Mon journal vert vers…

De
Publié par

Un recueil original et plutôt coquin que ce journal intime auquel la jeune Elbie confie absolument TOUT de ses débauches adolescentes.

Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 50
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9999998879
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lépluchette Au Québec, le mois daoût est attendu avec impatience car il apporte avec lui une raison de plus pour se réunir entre amis et goûter au maïs en épi fraîchement coupé. Cet événement se compare un peu aux vendanges qui mènent à la dégustation du vin nouveau en France. Bien sûr, pour les jeunes gens, en 1959, les rencontres familiales signifiaient le relâchement de la surveillance parentale.
7
Août 1959 Je neus pas à attendre longtemps pour être mise au courant des petits jeux innocents qui préparent au grand moment. Par une chaude soirée daoût, on minvita chez les Giroux pour une épluchette. Jy allai à bicyclette. Chemin faisant, je marrêtai pour me tremper les pieds au bord de la rivière. Jattrapai mon air ! Cachées par un bosquet, les deux petites Giroux se minouchaient. La plus jeune, déshabillée, se laissait caresser lentrejambe, les cuisses, les fesses, le pubis, par sa sur aînée visiblement habituée. Tout à coup, une grenouille fit bouger les quenouilles.
8
Les filles tournèrent la tête et virent ma silhouette. Jenfourchai ma bicyclette et me rendis à lépluchette. Mavaient-elles reconnue ? Joueraient-elles les ingénues ? En tout cas, à lheure convenue, elles sinformaient du menu. La noirceur était tombée quand leur oncle Gilles est arrivé. Entre Gilles et moi, comme par hasard, les surs Giroux vinrent sasseoir. Les blés dInde étaient délicieux. « Comme ils sont sucrés et juteux », commenta la plus jeune sur en fixant dun air moqueur son oncle Gilles aux yeux rieurs. « Jen connais des bien meilleurs », répliqua la plus âgée, les yeux tournés vers le pantalon de linvité. Elle entrouvrit sa bouche exercée Pour y laisser pénétrer Un épi gluant de beurre. Sous leffet suceur, Lépi allait et venait. Mon regard shypnotisait. Elle caressait lépi de sa bouche charnue Avant de croquer les grains joufflus. « Chanceux, dit Gilles, ça a lair bon ! » « Tu veux une démonstration ? » Et hop ! Elle entraîne loncle, la sur et moi
9
En arrière du clos de bois. Oncle Gilles se mit à laise. Pas besoin de prothèse : Il navait rien à envier À lépi tant dévoré. Les deux surs, côte à côte, Sagenouillèrent devant notre hôte. Pendant quune avalait lépi, Lautre chatouillait les fruits. Soudain, Gilles, haletant, Leva la main en tremblant. Et finalement, je sus De quel genre de jus Se désaltéraient les deux surs, Fières davoir un spectateur. Lété fini, je revins à la ville ; je nétais plus tout à fait la même fille mais très bientôt, la destinée allait mapprendre la vérité sur les plaisirs enivrants de ces jeux passionnants.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi