//img.uscri.be/pth/4938f48ba2bc1b11b152924c48de34b3b434fe84
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Schibboleth récit d'enfance

De
140 pages
Cet ouvrage est un recueil de souvenirs d'enfance. Son intérêt, cependant, n'est pas celui que pourrait avoir le récit d'une grand-mère désireuse de conter sa vie à ses petits-enfants. Ces pages témoignent de petits moments « vécus à deux », au cours de l'enfance, et qui peuvent influencer toute une vie. Le choix du titre, pur hasard, est né de la réplique d'un jeu décrit dans l'ouvrage.
Voir plus Voir moins
Paulette SpeschaMontib
Schibboleth
Récit d’enfance
Les impliqués É d i t e u r
Schibboleth
Les impliqués Éditeur
Structure éditoriale récente et dynamique fondée par les éditions L’Harmattan, cette maison a pour ambition de proposer au public des ouvrages de tous horizons, essentiellement dans les domaines des sciences humaines et de la création littéraire.
Paulette Spescha-Montibert
Schibboleth* Récit d’enfance Les impliqués Éditeur
© Les impliqués Éditeur, 2014 21 bis, rue des écoles, 75005 Paris www.lesimpliques.fr contact@lesimpliques.fr ISBN : 978-2-343-03905-3 EAN : 9782343039053
Il serait bon de beaucoup penser et de dire quelque chose de ces longs après-midi d’enfance qui, partis, ne sont plus jamais revenus
et pourquoi ?
Rilke
Quand la mémoire s’en va ramasser du bois mort elle rapporte le fagot qu’il lui plaît…
Proverbe africain
Le givre
Ainsi, il m’aura fallu traverser l’Atlantique pour, un matin de grand froid, retrouver les vitres de ma chambre couvertes de givre.
Même image argentée, alternance d’opaque et de scintillant. Comme autrefois, elle cache le grand secret qu’est le dehors à l’heure du réveil. Rien, l’on ne sait rien encore, sinon qu’il gèle et que le jour, lui, est déjà levé. Pas froides du tout cependant ces retrouvailles ; au contraire, des retrouvailles bien douillettes, la tête enfoncée dans l’oreiller, l’édredon tout rond remonté jusqu’aux oreilles… comme autrefois !
Autrefois, c’était il y a bien longtemps dans mon enfance quand, en hiver, éveillée au énième chant du coq, il fallait gratter le givre des fenêtres pour découvrir ce que serait la journée. Si le soleil brillait, c’était une journée à luge et boules de neige ; si le ciel était ardoise, c’était une journée à crayons de couleur. Je venais d’ouvrir une boîte de crayons. Pas n’importe quelle boîte. Ma première boîte à moi toute seule. Mon émerveil-lement, lorsque j’ouvris l’étui contenant les six crayons bien taillés, fut de même nature que celui qui jaillit à la vue d’un tableau de Hundertwasser : l’arc-en-ciel et sa magie… toutes les couleurs du monde, à l’infini.
9