Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Wallonie revue, Wallonie rêvée

De
145 pages
Découvrez un nouveau numéro en version numérique de la revue littéraire belge Marginales

Pourquoi "revue", pourquoi "rêvée" ? La Wallonie exista longtemps par ses revues, qui lui donnèrent, en fin de compte, son nom. Elle fut longtemps l'emblème d'un quotidien, dont le titre battait comme un étendard, et qui ensuite a cessé de paraître, la privant de cette affirmation journalière, de cette désignation récurrente de la "prière du matin de l'homme moderne", pour reprendre l'expression de Mallarmé. La Wallonie, aussi, se définit longtemps comme un rêve. Paul Caso, chroniqueur inlassable d'un art wallon, et dont l'amitié m'éclaira sur la question, aimait à rappeler que lorsque Louis Delattre publie en 1929 Le pays wallon, il place en exergue à son livre une phrase de Taine, qui dit : "Là, vivent des gens pleins d'étranges rêves". La Wallonie, une usine à rêves plutôt qu'à penser des choses tristes ? C'est l'une des prémisses de ce rassemblement de textes, inattendu peut-être, anachronique aux yeux de certains, et dont l'idée s'est irrésistiblement imposée pourtant.

La Wallonie, on le verra, n'a pas vraiment le moral. À une époque où on demande à tout un chacun d'être performant, confiant dans son avenir, de s'affirmer conquérant, de s'autoproclamer triomphant, elle n'épouse pas l'humeur du temps. Elle est trop blessée, trop lucide aussi pour cela. Elle a su très tôt, peut-être pour y avoir trop cru, que les lendemains ne chantaient pas nécessairement. Elle a anticipé en quelque sorte l'effondrement des idéologies, et développé son esprit critique et sa propension à la dérision plutôt que ses réserves d'enthousiasme. Elle était dans les cordes, subissait les revers économiques qui mirent à mal sa prospérité passée, et puisa dans cette épreuve la confirmation que, décidément, rien n'est acquis à l'homme. Il y a un fond de scepticisme wallon qui est la rançon de la clairvoyance, et du refus d'être dupe.

Des poèmes et nouvelles inspirés par la thématique de la Wallonie avec des écrivains comme Claude Javeau, Emmanuèle Sandron ou encore Daniel Simon.

À PROPOS DE LA REVUE

Marginales est une revue belge fondée en 1945 par Albert Ayguesparse, un grand de la littérature belge, poète du réalisme social, romancier (citons notamment Simon-la-Bonté paru en 1965 chez Calmann-Lévy), écrivain engagé entre les deux guerres (proche notamment de Charles Plisnier), fondateur du Front de littérature de gauche (1934-1935). Comment douter, avec un tel fondateur, que Marginales se soit dès l’origine affirmé comme la voix de la littérature belge dans le concert social, la parole d’un esprit collectif qui est le fondement de toute revue littéraire, et particulièrement celle-ci, ce qui l’a conduite à s’ouvrir à des courants très divers et à donner aux auteurs belges la tribune qui leur manquait.
Marginales, c’est d’abord 229 numéros jusqu’à son arrêt en 1991. C’est ensuite sept ans d’interruption et puis la renaissance en 1998 avec le n°230, sorti en pleine affaire Dutroux, dont l’évasion manquée avait bouleversé la Belgique et fourni son premier thème à la revue nouvelle formule. Marginales reprit ainsi son chemin par une publication régulière de 4 numéros par an.

LES AUTEURS

Jacques De Decker, Yves Wellens, Gaston Compère, Roger Foulon, Richard Miller, Jean Louvet, René Hénoumont, Claude Godet, Daniel Simon, Michel Torrekens, Antoine Tshitungu Kongolo, Emmanuèle Sandron, Éric Brogniet, Françoise Lison-Leroy, Claude Javeau, Françoise Houdart, Liliane Schraûwen, Luc Dellisse, William Cliff, Jean-Pierre Dopagne, Monique Thomassettie, Anne-Marie La Fère, Marc Quaghebeur, Nicolas Ancion, Thomas Owen, Véronique Bergen, Charles Bertin, Gérard Adam et André Schmitz.
Voir plus Voir moins
Découvrez un nouveau numéro en version numérique de la revue littéraire belge Marginales

