Construire ou rénover en respectant la Haute Qualité Environnementale

De
Publié par

L'objectif de la démarche HQE est de construire ou rénover en utilisant des matériaux et des technologies modernes, de plus en plus performantes respectant l'environnement, de la conception du bâtiment à sa démolition. Tous les acteurs de la construction sont concernés, ils doivent donc agir de manière concertée.


Cet ouvrage a pour but de donner les informations nécessaires aux professionnels comme aux particuliers et de répondre ainsi aux deux grandes questions que pose la construction écologique : comment maîtriser les impacts sur l'environnement et comment créer un environnement intérieur satisfaisant ? Il vous apporte de manière pratique toutes les réponses à vos questions sur la haute qualité environnementale, dans le cadre de la construction d'habitations neuves, de la rénovation ou de la réhabilitation.


Préface de Patrice Hernu, président du réseau France Europe Planète bleue.


Postface de Nelly Olin, ministre de l'Écologie et du Développement durable.



  • Introduction à la haute qualité environnementale HQE

  • Les cibles de la haute qualité environnementale

    • Maîtriser les impacts sur l'environnement extérieur

    • Création d'un environnement intérieur satisfaisant


  • Méthodologie de la mise en place d'une démarche HQE

    • Méthodologie de la mise en place d'un système de management environnemental (SME)

    • Opération exemplaire de mise en place de la HQE : le parc du Chemin de l'île à Nanterre


  • Annexes

    • Comment calculer le volume optimal de votre cuve ?

    • Les écolabels

    • Postface


Publié le : jeudi 7 juillet 2011
Lecture(s) : 205
EAN13 : 9782212851151
Nombre de pages : 157
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Brigitte VBrigitte Vu BBrigitte Vrigitte Vu
L’objectif de la démarche HQE® est de construire ou rénover en utilisant des matériaux et des technologies
modernes, de plus en plus performantes respectant l’environnement, de la conception du bâtiment à sa
démolition. Tous les acteurs de la construction sont concernés, ils doivent donc agir de manière concertée.
Cet ouvrage a pour but de donner les informations nécessaires aux professionnels comme aux particuliers
et de répondre ainsi aux deux grandes questions que pose la construction écologique : comment maîtriser
les impacts sur l’environnement et comment créer un environnement intérieur satisfaisant . Il vous apporte
de manière pratique toutes les réponses à vos questions sur la haute qualité environnementale,
dans le cadre de la construction d’habitations neuves, de la rénovation ou de la réhabilitation.
en respectant ConstruireConstruire la Haute
Qualitéou ourénoverrénover Environnementale rénoverrénover
L’auteur
Brigitte Vu est ingénieur chargée de l’intégration de la HQE®, en respectant la Haute
responsable du pôle bâtiment et construction durable d’énergie
intelligence pilotée par Antoine-Tristan Mocilnikar. Elle a participé à Qualitéla rédaction de nombreux projets et a contribué à la commission
énergie et maintenant à la commission sur le développement durable. EnvironnementalePréface de Patrice Hernu, président du réseau France Europe Planète bleue.
Postface de Nelly Olin, ministre de l’Écologie et du Développement durable.
16 €
e2 éditionédition
Édition revue et mise à
ejour de la RT 2005 et de 2 éditionédition
la certifi cation Cequami
Édition revue et mise à
jour de la RT 2005 et de
la certifi cation Cequami
CCode éditeur : G12070
ISBN : 978-2-212-12070-7
en respectant la Haute Qualité Environnementale
Brigitte Vu Construire ou ou rénorénover verPDT-VU_11779 8/02/06 16:05 Page 1
Construire
ou rénover
en respectant la Haute
Qualité
EnvironnementaleDU MÊME AUTEUR
Gestion et récupération des eaux pluviales.
G11949, 2006.
Récupérer les eaux de pluie.
G11984, 2006.
Lʼhabitat écologique et les aides de lʼÉtat.
G12054, 2006.
La maison à énergie zéro.
G12089, 2007.
Choisir une énergie renouvelable adaptée à sa maison.
G12142, 2007.
CHEZ LE MÊME ÉDITEUR
J. ZERLAUHT. – Lʼautoconstruction en bois.
G11625, 2006.
Y. BENOÎT et T. PARADIS. – Construction de maisons à ossature bois.
G12047, en coédition avec le CTBA, 2007.
SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE BÉTON CELLULAIRE. – Construire en béton cellulaire.
G11986, 2007.PDT-VU_11779 8/02/06 16:05 Page 3
Brigitte Vu
Construire
ou rénover
en respectant la Haute
Qualité
Environnementale
Deuxième édition 2007
Deuxième tirage 2007PDT-VU_11779 8/02/06 16:05 Page 4
ÉDITIONS EYROLLES
61, bd Saint-Germain
75240 Paris CEDEX 05
www.editions-eyrolles.com
Nous remercions le Conseil général des Hauts-de-Seine qui nous a permis de prendre le
Parc du Chemin de l’Ile pour exemple. Nous remercions particulièrement M. Bernard Viel,
directeur du pôle environnement et cadre de vie, Mme Elisabeth Dujardin,
directrice des parcs, jardins et paysages, M. Julien Duvignac, responsable HQE,
M. Christian Polo responsable DAUDD ainsi que Florence Auvrard,
service PAT/DEUDD, pour leur grande disponibilité.
Les schémas de l’étude de cas ont été fournis par C+H+ qui en détient les droits.
Nous remercions toute l’équipe de maîtrise d’œuvre : les architectes Borja Huidobro et
Paul Chemetov, le bureau d’études en construction et urbanisme C+H+,
l’architecte chef de projet Thomas Dryjski et AS Mizrahi BET TCE.
© photo de couverture : CG92/Willy Labre
erLe code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992 interdit en effet expressément la
photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée
notamment dans les établissements d’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de
livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les
faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent
ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’exploitation
du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2006, 2007, pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12070-7
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page III Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Préface
Construire ou rénover telle est effectivement une bonne question s’agissant
de la démarche « HQE » pour une haute qualité environnementale.
Tout d’abord, si « la HQE », comme l’usage oral s’est répandu, constitue une
démarche dont les fondements sont promus et structurés par une marque
®déposée par l’Association HQE , elle est surtout devenue un état d’esprit
qui, d’une certaine façon, signe son succès et en fait une référence qui va
bien au-delà du seul cercle de la marque et des normes qu’elle impose avec
plus ou moins de rigueur. Les exigences s’appliquent à l’ensemble du cycle
de vie d’un bâtiment, lors de la conception, de la construction mais aussi
pour son entretien, sa rénovation voire sa destruction.
Qu’il s’agisse de logements ou de bâtiments publics, tertiaires ou industriels,
il s’agit en fait de fournir des références permettant d’intégrer l’ensemble
des étapes de vie du bâti dans les principes du développement durable.
®Ensuite, et par voie de conséquence, « la HQE » doit se juger opération par
opération dans l’avantage qu’elle procure au solde du bilan consolidé de
l’environnement urbain et industriel dans lequel elle prend place et non seu-
lement par rapport aux exigences accumulées. D’ailleurs, ces exigences
peuvent évoluer rapidement avec les progrès des techniques et des proces-
sus mis en œuvre par les arts du bâti.
Enfin, dès lors que l’objectif premier demeure que la construction et l’entre-
tien d’un bâtiment comportent un impact minimal sur l’environnement, celui-
ci étant entendu dans toutes ses dimensions – économiques, sociales,
®sociétales, biologiques et spatiales –, la « HQE » demande une qualité spé-
cifique dans la conduite des projets. Une sorte de gouvernance locale. En
effet, atteindre un coût global minimal constitue un but qu’il sera le plus sou-
vent difficile de mesurer avec exactitude. L’économie d’un projet de cons-
®truction HQE doit certes être appréhendée sous l’angle du coût global
interne, en tenant compte de l’investissement comme du fonctionnement,
mais aussi du coût externe, en tenant compte des « externalités » produites
en retour sur l’économie des espaces dans lesquels il s’intègre. Mais tenir
une comptabilité rigoureuse de tous ces aspects exigerait des outils
comptables et des méthodologies qui peuvent soit ne pas être à la portée
des acteurs du projet concerné, soit être eux-mêmes d’un coût dispropor-
III
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page IV Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Construire ou rénover en respectant la HQE
tionné par rapport aux enjeux. Dès lors, cette démarche est avant tout une
affaire de « culture nouvelle du bâti ».
C’est tout le mérite de cet ouvrage, précisément, que de répondre à ce
besoin en fournissant aux professionnels comme aux particuliers des guides
et des repères clairs pour mieux maîtriser tant l’impact sur l’environnement
extérieur que celui sur leur environnement intérieur.
®Il ne s’agit donc pas d’un guide de la « HQE » mais d’une approche prati-
que qui entend à la fois respecter la démarche telle qu’elle est encadrée par
la marque et fournir un moyen d’appliquer efficacement ses principes, bref
« la lettre sans sacrifier ni l’esprit ni la clarté ».
®En effet, les prescriptions les plus rigoureuses de la « HQE » doivent être
considérées comme le laboratoire de l’avenir. Le but est bien en définitive de
faire partager la démarche au plus grand nombre.
Pourquoi ?
Pour certains, la question ne mérite même plus d’être posée tant l’écologie
est de plus en plus omniprésente dans les discours au point qu’avec le
développement durable, elle finit par devenir une auberge espagnole. Ceci
doit être entendu au sens strict du terme. Chacun vient avec ses préoccupa-
tions et trouve dans ces concepts les justifications nouvelles de leur
comportement d’hier et donc, d’une certaine façon, le prétexte pour retarder
encore les vrais changements. Les uns y verront l’occasion de renforcer la
bureaucratie et d’étendre encore plus l’empire des normes et des labels où
le citoyen se perd parfois. Les autres verront dans l’écologie l’occasion de
capter de nouveaux marchés. Si l’écologie et le développement durable sont
« naturels » au point que chacun a pu en effet « en faire sans le savoir », tout
peut être justifié, le meilleur comme le pire.
Or, nous vivons dans un monde où les biens ne tirent plus seulement leur
valeur du travail accumulé mais des richesses naturelles qu’elles incorpo-
rent, et donc qu’elles empruntent à nos environnements, comme malheureu-
sement des abus d’usage, par la pollution notamment, que cet emprunt sus-
cite. Cet emprunt au capital collectif qu’on désigne parfois par le terme
d’empreinte écologique, même si l’on peut en contester certains modes de
calcul, doit être ajouté aux coûts directs et indirects fournis par le marché.
Mais il n’existe pas encore de comptabilité projetable projet par projet de cet
emprunt bien que le système économique fait déjà des efforts pour progres-
sivement « internaliser » ces éléments dans le prix de marché.
Dès lors, il appartient aux acteurs d’introduire dans leurs conduites des élé-
ments correcteurs pour un meilleur ajustement de nos décisions aux
besoins de notre santé, de notre culture et de notre vie commune. Il en va
ainsi des questions liées au bâti comme des émissions de gaz contribuant à
IV
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page V Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Préface
l’effet de serre, des atteintes à la biodiversité ou des molécules disséminées
pouvant atteinte à la santé.
®L’esprit d’une démarche de type « HQE » participe de cet effort d’adapta-
tion aux besoins de notre société, dans son évident « intérêt ». Cet ouvrage
fait donc œuvre utile en proposant de répondre à toute une série de ques-
®tions que posent tant la « HQE » que le contexte de son application.
Car, au-delà de la nécessité éthique qui évidemment inspire la démarche, il
faut aussi y voir pour chacun une nécessité économique et sociale, indivi-
duelle et collective, qui anticipe sur un avenir devenu désormais très proche.
Construire ou rénover n’est pas un aboutissement. C’est un début qui
demande donc les soins qu’on réserve ordinairement à l’enfant qui naît. La
haute qualité n’est pas de trop.
Patrice Hernu
Président du réseau France Europe Planète bleue
Chargé de mission au ministère de l’Écologie et du Développement durable
V
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page VII Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Sommaire
®Partie 1 – Introduction à la haute qualité environnementale HQE ......... 1
Partie 2 – Les cibles de la haute qualité environnementale ...................... 11
Groupe 1 – Maîtriser les impacts sur l’environnement extérieur .................. 13
Groupe 2 – Création d’un environnement intérieur satisfaisant ................... 79
®Partie 3 – Méthodologie de la mise en place d’une démarche HQE ..... 99
Méthodologie de mise en place d’un système de management
environnemental (SME) ................................................................................. 109
®Opération exemplaire de mise en place de la HQE : le parc du Chemin
de l’Île à Nanterre.......................................................................................... 121
Annexes
Comment calculer le volume optimal de votre cuve ?.................................. 143
Les écolabels .................................................. 145
Postface ................................................................................................................ 147
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page 1 Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Partie 1
Introduction
à la haute qualité
environnementale
®HQE
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page 2 Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page 3 Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Qu’est-ce que la Haute qualité
environnementale ?
Il est quasiment impossible de donner une définition de la Haute qualité envi-
ronnementale dans la mesure où ses créateurs ont défini ce concept comme
®une démarche. L’idée de départ des responsables de « l’association HQE »,
créatrice de cette démarche, n’était en aucun cas d’en faire une nouvelle
norme, pas plus qu’un nouveau label, mais de créer une démarche de
« management de projet » dont le but est de limiter les impacts d’une opération
de construction ou de réhabilitation sur l’environnement tout en garantissant un
habitat sain et confortable.
Association HQE
®Association née en 1996 et reconnue d’utilité publique par décret du 5 janvier 2004. HQE
®est une marque déposée dont l’association HQE détient la licence exclusive pour la France.
Une construction répondant aux exigences de la démarche de haute qualité
environnementale offre toutes les qualités que l’on est en droit d’attendre
d’une habitation : le confort, le design, la longévité, auxquels viennent s’ajou-
ter des impacts sur l’environnement durablement limités tels que le choix du
terrain, en passant par toutes les phases de la construction (le coulage des
fondations, le montage des murs, de la charpente et du toit et enfin les fini-
tions tant du bâtiment que des alentours) la durée de vie de la construction, la
gestion des énergies, la maintenance et à terme, la démolition. C’est en quel-
que sorte le cœur de la démarche et sa raison d’être.
Certains pourraient penser que cette démarche consiste à vouloir maîtriser les
impacts de la construction sur l’environnement extérieur comme on le fait pour la
majorité des produits des activités humaines, mais il ne faut pas oublier que les
bâtiments, de même que les moyens de transport, sont des endroits où nous
passons une grande partie de notre temps. Aussi, l’approche est différente dans
la mesure où l’on ne peut dissocier la volonté de maîtriser les impacts sur l’envi-
ronnement extérieur de celle de créer un environnement intérieur de qualité.
Les exigences de la qualité environnementale lors de la construction d’un bâti-
ment consistent à :
• Maîtriser les impacts de la construction sur l’environnement extérieur :
– en limitant au maximum l’utilisation des ressources naturelles ;
– en limitant au maximum la pollution de l’air, de l’eau, du sol ;
– en produisant le minimum de déchets ultimes (déchets ne pouvant être
éliminés qu’après stockage) ;
3
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page 4 Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Construire ou rénover en respectant la HQE
– en limitant au maximum les nuisances telles que le bruit ;
– en favorisant une relation harmonieuse entre le bâtiment et son envi-
ronnement immédiat.
• Créer un environnement intérieur de qualité via :
– un confort à l’intérieur du bâtiment ;
– des conditions de vie saines ayant un impact plus favorable sur la santé
de l’homme.
On retiendra de ce qui précède la définition suivante : « La QE d’un bâtiment
correspond aux caractéristiques du bâtiment, de ses équipements (en produits
et services) et du reste de la parcelle de l’opération de construction ou d’adap-
tation du bâtiment qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire les besoins de
maîtrise des impacts sur l’environnement extérieur et de création d’un environ-
nement intérieur confortable et sain. »
®La démarche HQE est organisée en deux domaines, ou groupes, qui sont la
maîtrise des impacts de la construction sur l’environnement extérieur et la créa-
tion d’un environnement intérieur de qualité. Ces deux domaines se déclineront
eux-mêmes en quatre familles et quatorze sous-familles appelées cibles.
Le but de ce guide est d’essayer de répondre de manière pratique à toutes les
questions que vous pouvez vous poser sur la Haute qualité environnementale
dans le cadre de la construction d’habitations neuves ou de rénovations.
®Construire ou rénover « HQE » ne consiste pas à juxtaposer une accumula-
tion d’exigences mais à créer une dynamique d’actions à laquelle participent
l’ensemble des responsables de la construction et les propriétaires, et ce bien
en amont de la construction.
Construire écologique n’est pas un luxe mais une exigence. Construire en sui-
®vant les conseils de la démarche HQE est une garantie de qualité.
Les objectifs de la démarche
de Haute qualité environnementale
®Le but de la démarche HQE est de construire ou rénover en utilisant des
matériaux et des technologies modernes respectant l’environnement, de la
conception du produit à sa démolition.
Les entrepreneurs s’engagent à proposer des matériaux respectueux de l’envi-
ronnement, tant dans leur fabrication que dans la pose ou l’installation ainsi
que dans le recyclage après utilisation.
4
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page 5 Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
®Introduction à la haute qualité environnementale HQE
®La démarche HQE consiste à choisir au moins six cibles parmi les quatorze
proposées (que nous détaillons ci-dessous) et d’aller le plus loin possible dans
le respect de celles-ci. Pour les particuliers il n’existe pas de référentiel techni-
que de certification, il s’agit donc d’essayer de s’approcher au maximum des
bases des cibles et de la performance définie pour chacune d’elles.
Une méthode structurée
®Ces quatorze cibles ont été définies par l’association HQE et sont classées selon deux
groupes et quatre familles.
Groupe I : Maîtrise des impacts sur l’environnement extérieur
Première famille : Éco-construction
Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat
Choix intégré des procédés et produits de construction
Chantier à faibles nuisances
Deuxième famille : Éco-gestion
Gestion de l’énergie
Gestion de l’eau
Gestion des déchets d’activité
Gestion de l’entretien et de la maintenance
Groupe II : Création d’un environnement intérieur satisfaisant
Troisième famille : Confort
Confort hygrothermique
Confort acoustique
Confort visuel
Confort olfactif
Quatrième famille : Santé
Conditions sanitaires des espaces
Qualité de l’air
Qualité de l’eau
®Le choix de l’adoption de la démarche HQE est une contribution au dévelop-
pement durable, en apprenant à maîtriser les conséquences d’une opération
de construction ou de rénovation sur l’environnement extérieur, tout en créant
un milieu intérieur sain et confortable.
Quel que soit votre choix, le geste que vous ferez sera toujours un plus en
faveur de la préservation de l’environnement.
®Il faut savoir qu’il n’existe pas encore de produits estampillés « HQE » et qu’il
n’en existera sans doute jamais, dans la mesure où la pose des produits et des
matériaux joue un grand rôle dans la Haute qualité environnementale.
5
> Apogee FrameMaker Noir4032_3_ Page 6 Mercredi, 30. mai 2007 2:28 14
Construire ou rénover en respectant la HQE
Pourquoi doit-on promouvoir
la démarche de haute qualité
environnementale ?
Les cibles de la haute qualité environnementale nous donnent un canevas et
des repères en matière de construction « écologique ».
L’objectif principal de cette démarche est de faire prendre conscience aux
professionnels comme aux particuliers de la nécessité de concevoir ou de
construire en intégrant la notion de développement durable. Cette prise de
conscience a été renforcée par une augmentation des catastrophes naturelles
eécologiques à la fin du XX siècle et actuellement par des sécheresses quasi
annuelles. Ces sécheresses provoquent non seulement un manque d’eau,
mais aussi des fissures dans certaines constructions récentes et des risques
dans certaines maisons, qui deviennent alors inhabitables par leur propriétaire.
®La démarche HQE intègre cette notion de développement durable dans la
mesure où un projet est pris dans sa globalité, de sa conception à sa démoli-
tion, en tenant compte de la manière dont sont élaborés et fabriqués les pro-
duits de construction, de la maintenance tout au long de la vie du bâtiment et
des impacts après sa démolition.
Cette démarche nous invite aussi à réfléchir à nos comportements en tant
qu’usagers et à limiter notre recours aux ressources naturelles (produits pétro-
liers, eau…), à réfléchir à l’impact de notre comportement en matière de pollu-
tion (aggravation de l’effet de serre).
Il est aussi important de se préoccuper de la manière dont vivront nos descen-
dants en France, en Europe mais aussi dans le monde.
Nous assistons à une véritable explosion démographique en Chine, en Inde et
dans bien d’autres pays encore. En 2000, la terre comptait près de 6 milliards
d’habitants qui deviendront des utilisateurs potentiels de ressources naturelles.
En Europe près de 80 % de la population vit dans des zones urbaines. Nous
devons donc prendre conscience que les petits gestes, les petites économies
que nous faisons chaque jour, sont multipliés par des millions à l’échelle de la
France, de l’Europe, voire du monde, et nous permettrons de préserver au
maximum nos ressources naturelles. C’est ainsi que nous intégrerons de
manière spontanée et naturelle la définition du développement durable. Le
développement durable est en effet un « développement qui répond aux
besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

J'arrête de... stresser !

de editions-eyrolles

suivant