Une goutte de vie dans l'amer

De
Publié par

Enfant insouciant, dans le Paris des années trente, Albert est élevé dans l'amour de la France et dans le respect des valeurs républicaines par ses parents immigrés juifs d'origine polonaise. Brusquement éveillé de son enfance par la guerre, il va découvrir le coté sombre des hommes. A quinze ans, miraculé du camp de Drancy, il assiste, impuissant, au départ ultime de ses parents. En une semaine de camp, l'enfant innocent s'est transforme en adulte amer. Il va devoir lutter pour survivre. Il participe à la libération de la France et affrontera de terribles difficultés matérielles et psychologiques pour construire sa vie.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 104
EAN13 : 9782748171020
Nombre de pages : 117
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat














Une goutte de vie
dans l’amer
Albert Kleinsinger
Une goutte de vie
dans l’amer





ESSAIS ET DOCUMENTS











Éditions Le Manuscrit













© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
communication@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7103-9 (fichier numérique)
ISBN 13 : 9782748171037 (fichier nu
ISBN : 2-7481-7102-0 (livre imprimé)
IS20 (livre imprimé)







AVANT-PROPOS


J’ai écrit ce livre pour transmettre, surtout à mes
petits-enfants Robin et Hugo, ce que mes parents et
moi, comme tant d’autres juifs, avons vécu.
Je voudrais que mes descendants, et ceci jusqu’à la
fin des temps, ne connaissent jamais ces horreurs.
Qu’ils se méfient des belles paroles et des discours
doucereux.
Qu’ils restent continuellement sur leurs gardes. aient foi dans l’avenir, dans leur propre
potentiel, qui est gigantesque, mais qu’ils se méfient des
hommes, car souvent sous l’apparence se cachent des
instincts pervers et atrocement inhumains.








I - FRANCE, TERRE D’ACCUEIL


Le temps était certainement doux ce 29 juin 1926,
jour de ma naissance. Rien ne laissait prévoir ma
destinée.
Mes parents avaient quitté la Pologne en 1920.
Les conditions de vie y étaient en effet extrêmement
difficiles, particulièrement pour les juifs. Dans leur
grande majorité, les Polonais, soutenus par l’église,
étaient fortement antisémites. Mes parents m’avaient
raconté les souffrances et les vexations qu’ils avaient
endurées continuellement. En plus, les jeunes gens
étaient tenus de faire leur service militaire qui durait à
cette époque entre trois et huit ans.
Mes parents avec donc décidé de choisir un autre
destin. Ils choisirent d’émigrer en France.
Ne disait-on pas en yiddish « heureux comme Dieu
en France » ?
Mon Père, Aaron, était donc venu un peu avant ma
mère, en éclaireur, comme cela se faisait couramment en
ce temps-la, débroussailler le terrain.
Papa était né en février 1895 à Varsovie dans une
famille bourgeoise. La plupart de ses frères, sœurs et
cousins avaient eu la chance de poursuivre des études.
La majorité exerçait des professions intellectuelles :
médecins, dentistes, ingénieurs, etc. Quelques-uns
avaient déjà émigré vers les pays étrangers, certains en
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.