Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Sécurité humaine et diplomatie de l'émergence : enjeux pour le Cameroun

De
762 pages
Dans un monde en proie à de nombreuses turbulences, la diplomatie camerounaise cherche sa voie. Autant au lendemain de l'indépendance du pays, la diplomatie camerounaise s'est très tôt distinguée par sa présence, son dynamisme et son rayonnement, autant à l'orée du XXIème siècle, elle présente un déploiement bien en deçà des attentes qui pourraient légitimement peser sur elle. Pour le Cameroun, pays doté d'un potentiel naturel et humain réel, le défi de l'heure est bien celui de l'émergence économique d'ici à l'horizon 2035. Dans ce contexte de mobilisation générale pour la bataille du développement, il y a lieu de questionner la capacité contributive de la diplomatie camerounaise au chantier de la croissance et de l'amélioration des conditions de vie des camerounais.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

article rld

de RefonderlaDroite

article rld

de RefonderlaDroite

Définition de : MONDIALISATION, géographie

de Encyclopaedia-Universalis

Extrait
Le 31 décembre 2010, à l'occasion de son traditionnel discours de fin d'année à la nation, le président Paul Biya soulignait la nécessité d'une « renaissance diplomatique », preuve s'il en était encore, que l'outil diplomatique national est plongé, depuis quelques décennies, dans une léthargie désolante. Pourtant, au lendemain de l'indépendance du pays, la diplomatie camerounaise se distingue assez tôt par son rayonnement, sa discrétion et son efficacité. Ce dynamisme manifeste de la diplomatie camerounaise dans les premières années a depuis cédé la place à un immobilisme flagrant, amenant de nombreux observateurs de la scène nationale et internationale à faire le constat d'une mécanique en perte de vitesse.

La réflexion que nous menons dans cet ouvrage est à la fois la manifestation d'une préoccupation permanente et le fruit d'un questionnement antérieur1. Elle part de constats certes difficiles, mais nécessaires. C'est la raison pour laquelle le travail s'ouvre par l'évocation multidimensionnelle du contexte international véritablement particulier dans lequel la diplomatie camerounaise est appelée à renaître. Dans un monde en mutation, proclamant la primauté de l'être humain tout en étant profondément marqué par des inégalités criardes et relativement mobilisé pour remporter la bataille du développement, le Cameroun, pays d'avenir, véritable « Afrique en miniature », cherche sa voie.

1 - Un monde de turbulences

Entre bruits de bottes et velléités pacificatrices, mouvements de révolte et tentatives de maintien du statu quo, le temps mondial semble plus que jamais insaisissable. Le caractère résolument disparate des réalités qu'il permet d'entrevoir confine à une perplexité embarrassante. Aussi, que l'on tienne compte de l'état de l'économie mondiale ou de l'évolution des relations internationales, que l'on tente un bilan individualisé de l'ensemble des pays du monde, il apparaît difficile d'échapper au malaise que confèrent la généralisation de l'incertitude et la récurrence de la crise.

La victoire du libéralisme sur le communisme au début des années 1990 a permis à l'économie de marché de s'imposer. Ce succès a entraîné le retour de l'économie comme principal terrain de compétition entre les États. A l'observation, il « s'est produit le transfert de la conflictualité internationale du champ militaro-idéologique vers le champ économique et culturel. Les affrontements entre les États sont désormais essentiellement de nature commerciale et la conquête des marchés a pris la place des conquêtes territoriales. Elle (la conquête des marchés) oriente chaque jour davantage la politique internationale »2. Désormais, la responsabilité principale de chaque État moderne semble être de créer le meilleur environnement possible pour que les acteurs économiques nationaux et étrangers puissent combattre avec efficacité et assurer du même coup la croissance économique et le développement.

Depuis la fin de la Guerre froide, on assiste à la globalisation de la communication et de la finance. Les États nationaux perdent de leur souveraineté en raison d'une virtualisation de l'économie mondiale qui semble ne plus avoir de point d'ancrage. Les grands acteurs occidentaux de la politique et de l'économie internationale exercent de fortes pressions sur le reste du monde pour imposer la modernisation telle qu'ils l'entendent3.

Après les événements tragiques du 11 septembre 2001, le désenchantement du monde va en s'intensifiant. Quand ce n'est pas la folie meurtrière des hommes qui les pousse à s'entretuer au nom de desseins inavoués (les récentes violences post électorales qui ont fait plus de 3 000 morts en Côte d'ivoire, les massacres occasionnés par la révolte en Syrie, etc.), c'est la nature qui se déchaîne et prolonge, comme elle seule peut le faire, le chaos et l'angoisse des hommes aux quatre coins de la planète (les fortes secousses telluriques qui ont ébranlé Haïti le 12 janvier 2010 et le Japon le 11 mars 2011 causant des dizaines de milliers de morts). Quand ce n'est pas le progrès technologique qui se retourne contre ses promoteurs, ce sont les milieux financiers internationaux qui reçoivent la facture d'une spéculation effrénée à travers la multiplication de minikrachs boursiers qui met en lumière l'irresponsabilité de certains opérateurs individuels ou globaux et vient contester le fabuleux succès de la nouvelle économie.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin