Jeunes et stagiaires : une ambition à travailler !

De
Publié par

Un article intéressant évoquant le cursus, les stages et apprentissages des étudiants en comptabilité destinés à devenir experts comptables. "Nous sommes tous persuadés que les jeunes sont l’avenir de la profession. Cette évidence, cette lapalissade pourrait-on dire, nous est renvoyée chaque jour lorsque nous sommes confrontés à des problèmes de recrutement et que nous faisons le triste constat que l’attrait de notre profession est remis en question lorsqu’il s’agit de recruter des compétences de tout niveau pour nos cabinets. Où est donc le problème ? Nos métiers sont ouverts et passionnants mais ils véhiculent une image négative. Les sirènes de la banque, de l’assurance ou du conseil motivent plus les étudiants que, pour une part, nous formons.
Les bancs des formations comptables sont peu à peu désertés au
profit d’autres formations moins exigeantes ou jouissant d’un prestige que nous envions. Sur toutes ces problématiques, nous avons souhaité interroger des écoles franciliennes. Elles nous ont fait part de leurs réflexions. Entre contenu des formations et contenu des stages, de vastes chantiers s’ouvrent à la profession et pour lesquels nous devrons trouver des réponses, à la fois collectives et individuelles."
Publié le : mercredi 31 août 2011
Lecture(s) : 295
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu N°18 Jeunes et stagiaires : une ambition à travailler !
Cahier Pratique
Unequestion d’image ! Nous sommes tous persuadés que les jeunes sont l’avenir de la profession. Cette évidence, cette lapalissade pourrait-on dire, nous est renvoyée chaque jour lorsque nous sommes confrontés à des problèmes de recrutement et que nous faisons le triste constat que l’attrait de notre profession est remis en question lorsqu’il s’agit de recruter des compétences de tout niveau pour nos cabinets. Où est donc le problème ? Nos métiers sont ouverts et passionnants mais ils véhiculent une image négative. Les sirènes de la banque, de l’assurance ou du conseil motivent plus les étudiants que, pour une part, nous formons. Les bancs des formations comptables sont peu à peu désertés au profit d’autres formations moins exigeantes ou jouissant d’un prestige que nous envions. Sur toutes ces problématiques, nous avons souhaité interroger des écoles franciliennes. Elles nous ont fait part de leurs réflexions. Entre contenu des formations et contenu des stages, de vastes chantiers s’ouvrent à la profession et pour lesquels nous devrons trouver des réponses, à la fois collectives et individuelles. Et pour une fois, si nous demandions aux directeurs d’écoles de formation ce qu’ils pensent de nous ? André-Paul Bahuon, Président
Somm a i re
1
2
3
4
Le comptable : un pivot des organisations !
Nouveau cursus : passage du stage « emploi » aux stages « découverte »
Profession comptable et compétences opérationnelles
La nouvelle génération d’experts
1 Le comptable : un pivot des organisations !
Il est frappantde constater à quel point le métier de comptable a changé.
Il y a une trentaine d’années,le comptable était occupé à saisir les factures, faire les rapprochements bancaires, passer les écritures… et classer les livres de comptes méticuleusement dans un bureau, au fond du couloir, et quelquefois au sous-sol.
Aujourd’hui,il trône dans le bureau juste à côté de celui du directeur général, affairé à répondre aux sollici-tations de ses collègues et des partenaires extérieurs.
Il est au cœur du management,l’interface entre le directeur des ressources humaines, le contrôleur de ges-tion, le service communication, le service informatique,… Sa fonction lui permet de discuter avec chacun d’eux, dans son propre jargon.
Il est la personne la plus crédiblepour les parties prenantes extérieures à l’entreprise. Ses compétences lui permettent d’entendre et de rassurer les actionnaires, les banquiers, l’administration fiscale et les organismes sociaux… et même les ONG soucieuses de développement durable. Le comptable a changé, mais son image reste sévère, poussiéreuse et un tantinet ringarde, même (surtout ?) lorsqu’il est expert !
Ce cahier pratique N°18 « Jeunes et stagiaires : une ambition à travailler ! » est un supplément du Francilien N°62 / Été 2008
uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
1 Le comptable : un pivot des organisations !(suite)
Cette imagepourrait être rafraîchie et amendée à deux conditions :
La premièreest l’amélioration du recrutement le plus en amont possible. En continuant à attirer, dans les écoles et les centres de formation, les publics des voies professionnelles, et en ouvrant largement le recrutement aux élèves issus des voies générales (lycées, universités et grandes écoles).
