//img.uscri.be/pth/34fa2ed6d8a3a67b74ce24c5f4215693d213821c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Te quiero so much

De
139 pages

Un corps est retrouvé inanimé en pleine campagne. Tout est inconnu. Ce bonhomme va vivre une extraordinaire histoire pour survivre à son passé.

Publié par :
Ajouté le : 15 juin 2011
Lecture(s) : 33
EAN13 : 9782748125085
Signaler un abus

Te quiero so muchJØrôme Arkantier
Te quiero so much
ou Monologue en vie
T MOIGNAGE' manuscrit.com, 2002
ISBN: 2-7481-2509-6(pourlefichiernumØrique)
ISBN: 2-7481-2508-8(pour lelivreimprimØ)Avertissement de l Øditeur
DØcouvertparnotrerØseaudeGrandsLecteurs(libraires,revues,critiques
littØrairesetdechercheurs),cemanuscritestimprimØtelunlivre.
D Øventuellesfautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueusede
lamiseenformeadoptØeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l ouvrage, le texte en l Øtat.
Nous remercions le lecteurde tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de lA’ sile Popincourt
75011 Paris
TØlØphone:0148075000
TØlØcopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comJe dØdie ce livres à toutes les femmes qui peuplent la
Terre"JemesuisØvadØà25ansc esttardpours Øchap-
perdetaulequandonestnØdedans. Jesuisissud un
couple de taulard en 2.057 et cela fait 25 ans que
je suis enfermØ dans une nuit noire permanente, le
goßtducachotvideetfroid,lecrissementdesongles
sur la pierre humide, personne à qui parler et toutes
ceslanguesØtrangŁresincomprØhensibles;j enaieu
marre de mon monde ; j ai touchØ les autistes alors
je me suis ØvadØ.
Les murs de ma cellule Øtait pas mal. Un mur
Afrique, un mur banquise, un mur noir et un mur
blanc. Les piŁces Øtaient toutes les mŒmes de toute
fa on. Seulement l encre ionique changeait de cel-
luleencellule. Mavoisines appelaitNetjenel ai-
mais pas trop. Toujours des coups tordus d abord
gentils et puis mØchants. N est typiquement la fille
maldanssapeauetiln yariendepireàmonmonde
qu une fille mal dans sa peau ; d autant plus que
la couleur de ses cheveux Øtait moche ; je les aime
toutes ; j en ai marre je vous en supplie, qu ils ar-
rŒtentlesfouillesincessantesetleslitsdØchirØs;j en
ai marre des gardiens de prison qui sont aussi tim-
brØs que leur environnement, des cantines dØgueu-
lassesetdeschiottesinfectes. Cemonded oøjeme
suisØvadØs appelleEUROPE.Monmatriculeestle
M. et je suis un pion sur l’Øchiquier mondial de la
vie.
9Te quiero so much
Et moi j aime M."
C est plut t maigre comme indice, il n a rien
d autresurlui… rien mon commandant.
Lulo Øtait chef de la Brigade des sens et ils
avaient ØtØ mis sur la piste par la cacophonie des
Talkie des policiers de la rØgion. Un mort, dans
cette contrØe, c est rare. La brigade des sens n Øtait
pas du tout un service du type de ceux de la bri-
gade des mœurs mais de la police des militaires
secrets crØØe en 2.016 pour enfin contrer le grand
banditisme rØsistant. Les moyens mis en œuvre
pour lutter contre celui-ci avait ØtØ surprenant. On
avait dß rØinventer le vote pour les faire passer
d ailleurs. Bombes, otages, empoisonnement, cya-
nure, piratage informatique, dØrŁglement des cartes
bancaires, enlŁvement, sØquestre… tout sauf viol.
Par respect pour la dignitØ humain comme avait
jugØ le Conseil Constitutionnel lorsqu’il avait eu à
se prononcer l -dessus ; il n y avait jamais d’action
intentØecontrelafamilleoulesprochesdesmalfrats
ou terroristes approchØe par la brigade des sens.
En revanche, et cela Øtait de notoriØtØ publique, la
brigade des sens avait un code extrŒmement strict,
diffusØ gratuitement sur le site de l EUROPE. "Pas
de quartier pour aucun quartier." Tel Øtait le slogan
de cette police pas comme les autres.
Lulo, Øtait un dur de dur mais il avait un c ur.
Au dessus de son bureau je me souviens, il y avait
une petite pancarte encadrØe dans du jolie bois de
SŁvres;ilyØtaitnotØ: "j aimetuerceuxquituent".
Au suffrage universel mondial on avait posØ la
questiondesavoirsil onØtaitpourleBienoucontre
leMal. Commetoutvotequisetruqueparlui-mŒme,
13 % de la population avait votØ Mal, et 77 % avait
bienvotØbien. LesouffledepatriotismemŒlØdesu-
perstitionquiavaitbalayØleMonde ØtaitdØmesurØ.
10JØr me Arkantier
ChaquepaysayantbienØvidemmentsespropresrØ-
sultats avaient fait la fŒte d un bout à l autre du
Monde et dans toutes les langues de EUROPE. Ce
suffragemondialàl ØgalduraslebolgØnØralØlucidØ
parlesavantKrivineen2004avaitØtØlecoupd une
mØdiatisationgigantesquebienplusgrandequecelle
