Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Voies multiples de la didactique du français

De
246 pages
Comment s’est constituée la didactique du français comme discipline à caractère scientifique ? Quels sont ses fondements épistémologiques et méthodologiques ? La didactique du français langue première, la didactique du français langue seconde et la didactique du français langue étrangère forment-elles une seule et même didactique ? Quel est le rôle du didacticien d’une langue ? Y a-t-il autant de didactiques que d’objets d’enseignement : la lecture, l’écriture, la communication orale, la grammaire, le lexique, etc. ?
À ces questions, et à bien d’autres encore, trois didacticiens du français, Suzanne-G. Chartrand (Université Laval), Jean-Louis Chiss (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et Claude Germain (Université du Québec à Montréal), ont accepté d’apporter leurs réponses accompagnées parfois de nouvelles interrogations. Parlant de leurs travaux, ils nous offrent leur vision de la discipline, fruit d’un long et riche cheminement. Leurs réponses se rejoignent sous certains angles, divergent sous d’autres, traçant ainsi les diverses voies de la didactique du français.
Deux autres didacticiens du français participent à la réflexion, Gladys Jean et Bernard Schneuwly ; ils nous disent, la première en introduction et le second en conclusion, ce qu’ils retiennent de ces trois voix.
Adoptant la forme dynamique de l’entretien, l’ouvrage Voies multiples de la didactique du français invite le lecteur à prendre part au dialogue en découvrant de multiples voies, à les emprunter, à les prolonger, à s’en écarter, à s’en inspirer pour trouver la sienne ou à en ouvrir de nouvelles.
Voir plus Voir moins

 

 

Presses de l’Université du Québec
Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2

Téléphone : 418 657-4399

Télécopieur : 418 657-2096

Courriel : puq@puq.ca

Internet : www.puq.ca

 

Cet ouvrage a bénéficié de l’aide financière de la Faculté des communications de l’Université du Québec à Montréal.

 

Révision
Edith Sans Cartier

Correction d’épreuves
Marie-Noëlle Germain

Conception graphique
Richard Hodgson

Image de couverture
iStock

Mise en pages et adaptation numérique
Studio C1C4

 

ISBN 978-2-7605-4451-2

ISBN PDF 978-2-7605-4452-9

ISBN EPUB 978-2-7605-4453-6

 

Dépôt légal : 3e trimestre 2016
  Bibliothèque et Archives nationales du Québec
 Bibliothèque et Archives Canada
 
© 
2016 – Presses de l’Université du Québec
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés

 

Des entretiens mènent plus loin que des monographies, ils sont l’expression d’un processus créatif. Portés par l’intelligence intuitive du mot parlé, ils n’ont pas la rigidité universitaire. Dans le meilleur des cas, ils révèlent le secret intérieur d’un grand artiste ou penseur, ils ont aussi un caractère spontané, procèdent par association d’idées, pénètrent dans les recoins de la pensée, comme un prisme, comme une loupe.

— C. Von Barloewen,
Le livre des savoirs, Paris, Grasset, 2007, p. 18

AVANT-PROPOS

Djaouida Hamdani Kadri

Cet ouvrage adoptant le genre de l’entretien s’adresse d’abord aux étudiants en didactique du français ainsi qu’aux enseignants de français – langue première, langue seconde ou langue étrangère – qui doivent faire face à la réalité complexe de la classe de français. Il s’adresse aussi à celles et ceux qui, passionnés par l’enseignement et l’apprentissage des langues – du français en particulier –, voient un grand intérêt à (se) poser des questions sur la didactique du français et sont curieux des réponses et des interrogations apportées par des didacticiens dont la richesse du parcours, la profondeur de la réflexion et l’apport à la discipline ont incontestablement tracé des voies.

Trois didacticiens du français – Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain – ont aimablement accepté de répondre à nos questions, organisées en différents volets : parcours et formation, didactique des langues, didactique de la grammaire, didactique de l’écrit, littératie, épistémologie, et d’autres encore. Ces volets se recoupent en grande partie à travers les trois entretiens, mais diffèrent aussi parfois, puisqu’ils ont été déterminés par le cheminement particulier de chacun des chercheurs, ses travaux, ses champs d’intérêt et de recherche.

Deux autres didacticiens du français, Gladys Jean en introduction et Bernard Schneuwly en conclusion, participent à la réflexion et nous disent comment ils ont entendu ces trois voix.

De nombreuses notes de bas de page et des renvois bibliographiques accompagnent les textes, ouvrant des pistes de lecture et de réflexion, apportant des éclaircissements et parfois même comportant des anecdotes. Nous avons hésité à les ajouter de crainte qu’ils ne viennent briser la dynamique spécifique de la lecture, mais le lecteur aura la liberté de les consulter au fil des pages ou d’y revenir après.

