Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

101 trucs et astuces pour endormir votre enfant

De
192 pages

Les bébés et les jeunes enfants ont rarement un sommeil facile. De quoi rendre pénibles et stressantes les nuits de leurs parents. Pourtant, l’insomnie des enfants n’est pas une fatalité.

Grâce à ce livre, vous comprendrez les raisons psychologiques pour lesquelles l’enfant ne s’endort pas correctement et quel environnement il faut favoriser avant de le mettre au lit. Un livre nourri des conseils de pédiatres, d’astuces de mamans et d’avis de psychologues. 101 trucs et astuces très pratiques qui permettront aux enfants de mieux s’endormir… et aux parents de dormir sur leurs deux oreilles !

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Introduction
Un enfant heureux est un enfant sage. Oscar Wilde
Chère maman, cher papa, uelques mots pour préciser l’objectif de mon Qsource de stress, voire de souffrance, aussi bien propos. L’insomnie des enfants constitue une pour eux que pour leurs parents. C’est un véritable sup-plice qui dure au mieux quelques mois, au pire plusieurs années, mais il faut quand même rappeler qu’il existe de par le vaste monde des bouts de chou qui dorment pen-dant plus d’heures que vous n’oseriez même rêver accu-muler en l’espace d’une semaine.
Vous êtes fatigués, découragés, désorientés, frustrés ? J’ai voulu rassembler dans les pages qui suivent tout ce qui me paraît important de savoir sur le sommeil des enfants,
7
101 trucs et astuces pour endormir votre enfant
parce que je suis convaincue que, comme c’est souvent le cas dans la vie, une bonne partie du remède réside dans la connaissance, et le reste, dans le partage.
Véritable manuel de survie, ce livre vous aidera à exa-miner chaque aspect de la question sous un éclairage dif-férent en vous offrant des solutions adaptées à chaque cas. Je tiens cependant à ajouter avant que vous commenciez à lire qu’il n’existe aucune méthode, ni aucun manuel idéal pour éduquer vos enfants au sommeil.
D’ailleurs, à bien y rééchir, il faut admettre qu’il y a là un contresens à croire que l’on peut enseigner une activité aussi naturelle que dormir.
En outre, chaque parent est différent des autres, et chaque enfant aussi, et le lien précieux qui rapproche chaque enfant de sa mère et de son père participe d’abord de la notion d’instinct et d’intuition, sans oublier une grande dose de bon sens !
Le sommeil des enfants
1. Comment dorment les enfants ? e rythme de sommeil des enfants, et plus particu-lièrement des nourrissons, est très différent de ce-L lui des adultes. Du point de vue scientiïque, même s’il a, au cours de la gestation, des cycles de sommeil re-lativement réguliers, l’enfant doit, après la naissance, af-fronter de nouvelles habitudes et les régler en fonction de nouveaux critères.
Dans un premier temps, il lui faut surmonter le choc traumatique de l’accouchement et affronter un nouveau monde ; un monde de bruit, de lumière, de respiration, de faim, d’espace, de froid et de solitude qui lui est tota-lement inconnu. Dans un deuxième temps, il doit trouver son équilibre, ce qui demande des semaines et des mois puisque cela nécessite qu’il accomplisse sa croissance cé-rébrale et émotionnelle.
Tout cela explique que, pendant quelque temps, les cycles de sommeil de votre enfant risquent de demeurer imprévisibles. Mais pas de panique : en général, tout ï-nit par rentrer dans l’ordre de la manière la plus naturelle. L’alternance de sommeil et de veille du tout-petit dépend uniquement et exclusivement de ses besoins, et non pas de l’horloge. Au cours de cette première étape, l’idéal est
10
Le sommeil des enfants
simplement d’adapter du mieux que vous le pouvez vos rythmes aux siens, et non l’inverse.
Voici un résumé de ce qu’il est important de savoir pour comprendre un peu mieux comment « fonctionne » le sommeil des enfants. Le sommeil se décompose en plu-sieurs phases : l’endormissement, la phase de sommeil lent ou léger et celle de sommeil profond avec le sommeil paradoxal. En règle générale, les enfants mettent plus de temps que les adultes à s’endormir, c’est-à-dire qu’ils pas-sent plus lentement de l’état de veille à la phase de som-meil profond.
Dans la phase d’endormissement, dite de « préalable au sommeil », ou de somnolence, l’enfant bâille, ferme les yeux, commence à se détendre et à chercher la position la plus confortable pour dormir. Tous ces signes sont géné-ralement présents, et ils ïnissent par disparaître au bout d’une vingtaine de minutes, lorsque l’enfant plonge dans le sommeil lent. Toutefois, cette première phase est souvent la plus délicate, car l’enfant demeure sensible aux stimu-lations externes telles que le bruit, la lumière, les mouve-ments, mais aussi l’humeur.
Après avoir fermé les yeux, l’enfant traverse une autre phase relativement articulée qui dure entre une heure et une heure et demie. C’est le sommeil léger ou sommeil lent. Pour plus de commodité, nous décrirons cette phase comme celle au cours de laquelle le bébé est assoupi tout en restant sensible aux stimulations externes. Peu à peu, il passe à une phase plus calme de sommeil plus profond.
Cette phase de sommeil profond correspond au sommeil réparateur à proprement parler. C’est pendant ce sommeil
11
101 trucs et astuces pour endormir votre enfant
profond que sont produites les hormones de croissance et les divisions cellulaires.
Puis vient la phase de « sommeil paradoxal », qui se ca-ractérise par des mouvements oculaires rapides (d’où son nom anglais, REM pourrapid eye movement), une atonie musculaire, une respiration et un rythme cardiaque irré-guliers, une température corporelle déréglée. Au cours de cette phase, l’enfant n’est pas profondément endormi, et son activité cérébrale est extrêmement intense ; d’ailleurs, c’est là que surviennent les rêves. Elle dure une quinzaine de minutes et s’interrompt brusquement pour céder la place à une nouvelle phase de sommeil léger.
Si le dormeur se réveille (ou est réveillé) à ce moment-là, il risque de se montrer irrité et nerveux parce qu’il n’est pas pleinement reposé. Les études ont démontré que le sommeil paradoxal et le sommeil non paradoxal étaient gouvernés par deux zones différentes du cerveau, et que le sommeil paradoxal était particulièrement essentiel en ce qu’il est étroitement lié au développement cérébral. Les nourrissons afïchent en outre un pourcentage de sommeil paradoxal beaucoup plus élevé (près du double !) que les adultes. Ce n’est que vers deux ou trois ans que les enfants commencent à dormir de manière plus proche de celle des adultes.
Le passage du sommeil non paradoxal au sommeil pa-radoxal est plus délicat chez les enfants, et c’est souvent ce passage troublé qui entraîne les célèbres « réveils ». Il faut de la patience, mais, au moins chez les enfants, ces troubles sont parfaitement naturels. C’est une bonne nou-velle, non ? Au bout de trois ou quatre mois, vous remar-querez que la sensibilité de votre bébé aux sollicitations
12
Le sommeil des enfants
externes se modiïe et qu’il lui est plus facile de s’adapter spontanément à des cycles différents de sommeil.
Une bonne manière de favoriser cette adaptation est de respecter une certaine régularité en matière d’horaires, de donner à l’enfant des habitudes sans pour autant cher-cher à imposer un planning rigide. L’enfant se réglera plus ou moins tout seul, et si vous prenez la peine de tenir un journal de ses habitudes, vous serez surpris de voir qu’en l’espace de quelques mois, votre bébé aura acquis une « vi-sion du monde » plus personnelle. Certes, ses cycles ne correspondront pas forcément aux vôtres ou à ceux que vous souhaitiez imposer, notamment au début, mais vous ne pourrez plus dire que votre enfant ne dort pas. En fait, vous constaterez que votre enfant dort, même s’il ne dort pas quand il le devrait ou comme il le devrait. Mais qui a décidé de la manière que chacundoitdormir ? Vaste ques-tion ! La solution consiste à réviser votre point de vue : allez-vous apprendre à votre enfant comment et quand dormir ? Ne vaudrait-il pas mieux considérer cette étape comme un pas en avant dans la connaissance que vous avez de lui ? Au fond, le nouveau-né ne fait que répondre à l’un de ses instincts primaires que vous, en tant que pa-rent, tenez naturellement à satisfaire. La première étape consiste à repérer ses propres rythmes, quels qu’ils soient, et à les accompagner en douceur. Dans les pages suivantes, vous apprendrez comment accompagner l’insomnie de votre enfant. C’est la meilleure manière de la combattre.
Après en avoir appris les codes, vous essaierez alors de les rapprocher progressivement des vôtres.
Des compromis, encore des compromis, toujours des compromis.
13
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin