Vérités économiques

De
Publié par

L’économie est-elle une science ? Oui ! Est-elle inaccessible à l’honnête homme ? Non ! Jean Fuerxer propose ici un Traité d’économie non scolaire, pluridisciplinaire et original. En rupture avec une foule d’idées acquises par conformisme, il construit la colonne vertébrale du fonctionnement de nos sociétés. S’appuyant sur l’histoire de la monnaie, de l’impôt, ou de l’intérêt, il décortique les « lois éternelles de l’économie » sans aucune concession aux discours en vogue. Uniquement guidé par la logique, il prône le retour à l’Etat du pouvoir de battre monnaie, qui permettrait en outre de supprimer totalement l’impôt sur le revenu en gérant le budget à « dette zéro ».
Publié le : dimanche 11 août 2002
Lecture(s) : 77
EAN13 : 9782748118629
Nombre de pages : 493
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Vérités économiques
Jean Fuerxer
Vérités économiques
TRAITÉ
Éditions Le Manuscrit, 20025bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.comISBN :2-7481-1863-4(fichier numérique) ISBN :2-7481-1826-6(livre imprimé)
AVERTISSEMENT DE LAUTEUR
Ce manuscrit ayant été écrit avant le passage à leuro, toutes les sommes citées sont exprimées en francs. En cas de coédition, les conversions utiles seront effectuées.
7
PREAMBULE
Y aurait-il des vérités économiques ? Nous pen-sons que oui ! Ce sont en quelque sorte des lois éter-nelles que personne ne peut transgresser sous peine de graves déboires. Dans le domaine économique, les incantations sont insuffisantes. La volonté des hommes est impuissante à modifier les dures réali-tés. Gouverner dans lintérêt général suppose la connaissance de ces réalités. Nous allons en exposer quelques unes, les plus importantes, dans un langage que nous espérons accessible à tous. Si le Docteur Dolittle a été capable de parler aux animauxPourquoi un économiste narriverait-il pas à sexpliquer avec ses contemporains ? Tous ceux qui, à défaut dadmirer les hommes, aiment les animaux, ne verront là rien de facétieuxLe langage utilisé par les scientifiques est natu-rellement spécialisé, mais les faux savants utilisent généralement une langue hermétique, pour en im-poser artificiellement à ceux qui nont pas suivi la même piste queux. Nous allons sciemment faire ici le contraire, avec la ferme volonté dêtre compris. Cest en tous les cas, le pari central de cet ouvrage. Les esprits superficiels, qui se contentent de peu, et qui sont hélas aussi nombreux que les faux savants, y verront un effort de vulgarisation, comme ils disentSerait-il donc critiquable de simplement sexprimer de façon compréhensible pour faire
9
Vérités économiques
partager à dautres lessentiel de sa pensée ? On ne trouvera par conséquent, dans les pages qui suivent, ni vocabulaire prétentieux, ni mathématiques alibi, donnant un vernis de façade à des raisonnements 1 pouvant être suspects . La partie est délicate, essen-tiellement pour deux raisons. Dabord parce que chacun dentre nous, obligé de gérer son propre budget sans dépenser plus que ce quil gagne, est naturellement victime dune illu-sion micro-économique que seul un effort résolu de réflexion permet déliminer. Nous pensons sponta-nément que la contrainte financière incontournable qui sapplique à nous, peut et doit être généralisée à lidentique pour lensemble de la collectivité. En réalité, il nen est rien, et la prise de conscience de cette différence de nature, nest pas le fruit facile du bon sens que lon invoque pour se dispenser dana-lyser convenablement les réalités. Cette situation est génératrice de désarroi intellectuel tout particulière-ment dans lanalyse des finances publiques. Ensuite, parce que la science économique se cherche, et na toujours pas su élaborer un corps de connaissances centrales claires et vraiment indis-cutées, susceptible dentrer dans un enseignement général. Il en découle une extraordinaire division des économistes entre eux, sans équivalent dans dautres disciplines, source de troubles de lopinion et de la pensée des dirigeants politiques, qui sont tentés de se soumettre à une technocratie de cour, ou à la dictature mondiale et apatride des marchés. Il faut bien avouer que la science économique ac-cuse aujourdhui un retard que lon ne constate pas dans dautres domaines comme la biologie ou la phy-sique. Il existe encore trop décoles et de cou-rants en économie. Les décideurs ne peuvent quen
1. on recourra à quelques mathématiques classiques et anciennes, seulement au dernier chapitre pour lexposé de la Théorie fondamentale des Cycles économiques
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.