pourle WorldTradeCenter, comme pour encore lui
donner un dernier hommage encore. Une commis-
sionspØcialeavaitØtØnommØepournommerunco-
mitØ qui nomma un projet d Øtude qui nomma un
groupusculequinommacinqpersonnesperpØtuelle-
ment renouvelØe et dont la vie ne comptait pas. La
brigadedessensØtaitcomposØede5mecs,pourres-
pecter la symphonie Lulo, crouf, modrane, badroun
etpuisluipensait-on. Lui,c estILetILdetempsen
temps, c est moi.
(Moi, j Øtais ailleurs, j Øtais sa conscience parce
quejesuisØcrivain. c estlaraisonpourlaquelledans
la plus pure tradition de l Øcriture, j Øcris à la pre-
miŁrepersonne dusingulier. ParpourvousdØplaire
ou me faire cataloguer de narcissique ou d Øgocen-
trique. Nonjusteparcequemoi,jeconnaisl histoire
et que toi lecteur tu ne la connais pas ; et puis Il me
l’ademandØ;ainsi,jemesuismisàsaplacepour
vousracontersonhistoire. C Øtaitunedecesenvies
lesplus fortes. Quejeracontesonhistoire")
LemotfroissØdanslapochedupantalonducorps
que nous avions devant les flics les laissait assez
perplexes ; comment un homme habillØ en costume
cravate pouvait se retrouver sur cette air de terrain
vague en pleine campagne, les poches retroussØes,
le portefeuille vide ne comportant qu une page de
manuscrit portant le chiffre 127, ce mot à moitiØ
dØchirØ, je me suis ØvadØ à 25 ans … etc. (relire
le dØbut du livre). Pas un vent ne soufflait en ce
printempsquifaisaitcomme d habitudepluspenser
lautomne … des fleurs bourgeonnaient quand des
11
’ àTe quiero so much
mortes Øtaient encore ØparpillØes de la veille. Cela
devaitprobablementdaterdelaprØcØdentesaisonse
dit-IL.
Mais… maisil respirefitl adjudant-chef.
HØ…dØpŒchezvousunpeud appeleruneambu-
lance, il respire encore.
QuandjesuissortiducomalongtempsaprŁs,j ai
comprismonvoyageintØrieursansjamaisarriveràle
formuler autrement que sur du papier. Ainsi, quand
j Øtais encore scribe chez MUSCAROS en 2.045,
je ne pouvais deviner tout ce qu il allait m arriver
aprŁs.
MŒme moi jene comprenais rien alors.
Unefoisquel ambulancem eutapportØprŁsd un
champs,unhØlicom atransportØdetouturgenceau
bloc opØratoire le plus apte à comprendre ce qu il
m arrivait. C Øtait il y longtemps. On m a recousu
toutlebrasgauche. 2fois13pointsdesutureetl os
rØduit de quelques millimŁtres par rapport à l autre.
C estcomme aquelabrigadedes5m’avaitrepØrØ.
Un mec qui a un bras pluscourt que l autre… a ne
court pas les rues…
Je me souviens du couloir trŁs blanc ; de la main
posØe sur le mur froid de la salle d attente, allongØ
surmaciviŁreencoregrelottantd’Ømotionetdedou-
leurs. J Øtaisterriblementamoindri,presquemortou
dØj mort d ailleurs ; j avais rØussi à m’Øvader … a
25quandmŒme… jetrouveçamerveilleux.
UnetripotØedemØdecinssontvenusmevoir.Des
psychiatres pensant que j Øtais fou, des pØdopsy-
chiatres,pensantquej ØtaisretombØenenfance. Des
chirurgiens pour recoudre mon cou de ØclatØ au ni-
veauducartilagedecroissanceetmonpoignetfrac-
turØnetàtraverslesdeuxos. LachuteavaitØtØdure.
12JØr me Arkantier
70mŁtres. Je dis a, je ne suis que la conscience de
Lui.
Les fils partaient dans tous les sens. Une perfu-
sion toute translucide Øtait accrochØe à son trØpied.
Jemesouviensdelacantineparcequec Øtaitunmo-
mentounousnousvoyionstous. LacantinedeEU-
ROPEestpaspirequ unecantined h pitalpsychia-
trique ; les voisins se pissent dessus, s’embrassent
comme des porcs ou bien parle de philo de Kant et
dePissarro. Ilestdeschoixqu onnefaitpasdansla
vie,commeceluideseretrouverlàbas. Etjamaisje
vous jure, Il n aurait pu penser un jour se retrouver
dansunh pitalpsychiatrique. Lui,lecinquiŁmedes
cinq sens de la brigade des sens.
Par tous les truchements de la reprØsentation, du
pouvoir,desvotesetaprŁslesuffragesansappelqui
cristallisait le cri d’un seul monde unifiØ ici en EU-
ROPE, il eut fallu prendre les mesures nØcessaires
pour combattre le Mal.
Alors me rØpØta le mØdecin, analysons les frag-
mentsdecequevousavezbienpunousØcriresurce
papierqu onaretrouvØsurvous…voil ,jeledØplie.
Hop… je vous redonne le texte :
"JemesuisØvadØà25ans"voil c estlapremiŁre
phrase. Que me d tes vous la-dessus.
- je me suis ØvadØ à 25 ans. Qu’est-ce que cela
peut bien vouloir dire.
- Conscience Øcrit en gras.
- Cela veut dire que je veux cacher l existence
de la brigade des sens
-Ohvousfaiteschieravecvotrebrigadedessens.
Vous nous rab cher toujours la mŒme chose. Avez
vous des frŁres, des s urs.
-Arggg ayest,j’aideuxfrŁres;nouslesappelle-
ronsBetM(maispascommelavoiture). Ilsviventà
13