Cette démarche peut se faire en offrant aux apprentis et étudiants la possi-bilité de préparer simultanément les diplômes de l’expertise comptable et les diplômes universitaires - licences et masters - en partenariat avec plu-sieurs universités franciliennes. Cette formation« bi-diplômante »permet une double certification, un apport de compétences complémentaires dont peuvent se féliciter les nouveaux diplômés et leurs employeurs, entreprises et cabinets d’expertise comptable.
La deuxièmecondition est l’intensification des efforts déployés par les professionnels des métiers de la comptabilité en matière de pédagogie et de communication :
!en allant à la rencontre des jeunes dans les écoles et les centres de formation, pour leur donner l’envie et le goût du métier ; !en accompagnant avec attention et bienveillance, dans le cadre d’un tutorat gagnant, ceux qui ont choisi la voie de l’apprentissage dans les cabinets d’expertise comptable.
Nous savons tous que les professionnels des métiers du chiffre n’ont q peu de temps à consacrer aux apprentis, tant ils sont sollicités p diverses tâches qu’ils ont à accomplir – et le client bien sûr est au ce leurs préoccupations. Pourtant, et malgré tout cela, nous sommes per qu’ils peuvent œuvrer encore plus en direction de la formation des professionnels de la comptabilité.
Si ces deux conditionssont remplies, alors le com pourra enfin avoir une image auprès du grand public qui corre au poste qu’il occupe réellement au sein des organisa empreinte de valeurs et de qualités professionnelles valorisé respectées de tous :un poste-clé, un pivot.
Christine Gourret-Kessler Directrice pédagogique ACE
Nouveau cursus : passage du stage « emploi » aux stages « découverte »
2
Aujourd’huiet selon l’APEC, moins de 5 % des formations n’ont pas inscrit de stage dans leur cursus. Auparavant, souvent, un seul stage était au programme des écoles, il est maintenant fréquent d’en trouver deux, voire quatre ou cinq selon les diplômes choisis. Leur généralisation et l’augmentation de leur nombre dans les parcours devraient conduire à un enrichissement des missions confiées.
L’impact positif du stage sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés n’est plus à démontrer. Mais sous quelles conditions stagiaires et cabinets d’expertise en tirent-ils autant de bénéfices l’un que l’autre ?
Le nouveau cursusde l’expertise comptable a profondément modifié la prise de contact avec le monde des cabinets puisque, contrairement aux modalités précédentes, des stages ont lieu tout au long du parcours et non pas en fin de cycle comme c’était le cas dans l’ancien cursus. Le stage était alors considéré comme un tremplin vers l’emploi en tant qu’expert-comptable stagiaire.
La profession a besoin de séduire les jeunes qui préfèrent souvent la voie de l’entreprise, de la banque, du contrôle de gestion et de la finance aux métiers de l’expertise comptable. Le recours aux stagiaires doit permettre de faire découvrir une profession, de préparer le terrain pour le recrutement de futurs professionnels, de valoriser une image et une réputation qui seront bénéfiques à l’ensemble de la profession.
Or, les étudiants se plaignent souvent de la pauvreté des tâches à accomplir et du manque d’encadrement. Il y a souvent un décalage important entre les ience professionnelle luées par le cabinet.
Ce cahier pratique N°18 « Jeunes et stagiaires : une ambition à travailler ! » est un supplément du Francilien N°62 / Été 2008
u
u
uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
En fait,la frustration vient souvent de l’écart qui existe entreOr, l’approche compétenceest relativement neuve, dans les difficultés techniques rencontrées au cours de la scolarité et ce, dès leun secteur à dominante technique forte, où l’accès à la profession s’effectue début du cursus (comptabilité, droit des contrats, fiscalité,…) et leur mise enpar voie d’examens, eux-mêmes davantage destinés à évaluer des savoirs pratique. L’apprentissage du métier commence souvent par de la saisie, du(enjeux de connaissances) que des savoir-faire (enjeux de compétence). pointage de comptes et des classements… Ce sont des phases d’apprentissage essentielles du métier, mais, si les étudiants sont cantonnés dans ce typeDe plus, les dimensions comportementales de la compétence ne sont pas ou d’activités, ils risquent d’être déçus et de réduire la profession à un travailpeu prises en compte, par exemple dans le référentiel d’évaluation du DCG et rébarbatif et sans grand intérêt.du DSCG, alors que l’ensemble des praticiens souligne l’importance essentielle des capacités de communication interpersonnelles dans la réussite des professionnels et futurs professionnels. La mise en placedes nouveaux diplômes (DCG et DSCG), avec un stage dès la première année, devrait s’inscrire dans une relation de partenariat « gagnant-gagnant » à moyen terme avec le cabinet pour que le jeune ait un programme d’apprentissage tout au long du cursus. A l’initiative d’Hubert Tubiana, l’ENOES a mis en place la charte signée le 26 avril 2006 par les Ministères de l’Emploi et de l’Education Nationale pour l’accueil des stagiaires. A partir de ce texte, une véritable relation de partena-riat a été construite avec les membres de la profession. Cette charte prévoit que l’encadrement est obligatoire par un enseignant et un membre du cabinet clairement identifié. Elle se structure autour de trois séquences construites en commun par l’école et le cabinet d’accueil : !la définition d’une mission précise intégrée au projet pédagogique ; !les conditions de son exercice en milieu professionnel ; !les modalités d’évaluation des acquis de cette expérience Ces 3 constatationsont des conséquences profondes dans selon une double appréciation professionnelle et pédagogique. l’état actuel du marché du travail qui agite la profession, en pénurie notoire de compétences, et probablement en déficit d’attractivité, malgré des atouts Cette charteest un véritable guide pour le tuteur, l’école et indéniables. l’étudiant. Les cabinets ont besoin des jeunes pour renouveler leurs cadres qui D’abord, la majorité des cabinets est constituée d’entreprises de petite taille, leur feront bientôt défaut. et l’expert-comptable, patron de TPE ou de PME, est dans les mêmes affres qui assaillent sa clientèle : pression du client et des délais, centration sur l’ensemble Bon nombre de grandes entreprises ont compris que les stages étaient des tâches à accomplir et non sur la relation, difficulté à déléguer, faute de une véritable vitrine pour leur métier et leur histoire. Le stagiaire est ressources disponibles, donc stress, d’abord pour lui-même, puis pour son alors perçu et traité comme un élément actif du capital humain de équipe. l’entreprise… un enjeu fort pour notre profession. Ensuite, l’expert-comptable libéral est un entrepreneur dont les compétences génériques en termes de ressources humaines (savoir recruter, savoir former, savoir encadrer et faire évoluer…) s’acquièrent essentiellement sur le terrain. Jean-Luc Bazet, Enfin, la fonction tutoriale, c’est-à-dire la dimension particulière que doit Directeur du Centre d’études comptables supérieures acquérir le professionnel en exercice vis-à-vis du jeune professionnel qu’il de l’ENOES intègre dans son équipe, est peu ou mal connue des experts-comptables aujourd’hui. Sans parler des cas extrêmes, heureusement rares, où l’apprenti ou le jeune alternant se voit confier une pile de documents à saisir le matin avec pour objectif unique d’avoir fini le soir. Bien des experts-comptables 3 Profession comptable témoignent de la difficulté qu’ils éprouvent à mener à bien leur rôle de tuteur, faute d’informations et surtout de formation adaptée. et compétences opérationnelles L’organisation de réunions de maîtres d’apprentissage essentiellement centrées sur l’acquisition des compétences tutorales et sur l’échange de bonnes pratiques en matière d’intégration devient essentielle. Les forums« job dating», où les professionnels viennent, d’une part, témoigner La profession comptablecompte 18 361 professionnels de leurs expériences dans le cadre de mini-conférences, et, d’autre part, prendre aujourd’hui, dont 1 200 de moins de 35 ans (source : SIC, avril 2008) : contact avec de futurs collaborateurs potentiels dans le cadre du format c’est dire l’importance, déjà présente et surtout à venir, des enjeux en court du« speed dating »: « sept minutes pour convaincre », participent de terme de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences qui la même dynamique. traversent le métier aujourd’hui. u
Ce cahier pratique N°18 « Jeunes et stagiaires : une ambition à travailler ! » est un supplément du Francilien N°62 / Été 2008
3 Profession comptable Outre une valorisation de l’expérience professionnelle, l’introduction de l’anglais, de l’économie, et des systèmes d’information, l’approche reste toujours trop théorique et magistrale, avec un diplôme à la reconnaissance et compétences opérationnelles(suite) limitée au territoire français. Cette dimension purement intellectuelle du diplôme ne garantit donc pas le changement d’image attendu, tant du point de vue de sa perception par Bien entendu,les partenaires de l’IGEFI sont conviés aux les candidats que des compétences nécessaires au développement de la concours d’entrée : exercice ô combien formateur, où le professionnel,profession. membre de notre jury de sélection, se retrouve un temps dans la peau de l’expert RH de la profession comptable, dans un exercice de recrutement En réalité,il nous apparaît que le vrai changement repose sans enjeu direct pour sa structure. sur les qualités humaines du professionnel. Comme tout acteur écono-Actuellement, un travail est effectué dans le cadre des formations DCG / mique, les experts-comptables, doivent, pour faire face à l’incertitude et à DSCG spécialité agricole, pour l’élaboration d’un référentiel de compé-la complexité des marchés, développer un ensemble de qualités : tences, destiné à faire le pont entre le référentiel de connaissances des !l’esprit d’initiative et d’innovation deux diplômes, et les fonctions les plus fréquemment rencontrées en cabinet !le sens du réseau et du client et en entreprise. !le goût du risque et du défi
Ces innovationspédagogiques ont toutes un même but : Aussi bien l’école que les employeurs doivent donc susciter et développer ces qualités chez les futurs experts-comptables grâce : mettre au cœur de nos formations les métiers auxquels elles préparent. !au développement de modules complémentaires de projets réels Elles sont toutes au service de la même finalité : le développement des durant la phase scolaire, compétences des futurs collaborateurs de la profession. !en entreprise, dans le cadre des stages ou de l’apprentissage, à une Pour aller plus loin, c’est-à-dire à l’étranger, le récent rapport« GAE 2007, approche différente du tutorat, un meilleur encadrement par les collabo-Trends in Global Accounting Education »montre que les systèmes de rateurs, un plus grand effort d’ouverture, un meilleur accueil du jeune… formation pratiqués, notamment dans les pays de langue anglaise, s’orientent en majorité vers une approche pédagogique centrée sur les capacités et les C’est ainsi que des modules complémentaires de projets réels peuvent compétences. Les modalités d’évaluation mises en place, notamment, contribuer à développer ces qualités. Quelques exemples de projets que les jeunes systématisent le recours au cas de synthèse, à l’expérience professionnelle, en formation DCG ou DSCG, ont conçus, dans le cadre d’ateliers spécifiques : aux exercices pratiqués in vivo, et à l’éthique. !mise en place d’un projet de micro-crédit pour soutenir le dévelop-pement durable au Sénégal, A l’heure où les experts-comptables exercent une activité de plus !aide apportée au trésorier d’une association sportive à organiser sa en plus dépendante d’activités elles-mêmes largement internatio-comptabilité, nalisées, l’Ordre affirme souhaiter rapprocher ses standards de !création d’une entreprise franco-américaine de promotion de pro-formation de ceux de nos confrères et néanmoins compétiteurs duits de luxe français aux USA, étrangers. Nous souhaitons pouvoir l’aider dans ce projet. !création d’une agence croate d’échanges de logements entre la France et la Croatie… Christophe James, Directeur del’IGEFI Nos campagnes de promotion de la nouvelle filière s’appuient sur ces qualités évoquées et portées par le slogan« la nouvelle génération d’experts ». 4 La nouvelle génération d’expertsEn entreprise, une attitude plus confiante et positive à leur égard devrait permettre rapidement de prendre conscience qu’ils apportent du renou-veau dans la profession et donc de les considérer comme des créateurs de valeur : ils seraient davantage entrepreneurs qu’exécutants, des« petites mains ». Un meilleur management garantit un meilleur niveau de perfor-Mener une réflexionsur le devenir de la profession et mance. Outre l’exemplarité de l’expert-comptable, une charte d’accueil l’implication des organismes de formation dans la préparation des futurs pourrait permettre une promotion de ces qualités. professionnels, c’est répondre aux critiques et apporter des idées en vue d’aider au changement de l’image de la profession. En conclusion,nous restons ouverts aux échanges avec la Bien évidemment, la caricature est facile (!) tant l’image des experts-profession et les écoles de la filière, échanges qui permettent le partage comptables alimentée par les médias demeure encore« quelque peu des meilleures pratiques. N’est-il pas nécessaire dès lors de créer une plate vieillotte et ringarde »; nous ne souhaitons pas tomber dans cet écueil. forme d’échanges, de type association, entre les organismes de formation et les professionnels de la comptabilité comme cela existe déjà dans le Comment susciter des vocations et attirer les jeunes domaine de la chimie ou de l’informatique ? vers cette profession ? La réforme des examens comptables s’annonçait prometteuse. Aujourd’hui, Maurice Viaud, nous partageons une certaine déception quant à l’impact de cette réforme Directeur opérationnelde l'ESCIA, sur le profil attendu de nos futurs diplômés dans un contexte économique Ecole supérieure de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Versailles qui s’internationalise chaque jour davantage et surtout dans le domaine duVal d'Oise / YvelinesFormations en alternance : BTS CGO, DCG, DSCG conseil et du traitement de l’information financière.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.