adolescence est devenue au fil du temps une catégorie de la population qui attise les peurs et les jugements péremptoires. Que peuvent nous apprendre les chercheurs en sciences sociales sur ce thème qui ne favorise ni le recul ni la pondération ? Ce phénomène n'est-il pas un miroir du fonctionnement social, dans lequel la raréfaction des espaces de régulation des adultes, contraint la jeunesse à se réfugier dans un triste dilemme : un huis-clos morbide ou une violence insensée ?
Voir plus Voir moins

VIOLENCES JUVÉNILESCOLLECTION
« Les écrits de BUC Ressources »
L’Harmattan
Coordonnée par Ghislaine Pelletier et Stéphane Rullac
Cette collection propose des réflexions formalisées dans le cadre
du travail social. Conformément à l’approche anthropologique de
BUC Ressources, qui considère l’être humain dans toutes ses
dimensions, ces écrits sont multi référentiels, selon la nature de ce
secteur professionnel qui est traversé par des problématiques
sociale, économique, politique, éthique, épistémologique et
méthodologique. La vocation des questionnements est concrète
afin de participer à la professionnalisation des terrains, des
étudiants, des formateurs et des chercheurs en travail social. Les
Ecrits de BUC Ressources articulent théories et pratiques, en lien
étroit avec les besoins et contraintes de l’exercice professionnel.
Cette implication dans le réel est une alternative à des publications
sur le travail social qui hésitent trop souvent à se mettre au service
des pratiques professionnelles et à affronter la complexité de ses
réalités. Ce parti pris s’inscrit dans une démarche active de
développement du champ professionnel de l’éducation spécialisée,
de l’accompagnement social et médico-social, de la formation
supérieure en travail social et d’un territoire d’implantation qui est
appelé à devenir un pôle d’excellence.VIOLENCES JUVÉNILES
Légitime défense ?



























© L'HARMATTAN, 2011
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54111-5
EAN : 9782296541115 Ouvrage réalisé à partir d’une journée d’étude
organisée par BUC Ressources et le Centre National d’Études
et de Formation de la Police Nationale
le 20 mai 2010SOMMAIRE
Ouverture conjointe.......................................................................9
Introduction partielle, par Sylvie Roiseux.................................13
Lorsque la jeunesse fait violence(s) .............................................. 15
L’adolescent et la violence : perspectives socio-philosophiques,
par Dominique Depenne................................................................15
Analyse des chiffres et discours, politiques publiques
contemporaines, par Laurent Mucchielli .......................................43
L’adolescent violent : victime ou acteur ?
par Hélène Lida-Pulik....................................................................63
Introduction partielle, par Stéphane Rullac..............................71
Quelles prises en charge pour quelles prises en compte ? ........ 75
Table ronde : témoignages, analyses et pratiques des acteurs
sanitaires et sociaux .......................................................................75
Clôture ........................................................................................113
Présentation des intervenants...................................................117
Bibliographie..............................................................................121 Ouverture conjointe
Yves Nicolle, directeur du CNEF
En tant que directeur, j’ai le grand plaisir de vous accueillir
aujourd'hui dans ce Centre National d’Etudes et de Formation de la
police à Gif-sur-Yvette (CNEF). Je vais vous présenter ce centre
très brièvement, puisque vous commencez à le connaître
maintenant ; les gens de BUC étant déjà venus à d’autres occasions
et certains parmi les gens de Gif étant des habitués.
Vous êtes ici dans un centre qui a la caractéristique d’être le
seul centre national de formation de la police uniquement destiné à
la formation continue. On y organise des stages pour des publics
très différents, venant de toutes les directions de la police et de tout
le territoire national et ultramarin. La deuxième caractéristique de
ce centre, depuis sa création il y a vingt-sept ans, est qu’il se veut
ouvert sur l’extérieur, comme le montre par exemple ce type de
journée. On s’enrichit en confrontant régulièrement nos points de
vue avec tous ceux qui sont concernés par les mêmes questions, et
s’agissant de la police, ces questions ont peu ou prou un rapport
avec la sécurité. Comme le centre est assez vaste, nous accueillons
aussi d’autres structures qui ont toutes un rapport avec la
formation, mais qui ne relèvent pas directement de la Direction de
la formation. Se trouvent ici la police aux frontières, la DCRI
(Direction Centrale du Renseignement Intérieur) et d’autres
directions qui ont leur bureau dédié à la formation. Le site abrite en
réalité cinq ou six services différents.
La journée d’aujourd'hui est un peu particulière, puisque c’est le
fruit d’une collaboration entre BUC Ressources et le CNEF. Ce
partenariat s’est concrétisé par la signature le 10 novembre 2007
d’une belle convention qui prévoyait notamment l’organisation
tous les ans, à partir de 2008, d’une journée comme celle-ci,
préparée ensemble et animée de concert. En 2008, nous avons
traité le sujet qui était « Les cités difficiles… à comprendre » et en
2009, un sujet intitulé « Parentalité : du discours à la méthode ».
Cette fois-ci, nous mettons en relation les violences juvéniles et
une interrogation sur la légitime défense.
9Je vous souhaite la bienvenue et cède la parole à Christian
Breuil, qui est notre partenaire et le directeur général de BUC
Ressources.
Christian Breuil
C’est avec un grand plaisir que nous poursuivons ce partenariat
qui, même s’il a été formalisé en 2007, avait déjà commencé en
1992 sur le thème « Synergies dans la ville, policiers et travailleurs
sociaux dans les quartiers ». Notre dernière action commune sur le
thème de la parentalité s’est matérialisée par des actes qui sont
retracés dans un ouvrage publié chez L’Harmattan en 2010. La
question de la parentalité met en relief la nécessité d’établir des
synergies entre tous les acteurs adultes pouvant participer à
l’éducation qui se voudrait plus globale que celle de la famille.
En ce qui concerne le thème d’aujourd'hui, les phénomènes qui
marquent l’évolution de notre société ont plus que jamais besoin
que se réunissent les professionnels qui participent à des missions
de service public et à l’entretien du tissu social. Enseignants,
policiers, soignants, travailleurs sociaux, chauffeurs de bus,
gardiens d’immeuble, représentent une part d’autorité et d’ordre
établi. A ce titre, ils sont en première ligne des velléités agressives
marquant habituellement le passage de l’adolescence à l’âge
adulte. Plusieurs facteurs peuvent susciter l’interrogation et
l’inquiétude. Si la bande a toujours été un vecteur de socialisation
par le groupe de pairs et si la violence juvénile n’est pas un
phénomène nouveau, que dire du rajeunissement dans la
constitution de ces groupes ? Cette violence s’est manifestée dans
l’histoire sous des formes plus ou moins contenues et ritualisées.
Les manifestations modernes de la violence juvénile ont été
promues par des couvertures médiatiques dont on a du mal à
mesurer les effets d’amplification et de transformation.
L’interaction avec les productions audiovisuelles est également
difficile à cerner. Le contexte de crise économique et le sentiment
d’inégalité dans lequel évoluent de plus en plus de jeunes issus de
catégories défavorisées vont-ils jusqu’à les inscrire dans un
processus d’expression pré politique sans l’usage des mots?
10 Ouverture conjointeL’hypothèse d’une volonté de rupture avec la société industrielle
est plus que hasardeuse.
S’il existe des traits communs entre des groupes de banlieue et
des jeunes reçus dans les Instituts Thérapeutiques Educatifs et
Pédagogiques (ITEP), c’est plus dans une inquiétude sourde d’un
avenir incertain et d’un manque de repères qu’ils se rejoignent. En
effet, la population des ITEP ne recouvre pas uniquement les
catégories socioprofessionnelles des cités de banlieue et ne se
réfère pas seulement à des problématiques familiales défaillantes.
Les manifestations précoces de la violence s’expriment le plus
souvent sur le fond d’une angoisse existentielle profonde que
l’actualité ne cesse d’entretenir. Le fond de la violence est d’abord
la peur. Il suffit de voir le « gros dur » s’écrouler dans un coin en
pleurant après une crise paroxystique pour le comprendre. Les
anciens Instituts de Rééducation (IR) qui rassemblaient dans un
même espace des enfants ou adolescents issus des trois filières
(protection de l’enfance, justice et soins) ont trouvé leurs limites et
permis certaines distinctions. Néanmoins, les frontières sont
mouvantes et l’insécurité est en toile de fond. L’insécurité est
exacerbée par la quête de la réussite, la compétition et la
performance qui suscitent la peur de l’échec.
C’est bien une mission de sécurité que nous avons en commun
et un réel travail avec les adolescents ne peut être effectué qu’en
partenariat. Personne ne peut prendre en charge à lui seul un
adolescent en difficulté. La meilleure prévention est celle qui
résulte d’une compréhension partagée par les adultes dans leur
ensemble des enjeux de l’adolescence et de la mise en jeu de nos
différences comme gage de richesse. Comme le souligne le
professeur Jeammet, la cohérence de la compréhension et la
multiplicité des personnes et des approches sont donc nécessaires
pour réussir à contenir des adolescents qui débordent de partout ;
problème auquel nous sommes aujourd'hui confrontés.
Je remercie particulièrement Sylvie Roiseux, Stéphane Rullac et
Ghislaine Pelletier, équipe soudée, qui a participé activement à
l’élaboration de cette manifestation. L’équipe formée par le CNEF
et BUC Ressources s’est consolidée dans le temps et elle est de
Ouverture conjointe 11plus en plus réactive et opérationnelle sur les thèmes que nous
traitons.