Le Populisme climatique

De
Publié par

Au fil de ses chroniques, de ses livres et de ses interviews, Claude Allègre ne cesse de relativiser le réchauffement climatique. Si l'éminent géologue rencontre un tel succès, c'est qu'il ne doit pas être loin de la vérité... Pourtant il n'y a aucune incertitude sérieuse, ni sur le fait que le climat terrestre se réchauffe, ni sur le fait que les activités humaines en sont les principales responsables. Comment le fossé s'est-il creusé en quelques années entre le monde scientifique, qui doute de moins en moins, et le public, qui doute de plus en plus, encouragé par le populisme de certains? Des chercheurs qui ont bataillé, dans les années 1980, aux côtés des cigarettiers reprennent du service sur le dossier climatique et appliquent les mêmes startégies que celles jadis mises en œuvre pour minimiser les risques du tabac ou de l'amiante. Dans les coulisses de cette bataille, on trouve pêle mêle l'ignorance, le mensonge et la manipulation. Nombre d'intellectuels, aveuglés par leur naïveté, sont séduits et deviennent à leur tour les porte-parole des climato-sceptiques. Mais les mouvements écologistes ont aussi leur part de responsabilité dans cette dérive, notamment par leurs recours à une médiatisation parfois outrancière. Le constat est glaçant : c'est tout un domaine d'étude dont la vérité est menacée de disparition. Au risque de démobiliser l'opinion et d'encourager l'inaction des politiques. La situation en France est très singulière. Deux éminents savants, Claude Allègre et Vincent Courtillot, en connivence avec d'influents think tanks, mènent croisade contre la science avec l'appui tacite ou non des institutions. Fruit d'une enquête minutieuse, Le populisme climatique dévoile leurs arguments, leurs réseaux et leurs agissements de ces dernières années et révèle un abandon de toute éthique scientifique.
Publié le : vendredi 13 avril 2012
Lecture(s) : 359
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782207107485
Nombre de pages : 317
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
STÉPHANE FOUCART
LE POPULISME CLIMATIQUE
Claude Allègre et Cie, enquête sur les ennemis de la science
Le Populisme climatique
Stéphane Foucart
Le Populisme climatique Claude Allègre et Cie, enquête sur les ennemis de la science
©Éditions Denoël, 2010.
« Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui lune et lautre nous dispensent de réfléchir. »
Henri POINCARÉ
Avertissement
Il y a certaines choses que lon ne trouvera pas dans ce livre. On ny trouvera pas de plaidoyer pour « économiser les ressources fossiles », pour « préserver le climat » ou « sauver la planète ».On ny trouvera pas dappel à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, au malthusianisme ou à la décroissance. Non que tout cela ne soita prioripas souhai-table. Mais un nombre désormais considérable de livres, de documentaires, de sites Web et dinitiatives diverses ont déjà donné lalarme pour épargner au lecteur une nouvelle leçon sur les limites de la biosphère et sur les périls quencourt lhumanité à les tutoyer. Les pages qui suivent sinquiètent plus des torts envers la vérité des faits que de ceux infligés à la nature. Lobjectif de ce livre est de porter un peu de lumière sur ce quil est convenu dappeler le climato-scepticisme, ses contours, ses motivations et surtout la manière dont ses tenants propagent le doute. Car cest principalement de cela quil sagit : toute cette affaire de changement climatique ne serait-elle finalement rien dautre quun vaste fantasme collectif alimenté par des chercheurs-idéologues avides de subventions ? Lhomme, entend-on dire de plus en plus
1
0
L E P O P U L I S M E C L I M AT I Q U E
fréquemment, ne serait pas responsable des changements dont les effets sont désormais mesurés avec de plus en plus de précision  en particulier par les satellites, les réseaux de sondes océanographiques et les stations météorologiques, lobservation des changements de comportement de la faune sauvage, etc. Ce doute persistant est le résultat de lune des plus vastes entreprises dintoxication de lopinion menées sur un sujet scientifique. Cette entreprise est autant couronnée de succès quelle est promise à un bel avenir. Ses effets, patents aux États-Unis depuis longtemps, commencent à se faire sen-tir en Europe et en France depuis environ deux ans. Dans lexercice généralement paisible de mon métier de chroniqueur scientifique, je nai jamais été confronté à une telle défiance, une telle pluie de courriers dinsultes, de menaces, de diffamations, que sur le dossier des sciences du climat. Cette violence inhabituelle ma incité à y regarder de plus près. La passion que suscite cette question  qui résume et circonscrit à elle seule les grandes interrogations actuel-les sur la place de lhomme dans la nature  rappelle la vio-lence des oppositions entre soutiens dIsraël et partisans des Palestiniens. Ou entre ceux qui défendent le droit des couples homosexuels à ladoption et les autres. Entre partisans de la reconduite aux frontières des « sans-papiers » et chantres de leur régularisation massive. Le changement climatique est devenu, en quelques mois, de ces sujets qui clivent profondé-ment, et radicalement, la société. La certitude  pour autant que lon puisse parler de certi-tude dès quil sagit de science  est pourtant que ces chan-gements sont déjà là. Quils sont de grande ampleur. Quils sont, pour leur plus grande part, le fait des activités humaines. Et quils sont à même, à lhorizon de la fin du siècle seule-ment, de modifier lhabitabilité de régions entières, avec tous les bouleversements sociaux, politiques et économiques quil est possible dimaginer. Faut-il régler les problèmes de laccès à leau, du chômage,
AV E RT I S S E M E N T
11
de la pauvreté et de la faim dans le monde, plutôt que se pré-occuper de lévolution du climat ? Faut-il léguer à ceux qui nous succéderont un monde le plus semblable possible à celui que nous avons connu ? Faut-il accepter que nous en modi-fiions radicalement la physionomie, quitte à tenter de faire en sorte que les générations futures aient les moyens daffronter ces changements ? Faut-il, en dautres termes, trouver et mettre en uvre de nouveaux modes de développement moins émetteurs de gaz à effet de serre et fondés sur dautres critères que la seule croissance économique ? Ou faut-il, au contraire,prendre acte? Et faire simplement ledes bouleversements en cours calcul que, vu linertie considérable du système climatique, il est déjà trop tard pour arrêter ce qui a été engagé avec la révolution industrielle dabord, la mondialisation de léco-nomie ensuite Dans cette optique, il faut alors faire le pari que seule une accélération rapide de lactivité économique sera à même de créer suffisamment de richesses et de sus-citer les investissements en recherche et développement qui permettront de découvrir et doptimiser des sources dénergie renouvelables. Cest un pari risqué. Ralentir devant le mur ? Accélérer pour espérer plus tard léviter ? Ce sont certes des questions à limportance cardi-nale, mais les pages qui suivent nont pas pour ambition de les trancher.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant