//img.uscri.be/pth/f58e9ac44c556f6834bf69cfc73025bbd7e5426f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Wilhelm Reich ou le complexe de Prométhée

De
344 pages
Cet ouvrage propose de revisiter tous les grands concepts qui ont fait aussi bien la renommée que le rejet dans les milieux psychanalytiques de Wilhelm Reich. Une place est également accordée à la biographie tant l'oeuvre du savant est indissociable de sa vie. La relecture de son oeuvre avec plus de recul et d'ouverture d'esprit résonne, dans cette période troublée que nous vivons actuellement, comme un avertissement d'une terrible lucidité que son époque n'a pas voulu entendre.
Voir plus Voir moins
Reich et a voulu dans cet ouvrage en examiner les divers aspects aIn de
Pierre Delmas
WILHELM REICH ou le complexe de Prométhée
Étudespsychanalytiques
Wilhelm Reich ou le complexe de Prométhée
Études Psychanalytiques Collection dirigée par Alain Brun et Joël Bernat La collectionEtudes Psychanalytiquesveut proposer un pas de côté et non de plus, en invitant tous ceux que la praxis (théorie et pratique) pousse à écrire, ce, « hors chapelle », « hors école », dans la psychanalyse. Dernières parutions Anne Vernet Sévenier,Etude d’un Syndrome de relance originaire en cours de coma, 2016. Jacques LIS,L’homme à l’envers, 2016. Christophe SOLIOZ,Paul Parin,Voyage au bout de l’utopie,2016. Celso GUTFREIND,être mère, être père et autres essais sur la Narrer, parentalité, 2016. Alessandra GALLI,Comment sortir d’une psychose et terminer sa psychanalyse, 2016.Stoïan STOÏANOFF-NENOFF,Quatuor d’hommes de désir. Ludwig Wittgenstein, Sigmund Freud, Alain Badiou et Alain de Libéra,2016. Raymond ARON,Traces du désir, Proximité de l’abîme, 2016. Elisabeth LECLERC-RAZAVET,L’inconscient sort de la bouche des enfants, 2016. Jean-Marie BOYER,Psychanalyse et architecture. Un regard insolite sur Louis Kahn et Le Corbusier, 2016. Claude BRUERE-DAWSON et Marie-Laure ROMAN,Le psychodrame psychanalytique. Une méthode et une praxis aux confins de l’acte analytique, 2016 Philippe COLLINET,Je est un autre, 2016. Joseph ROUZEL (dir.),Psychanalyse et écriture, Rencontre avec Pascal Quignard, 2015. Élisabeth LECLERC-RAZAVET, Georges HABERBERG, Dominique WINTREBERT,L’enfant et la féminité de sa mère, 2015. Laurent SOULAYROL,LesMémoires d’une aliénéeRouy. Vers d’Hersilie de nouvelles perspectives, 2015. Peggy DAVAIN-BERGEOT,La question de Dieu en psychanalyse. Naissance et mort de Dieu, 2015. Claude-Raphaël SAMAMA,Le Spirituel et la psychanalyse, 2015. Jean GODEBSKI,Le tout dernier enseignement de Lacan. Un renouvellement de la clinique?, 2015. Daniel LYSEK (dir.),Les maux du corps sur le divan. Perspective psychosomatique,2015.J. GAVELLO,Freud, l’inavouable secret, 2015.
Pierre DelmasWilhelmReich ou le complexe de Prométhée
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10970-1 EAN : 9782343109701
Remerciements Tous mes remerciements à Jacques Mondin et Mélina Delmas qui ont accepté de relire mes travaux. Merci également à Corinne et Elena pour leur assistance.
Avant-propos Reich mourut le 3 novembre 1957 au pénitencier de Lewisburg. Dans son testament, il avait ordonné que ses archives soient mises sous scellé pendant encore 50 ans, considérant que l’humanité n’était pas encore prête à comprendre ses théories et à les mettre en œuvre. Si l’on a beaucoup écrit sur Freud, que ce soit sous forme de biographies, d’essais, d’articles, de dossiers, en revanche il existe relativement peu de textes sur Reich, preuve que ses idées furent mal acceptées, quand elles ne furent pas tout simplement rejetées. Ilse Ollendorff, sa deuxième femme, lui a consacré une biographie intéressante par certains points de vue mais relativement factuelle. Quant à l’analyse de son œuvre, elle a fait seulement l’objet de quelques ouvrages en France dans les années 1970, ce qui est bien mince pour un chercheur de cette envergure. Rarement cité dans les revues de psychanalyse, pratiquement ignoré du monde scientifique, il reste un oublié, un intellectuel mis au ban de la société, un homme voué aux gémonies pour avoir eu l’audace, l’insolence même de croire qu’on pouvait libérer l’humanité de sa condition ! Ce qui lui fit beaucoup de tort également, c’est qu’il mit sur le devant de la scène non pas des sujets tabous – les tabous, comme les modes finissent toujours par être dépassés – mais des fruits défendus comme il en existe dans la Bible, ce qui est beaucoup plus grave et revient à le classer dans le camp des hérétiques. Avoir également transgressé le cadre de la psychanalyse pour entrer dans le domaine des sciences, lui a valu d’être taxé de grand « chambardeur » de la société alors même que la trajectoire de sa pensée – flèche lancée à la vitesse de la lumière – a tout simplement échappé à la vision de ses contemporains. Véritable cosmonaute de la vie et de l’univers, Reich nous a rapportés de ses voyages spatiaux, des vérités que les habitants de la terre étaient incapables de comprendre, encore trop conditionnés par des modèles séculaires. Voilà pourquoi il est urgent de revisiter son œuvre. Signalons tout de même qu’il eut cependant son heure de gloire dans les années 1970, alors que l’on assistait à la libération sexuelle en occident. Il y eut la « mode » Reich. Elle ne fut, en vérité, qu’un feu de paille : quelques idées jetées dans les braises encore rougeoyantes d’un printemps de mai 1968 qui s’envolèrent en fumée. Puis, une fois de plus, son œuvre fut oubliée ! Elle est sans doute trop multiforme pour qu’on puisse en faire le tour aussi facilement. C’est que l’homme a toujours eu besoin de créer des barrières, des limites à ne pas franchir, de se donner des airs de spécialiste, incapable
d’envisager le monde dans son ensemble et dans son unité. Reich fut tout le contraire, il fut, au sens propre comme au sens figuré, cet intellectuel sans frontière, et cet éternel émigrant. Né dans l’Empire austro-hongrois, dans sa partie reculée, en Ukraine, dès l’âge de 20 ans il se rendit dans la capitale autrichienne pour faire ses études. Quinze ans plus tard, exclu de la société de psychanalyse de Vienne, il partit s’installer en Allemagne d’où il fut rapidement chassé par les nazis qui étaient sur le point de prendre le pouvoir. De là, il fut contraint – travaux subversifs obligent – de se rendre au Danemark, en Suède, puis en Norvège pour émigrer enfin aux États-Unis. Toute sa vie il fut ce voyageur de l’esprit, cet intellectuel errant qui transporte son laboratoire de pays en pays et qui, coûte que coûte, poursuit sans défaillir ses recherches sur l’orgone. Tout à la fois psychanalyste, sociologue, anthropologue, biologiste, biophysicien, physicien et même astrophysicien, il réalisa un nombre impressionnant de découvertes et d’inventions dont certaines sont encore ignorées de nos jours. Il fit partie de cette race, très rare, des génies qui ont tout exploré ou presque, trop en avance pour être compris et appréciés de leur temps. À ce handicap s’ajoute le fait qu’il aborda un des sujets les plus brûlants de son époque. C'est pourquoi j’ai pensé qu’il serait intéressant de rouvrir le dossier Reich. Il me semble que son œuvre reste encore, par certains aspects, neuve et qu’elle mérite une réinterprétation, non pas en spécialiste qui coupe les cheveux en quatre sur tel ou tel point mineur mais au contraire dans un esprit d’ouverture, de réflexion et de recul sur les grands axes de sa pensée. Dans cet ouvrage à la fois biographique – Reich eut un destin très mouvementé – et analytique, je vais tenter de faire une synthèse de ses idées afin de rendre ces pages accessibles à tous ceux qui auraient envie de mieux connaître le personnage et son œuvre. Je mettrai en relief certains sujets qui méritent, à mon sens, d’être redécouverts car ils sont toujours d’actualité. En revanche, je passerai plus rapidement sur l’engagement politique et sur la thèse freudo-marxiste du savant qui, bien qu’importante dans le contexte qu’il a vécu, me paraît faire partie d’un passé révolu. C’est bien sûr sa théorie sur la fonction de l’orgasme et tous les prolongements qu’elle a suscités dans de nombreux domaines qui seront la clé de voûte de cet ouvrage tant ce sujet d’étude n’a pas fini de nous instruire sur l’homme et la nature. Espérons qu’avec soixante ans de recul les travaux du savant auront une autre résonance que celle, bien discréditée, qu’elle a connue par le passé. Certes, tout n’est peut-être pas bon à prendre mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain comme on a pu le faire par le passé. C’est avec un regard nouveau et un recul suffisant qu’il faut lire ces lignes si l’on veut en extraire toute la quintessence.
8
IntroductionLorsque l'on évoque Reich, on pense tout de suite à Prométhée, ce dieu de la mythologie grecque qui, contre la volonté de Zeus, alla dérober le feu à la roue du soleil pour le rapporter aux hommes, ce dieu qui était le plus avisé de sa race et avait reçu d’Athéna un enseignement encyclopédique : l'architecture, l'astronomie, les mathématiques, la navigation, la médecine, la métallurgie et d'autres arts utiles n'avaient pas de secret pour lui. Fort de toutes ces connaissances, il n'eut plus qu'un but en tête : sortir l'homme de sa condition pour en faire un être libre. Aussi bien la vie et l’œuvre de Reich se calquent sur ce schéma à tel point qu'il est possible à chaque période de sa vie d'y voir l'empreinte de Prométhée. Même si le savant fit du problème de la sexualité son combat, tant d’un point de vue psychique et biologique que d’un point de vue social, ses recherches ont par la suite évolué vers la biophysique avec la découverte de l’énergie d’orgone et ses conséquences sur le plan humain et cosmique. Il existe donc une ligne de démarcation bien précise entre le psychanalyste, disciple de Freud, enthousiasmé par le concept de la libido, créateur des centres d’hygiène mentale, et le biophysicien étudiant l’énergie biologique dans l’organisme et par la suite, découvrant à l’aide du compteur Geiger l’énergie d’orgone cosmique partout présente dans l’atmosphère. On peut donc considérer que les recherches de Reich comme d’ailleurs sa vie se sont déroulées en deux temps : La période de 1920 à 1940 pendant laquelle il a tenté de jeter un pont entre la psychanalyse et le marxisme, ce qui lui a valu d’être exclu des sociétés psychanalytiques autrichienne et allemande, mais également du parti communiste. Contraint dès 1934 d’aller poursuivre ses travaux sur la bioélectricité en Suède puis par la suite en Norvège, l’évolution de ses recherches en matière sexuelle ne fut d’ailleurs pas mieux acceptée dans les pays nordiques pourtant considérés comme plus avancés de ce point de vue. Précurseur dans un domaine encore inexploré, il en subissait les conséquences au quotidien. Même Freud qui avait été le premier à concevoir la théorie de la libido n’avait pas prêté attention au problème de l’orgasme. Reich, au contraire, s’en était emparé avec enthousiasme persuadé qu’il était une des clés de la santé physique et mentale de l’être humain. En revanche, il ne s’était pas préoccupé des incidences que ce sujet pouvait avoir sur sa réputation et sa carrière. À vrai dire, la quête de