Pourquoi "revue", pourquoi "rêvée" ? La Wallonie exista longtemps par ses revues, qui lui donnèrent, en fin de compte, son nom. Elle fut longtemps l'emblème d'un quotidien, dont le titre battait comme un étendard, et qui ensuite a cessé de paraître, la privant de cette affirmation journalière, de cette désignation récurrente de la "prière du matin de l'homme moderne", pour reprendre l'expression de Mallarmé. La Wallonie, aussi, se définit longtemps comme un rêve. Paul Caso, chroniqueur inlassable d'un art wallon, et dont l'amitié m'éclaira sur la question, aimait à rappeler que lorsque Louis Delattre publie en 1929 Le pays wallon
, il place en exergue à son livre une phrase de Taine, qui dit : "Là, vivent des gens pleins d'étranges rêves". La Wallonie, une usine à rêves plutôt qu'à penser des choses tristes ? C'est l'une des prémisses de ce rassemblement de textes, inattendu peut-être, anachronique aux yeux de certains, et dont l'idée s'est irrésistiblement imposée pourtant.

La Wallonie, on le verra, n'a pas vraiment le moral. À une époque où on demande à tout un chacun d'être performant, confiant dans son avenir, de s'affirmer conquérant, de s'autoproclamer triomphant, elle n'épouse pas l'humeur du temps. Elle est trop blessée, trop lucide aussi pour cela. Elle a su très tôt, peut-être pour y avoir trop cru, que les lendemains ne chantaient pas nécessairement. Elle a anticipé en quelque sorte l'effondrement des idéologies, et développé son esprit critique et sa propension à la dérision plutôt que ses réserves d'enthousiasme. Elle était dans les cordes, subissait les revers économiques qui mirent à mal sa prospérité passée, et puisa dans cette épreuve la confirmation que, décidément, rien n'est acquis à l'homme. Il y a un fond de scepticisme wallon qui est la rançon de la clairvoyance, et du refus d'être dupe.


Des poèmes et nouvelles inspirés par la thématique de la Wallonie avec des écrivains comme Claude Javeau, Emmanuèle Sandron ou encore Daniel Simon.

À PROPOS DE LA REVUE

Marginales est une revue belge fondée en 1945 par Albert Ayguesparse, un grand de la littérature belge, poète du réalisme social, romancier (citons notamment Simon-la-Bonté
paru en 1965 chez Calmann-Lévy), écrivain engagé entre les deux guerres (proche notamment de Charles Plisnier), fondateur du Front de littérature de gauche (1934-1935). Comment douter, avec un tel fondateur, que Marginales se soit dès l’origine affirmé comme la voix de la littérature belge dans le concert social, la parole d’un esprit collectif qui est le fondement de toute revue littéraire, et particulièrement celle-ci, ce qui l’a conduite à s’ouvrir à des courants très divers et à donner aux auteurs belges la tribune qui leur manquait.
Marginales
, c’est d’abord 229 numéros jusqu’à son arrêt en 1991. C’est ensuite sept ans d’interruption et puis la renaissance en 1998 avec le n°230, sorti en pleine affaire Dutroux, dont l’évasion manquée avait bouleversé la Belgique et fourni son premier thème à la revue nouvelle formule. Marginales reprit ainsi son chemin par une publication régulière de 4 numéros par an.

LES AUTEURS

Jacques De Decker, Yves Wellens, Gaston Compère, Roger Foulon, Richard Miller, Jean Louvet, René Hénoumont, Claude Godet, Daniel Simon, Michel Torrekens, Antoine Tshitungu Kongolo, Emmanuèle Sandron, Éric Brogniet, Françoise Lison-Leroy, Claude Javeau, Françoise Houdart, Liliane Schraûwen, Luc Dellisse, William Cliff, Jean-Pierre Dopagne, Monique Thomassettie, Anne-Marie La Fère, Marc Quaghebeur, Nicolas Ancion, Thomas Owen, Véronique Bergen, Charles Bertin, Gérard Adam et André Schmitz.