Gabon 2016 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs)

De
Publié par

Quel voyage de nos jours réveille encore l’étonnement candide et l’émerveillement de la Nature dans toute sa virginité? Quelle destination peut encore se vanter de susciter l’intérêt des derniers aventuriers de la brousse africaine ? Restés à l’écart des circuits des grand voyageurs du monde, connus surtout comme spots de pêche sportive, Gabon et Sao Tomé, proposent les attraits d’un paradis de la biodiversité, qu’il faut se donner la peine d’aller chercher, et dont les secrets profonds se livrent en échange de patience et de passion.
Sans la réduire à sa seule nature, la culture loin de s’opposer à elle, se confond et prend naissance en son sein pour y raviver les cultes ancestraux. Les parades nuptiales des baleines à bosse, le ballet maladroit des pachydermes dans l’Océan ou le mystère d’une cérémonie bwiti, la singularité de l’architecture portugaise métissée dans les îles du milieu du monde, la nonchalance d’une population se mouvant au rythme du « levé, levé », les plages dorées à perte de vue ou la beauté des fonds marins transcendent celui qui osera vivre et voir ce patrimoine universel, encore intact, du berceau de l’humanité.
Le Gabon et son voisin l'archipel de Sao Tomé, deux entités à la fois si proche et si différentes, complètent un tableau de l’histoire de l’Afrique dans toute sa splendeur, que le Petit Futé se propose d’être le premier à dévoiler.
Publié le : mercredi 18 novembre 2015
Lecture(s) : 102
Tags :
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
EAN13 : 9782746999633
Nombre de pages : 390
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

C
O
U
N
T
R
GabonGabon
São Tomé et Príncipe
A.N.P.I GABON
AGENCE NATIONALE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS DU GABON
www.petitfute.com
Y

G
U
I
D
EEDITION
Directeurs de collection et auteurs :
Dominique AUZIAS et Jean-Paul LABOURDETTE Mbolo !
Auteurs : Stéphanie BORG, Alexia ROBERTSON,
Charity ROBERTSON, Bernadette VOISIN, Jean-Paul
LABOURDETTE, Dominique AUZIAS et alter Sur la ligne de l’équateur, la République gabonaise,
Directeur Editorial : Stéphan SZEREMETA
Responsable Editorial Monde : Patrick MARINGE ou Gabon pour les intimes, est une terre multiple.
Rédaction Monde : Caroline MICHELOT, Morgane D’ouest à l’est, les paysages défilent à perdre
VESLIN, Pierre-Yves SOUCHET, Leena BRISACQ
Rédaction France : François TOURNIE, Perrine haleine. D’urbains, industriels, ils se transforment,
GALAZKA, Talatah FAVREAU, Bénédicte PETIT en quelques kilomètres seulement, en forêts denses,
FABRICATION en plaines verdoyantes et vallonnées baignées
Responsable Studio : Sophie LECHERTIER
assistée de Romain AUDREN par d’innombrables cours d’eau, en montagnes
Maquette et Montage : Julie BORDES, au sommet desquelles s’accroche la brume après
Élodie CLAVIER, Sandrine MECKING,
Delphine PAGANO, Laurie PILLOIS l’orage, en parterres de fleurs arrosés par les fleuves,
Iconographie et Cartographie : Audrey LALOY les lagunes ou les mangroves où les oiseaux
multicoWEB ET NUMERIQUE lores, les gorilles, les pachydermes et tant d’autres Directeur Web : Louis GENEAU de LAMARLIERE
Directeur technique : Lionel CAZAUMAYOU espèces s’épanouissent dans un juste équilibre
Chef de projet et développeurs : Jean-Marc faune-homme. Inondé de cette lumière si particulière REYMUND, Cédric MAILLOUX, Florian FAZER
et Anthony GUYOT en saison sèche à laquelle succède, à la saison des
Community Manager : Cyprien de CANSON pluies, une humidité collante et étouffante, le Gabon
DIRECTION COMMERCIALE se révèle chaque jour surprenant.Directrice des Régies : Caroline CHOLLET
Responsable Régies locales : Michel GRANSEIGNE Incontestable eldorado des amateurs de l’Afrique
Relation Clientèle : Vimla MEETTOO authentique, celle des lendemains incertains où tout et Sandra RUFFIEUX
Chefs de Publicité Régie nationale : est possible, celle d’une nature millénaire qui n’a
Caroline AUBRY, François BRIANCON-MARJOLLET, jamais cédé ses droits, celle des hommes tranquilles Perrine DE CARNE MARCEIN, Caroline GENTELET,
Florian MEYBERGER, Caroline PREAU qui, luxe inestimable, ont toujours du temps, le pays
REGIE INTERNATIONALE n’en reste pas moins moderne et tourné vers l’avenir.
Chefs de Publicité : Jean-Marc FARAGUET, A la croisée des chemins, les Gabonais écrivent Guillaume LABOUREUR, assistés d’Elisa MORLAND
Régie Gabon/São Tomé et Príncipe : Camille ESMIEU une nouvelle page de leur histoire. Sans perdre de
DIFFUSION ET PROMOTION leurs fondements – la fierté et le culte des ancêtres,
Directrice des Ventes : Bénédicte MOULET une forme de fatalisme, la certitude que la vie n’est assistée d’Aissatou DIOP et Alicia FILANKEMBO
Responsable des ventes : Jean-Pierre GHEZ qu’un éternel recommencement, un savoir-faire dans
assisté de Nathalie GONCALVES les arts premiers –, ils construisent leur devenir en Relations Presse-Partenariats :
Jean-Mary MARCHAL empruntant le meilleur du monde, invitant à l’entraide
ADMINISTRATION et à la rencontre, dont le leitmotiv « on est ensemble »
Président : Jean-Paul LABOURDETTE résume l’état d’esprit.Directeur Administratif et Financier :
Gérard BRODIN Si le récit d’un voyage extraordinaire est à suivre,
Directrice des Ressources Humaines : l’expérience, unique et personnelle, reste vraiment Dina BOURDEAU assistée de Sandra MORAIS
Responsable informatique : Pascal LE GOFF à vivre : « bonne arrivée » au Gabon !
Responsable Comptabilité : Valérie DECOTTIGNIES
assistée de Jeannine DEMIRDJIAN, Oumy DIOUF, L’équipe de rédaction
Christelle MANEBARD
REMERCIEMENTS. Un merci tout particulier à Vincent et Recouvrement : Fabien BONNAN
assisté de Sandra BRIJLALL Radia Garrigues, Georges et Isabelle, Monsieur Denis, Paul
Standard : Jehanne AOUMEUR Mombey et son équipe dont Laurie et Darlin, mes anges
gardiens librevillois, Joël et Jocelyne Charpentier, Laurent
Imbert, Ghislain Ngonga, Stéphane Rekangalt, Romain Beville.
Merci également à Jean-François Pichet pour son hospitalité
et à tous ceux qui ont contribué, ne serait-ce que par une
information, un sourire, un bout de leur temps ou un soutien,
à la réussite de cette édition.
LE PETIT FUTÉ GABON /
SÃO TOMÉ ET PRÍNCIPE 2016
Petit Futé a été fondé par Dominique Auzias.
Il est édité par Les Nouvelles Editions de l’Université
18, rue des Volontaires - 75015 Paris. IMPRIMÉ EN FRANCE
& 01 53 69 70 00 - Fax 01 42 73 15 24
Internet : www.petitfute.com
SAS au capital de 1 000 000 € - RC PARIS B 309 769 966
Couverture : © Gleb Ivanov
Impression : GROUPE CORLET IMPRIMEUR -
14110 Condé-sur-Noireau
Dépôt légal : 21/12/2015
ISBN : 9782746992597
Pour nous contacter par email,
indiquez le nom de famille en minuscule
suivi de @petitfute.com
Pour le courrier des lecteurs : info@petitfute.comSommaire
Région des lacs .................................198 wINVITATION
Lac Evaro ........................................ 198
AU VOYAGE Lac Zilé ........................................... 198
Lac Oguémoué ................................ 199Les plus du Gabon ..................................7
Lac Déguélié ................................... 199Fiche technique ......................................9
Lac Azingo ......................................199Idées de séjour .....................................12
Lac Onangué 199Comment partir ?15
Bifoun ............................................. 199
Ebel ................................................199 wDÉCOUVERTE Ndjolé199
Île de Samory .................................. 200Le Gabon en 30 mots-clés .................... 28
Alembé ...........................................200Survol du Gabon ...................................35
Histoire .................................................. 53
Politique et économie ........................... 62 wOGOOUÉ-IVINDO
Population et langues 73
Mode de vie ........................................... 75 ET WOLEU-NTEM
Arts et culture ....................................... 83 Ogooué-Ivindo.....................................204
Festivités ............................................... 92 La Lopé ........................................... 204
Cuisine locale........................................94 Parc national de La Lopé ................. 207
Jeux, loisirs et sports ...........................97 Makoghé ......................................... 208
Enfants du pays ....................................99 Mikongo .......................................... 209
Lexique ................................................ 103 Ramba ............................................ 210
Parc national de l’Ivindo .................. 210
Boué ............................................... 212 wESTUAIRE
Makokou ......................................... 212ET MOYEN-OGOOUÉ Woleu-Ntem ........................................214
Estuaire ............................................... 108 Parc national de Minkébé ................ 214
Libreville ............................................ 108 Oyem .............................................. 215
Environs de Libreville ......................... 179 Mitzic 216
Sur la route du Cap 179 Bitam 216
Cap Santa Clara .............................. 179
Forêt de La Mondah ........................181 wOGOOUÉ-MARITIME Cap Estérias .................................... 181
Ogooué-Maritime ................................ 220Parc d’Akanda ................................. 182
Port-Gentil .........................................223Pointe Denis 183
Lagune de Fernan Vaz ........................ 243Parc national de Pongara ................185
Olende ............................................ 244Nyonié ............................................188
Omboué .......................................... 244Sur la route de Ntoum ..................... 188
Sainte-Anne .................................... 245Ntoum ............................................. 189
Île d’Assewe ...................................246Parc national
des Monts de Cristal .......................189 Île de Dome 246
Cocobeach ...................................... 190 Île d’Évengué ..................................247
De Libreville à Lambaréné ............... 190 Lagune d’Iguéla
Kango .............................................190 et parc du Loango .............................. 247
Ekouk190 Parc national de Loango .................. 247
Moyen-Ogooué .................................... 191 Gamba ............................................ 249
Lambaréné .....................................191 Sette cama .....................................253Mise en garde
Le tourisme en Afrique est en perpétuelle
évolution. Malgré notre vigilance, certains
établissements, coordonnées ou prix peuvent
faire l’objet de changements intempestifs.
En cause : les propriétaires changeants, le
réseau téléphonique aléatoire, de bonnes wOGOOUÉ-LOLO volontés temporaires qui ne durent que le
temps d’un passage, le temps… Nous faisons ET HAUT-OGOOUÉ appel à votre compréhension et nous nous
excusons par avance pour les erreurs que Ogooué-Lolo ........................................ 258
vous pourriez constater dans les rubriques Route « économique » ........................ 259
pratiques de ce guide.
Lastoursville.................................... 259
Koulamoutou ................................... 261
Parc national de Brougou ................262 Route du nord .................................... 342
Sur la route d’Iboundji ........................ 263 Agostinho Neto................................342
Mont Iboundji .................................. 263 Guadalupe ......................................342
Haut-Ogooué ....................................... 264 Morro Peixe ..................................... 342
Franceville ......................................266 Praia das Conchas ..........................343
Parc national des plateaux Batéké ... 272 Lagoa Azul ......................................343
Moanda ..........................................273 Neves .............................................343
Mounana ......................................... 276 Ponta Figo ....................................... 344
Bakoumba ......................................276 Monte Forte ....................................345
De Franceville à Léconi ...................280 Padrão ............................................345
Léconi ............................................. 280 Santa Catarina ................................345
Akiéni282 Centre ................................................ 345
Okondja ..........................................282 T rindade .......................................... 345
Ba tepa 346
Monte Café .....................................346 wNGOUNIÉ ET NYANGA
Bom Sucesso .................................. 347
Ngounié ............................................... 286
Bombaim ........................................348
Parc national de Waka ..................... 287
Route du sud348
Sindara ........................................... 287
Pantufo ...........................................348
De Sindara à Ikobey ........................ 287 Santana ..........................................348
Fougamou ....................................... 287 Agua Izé 349
Mouila ............................................. 288 D’Agua Izé
Mimongo ........................................289 à São João dos Angolares ...............350
Doussala ......................................... 289 São João dos .................. 350
Parc national de Moukalaba-Doudou . 289 Ribeira Peixe ................................... 351
Ndendé ........................................... 290 Île de Rolas ..................................... 351
Lebamba ......................................... 290 Porto Alegre ....................................352
Mbigou 290 Praia Jalé ........................................ 352
Nyanga ................................................291 Príncipe ............................................... 353
Tchibanga ....................................... 291 Santo Antonio .................................. 354
Mayumba ........................................ 292 Belo Monte .....................................356
Porto Real .......................................356
Sundy .............................................356 wSÃO TOMÉ
ET PRÍNCIPE
wPENSE FUTÉ Les plus de São Tomé et Príncipe ......300
Idées de séjour ...................................304 Pense futé ...........................................358
Découverte de São T .309 S’informer376
Île de São Tomé 323 Rester .................................................. 380
São Tomé ........................................... 323 Index ...................................................3844
l
a
t
s
i
r
C





ee
dd





ss
tt
nn
o
M
Eboro Eboro
Ambam
Nkolmengboua
Mbalam Mbalam
MiMinvoul
Eboman
Ebebiyin
Bilam Bilam
Micomeseng
OCEAN
Souanké Souanké
Niefang
Monts
Bata Bata
Kokaméguèl
938
ATLANTIQUEATLANTIQUE
822
Parc national
Sembé
Oyem
Mongomo Mongomo CONGO CONGO
de Minkébé
Mbini
Garabinzam
Ebo Ebo
GUINEE Abam
01
Evinayong yong
Bibas
Gabon
Mazingo Mazingo
EQUATORIALEEQUATORIALE
MvMvadi adi
Nsoc
Kogo Bélinga
AAcurenam curenam
Monts deMonts de
BélingBélinga MékMékambo
1024
Sam
Cocobeach Médouneu
Assok 1001
Aboun
Song Song
Monts Monts
Mékouma
MiMitzic
05
SassamongoSassamongo
Barrage de
Tchimbélé
765 Makokou Makokou
La scierie
Ekala
02
Kougouleu Kougouleu
Lalara
571
Barrage de Barrage de
Libreville Libreville 1022
Indombo Indombo
KinguéléKinguélé
Ntoum Ntoum
Ovan Ngoyeboma Ngoyeboma
Alen Nkoma Alen Nkoma
Owendo
Parc nationalrc national Bakouaka a
Kango Koumameyong de Ivindode Ivindo
993
715
Boué Ivindo
Kéllé
Tébé
Alèmbé Alèmbé
Nyonyé
Four-Place
749
Foulenzem
La Lopé
870
340 Ndjounou
Longo
Ndjolé 867
Bidoum Bidoum MontMont Oyabi
Ebel Abango
NgouadiNgouadi
WWonga onga
Adané
PaParc nationalrc national
410
WWongué ongué 04
de la de la Lopé
Ndangui
Réserve de
Lambaréné Lambaréné
Okondja Okondja
Wongo Wongué
Aboumi
Porrt- Gentil t- Gentil
862 07
Ngomo
Alanga Alanga
Ngoumbi 06
LastourLastourville
IkIkobé Mbounga Mbounga
Simdara Mikouyi Onga
loanda loanda
875
847
972 Lifouta
Koulamoutou
AkAkiéni iéni
FFougamou ougamou Iboundji Iboundji
M
M
o
o
n
n
t
t
s
s


M
M
o
o
k
k
é
k
o
uo
o
d
d


i
i
d
d


u
u
i
i
5
g g
B
B


Ikobé
aa
aa
oo
oo
nn
nn
Léconi
Léconi
Ogooué
Ogooué
Onoy
Onoy
Onoy
Onoy
n
n
o
o
gg
gg
oo
oo
Dola
Ngounié
Dola
Ngounié
LL
LL


Djoumou
Djoumou
e
e
Massif du Chaillu
MMassif du Chaillu
Niari
Niari
d
d


è
è
u
u
e
e
v
v
r
r
y
e
e
Mont Pelé
M a y o m b eMont Pelé
M a y o m b e
s
s
Domaaiinnee
de Chasssee ddee SSeettttee CCaama
Domaaiinnee
de Chasssee ddee SSeettttee CCaama
é
é
é
R
R
k
k
o
o
Passa
Passa
Nyamga
Nyamga


N
N


o
o
b
b
m
m
m
m

e
e
Léconi
R
R
i
i
Koulamoutou Koulamoutou
Akiéni
Iboundji
FFougamou ougamou
Mouila Mouila
MafMafoungui oungui
Djogo
PPouvi ouvi
Mont Mont
Yombi LékLékila ila
Ozori Ozori Mont
Ikèngué Mounana
972 MimongoMimongo 08 847
Parc Koulamoutou
875 Lifouta outa
IbounjiIbounji Akiéni
03
Etéké Etéké Mougamou Mougamou
national
FFougamou ougamou
Ngouoni Ngouoni
Sika Kili Kili
Mouila Mouila
1020
de Waka Léconi
Mont Mont MafMafoungui oungui FrFranceville
Iboundji Djogo
Ndougou Ndougou PPouvi ouvi
Guidouma Moanda
06 MilondoMilondo
Omboué Omboué
Lagune Lagune
Yombi
Yéno
PPana ana
Ikèngué Saint-MarSaint-Martin Mounana 08
Parc
de Fde Fernan ernan Vaz z P. N de Cirque de Léconi
07
Odimba 03 MoMoyabi yabi Bongoville
Etéké Etéké MiMimongo
Yéno Mougamou Mougamou
national
Mandji Mandji Birougou Ngouoni Ngouoni
Kili Kili Kabiri
Sika
Bakoumba
1020 Léconi
de Waka FrFranceville
Mont Mont
Ndougou Ndougou 820 Mbigou Mbigou
Guidouma Barrage de
Iguéla Iguéla Moanda
Omboué Omboué MilondoMilondo
Poubara
Mouila Mouila
Domaine deDomaine de
Yéno PPana ana
Saint-MarSaint-Martin
Cirque de Léconi
CChasse d'Iguélahasse d'Iguéla P. N. de PaParc nationalrc national
Bongoville
Odimba MoMoyabi yabi
Yéno MiMimongo
Guietsou Mbinda
Mandji Mandji Lébama
Bango Bango Birougou
Baposso Kabiri
Bakoumba
Mbadi Mbadi des
820 Mbigou Mbigou Barrage de
PPIguéla Iguéla etit-Letit-Loango
Domaine deDomaine de
Lagune d'Iguéla Grotte de Grotte de Boumango
Lépoy Poubara
PlateauxPlateaux
Mouila Mouila
Chasse de BongolaBongola
Domaine deDomaine de
Doussala
CChasse d'Iguélahasse d'Iguéla PaParc nationalrc national
Ngové-NdogNgové-Ndogo
MaMayoko Siaeb Siaeb BatékéBatéké
Guietsou Malinga Mbinda
Sounga Lébama Ndendé Ndendé
Bango Bango
Parc Baposso
Mbadi Mbadi des
national Moabi Moabi
PPetit-Letit-Loango Domaine deDomaine de Moutsengani
Sette Cama Grotte de Grotte de Boumango Boumango
Nyali
Lépoy PlateauxPlateaux
Bambama Bambama
de
Chasse de BongolaBongola
Doussala Mourindi Mourindi
Moukalaba-Doudou
Ngové-NdogNgové-Ndogo Doussala BatékéBatéké
MaMayoko Siaeb Siaeb
Malinga
Sounga Ndendé Ndendé
Parc
Divénié Divénié
826
Gamba Moabi Moabi
national
Moutsengani
Sette Cama
Nyali
Makabana bana
de Bambama Bambama
651 Nyanga Nyanga Zanaga Zanaga
Mourindi Mourindi
Moukalaba-Doudou
Mont Mont
Doussala
CONGOCONGO
Mossendjo Mossendjo
Fouari Fouari
Tchibanga
Difounda
Divénié Divénié
CONGO
Gamba Mougagara 826
Makabana bana Banda Banda
651 Nyanga Nyanga Zanaga Zanaga
09
Mamba Mamba
Mont Mont
Tchibanga Fouari Fouari 0 à 200 m
Régions gabonaises
Mougagara Difounda
Mossendjo
872
0 50 100 km Mont Séré
Komono Komono
200 à 400 m
Banda Banda
Banda Banda 410 01 Woleu-Ntem
Mayumba 09 MakMakabana abana 400 à 800 m
Moulèngui Moulèngui
Mamba Mamba
Kibangou Kibangou
02 Estuaire
Binza Binza
800 à 1000 m
Route
Capitale 872 Mont Séré
Komono Komono
+ de 1000 m
03 Ogooué-Maritime
Banda Banda Makabana
410
Piste Sibiti Sibiti
Ville importante
Moulèngui Moulèngui
Ndindi Ndindi 04
MaMayumba yumba Kibangou Kibangou Moyen-Ogooué
Binza Binza
Kola Kola
Frontière internationale
Ville secondaire
OCEANOCEAN
05 Ogooué-Ivindo
Nzambi
Frontière régionale
Sibiti Sibiti
Curiosité, point d'intérêt
06
Ngounié
ATLANTIQUE
Ndindi Ndindi Kakamoéka a
Dousie
Kola Kola Loudima oudima
Aéroport Voie ferrée
07 Ogooué-Lolo
Nzambi
Haut-Ogooué
Aérodrome Zone inondable 08
Madingo KaKayes
Kakamoéka a
Bilinga
Dousie
Loudima oudima
09 Nyanga
Voie rapide, autoroute Réserve naturelle Kimongo Kimongo
Madingo Madingo Kayes
a
a


g
g



m
m
u
Ngounié
Ngounié
a
a
L
ouétsi
L
ouétsi
u
y
y
b
b
o
i
i
g
g
u
u
l
u
u
u
o
i
i
N
N
o
o
K
ouilou
K
ouilou


m
m
g
o
e
e
b
b
R
R
O
l
D
o
u
b
ang
a
D
o
u
b
anga
D
D
u
o
o
o
L
ouéssé
L
ouéssé
Mpou
t
o
u

Mpou
t
o
u

g


O
g
g
N
y
anga
N
y
anga
Niari
Niari
N
N
o
o
Altitude
6
Éléphants du parc national de Loango.
A Libreville.
Vue aérienne du pays.
© BERNADETTE VOISIN © ANTON_IVANOV / SHUTTERSTOCK.COM © BERNADETTE VOISININVITATION AU VOYAGE
Les plus
du Gabon
Un trésor écologique
et une biodiversité
à peine imaginable
La savane, la mangrove, mais surtout la forêt
gabonaise, regorgent de quelque 190 espèces
de mammifères, dont la plus forte
concentration d’éléphants en Afrique, de 70 espèces de
reptiles et de plus de 600 espèces d’oiseaux
répertoriées, présentes uniquement en Afrique
centrale ou endémiques au Gabon. En outre,
la biodiversité gabonaise revêt un intérêt
supplémentaire grâce à l’environnement dans
lequel on peut les observer. Avez-vous déjà
vu des hippos surfer sur les vagues ou des
éléphants s’ébattre en bord de mer ? Pour ce
qui est de la flore, 20 % des espèces végétales
sont endogènes. Les nombreuses essences
d’arbres (plus de 800 espèces), au cœur
de la forêt comme aux abords des fleuves
Phare de Gombé, dans le parc national de Pongara.
(mangroves), ou d’étonnantes variétés
d’orchidées sont autant de richesses à découvrir (ANPN), directement rattachée à la
présipar les pistes qui sillonnent le pays ou sur le dence, pour impulser un tourisme adapté à
fleuve à bord d’une pirogue. Et le tout dans une démarche environnementale. Treize parcs
un environnement encore vierge ! nationaux ont été créés pour la sauvegarde
de ce patrimoine naturel inestimable, soit 13 parcs pour abriter
11 % du territoire et plus de 30 000 km². De
un patrimoine naturel nombreux organismes, dont certains déjà en
exceptionnel activité sur plusieurs sites, se mobilisent pour
La politique du président Ali Bongo, claire- aider à la réalisation de ce vaste projet. Le
ment affichée en faveur d’un développement soutien de la communauté internationale fait
économique du « Gabon Vert », a impliqué de cette entreprise audacieuse un exemple
l’Agence nationale des parcs nationaux à suivre.
Avertissement
Le Gabon réserve des trésors aussi merveilleux que difficiles d’accès. Il reste encore
très compliqué de voyager dans le pays, malgré de nombreux efforts en matière
d’infrastructures et de desserte aérienne. Si le logement et la vie quotidienne peuvent
facilement se régler, se déplacer coûte relativement cher. En argent – même si on peut
s’arranger – mais surtout en temps, que rien ne peut rattraper. Voyager au Gabon, c’est
apprendre la patience dans de multiples situations : un taxi qui n’arrive pas à l’heure,
un avion qui part avec deux heures de retard, un bateau qui ne navigue pas à cause
d’une marée défavorable, une grillade commandée servie une heure après, un
rendezvous non honoré ou un déplacement finalement impossible. En gardant à l’esprit que
rien n’est acquis, découvrir les coins les plus reculés, joyaux peu connus, devient alors
véritablement possible…
© TROPICALPIX8 ® LES PLUS DU GABON
À chaque saison, Une culture
un intérêt particulier qui prend naissance
Les différents moments de l’année marquent au cœur de la forêt
des changements climatiques importants, Découvrir le Gabon, c’est pénétrer dans la
mais aussi des passages migratoires à ne forêt et ses mystères où la nature vous attend,
pas manquer. Les tortues luth s’observent étourdissante de verdure, d’odeurs et
d’expéde novembre à février. Les baleines à bosse riences sensorielles. Car, outre la richesse de
viennent flirter le long de la côte en saison la faune et de la flore, la forêt porte en elle
sèche, de juillet à septembre. Les oiseaux l’essence de la culture de cette région. Le
migrateurs font une halte dans le parc d’Akanda monde des esprits intimement lié à la vie de
de septembre à février. La végétation change la forêt et les objets des cultes ancestraux
en saison sèche, les cours d’eau sont moins (masques, statues et reliquaires) qui
accomabondants et, même si la visibilité s’en trouve pagnent les cérémonies témoignent d’une
améliorée, toute saison a ses fruits et ses baies civilisation où les hommes se sont installés
dont les primates sont friands et qui attirent d’abord « dos à la mer », à l’intérieur de la
certaines espèces, ce qui donne de meilleures forêt. En ville comme dans les campagnes,
possibilités de les observer, même en saison la vitalité des cérémonies prouve
l’attachedes pluies. Par ailleurs, cette saison pluvieuse, ment à un système de croyances encore très
contrairement aux idées reçues, offre un ciel présent et au sein duquel les événements de
plus dégagé et ensoleillé entre les averses : la vie de la famille élargie à celle de la tribu
la luminosité est alors fabuleuse ! Le tout est prennent sens.
de bien déterminer à l’avance les motivations
de son voyage. Un pays relativement sûr
S’inscrivant dans une sous-région
mouveDes sites de pêche sportive mentée, le Gabon pâtit d’une image parfois peu
de réputation mondiale rassurante. En réalité, au quotidien, l’insécurité
Pour les amoureux de la pêche sportive, quelle n’est pas le premier sentiment qui vient à
que soit la technique – de la plage ou d’un l’esprit quand on se balade dans le pays. A
bateau –, le Gabon est réputé pour quelques condition, bien sûr, de respecter quelques
destinations fameuses : Ozouri, le Fernan Vaz, règles simples : ne pas se promener la nuit
Sette Cama, le parc de Loango, sont des étapes sur le bord de mer ou trop tôt au petit matin,
à ne pas manquer. Carpes rouges, capitaines, faire attention aux taxis que vous empruntez la
tarpons, grands barracudas ou carangues nuit ou ne pas laisser d’objets de valeur dans
de 50 à 100 kg y sont pêchés régulièrement. une voiture. Dans les villages, la sensation de
C’est en saison des pluies, de septembre à sécurité est encore plus accentuée. Mais ne
avril, que la pêche est la plus fructueuse. traînez pas la nuit sur les routes.
Lodge sur la lagune d’Iguéla.
© BERNADETTE VOISIN9Fiche technique
w w Villes principales : Port-Gentil, Franceville.Argent
w w Pays limitrophes : au nord, la Guinée
Monnaie équatoriale et le Cameroun, et tout autour
Le franc CFA (communauté financière jusqu’au sud, le Congo-Brazzaville.
africaine), indexé sur l’euro. Coupures de
w w Point culminant : mont Iboundji (haut de 10 000, 5 000, 2 000, 1 000 et 500 FCFA.
1 575 m) dans le massif du Chaillu, au sud du pays.Pièces de 500, 200 et 100 FCFA.
w w Langue officielle : le français.
Taux de change w w Langues parlées majoritairement : les
w w 1 E = 656,957 FCFA. langues bantoues (fang).
erw w Taux au 1 août 2015 (ils sont soumis w w Religions : chrétiens (55 % – 75 %),
aniaux variations du taux de l’euro) : 1 dol- mistes (4 %), musulmans (1 %).
lar canadien = 452,49 FCFA ; 1 franc w w Gouvernement : démocratie multipartiste.
suisse = 602,41 FCFA ; 1 dollar américain La République gabonaise est organisée selon
= 595,24 FCFA. le principe de la souveraineté nationale, de la
séparation des pouvoirs exécutif, législatif et Idées de budget
judiciaire, et celui de l’Etat de droit.
Il dépend avant tout de la façon de voyager et
w w Devise de la République : Union, travail, des exigences de chacun. Quoi qu’il en soit, le
justice.Gabon reste une destination relativement chère
si l’on veut se déplacer (en avion ou en 4x4 sur w w Hymne national : la Concorde.
certaines zones) et découvrir l’intérieur du pays. w w Fête nationale : 17 août.
Les safaris doivent être organisés à l’avance. Il
w w Président de la République : Ali Bongo est donc souvent plus facile, et pas toujours plus
Ondimba (fils d’Omar Bongo Ondimba), élu onéreux, de passer par des agences de voyages
le 16 octobre 2009.ou directement par les réceptifs.
w w Premier ministre, chef du gouverne-w w Petit budget. Hébergement dans des
misment : professeur Daniel Ona Ondo, depuis sions ou logement dans de petits hôtels, repas
le 3 octobre 2014.dans les maquis, déplacements en transports
collectifs (taxi ville et taxi brousse). Compter La population
environ 50 000 FCFA (75 E) par jour et par
w w Population totale : 1 711 294 habitants en personne.
2014, dont environ 86,9 % en zone urbaine.
w w Budget moyen. Logement dans un hôtel de 38,4 % de la population a moins de 14 ans.
classe moyenne, déplacements en taxi brousse, Croissance démographique : 2,3 % (Banque
bateau ou train, repas dans des restaurants ou Mondiale, 2014).
maquis. Compter de 60 000 à 120 000 FCFA (de
w w Composition : la plupart des Gabonais sont 90 à 180 E) par jour et par personne.
d’origine bantoue. Une cinquantaine d’ethnies,
w w Gros budget. Logement dans les hôtels dont les principales sont les Fang (30 %),
de luxe, repas dans des restaurants gastro- les Myéné, les Bapunu, les Obamba, les
nomiques, déplacements par ses propres Nzebi ; 10 % d’étrangers originaires d’Afrique
moyens (location de voiture), en avion ou par subsaharienne, de Guinée équatoriale, du
une agence de voyages qui prépare un circuit à Cameroun, d’Europe (environ 11 000
ressorla carte. Compter de 150 000 à 300 000 FCFA etissants français, la 4 communauté française
(de 228 à 450 E) par jour et par personne. la plus importante en Afrique subsaharienne),
d’Amérique du Nord.Le Gabon en bref
w w Densité : sur la totalité du territoire :
Le pays 6,6 hab/km² (Banque mondiale, 2014).
w w Nom : République gabonaise, appelée plus w w Espérance de vie : 63,4 ans (Banque
couramment Gabon. mondiale, 2013).
w w Superficie : 267 667 km² (équivalent à la ew w Indice de développement humain : 112
moitié du territoire français). rang mondial sur 187 pays (PNUD 2014), le
w w Capitale : Libreville. meilleur IDH d’Afrique subsaharienne.10
Plaine de Vera.
w w Scolarisation : 82,3 % de taux d’alphabé- w w Taux d’inflation à la consommation :
tisation (Banque mondiale, 2012). 4,7 %.
w w Taux de chômage : 19,6 % (estimation L’économie
modélisée OIT, Banque mondiale 2013).
w w PIB : 17,29 milliards US$ (Banque mon- w w Principales exportations : pétrole,
mandiale, 2014). ganèse.
w wRNB/habitant (méthode Atlas) : w w Principaux clients : Japon (23,9 %), USA
9 320 US$ (Banque mondiale, 2014). (16,9 %), Australie (11,2 %), Inde (7,3 %),
w w PIB /habitant : 12 302 US$. Chine (5,4 %), Espagne (4,1 %).
w w Taux de croissance du PIB : 4,3 %. w w Principaux fournisseurs : France (28,1 %),
Chine (12,6 %), USA (9,4 %), Belgique (5,8 %),
Cameroun (4,7 %).
Le drapeau gabonais
Téléphone
w w Téléphoner du Gabon en France : 00 33 +
le numéro sans le 0 initial ; pour les autres
pays : 00 + le numéro précédé de l’indicatif
du pays.
w w De l’étranger au Gabon : 00 + 241 + le
numéro complet.
w w A savoir : les téléphones fixes et mobiles
comportent 8 chiffres. Les fixes commencent Le drapeau gabonais a été adopté le
par 01.9 août 1960. Il est tricolore et composé
w w Plusieurs opérateurs se disputent le mar-de trois bandes horizontales. Le vert
ché très florissant de la téléphonie mobile.en haut symbolise les forêts du pays,
Airtel, dont les numéros commencent par le jaune représente pour certains la
07 ou 04, est le plus cher mais aussi le plus ligne de l’équateur qui traverse le pays
fiable des réseaux, notamment dès que l’on comme le drapeau en son milieu, et pour
s’éloigne de la capitale.d’autres la couleur du soleil, alors que le
Libertis (numéro en 06), Moov (numéro en 05) bleu symbolise l’eau : l’océan, frontière
et Azur (numéro en 03) proposent des tarifs à l’ouest du Gabon, mais également les
plus avantageux pour les communications nombreux cours d’eau qui irriguent
l’intélocales entre portables de différents opérateurs rieur du pays et le fleuve Ogooué.
mais leurs réseaux restent encore capricieux.
© BERNADETTE VOISIN11La 3G fonctionne assez bien dans les prin- w w eVisaGa. Un service de visa en ligne (www.
cipales villes. Il suffit de convertir son crédit evisa.dgdi.ga) a été lancé depuis quelque
de téléphone en data selon une simple mani- temps : il suffit de remplir strictement la
pulation : pratique pour rester connecté sans demande en ligne et, une fois le mail de
confirse ruiner. mation reçu, payer à son arrivée à l’aéroport.
Il n’est donc pas rare de croiser un Gabonais Le site Internet connaît quelques turpitudes,
avec 2 ou 3 portables : à la fois pour pallier les mais, globalement, il fonctionne. Des frais de
difficultés de réseau mais aussi pour profiter traitement supplémentaires sont appliqués,
des nombreuses opérations de promotions, mais cela ne revient pas forcément plus cher
la bataille pour séduire les utilisateurs est que de passer par des intermédiaires.
féroce ! Faites comme eux, n’hésitez pas w w Une autre procédure consiste à demander
à vous procurer plusieurs puces pour faire une autorisation d’entrée pour obtenir son visa,
jouer la concurrence selon vos besoins : sur place, à l’arrivée. Les démarches doivent
vous pourrez même acheter un portable être réalisées par un correspondant résidant
tout simple avec deux puces pour 15 000 à au Gabon au moins 5 semaines avant votre
20 000 FCFA. voyage auprès de la DGDI. Il est recommandé
de passer par des sociétés facilitatrices dans Décalage horaire votre pays de résidence ou par les nombreux
GMT +1. Quand il est 17h à Paris (heure d’été), réceptifs du Gabon qui proposent cette
presil est 16h à Libreville. En heure d’hiver, c’est tation. C’est un service un peu plus onéreux
la même dans les deux pays. mais qui représente au final un temps précieux
et une sérénité difficilement quantifiable. Formalités
Comptez trois semaines de délai environ.
Pour entrer au Gabon, en plus d’un passeport
en cours de validité de plus de 6 mois avant la Saisonnalité
date d’expiration et une preuve de vaccination L’année voit se succéder saisons sèches et
contre la fièvre jaune (attention à être à jour, saisons des pluies. A la grande saison sèche
les autorités sanitaires pourraient vous infliger (de juin à novembre) succède une petite saison
une piqûre dans l’aérogare), les ressortissants des pluies d’octobre à décembre. Une petite
étrangers sont soumis à l’obligation de visa, saison sèche (de janvier à mars) précède une
même pour un séjour touristique de moins grande saison des pluies de février à mai. A
de 3 mois. chaque moment de l’année, et quelle que
w w Il est possible d’effectuer les démarches soit la saison, le Gabon présente un attrait
de demande de visa directement auprès des particulier. Nous conseillons cependant de
représentations diplomatiques et consulaires visiter le pays en saison sèche pour pouvoir
gabonaises de votre pays de résidence. Prévoir se déplacer plus facilement par les voies
au minimum trois semaines de délai entre de communication terrestres de l’intérieur.
le dépôt de la demande et l’octroi du visa. L’occasion aussi pour ceux qui craignent les
Attention : il est demandé de venir chercher fortes chaleurs humides de profiter du pays
son visa en personne. sans trop en souffrir.Idées de séjour
Voici quelques propositions de voyages qui w w Jour 4. Prendre un bon petit déjeuner dans
demeurent envisageables, en termes d’orga- l’une des charmantes boulangeries de la ville.
nisation, pour un touriste. Elles s’articulent Se balader dans les sentiers ombragés de la
autour des trois grandes villes du pays, ces forêt de la Mondah.
dernières bénéficiant d’un réseau de
transPort-Gentil et ses environsports relativement fiable et développé.
Pour les coins plus difficiles d’accès, il faut w w Jour 1. Départ de Port-Gentil le matin
compter un mois de voyage pour tenter de les en direction de la lagune du Fernan Vaz.
découvrir. Il faut faire preuve de débrouillardise S’émerveiller devant les paysages sublimes de
et d’énormément de patience, car les aléas la forêt entrecoupée de cours d’eau. S’arrêter
climatiques, routiers et politiques restent aussi pour découvrir les petits villages pittoresques
innombrables qu’imprévisibles. Les parcs de en bord du fleuve, et manger du poisson grillé
Loango, d’Ivindo, ou encore de Moukalaba- sur la rive.
Doudou ne seront connus que des plus habiles
w w Jour 2. Remonter la rivière M’Pivié en et téméraires voyageurs.
pirogue où les crocodiles se réchauffent au Il est possible de s’aventurer en autonomie
soleil et arrêt au retour à la charmante mission dans les villes et leurs alentours, et sur les
Saint-Anne.grands axes routiers du pays. Cependant, pour
w w Jour 3. Journée pique-nique au bord de s’orienter vers les sentiers (encore) moins
l’océan et, en fin de journée, avec un peu battus, il est indispensable de se tourner vers
de chance, vous croiserez les buffles et les une agence qui obtiendra diverses permissions
éléphants qui viennent se promener sur la et des guides expérimentés.
plage. Navette dans l’après-midi pour
PortSéjours courts Gentil, où vous pourrez prendre un verre dans
l’un des bars bien fréquentés du centre-ville.Si vous optez pour l’un de ces séjours, sachez
qu’il faut obligatoirement réserver tous ses
Le sud-est : Bakoumba hébergements à l’avance et se renseigner
et les plateaux Batékéauprès des prestataires sur le moyen de
transport le plus approprié pour s’y rendre. w w Jour 1. Prendre le Transgabonais depuis
Libreville la veille au soir. Dormir dans le train,
Libreville et ses environs avant de descendre dans la petite gare de
w w Jour 1. Visite du centre-ville en voiture. Moanda. Réserver à l’avance dans le parc
Admirer la cathédrale et la mission Sainte- de Lékédi, dont le chauffeur vous attendra à
Marie, et faire un tour du Musée national. l’arrivée. L’après-midi, découverte rapide de
Balade dans le quartier authentique et animé la forêt du parc, ses chimpanzés et
potamode Nombakélé, manger des brochettes de chères, avant de traverser son pont de fer de
poisson dans un maquis pour ceux qui ont le 35 m de haut. Le soir, prendre un verre et se
ventre solide. Si la saison le permet, faire une détendre sous la paillote.
excursion en bateau l’après-midi pour voir les w w Jour 2. Tôt le matin, s’aventurer dans la
baleines avec Arnaud Duffy. Sinon, faire son forêt avec des experts des mandrills, et tout
shopping dans le grand marché de Mont-Bouët. apprendre de cette espèce fascinante de singe.
w w Jour 2. Départ le matin en bateau vers la L’après-midi, sortir en pirogue pour voir, sur
Pointe Denis ou Nyounié, où vous passerez une leur île, se balader les gorilles en réinsertion.
belle nuit dans un bungalow, et profiterez des En rentrant, faire un tour du vivarium pour
belles plages et paysages de mangrove. Les contempler vipères et pythons.
chanceux apercevront même quelques ani- w w Jour 3. Départ le matin pour le parc de
maux sauvages pendant les sorties en safari. Léconi. S’arrêter en chemin au Pont de Lianes
w w Jour 3. Rentrer le soir à Libreville, bien repo- et pique-niquer dans la nature. Baignade
sé, pour profiter d’une soirée plus rock ‘n’roll. à la rivière Léconi au quartier Les Eaux
Commencer la soirée à Joyce African Dreams Claires. Arriver le soir au petit village de Léconi.
pour un cocktail, puis enchaîner avec les clubs Les plus festifs se lanceront alors dans une
du quartier Louis pour une nuit mouvementée. petite tournée des bars-maquis du centre.INVITATION AU VOYAGE
IDÉES DE SÉJOUR √ 13
w w Jour 4. Le matin, découvrir le canyon rose
avec la luminosité du soleil levant, puis balade
et pique-nique dans le parc dont le panorama à
perte de vue tranche avec le milieu de la forêt.
Découverte de la faune importée et locale.
Rentrer en fin d’après-midi sur Franceville,
juste le temps de prendre un verre et une
brochette de poulet dans le Couloir de la Mort
et de reprendre le Transgabonais.
Séjour long : le tour du Gabon
(3 semaines ou un mois)
Prévoir ce type de séjour pendant la saison
sèche, de juin à septembre.
w w Jours 1 à 3. Arrivée à Libreville et visite du
centre-ville. En voiture, remonter sur la côte
jusqu’au Cap Santa Clara, ou Cap Estérias, où
vous pourrez loger dans un petit hôtel typique
ou bien camper. Ne pas rater les multiples
petites plages sauvages sur cette route et la
découverte de la forêt classée de la Mondah.
On y voit okoumé, parasoliers et immenses
Traces de passages de tortues sur le sable.ficus et orchidées.
w w Jours 4 à 8. Prendre l’avion ou le bateau la Pointe Denis ou à Ngounié pour se détendre
pour Port-Gentil. Là, savourer le rythme tran- au bord de la plage. A Libreville, acheter ses
quille de cette petite ville balnéaire. Puis derniers souvenirs au marché de Mont Bouët
prendre la navette pour le Fernan Vaz pour ou chez Wax Me.
y contempler les abords du parc de Loango.
Visiter la mission Sainte-Anne en pirogue, et Séjour thématique
balade à pied pour voir les oiseaux.
Circuit pêchew w Jours 9 à 12. Retour sur Port-Gentil.
Prendre la pirogue ou le bateau pour w w Jour 1. Arrivée à Libreville, visite du
centreLambaréné. Visite de la ville et de l’incontour- ville. Tour rapide à la cathédrale, au Musée
nable hôpital du docteur Schweitzer. Traîner national, faire son shopping au grand marché
l’après-midi chez Carpe Diem en contemplant de Mont-Bouët.
la belle vue sur l’Omboué.
w w Jour 2. Départ le matin pour Gamba. Visite
w w Jour 13. Rentrer sur Libreville en voiture de la Smithsonian Institution pour avoir une
ou en bus. Le soir, prendre le train de nuit, ou belle vue d’ensemble de la biodiversité du
si possible la voiture, pour le parc de la Lopé. pays. Transfert en pirogue à travers la lagune
w w Jours 14 à 18. Visite du parc de la Lopé, jusqu’à Sette Cama. Installation, en fonction
l’une des perles du Gabon. de ses envies, dans l’un des deux camps
spécialisés dans la pêche sportive.w w Jours 18 à 21. Reprendre le dernier bras du
Transgabonais jusqu’à Franceville. Réserver w w Jours 3 à 5. Départ en mer très tôt pour
à l’avance dans le parc de Lékédi, on viendra traquer le capitaine, le barracuda ou le requin
vous chercher et on organisera de nombreuses bouledogue. Retour au camp. Petite sieste
activités dans ce magnifique parc : excursions pour un départ en fin de journée pour rentrer
pédestres dans la forêt, observation de spéci- au milieu de la nuit, en fonction des prises.
mens rares comme les gorilles et les mandrills. Balades et farniente.
w w Jours 22 à 24. Continuer sur le parc de w w Jour 6. Départ pour Gamba. Transfert via
Léconi pour admirer ses somptueux paysages 4x4 pour varier les plaisirs et traverser forêt
et canyons. et savane. Transfert pour Libreville.
w w Jours 25 à 30. Rentrer tranquillement w w Jour 7. Dernière journée à Libreville. Petit
à Libreville en voiture ou par train. Depuis marché artisanal ou quelques courses au
Libreville, faire une excursion de deux jours à marché si ce n’est pas déjà fait avant le départ.
© BERNADETTE VOISINs e c o ur s- ca t h o li q u e . o rg
B P 4 5 5 - 7 5 0 0 7 P A R I S
KMOGRAF* - PHOTO : ELODIE PERRIOT INVITATION AU VOYAGE
Comment partir ?
PARTIR EN VOYAGE ORGANISÉ
Les offres pour le Gabon sont essentiellement wVIE SAUVAGE
e24, rue Vignon (9 )axées sur l’aspect nature du pays : vision
Paris & 01 44 51 08 00faune, flore et activités pêche. Parmi les
www.viesauvage.fr – info@viesauvage.frnombreuses espèces animales à observer,
Spécialiste du voyage d’aventure, Vie Sauvage quelques vedettes : le gorille, le mandrill,
programme un circuit au Gabon dans le « Parc les baleines à bosse, les tortues luth. Vous
National de Loango » (9 jours). Un voyage trouverez donc des safaris, des randonnées,
axé sur la découverte de la faune locale : des voyages écotouristiques ou encore des
hippopotames, gorilles, buffles, éléphants… séjours pêche.`
Hébergement en camps de tentes et hôtels/
lodges.Voyagistes
wÉCHANGES-VOYAGES
Spécialistes 11, rue Renaudot
Vous trouverez ici les tour-opérateurs spécia- Toulouse & 05 62 14 06 90
lisés dans votre destination. Ils produisent www.echanges-voyages.com
eux-mêmes leurs voyages et sont générale- info@echanges-voyages.com
ment de très bon conseil car ils connaissent Liste et modalités des séjours sur le site Internet.
la région sur le bout des doigts. Spécialiste de la randonnée et du trekking,
À noter que leurs tarifs se révèlent souvent Echanges-Voyages conçoit des séjours à la
un peu plus élevés que ceux des généralistes. carte et hors des sentiers battus.
UN SÉJOUR UNIQUE
DANS UNE RÉSERVE
AU BORD DE L’OCÉAN
OÙ SE MÉLANGENT
RIVIÈRES, SAVANES,
FORÊT, LACS,
PLAGES INFINIES ...
ET OÙ LES HABITANTS SONT
Éléphants, Buffles, Sitatungas,
Gorilles, Chimpanzés, Baleines…16 ® COMMENT PARTIR ?
Son équipe de spécialistes qualifiés permet
une approche spécifique de la destination, en
toute sécurité et avec un désir de
personnalisation de l’expérience. C’est d’ailleurs pour
toutes ces raisons que l’agence privilégie les
petits groupes constitués. Travaillant aussi
bien avec des individuels, que CE et groupes
institutionnels, Echanges-Voyages s’engage
localement dans les destinations couvertes,
notamment à travers la mise en place de
formations professionnalisantes, la conception
de randonnées labellisées par les autorités
touristiques, etc. C’est le cas à São Tomé et
Príncipe et le fondateur de l’agence, Daniel
M’fyqfsjfodf!fu Geevers, est l’auteur de la reconnaissance
MB!sfgfsfodf!bv!Hbcpo et de la rédaction consacrée aux idées de
séjours « randonnées et trekking » dans cet
archipel pour le Petit Futé.
wHÉLIADES
& 0 892 23 15 23
www.heliades.fr
resaweb@heliades.fr
Héliades propose une large gamme de voyages
pour São Tomé. Séjours en hôtels, combinés,
autotours… Plusieurs formules existent,
dont deux circuits « Saveurs et couleurs » et
« Nature, les chemins des Roças » qui alternent
de façon judicieuse visites et détente.
wMÉMOIRE D’UN FLEUVE
e66, rue de Rome (8 )
Paris
& +33 6 80 38 41 75
www.memoiredunfleuve.com
jmseafishing@wanadoo.fr
Jean-Michel Sy organise des destinations
pêche sur N’Dogo, à Sette Cama, où les
prises possibles sont nombreuses :
barracudas, capitaines, carangues, carpes
rouges... Hébergement au campement CH2O.
L’accompagnement est assuré par un guide
de pêche expérimenté.
wSECRETS DU MONDE
e1, villa Moderne (14 )
Paris & 01 45 42 64 44
www.secretsdumonde.com
info@secretsdumonde.com
Spécialiste et précurseur des voyages depuis
près de 23 ans, Secrets du Monde propose
des séjours individuels à São Tomé et Príncipe.
dfousf.wjmmf L’équipe met ses connaissances à votre
dispo,352!15!36!:8!18 sition pour élaborer des voyages dans les
hôtels de sa sélection. Préparez avec leurs ,352!18!75!5:!::
spécialistes l’armature de votre séjour et
mbolotours@yahoo.fr profitez, en toute liberté et à votre rythme,
des charmes de l’archipel.18 ® COMMENT PARTIR ?
Réceptifs
wANAELLE VOYAGES
Face à l’UGB
Rue Centre médico-social
LIBREVILLE
& +241 06 39 02 41 / +241 01 74 20 82 /
+241 07 09 22 37
www.anaellevoyage.comDepuis 1975,
reservation@anaellevoyage.comdes voyages à votre image !
L’agence Anaelle Voyages, agréée IATA, propose
des services de billetterie sur toutes les
compagnies aériennes, un accueil à l’aéroport, des
offres de circuits touristiques au Gabon,
notamment des circuits nature et culture, à
destination de Libreville, Pongara, monts de
Cristal, Lambaréné, plateaux Batéké et Lopé et
des découvertes culturelles chez les Pygmées à
Waka. Toutes les prestations sont valables pour
des groupes à partir de 2 personnes.
wEURAFRIQUE VOYAGES
Centre-ville, rue de la Poste
LIBREVILLE
& +241 01 76 27 87
www.gabon-destinationinsolite.com
eurafrique_voyages@yahoo.fr
Agence de voyages présente au Gabon depuis
plus de trente ans, Eurafrique Voyages est une
entreprise familiale qui a l’ambition de proposer
des voyages à la carte avec un maximum
de sécurité, ce qui limite l’offre en Afrique.
Cependant, vous pouvez effectuer des circuits
dans tous les réceptifs classiques : Nyonyé,
Pongara, et l’agence organise des excursions
vision des baleines au départ de Michel Marine.
wGLOBE-TROTTER
Rue du Consulat de France
Immeuble SONAGAR
LIBREVILLE & +241 01 77 35 76 /
+241 01 77 35 77 / +241 07 50 72 73
globetrottergabon@yahoo.fr
Agence sérieuse qui organise des circuits à
travers tout le pays. Thématiques, à la carte,
tout est possible et vous trouverez une oreille
attentive pour vous aider dans vos démarches.
Propose également des billets d’avion.
wNGONDETOUR
Okala Ciciba – LIBREVILLE
& +241 02 14 71 20 / +241 07 44 48 57
www.ngondetour.com
info@ngondetour.com
Fondé par Paul-Armand Mombey, véritable
entrepreneur gabonais, Ngondetour s’est +241 01 76 27 87
imposé au fil du temps comme l’un des opéra-eurafrique_voyages@yahoo.fr
teurs de référence dans l’organisation d’excur-INVITATION AU VOYAGE
COMMENT PARTIR ? √ 19
Une autre vision de l฀excellence
Centre-ville, immeuble SONAGAR
& +241 01 77 35 76
& +241 01 77 35 77
& +241 07 50 72 73
globetrottergabon@yahoo.fr
sions et de circuits intégrant la découverte de wMISTRAL VOYAGES
Immeuble Diamantla nature et de la culture gabonaises. A la carte,
avec des tarifs standards, l’agence propose de LIBREVILLE
visiter Lopé, le Haut-Ogooué, Loango, Sette & +241 01 76 04 21 / +241 01 76 12 22
Cama, Pongara, Akanda, Lambaréné ou www.ecotourisme-gabon.com
Nyonié. Mais c’est surtout dans les opérations infos@mistral-voyages.net
sur mesure, montées par une équipe proche du Depuis plus de vingt ans, l’agence a tissé
terrain, qui prépare sérieusement les circuits un réseau de connaissances des principaux
et ajuste au mieux les étapes en fonction des acteurs du tourisme dans toutes les régions
imprévus, que l’agence performe. D’ailleurs, du pays. Elle a, de surcroît, le mérite d’avoir
elle est l’une des rares à employer à temps une bonne connaissance du terrain. L’agence
plein un guide diplômé, issu de la première est bien organisée pour effectuer tout type
promotion portée par l’ANPN. de séjour, du luxueux au plus « roots » en
L’agence propose également des extensions passant par des circuits à thèmes (faune, flore,
sur les pays voisins : parcs de Centrafrique, activités pêche ou culture). Vous y trouverez
du Congo-Brazzaville et São Tomé. Equipe également les ouvrages spécialisés utiles pour
sympathique, serviable, à l’écoute, attentive : la découverte du pays : livres sur les oiseaux,
on recommande. la faune, cartes et descriptif des circuits. 20 ® COMMENT PARTIR ?
Une filiale de l’agence, à Marseille, permet
d’avoir un interlocuteur direct en France. Les FLASH agents travaillent en direct ou par
l’intermédiaire de tour-opérateurs allemands et SERVICES
sud-africains, italiens et russes. L’agence
s’efforce de coller au mieux aux souhaits des Arnaud Dufy
touristes et concocte des circuits sur mesure. Tél. +241 07 09 35 55
Vous pouvez envisager de faire une extension lashservicesdufy@yahoo.fr
sur l’archipel de São Tomé et Príncipe en toute
sérénité car l’agence est aussi implantée au
cœur de la ville de São Tomé.
w w Autre adresse : En France, 111 rue du
Commandant Rolland, 13008 Marseille
& 04 91 54 73 71
wFLASH SERVICES – ARNAUD DUFFY
Port de Michel Marine
LIBREVILLE
& +241 07 09 35 55
flashservicesduffy@yahoo.fr
Vision baleine : la demi-journée 50 000 FCFA
par personne. Des boissons sont offertes.
Réserver en avance.
Arnauld Duffy est passionné par la mer et les
cétacés. Il a vécu son enfance au Gabon, se
passionnant d’abord pour la pêche sportive
puis plus tard pour les baleines à bosse,
dont il a désormais une grande expérience.
Il passe ses journées en mer à la saison
où les baleines sont dans les environs, de
juillet à septembre. Sortant tous les jours et
notant les points où il les rencontre chaque
fois, il sait approximativement où elles sont
et vous avez peu de risque de ne pas les voir.
Les sorties se font par groupes d’environ
10 personnes dans un bateau de pêche, ce
qui permet une proximité et une vue
imprenable sur les baleines. Arnauld Duffy attache
une grande importance à la sécurité et à
la satisfaction de ses clients. Pour les plus Excursions demi-journée BALEINE
téméraires, possibilité de se mettre à l’eau
pour les observer d’encore plus près.sories Pêches sporives
wPREMIUM AGENCEtransferts bateau
LIBREVILLE & +241 05 53 72 57
premium.agence@yahoo.com
Ouvert toute l’année. Service sur mesure de
l’arrivée à l’aéroport jusqu’à votre retour de
mission ou voyage. Clé en main.
L’agence gérée de main de maître par une
working-girl au réseau surdimensionné et
au capital sympathie unique saura vous
faire passer un séjour agréable. Que cela
soit d’une simple excursion de 2 jours à
Pointe-Denis au voyage d’affaires avec vol,
hébergement, prise en charge d’un chauffeur
avec voiture.INVITATION AU VOYAGE
COMMENT PARTIR ? √ 21
wMBOLO TOURS
Centre-ville – LIBREVILLE
& +241 04 25 97 07 / +241 07 64 49 99
mbolotours@yahoo.fr
Sur le plateau en face
du grand marché artisanal
Mbolo Tours propose des prestations pour
organiser un circuit depuis l’étranger ou pour les
résidents sur place. En plus de l’assistance à la
billetterie, de la facilitation des démarches
administratives d’entrée sur le territoire et d’obtention
des visas, l’agence offre un panel de séjours
touristiques à des tarifs variés en fonction de
la nature du séjour à partir de 55 000 FCFA
M’fyqfsjfodf!fupar jour (monts de Cristal) en camping jusqu’à
MB!sfgfsfodf!bv!Hbcpobeaucoup plus en lodge. Excursions et sites
proposés : Nyonié, monts de Cristal, Pointe
Denis, Lambaréné, Sette Cama, Iguéla, Lopé,
Poubara, Lékédi (Bakoumba), plateaux Batéké,
Ivindo, chutes de Kongou, Cap Caravane et
depuis peu São Tomé et Príncipe.
Sites comparateurs et enchères
Plusieurs sites permettent de comparer les
offres de voyages (packages, vols secs, etc.)
et d’avoir ainsi un panel des possibilités et
donc des prix. Ils renvoient ensuite l’internaute
directement sur le site où est proposée l’offre
sélectionnée.
wBILLETSDISCOUNT
& 01 40 15 15 12
www.billetsdiscount.com
Le site Internet permet de comparer les tarifs
de vol de nombreuses compagnies à
destination de tous les continents. Outre la page
principale avec la recherche générale, des
onglets spécifiques (Antilles, océan Indien,
Océanie, Afrique, Amérique du Nord et Asie)
permettent de cibler davantage les recherches.
wEASYVOYAGE
& 08 99 19 98 79
www.easyvoyage.com
Le concept d’Easyvoyage.com peut se résumer
en trois mots : s’informer, comparer et réserver.
Des infos pratiques sur quelque 255
destinations en ligne (saisonnalité, visa, agenda…)
vous permettent de penser plus efficacement
votre voyage. Après avoir choisi votre
destination de départ selon votre profil (famille,
budget…), Easyvoyage.com vous offre la
possibilité d’interroger plusieurs sites à la fois dfousf.wjmmf
concernant les vols, les séjours ou les circuits. ,352!15!36!:8!18
Enfin grâce à ce méta-moteur performant, vous
,352!18!75!5:!::pouvez réserver directement sur plusieurs
bases de réservation (Lastminute, Go Voyages, mbolotours@yahoo.fr
Directours… et bien d’autres).22 ® COMMENT PARTIR ?
wILLICOTRAVEL vous proposer les offres les plus intéressantes
www.illicotravel.com du moment. Les prix sont donnés TTC et
Illicotravel permet de trouver le meilleur prix incluent donc les frais de dossier, d’agence…
pour organiser vos voyages autour du monde.
wPRIX DES VOYAGESVous y comparerez les billets d’avion, hôtels,
www.prixdesvoyages.comlocations de voitures et séjours. Ce site très
Ce site est un comparateur de prix de voyages, simple offre des fonctionnalités très utiles
permettant aux internautes d’avoir une vue comme le baromètre des prix pour connaître
d’ensemble sur les diverses offres de séjours les meilleurs prix sur les vols à plus ou moins
proposées par des partenaires selon plusieurs 8 jours. Le site propose également des filtres
permettant de trouver facilement le produit qui critères (nombre de nuits, catégories d’hôtel,
répond à tous vos souhaits (escales, aéroport prix, etc.). Les internautes souhaitant avoir
de départ, circuit, voyagiste…). plus d’informations ou réserver un produit
sont ensuite mis en relation avec le site du
wJETCOST partenaire commercialisant la prestation. Sur
www.jetcost.com Prix des Voyages, vous trouverez des billets
contact@jetcost.com
d’avion, des hôtels et des séjours.Jetcost compare les prix des billets d’avion
et trouve le vol le moins cher parmi les offres wVOYAGER MOINS CHER
et les promotions des compagnies aériennes www.voyagermoinscher.com
régulières et low cost. Le site est également Ce site référence les offres de près de
un comparateur d’hébergements, de loueurs 100 agences de voyages et tour-opérateurs
d’automobiles et de séjours, circuits et croi- parmi les plus réputés du marché et donne
sières. ainsi accès à un large choix de voyages, de
vols, de forfaits « vol + hôtel », de locations, wLILIGO
etc. Il est également possible d’affiner sa www.liligo.com
recherche grâce au classement par thèmes : Liligo interroge agences de voyage,
compathalasso, randonnée, plongée, All Inclusive, gnies aériennes (régulières et low cost), trains
voyages en famille, voyages de rêve, golf ou (TGV, Eurostar…), loueurs de voiture mais
aussi 250 000 hôtels à travers le monde pour encore départs de province.
PARTIR SEUL
w w Gabon. Partir seul depuis l’Europe n’est pas si ce n’est pas prévu au départ, de se rendre
impossible. Vous pourrez, depuis chez vous, sur place. Les aléas existent aussi mais sont
organiser les grandes lignes de votre voyage : beaucoup plus ajustables. Attention
cependurée, ce que vous avez envie de faire, prendre dant, il n’est pas toujours facile de joindre le
votre billet d’avion et imaginer un circuit. pays depuis l’étranger. Là aussi, passer par
Cependant, vous ne pourrez pas facilement un voyagiste peut faire gagner du temps.
finaliser les détails : modifications fréquentes
En aviondes jours et heures de vols intérieurs, heures
de train, et des changements de gérance sur w w Gabon. Le prix moyen d’un vol
Parisplace. Il est recommandé de s’adresser à Libreville est de 900 E. La variation de prix
un voyagiste pour ne pas avoir de surprises dépend de la compagnie empruntée, du délai
désagréables, particulièrement si vous ne de réservation et de la période du voyage. Pour
disposez pas de beaucoup de temps. obtenir des tarifs intéressants, il est
indispenSi vous en avez, prévoyez plusieurs jours « off » sable de vous y prendre très en avance. Et
à Libreville avant d’arpenter le pays afin de n’oubliez pas que Noël et le mois d’août sont
finaliser le tout. Voyager seul au Gabon est des périodes très chargées, les expatriés
un peu plus simple pour les résidents, même rentrant souvent dans leur pays d’origine…
si la majorité d’entre eux passe aussi par des w w São Tomé. Le prix moyen d’un vol Paris-São
réceptifs locaux. Tomé est également de 900 E. Par contre,
w w São Tomé. Se rendre à São Tomé depuis venir de Libreville ne coûte, en moyenne, que
l’Europe se décide facilement, y compris quand 200 E. Là aussi, tout dépend de la période à
on est au Gabon et que l’on a envie, même laquelle vous souhaitez voyager.INVITATION AU VOYAGE
COMMENT PARTIR ? √ 23
Surbooking, annulation, retard de vol :
obtenez une indemnisation !
AIR-INDEMNITE.COM
www.air-indemnite.com
contact@air-indemnite.com
Des problèmes d’avion (retard de vol, annulation ou surbooking) gâchent le séjour de
millions de vacanciers chaque année. Bonne nouvelle : selon la réglementation, les
voyageurs ont droit jusqu’à 600 € d’indemnité par passager ! Mauvaise nouvelle :
devant la complexité juridique et les lourdeurs administratives, très peu de passagers
parviennent en réalité à se faire indemniser.
w La solution? air-indemnite.com, pionnier et leader français depuis 2007, simplifiera
toutes les démarches en prenant en charge l’intégralité de la procédure. Analyse et
construction du dossier, échanges avec la compagnie, suivi de la procédure, versement
des indemnités : air-indemnite.com s’occupe de tout et obtient gain de cause dans
9 cas sur 1O. Air-indemnite.com se rémunère uniquement par une commission sur
l’indemnité reçue. Si la réclamation n’aboutit pas, rien ne sera donc déboursé !
Principales compagnies wEASY VOLS
& 08 99 19 98 79desservant la destination
www.easyvols.fr
wAIR FRANCE Comparaison en temps réel des prix des
& 3654 billets d’avions chez plus de 500 compagnies
www.airfrance.fr aériennes.
Air France assure un vol quotidien direct entre
wSKYPICKERParis (CDG) et Libreville. Compter 7h de trajet.
fr.skypicker.com – info@skypicker.com
wETHIOPIAN AIRLINES Skypicker.com est un comparateur de vols
66, avenue des Champs Elysées créé par un investisseur tchèque, Ji ří Hlavenk,
eParis (8 ) en 2012. Son interface est révolutionnaire.
& 0 825 826 135 Grâce à une carte interactive et en un clic sur
www.ethiopianairlines.com la ville de départ, tous les prix aux quatre coins
La compagnie propose plusieurs vols hebdo- du globe s’actualisent, que ce soient les vols
madaires vers Libreville. Prévoir une escale à low cost ou les compagnies régulières. L’intérêt
Addis Abeba. Départ le soir à 22h15, arrivée de ce comparateur de vols est qu’il propose
le lendemain à Libreville. des voyages entre 50 % et 90 % moins chers
et ce grâce à une base de données de plus
wROYAL AIR MAROC de 100 compagnies aériennes référencées,
38, avenue de l’Opéra telles que Ryanair, Wizz Air, Air Asia, Jetstar eParis (2 ) ou Southwest Airlines.
& 0 820 821 821
www.royalairmaroc.com wSKYSCANNER
callcenter@royalairmaroc.com www.skyscanner.fr
La compagnie marocaine propose des vols Ce moteur de recherche permet de comparer
plusieurs fois par semaine vers Libreville avec les vols bon marché, mais aussi les hôtels et
une escale à Casablanca. locations de voiture dans le monde entier. Très
populaire auprès des internautes, il dispose
Sites comparateurs de sérieux atouts : une très grande rapidité,
Certains sites vous aideront à trouver des l’affichage en un clic de la durée du vol et
billets d’avion au meilleur prix. Certains d’entre des liaisons directes (ou non), la possibilité
eux comparent les prix des compagnies régu- de comparer les prix sur un mois… Le site
lières et low cost. Vous trouverez des vols propose également de recevoir par mail une
secs (transport aérien vendu seul, sans autres alerte en cas de changement de prix. Utile
prestations) au meilleur prix. et pratique !24 ® COMMENT PARTIR ?
et les assurances. Les bonus BSP : réservez Location de voitures
dès maintenant et payez seulement 5 jours
wAVIS avant la prise de votre véhicule, pas de frais
& 08 21 23 07 60 / +377 93 30 17 53 de dossier ni d’annulation, la moins chère
www.avis.fr des options zéro franchise.
Avis est un loueur de voiture. Mais pas
wTRAVELERCARseulement ! Au-delà de la seule location
e7, rue du Docteur Germain Sée (16 )de voiture, les agents d’Avis, présents dans
Paris165 pays, conseillent et renseignent sur
& 01 73 79 27 21le choix du véhicule, sur les services, les
www.travelercar.comaccessoires… De la simple réservation d’une
contact@travelercar.comjournée à plus d’une semaine, Avis s’engage sur
Service disponible aux aéroports de Roissy-plusieurs critères, sans doute les plus
imporCDG, Orly et Beauvais.tants. Proposition d’assurance, large choix de
Agir en éco-responsable tout en mutualisant véhicules de l’économique au prestige (petites
l’usage des véhicules durant les vacances, citadines, berlines équipée, 4x4, cabriolets,
c’est le principe de cette plateforme d’éco-minibus, prestige etc.) avec un système de
nomie du partage, qui s’occupe de tout (prise réservation rapide et efficace.
en charge de votre voiture sur un parking de
wBSP AUTO l’aéroport de départ, mise en ligne, gestion et
& 01 43 46 20 74 location de celle-ci à un particulier, assurance
www.bsp-auto.com et remise du véhicule à l’aéroport le jour
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 21h30 ; le de votre retour, etc.). S’il n’est pas loué, ce
week-end de 9h à 20h. Location de voitures service vous permet de vous rendre à
l’aérosur votre mobile. port et d’en repartir sans passer par la case
La plus importante sélection de grands transports en commun ou taxi, sans payer le
loueurs dans les gares, aéroports et parking pour la période de votre déplacement !
centres-villes. Les prix proposés sont parmi Location de voiture également, à des tarifs
les plus compétitifs du marché. Les tarifs souvent avantageux par rapport aux loueurs
comprennent toujours le kilométrage illimité habituels.
SÉJOURNER
w w São Tomé. De nombreuses possibilités Se loger
pour se loger, du camping à l’hôtel de luxe,
w w Gabon. L’hôtellerie est un secteur en plein en passant par les roças de charme et les
extension, excepté dans les villages les plus pensions familiales à des prix très variés.
reculés. Malheureusement, on construit Même problème d’entretien des structures
beaucoup de nouveaux hébergements sans existantes. Penser à toujours réserver ou au
pour autant penser à rénover ou restaurer moins prévenir de son arrivée au risque de
ceux déjà existants. ne pas être dans la capacité de vous recevoir
A Libreville, se loger reste cher. Il est difficile (complet, absence de nourriture ou de draps,
de trouver une chambre correcte à moins de
etc.).30 000 FCFA. Les prix moyens tournent autour
de 60 000 FCFA. Hors de la capitale, les tarifs Se déplacer
deviennent plus abordables. Pour les petites
w w Gabon. Il est très difficile de se déplacer bourses, la solution des missions chrétiennes
au Gabon, même les Gabonais connaissent est intéressante quand elle est possible.
rarement plus de trois villes dans le pays. On peut camper partout au Gabon, à ses
En règle générale, les transports au Gabon risques et périls, excepté dans la forêt où les
peuvent réserver des surprises.animaux représentent un réel danger qui ne
Les réseaux routiers même s’ils commencent vous permettra pas de partir sans guide. En
à se développer, deviennent vite impraticables bord de plage, à proximité de Libreville, il faut
se méfier des agressions. Seul le bord de plage en saison des pluies, alors que les grands
dans des lieux plus sauvages est vraiment axes restent beaucoup plus sûrs. Il y a à cela
envisageable, excepté les parcs nationaux. plusieurs raisons : tout le réseau n’est pas INVITATION AU VOYAGE
COMMENT PARTIR ? √ 25
goudronné et les pistes mal entretenues se
dégradent vite, particulièrement quand elles
sont soumises aux passages des grumiers,
qui, ultra chargés, y circulent à très grande
vitesse. Ils ne circulent pas le samedi ni le
dimanche et arrêtent réglementairement de
rouler à partir de 18h. Notez qu’il n’existe pas
encore de route entre Libreville et Port-Gentil
ni entre Port-Gentil et Omboué. Peut-être à
l’orée 2017, mais d’ici là, il faut prendre le
bateau ou l’avion.
Le transport maritime est dépendant des
heures de marée, les heures de départ et
d’arrivée sont donc approximatives. Il faut
toujours se renseigner la veille pour
confirmation.
Les compagnies aériennes représentent
actuellement le moyen de transport le plus
rapide et le plus fiable, même si les retards
sont quotidiens, quelle que soit la compagnie.
Les liaisons intérieures ont un coût exorbitant,
surtout sur les petits trajets fréquemment Panneau routier attention aux éléphants.
empruntés, comme Libreville – Port-Gentil.
Une seule ligne de train, le Transgabonais, une marge pour les connexions. Gamba est
va d’Owendo à Franceville en passant entre connectée à Libreville via POG. Pour aller plus
autres par la Lopé. Il circule la nuit. Les au sud (Mayumba), il faut partir de Libreville en
wagons sont (très) climatisés, les départs vol direct.Malgré la profusion de compagnies
peuvent avoir jusqu’à deux heures de retard, en concurrence sur les mêmes lignes, les billets
mais de nombreux efforts sont faits pour restent assez chers (à partir de 60 000 FCFA
éviter ces retards. Certains voyageurs sont l’aller simple).Les vols régionaux partent de
même déjà arrivés à l’heure pile à Libreville ! Libreville et y reviennent toujours dans la
même journée, à la fréquence de 2 à 5 vols w w A São Tomé. Les distances sont très
par semaine suivant les destinations.courtes, mais un petit 4x4 permet d’aller
w w São Tomé. L’avion est indispensable pour partout. Certaines portions de route sont en
relier l’île. Les dessertes s’intensifient : on mauvais état et mal signalées. Le taxi est
peut désormais y arriver ou en partir au moins une solution économique et fiable, mais qui
une fois par jour en fonction des trajets. A nécessite plus de temps et plus de marche ! Le
prévoir dans votre planning, si vous souhaitez plus pratique est de louer une voiture, ou une
effectuer une extension dans un autre pays.moto, avec chauffeur qui fait également guide.
BateauAvion
w w Gabon. Deux compagnies fluviales, la CNI et w w Gabon. La mise sur liste noire européenne
la Sonaga, permettent de relier les principales de la plupart des compagnies aériennes
villes côtières : Libreville, POG et Gamba. Pour (OACI), résultat de manquement au niveau des
des traversées plus courtes, on fait appel à des contrôles aériens, pose un problème de taille,
pirogues : POG-Omboué, Gamba-Sette Cama, mais a cependant permis des procédures de
POG-Lambaréné, mais le confort est minimal mise aux normes indispensable. Relativement
et la pirogue n’est souvent pas couverte. bien développé, compte tenu du réseau
Sous les eaux diluviennes de la saison des routier, le transport aérien représente parfois
pluies, le voyage peut vous sembler long, le seul moyen d’accès, ou le plus sûr, pour
très long !atteindre certaines régions quelle que soit
la saison. w w São Tomé. Le transport fluvial est
envisaSur le littoral, la ville de Port-Gentil (POG) est geable en passant par des opérateurs privés
très bien desservie par les compagnies et les pour aller sur Príncipe ou les îles autour de
vols sont nombreux, mais les horaires pas São Tomé. Mais la traversée est rude, longue
toujours très fiables : il faut souvent prévoir et pas toujours recommandée.
© ISMAËL SCHWARTZ – ICONOTEC26 ® COMMENT PARTIR ?
Certaines régions sont ponctuellement inac-Train
cessibles, pendant que d’autres posent régu-w w Gabon. Une seule ligne, qui suit le cours
lièrement problème à quiconque s’aventure sur de l’Ogooué jusqu’à Ndjolé pour continuer son
leurs pistes, et cela quelle que soit la saison. La parcours au-dessus de la ligne de l’équateur.
circulation encore importante des grumiers ainsi Le Transgabonais relie Owendo à Franceville
que le climat expliquent en partie la détérioration en desservant toutes les petites villes sur son
des routes, le manque d’entretien ou la réfection passage ou les plus importantes, selon le jour
chaotique, voire inexistante, des réseaux venant de circulation. Le train circule de nuit, tous les
aggraver encore la situation. Cependant, il jours de la semaine sauf le samedi. Là encore,
existe quelques voies de qualité stable (bonne
les horaires peuvent être aléatoires en fonction ou mauvaise) du fait de l’entretien régulier du
de retards et des obstacles sur la voie ferrée, qui réseau ou de la qualité du revêtement.
est aussi la voie de circulation des éléphants !
w w Ce qu’il faut savoir avant de partir. Prendre Mais des efforts sont faits pour améliorer la
la précaution de se renseigner sur l’état des ligne. Les horaires changent tous les six mois.
routes, très variable selon la saison, et des Vérifier les derniers parus.
travaux (auprès des forestiers ou de certaines
Voiture agences de voyages qui ont l’habitude de faire
Pour qui souhaite se déplacer en voiture, l’état souvent le trajet), et de partir à plusieurs
véhides pistes nécessite absolument la location cules. Sur certaines parties du réseau, le
brouild’un 4x4 et recommande de voyager pendant lard arrive en fin de journée et rend la conduite
la saison sèche. Cependant, le réseau routier difficile : prévoir des étapes pour éviter d’avoir
est en pleine réfection dans tout le pays, de à conduire après 17h. On ne peut pas
s’appronombreux axes sont en bien meilleur état. Les visionner en essence dans toutes les villes. Il est
routes sont dangereuses, en partie à cause des prudent de prévoir des réserves supplémentaires
grumiers. Ces derniers ne circulent pas le soir et de faire le plein dans les stations signalées.
à partir de 18h ni les week-ends. Prévoir deux Les grumiers, facteurs d’insécurité sur les routes,
roues de secours pour les trajets longs. Une sont interdits de circulation tous les soirs à partir
règle : les distances ne sont pas significatives, de 18h, ainsi que les samedis et les dimanches.
mieux vaut s’informer de la durée d’un trajet w w São Tomé ne présente pas de difficulté
pour évaluer un voyage. Après, tout dépend de majeure pour se déplacer en voiture que vous
qui vous répond : les forestiers et les chauffeurs pourrez louer sur place et conduire vous-même
vont vite sur les pistes et battent parfois des si vous le souhaitez.
records sur des trajets pour lesquels il vous
faudrait compter deux fois plus de temps. Taxi
Le taxi est un moyen de transport économique, Ce moyen de transport reste le plus courant
fiable et rapide pour tous les déplacements et le plus facile pour se déplacer en ville. Il
en ville. Quant aux taxis-brousse, ils circulent n’existe pas de compteur officiel, sauf pour
d’une ville à l’autre et les relient. Les conditions quelques voitures à Libreville. Chaque ville
sont rustiques et la sécurité aléatoire, compte possède ses propres couleurs. A Libreville,
tenu de l’état des routes et de la hâte qu’ont les taxis sont rouge et blanc.
les chauffeurs d’arriver à destination ! Le stop
n’est pas une pratique courante, mais peut être Deux-roues
envisagé à condition d’avoir tout son temps. Les deux-roues sont quasi inexistants au Gabon
w w Le réseau routier gabonais. L’insuffisance alors que cela représente un mode de transport
du réseau routier gabonais est un handicap facile et peu onéreux à São Tomé. On trouve
d’ailmajeur à la circulation dans l’intérieur du pays leurs des locations facilement à São Tomé : vélos,
et, de ce fait, au développement du tourisme. scooters et motos entre 15 et 25 E par jour.
Des guides de voyage
sur plus de 700 destinations
www.petitfute.com
Version numérique
offerte pour l’achat
de tout guide papierDÉCOUVERTE
Vue aérienne du pays.
© BERNADETTE VOISINLe Gabon
en 30 mots-clés
tiques des plantes, il joue le rôle de guérisseur, Assala
mais garantit également le lien spirituel entre Grâce à sa petite taille, cet éléphant se faufile
le monde des forces végétales et le monde avec plus ou moins de discrétion dans la forêt
animal, humain, astral et minéral, les différents dense. Son existence est mise en danger par
règnes s’inscrivant dans un équilibre et une les braconniers et le trafic d’ivoire.
unité interrelationnelle.
Bantoue
Capitaine
La langue officielle – parlée et enseignée à
On croise ce délicieux poisson à la chair l’école – est le français. Cependant, un grand
blanche et tendre dans tous les menus et nombre d’ethnies de l’Afrique centrale sont
sous toutes ses formes. En brochette, grillé reliées par leur appartenance à un fonds
entier, dans une sauce à l’odika, en filet à la linguistique commun, celui de la langue
vapeur... à la fin on le connaît par cœur, mais
bantoue. Complexe dans sa structure, cette jamais il ne nous lasse.
langue à « tons » est caractérisée par sept
ou huit genres. Son origine se situe non loin Code de la route
du Gabon, entre le Cameroun et le Nigeria. Comme dans de nombreux pays d’Afrique,
Les Pygmées mis à part, quelque 50 ethnies au Gabon la conduite s’apparente à un
se côtoient au Gabon dont la grande majorité sport… particulier. Même si le code de la
appartient à la famille linguistique bantoue. On route respecte théoriquement les mêmes
peut en citer quelques-unes, représentées en principes qu’en France, les adaptations locales
nombre, comme les Fang (30 % de la popu- sont parfois surprenantes. En voici quelques
lation), les Myéné, les Punu, les Mpongwè, exemples : l’utilisation des deux rétroviseurs
les Eshira, les Nzebi, les Bakota… s’avère indispensable, le dépassement
s’effectuant indifféremment à droite ou à gauche, Bilangoter et les véhicules déboîtant sans crier gare.
Jeter un sort à quelqu’un ou faire intervenir Ne soyez pas surpris de voir des véhicules,
un sorcier pour attirer le malheur sur autrui. souvent les taxis, s’arrêter et repartir sur la
Autant donc éviter de se faire bilangoter ! voie de droite sans signalement, même sur
la voie express. Ne vous étonnez pas non Bwiti plus si, sagement arrêté à un feu rouge, vous
Pratiqué par les ethnies du centre du Gabon, provoquez d’insistants coups de klaxon :
le culte du bwiti, qui invoque principalement il existe des feux « coutumiers » que l’on
les parents défunts, apparaît comme l’une ne respecte pas toujours… Reste à savoir
des plus importantes traditions ésotériques lesquels !
du Gabon. Sa dynamique s’appuie sur une
philosophie qui invite la société vivante, à créer Corruption
et à maintenir le lien entre les générations. La corruption au Gabon témoigne du
considéPlus qu’une religion, le bwiti est considéré rable fossé existant entre les niveaux de vie
comme une structure sociale de représentation des différentes couches sociales de la
popudes sociétés gabonaises en matière de culte, lation malgré la mise en place d’un ministère
d’enseignement et de thérapie. On trouve en dédié à la question. Vous y verrez de nombreux
effet des initiés, les « bwitistes », dans toutes 4X4, dont le prix avoisine les 35 millions
les ethnies du Gabon. 300 lieux de culte sont FCFA, se garer sur un parking où des jeunes
recensés...à Libreville seulement ! Ce qui « gardiens » acceptent avec reconnaissance la
donne un aperçu de la vitalité de cet ancrage pièce de 100 FCFA qu’on leur tend. Et comme
culturel. Dans cette cohérence philosophique, la vie est globalement chère… la corruption
le nganga est un personnage fondamental. est encore présente dans la rue comme dans
Grâce à sa connaissance des vertus thérapeu- les bureaux, à bien des endroits. Cependant, DÉCOUVERTE
29LE GABON EN 30 MOTS-CLÉS √
des efforts remarqués ont été faits à ce niveau (Wildlife Conservation Fund), des ONG locales,
et, aujourd’hui, il est moins fréquent de tomber telles qu’Aventure sans frontières (ASF), sont
sur un agent qui tente sous n’importe quel partenaires du projet. Pour les amoureux de
prétexte de vous soutirer un billet. Si cela la nature, le Gabon se présente comme un
vous arrive, alors que vous êtes en règle, que véritable trésor écologique !
vous n’avez pas commis d’effraction et que
Émergencevotre voiture ne présente aucun problème, ne
cédez pas. Dans tous les cas, il ne faut rien Mot d’ordre de la politique du président
payer sur place, demandez un reçu officiel Ali Bongo, la stratégie de l’émergence se
pour payer l’amende plus tard à la Trésorerie. développe sur trois axes : le développement
Rien que cette position peut faire lâcher prise du tertiaire, la lutte contre la corruption et
votre interlocuteur... l’investissement public dans les entreprises
locales. Un mot très à la mode à Libreville...
Coupé-coupé
FangOn trouve des vendeurs de coupé-coupé
dans la rue. Préparée le matin, la viande, en La plus importante ethnie du Gabon. Sa langue,
général de bœuf ou de mouton, est grillée le fang, est parlée par une grande partie de
au charbon de bois et découpée en petits la population.
morceaux, qui sont ensuite servis dans du
Gabonitudepain, avec moutarde, piment, oignons, « sauce
maggi » et Ketchup, ou bien dans une feuille de Le mot d’ordre de l’esprit gabonais. Du calme,
papier, à emporter. C’est un plat populaire qui de la tranquilité... En général, personne n’est
se mange à toute heure de la journée comme très pressé au Gabon.
un en-cas. On peut aussi le trouver à la carte
Ibogades restaurants, un peu plus élaboré, servi à
l’assiette mais tout aussi bon. L’Iboga, ou bois sacré, est une plante
hallucinogène qui pousse uniquement en Afrique
Deuxième bureau centrale produisant des fruits jaune vif de
Terme élégant qui ne désigne pas un chef 5 à 10 cm. Mais ce sont ses racines qui sont
d’entreprise aux multiples activités, mais exploitées : après les avoir découpées pour
la (ou les) maîtresse de ces messieurs. La en retirer la partie la plus tendre, on peut
polygamie est autorisée au Gabon, néanmoins l’absorber sous forme de décoction ou en la
de plus en plus d’hommes penchent pour mâchant. Par ses effets, elle accompagne les
l’entretien d’un deuxième bureau, plus rites d’initiation bwitistes, en s’associant au
commode, moins contraignant (et surtout conditionnement musical pour assurer l’entrée
moins coûteux au final, même si l’homme en transe, d’où la communication s’établit
couvre tous ses besoins financiers, y compris entre les mondes visible et invisible, dans
si la maîtresse a des enfants). Il s’affiche un voyage aller-retour. Les premiers à avoir
parfois en public avec celle-ci, la présentant observé les effets excitants de l’Iboga furent
comme étant sa femme, mais il assistera les Pygmées, qui ont ensuite transmis cette
toujours aux cérémonies officielles avec sa pratique aux autres ethnies. L’Iboga reste une
femme légitime. drogue avec tous les effets que cela implique,
même si quelques études tendent à démontrer
Écotourisme qu’elle n’est pas addictive. Attention donc à
C’est le maître mot d’une voie de diversifi- son utilisation.
cation économique possible du pays. Avec
Kongossal’appauvrissement des réserves pétrolières (et
la baisse des cours du baril), la richesse de Le kongossa est une activité tellement
la biodiversité gabonaise présente une bonne pratiquée au Gabon qu’on oublierait presque
augure pour le tourisme vert. Les treize parcs que le mot est originaire du Cameroun !
nationaux sont gérés par l’Agence nationale On pourrait le traduire par « commérage »,
mais s’y ajoutent également des notions de des parcs nationaux (ANPN) qui définit la
politique de préservation de l’environnement jugement, de critiques et souvent
d’affabuet de développement des activités dans les lations. Un kongossa peut rapidement vous
parcs. Plusieurs organismes, tels que WCS faire – ou vous défaire – une réputation,
(Wildlife Conservation Society) ou WWF restez vigilant !30 ® LE GABON EN 30 MOTS-CLÉS
bois ou une chaise en plastique, et la cuisine Makaya
se situe dans un container, ou une bâtisse C’est le terme que l’on utilise pour désigner
très basique. Quand les maquis améliorés ont le « va-nu-pieds » du Gabon, celui qui mendie
du succès, leurs propriétaires construisent et n’a pas toujours un toit où s’abriter. Le mot
souvent une terrasse ventilée, doublée à terme s’étend aux « marginaux », à ceux qui ne
d’une salle fermée et climatisée.se plient pas aux règles vestimentaires ou
sociales encore très en vigueur. C’est aussi Masques
l’illustre personnage de la première page de
La vente aux enchères d’un masque fang du L’Union qui, sous un parler populaire, pointe
Gabon, pour une somme record de 5,9 millions du doigt avec humour les sujets d’actualité.
d’euros chez Drouot en 2006, a fait prendre
conscience au monde entier de la fabuleuse Maman-Papa
richesse du patrimoine culturel gabonais. Au début, vous croirez peut-être que les
Au Gabon, les masques étaient destinés aux familles sont très étendues au Gabon. En
sociétés initiatiques qui s’en servaient lors des réalité, il n’y a souvent aucun lien familial entre
rites accompagnant les événements
imporles interlocuteurs. « Maman » et « Papa » sont tants de la vie individuelle ou collective :
des appellations communes, une marque de cérémonies d’initiation, rites de naissance,
respect pour des personnes plus âgées. Les rites funéraires, levers ou retraits de deuil...
plus jeunes sont appelés « mon fils » ou « ma Aujourd’hui, les masques authentiques se font
fille ». N’hésitez pas à user de ces termes, ils rares et chers, mais on trouve de belles copies
faciliteront votre intégration ! dans les marchés de la capitale.
Mandrill Matiti
Ce singe très esthétique s’érige comme l’une Littéralement, le matiti désigne un parterre
des stars de la forêt gabonaise. Le mâle arbore d’herbes folles. On utilise ce terme pour décrire
des nuances vives de rouge et bleu sur son dans les quartiers un endroit malfamé où
visage, ses fesses et ses testicules. Les tribus l’herbe pousse entre des petites bicoques en
peuvent regrouper jusqu’à 500 individus ! A la tôle. On peut l’apparenter au bidonville. Par
différence de Rafiki dans l’animation Disney extension, le terme désigne un espace avec
du Roi Lion, le mandrill de la vraie vie ne quelques tables et chaises et une case faisant
possède pas de queue. office de bar où les hommes du quartier se
retrouvent pour boire une Régab.Manioc
Le manioc est la base de l’alimentation des Mbanié et Corisco
Gabonais, impossible d’y échapper ! Ce féculent La découverte de réserves pétrolières aux
se mange principalement en accompagnement abords des deux îles de Mbanié et de Corisco
de plats en sauce. On prépare les tubercules a provoqué au Gabon et en Guinée équatoriale
en les faisant cuire, en les lavant longuement des polémiques interminables quant à leur
à l’eau pour évacuer les traces de cyanure, et possession. Les deux îles sont situées au large
en les séchant au soleil. Une fois pilé, à la main des côtes gabonaise et guinéenne, à quelques
ou au moulin, on obtient une farine. Celle-ci est centaines de milles de Libreville. Corisco est
mélangée à de l’eau bouillante pour obtenir une aujourd’hui sous surveillance militaire, alors
fois découpé les pavés de manioc servis dans qu’il était possible autrefois d’y passer un
les maquis. Les feuilles aussi se mangent : on moment en y accédant par pirogue.
les retrouve dans beaucoup de bouillons et de
plats à base de poisson. Miang
Synonyme de bakchich, maître mot de la
Maquis corruption gabonaise ! Le miang sévit à tous
En journée, on s’arrête dans un petit maquis les niveaux de la société, du contrôleur de
pour savourer des brochettes de poisson ou de police aux hommes de pouvoir et leurs
détourviande et d’autres plats classiques et typiques nements de fonds ou les « cadeaux » offerts
à moindre frais. Il existe toute une gamme de par les grosses entreprises en échange de
maquis. Dans le « dos-tourné », on mange marchés dans le pétrole ou le BTP. Souvent
debout au stand, le dos à la route. Le grill et sa pris pour cible par les journalistes
caricatucuisinière sont installés sur le trottoir. Dans un ristes, comme Lybek, sous la rubrique des
« maquis amélioré », on s’assoit sur un banc en « Gabonitudes » du quotidien L’Union.DÉCOUVERTE
31LE GABON EN 30 MOTS-CLÉS √
w w Un potentiel agricole inestimable peu Mvett
valorisé. « Alors que tout pousse derrière la Instrument de la musique traditionnelle fang,
case », et que la densité atteint à peine les le mvett est aussi l’art de la parole, le conte
6,1 habitants au kilomètre carré, le Gabon dans la tradition orale du Gabon. En fang, le
importe 80 % de ses produits alimentaires. terme mvett représente l’ensemble des
instruSur les marchés, les légumes et les fruits ments à cordes, cithare ou harpe à bouche,
proviennent souvent du Cameroun, et la viande accompagnant le conteur d’une épopée issue
d’Afrique du Sud ou d’Argentine.des mythes fondateurs des peuples fang du
Gabon, du Cameroun, de la Guinée équatoriale w w Un mode de vie qui allie
multicultuou du Congo-Brazzaville. ralisme et unité culturelle. A la fois
multiple par sa composition (une cinquantaine
Ntsa d’ethnies répertoriées) et uni par sa vision
du monde (philosophie de vie), le peuple Nom donné à la très vive petite gazelle du
gabonais compose, non sans heurts, avec Haut-Ogooué, le céphalophe de Grimm. Sa
l’héritage occidental et la sauvegarde des rapidité légendaire a inspiré les responsables
rites traditionnels, très présents dans la vie de la Setrag, la compagnie nationale
ferroviaire, qui ont autrefois nommé le train le plus quotidienne.
rapide desservant la ligne transgabonaise le w w Uniformité et diversité. Quand on lit que
Ntsa Express. Aujourd’hui, on parle du direct 85 % du territoire gabonais est couvert de
ou du semi-direct pour éviter toute référence forêts, on peut penser que le pays est uniforme
à la vitesse, c’est plus prudent ! et monotone. Or la diversité de la nature y est
surprenante.Paradoxes
Pétrolew w Un pays riche mais en voie de
développement. Au regard du faible nombre d’habi- Quand on est à Port-Gentil, il suffit d’arrêter
tants au kilomètre carré et de l’extraordinaire son regard sur l’horizon du bord de mer pour
richesse du pays, tant sur le plan des minerais se convaincre que, sur le plan économique,
(pétrole) que de sa biodiversité, on s’attendrait le pétrole est pour le Gabon ce que l’arbre
à trouver un niveau de vie plus élevé que ce est à la forêt. Ressource phare,
l’extracque les indicateurs sociaux donnent pour tion du pétrole est l’activité économique la
el’ensemble de la population. Classé 112 sur plus rentabilisée du pays. Alors que
l’exploi187 avec un indice de développement humain tation forestière tenait le haut du pavé au
emoyen, on s’imaginerait le Gabon plus haut début du XX siècle, les premiers forages
dans les classements. Il est néanmoins le pre- et le début de l’explosion de l’économie
emier pays de la sous-région de cette catégorie. pétrolière datent du milieu du XX siècle.
Parc national de la Lopé.
© BERNADETTE VOISIN32 ® LE GABON EN 30 MOTS-CLÉS
les lépreux étaient soignés à l’écart de la
population a été construit dans la petite ville
de Lambaréné, en 1913. Le site est devenu un
atout touristique notable, où 3 000 visiteurs
affluent chaque année par bateau ou par la
route. En bonus, la visite de ce lieu exige
de passer par de magnifiques paysages qui
témoignent de la diversité du pays.
Stabilité
Le Gabon se distingue de ses voisins en
maintenant une forme de stabilité depuis
son indépendance, atout incontestable pour
favoriser le développement touristique. Bon
élève, le pays a fêté en 2015 ses 55 années
de gouvernance.
Union
« L’union de tous comme préalable de l’unité
indispensable à une prise de conscience
nationale des nombreux problèmes à
résoudre. » C’est le principe qu’Omar Bongo
défend après les événements de 1964, l’unité
nationale étant synonyme de réconciliation
et de rassemblement derrière un homme Makoghé, danseur traditionnel.
et un parti unique, le Parti démocratique
gabonais (PDG). Ce concept inspire, entre D’importantes sociétés, comme Elf Gabon,
Total Gabon, Texaco puis Pétrogab, créée en autres, l’hebdomadaire L’Union en 1973, qui
1979, ont investi dans la recherche et l’exploi- devient quotidien fin 1975, et qu’on vend
tation des gisements, tandis que la Sogara aujourd’hui dans la rue et dans tous les
kiosques à journaux.à Port-Gentil couvre les besoins nationaux.
On y trouve des rubriques régionales traitant Même si l’épuisement progressif des réserves
largement de l’actualité politique. Le mot annonce un déclin de ce secteur, sauf si de
de Makaya, « pour moi, quoi… », figure en nouveaux gisements étaient découverts en
première page où, dans un style populaire eaux profondes, il représentait encore 43,5 %
et simpliste, sont commentés et critiqués du PIB en 2013 quand l’agriculture parvenait
de manière acerbe les problèmes de la péniblement à atteindre les 3 %.
vie quotidienne, les abus des hommes de
Régab pouvoir et les événements sociaux, à quoi
fait pendant, en avant-dernière page, la BD Nom de la bière gabonaise produite par la
humoristique mais non moins sarcastique de Société des brasseries du Gabon, ou Sobraga.
Lybek, « Gabonitudes ».Autrefois on disait à propos de la REGAB :
« REgardez les GAbonais Boire ». C’est, avec Vin de palmele vin de palme, la boisson emblématique
Le vin de palme est la boisson alcoolisée tradi-du pays.
tionnelle du Gabon. Il existe deux méthodes
wSOBRAGA de fabrication du vin de palme : soit on coupe
LIBREVILLE & +241 01 70 19 69 79 l’arbre et l’on récupère la sève sur l’arbre
Les brasseries du Gabon possèdent les bières coupé, soit on entaille l’arbre sur pied. On
locales et distribuent dans tout le pays la laisse fermenter la sève quelques jours en
fameuse et incontournable REGAB. y ajoutant une racine de « bois amer » qui
alcoolise davantage. La capitale du vin de
Schweitzer palme est Moabi, dans la province de la
On ne peut parler du Gabon sans évoquer Nyanga, où l’on utilise la méthode de
fabrila fondation du Dr Schweitzer. L’hôpital où cation sur l’arbre vivant.
© BERNADETTE VOISIN34 Faire / Ne pas faire
w w Abusez des formules de politesse, les kini sur la plage. Les minijupes et les dos nus
Gabonais ont le sens de la courtoisie. Elles sont plutôt des tenues de soirée, le reste du
seront toujours les bienvenues lors de vos temps les Gabonais sont plutôt élégants : jupes
démarches ou rencontres, particulièrement au genou, talons, chemisiers ou épaules
couavec les « vieux » – ce qui n’est pas un terme vertes pour les femmes et costumes pour les
péjoratif ! Contrairement à d’autres pays hommes, surtout dans le monde des affaires.
d’Afrique, le vouvoiement reste de rigueur de Le soir, pour les dîners au restaurant ou les
prime abord, même dans la rue. sorties, les gens s’habillent et se font tout
aussi élégants ; suivez le mouvement !w w Evitez de critiquer le système politique, le
fonctionnement des administrations et d’évo- w w Dans le même registre, si vous avez des
quer certains sujets dans les lieux publics. On démarches à faire dans un ministère, le « jean
dit au Gabon : « Tu ne sais jamais à qui tu as et tee-shirt » est à bannir. Vous pourriez courir
affaire. » La population n’étant pas nombreuse le risque de vous voir refuser l’entrée.
et les familles assez larges, vous avez toutes w w Veillez à garder votre sang-froid en toute
les chances de côtoyer un jour ou l’autre le circonstance mais surtout avec les agents de
frère, le cousin ou l’oncle d’un influent du la circulation ou des administrations. S’énerver
pays, de la région ou de la ville où vous vous ne mène en général qu’à des palabres
suptrouvez – même si son apparence ne vous le plémentaires. Il est toujours plus facile de
laisse pas penser… trouver une solution dans le calme, la bonne
w w Dans les restaurants et bars, vous pouvez humeur et une bonne dose d’humour, si vous
laisser un pourboire ; les serveurs comptent en êtes capable !
souvent dessus pour atteindre un salaire w w Ne photographiez jamais un site, une
décent. personne ou un bâtiment officiel sans
autow w Ne passez jamais le piment à votre voisin risation !
de table de la main à la main : cela peut nuire w w Depuis la nouvelle loi obligeant les bars
à votre relation. Vous risqueriez des disputes et maquis à servir à l’intérieur à partir de 21h,
« épicées » ! les rues au-delà de cette heure sont devenues
désertes et l’on observe une recrudescence En ville
des agressions. Il est prudent de ne pas se
w w Le port de vêtements de plage en ville, balader tard le soir dans des lieux mal éclairés
même si celle-ci longe le bord de mer, est ou peu fréquentés.
perçu comme provocant. Tout comme le
monow w Comme dans toutes les grandes villes du
monde, il vaut mieux ne pas laisser de
documents ou d’objets de valeur dans les voitures
même fermées, ni dans les coffres. En revanche,
dans les villages, les risques sont limités.
En province ou dans les parcs
w w N’insistez pas pour aller à tout prix dans
des parties de la forêt qu’un guide ne souhaite
pas vous faire découvrir : certains lieux sont
sacrés et totalement interdits d’accès, même
pour les locaux.
w w Il est strictement interdit de collecter
plantes ou animaux dans les sites protégés
(sanctuaires, parcs nationaux, réserves).
w w En visite dans les villages, il est obligatoire
d’aller saluer le chef du village.
w w Pour des raisons de sécurité dans les
parcs, nous vous invitons à suivre
scrupuleusement les recommandations des guides quant
aux procédures d’approche des animaux.
© BERNADETTE VOISINDÉCOUVERTE
Survol du Gabon
GÉOGRAPHIE
Située de part et d’autre de l’équateur, du Gabon avec ses 1 575 m d’altitude ; et,
sur la côte ouest de l’Afrique centrale, la enfin, le massif du Mayombé, avec le mont
République gabonaise présente une superficie Pelé, atteignant les 795 m.
de 267 667 km² dont 257 667 km² de terre w w Hydrographie. Les deux principaux massifs
et 10 000 km² d’eau. Elle est frontalière de la montagneux sont séparés par le fleuve Ogooué,
Guinée équatoriale et du Cameroun au nord, qui prend naissance au Congo-Brazzaville,
et entourée du Congo-Brazzaville à l’est et pénètre dans le territoire gabonais au sud
au sud. Le reste du pays s’ouvre à l’ouest de Boumango, traverse les plateaux Batéké
sur l’océan Atlantique, sur quelque 885 km en passant par Franceville et Lastoursville
de côtes. Sa capitale, Libreville, est située à pour longer la ligne de l’équateur jusqu’à
l’est, à l’entrée de l’estuaire, sur la rive droite N’Djolé, où il bifurque vers le sud pour
regade la rivière Komo. Le relief du Gabon est gner Port-Gentil. Il parcourt ainsi 1 170 km
composé de plaines côtières étroites, derrière avant de se jeter dans l’océan, et son bassin
lesquelles s’étendent des collines à l’inté- recouvre presque l’intégralité du territoire du
rieur, des savanes à l’est et au sud. Dans son Gabon. L’Ogooué, navigable jusqu’à N’Djolé,
ensemble, c’est un pays de moyenne altitude, à l’entrée de la plaine, reçoit de nombreux
couvert en grande partie par des plateaux. Au
affluents qui prennent leur source dans les premier abord, vu du littoral, il paraît même
massifs gabonais. Seuls les cours d’eau de la plat, excepté les quelques collines autour de
zone côtière et ceux du nord du Woleu-Ntem Libreville. Pourtant, dès que le voyageur quitte
aboutissent au littoral indépendamment de lui.le rivage pour pénétrer plus à l’intérieur, il peut
w w La forêt gabonaise. Le Gabon est couvert distinguer trois zones montagneuses. Au nord
à plus de 80 % par la forêt (230 000 km²) qui s’érigent les monts de Cristal, dont les points
appartient au domaine gabono-camerounais, culminants approchent les 900 m d’altitude
et qui se poursuivent au-delà de la frontière le plus riche en espèces végétales de toute la
de la Guinée équatoriale ; au sud se dresse le forêt tropicale africaine. Dans la forêt
gaboplus important de tous, le massif Du Chaillu naise, on trouve en effet plus d’anciens refuges
que domine le mont Iboundji, point culminant que dans les autres pays de la sous-région.
Le Gabon est couvert à plus de 80 % par la forêt.
© BERNADETTE VOISIN36 ® SURVOL DU GABON
C’est une des raisons du taux très élevé d’endé- et au centre du pays, dans la cuvette de la
misme. Le pays compte environ 8 000 espèces Lopé, le domaine non forestier constitue les
végétales avec 20 % de taux d’endémisme. Les 15 % restants. Il est essentiellement recouvert
forêts les plus dégradées sont celles de la zone de savanes, mangroves et marécages ouverts,
côtière, souvent exploitées à plusieurs reprises, auxquels s’ajoutent les espaces occupés par
les hommes (villes, villages, campements).le taux de déforestation étant estimé à environ
0,1 % par an. L’essence qui assure la plupart w w Ressources naturelles. Bois, pétrole,
des exportations en bois est l’okoumé. Mais manganèse, uranium, or, diamant, bois,
minel’exploitation de la plupart des bois divers est rai de fer, plomb, argent... on trouve presque
en augmentation. Seules les forêts du nord-est de tout sur le sol gabonais ! Les richesses
et certaines zones du sud-est et du centre-sud minières gabonaises sont considérables,
sont encore indemnes. Les monts de Cristal pétrole en tête ! La forêt est à la fois source
constituent la région du Gabon la plus riche de contraintes, car elle représente un massif
en espèces végétales, et probablement l’une impénétrable qui rend les communications
des plus riches de toute l’Afrique tropicale. difficiles, et de grandes richesses, grâce à
Le domaine forestier gabonais comprend six son exploitation (elle génère le plus grand
formations végétales : la mangrove, la forêt nombre d’emplois dans le pays). Ainsi, les
inondée et marécageuse, la forêt non inondée bois d’ébène, d’acajou et d’okoumé, issus de la
du bassin côtier, la forêt de montagnes, la forêt humide, constituent l’une des principales
forêt des plateaux de l’intérieur et la forêt ressources naturelles du Gabon. Néanmoins,
sans okoumé des plateaux du nord-est. Au le pays s’est engagé dans la sauvegarde de
sud-ouest, sur les plateaux Batéké du sud-est, cette forêt dense pour préserver les équilibres.
CLIMAT
De type équatorial, le climat est en général la zone quadrilatère Cocobeach – Mouila
chaud et humide avec une grande saison – Omboué – Port-Gentil. Les précipitations
sèche de juin à septembre et une petite saison peuvent donner lieu à de violents orages,
sèche de décembre à janvier. La petite saison avec des pics pluviométriques en
octobredes pluies est comprise entre septembre novembre puis en janvier-février. Le reste
et décembre et la grande entre janvier à du temps, le ciel est dégagé et la chaleur
juin. Pendant les saisons sèches, le ciel peut être lourde, particulièrement en mars
reste souvent voilé, les températures sont et avril. Les températures dépassent alors
plutôt agréables (ne dépassant pas les 26 °C) les 30 °C. La pluviométrie annuelle varie de
voire fraîches en forêt ou le long du littoral. 1 600 à 1 800 mm à Libreville, de 1 000 à
Quelques gouttes de pluie sont également 2 500 mm dans le reste du pays et le degré
possibles, elle est communément appelée hygrométrique est supérieur à 80 %,
atteila pluie des mangues. Les températures gnant les 100 % en saison des pluies – c’est
moyennes sont plus élevées dans la partie ce qui donne cette sensation « d’être douché »
occidentale du pays, particulièrement dans dès que l’on s’éloigne du climatiseur !
ENVIRONNEMENT / ÉCOLOGIE
w w Les réserves protégées avant et après déclare parcs nationaux les 13 parcs
complè2002. Déjà en 1987, pour contrôler la chasse tement protégés, bon nombre d’ONG actives
et lutter contre le braconnage représentant aujourd’hui étaient déjà sur le terrain. Les
un des fléaux à combattre, le gouvernement formidables possibilités qu’offre la biodiversité
gabonais avait déclaré certaines zones proté- du Gabon, connue par les chercheurs, avaient
gées, conscient de l’intérêt touristique qu’elles déjà attiré les organismes mondiaux tels que
pouvaient représenter. Le gouvernement gabo- WCS et WWF, respectivement présents depuis
nais a en effet un rôle décisif dans la mise 1985 et 1986, et ayant travaillé en
partenaen œuvre du fonctionnement et de la gestion riat avec le CIRMF et l’IRET. Le programme
des parcs. Par ailleurs, avant même qu’en d’ECOFAC, financé par l’Union européenne,
2002 Omar Bongo, alors président du Gabon, a largement contribué à l’organisation de la DÉCOUVERTE
37SURVOL DU GABON √
gestion des parcs en matière de conservation, gouvernement gabonais, dans le complexe
mais également de développement d’associa- des aires protégées de Gamba.
Un appui institutionnel doit aussi être apporté tions communautaires afin de sensibiliser les
aux ministères de l’Economie forestière (MINEF), populations locales et trouver des alternatives
du Tourisme et de la Recherche scientifique, aux changements de modes de vie imposés
auprès desquels l’ANPN devra puiser la majorité par la mise en place des lois de protection
de ses capacités humaines afin de mener à bien de la faune, entre autres.
les missions qui lui sont assignées. La formation Au moment de la déclaration des parcs en
des gardes forestiers (Ecole nationale des septembre 2002, la cogestion effective des
Eaux et Forêts) et des écoguides (la première ressources de chaque parc délimité a été
promotion d’une quinzaine de guides est sortie envisagée en partenariat entre le secteur
en 2014) devraient créer à terme une situation privé et les populations. La gestion des parcs
plus favorable pour répertorier et étudier le nationaux passe par un appui des capacités
patrimoine naturel, faune et flore, le préserver et techniques et financières du Conseil national
acquérir les compétences pour mieux accueillir des parcs nationaux devenu aujourd’hui ANPN
les voyageurs intéressés.(Agence nationale des parcs nationaux) en
Un nombre croissant des bailleurs de fonds charge de la supervision des parcs nationaux et
et d’organismes privés (en plus des initiatives des administrations membres. Cet organisme,
régionales) aident le Gabon dans ses efforts rattaché au ministère du Tourisme, impulse
en faveur de la conservation de la biodiversité.la rédaction de projets de lois et, aujourd’hui,
de décrets pour les faire appliquer. Il a pour w w Débats actuels. Des études publiées ces
mission le pilotage et le développement des dernières années et la crise économique
parcs tant pour assurer la recherche et la mondiale laissent prévoir une baisse probable
conservation des écosystèmes terrestres de la rentabilité de l’industrie du pétrole dans
et marins que pour envisager la politique les années à venir. Depuis peu, ces données
de l’écotourisme, ainsi que pour orienter la invitent les responsables politiques à
s’interrosurveillance à l’intérieur des parcs ; le tout ger sur le devenir de l’économie du pays à long
en partenariat avec les ministères concernés terme : diversifier l’économie et sauvegarder
et les ONG internationales déjà présentes ou une richesse écologique mondiale est devenu
qui se sont mises en place à cette occasion. une préoccupation affichée. La décision, en
Cet organisme doit aussi se prononcer sur 2002, de créer des parcs fait suite à une prise
la compatibilité des projets d’exploitation à de conscience de l’exceptionnel patrimoine
proximité ou à l’intérieur des parcs. A ce titre, du pays et invite à la réflexion concernant la
Smithsonian Institute travaille depuis 2001 sur sauvegarde de l’environnement tout en
envice thème, en collaboration avec Shell et le sageant le développement de l’écotourisme.
Le littoral gabonais compte 885 km de côtes.
© BERNADETTE VOISIN38 ® SURVOL DU GABON
Les débats actuels tournent autour de plu- L’impulsion présidentielle a permis l’ébauche
sieurs points : comment permettre aux villages d’un cadre juridique qu’il faut aujourd’hui
installés à l’intérieur des parcs de bénéficier appliquer et coordonner avec les différentes
de l’économie touristique afin de limiter le instances concernées (ANPN, ministère de
braconnage à destination commerciale ? Et Eaux et Forêts, ministère du Tourisme) et
comment faire cohabiter une exploitation soutenir financièrement pour garantir la
forestière et minière, en particulier pétrolière, pérennité des projets de conservation, de
première ressource économique actuelle, tout protection et d’écotourisme dans les parcs ; ce
en s’efforçant de développer un tourisme com- dernier secteur, en pleine structuration, peine
patible avec la sauvegarde de l’écosystème ? à prendre sa place dans l’économie du pays.
PARCS NATIONAUX
Le Gabon compte 13 parcs nationaux, créés de nombreuses destinations écotouristiques.
le 30 août 2002 et relevant d’une décision Tous les parcs nationaux déclarés zones
historique du chef de l’Etat de l’époque. protégées ne sont pas accessibles. Et même
Ils représentent 2 837 128 hectares, soit ceux qui le sont généralement peuvent, à
plus de 10,6 % de la superficie totale du certaines saisons ou selon les circonstances,
territoire. Cette initiative est le résultat de être momentanément fermés au public.
plusieurs années de travaux et de recherche w w Akanda. 537 km². Situé au nord-est de
du gouvernement gabonais, avec l’appui de Libreville, entre la baie de Corisco et la forêt de
partenaires internationaux tels que l’Union la Mondah, le parc d’Akanda rassemble la plus
pour la conservation de la nature (UICN), le grande concentration d’oiseaux migrateurs du
World Wildlife Fund for Nature (WWF) et la Gabon et quelques lamantins aperçus par des
Wildlife Conservation Society (WCS). chercheurs. Les herbages marins de la baie
C’est l’UICN qui, à partir de sondages bota- de Corisco sont des zones d’alimentation qui
niques sur l’ensemble du territoire gabonais, expliquent la très forte présence des tortues
a été la première à permettre la classification marines. La baie de la Mondah, véritable
documentée de l’ensemble des aires actuelles nursery, abonde en poissons.
au Gabon (UICN, 1990). Cette première
initiaw w Birougou. 690 km². Créé en 2002 pour tive de l’UICN a été révisée et complétée en
préserver les forêts des montagnes dans 1999 par la direction générale des Eaux et
le massif Du Chaillu, dans la province de la Forêts, avec l’appui du WWF et du WCS.
Ngounié, le parc des monts Birougou, refuge L’opération s’est déroulée sur dix-huit mois
forestier d’une grande richesse biologique, et a permis de localiser, en qualité et en
offre des paysages de montagne. Il existe quantité, la diversité biologique du Gabon
aujourd’hui une volonté de mettre le parc en à travers des inventaires rapides de
biodivaleur pour y développer le tourisme comme versité (faune et flore) et des études
sociomoyen privilégié pour lutter contre le bra-économiques dans l’ensemble du pays. Les
connage.observations qui en résultent classent le
Gabon comme un centre d’endémisme de la w w Ivindo. 3 000 km². A l’est du Gabon et
sous-région. En effet, le pays compte environ au sud de Makokou, cette réserve
traver8 000 espèces végétales (sans compter les sée par l’équateur forme le parc de l’Ivindo,
algues, les lichens et les bryophytes) dont entre l’Ogooué et l’Ivindo. On le dit « future
20 % sont endémiques. Plus de 150 espèces star du Gabon », en raison de ses richesses
de mammifères, parmi lesquelles 19 espèces naturelles intactes. Des familles de gorilles
de primates, sont dénombrées. La popu- et de grands éléphants du baï de Langoué,
lation des grands primates est estimée à au cœur de la forêt tropicale primaire, n’ont
35 000 gorilles et 64 000 chimpanzés. Le pas été au contact de l’homme. Les
extraordiGabon abrite par ailleurs l’une des populations naires chutes d’eau de Kongou et de Mingouli
d’éléphants les plus importantes et probable- au nord en sont également les principaux
ment les plus stables d’Afrique, avec plus de atouts. Découverte par Mike Fay en 2000, la
60 000 individus. L’avifaune est également clairière de Langoué abrite une faune aussi
représentative de la richesse nationale, avec nombreuse que variée et fait office d’arche
plus de 600 espèces. Un potentiel envié par de Noé du Gabon !39Règles à suivre
dans les parcs nationaux
Pour avoir une chance d’observer des animaux,
il faut parfois marcher longtemps. Il est de
ce fait indispensable d’avoir une condition
physique correcte et de prendre un sac à
dos avec de l’eau en quantité suffisante,
quelques biscuits à grignoter, si vous êtes en
saison des pluies un imperméable, de porter
de bonnes chaussures de marche, casquette
ou chapeau et des vêtements de couleurs
sombres pour ne pas attirer l’attention des
animaux. Il est conseillé d’avoir les bras et les
jambes couverts si vous marchez en forêt ou
en savane pour éviter les piqures d’insectes,
des bottes si vous devez passer dans des
zones marécageuses et de ne pas porter
de parfum. N’hésitez pas à demander aux
guides avant de partir la nature du terrain et
la durée de la balade pour vous préparer en
conséquence.
Pour découvrir l’environnement en toute
sécurité, il vous faudra toujours respecter
les recommandations des guides et suivre
ces dix commandements :
w w Pour des raisons de sécurité sanitaire,
tant humaine qu’animale, les personnes Termitière cathédrale dans le parc de Léconi.
malades ou blessées ne peuvent pas aller
en forêt. w w Pour maximiser vos chances d’observer
des animaux, parlez peu et marchez aussi w w Si vous rencontrez un éléphant, ne
silencieusement que possible à 1 ou 2 m de paniquez pas et suivez scrupuleusement les
la personne qui vous précède.instructions des guides. Il peut être nécessaire
de courir. Dans ce cas, restez bien avec le w w Restez à vue du groupe.
groupe.
w w Ne fumez pas en forêt pour ne pas
w w Face à un serpent, restez calme, reculez déranger les animaux.
doucement et sans faire de mouvements
brusques. Quand vous marchez, les vibrations Gorilles : quelques
de vos pas les éloignent.
recommandations spéciales
w w Ne mangez ni fruits ni végétaux. Avant
Il est rare, quoique possible, de croiser un de toucher un végétal, vérifiez qu’il n’est pas
gorille sur votre route.
recouvert d’insectes, d’araignées, etc. Ne le
w w Ne manifestez aucune agressivité et ne faites qu’avec l’accord du guide
regardez pas le gorille dans les yeux.w w N’utilisez le flash que pour photographier
w w Demandez au guide si vous voulez prendre les plantes, jamais les animaux.
des photos, ne mettez pas le flash.w w Pour des raisons de sécurité sanitaire
animale, il est préférable de ne pas faire w w Si le gorille charge, ne fuyez pas, ne criez
ses besoins dans la forêt. En cas d’urgence, pas, ne parlez pas : écoutez les instructions
du guide.creuser un trou d’au moins 30 cm de
profondeur. w w Si le gorille « accepte » votre présence,
w w Ne laissez rien dans la forêt, ni plastique, ne restez pas plus de 15 minutes à l’observer
ni restes de nourriture, ni autre déchet. et à bonne distance.
© BERNADETTE VOISIN40 ® SURVOL DU GABON
gué en 2001. Quelque 400 espèces d’oiseaux
en font un point d’intérêt spécifique pour les Des photos qui changent
ornithologues. On y trouve aussi une grande
le cours de l’histoire population d’éléphants. Et les gorilles sont
Au Gabon, il se dit l’ancien président revenus. De nombreux sites préhistoriques
El Haj Omar Bongo Ondimba aurait été (pierres taillées, art rupestre, bas fourneaux)
bouleversé par les photos que l’explo- attestent une occupation humaine vieille de
rateur et écologiste américain Mike Fay 350 000 ans et constituent un patrimoine
lui aurait présentées en 2001, au retour culturel unique en Afrique centrale.
d’une expédition de 15 mois. Ce serait w w Mayumba. 80 km². Langue de sable à
à la suite de cette entrevue qu’il aurait l’extrémité sud du Gabon, Mayumba est la plus
« d’emblée pris la décision de lancer un petite réserve, et son attrait est principalement
programme prévoyant la création de marin. Premier site du monde pour la ponte
13 parcs nationaux couvrant un dixième des tortues luth, on y observe également des
de la superficie du pays et d’annuler baleines à bosse depuis des plages sans fin
des concessions forestières portant sur entre lagune et océan. La pêche sportive s’y
800 000 ha de terrain », afin que le Gabon est développée à l’embouchure de la lagune
devienne « La Mecque de la nature ». Banio, mais aujourd’hui toute l’activité
touristique est en stand-by faute de dynamique
hôtelière.w w Loango. 1 550 km². Loango est le bijou
naturel de toute la côte ouest africaine. Ce w w Minkébé. 7 560 km². Le parc est situé au
parc, longeant la côte d’Iguéla jusqu’à Sette nord-est du pays et c’est au milieu de cette
Cama, offre une nature magnifique. S’étendant forêt que pointent des inselbergs, dômes
à la fois au bord de la lagune et de la mer, il rocheux de granit dominant la forêt. C’est le
permet l’observation d’une faune riche et sau- plus grand bloc forestier inhabité du Gabon,
vage dans un cadre exceptionnel : éléphants, inaccessible aux touristes. Il est dangeureux
crocodiles et hippopotames sur les lagunes et d’y aller en raison de la forte présence de
venant même sur la plage, mais également le braconniers. Le trafic d’ivoire fait des ravages
ballet des baleines à bosse lors de la grande dans cette région du nord.
saison sèche. Par ailleurs, plus à l’intérieur,
w w Monts de Cristal. 1 190 km². La chaîne la forêt équatoriale entrecoupée de grandes
de montagnes se prolonge jusqu’à la frontière plaines de savanes procure l’accès à la faune
de la Guinée équatoriale ; elle est coupée en et à la flore typiques de cet environnement :
deux sites au relief prononcé. Elle recouvre céphalophes, buffles, éléphants des forêts,
la zone la plus riche en espèces de plantes singes, gorilles et chimpanzés. La pêche est
en Afrique : arbres, bégonias et orchidées l’activité phare de cette région bien organisée
et, aux altitudes les plus hautes, mousses sur le plan touristique.
et lichens.
w w Lopé. 5 360 km². Première aire protégée du
w w Moukalaba Doudou. 4 500 km². Dernières Gabon, au cœur du pays et déclaré Patrimoine
populations de faune de savanes avec le cob mondial de l’Unesco en juin 2007. Bordé
defassa et le chacal. Le parc de Moukalaba au nord par le fleuve Ogooué, le parc est
Doudou abrite également de grands troupeaux encadré à l’est et à l’ouest respectivement
d’éléphants et des populations de gorilles. Il par les rivières Offoué et Mingoué. Il s’étend
est possible d’accéder au parc par la route sur des paysages variés, avec, au nord, une
Mouila-Tchibanga, au sud-est, qui longe la mosaïque de savanes et de forêts qui constitue
réserve, mais les tentatives de développement une caractéristique de la Lopé. Cependant,
touristiques en sont restées à leur phase la forêt dense humide couvre la majeure
d’expérimentation.partie du parc, alors qu’au sud culminent
des sommets à plus de 600 m : le massif w w Mwagné. 1 160 km². Situé à l’est de
Du Chaillu traverse la réserve du nord au Makokou, entre les rivières Lodié et Louayé,
sud. La région, faiblement peuplée, garantit et s’étendant jusqu’à la frontière du Congo,
une protection de qualité à la forêt, la faune le parc de Mwagné possède les plus grands
et la flore, même si, il y a vingt ans, le parc baïs (ou clairières) de forêt, particulièrement
a fait l’objet d’une exploitation forestière de riches en gorilles et en éléphants, en loutres et
l’okoumé. L’activité a cessé définitivement en perroquets. Ce parc ne dispose pas encore
lorsque le nouveau code forestier a été promul- de structures d’accueil touristique effectives.DÉCOUVERTE
41SURVOL DU GABON √
w w Plateaux Batéké. 2 050 km². Au sud des w w la promotion de la gestion durable dans
savanes des plateaux Batéké, à l’extrême le secteur de l’exploitation forestière.
sud-est du Gabon, de paysages fantastiques w w le renforcement des capacités au niveau
ont été déclarés parc national en 2002. Le national et la lutte contre la pauvreté.
parc national des plateaux Batéké présente
w w la mise en œuvre de l’éducation envi-une série de plateaux et de collines ondulées,
ronnementale.incisés par des vallées et de ruisseaux
interw w le développement de la conservation mittents dont les altitudes varient de 350 à
transfrontalière dans l’interzone Cameroun-930 m. En amont, on trouve des canyons d’où
partent de nombreux cours d’eau. La végéta- Congo-Gabon.
tion est une mosaïque de savanes herbeuses w w Le WWF intervient actuellement en
périet arbustives, entrecoupées de forêts-galeries phérie des aires protégées du Gabon (parc
humides constituées d’essences diverses. de Minkébé et axe Lopé) pour promouvoir
la gestion de forêts communautaires et w w Pongara. 870 km². Le parc de Pongara
développer l’exploitation artisanale au longe la rive gauche de l’estuaire du Komo face
seul bénéfice des populations locales. Il tend à Libreville. De grandes étendues de mangroves
recouvrent le bord de mer côté estuaire, à aussi à créer des partenariats avec le secteur
l’ouest du parc. La région présente un paysage forestier dans la prise en compte des aspects
côtier varié, comprenant des mangroves, des sociaux et fauniques comme composantes des
forêts et des savanes littorales. Malgré sa plans d’aménagement, en vue d’aboutir à une
grande très fréquentation, le parc est encore certification crédible et permettant aux
popuriche en grande faune, tels les buffles et petits lations locales – orpailleurs, Pygmées Baka,
éléphants des forêts. De plus, chaque année associations de cultivateurs et de pêcheurs –
de novembre à février, ces plages deviennent de jouer un rôle dans la gestion des ressources
le sanctuaire de la ponte des tortues luth. naturelles et les revenus qui en découlent.
Le WWF a aidé à la création de l’association w w Waka. 1 070 km². Une faille forestière
Edzengui, qui a pour objectif la promotion profonde de 100 km de longueur au cœur
des valeurs culturelles et de la connaissance du pays mitsogo, au sud de la Lopé. Avant la
écologique des Pygmées Baka dans la zone création des parcs nationaux en 2002, Waka
de Minkébé. Le WWF travaille également en appartenait à une zone destinée à l’exploitation
étroite collaboration avec les organismes de forestière et reste inorganisée pour la visite.
conservation internationaux tels que le WCS
et l’UICN.Les organismes en activité
La richesse naturelle des parcs de cette zone wZOOLOGICAL SOCIETY OF LONDON
d’Afrique centrale et la stabilité politique du pays www.zsl.org
ont incité de nombreux organismes internationaux La Zoological Society of London (ZSL) est
à mener des études et des actions de préserva- une organisation caritative britannique qui
tion et de conservation sur le territoire gabonais a pour mission de promouvoir et d’œuvrer
depuis les années 1980. Les programmes pour la conservation des animaux et de leurs
ECOFAC se sont terminés récemment, mais habitats. La ZSL travaille au Gabon depuis
des ONG sont installées et poursuivent leurs 2001 où elle a notamment géré le projet du
projets d’appui au gouvernement. Centre de conservation de Mikongo visant à
développer le tourisme de vision de gorilles wWWF
habitués dans le parc national de la Lopé. www.wwf.panda.org
Fin 2010, ce projet a été clos. Depuis, la ZSL Le WWF est présent au Gabon depuis 1986.
s’est délocalisée à Makokou, plus précisément Cette présence devint effective en 1991, année
à la station de recherche IRET (Institut de de la signature d’un accord de siège avec les
recherche en écologie tropicale) d’Ipassa dans autorités gabonaises. Au cours des années,
le parc national d’Ivindo, pour y développer le WWF est devenu un des partenaires clé du
de nouvelles activités dans la zone de Djoua gouvernement gabonais en matière de
conserZadie Mwagna, à l’extrême nord-est du Gabon. vation, lui apportant son appui dans :
Cette zone, du fait d’une activité économique
w w la mise en œuvre de sa politique forestière locale jusqu’ici faible, à la fois, jouit d’une forêt
et environnementale. relativement peu perturbée et donc
particulièw w la gestion de sites abritant une biodiversité rement riche en faune mais pâtit d’un
dévelopexceptionnelle. pement local faible accentué par son isolement. 42 WCS (Wildlife Conservation
Society) : la conser
au service de l’écotourisme
Par Romain Calaque, ancien Directeur général des parcs nationaux de Mayumba, Loango,
WCS Gabon. Pongara et Akanda, espèces phare telles que
Fondée à New York en 1895, sous le nom tortues marines, baleines à bosse et dauphins,
de New York Zoological Society, la Wildlife lamantins et hippopotames, habitats clés tels
Conservation Society (WCS) est née de la que lagunes, mangroves et estuaires, activités
volonté de préserver le patrimoine naturel humaines de pêche et d’exploitations pétrolières.
mondial en coopération avec les gouvernements, w w Une approche thématique autour de cinq
les institutions et les populations. Aujourd’hui, axes principaux :
fort de cette expérience de plus de cent ans, Le suivi de l’application des lois fauniques
la WCS finance des projets de recherche, de (notamment sur le braconnage et le trafic).
formation et de conservation appliqués dans Le monitoring écologique notamment des
plus de vingt pays d’Afrique. Toutes actions espèces phares de WCS au Gabon (éléphants,
confondues, le WCS est représenté dans près grands singes, tortues marines, cétacés,
de 60 pays à travers le monde. C’est en 1985, mandrills, etc.).
avec l’IRET puis le CIRMF, que le WCS marque sa La promotion des meilleures pratiques dans
présence au Gabon à travers le financement d’un les industries extractives (foresterie, pêche,
programme de recherche. Cependant, ce n’est mines, hydrocarbures) et la lutte contre les
qu’en 2001 que cette présence est officialisée pratiques illégales et/ou non durables.
par la signature d’un accord de siège entre le La gouvernance locale pour renforcer le rôle
WCS et le gouvernement gabonais. La nouvelle des populations rurales dans la gestion de
stratégie de WCS Gabon est fondée sur deux leurs terroirs et de leurs ressources naturelles.
approches complémentaires : La formation professionnelle principalement
w w Une approche écosystémique qui vise à continue (environnementalistes déjà en poste,
conserver les espèces et les habitats dans le dans le public, le privé ou les ONGs) ainsi
cadre des activités humaines. En forêt d’une part : qu’initiale (stages, modules avec universités
paysage structuré autour des parcs nationaux de partenaires) à l’échelle sous-régionale.
Ivindo, Lopé et Waka, espèces phare telles que Le WCS conduit des activités dans plusieurs
mandrills, éléphants et grands singes, habitats parcs nationaux et travaille avec le
gouverclés tels que clairières forestières et activités nement pour assurer une bonne gestion et la
humaines de foresterie et de chasse. Le long de mise en valeur de ce réseau, unique au monde,
la côte d’autre part : paysage structuré autour à travers l’écotourisme.
Pont de câble dans le parc de la Lékédi.
© BERNADETTE VOISINDÉCOUVERTE
43SURVOL DU GABON √
Avec l’arrivée de grandes exploitations fores- Les organismes locaux
tières et la planification d’importants projets
wH2Ominiers à moyen terme, le visage de cette zone
& +241 06 26 25 66va être amené à se modifier profondément et
h2ogabon@yahoo.frles risques pour la survie des espèces vont se
A pour mission la protection des quatre multiplier de jour en jour. Dans le but de veiller
espèces de tortues : luth, olivâtre, imbriquée à ce que le développement de la zone se fasse
de manière durable et dans le respect de la et verte. Implanté à Port-Gentil, au moment de
biodiversité, la ZSL s’est engagée à travailler la ponte des tortues luth, cet organisme met
avec les différents acteurs concernés, aussi en place des actions de nettoyage des plages,
bien les populations locales que les acteurs d’identification des tortues et de sensibilisation
du secteur privé et public, pour conserver la des jeunes écoliers dans les établissements
forêt et sa faune, en se focalisant notamment (visites organisées sur les plages de
Portsur les gorilles, chimpanzés et éléphants. Gentil au cap Lopez, etc.).
FAUNE ET FLORE
les parcs nationaux du Loango et de Mayumba Faune
sont aujourd’hui les sites les plus fréquentés Textes de Patrice Pasquier, Mistral Voyages.
par les cétacés. Dans la pratique, c’est au
w w Baleine à bosse (Megaptera novaean- Loango qu’il est le plus facile d’organiser une
gliae). Il y a longtemps que les habitants approche de ces gentils géants.
du cap Lopez et de certaines zones côtières
w w Céphalophe de Grimm ou Ntsa (Sylvi-du Gabon savent que de grands cétacés
capra grimmia). Le céphalophe de Grimm s’ébattent tous les ans au large de leurs côtes.
(Grimm’s duiker en anglais) est présent Pourtant, ce n’est que vers la fin des années
dans presque toutes les grandes savanes de 1990 que la communauté scientifique et le
l’Afrique subsaharienne. Dans les bassins grand public se sont pleinement rendu compte
du Congo et de l’Ogooué, en grande par-de l’existence et de l’importance du
phénotie forestiers, il est donc rare et, bien que mène. En saison sèche, orques, dauphins,
l’UICN ne le considère pas globalement en mais surtout baleines à bosse, sont des milliers
grand danger, il est dans une situation à haut à migrer depuis la Guinée équatoriale et São
risque et fait partie des espèces intégralement Tomé vers le sud. Ces mastodontes, pouvant
protégées. Au Gabon, on ne le trouve que atteindre 16 m de longueur et 30 tonnes,
sur les plateaux Batéké, où on le nomme sont des animaux pacifiques qui apprécient
« ntsa ». C’est un herbivore de la famille la présence humaine. Cette gentillesse leur
des bovidés (qui comprend les antilopes, a valu des pertes considérables dans leurs
les gazelles et les buffles). Le céphalophe rangs, la chasse à la baleine ayant décimé
de Grimm se distingue très nettement des des quantités considérables de cétacés et
autres « céphalophinés » dits de forêts : il est continue, encore aujourd’hui, à représenter
relativement grand (de 50 à 60 cm au garrot un danger très sérieux pour l’espèce.
pour 10 à 15 kg), alors que les autres sont Les mégaptères ont un cycle annuel en deux
petits, son dos est presque droit, ses pattes temps : ils se nourrissent dans des zones
sont longues, fines, et son allure générale océaniques fraîches puis se dirigent vers les
est élancée, alors que les céphalophes de tropiques pour se reproduire. Ils parcourent
forêts sont plutôt trapus et penchés vers le ainsi des milliers de kilomètres chaque année.
sol. Enfin, son pelage est souvent couleur Leurs « bosses » sont en fait des callosités sur
« savane » (grisâtre, jaune). Ses cornes sont différentes parties du corps, tête comprise.
un autre de ses éléments distinctifs : assez Le chant des mâles, lors de la période de
verticales, de taille intermédiaire (10-15 cm) reproduction, est particulièrement émouvant.
et de section circulaire.Mais ce qui est le plus spectaculaire c’est leur
comportement : le saut hors de l’eau de ces Son régime alimentaire est souple : il broute
prinimpressionnantes masses, leurs jeux et leurs cipalement les feuilles, les écorces et les jeunes
ballets quand ils sont en groupe, autour et en pousses de multiples plantes, mais il s’intéresse
dessous des embarcations des visiteurs venus parfois aux fruits, aux racines, aux
champiles admirer. La baie de Corisco, le cap Lopez, gnons ou même à quelques protéines animales. 44 ® SURVOL DU GABON
Exploitant au mieux l’eau contenue dans ses type omnivore, avec une préférence pour les
aliments, ce céphalophe peut se priver de boire plantes herbacées et les insectes. Les études
pendant de longues périodes. S’abritant du soleil menées par Harrison et Jean-Pierre Gautier,
aux heures chaudes, il se nourrit à l’aube et à au cours de la fin des années1980, montrèrent
l’aurore et reste actif la nuit. Sédentaires et que la distribution du solatus était limitée à une
territoriaux, ces animaux sont solitaires, mais zone de 5 000 km² dans la forêt des Abeilles,
mais qu’il n’était pas impossible que l’espèce fidèles en amour : on ne les observe que seuls ou
ait pu traverser la rivière Offoué au nord du en couple, le territoire d’un mâle étant superposé
parc national de la Lopé. Etant semi-terrestre, aux territoires de deux femelles au plus. Il n’y a
ce singe est particulièrement vulnérable aux pas de saison particulière des amours : après
pièges posés au sol, une méthode habituelle une gestation de six mois environ, la femelle
s’isole dans une zone couverte et met au monde de chasse autour des campements forestiers.
un petit en n’importe quelle saison, parfois En réponse à cette menace, le gouvernement
deux fois dans l’année. On a observé que les gabonais prit la décision de déclarer cette
adultes, très sensibles aux cris de détresse des espèce intégralement protégée. Un programme
de recherche fut ensuite mis en place par jeunes, défendaient leur progéniture. Le petit
Jean-Pierre Gautier et Annie Gautier-Hion, mûrit rapidement : il marche après une heure,
afin d’étudier la biologie de ce singe quasi court après vingt-quatre heures, atteint sa taille
inconnu. En juillet 1994, Chris Wilks, un bota-adulte à six mois et la femelle a son premier petit
niste britannique, observa le solatus en train vers un an ! Leur durée de vie moyenne serait
de traverser la rivière Offoué. Par la suite, de douze ans. Ce gracieux animal a pris une
le singe fut observé dans le parc national importance cruciale dans la culture du peuple
à plusieurs reprises. Aujourd’hui, on estime téké qui, lui aussi, est strictement attaché à
que son territoire est d’environ 12 000 km², ces savanes plantées sur des dunes géantes,
sans toutefois être certain de sa limite ouest. sans équivalent dans toute l’Afrique centrale.
Sa densité serait de vingt-cinq individus au Le ntsa est un élément constitutif de l’identité
kilomètre carré dans la forêt des Abeilles téké (symbole de prouesses et de qualités
et de quatre au sud de la forêt de la Lopé. familiales). Avec un bon guide, sachant imiter,
L’observation de cette espèce est donc limitée à l’aide d’une feuille (Anona senegalensis par
au parc national de la Lopé et les chances de exemple), le cri d’alarme des petits, le ntsa est
la voir sont actuellement faibles en raison de assez facile à voir. C’est aussi la raison pour
sa capacité à se dissimuler.laquelle sa survie est menacée. L’observer et
l’admirer est l’une des façons de le préserver. w w Chat doré (Profelis aurata). Le chat doré
africain est encore peu connu. Il est endémique w w Cercopithèque à queue de soleil
(Cerà la forêt pluviale de la côte ouest de l’Afrique copithecus solatus). La découverte, faite
et fait partie des espèces les moins étudiées par Harrison sur le continent africain, du singe
au monde. Sa taille est d’environ deux fois à queue de soleil est récente puisqu’elle ne
celle d’un chat domestique. Sa couleur de remonte qu’à 1984. Cette espèce, comme les
base varie d’un brun orangé au gris. Gorge, deux autres espèces de Cercopithecus lhoesti
joues et ventre sont blancs. Comme la pan-(preussi et lhoeosti) dont elle est
phylogénéthère, le chat doré est carnivore et s’attaque tiquement la plus proche, présente une face
aux oiseaux et aux petits mammifères. Les noire, un collier blanc, une fourrure brun-rouge
dangers qui le guettent sont essentiellement et un scrotum bleu. C’est la couleur rouge
les braconniers et les panthères. La gestation orangée de l’extrémité de sa queue qui en fait
des femelles dure deux mois et demi et elles toutefois la singularité et qui lui a valu le nom
donnent naissance à deux petits à la fois. Il de singe à queue de soleil. Ce singe vit dans
a été observé dans les parcs nationaux de la des groupes d’environ quinze individus conduits
Lopé, d’Ivindo et du Loango, mais cet animal par un gros mâle adulte pour plusieurs femelles
très discret laisse très peu de chances aux adultes et leurs jeunes. Le mâle présente un
visiteurs de pouvoir l’admirer.comportement de sentinelle et fait preuve
d’une très grande intolérance à l’égard de w w Chimpanzés (Pan troglodytes).
Endétout nouveau mâle adulte, qu’il soit issu ou miques en Afrique, les chimpanzés sont assez
non du groupe. Cette intolérance se traduit par largement distribués du Sénégal jusqu’en
des courses-poursuites et, si nécessaire, des Tanzanie et leur présence est
particulièagressions directes, le gagnant prenant alors la rement importante en Afrique centrale où
tête du groupe. Son régime alimentaire est de domine la sous-espèce Pan troglodytes. 45Espèces protégées
Espèces intégralement protégées Espèces partiellement protégées
Aigle couronné Bongo
Aigle pêcheur Céphalophe noir à dos jaune
Buffle de forêt Chat doré
Céphalophe à patte blanche Guib harnaché
Céphalophe de Grimm (Ntsa) Hylochère
Cercopithèque à queue de soleil Ibis sacré
Chevrotain aquatique Ibis tantale
Chimpanzé Jabiru du Sénégal
Cob Defassa Perroquet gris à queue rouge
Cob des roseaux Potamochère
Crocodiles (du Nil, nain et Faux gavial) Python de Seba
Daman des arbres Serval et servalin
Drill Sitatunga
Eléphant Spatule d’Afrique
Hylochère Varan du Nil
Galago (Allen, Demidoff, Elégant) Vautour palmiste
Galago de
Galago élégant
Gorille
Hippopotame
Lamantin
Lion
Mandrill
Oryctérope
Pangolin géant
Panthère
Pélican gris
Picatharte à cou gris
Potto (Boshman, Calabar)
Tortues (luth, verte, olivâtre, imbriquée)
Babouin mandrill du Gabon.
© GLEB_IVANOV – ISTOCKPHOTO46 ® SURVOL DU GABON
Doté d’une taille de 1 m à 1,20 m et d’un poids et la base de la queue. Il vit en petits groupes
de 45 à 70 kg, le chimpanzé est beaucoup de six à dix individus qui ne comprennent
moins lourd et bien plus gracile que son voisin qu’un seul mâle et deux à trois femelles. Son
de la famille des hominidés, le gorille, et peut domaine est de l’ordre de 20 à 30 hectares
vivre jusqu’à une cinquantaine d’années. qui peut chevaucher le territoire de groupes
Longs poils noirs, grande face claire expres- voisins. Essentiellement folivore, il ne dédaigne
sive et petite barbe blanche lui confèrent pas fruits et graines et vit dans les basses
une allure sympathique et malicieuse. Les strates de la forêt, mais parfois descend au
chimpanzés sont organisés en communautés sol.Le colobe satan est entièrement noir. Les
variant de vingt à cent individus, généralement poils de sa tête lui donnent une allure plutôt
divisés en sous-groupes dont la composition hirsute et ses oreilles sont découpées de façon
est très fluctuante. Leur territoire est d’environ irrégulière. Il est considéré comme l’espèce la
20 km² et les mâles peuvent parcourir 10 km plus ancienne des colobes africains. Vivant en
par jour, tandis que les mouvements des groupe d’une vingtaine d’individus comprenant
femelles se limitent au cœur du territoire. plusieurs mâles, il occupe des domaines allant
Leurs nids sont sommairement construits pour de 30 à 500 hectares empiétant fréquemment
la nuit et toujours dans les arbres. Omnivores, sur ceux d’autres groupes dans des rencontres
ils affectionnent particulièrement les fruits, pacifiques. C’est dans les hautes strates
les mêmes que les gorilles, mais feuilles, de la canopée des forêts primaires qu’il se
graines, insectes, oiseaux et petits mam- nourrit essentiellement de graines en saison
mifères font aussi partie de leur menu. Ils ou, à défaut, de jeunes feuilles. Il s’attaque
sont particulièrement habiles et capables à de très grosses gousses et peut passer
de se servir d’ « outils » pour effectuer un vingt minutes à extraire les graines de leurs
certain nombre de tâches, alimentaires en enveloppes ligneuses.Au Gabon, le colobe
particulier. Ils sont présents dans presque satan peut être vu dans le parc national de la
tous les parcs nationaux du Gabon, dans des Lopé et plus spécialement au campement de
proportions variables. Très volubiles et fur- Mikongo, mais aussi dans les parcs côtiers et
tifs, on les entend plus facilement qu’on ne à Minkébé, tandis que le colobe guéréza est
les voit et les chances d’observation bien présent dans les parcs d’Ivindo, de Minkébé
qu’assez fréquentes sont aléatoires. C’est et de Mwagné.
dans les parcs les plus structurés (Lopé, w w Crocodiles. Parmi les vingt-trois espèces
Loango, Ivindo) que les possibilités de les de crocodiliens, trois seulement habitent
voir sont les plus grandes. l’Afrique, et particulièrement l’Afrique
cenw w Colobes (Colobus guereza et Colobus trale : le crocodile du Nil, le faux gavial
satanas). Ce sont des singes de taille (Crocodylus cathaphractus) et le crocodile
moyenne à longue queue qui se distinguent des nain (Osteolaemus tetraspis). Animaux à sang
cercopithèques par leur ventre alourdi, carac- froid, comme les autres reptiles, les crocodiles
téristique des herbivores, et par l’absence ou sont cependant les plus évolués de leur famille.
la réduction du pouce (d’où leur nom venant Ainsi, ils possèdent une troisième paupière
du grec xolobos signifiant « mutilé »). Ils ont qui, transparente, leur permet de nager les
un larynx très développé qui leur permet yeux ouverts, protégés de l’eau et des débris.
de pousser des cris puissants. Leur régime Leurs narines, placées à l’extrémité de leur
alimentaire leur permet de consacrer environ long museau, sont proéminentes pour leur
60 % de leur temps au repos. Sur les cinq permettre de respirer, le corps entièrement
espèces que comprend le genre, trois sont immergé. Ils disposent aussi d’une valve
présentes en Afrique centrale et deux au placée à la base de leur langue qui leur donne
Gabon. Alors que le colobe noir, appelé aussi la possibilité d’ouvrir leur gueule sous l’eau
colobe satan, ne se trouve en Afrique centrale sans en avaler de grandes quantités. Leur
qu’au Gabon, en Guinée équatoriale et au queue, souvent plus grande que la moitié de
Sud-Cameroun, le colobe guéréza occupe un leur corps, aplatie verticalement, constitue
territoire en couloir touchant le Sud-Cameroun, un très efficace moyen de propulsion. Leur
le nord du Gabon et allant jusqu’à la Tanzanie. capacité sensorielle (ouïe, vue et odorat) est
Le colobe guéréza possède un pelage noir développée. Ces caractéristiques sont celles
rehaussé d’un cercle blanc entourant sa face, de chasseurs. Les poissons sont en priorité
particularité qui le rend aisément reconnais- leurs proies, mais mollusques, serpents,
sable, et un large toupet blanc sur les flancs tortues, chauves-souris et petits mammi-DÉCOUVERTE
47SURVOL DU GABON √
fères font aussi partie de leur menu. Leurs nombre de solitaires. Le territoire de chaque
mâchoires peuvent briser les os de petits groupe est de 20 à 40 km² et ils se déplacent
animaux mais, curieusement, les muscles chaque jour de 1 à 2 km. Essentiellement
qui les actionnent sont faibles et l’on peut végétariens, ils se nourrissent surtout de
maintenir leur gueule fermée avec une main. fruits, de plantes herbacées, de racines et
Leur estomac, le plus acide de ceux de tous de noix, ainsi que de quelques insectes, et
les vertébrés, leur permet de digérer aisément cela au lever et au coucher du jour. Ils jouent
os, poils et carapaces. ainsi un rôle important dans le cycle
écoloSi l’écologie et la distribution du crocodile gique de la forêt en dispersant largement les
du Nil sont assez bien connues, surtout en graines. En fin d’après-midi, chaque individu
Afrique de l’Est et du Sud, le faux gavial et construit son nid, soit au sol (essentiellement
le crocodile nain font partie des espèces les en feuilles), soit dans les arbres en utilisant
moins étudiées et l’on sait peu de chose sur les branches feuillues.
leurs habitudes et leur biologie. Ces deux Les gorilles sont très largement distribués
espèces ont été longtemps chassées pour au Gabon, à l’exception des vastes savanes
leur peau. Les crocodiles sont présents dans du Haut-Ogooué et des zones à proximité
presque tous les parcs nationaux du Gabon, des centres urbains. Toutefois, ils sont plus
mais c’est au Loango qu’il est le plus facile nombreux dans les parcs nationaux de la
d’en voir les trois espèces africaines. Lopé, de l’Ivindo et de Moukalaba-Doudou.
En semi-liberté, sur l’île de Petit Evengué w w Gorilles (Gorilla gorilla gorilla). Les
(Fernan Vaz), quelques individus font l’objet gorilles de plaine de l’ouest sont les moins
d’une expérience de réinsertion en milieu connus et pourtant les plus nombreux des trois
naturel. Dans le parc national des plateaux espèces existant au monde, tous en Afrique
Batéké, le Projet de protection des gorilles centrale. Population estimée à 50 000
indimène une expérience identique, mais de plus vidus, dont plus de la moitié au Gabon (pour
grande envergure, sans toutefois être ouvert quelques centaines de gorilles de montagne),
elle se répartit essentiellement entre le Gabon, aux visiteurs. Malgré leur nombre important,
le Congo et le sud du Cameroun/RCA. D’un ils ne se laissent pas facilement observer. Bien
poids de 170 kg (ils peuvent toutefois atteindre que cette espèce soit protégée, son habitat
forestier et sa peur de l’humain, provoquée plus de 210 kg !) et d’une taille de 1,66 m en
par la chasse et autres ennemis, en font de moyenne, les mâles adultes, appelés « dos
grands timides. En dehors des rencontres argentés » en raison des poils gris qui couvrent
occasionnelles et furtives, les chances sont leur dos, présentent très souvent une calotte
rousse. Les gorilles de plaine vivent en petits plus grandes du côté de Mikongo (parc national
groupes de taille variable, en moyenne de de la Lopé) où la zone est protégée depuis
douze individus. Il y a toutefois un assez grand longtemps, mais restent très hypothétiques.
Malgré leur nombre important au Gabon, les gorilles ne se laissent pas facilement observer.
© JOSEPH FRIEDHUBER48 ® SURVOL DU GABON
En revanche, au baï (clairière) de Langoué rapprocheraient davantage des lophocèbes,
(parc national de l’Ivindo) et durant la bonne appelés aussi mangabés. Les mâles peuvent
saison, la présence soit de solitaires, soit de atteindre le poids respectable de 35 kg et
groupes est très fréquente et l’observation mesurer 80 cm, tandis que les femelles ont un
est facilitée par l’espace ouvert où les gorilles poids moyen de 10 kg pour une taille de 60 cm
viennent s’alimenter en plantes herbacées environ. Les gros mâles sont les plus
specriches en sels minéraux. taculaires en raison des couleurs intenses,
rouge et bleu, qui ornent certaines parties de w w Hippopotames (Hippopotamus
amphileur corps, en particulier la face et la croupe. bius). Pourquoi les hippopotames se
baignentPlus le mâle est dominant, plus ses couleurs ils parfois dans l’océan et pourquoi le Gabon
sont vives. Ils se font également remarquer semble être le seul pays au monde où ce
par leurs vocalisations. Les femelles sont phénomène se produit ? Les hippopotames
colorées de façon plus discrète, de rose et de sont largement répandus en Afrique
subsableu plus pâle. Le reste du pelage des deux harienne. Pourtant cette espèce a été peu
sexes est brun olive, et ils possèdent une étudiée, en particulier en Afrique centrale,
petite barbe orangée et une crête sagittale. et il existe très peu de bases de données
Ils sont omnivores, appréciant particulière-d’informations concernant leur écologie. La
ment fruits, graines et insectes, mais aussi difficulté d’observer leur vie quotidienne est
occasionnellement les petits mammifères, les partiellement due au fait qu’ils vivent
essenreptiles, les œufs d’oiseaux ou les poissons. tiellement dans l’eau souvent sombre des
Ils passent beaucoup de temps à fourrager lagunes, lacs ou rivières, le corps presque
dans leurs litières au sol. On les observe entièrement immergé. Des inventaires étant
particulièrement dans le parc de la Lopé, où donc extrêmement difficiles à établir, on ne sait
un programme d’étude et des techniques de pas quel est le nombre d’individus existants.
radio tracking permettent de les repérer et Essentiellement végétarien, l’hippopotame
de les suivre plus facilement.est un animal paisible, malgré son énorme
masse et sa denture impressionnante, mais w w Panthère (Panthera p. pardus). De tous
le fait d’avoir été très longtemps (et parfois les félins, la panthère possède l’aire de
disencore aujourd’hui) chassé pour sa chair le tribution la plus vaste, s’étendant de l’Afrique
rend méfiant et réactif. Mais, pourquoi donc subsaharienne au Moyen-Orient et à l’Asie. La
se baignent-ils dans l’océan ? Ici, les réponses panthère africaine est une sous-espèce
diffésont plus des hypothèses que des certitudes. renciée et vit dans des habitats très divers, à
Peut-être parce que pour un animal très lourd l’exception des déserts. Son pelage et sa taille
et plutôt maladroit sur terre, il est plus facile de varient beaucoup ; elle est souvent de couleur
se déplacer dans l’eau et particulièrement dans plus claire quand elle vit en savane et plutôt
l’eau salée. La recherche de nourriture est grise en zone forestière. Cela s’explique par la
peut-être aussi une explication. Une femelle nécessité de se fondre dans l’environnement
accompagnée de son petit a été observée et constitue, de même que les taches de
la tête sous le niveau de l’eau pendant plus son pelage, une tenue de camouflage. Elle
de cinq minutes, ce qui permet de penser est exclusivement carnivore et ses proies
qu’elle mangeait quelque chose, peut-être sont le plus souvent des potamochères, des
des algues. En dehors du Loango, il existe céphalophes, des singes et des porcs-épics.
encore des populations significatives dans Elle ne chasse pas ses proies sur de longues
le parc national de Moukalaba-Doudou, et distances, mais se tient en embuscade pour
quelques individus ont survécu à la chasse les surprendre.
dans les régions de Lambaréné, de Minkébé La panthère est solitaire et territoriale. Dans
et de l’Ivindo. les zones où la nourriture est abondante,
son territoire est d’environ 90 km² pour les w w Mandrills (Mandrillus sphinx).
Apparmâles et de 30 km² pour les femelles. Dans tenant à la famille des Cercopithecidae, les
mandrills sont des singes arboricoles de taille des zones où la chasse est importante et
moyenne à l’aspect spectaculaire. Endémiques donc la nourriture plus rare, elle peut couvrir
en Afrique centrale, ils sont présents au Gabon, des surfaces beaucoup plus étendues. Les
au Sud-Cameroun, en Guinée équatoriale et femelles mettent bas en moyenne trois petits,
au sud du Congo-Brazzaville. D’après des par gestation après une période de trois à
études récentes, les mandrills, longtemps quatre mois. Les jeunes deviennent
indéconsidérés comme proches des babouins, se pendants au bout d’un an et demi. De plus DÉCOUVERTE
49SURVOL DU GABON √
Le lamantin, dernière espèce rescapée
en voie de disparition
Le lamantin, grand mammifère au corps cylindrique, est doté d’une petite tête, sans
oreilles externes ni défenses. Ses membres antérieurs forment des palettes natatoires et
sa queue est aplatie horizontalement. Sa peau est grise, épaisse et nue hormis au bord des
lèvres. Son faciès lui vaut le surnom de « vache de mer ». Le mode de reproduction reste
encore peu connu, la gestation dure environ douze mois et la femelle engendre un petit
tous les deux ou trois ans. Les jumeaux sont rares, mais possibles. La maturité sexuelle
est de sept ans. L’espérance de vie peut atteindre soixante ans. Il peut atteindre 5 m et
peser une tonne et demi. Selon les auteurs, le lamantin africain est monogame et vit en
famille composée de deux adultes, d’un juvénile et d’un bébé. Plusieurs mâles peuvent
courtiser la femelle en rut. Le lamantin est exclusivement herbivore, non ruminant et
consomme des herbes flottantes ou immergées. Il vit en eau douce, fait partie des espèces
menacées par la pêche et a totalement disparu de certaines zones de la planète. Le Gabon
bénéficie d’un territoire largement irrigué de fleuves, ce qui laisse penser qu’il en existe
une population importante dans les lacs et lagunes du pays. Les dernières recherches
montrent une présence nette dans la lagune de Ndogo, au sud du parc de Loango. Le
lamantin bénéficie d’un statut particulier chez les villageois : il serait considéré comme
totem de famille, affilié aux génies des eaux douces et pourvoyeur de bonne santé. Ce
qui n’empêche pas pour autant de le retrouver sur le marché des braconniers.
en plus rares dans les zones non protégées, protubérances qui lui servent de défenses.
les panthères sont toutefois nombreuses dans La femelle quitte le groupe peu avant de
les parcs nationaux de la Lopé, de Loango, de mettre bas, pour construire le nid. C’est l’un
l’Ivindo, de Minkébé, de Moukalaba-Doudou. des rares cas où l’animal se retrouve isolé.
Des populations plus restreintes vivent dans Elle choisit un endroit plat, éloigné des pistes
les parcs des monts de Cristal, de Pongara, d’éléphants et des arbres fruitiers qui attirent
des plateaux Batéké, de Waka et des monts des présences indésirables. Puis elle prépare
Birougou. Actives surtout la nuit, elles sont la litière, en mâchant pendant de nombreuses
difficiles à observer et il faut beaucoup de heures quantité de plantes ligneuses pour en
chance pour les débusquer à la tombée de faire un épais matelas dans lequel les petits
la nuit ou le matin lorsque, assoupies après seront confortablement installés et cachés. On
un bon repas, elles se laissent surprendre. ne sait pas comment elle parvient à rejoindre le
groupe une fois les petits en état de marcher. w w Potamochère (Potamochoerus porcus).
Le potamochère se nourrit d’éléments les plus Largement répandu en Afrique de l’Ouest et
variés : insectes, racines, noix, fruits, feuilles, centrale, le potamochère est un animal à
tiges, champignons, crottes d’éléphant, etc. l’allure débonnaire et au faciès pittoresque.
C’est l’aspirateur de la forêt. Ses mâchoires Il se distingue nettement du phacochère,
puissantes lui permettent de casser aisément absent de l’Afrique centrale, et est assez
les noix les plus dures. Ses ennemis sont les proche de son cousin d’Afrique de l’Est, le
grands carnivores tels que les panthères (ou bush pig (Potamochoerus larvatus). Pouvant
les lions au Congo), mais le principal danger peser jusqu’à 120 kg et mesurer 1,50 m de
pour sa survie est l’homme. L’excès de chasse longueur, ce sanglier africain aux habitudes
pourrait un jour avoir de graves effets sur très sociables vit en groupes atteignant
parl’espèce. Le potamochère est présent sur une fois une centaine d’individus comprenant
grande partie du territoire gabonais et dans mâles, femelles et petits ; ils se déplacent
la majorité des parcs nationaux.bruyamment en forêt ou en savane. Pourtant,
le sanglier sait disparaître rapidement et w w Tortues marines (Cheloniidae et
Dermosa mobilité ne facilite pas son observation. chelyidae). Parmi les sept espèces de tortues
D’ailleurs, l’espèce a été jusqu’à présent marines existant au monde, cinq fréquentent
relativement peu étudiée. De couleur orange les côtes du golfe de Guinée et celles du
(d’où son nom en anglais : red river hog) Gabon. D’après l’UICN (Union mondiale
et doté d’amusants favoris blancs sur les pour la nature), elles sont toutes
considéoreilles et les joues, il porte sur la face des rées en danger, voire en danger critique. 50 ® SURVOL DU GABON
La sauvegarde des tortues luth
La tortue luth est la plus grande des espèces de tortues marines au monde. Puissante
nageuse, elle peut effectuer des voyages sur des milliers de kilomètres à la recherche de
ses proies favorites, les méduses. Le Gabon abrite la plus grande population nidificatrice
de tortues luth du monde (estimée entre 15 730 et 41 373 femelles). Les principaux
sites se trouvent dans les parcs nationaux de Mayumba et Pongara, ainsi que dans
d’autres zones comme le parc national de Loango et le complexe d’aires protégées de
Gamba. Les efforts prioritaires sur ces sites visent à assurer la conservation de cette
population et à la protéger contre les menaces de pêche illégale, braconnage des nids,
pollution et perturbation des habitats et changement climatique.
Si la tortue luth a fait l’objet de profondes inquiétudes dans le monde de la conservation
après le déclin des populations indo-pacifiques, disparues à plus de 90 % dans les années
1980 et 1990, elle est désormais passée, sur la liste de l’UICN, d’espèce en danger
critique d’extinction au niveau mondial à espèce vulnérable – rien n’est donc joué, mais
la tendance est plutôt à l’optimisme. C’est là le fruit du travail et des efforts des
organisations gouvernementales et non gouvernementales de plusieurs pays, dont le Gabon.
Quatre d’entre elles, la tortue verte, la tortue Gabon représente le site de ponte le plus
imbriquée, la tortue olivâtre et la caouanne, important au monde. Le parc national de
Pongara abrite, au nord, une zone de ponte possèdent une carapace dure très résistante.
importante gérée par l’ONG Aventures Sans Pesant de 40 kg (olivâtre) à 600 kg (luth), les
Frontières ; vers sa limite sud et au-delà, les tortues marines mesurent de 70 cm à 2,40 m.
pontes sont également fréquentes. Mais c’est Elles parcourent de grandes distances entre
les zones d’alimentation et celles de repro- sans conteste le parc national de Mayumba
duction. Certaines d’entre elles peuvent nager qui détient le record de ces sites de ponte,
sur des milliers de kilomètres durant plusieurs grâce aux présences nombreuses,
régusemaines sans s’arrêter. Leur alimentation lières et spectaculaires, durant la saison qui
est variable selon les espèces. Les tortues s’étend en moyenne de début novembre à
fin mars.imbriquées sont omnivores, les tortues vertes
herbivores, tandis que la luth se nourrit en
Floregrande partie de méduses.
La forêt gabonaise regorge d’un nombre Les tortues marines sont particulièrement
incroyable d’espèces d’arbres et de fleurs. menacées par toute une série de dangers
Certains de ces végétaux rendent des services qui vont de la pêche industrielle à la pollution
depuis des siècles à ses habitants (les humains par les hydrocarbures, mais aussi par les
comme les animaux), qui maîtrisaient parfai-habitudes des populations côtières. La
tement ce milieu et ses bienfaits. Les plantes meilleure façon de participer à leur protection
médicinales étaient d’ailleurs cultivées à est de refuser d’acheter carapace, viande et
l’arrière des villages traditionnels afin d’avoir œufs de tortue et, bien sûr, ne pas rejeter à la
sous la main de quoi soigner les maux les mer les détritus, en particulier les plastiques
plus fréquents.qui représentent des pièges impitoyables pour
Quelques exemples d’arbres utiles aux modes ces animaux si attachants.
de vie traditionnels :
w w Tortue luth (Dermochelys coriacea).
w w L’atsui, dont le bois est utilisé pour fabri-La tortue luth a une carapace réduite et ne
quer les chevrons des cases, produit une sève possède pas d’écailles. Son dos, composé
qui soigne les dartres et la gale.d’un ensemble de petits os et d’une épaisse
couche de graisse, est recouvert d’une peau w w Le niové, arbre élancé et droit, est
larnoire bleutée à l’aspect de cuir, marquée gement représenté dans la forêt gabonaise.
dans le sens de la longueur du corps par des Ses fruits, ovoïdes à deux valves, libèrent une
crêtes. Elle peut atteindre 2,40 m et 600 kg. seule graine enveloppée d’une chair rouge
Au Gabon, c’est la tortue luth qui est la plus consommée par de nombreux animaux :
répandue, et ses sites de ponte se succèdent oiseaux, primates, rats et porcs-épics. Son
à partir de Libreville jusqu’à Mayumba et bois sert à la confection des pagaies, et la
la frontière du Congo. Avec la Guyane, le sève est cicatrisante.DÉCOUVERTE
51SURVOL DU GABON √
w w L’olon, arbre d’assez grande taille,
appartient à la famille des rutacées. On le trouve
plutôt dans la forêt secondaire, son tronc est
garni d’épines, son bois tendre, léger et jaune
est utilisé pour la fabrication des pirogues, des
tam-tams et des ruches. Son écorce pilée est
déversée dans les cours d’eau afin d’attraper
les poissons par narcotisation.
w w L’onzabili, grand arbre présent dans tout
le Gabon, produit des fruits sucrés, jaunes
et aplatis, acidulés mais comestibles, et
appréciés des singes et des éléphants. La
poudre d’écorce est employée contre les
maladies du foie.
Orchidées
Par Jean-Philippe Biteau, paysagiste,
horticulteur (DG de Jardi Gab).
La famille des orchidées compte 28 000 espèces
botaniques connues, réparties en plus de
700 genres. Plus de 100 000 hybrides ont
été créés par l’homme, ce qui en fait la famille Rose de porcelaine, jardin de Nzaloungou, Omboué.
de plantes à fleurs comptant le plus grand
nombre d’espèces. Présentes dans tous les est une des plus belles espèces du Gabon et
pays, terrestres d’origine, on les trouve encore pousse le long des rivières et dans les forêts
en terre sous des climats tempérés ou froids, très humides.
mais beaucoup sont épiphytes dans les pays w wBulbophyllum acutebracteatum var
tropicaux ou équatoriaux. Arrimées sur les rubrobrunneopapillosum. Petite plante dont
arbres, elles ne sont pas pour autant parasites la fleur, prise en macrophotographie, a fait
puisqu’elles ne se nourrissent pas de la branche l’objet d’une belle description que l’ont peut
ni du tronc qui les hébergent. Ces plantes sont trouver dans le livre de J. J. Vermeulen A
remarquables par les systèmes complexes de Taxonomic Revision of the Continental African
pollinisation qu’elles ont développés avec les Bulbophyllinae. Ce botaniste hollandais est
insectes (leurre) pour assurer leur reproduction, reconnu comme le plus grand spécialiste ayant
ainsi que par la symbiose qu’elles établissent travaillé sur ce genre (le bulbophyllum) qui
avec certains champignons qui, en contrepartie ne comprend pas moins de 1 200 espèces
du toit qu’elles leur offrent, leur apportent des au monde, dont une centaine en Afrique. Ces
aliments tels que les sucres. plantes sont la plupart du temps faciles à
cultiw w Aerangis arachnopus. Espèce rare d’or- ver, résistant aux manques comme aux excès
chidée à la hampe florale au port des plus d’eau, en partie grâce à leurs pseudobulbes très
élégants. Son éperon très long et pendulant imposants, presque disproportionnés par rapport
contient des sucs qui attirent un petit papillon à la taille des feuilles. Elles sont en général peu
de nuit dont la trompe, en se déroulant, va exigeantes et, pour qu’elles se portent bien, il
chercher ce suc jusqu’au fond de l’éperon. suffit de les débarrasser de temps à autre des
Cette espèce doit être protégée. cochenilles caparaçonnées qui les infestent
assez régulièrement et de bien observer leurs w w Ancistrochilus thomsonianus. Les
parétranges floraisons, ce qui, pourquoi en dou-fums que dégagent les orchidées, les couleurs
terait-on, ne peut que les intéresser en retour.ou encore les formes très étranges de leurs
fleurs comme autant de langages à décrypter, w w Cyrtorchis chailluana. Cette espèce fait
ne sont que des pièges pour attirer l’insecte partie de nos orchidées les plus remarquables
pollinisateur, pièges qui forment un véritable et les plus accessibles, car il est encore
posdécor de théâtre conçu pour une seule repré- sible de la rencontrer dans Libreville, à l’état
sentation, celle de l’acte de reproduction. naturel, sur de vieux manguiers ou encore
En être le spectateur-observateur est un sur Vitex doniana, arbre que l’on trouve tout
grand privilège. Ancistrochilus, qui signifie le long de la côte, ami des épiphytes, mais
littéralement « lèvres en forme de hameçon », devenu très rare dans les zones urbaines.
© BERNADETTE VOISIN52 ® SURVOL DU GABON
w w Eulophia cucullata. Si la plupart des orchi- ce genre de compost qu’on pourrait
aisédées sous le climat équatorial sont des épi- ment la cultiver, dans un pot de terre cuite
phytes, certaines, comme le genre Eulophia, de préférence. Ses racines tubéreuses s’y
sont terrestres. Celle-ci est immanquable dans porteront à merveille et il ne faudra pas
s’inles plaines de la Pointe Denis où elle vit par quiéter lorsque la plante viendra à « mourir » :
endroits en populations assez denses. Comme il ne s’agira que du dessèchement naturel
beaucoup d’autres petites plantes tubéreuses de sa partie visible (fleurs, tige et feuilles).
des savanes, celle-ci apprécie particulière- C’est pourquoi on dit que c’est une plante
ment que les graminées envahissantes des annuelle ; en fait, ses racines restent
vigouprairies soient brûlées régulièrement. Elle reuses et profitent du repos pour reprendre
est une des premières à fleurir lorsque les des forces, une très courte tige centrale ayant
pluies reviennent. conservé une sorte de bourgeon comme un
œil qui, le moment venu (le début de la saison w w Eurychone galeandrae. Genre séparé
des pluies), viendra à s’ouvrir… et le cycle des Angraecum, ne comprenant que deux
recommencera.espèces dont une seule présente au Gabon.
Elle affectionne les sous-bois ombragés pour w w Polystachya laxiflora. Présente dans la
leur humidité et leur fraîcheur nocturne. La forêt de la Mondah, un peu partout au Gabon
structure de ses tissus, diaphane et cristalline, et en Afrique centrale. Son pseudobulbe forme
la rend des plus élégantes ; en fait, comme une tige renflée pouvant mesurer jusqu’à
beaucoup de fleurs de la famille des orchidées, 25 cm. Elle est facile à cultiver en
situaelle joue avec la lumière. tion ombragée et, avec un arrosage léger et
journalier pendant la période sèche, il y aura w w Habenaria procera var procera. Habenaria,
toujours quelques fleurs au bout de sa longue abondante dans les lisières, nous fait dans la
hampe flexible et lâche. Le manque de repos anture plus facilement penser à une herbe
ne l’affectant pas, nous pouvons donc l’avoir puisqu’elle est pratiquement toujours terrestre.
en fleur toute l’année.Il lui arrive de pousser en hauteur dans les
amas de feuilles plus ou moins compostées, w wPolystachya pobeguinii. Le genre
les mousses et les sphaignes accumulées Polystachya est le deuxième plus commun
dans les fourches de certains arbres d’âge d’Afrique après le Bulbophyllum. Ici nous avons
vénérable. C’est d’ailleurs en reproduisant affaire à une petite orchidée, odorante le soir
et une grande partie de la nuit. Opportuniste,
aimant la lumière, elle habite la canopée, ce
qui la rend résistante aux périodes sèches les Les lianes à eau
plus longues. Malingre en fin de saison sèche,
Les guides se font toujours un plaisir de le pseudobulbe racorni peut nous faire croire
faire découvrir aux touristes les vertus qu’elle n’en a plus pour très longtemps ; mais
de la liane à eau. Il en existe deux types, c’est alors que des petites feuilles et de fines
mais il n’est pas facile pour un néophyte racines violettes font leur apparition. Deux
de faire la distinction. Ce qu’il retiendra mois plus tard, les feuilles auront presque
c’est que la liane à eau est un de ces séché en laissant la place à cette jolie petite
bienfaits de la nature qui peut venir au fleur. Très facile à cultiver sur un frangipanier
secours d’un imprudent assoiffé perdu en par exemple, elle peut fleurir deux fois dans
forêt ! Plus sérieusement, les lianes à eau l’année, en février-mars, et, plus rarement,
peuvent mesurer une dizaine de mètres au mois de septembre.
et atteindre un diamètre important. On les
w w Tridactyle truncatiloba. Son nom dérive trouve partout en forêt. Afin d’étancher la
du grec tri (trois) et dactylos (doigt), en réfé-soif, on découpe la liane en tronçon pour
rence au labelle trilobé de l’espèce type. laisser s’écouler en bouche une eau claire
Egalement épiphyte, celle-ci est tout à fait et potable, filtrée par le bois, d’un débit
remarquable. Grande par sa taille et ses variant en fonction de la saison (en saison
fleurs, elle n’est présente qu’au Gabon et au sèche, l’eau est moins abondante) et du
Congo, dans les grandes forêts de brumes diamètre de la liane. Cependant, il faut
comme celles que l’on rencontre dans les être vigilant à l’équilibre écologique : les
monts de Cristal. Formant un graphisme lianes font partie des espèces de plantes
étonnant, la hampe peut compter jusqu’à fragiles et mettent des années, voire des
dix fleurs fortement odorantes qui s’ouvrent décennies, pour arriver à taille adulte.
en même temps.DÉCOUVERTE
Histoire
er eL’histoire des populations du Gabon actuel est Du I au X siècle après J.-C. :
relativement récente. L’extinction vraisem- premiers flux migratoires
blable des premiers habitants est admise par
Le Gabon accueille un flux migratoire de les historiens, et l’on peut raisonnablement
nombreuses ethnies en provenance du dater l’existence des ancêtres des
autochCameroun, au nord, et du Congo, au sud. tones depuis le début de l’ère chrétienne.
Dans un premier temps, les Bantous migrent
pour les mêmes raisons que leurs prédéces-La préhistoire du Gabon
seurs un peu plus tard et arrivent, eux aussi, Au Gabon, les recherches entreprises sur
l’enpar le Cameroun. Cependant, gênés par la semble du territoire mettent en évidence des
forêt, certains s’installent au nord, tandis que sites archéologiques qui attestent la présence
d’autres l’auraient contourné pour remonter, d’une civilisation de l’âge de pierre. Les traces
ebien plus tard (au X siècle), par le sud en de cette occupation humaine se trouvent dans
passant par le Congo. Ce qui expliquerait les les régions du Haut-Ogooué, sur la côte et sur
différents groupes et temps migratoires de les collines proches des estuaires, autour de
ce peuple regroupé en fait par l’appartenance Libreville, des lagunes et des fleuves dans les
à la même famille linguistique des langues plaines de la Nyanga et de la Ngounié.
bantoues (ba-ntu est le pluriel de mu-ntu
w w Age de la pierre taillée. De 60 000 à qui signifie « les hommes »). Détenteurs de
2 000 ans avant J.-C. Cette nouvelle tech- techniques avancées, les Bantous imposeront
nique est à l’origine d’une économie nouvelle leur culture et leur langue aux populations
qui s’associe à la taille de gros outils indis- noires qu’ils rencontrent.
pensables dans un milieu forestier. Haches,
flèches et pointes se retrouvent dans les e eDu XIII au XVII siècle :
régions du Moyen-Ogooué, dans le sud du les migrations internesGabon et dans la région de l’Estuaire. Les
hisLes Myéné (ou Omyénè) arrivent du nord en toriens s’accordent à penser que les premiers
divers endroits du pays, où ils se divisent habitants de ces régions ont disparu, sans que
en plusieurs sous-groupes, en 1300. Les l’on puisse identifier à quels peuples ils
apparMpongwè seraient arrivés les premiers du côté tenaient. 5 000 ans avant J.-C., les Pygmées
de la région de l’Estuaire, où ils resteront. Les arrivent au Gabon par le nord, probablement
Séké, suivis par les Orungu et les Nkomi, en chassés par la désertification du Sahara, et
1650, descendront plus au sud, en se fixant s’installent au cœur de la forêt équatoriale. Ces
le long de la côte du Fernan Vaz jusqu’au delta petits hommes y vivent de pêche, de chasse
de l’Ogooué, en 1750, formant le royaume de et de cueillette de fruits et de racines. Ils sont
Cama. Peu après, les Punu, en provenance du reconnus actuellement comme le peuple le
royaume du Kongo, viennent s’installer dans plus ancien de ce territoire.
la région du sud-ouest de l’actuel Gabon, Vers 300 ans avant J.-C., les populations
où ils trouvent les Pygmées, les Vili et les néolithiques sont chassées par des flux de
Vungu. Parallèlement, les Okandé traversent migrations venant du nord qui savent utiliser
la vallée de l’Ivindo et s’arrêtent les uns le des techniques métallurgiques. Les chercheurs
long de la vallée de la Ngounié, les autres en ont trouvé des traces dans la région de
dans les montagnes du centre. Les Téké et l’Ivindo. Les historiens s’accordent à penser
les Nzebi, migrant depuis le Kongo, se fixent qu’une partie des premiers habitants de ces
régions ont disparu, sans que l’on puisse identi- respectivement dans le sud-est et le sud
fier à quels peuples ils appartenaient et ont des du pays. D’autres groupes encore, comme
difficultés à construire la continuité historique les Bakélé et les Bakota, vont migrer du
entre les populations anciennes et les ethnies nord pour s’installer dans l’arrière-région du
actuelles installées dans cette région. nord-est.
WEEK-ENDS ET plus d’informations surCITY TRIP COURTS SÉJOURS
BY LA PETITE COLLECTION QUI MONTE www.petitfute.com54 Chronologie
w w 1880 > Fondation de Franceville.Premiers flux migratoires
w w Entre 1875 et 1885 > Pierre Savorgnan de ew w Jusqu’au X siècle > Flux migratoire des
Brazza explore l’Ogooué et atteint le fleuve populations bantoues venues par le nord.
Congo.
w w De 1300 à 1600 > Migration des Myéné
w w 1883 > Fondation de la mission catholique (divisés en sous-groupes), de l’estuaire jusqu’à
de Loango ; fondation de Lastoursville et de la région du Fernan Vaz.
N’Djolé.
Découverte du Gabon w w 1884-1900 > Fondation des missions de
Sainte-Marie, de Mayumba et de Sette Cama.par les Européens
w w 1471 > Les Portugais accostent à São Tomé. Le Gabon français
w w 1472 > Découverte de Gabao par les w w 1885 > Conférence de Berlin qui signe
Portugais. le partage de l’Afrique entre les puissances
w w 1473 > Lopez Gonzalves donne son nom européennes.
au cap Lopez. w w 1886 > Le Gabon devient partie intégrante
w w 1600 > Début de la traite des esclaves. de l’empire colonial français.
w w 1700 > Arrivée des Orungu et des Ngové w w 1887 > Fondation de la mission
Saintesur la côte. Anne du Fernan Vaz.
w w 1765-1789 > Premiers établissements w w 1897 > L’exploratrice anglaise Marie
français au Gabon. Kingsley mène sa célèbre étude des peuples
re du Moyen-Ogooué, publiée dans Travels in w w 1777 > 1 mission catholique (capucins).
West Africa.w w 1780 > Naissance du roi Denis.
w w 1898 > Début de l’exploitation du bois
w w 1839 > Signature du traité entre Louis- d’okoumé.
Edouard Bouët-Willaumez et le roi Denis
w w 1899 > Le Gabon est rattaché au Congo (Rapontchombo).
français ; Libreville demeure la capitale de
w w 1842 > Fondation de la mission de Glass ce territoire.
Baraka par le pasteur américain Wilson.
w w 1904 > Libreville perd son statut de capitale
w w 1843 > Abolition de l’esclavage et signature au profit de Brazzaville.
du second traité entre Bouët-Willaumez et le
w w 1910 > Le Gabon devient colonie de roi Louis. La Marine française érige le fort
l’Afrique équatoriale française.d’Aumale.
w w 1933 > Nommé chef de canton fang, Léon w w 1844 > Arrivée du père Bessieux et
Mba est l’un des premiers à s’insurger contre fondation de la mission catholique de Libreville.
les abus de l’administration française. Il est w w 1850 > Libérés par les autorités françaises,
exilé en Oubangui-Chari.les esclaves du navire négrier brésilien l’Elizia
w w 1933-1938 > Seconde ruée sur le bois de fondent la « commune de Libreville ».
l’okoumé et essor des villes du Gabon.w w 1850 > Dernière grande migration des Fang
w w 1934 > Premières recherches pétrolières : en provenance du Cameroun.
creusement d’un puits à Madiela.
w w 1858-1865 > Exploration du Gabon par
w w 1937 > Découverte et exploitation de l’or.Paul Belloni Du Chaillu.
w w 1941 > Le Gabon est acquis à la France w w 1862-1868 > La Marine française s’installe
libre.au cap Lopez et dans le Fernan Vaz. La France
signe un traité avec les représentants des w w 1946 > Le Gabon devient TOM français.
royaumes Orungu et Nkomi de Cama. w w 1956 > Première exploitation pétrolière
w w Entre 1874 et 1880 > Fondation de à Ozouri ; découverte de l’uranium dans le
Lambaréné. Haut-Ogooué.55w w 2005 > Omar Bongo Ondimba gagne Le Gabon indépendant
l’élection présidentielle. C’est sa troisième w w 1958 > Le Gabon devient république
réélection sous le régime multipartite.autonome ; Léon Mba est nommé Premier
w w 2009 > Décès d’Omar Bongo le 8 juin ministre.
(précédé de celui de sa femme, Edith, en mars).
w w 1960 > Le 17 août, proclamation de
w w 30 août 2009 > L’élection présidentielle se l’indépendance du Gabon et admission du
tient dans des conditions houleuses.Gabon à l’ONU.
w w 3 septembre 2009 > Ali Bongo Odimba, w w1961 > Election de Léon Mba à la
fils d’Omar, est élu président de la République.présidence de la République gabonaise.
w w Janvier 2012 > Organisation de la Coupe w w 1962 > Début et exploitation du gisement
d’Afrique des Nations.de manganèse du Haut-Ogooué.
w w Décembre 2012 > Lancement du Plan w w 1964 > Renversement de Léon Mba par un
Stratégique Gabon Emergeant reposant sur coup d’Etat militaire. Les troupes françaises
4 piliers : Gabon vert, Gabon bleu, Gabon interviennent pour le rétablir au pouvoir.
industriel et Gabon des services.w w 1965 > Construction de la première
w w 10 novembre 2014 > Le dernier livre de raffinerie de pétrole de la Société équatoriale
Pierre Péan, Nouvelles affaires africaines : de raffinage (future SOGARA).
mensonge et pillage du Gabon, secoue le w w 1967 > Réélection et mort du président
pays. L’Etat gabonais porte plainte contre le Léon Mba. Le vice-président Bernard Bongo
journaliste français pour diffamation. L’affaire lui succède à la présidence.
est en cours d’instruction.
w w 1968 > Bernard Bongo institue un régime w w 9 avril 2015 > Le Gabon est officiellement
de parti unique et fonde le PDG : le Parti nommé organisateur de la Coupe d’Afrique
démocratique du Gabon. Fondation d’Air des Nations 2017.
Gabon.
w w 12 avril 2015 > Décès suite à de lourds
w w 1973 > A la fin de cette année est posée la problèmes de santé d’André Mba Obame,
première traverse du Transgabonais. Mise en leader de l’opposition gabonaise. Quelques
service du premier barrage hydroélectrique heurts éclatent à Libreville, vite maîtrisés.
de Kinguélé. Bernard Bongo, réélu à la
ew w 17 août 2015 > Le Gabon fête le 55 anni-présidence, se convertit à l’islam et prend
versaire de son indépendance.le prénom d’Omar.
w w 1974 > Le Gabon devient membre associé
de l’OPEP. Port en eaux profondes d’Owendo.
w w 1983 > Signature à Libreville du traité de la
Communauté économique des Etats d’Afrique
centrale (CEEAC).
w w1986 > Arrivée du Transgabonais à
Franceville et inauguration officielle de la
ligne de chemin de fer Owendo-Franceville.
w w 1986 > El Hadj Omar Bongo est réélu
président de la République du Gabon.
w w1990 > Soulèvement à Port-Gentil.
Les troupes françaises et gabonaises
interviennent.
w w 1991 > Bongo fait officiellement du Gabon
une démocratie multipartite à la suite d’une
Conférence Nationale.
w w 1998 > Malgré une conjoncture difficile,
Omar Bongo est réélu.
w w 2002 > Création de 13 parcs nationaux,
recouvrant 10,6 % du territoire gabonais.
Masque Punu peint au kaolin.
© ISMAËL SCHWARTZ - ICONOTEC56 ® HISTOIRE
Louis-Edouard Bouët-Willaumez,
le « découvreur » du Gabon
Né le 24 avril 1808 à Brest, ce fils d’un négociant maire de Lambézellec rejoint rapidement
l’armée dans la marine et part dès 1829 participer à la prise d’Alger, première expédition
en Afrique. Il revient sur le continent en 1834, au commandement du vaisseau à vapeur
l’Africain, à bord duquel il s’enfonce de 200 lieues à l’intérieur du Sénégal. Il sera le
seul Occidental à ne pas avoir succombé aux maladies. En 1838, il repart à bord du
Malouine pour sillonner les côtes africaines sur les voies commerciales. C’est à cette
occasion qu’il établit le premier contact avec le Gabon et signe un traité de commerce
avec le roi Denis. En 1845, il est adopté par son oncle, l’amiral Willaumez (vice-amiral),
ce qui lui procure de solides appuis. Il continuera sa carrière dans l’armée, à la tête de
nombreuses flottes. Plusieurs fois médaillé militaire, il s’éteindra en 1871.
négrière. Et, dès 1836, celle-ci sera peu à peu Découverte du Gabon
remplacée sur toute la côte gabonaise par par les Européens
une traite interlope, même après l’abolition
En 1472, les Portugais débarquent au Gabon. déclarée sur tout le territoire.
Dans le parcours que dessine le fleuve Komo,
ils distinguent la silhouette d’une cape, ce qui Installation des Européens
les conduit à nommer le pays « Gabao », ou Durant cette même période, les contacts des cape en Portugais.
Mpongwè (deux chefs : le roi Denis et le roi En 1515, les Français commencent à arriver
Louis) avec les premiers Européens, dont le futur au Gabon. Très rapidement, vers 1650, afin
amiral Bouët-Willaumez, se concrétisent par les de remplacer la main-d’œuvre massacrée en
traités de 1839 et 1843. Cet accord donne la Amérique du Sud et de continuer à faire fructifier
jouissance de terres cédées aux Français en leur empire, les Portugais se livrent à la traite
échange de la protection qu’ils assurent aux des esclaves. Les peuples de la région sont
deux rois. La Marine française érige alors le fort robustes et d’une belle vitalité, et les besoins
d’Aumale, en lieu et place de l’actuelle cathé-économiques énormes. Ce sera dès lors le
drale Sainte-Marie. Suivront ensuite d’autres début de la grande déportation des Noirs dans
accords avec les rois des villages de la rive les Amériques.
droite, Glass, Kringer, Quaben. C’est ainsi que A leur tour, Français, Anglais et Hollandais
la France étend progressivement son influence équipent les bateaux négriers, qui partent
prinsur le Gabon.cipalement du port de Loango et de Mayumba,
A partir de 1836, date à laquelle la traite est près de la frontière de l’actuel Congo. Cette
interdite sur toute la côte, la France est chargée pratique se généralise en 1700, au sud de
avec l’Angleterre, de réprimer la traite le long l’Ogooué.
des côtes d’Afrique. A ce titre, en 1846, le Ainsi débute une période de commerce
impinégrier brésilien l’Elizia est intercepté par la toyable où les chefs des villages côtiers,
Marine française au large de Loango. Les asseyant ainsi leur prédominance, participent,
esclaves libérés seront débarqués sur la rive en les vendant, à la déportation des individus
droite de l’estuaire et formeront la « commune appartenant à des peuples de l’intérieur. Ce
de Libreville », fondée en 1850 au milieu des fut une période faste pour les ethnies côtières,
villages mpongwè.comme les Mpongwè, les Orungu et les Vili
du Loango. Dernière grande migration Lors du Congrès de Vienne en 1815, l’abolition
internede la traite des esclaves est signifiée pour la
eC’est vraisemblablement au XIX siècle que région du nord de l’équateur en 1815. Elle ne
le Gabon va accueillir sa dernière grande concerne alors que la région de l’Estuaire et
vague migratoire. Les Fang pénètrent sur se poursuit, en s’intensifiant même, au cap
le territoire, en provenance eux aussi du Lopez, l’actuel Port-Gentil.
Cependant, le commerce du caoutchouc, de Cameroun. L’établissement des Fang ne se fait
l’huile de palme, de l’ivoire et des bois précieux pas sans querelles et violences. Nombreux et
ne parvient pas à compenser la perte de cette courageux, ce sont de redoutables chasseurs
manne économique que représentait la traite avec une âme guerrière.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi