Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

PRÉFàCE
a Silicon Valley est sans conteste, et depuis un peu moins d’un L siècle maintenant, un des plus impressionnants laboratoires de l’innovation mondiale. Égrainer la liste des grandes entreprises qui y sont nées, y ont prospéré, ont conquis le monde et changé nos modes de consommation, et plus, notre mode de vie, serait fastidieux. Mais retenons juste ceci : le nom que les Californiens ont donné à cette vallée, celle du silicium, indispensable à la fabrication de semi conducteursetdecomposantsinformatiques.Celanousramèneàunfait qu’on a trop tendance à oublier aujourd’hui. Cette zone d’inno vation est avant tout une zone industrielle, où se sont développées des entreprises qui profitaient, certes, d’un écosystème performant en matière de formation (Berkeley, Stanford) et d’accès aux investis seurs, mais également, plus prosaïquement, d’un environnement natu rel favorable au développement des processus industriels nécessaires à la construction d’ordinateurs, grâce aux nombreux cours d’eau qui sillonnent la vallée.
révoluTioN verTe
Aujourd’hui encore, cette eau, qui devient une ressource chaque jour plus rare, est recherchée par les entreprises leader des TIC, dont les besoins en systèmes de refroidissement pour leurs immenses « fermes d’ordinateurs » sont très importants.
Nous y sommes, la Silicon Valley est une région industrielle, de recherche et d’innovation. C’est ce qui fait sa force, c’est également ce qui amène ses habitants à être, plus que d’autres, sensibilisés aux problèmes environnementaux, puisque leur activité a, depuis de nom breuses années, modifié leur environnement. Reine incontestée des technologies de l’information et de la commu nication, à l’ère d’une société de l’information globale, la Vallée s’oriente donc désormais vers les technologies vertes et le développe ment durable. On aurait tort de croire qu’il s’agit là d’un simple effet de mode porté par des «san francisco liberals» vus dans le reste de l’Amérique comme la quintessence des bobos. Il s’agit d’une orienta tion industrielle stratégique, d’abord testée à l’échelle d’une partie de la Californie (comme d’habitude, seraiton tenté d’écrire) avec l’objectif assumé de trouver rapidement des débouchés économiques mondiaux. Le Président Obama s’est d’ailleurs clairement inspiré des initiatives californiennes pour écrire le chapitre développement durable de son plan de relance. On aurait également tort de voir les ÉtatsUnis uniquement comme le pays du « mode de vie non négociable », peu impliqué dans la défense de la planète et la lutte contre le réchauffement climatique.
2
Préface
L’Amérique est en train de se saisir de ces enjeux et, en cette année anniversaire du premier pas sur la Lune, nul ne peut oublier que, quand ce grand pays se donne à luimême un défi, il a l’habitude de le relever.
Dans cet ouvrage passionnant, Michel Ktitareff, un des plus fins connaisseurs de la Vallée, montre excellemment comment celleci s’orga nise pour faire de la révolution verte son prochain eldorado. Les recettes sont toujours les mêmes, et elles marcheront probablement aussi bien que d’habitude : excellence universitaire, financement audacieux, mar ché local enthousiaste. Il nous montre surtout que cette révolution en marche n’est aucunement une reconversion. C’est une suite logique, comme j’ai moimême pu le constater lors d’un récent déplacement à Palo Alto, où j’ai rencontré des investisseurs historiques de la Vallée, débauchés des grands fonds de capitalrisque spécialisés dans les TIC pour aller exercer leur talent chez ceux qui se spécialisent dans les tech nologies vertes.
L’ère dugreenne vient pas succéder à l’ère des technologies de l’infor mation. Ces deux révolutions, que le Président Sarkozy a citées dans la même phrase lors de son premier discours devant le Parlement, ont besoin l’une de l’autre. Elles sont toutes deux porteuses de solutions pour nos sociétés et pour notre planète. La Vallée l’a bien compris, et l’observateur avisé qu’est Michel Ktitareff nous donne ici des clés de compréhension essentielles.
révoluTioN verTe
 Et si, à la lecture de cet ouvrage, la curiosité du lecteur français aura été piquée par la convergence des technologies de l’information et de la communication et des technologies vertes, il pourra, sans tra verser l’océan, visiter nos pôles de compétitivité qui lui offriront de nombreuses preuves que l’innovation, chez nous également, est en marche. Nathalie KM
Secrétaire d’État à la Prospective et au Développement de l’économie numérique