Prof pervers - vol.3

De
Publié par

Je suis prof de lettres à l'université, mais moins que mes cours, ce sont les étudiantes qui me passionnent. De jeunes créatures, ravissantes, dans la fleur de l'âge, prêtes à tout pour avoir de bonnes notes et réussir leurs études.

La faculté est mon terrain de chasse et je ne laisserai s'échapper aucune de mes proies...

Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 34
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791025800218
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait

Chapitre 1.
Premier baiser.

La mère de Bérénice, une brune souriante aux formes généreuses, me conduit à la chambre de sa fille. Le cours se déroule d’abord sans incident, même si mon élève est encore plus timide que je le croyais. Mais à la première remontrance un peu vive que je lui fais, je vois ses yeux s’humecter.
– Allons, ne vous troublez pas, mademoiselle, je ne vais pas vous manger…

Elle s’excuse, éclate en sanglots. Pour la calmer, je la prends aux épaules et j’essuie ses larmes avec un mouchoir en papier. Elle tourne vers moi un regard de chien battu. Ses lèvres sont si proches, si attirantes, que je ne résiste pas à l’envie de les embrasser.
Surprise, elle ne répond pas à mon baiser et puis, au bout de quelques secondes, sa bouche s’entrouvre. Sa langue entre en contact avec la mienne. Quand je pose une main sur sa poitrine, elle se crispe imperceptiblement mais ne se dérobe pas. Je sens ses mamelons s’ériger sous mes doigts.
Lentement, par-dessus son pull-over informe, je caresse les globes de ses seins. Ils paraissent assez gros et bien plantés. Elle a fermé les yeux et participe de plus en plus activement à notre baiser. Quand celui-ci s’achève, elle se rejette en arrière et murmure :
– Oh ! Vous… vous…
Gentiment, je la prends par le menton.
– Voilà ! Vous êtes un peu remise ?
Elle me considère avec reconnaissance, hoche la tête à plusieurs reprises. J’ai l’intuition qu’il ne faut pas aller plus loin pour une première fois, elle risquerait de se cabrer.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi