Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : ZIP - PDF

sans DRM

Biganos (33) 9 618 habitants Des leds pour remplacer les ampoules à vapeur de mercure

6 pages
Biganos (33) 9 618 habitants Des leds pour remplacer les ampoules à vapeur de mercuremercure En 2015, la fabrication des ampoules à vapeur de mercure que Biganos utilise pour son éclairage public sera interrompue. « Le syndicat d’électricité auquel nous avons délégué la maintenance en 2008 nous a alerté. Nous avons décidé de changer les ampoules avant d’être au pied du mur : la commune dépense 100 000 € annuels d’électricité et l’éclairage public est notre premier poste », déclare Patrick Belliard, premier adjoint. Selon l’Ademe et l’Association française de l’éclairage, en 2010, 30 % des éclairages publics fonctionnaient avec des ampoules à vapeur de mercure ou des ballons fluorescents, polluants et énergivores. Montage des dossiers La maîtrise d’œuvre du chantier est confiée au syndicat départemental d’énergie électrique de la Gironde (SDEEG), moyennant une commission de 7 %. « En amont, nous conseillons et proposons un prêt à taux zéro, montons les dossiers de subvention auprès du conseil régional et nous faisons même l’avance de la TVA pour la commune », détaille le directeur général du SDEEG, Stéphane Oulié. Le technicien en charge du projet de Biganos, Philippe Faure, raconte : « Le maire de cette petite commune, soucieux du développement durable, voulait des lampes à led (light-emitting diode). Elles sont près de 25 % plus chères.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Biganos (33) 9 618 habitants Des leds pour remplacer les ampoules à vapeur de mercure

En 2015, la fabrication des ampoules à vapeur de mercure que Biganos utilise pour son éclairage public sera interrompue. « Le syndicat d’électricité auquel nous avons délégué la maintenance en 2008 nous a alerté. Nous avons décidé de changer les ampoules avant d’être au pied du mur : la commune dépense 100 000 € annuels d’électricité et l’éclairage public est notre premier poste », déclare Patrick Belliard, premier adjoint. Selon l’Ademe et l’Association française de l’éclairage, en 2010, 30 % des éclairages publics fonctionnaient avec des ampoules à vapeur de mercure ou des ballons fluorescents, polluants et énergivores.


Montage des dossiers