Un des grands intérêts de l’entretien, comme l’écrit L. Wacquant, est qu’il « arrache l’auteur à sa position d’autorité et le lecteur à sa position de passivité […] en leur donnant les moyens d’une communication libérée de la censure inscrite dans les formes conventionnelles de l’échange scientifique1 ». Ainsi, si cet ouvrage stimule la curiosité des nouveaux venus dans le champ de la didactique du français et leur insuffle le désir de poursuivre la réflexion, s’il apporte des éléments de réponse aux enseignants et des pistes à explorer dans leur pratique, s’il permet de nourrir ou de relancer le débat avec des didacticiens du français chevronnés et si, de plus, le texte de ces entretiens se « lit dans le [même] plaisir2 » – selon le mot de Barthes – que celui que nous avons eu à les mener et à les transcrire, alors nous aurons pleinement atteint nos objectifs.

Nous espérons avoir été à la hauteur de l’immense privilège qui nous a été donné d’échanger avec ces chercheurs en didactique. Ces entretiens ont été une source de rencontres dans tous les sens du terme. Nous exprimons notre plus profonde gratitude à Suzanne-G. Chartrand, à Jean-Louis Chiss et à Claude Germain, qui nous ont accordé leur confiance et leur temps, et ont accepté dès la première heure d’être de ce projet. Nous remercions chaleureusement Gladys Jean et Bernard Schneuwly qui, sans hésitation, ont répondu à notre demande et ont enrichi par leur contribution cette réflexion sur la didactique du français.

 

INTRODUCTION

Gladys Jean

Université du Québec à Montréal

Bien que le pédagogue et grammairien tchèque Comenius (1592-1670) soit en quelque sorte considéré comme le père de la didactique des langues et, surtout, de la didactique de la grammaire3, la didactique – celle du français dans le cas qui nous intéresse – est toujours vue comme une « science » très jeune qui est en train de se définir, de trouver ses ancrages, de se frayer un chemin dans la brousse des sciences humaines et plus précisément des sciences de l’éducation. Et il y a des défricheurs, des bâtisseurs qui œuvrent à son développement et à celui de ses sous-disciplines, comme la didactique de l’oral, de l’écriture, de la lecture, de la grammaire. Dans le présent ouvrage, constitué d’entretiens avec des chercheurs et des auteurs de renom, nous découvrons le parcours, les questionnements, les préoccupations, la vision, les découvertes de ces bâtisseurs qui ont pavé la voie de cette didactique.

Quelle belle idée novatrice que ce recueil d’entretiens avec Suzanne-G. Chartrand, Jean-Louis Chiss et Claude Germain, des didacticiens qui ont marqué la didactique du français dans les dernières décennies. À travers les réponses qu’ils offrent aux questions judicieusement choisies des intervieweurs, nous apprenons à les connaitre ; nous découvrons comment nait un didacticien et, ce faisant, ce qu’est réellement la didactique du français. Nous découvrons des parcours certes différents, mais aussi similaires sur de nombreux points. Comme on peut certainement s’y attendre, à l’époque où ils ont pensé leurs choix de carrière, ces spécialistes ne se sont pas dit qu’ils voulaient devenir didacticiens, car personne vraiment à cette époque ne se disait didacticien ou didacticienne. Leurs réflexions sur l’enseignement du français ont plutôt été nourries de l’anthropologie, de la linguistique, de la linguistique appliquée, de l’épistémologie, entre autres. Ce qui les unit avant tout, c’est le fait qu’ils se sont intéressés à faire mieux apprendre le français à partir, notamment, de leur propre expérience d’enseignant de français langue première ou seconde. Leur esprit scientifique et critique les a poussés à étudier au microscope cette discipline tentaculaire qu’est la didactique. La didactique n’est pas toujours facile à cerner ; le profane et même les gens du milieu de l’enseignement peinent souvent à la définir. Les propos de Chartrand, Chiss et Germain nous aident à y voir plus clair, à comprendre les problématiques de l’enseignement des langues qui l’ont fait naitre. La didactique est-elle une discipline ? Est-ce une science ? Quelles sont les théories de référence ? D’où vient-elle ? Où va-t-elle ? Survivra-t-elle ?

Les champs d’étude de la didactique sont variés. Nous avons ici des chercheurs qui ont touché, entre autres, à la didactique de la lecture, de l’écriture, de l’oral, de la grammaire. Ils ne se sont pas tous posé les mêmes questions, et ils apportent donc des réflexions qui tantôt se recoupent, tantôt paraissent divergentes, mais qui sont toutes des plus éclairantes, et toujours avec cette touche d’humanité qui ne peut pas se retrouver dans un article scientifique portant sur les mêmes objets. L’entretien a ceci de particulier que les propos s’adressent directement à un lecteur/locuteur (l’intervieweur) qui peut réagir sans détour, et ainsi interagir avec le texte. C’est un peu comme lire un article et recevoir immédiatement des réponses aux questions et notes que l’on met en marge du texte.

Bien des questions font l’objet de débats en didactique du français langue première, seconde ou étrangère. Chartrand, une didacticienne de la grammaire et de l’écriture du français langue première, fervente défenseure d’un renouveau profond de l’enseignement du français et tout particulièrement de sa grammaire, ébranle nos convictions et remet systématiquement la grammaire à sa place. En faire, oui, mais « le moins possible », et surtout de la bonne manière et avec discernement. Sa grande interrogation : Comment bien didactiser ? Et de cette grande question découlent les suivantes : quelles notions doit-on enseigner ? Quel savoir scientifique peut-on transformer, et comment ? Que peut-on rénover dans l’enseignement de la grammaire sans perdre tout le monde ? L’entretien avec cette chercheure, qu’il concerne la grammaire, l’écriture, les genres, l’argumentation, la recherche en didactique du français ou la définition même de la didactique, nous amène à remettre en cause nos façons de penser et à nous poser encore plus de questions, ce qui, indubitablement, ne peut qu’aider la didactique comme science.

Chiss, qui a réfléchi tout particulièrement à l’enseignement du français comme langue seconde et étrangère, débat pour sa part des choix qui doivent être faits par l’enseignant, des simplifications qu’il faut apporter, car tout n’est pas enseignable, selon lui. Il se demande comment on peut se prononcer sur l’interface possible entre les connaissances déclaratives et les connaissances procédurales si on ne définit pas au préalable ces deux types de connaissances. (L’énonciation d’une règle est-elle le seul type possible de connaissance déclarative, par exemple ?) Il se pose des questions sur ce qui distingue vraiment l’approche actionnelle des approches et méthodes passées. Il pose un œil critique sur le renouveau de la grammaire pédagogique et des pratiques qui l’accompagnent. Finalement, il ouvre de nouvelles perspectives en discutant de contextualisation et de didactique intégrée.

Enfin, Germain, avant tout un didacticien du français langue seconde et étrangère, a réfléchi de longues années sur la scientificité de la didactique et touché à presque tous les domaines de la didactique du français. Il s’est ensuite lancé avec passion et conviction dans l’expérimentation d’une approche dite « neurolinguistique », issue de l’étude de données d’imagerie cérébrale. Comment arriver à utiliser le français sans penser ou se référer aux règles de grammaire ? Comment communiquer de façon précise et fluide ? Quand les savoirs et les habiletés interviennent-ils ? Les connaissances déclaratives peuvent-elles se transformer en connaissances procédurales ? Quel est le rôle de la grammaire « interne » et de la grammaire « externe » ? Autant de questions que les chercheurs des dernières décennies ont abordées dans leurs écrits, et dont Claude Germain débat ici avec éloquence et rigueur.

Si la recherche en didactique du français ne se porte plus tellement bien, comme le dit Suzanne-G. Chartrand, parce qu’elle s’éparpille trop, l’effort de sauvetage fait par elle, Jean-Louis Chiss et Claude Germain arrivera peut-être à rénover réellement l’enseignement des langues après « 5 000 ans d’histoire4 ».

Bref, le va-et-vient conversationnel de ce livre animé de questions savamment préparées et posées et de réponses tout aussi savamment argumentées est passionnant à lire. Il permet de mieux connaitre trois spécialistes, mais également de retourner un peu en arrière pour se rappeler les théories et les auteurs qui ont eux aussi marqué à leur façon la didactique des langues, et plus précisément la didactique du français langue première, seconde ou étrangère.

 

L’enfant apprend à l’école, et en particulier grâce au langage écrit et à la grammaire, à prendre conscience de ce qu’il fait et, par conséquent, à utiliser volontairement ses propres savoir-faire. […] Ainsi la grammaire aussi bien que l’écriture donnent à l’enfant la possibilité d’accéder à un niveau supérieur dans le développement de son langage.

— L. Vygotski,
Pensée et langage, Paris, La Dispute, 1997, p. 355

ENTRETIEN AVEC
SUZANNE-G. CHARTRAND

Réalisé par
Djaouida Hamdani Kadri et Lahcen Elghazi

Montréal, mai 2015

VOLET PARCOURS ET FORMATION

Suzanne, tu es une didacticienne du français présentée et reconnue comme une spécialiste de l’enseignement de la grammaire et de l’argumentation. Pour commencer cet entretien, pourrais-tu nous faire le récit de ton parcours universitaire et professionnel, de ce qui t’a menée à te spécialiser dans l’enseignement de la grammaire et de l’écriture, principalement ?

« Reconnue », il faudrait mettre un ou deux bémols… Par qui ? Les autorités du ministère de l’Éducation ? Mes collègues didacticiens du français ? Une partie du corps enseignant québécois ?

Il faut le dire tout de suite : j’ai un parcours très peu classique. Je n’oserais pas dire que c’est un hasard si je me suis intéressée à la didactique du français, mais disons que ça n’a pas été un choix longuement muri. À l’adolescence, je voulais faire de la philosophie. En fait, je dirais que je suis venue à la didactique par la force des choses, parce que dans les années 1980 j’ai enseigné le français à Montréal dans différentes écoles secondaires publiques. J’avais d’ailleurs commencé à enseigner non pas le français, mais la géographie, en 1967, au début de ce qui a été la première grande réforme de l’éducation au Québec, avec l’ouverture sur tout le territoire d’immenses écoles accueillant de 1 000 à 2 000 élèves, qu’on appelait des polyvalentes. J’ai été du nombre des très jeunes enseignantes et enseignants (dans la vingtaine) qui se sont retrouvés du jour au lendemain avec des enseignants venus de partout dans le monde pour scolariser les enfants québécois âgés de douze à seize ans. Si j’ai enseigné dans les années 1960, c’était essentiellement pour gagner ma vie, pour être franche, mais j’ai adoré ça. Je me disais tout de même que ce que je voulais faire dans la vie, ce n’était pas enseigner la géographie ; donc, après quelques années d’enseignement, je suis allée à l’université et, plutôt que de la philo, j’ai fait un baccalauréat en anthropologie, discipline des sciences humaines et sociales qui cristallisait alors mes préoccupations sociales et intellectuelles. Puis, je me suis lancée dans l’action militante, syndicale et politique et, dès 1972, dans des activités de solidarité internationale avec l’Amérique latine. J’y ai travaillé pendant près de dix ans.

Tu étais donc totalement en dehors du milieu scolaire et de la didactique du français.

Oui, totalement. Durant ces années-là, j’étais engagée dans un travail militant. Quand je parle d’un travail militant, cela veut dire faire de la formation dans les réseaux syndicaux et populaires qui existaient dans les années 1970. J’ai fait de l’éducation populaire dans le milieu syndical, dans des organismes de femmes assistées sociales, dans le milieu des garderies, dans des troupes de théâtre populaire, dans les organisations communautaires de quartier. Mais principalement, pendant huit ans, j’ai travaillé dans un groupe qui diffusait dans ces réseaux de l’information sur les réalités de l’Amérique latine, surtout à la suite des coups d’État au Chili, en Argentine et en Uruguay. Ce travail d’éducation populaire à la solidarité avec la résistance de peuples d’Amérique du Sud contre les dictatures et l’impérialisme américain m’a appris beaucoup sur la pédagogie et sur le métier de formatrice d’adultes. J’étais généralement plus jeune que celles et ceux que je « formais ». On produisait aussi des documents très simples sur des thèmes comme : « Comment diriger une assemblée ? », « Que veut dire être délégué syndical dans une instance syndicale ? », « Quel est le rôle des multinationales canadiennes en Amérique latine ? », « La lutte des femmes au Québec », etc. Des éléments de base qui m’ont appris ce qui est si important dans notre métier : tâcher d’être claire, accessible pour les participants aux formations que je donnais. Dans un sens, ça n’a rien à voir avec la didactique, mais, dans un autre, c’est un extraordinaire terreau pour apprendre le travail d’enseignement, de formation d’adultes ; tenter de se faire comprendre par son auditoire, de comprendre son public, de percevoir quelles sont ses attentes, et ensuite essayer d’être utile à des gens qui sont souvent très loin de notre culture lettrée.

Après cette dizaine d’années, il y a eu toutes sortes d’évènements politiques au Québec qui ont fait que j’ai voulu rompre avec ce milieu militant. Mais il fallait que je gagne ma vie. Je me suis donc interrogée : « Qu’est-ce que tu sais faire ? Qu’est-ce que tu veux faire ? Et surtout, qu’est-ce que tu peux faire ? » Alors, je suis retournée à l’enseignement secondaire. J’ai été embauchée comme suppléante et cette situation a duré plusieurs années. J’ai pu enseigner le français, à peu près à temps plein, dans différents milieux : des milieux semi-ruraux, des milieux petits-bourgeois, et dans Côte-des-Neiges, le milieu le plus cosmopolite de Montréal et celui que j’ai le plus aimé, celui qui m’a le plus appris aussi.