Jamaique 2016 Petit Futé (avec cartes, photos + avis des lecteurs)

De
Publié par

Troisième des grandes îles des Caraïbes, la Jamaïque est une destination touristique à découvrir de toute urgence. Ile de hautes terres aux reliefs accidentés, à la végétation luxuriante, ourlée d'un fin littoral de sable blanc et enchâssée dans un écrin de lagons, c'est une terre secrète et prodigieuse. Elle est le berceau du rastafarisme et du reggae qui ont énormément influencé la culture contemporaine. C'est aussi une terre secrète qui ne distille sa magie que de façon très subtile.
Publié le : mercredi 9 septembre 2015
Lecture(s) : 18
Tags :
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
EAN13 : 9782746995741
Nombre de pages : 292
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

C
O
U
N
T
R
Jamaïque
www.petitfute.com
Y

G
U
I
D
EJamaïque
Head Oi ce 1 Merrick Ave Kingston 10 Jamaica, West Indies
Telephone: (876) 926-8021 • Local Toll Free: 1-888-888-AVIS (2847)
US Toll Free: 1-800-348-5398 • Fax: (876) 929-4998
New Kingston Knutsford Boulevard
(across from the Pegasus, Courtleigh and Wyndham Hotels) Kingston 5 Jamaica,
West Indies Telephone: (876) 906- AVIS (2847)
Norman Manley International Airport Kingston, Jamaica
Telephone: (876) 924-8293
Donald Sangster Intt Montego Bay, Jamaica
Telephone: (876) 952-0762
www.avis.com.jm • info@avis.com.jm
84341_1.indd 1 29/07/15 09:52EDITION
Directeurs de collection et auteurs :
Dominique AUZIAS et Jean-Paul LABOURDETTE
Auteurs : Camille GRIFFOULIERES, Charline REDIN, Welcome Grégoire DECONIHOUT, Yaïssa ARNAUD-BOLIVAR,
Jean-Paul LABOURDETTE, Dominique AUZIAS
et alter
Directeur Editorial : Stéphan SZEREMETA to Jamaica !Responsable Editorial Monde : Patrick MARINGE
Rédaction Monde : Caroline MICHELOT,
Morgane VESLIN, Pierre-Yves SOUCHET,
Leena BRISACQ et Muriel PARENT
Rédaction France : François TOURNIE, Cette île nichée au sud de Cuba, en pleine mer des
Jeff BUCHE, Perrine GALAZKA, Talatah FAVREAU Caraïbes, est malheureusement trop peu connue. et Maud VILLERET
La preuve : voyez la réaction de vos proches
FABRICATION lorsque vous annoncez votre départ vers l’île de Responsable Studio : Sophie LECHERTIER
assistée de Romain AUDREN Bob Marley. Caricaturée par l’imaginaire collectif, la
Maquette et Montage : Julie BORDES, Jamaïque est loin de ressembler à ce que certains Élodie CLAVIER, Sandrine MECKING,
Delphine PAGANO et Laurie PILLOIS Européens imaginent. Certes, la culture du reggae est
Iconographie et Cartographie : Audrey LALOY partout, touche toutes les classes d’âge et les basses
WEB ET NUMERIQUE lourdes des sound systems résonnent tous les soirs dans
Directeur Web : Louis GENEAU de LAMARLIERE les villes et villages de l’île. Certes, vous flirterez avec la Directeur technique : Lionel CAZAUMAYOU
Chef de projet et développeurs : culture rasta durant tout votre séjour, vous visitez des
Jean-Marc REYMUND, Cédric MAILLOUX, communautés et sentez les volutes de fumée chargées Florian FAZER et Anthony GUYOT
Community Manager : Cyprien de CANSON de ganja, mais vous découvrirez une culture unique et
un pays riche en paysages extraordinaires et variés. Des DIRECTION COMMERCIALE
Responsable Régies locales : Michel GRANSEIGNE Blue Mountains vertigineuses aux plages féeriques de
Responsable recrutement Régies locales : Port Antonio, en passant par les falaises rocheuses de Victor CORREIA
Relation Clientèle : Vimla MEETTOO Treasure Beach, la Jamaïque est un pays de découvertes.
et Sandra RUFFIEUX On y déguste l’un des meilleurs cafés du monde, on se
REGIE NATIONALE baigne dans des cascades d’eau limpide qui dégringolent
Chefs de Publicité : Caroline AUBRY, à travers une jungle luxuriante... La devise de cette île de François BRIANCON-MARJOLLET,
moins de 12 000 km² « Out of many, one people », soit Perrine DE CARNE MARCEIN, Caroline GENTELET,
Florian MEYBERGER et Caroline PREAU « un seul peuple issu de nombreux peuples », résume
REGIE INTERNATIONALE à elle seule la diversité culturelle de ce peuple issu de
Directrice : Karine VIROT assistée d’Elisa MORLAND descendants d’esclaves de toute l’Afrique. Un héritage Chefs de Publicité : Jean-Marc FARAGUET
et Guillaume LABOUREUR historique cher à la nation de la cause noire qui s’est forgé
Régie Jamaïque : Pierre ROUJON une identité forte au fil des siècles, où chaque paroisse
DIFFUSION ET PROMOTION possède son propre caractère et son propre patois, où
Directrice des Ventes : Bénédicte MOULET beaucoup vous diront « Proud to be Jamaïcan ! », qui assistée d’Aissatou DIOP, Alicia FILANKEMBO
et Bénédicte PETIT signifie « fier d’être Jamaïcain », et vous salueront d’un
Responsable des ventes : Jean-Pierre GHEZ sonnant « yeah man ! » de bienvenue.assisté de Nathalie GONCALVES
Relations Presse-Partenariats :
w REMERCIEMENTS : Une dédicace spéciale à Pierre Jean-Mary MARCHAL
Roujon compagnon de voyage et collègue émérite, à la ADMINISTRATION
famille de Valérie du Mikuzi Guest House pour ce carnaval Président : Jean-Paul LABOURDETTE
Directeur Administratif et Financier : de Kingston épique, à Juan Chao qui m’a accompagné
Gérard BRODIN sur les pires routes de montagne et dans les meilleurs Directrice des Ressources Humaines :
Dina BOURDEAU assistée de Sandra MORAIS sound systems de l’île, à Suzanne du Rafjam B&B, à
et de Naommi CHOQUET Robyn et Michael du Mount Edge, à Julia du Bird’s Nest Responsable informatique : Pascal LE GOFF
Responsable Comptabilité : Valérie DECOTTIGNIES et à Lloyda de Great Huts pour leur excellent accueil. A
assistée de Jeannine DEMIRDJIAN, Oumy DIOUF tous les Jamaïcains pour leur sourire, leur joie de vivre et Christelle MANEBARD
et le bon son qu’ils nous balancent dans les oreilles. Recouvrement : Fabien BONNAN
assisté de Sandra BRIJLALL Une perfusion de bonheur et de bien-être. One love !
Standard : Jehanne AOUMEUR
PETIT FUTE JAMAÏQUE
Petit Futé a été fondé par Dominique AUZIAS. IMPRIMÉ IN FRANCE
Il est édité par Les Nouvelles Editions de l’Université
18, rue des Volontaires - 75015 Paris.
& 01 53 69 70 00 - Fax 01 42 73 15 24
Internet : www.petitfute.com
SAS au capital de 1 000 000 E - RC PARIS B 309
769 966
Couverture : © cotesebastien
Impression : IMPRIMERIE CHIRAT -
42540 Saint-Just-la-Pendue
Dépôt légal : 04/10/2015
ISBN : 9782746992122

Pour nous contacter par email, indiquez le nom de
famille en minuscule suivi de @petitfute.com
Pour le courrier des lecteurs : info@petitfute.comSommaire
Pratique ............................................. 108 INVITATION
Se loger 110
AU VOYAGE Se restaurer ....................................... 113
Sortir .................................................117Les plus de la Jamaïque ......................... 7
À voir – À faire ................................... 119Fiche technique ......................................8
Shopping ...........................................125Idées de séjour .....................................11
Sports – Détente – Loisirs .................. 126Comment partir ? .................................. 14
Les environs de Kingston ................... 128
Port Royal .......................................128
DÉCOUVERTE Spanish Town .................................. 132
Castleton ........................................134La Jamaïque en 20 mots-clés .............. 22
Survol de la Jamaïque .......................... 26
Histoire .................................................. 32 L’EST
Politique et économie ........................... 49
L’Est ....................................................138Population et langues 53
Les Blue Mountains ...........................138Mode de vie ........................................... 55
Gordon Town ................................... 140Arts et culture ....................................... 61
Irish Town .......................................140
Festivités ............................................... 79
Newcastle 141
Cuisine jamaïcaine ...............................81
Blue and John Crow Mountains
Jeux, loisirs et sports ........................... 85
National Park ..................................143
Enfants du pays .................................... 88
Mavis Bank ..................................... 144
Lexique .................................................. 91
La côte ..............................................145
Bull Bay ..........................................145
Morant Bay .....................................145 KINGSTON
Port Morant 147ET SA RÉGION Bath ................................................ 147
Kingston ................................................ 94 Morant Point ...................................147
Quartiers .............................................. 96 Reach Falls .....................................148
Se déplacer .......................................104 Long Bay ......................................... 148
Les eaux de Negril sont propices aux plongeons.
© JAMAICA TOURIST BOARDBoston Bay ...................................... 148
Port Antonio ....................................150
Mooretown164
Anotto Bay ......................................164
Port Maria ....................................... 164
Oracabessa ..................................... 165
LE NORD
Le Nord ................................................ 170
Ocho Rios .......................................170
Saint Ann ........................................183
Nine Mile 185
New Seville ..................................... 187
La côte sud-ouest .............................. 241Runaway Bay .................................. 188
Savanna La Mar .............................. 241Discovery Bay ................................. 189
Blue Hole ........................................242Río Bueno .......................................190
Bluefields 242Duncans Bay ................................... 190
Falmouth ......................................... 190 Belmont .......................................... 243
Martha Brae .................................... 194 Whitehouse ..................................... 243
L’OUEST LE SUD
L’Ouest ................................................198 Le Sud .................................................248
Montego Bay ................................... 198 Black River......................................248
Vers l’intérieur des terres ................... 217 Le sud du Cockpit Country .................252
Lethe ..............................................217 Middlequarters ................................ 252
Anchovy .......................................... 218 YS Falls ........................................... 252
Montpellier ...................................... 219 Bamboo Avenue .............................. 253
Cambridge ...................................... 219 Appleton Estate ............................... 253
Seaford Town .................................. 219 Accompong ..................................... 254
Cockpit Country ..............................219 À l’est de Black River ......................... 255
De Montego Bay à Negril....................221 Treasure Beach ............................... 255
Hopewell ......................................... 221
Mandeville ......................................259Sandy Bay ....................................... 222
Christiana .......................................264Mosquito Cove ................................222
Dyke Hill & Low Woods ...................265Lucea .............................................. 222
Junction .......................................... 265Blenheim ........................................224
Alligator Pond .................................. 265Negril ................................................. 225
Milk River Bath ...............................266Quartiers ......................................... 225
May Pen et Old Harbour Bay ............ 266Se déplacer ..................................... 225
Pra tique .......................................... 228
Se loger229 PENSE FUTÉ Se restaurer .................................... 234
Pense futé ........................................... 268Sortir ..............................................238
S’informer281À voir – À faire ................................ 238
Shopping ........................................239 Rester .................................................. 284
Sports – Détente – Loisirs ............... 240 Index ...................................................285
© ISTOCKPHOTOi
G
r
C
R
UU
ZZ



e




SAINNTUU
OO
MM
a
MM
AA
t
YY


DD
AA
R
YY

MM
OO
UU
4
Jamaïque
Runaway
Aéroport international Falmouth Bay
de Sangster Rio BuenoDuncansLucea Montego Bay Runaway BayMontego Bay
Bogue RockAdelphiHopewellA1 Discovery BayCousins Cove Granville
Reading EtingdonHANOVER Johns Hall 283 m Browns TownGreen IslandGreen Island Cacoon CastleCacoon Castle AnchoAnchovyvy WaWakefieldkefield Clarks Clarks ToTownwn
B9 477 m477 m STST. . JAMES StewarStewart t ToTownwnBirches HillBirches HillMarMarch ch ToTownwn TRELTRELAAWNYWNYDolphin HeadDolphin Head MontpelierMontpelier550 m550 m544 m544 m B8
RambleTheBooby Kay Ulster SpringB7 CambridgeGrange Hill
Great Bethel TownMoreland Albert TownLong Bay AlexandriaMorass Frome279 m
WarsopNegril C ORNW AL LWESTMORELAND Wait-A-Bit
TroyB9 B6 Cave ValleyA2 PetersfieldLittle London ElderslieWest End Darliston Mount Denhamm
BlacBlackwkwoooodd 985 m985 mSaSavvanna-la-mar BalaclaBalaclavava697 m697 m AppletonAppleton ChristianaChristiana SpaldingSpaldingssSt JohnSt John’s’s Pt Pt
MILEMILEBluefieldsBluefields SiloahSiloahMaggottMaggottyyNewmarkett
Mile Gully GULLY CobblersST. ELIZABETH Upper Franckfield
Crack Pond Pt Huntley Hill MT.Whitehouse MIDDLESEXMorass WilliamsfieldLacovia 954 m
Middle Quarters Santa Cruz Thompson Town
The
A2 MandevilleGreat
Porus
MorMorassassBlack Riveverr
Spur Spur TrTreeee MANCHESTERMountainsideLLuana Ptuana Pt KnockpKnockpatrickatrickMalvMalverernn
The
NainNain Rose HillRose HillGreat
B12843 mMorassParottee Pt Junction Cross Keys
Treasure Beach
Southfield Bull RestFrenchman’s Bay Alligator PondSavanna
Old Old WWomans Pomans Pointoint
OCÉAN AT L ANTIQUE
Etats-Unis Bahamas
Cuba
République
Dominicaine e
PoPortrto Ricoo Ri icocoHaïti
Jamaïque
Honduras
MER CARAÏBE
Nicaragua
Trinidad
et TobagoCosta Colombie
VenezuelaRica Panamá
NN
TT
AA
II
NN
SSWWhhiittee RR..
J
O
H
N

OUNNTTAAIINNOW MR
C
THE BLUE MOUNTAINS
5
0 20 km
St. Ann’s Bay
Priory
White River
Galina PointOracabessaA1
BambooBamboo
Ocho RiosCanaan Hilll PoPortrt Mari Mariaa
708 m708 m
ClaremonClaremontt
Albion
840 m
Gayle ST. MARYGolden Grove
Annoto BayNine Mile Highgate
A3 Buff BayST. ANN
Guys Hill Richmond
Orange Bayy Hope Bayy PoPortrt Antonio Antonio
Bull Head EwarEwartotonn
StSt. . MaMargaretrgaret’s’s Ba Bayy846 m846 m CastletoCastletonnGlengoffefe PrPriestmans Riiestmans RiveverrKellitsKellits PORTLPORTLANDANDLawrence TavernLinstead Chatsworth
Sligoville ST. ANDREWMIDDLESEXMIDDLESEX
Rock Hall Middle PeakGolden SpringBog Walk 2254 mMontpelier A4Chapeltown Newcastle736 m Blue Mountain ST. CATHERINE
Peak 2256 m East Peak WilliamsfieldGregory ParkSpanish Spanish ToTownwn 2246 m2246 m BoobBooby Souty SouthhKINGSTONON SURRE YY PoPointintMaMay y PePenn PoPortrtmormoree A1
Harbour Harbour ViViewew HollanHollanddA2 BraetoBraetonnOld Harbourr STST. . THOMASTHOMASFFourour Golden GroveeBull BaBull Bayy BayGreater Portmore
Paths BathAéroport international de Grants PenCLARENDON DuckenfieldNorman ManleyHELSHIRE Port Morant
Old Harbour Bay Yallahs Belvedere MorantHILLS Hellshire Heights Poor Man’s Corner
LyssonsA4 PointHayes Morant
White Horses
Bay
Lionel Lionel ToTownwn
PoPortrtland Bight MER CARAÏBMER CARAÏB EE
Portland Point
Voies rapides
Routes principales
e 2000
Routes secondaires
i
1500
Voie ferrée
1000
Limites de paroisse
750
Zones urbaines
500
Villes importantes
0
Villes secondaires
S
L
L
I
H

D
E
R
Altitude (en mètres)6
Ouvrier d’un champ de canne à sucre. Vente de piments au marché de Kingston.
Harmony Hall, Ocho Rios.
Dunn’s River Falls.
© NARVIKK – ISTOCKPHOTO.COM © JAMAICA TOURIST BOARD © JAMAICA TOURIST BOARD
© SIR PENGALLAN – ICONOTECINVITATION AU VOYAGE
Les plus
de la Jamaïque
jusqu’aux côtes découpées par la fureur des Une nature magnifique
vagues prêtes à accueillir surfeurs et véli-La Jamaïque, « terre des forêts et des
planchistes. La richesse de la faune marine rivières », offre au voyageur en quête
fait par ailleurs de l’île un lieu rêvé pour la de paradis un Eden à la fois sauvage et
plongée sous-marine.accueillant. Avec quelque 120 rivières,
237 espèces d’orchidées dont 60 endé- Le pays du reggae
miques, 3 000 variétés de plantes à fleurs Le reggae, grâce notamment au succès
dont 800 indigènes, 200 espèces d’oiseaux international de Bob Marley, a imposé la
dont 25 endémiques, des forêts tropicales Jamaïque aux yeux du monde. Plus qu’une
humides intactes et forêts tropicales d’alti- musique, le reggae et son dérivé moderne,
tude, des montagnes, des collines à perte de le dancehall, font battre le cœur de l’île. La
vue, 80 espèces de papillons endémiques, musique omniprésente dicte le rythme de
des savanes sèches, des cactus, 550 espèces toutes les activités du quotidien et irrigue
de fougères, des barrières de corail, et des chaque élément de la culture jamaïcaine.
centaines de variétés d’animaux marins, l’île
est un véritable havre pour les amoureux Le paradis des golfeurs
de la nature. C’est ainsi que le directeur du golf de Constant
Spring à Kingston surnomme son île. Pas
L’océan pour horizon moins de 12 parcours dont quelques-uns
Avec ses mille kilomètres de côtes, la des plus fameux sur une île tropicale grande
Jamaïque est une destination idéale pour comme la Corse. Celui de Tryall, par exemple,
se jeter à l’eau. L’île offre une grande variété accueille tous les ans les championnats du
de paysages côtiers, depuis l’écrin de sable monde Johnnie Walker et celui de Breezes,
fin doré bordant une mer turquoise et tiède, l’Open de Jamaïque et le trophée Heineken.
Les moins de la Jamaïque
w Les prix. La vie en Jamaïque coûte assez cher. Ceux qui voyaient la Jamaïque comme
un pays en voie de développement, où le touriste serait riche, font fausse route. Il n’y a
aucune possibilité de s’en sortir à moins de 50 US$ par jour, les produits de première
nécessité, les restaurants et autres attractions étant à des prix égaux ou souvent même
supérieurs à ceux pratiqués en France. L’hôtellerie représentera une importante partie
de votre budget.
w Des routes difficiles. Si l’on part seul à la découverte de l’île, mieux vaut se
préparer à l’idée de passer du temps à chercher. Les sites touristiques mentionnés sur
les cartes ne sont pas toujours évident à trouver dans les faits, et les routes peuvent
être très mauvaises, comme dans les Blue Montains par exemple. Heureusement, il se
trouvera toujours sur votre chemin un local bienveillant qui vous fournira de bon cœur
des indications sur la route à suivre. Google Maps n’a pas toujours la bonne localisation.
Les principaux axes côtiers et la route reliant Ochie a Kingston sont très fréquentés,
la vitesse limitée.
w Des plages payantes. Et les prix sont prohibitifs ! Beaucoup sont entre 7 et 10 US$
par personne. Certaines sont moins chères ou tout simplement privatisées par les
resorts. Il reste des petites plages mal indiquées fréquentées par les locaux qui,
elles, sont gratuites, dommage... Negril reste la plage la plus large et la plus belle
et facile d’accès.8 Fiche technique
Emblèmes nationaux
w Le blason jamaïcain. Un homme et une femme taïnos (tribu amérindienne qui occupait
l’île avant sa découverte par Christophe Colomb) encadrant un écusson portant une croix
rouge marquée de cinq ananas dorés. L’ensemble est dominé par une couronne royale
elle-même surmontée d’un crocodile. Le tout est souligné par la devise nationale : « Out
of many, one people » soit « Un seul peuple issu de nombreux peuples ».
w La fleur nationale est la Lignum vitae, une délicate petite fleur endémique d’un bleu
pâle. L’arbre qui porte cette fleur pousse dans les régions de forêts sèches et donne un
bois très dur souvent utilisé pour la construction de bateaux.
w L’oiseau national est le doctor bird, un petit oiseau-mouche que l’on ne trouve que
sur l’île. Il possède le beau plumage des oiseaux des zones tropicales avec des couleurs
pareilles à celles d’un arc-en-ciel qui changent avec les mouvements de l’oiseau. En
vol, sa vitesse de pointe est prodigieuse et peut atteindre 90 km/h. Il se reconnaît à sa
queue composée de deux panaches.
w L’arbre national est le blue mahoe qui pousse très vite et peut atteindre des hauteurs
impressionnantes (plus de 20 m) ; il porte des fleurs dont la couleur change au fur et
à mesure de sa croissance, du jaune pâle au rouge profond en passant par toutes les
nuances orange. Cette essence est souvent utilisée pour le mobilier et la sculpture.
w Le fruit national est le ackee, qui fut introduit dans l’île par les premiers navires venus d’Afrique
en transportant des esclaves. Rouge et s’ouvrant sur une chair jaune, il pousse en abondance
dans l’île et est à la base du plat national, le ackee and saltfish, élaboré avec de la morue.
w Villes principales : Montego Bay, Port Antonio, Argent
Ocho Rios, Negril, Savanna la Mar, Mandeville.
Monnaie w Indépendance : 6 août 1962.
La monnaie est le dollar jamaïcain (JMD). Le w Régime politique : Monarchie
constitutiondollar US (US$) est également très utilisé, nelle membre du Commonwealth, démocratie
surtout dans les zones touristiques. parlementaire.
w Chef de l’Etat : la reine Elizabeth II, Taux de change
représentée par un gouverneur général, Taux de change en août 2015 : 1 E = 130,6 JMD ;
Patrick Linton Allen (depuis février 2009). Mais 100 JMD = 0,76 E ; 1 US$ = 117 JMD.
le gouvernement actuel tente de modifier la
Idées de budget monarchie en République, des lois validées par
la chambre des Représentants sont en discussion Les prix dans les supermarchés, boutiques de
au Sénat et pourraient entériner une nouvelle souvenirs ou restaurants aux standards
interCour d’Appel régionale remplaçant le rôle du nationaux sont généralement comparables ou
gouverneur général.même supérieurs à ceux pratiqués en France. Les
budgets moyens suivants correspondent aux w Chef du gouvernement : Portia
Simpsondépenses journalières sur place, comprenant Miller (depuis janvier 2012), du Parti national
hôtel, restauration, visites et frais divers. du peuple jamaïcain.
w Petit budget : de 45 à 70 E par jour. w Climat : tropical, tempéré à l’intérieur des
terres.w Budget moyen : de 70 à 130 E par jour.
w Point culminant : Blue Mountain Peak w Gros budget : au-delà de 130 E par jour.
(2 256 m).
La Jamaïque en bref
La population
Le pays w Population : 2 930 000 habitants
w Capitale : Kingston. (estimation 2014).
w Superficie : 10 830 km² (1 022 km de côtes). w Solde migratoire : – 4,83 ‰.9w Mortalité infantile : 13,6 ‰.
Le drapeau jamaïcainw Espérance de vie : 73 ans.
Hissé pour la première fois le 6 août 1962, w Indice de fécondité : 2,05.
jour de l’indépendance nationale, au stade w Composition de la population : Noirs
national de Kingston, il est composé d’une 76,3 %, Afro-Européens 15,1 %, Indiens et
croix diagonale dorée (pour le soleil) qui Afro-Indiens 3 %, Blancs 3,2 %, Chinois et
forme des triangles verts (la terre) et noirs Afro-Chinois 1,2 %, autres 1,2 %.
(la couleur de la race majoritaire). Le
w Religions : protestantisme : 62 %, drapeau symbolise la devise : « Hardships
catholicisme : 2 %, rastafarisme : environ there are, but the land is green and the sun
30 000 personnes. shines » (« Il y a des souffrances mais la
w Langues parlées : anglais, créole (appelé terre est verdoyante et le soleil brille »).
patois, comme le mot français).
w Analphabétisme : 13 %.
L’économie
w PIB : 24,3 millions de dollars (2014).
w PIB/hab : 8 700 US$ (2014).
w Croissance : 1,1 % (2014).
w Composition du PIB : agriculture 7 %,
industrie 21 %, services 72 % (2014).
w Taux d’inflation : 8,8 % (2014).
w Au sein du pays : numéro local à 7 chiffres. w Chômage : 13,6 % (2014).
Exemple : 123 4567.w Ressources : bauxite, gypse, sucre, rhum,
calcaire, forêts (25 % du territoire). Décalage horaire
6 heures de moins en hiver par rapport à la Téléphone
France, 7 heures de moins en été.
w Indicatif téléphonique de la Jamaïque :
1 876. Pas de codes régionaux. Numéros à Formalités
7 chiffres pour les fixes et portables. Pour les Français, aucun visa n’est demandé
pour les séjours de 30 jours ou moins. Il Comment téléphoner ?
suffit de produire un passeport valable 6 mois
w Vers la Jamaïque depuis la France : 00 + après votre retour de la Jamaïque. Un visa
1 876 + numéro local à 7 chiffres. Exemple : est nécessaire pour un séjour de plus de
00 + 1 876 + 123 4567. 30 jours, ou pour un séjour d’affaires. En
w Vers la France depuis la Jamaïque : cas de prolongement du séjour sans visa, il
00 + 33 + numéro français sans le 0 initial. faut s’adresser au Bureau de l’immigration à
Exemple, de Kingston à Bordeaux : 00 + 33 + Kingston (10 000 JMD pour étendre la durée
5 12 34 56 78. du visa à 60 jours).
Footballeurs à Cranbrook.
© JAMAICA TOURIST BOARD10
Bonnet rasta, une pratique identitaire en Jamaïque.
w Attention : si votre avion fait escale aux Climat
Etats-Unis, ce qui est souvent le cas, vous Tropical et modéré par la mer des Caraïbes.
devez vous munir impérativement du formulaire Les zones d’altitude – comme le Parish de
ESTA. Le demande doit être effectuée par Manchester ou les Blue Mountains – offrent
les voyageurs, au plus tard 72 heures avant l’avantage d’être au frais, surtout en soirée,
le départ. Le document coûte 14 US$ et est loin de la chaleur de Kingston. Il fait toujours
payable en ligne (https://esta.cbp.dhs.gov). chaud en Jamaïque (entre 25 et 30 °C). La
w Suisses, Belges et Canadiens. Le visa saison humide s’étale de juin à septembre,
n’est nécessaire que pour un séjour de plus avec une chaleur plus intense et des averses
de trois mois. ponctuelles mais violentes, surtout dans la
w Douane. Le gouvernement jamaïcain a décidé paroisse de Portland.
de doubler la taxe touristique, qui est donc passée
Saisonnalitéà 20 US$ en octobre 2011. Cette taxe est incluse
Mieux vaut éviter la saison des cyclones qui, dans le prix du billet d’avion. Se renseigner auprès
de la compagnie aérienne choisie. Aucun animal comme partout ailleurs dans les Caraïbes, a
domestique n’est autorisé à entrer dans l’île. Les cours entre août et octobre. La haute saison
armes à feu sont interdites. touristique s’étend d’octobre à avril.
© SIR PENGALLAN – ICONOTECINVITATION AU VOYAGE
Idées de séjour
Coronation Market, pour découvrir les goûts et Séjour court
senteurs du pays. Prolongez votre escapade
w Jour 1 : de Kingston, filer vers l’ouest jusqu’à Port Royal : là, vous déjeunerez de
direction Mandeville. De là, se diriger vers fruits de mer fraîchement pêchés chez Gloria,
Alligator Pond où vous dégusterez un homard puis embarquerez pour une balade en mer
délicieux, les pieds dans le sable, avant de vers Lime Kay, un îlot où il fait bon se laisser
vous baigner dans les eaux claires. Reprendre dorer au soleil, ou se baigner dans les eaux
la route vers Treasure Beach, son climat sec limpides. Retour à Kingston.
et ses côtes sauvages.
w Jour 3 : en route vers Port Antonio. Les
w Jour 2 : remonter vers Black River (le locaux en parlent comme le plus beau coin de
safari crocodiles est incontournable). Un l’île ; c’est effectivement un fort bel endroit,
tour englobant les chutes de YS, la rhumerie souvent oublié des touristes. Sur la route,
Appleton et Bamboo Avenue est recommandé. faites une halte à Castleton Garden. Ce
Les grottes de Windsor, dans le cockpit magnifique jardin, occupant les deux côtés
country, seront réservées aux plus aventureux. de la route de Port Antonio, abrite une rivière
w Jour 3 et 4 : prendre la direction de aux eaux calmes et rafraîchissantes. Vous
Savanna la Mar et foncer vers Negril pour pouvez prévoir un pique-nique car l’offre sur
profiter de sa magnifique plage 7 Miles, et place se limite à quelques vendeurs en bord
de son ambiance club de vacances. Il est de route. Arrivée à Port Antonio en milieu
possible d’aller visiter le très bel arrière-pays d’après-midi. Descendez à l’Ivanhoé. Vous
avec des locaux. Ne manquez pas le coucher pourrez vous prélasser sur la plage de French
de soleil depuis les falaises de West End. Le Man Cove, puis dîner sur place dans l’un des
reste du temps sera consacré à la plage, à multiples restaurants qui entourent l’endroit.
la plongée et au farniente ! w Jour 4 : le matin, faites un tour dans la ville
w Jour 5 : retour vers Kingston en s’arrêtant en n’oubliant pas de faire une halte au marché,
à Spanish Town (très joli centre-ville), puis où vous pourrez déguster des produits locaux
il sera temps de visiter les incontournables frais. Rendez-vous ensuite au Blue Lagoon et
comme le Bob Marley Museum, Devon House, ses eaux d’un bleu turquoise profond. Pour
ou encore Fort Charles à Port Royal (proche un verre ou une soirée endiablée, essayez le
de l’aéroport). Roof Club, le rendez-vous des locaux et des
touristes de Port Antonio.w Jour 6 et 7 : Escapade dans les Blue
Montains. L’occasion de visiter une plantation w Jour 5 : cédez à la tentation de Oracabesa
de café, faire une randonnée, visiter une et de la célèbre James Bond Beach. L’endroit
communauté rasta et s’émerveiller devant est généralement très animé, la musique
des paysages magnifiques. Retour à Kingston. omniprésente. Vous pouvez laisser doucement
la journée s’écouler en déjeunant sur la plage.
Séjour long Vous pouvez également visiter la plantation
située à quelques kilomètres de là. L’après-w Jour 1 : arrivée à Kingston. Plongez dès les
premiers instants dans le calme et la verdure midi, prenez la route de Ocho Rios (« Ochie »
en visitant Hope Gardens. En route vers votre pour les intimes).
hôtel, arrêtez-vous à Devon House, où vous w Jour 6 : profitez d’une expérience unique
dégusterez les meilleures glaces du pays, chez en vous baignant avec les dauphins de Dolphin
I-Scream. Sortez pour goûter à l’ambiance Cove. Arpentez les centres commerciaux duty
sulfureuse des sound systems jamaïcains. free, et reposez-vous sur Turtle Beach, la plus
w Jour 2 : le matin, visite du centre historique grande plage de la ville. Allez aussi voir les
de la ville. Promenade au front de mer en belles collections de peintures à Harmony
passant par la Parade. Un petit tour au marché, Hall, un peu à l’est.
WEEK-ENDS ET plus d’informations surCITY TRIP COURTS SÉJOURS
BY LA PETITE COLLECTION QUI MONTE www.petitfute.com12 IDÉES DE SÉJOUR
w Jour 7 : découvrez Reggae Beach et sa w Jour 14 : départ en direction de Black River.
Un tour rapide de la ville vous permettra de beauté naturelle. Le bain bouillonnant et la
découvrir la richesse architecturale héritée petite plage de caillou sont appréciés. Tenté
par une excursion ? Essayez le Fern Gully, des colonisateurs successifs, puis voguez
tunnel de végétation où vous pourrez observer sur la plus longue rivière du pays.
la faune locale avec les conseils d’un guide. w Jour 15 : Black River et le marais Great
Moras sont l’habitat naturel de nombreuses w Jour 8 : passage obligé aux Dunn’s River
espèces, y compris plus de 200 crocodiles Falls, magnifiques chutes d’eau à proximité
d’Ocho Rios. Passez-y une demi-journée avant que vous pourrez observer sous l’œil vigilant
votre départ pour Montego Bay. Autorisez- de votre guide pendant une excursion en
vous une escale à Falmouth, petit village de bateau. Partez en excursion à YS Falls pour
pêcheurs situé à mi-chemin entre ces deux vous baigner dans l’eau limpide de ces belles
cascades.villes, où vous pourrez, en soirée (vers 19h),
vous baigner dans le « lagon lumineux », un w Jour 16 : Passez une journée à Treasure
site exceptionnel. Beach pour profiter de cette belle plage et
son ambiance paisible.w Jour 9 : visitez la ville de Montego Bay. Un
petit tour à The Cage, minuscule prison héritée w Jour 17 : retour à Kingston. Une visite au
de la période esclavagiste et au Square Sam Bob Marley Museum et aux studios Tuff Gong
Sharpe, centre névralgique de la ville, puis est inévitable.
partez à la découvertes des terres intérieures w Jour 18 à 20 : les Blue Mountains s’offrent
par la route d’Anchovy et Montpelier, et même à vous, à quelques kilomètres de Kingston.
jusqu’à Seaford Town pour les aventuriers. Un dîner à Mount Edge Guest House, sera
w Jour 10 : Montego Bay abrite la plus grande l’occasion de découvrir des recettes bio
réserve marine des Caraïbes. Ne vous privez et typiquement jamaïcaines. Dégustez le
pas d’y découvrir la faune aquatique. La célèbre café Blue Mountains, avant d’entamer
journée s’écoulera ensuite tranquillement l’ascension jusqu’à Whitfield Hall. De là,
à Doctor’s Cave Beach. Pour ceux qui en atteignez le ciel en grimpant jusqu’au Blue
redemandent après l’aventure du matin, la Mountain Peak. Laissez-vous gagner par
plage offre aussi de nombreuses activités la splendeur de l’endroit et faites le plein
marines. Le soir, la baie offre un décor d’air pur.
accueillant pour de nombreux restaurants w Jour 21 : profitez une dernière fois de la
et bars. plage en vous rendant à Hellshire, Portmore,
w Jour 11 à 13 : continuez direction Negril, dans l’immédiate banlieue de Kingston.
la plus belle plage de l’île où se trouvent Déjeunez sur place de poissons frits et de
hôtels et resorts en tous genre. Comptez langoustes à des prix plus que raisonnables.
trois jours de farniente pour bien profiter de Ambiance reggae dancehall garantie. Dernier
cette plage de rêve. tour de shopping au centre avant le départ.
© JAMAICA TOURIST BOARDINVITATION AU VOYAGE
IDÉES DE SÉJOUR 13
Reggae TourSéjours thématiques
w Jour 1 : immergez-vous dès la descente
Les plages de rêve
d’avion dans l’univers intime du mythique
w Commencez ce tour par l’îlot de Lemon chanteur des Wailers en visitant sa résidence
Kay au large de Port Royal, près de l’aéroport personnelle à Kingston, aujourd’hui devenue un
et donc facilement accessible en logeant à musée. Le Bob Marley Museum vous propose,
Morgan’s Harbour Hotel. Ce minuscule bout de outre la visite de la maison, une salle de
terre offre un cadre idylique pour passer une projection où est projeté un court-métrage sur la
demi-journée. Les pêcheurs vous y emmèneront vie de Bob Marley, mais aussi plusieurs magasins
volontiers, moyennant un petit défraiement. de souvenirs et un salon de coiffure roots. Le café
Legend sert une cuisine végétarienne raffinée. w Direction l’Est, et la paisible plage de
De quoi se mettre tout de suite dans l’ambiance !Prospect, populaire auprès des familles de
Pas trop fatigué par le voyage ? A chaque Kingston en fin de semaine et pendant les
jour sa soirée spéciale, de Uptown Monday vacances. Vue sur les falaises de Yalah et petit
à Freaky Fridays – profitez-en !club-bar qui passe du reggae en soirée. Calme
et intime, loin de l’agitation et du harcèlement w Jour 2 : musique et plage, un cocktail
touristique du Nord. idéal que vous trouverez à quelques 80 km
de Kingston, à Ocho Rios, « Ochie » pour les w En montant vers le nord, le choix est
intimes. Sur la route, en direction de Spanish embarrassant : Boston Bay incite à la halte,
Town, arrêtez-vous à Tuff Gong, le fameux studio mais sans doute faudra-t-il aussi goûter aux
désormais tenu par les fils de Bob. Après cette beautés de French Man’s Cove, Sanku Bay,
halte, l’univers festif d’Ochie vous emportera. La San San ou du fameux Blue Lagoon, tous
ville offre en effet de nombreuses attractions où situés autour de Port Antonio.
se côtoient touristes et locaux dans un joyeux
w La côte monte vers Ocho Rios et, pour élan. Laissez-vous happer par l’ambiance...
les amoureux d’eaux transparentes et de
w Jour 3 : parmi les plus récentes activités à paysages magiques, il est impensable de
Ocho Rios, citons Island Village. L’après-midi, manquer Reggae Beach, quelques kilomètres
visitez les Dunn’s River Falls, attraction numéro avant la ville. Accès un peu cher mais le site
un de l’île, située à quelques minutes du centre-est magnifique.
ville. Allez escalader les 1 200 m de chutes d’eau,
w Doctor’s Cave Beach, à Montego Bay, est avec ou sans l’aide des guides, et profitez de la
l’étape suivante. Serrée de près par Gloucester fraîcheur revivifiante de leur eau limpide. Vous
Avenue et manquant d’intimité (sauf à pouvez ensuite vous reposer de cette aventure
l’ouverture), cette plage est pourtant l’une sur une petite plage de sable fin située juste en
des plus belles de l’île, et est mondialement contrebas des chutes. Le soir, la richesse de
connue. Une paillotte complète le tableau. Côté la vie nocturne dans la ville vous charmera.
plage gratuite, essayez One Man Beach, plage
w Jour 4 : pour une journée en musique, la plage publique située entre Doctor’s Cave et Aquasol
de Oracabesa (la célèbre James Bond Beach) plante Beach : il est possible d’y être seul, sur un
le décor ; ambiance reggae dancehall garantie sable chaud et fin, face à la mer turquoise.
certains soirs. Laissez s’écouler paisiblement
w Ne manquez pour rien au monde la plus le temps avant de prendre la route vers le sud.
longue plage du pays (11 km), appelée
w Jour 5 : Nine Miles est la terre de naissance de « 7 Miles Beach », principale attraction
la plus grande icône du reggae jamaïcain. Arrêtez-de Negril. On peut y pratiquer tous types
vous à son mausolée et visitez la petite maison où d’activités, de la plongée sous-marine à la
a vécu la star. L’ambiance y est restée familiale planche à voile, sans compter les concerts
et simple, malgré l’affluence quotidienne des nocturnes les pieds dans le sable.
touristes. Continuez ensuite jusqu’à Montego Bay.
w Dernières plages, et non des moindres,
w Jour 6 : retour sur Kingston. N’hésitez pas celles de Treasure Beach : Calabash et
à vous arrêter sur la route pour rencontrer Frenchman’s Bay. Le temps s’y est arrété, la mer
les locaux et discuter un peu avec eux. Vous y est plus rude, le sable moins fin et l’authenticité
vous apercevrez rapidement qu’en Jamaïque, définitivement intacte. Moins touristiques, d’une
chacun est un peu musicien et y va de sa propre beauté sauvage, ces lieux concluent ce parcours
composition... Un régal !le long des côtes et des plages de la Jamaïque,
avant un retour à Kingston. w Jour 7 : départ.Comment partir ?
PARTIR EN VOYAGE ORGANISÉ
NOMADE AVENTUREVoyagistes
40, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève
e(5 )Spécialistes
Paris & 08 25 70 17 02Vous trouverez ici les tours opérateurs
spéciawww.nomade-aventure.comlisés dans votre destination. Ils produisent
infos@nomade-aventure.comeux-mêmes leurs voyages et sont
généraleOuvert du lundi au samedi de 9h30 à 18h30.ment de très bon conseil car ils connaissent
Nomade aventure propose un séjour intitulé la région sur le bout des doigts. À noter que
« Nomade no cry » pour découvrir le pays des leurs tarifs se révèlent souvent un peu plus
rastas et du reggae au volant d’une voiture. élevés que ceux des généralistes.
Un voyage en liberté pour faire le tour de l’île
CLUB FAUNE à votre rythme.
e14, rue de Siam (16 ) w Autres adresses : 10, quai de Tilsitt
Paris & 01 42 88 31 32 6 9 0 0 2฀ Ly o n฀ •฀ 1 2 ,฀ r u e฀ d e฀ B r e t e u i l฀ 1 3 0 0 1฀
www.club-faune.com Marseille฀•฀4 3,฀rue฀Peyrolières฀310 0 0฀T oulouse
tourisme@club-faune.com
A deux pas de la Tour Eiffel, l’équipe de VOYAGEURS DU MONDE
espécialistes Club Faune vous recevra sur 55, rue Sainte-Anne (2 )
rendez-vous dans son Espace Voyage : Paris & 01 42 86 16 00
Arabica Blue Mountain servi dans le salon www.voyageursdumonde.fr
2de l’agence puis projection sur grand écran 1 800 m entièrement consacrés aux voyages !
des sites incontournables de la Jamaïque et Depuis plus de trente ans, Voyageurs du Monde
des différentes possibilités d’hébergement. construit pour vous un univers totalement dédié
Votre conseiller « construira » votre voyage au voyage sur mesure et en individuel, grâce
selon vos envies : plages de Robinson aux aux conseils pointus transmis par des
spéciaeaux cristallines, trek dans les Blue Mountain, listes qualifiés sur leur destination (de cœur ou
découverte de la culture reggae, écolodges et d’origine). Vous bénéficiez de leur aide pour la
boutiques-hôtels inédits, pour une découverte préparation du voyage, mais aussi durant toute
authentique de cette destination plurielle. la durée du séjour. Tous les circuits peuvent
être effectués avec des enfants, car tout ici est COSTA CROISIÈRES
question de rythme. Vous invitez votre petite 2, rue Joseph-Monier
tribu familiale, enfants et/ou petits-enfants, Bat-C
et VDM vous propose des tarifs étudiés au Rueil-Malmaison & 0 821 200 144
cas par cas, avec des découvertes pour les www.costacroisieres.fr
adultes et des activités ludiques pour les enfants. client.service@fr.costa.it
Choisissez parmi la centaine de voyages sur Le tour-opérateur organise deux croisières qui
mesure proposés. En Jamaïque, vous craquerez s’arrêtent quelques jours en Jamaïque (escale
peut-être pour le séjour itinérant « Caraïbes à Ocho Rios) avant de rejoindre le Mexique,
Cool » de 11 jours entre les Blue Mountains, les Bahamas, les îles Vierges ou Caïmans…
Calabash Bay et Negril.
ILES RESA.COM
e Généralistes80, rue de la Roquette (11 )
Paris & 01 44 88 01 50 Vous trouverez ici les tour-opérateurs dits
www.iles-resa.fr « généralistes ». Ils produisent des offres
Ce tour‑opérateur en ligne spécialiste des et revendent le plus souvent des produits
îles vous offre la possibilité de consulter, de packagés par d’autres sur un large panel de
comparer et de réserver votre voyage sur destinations. S’ils délivrent des conseils moins
mesure en Jamaïque. Des suggestions d’hôtels pointus que les spécialistes, ils proposent des
3, 4 ou 5 étoiles sont faites sur toute l’île. tarifs généralement plus attractifs.INVITATION AU VOYAGE
Partir en voyage organisé - COMMENT PARTIR ? 15
c/o 32 Russell Heights Kingston 8 ✆ 1876 924-4515 (of ce) • 1876 408 6973 (mobile)
www.sunventuretours.com • sunventuretours@gmail.com
ALMA VOYAGES préparer son voyage : pays, santé, formalités,
573, route de Toulouse aéroports, voyagistes, compagnies aériennes.
Villenave-d’Ornon & 05 56 87 58 46
Réceptif& 0820 20 20 77 – www.alma-voyages.com
Ouvert de 9h à 21h.
SUN VENTURE TOURSChez Alma Voyages, les conseillers connaissent
C/o 32 Russell Heightsvraiment les destinations. Ils ont la chance d’aller
Kingston 8 & +1 876 960 6685sur place plusieurs fois par an pour mettre à jour
& +1 876 408 6973 / +1 876 469 4444et bien conseiller. Chaque client est suivi par un
www.sunventuretours.comagent attitré qui n’est pas payé en fonction de
sunventure@hotmail.comses ventes… mais pour son métier de conseiller.
Comptez 180 US$ par personne pour l’expédition Une large offre de voyages (séjour, circuit,
aux blue Moutain de 48h, coucher ou lever de croisière ou circuit individuel) avec l’émission
soleil, transport, logement, guide compris.de devis pour les voyages de noces ou sur
Cette agence basée à Kingston propose des tours mesure. Alma Voyages pratique les meilleurs
dans les Blue Moutains, mais aussi des activités prix du marché et travaille avec Fram, Kuoni,
variées sur toute l’île (trek au Cunha Cunha Pass, Club Med, Beachcombers, Jet Tour, Marmara,
Cockpit Country, Cinchonas Gardens…). Pour Look Voyages… Si vous trouvez moins cher
l’expédition jusqu’au pic des Blues Moutains, ailleurs, l’agence s’alignera sur ce tarif et vous
on vient vous chercher à 14h à votre hôtel à bénéficierez en plus, d’un bon d’achat de 30 E
Kingston, et on s’occupe de tout jusqu’au retour sur le prochain voyage. Surfez sur leur site !
le lendemain même heure. Vous dormez une
PROMOVACANCES nuit en refuge au pied de la montagne. Agence
& 0 899 860 879 sérieuse et personnel très professionnel et
www.promovacances.com aimable.
Promovacances propose de nombreux séjours
Sites comparateurs et enchèrestouristiques, des week-ends, ainsi qu’un très
large choix de billets d’avion à tarifs négociés Plusieurs sites permettent de comparer les offres
sur vols charters et réguliers, des locations, de voyages (packages, vols secs, etc.) et d’avoir
des hôtels à prix réduits. Également, des ainsi un panel des possibilités et donc des prix.
promotions de dernière minute, les bons Ils renvoient ensuite l’internaute directement
plans du jour. Informations pratiques pour sur le site où est proposée l’offre sélectionnée.
Un pêcheur sur une des plages de Negril.
© CHARLINE REDIN16 COMMENT PARTIR ? - Partir en voyage organisé
JETCOST du moment. Les prix sont donnés TTC et
www.jetcost.com incluent donc les frais de dossier, d’agence…
Jetcost compare les prix des billets d’avion Le site comprend aussi deux thématiques :
et trouve le vol le moins cher parmi les offres « week-end » et « ski ».
et les promotions des compagnies aériennes
VOYAGER MOINS CHERrégulières et low cost. Le site est également un
www.voyagermoinscher.comcomparateur d’hébergements, de loueurs
d’aucontact@voyagermoinscher.comtomobiles et de séjours, circuits et croisières.
Ce site référence les offres de près de
LILIGO 100 agences de voyages et tour-opérateurs
& 01 45 153 170 parmi les plus réputés du marché et donne ainsi
www.liligo.com – feedback@liligo.com accès à un large choix de voyages, de vols, de
Liligo interroge agences de voyage, compa- forfaits « vol + hôtel », de locations, etc. Il est
gnies aériennes (régulières et low cost), trains également possible d’affiner sa recherche grâce
(TGV, Eurostar…), loueurs de voiture mais au classement par thèmes : thalasso, randonnée,
aussi 250 000 hôtels à travers le monde pour plongée, All Inclusive, voyages en famille, voyages
vous proposer les offres les plus intéressantes de rêve, golf ou encore départs de province.
PARTIR SEUL
Air France assure des vols jusqu’à New York et En avion
Philadelphie et Air Jamaica termine le voyage Prix moyen d’un vol Paris-Kingston : de 800 à
vers Kingston.1200 E. A noter que la variation de prix dépend
de la compagnie empruntée, mais aussi et AIR JAMAICA
surtout du délai de réservation. Pour obtenir www.airjamaica.com
des tarifs intéressants, il est indispensable La compagnie jamaïcaine propose des
de vous y prendre très en avance. Pensez à vols tous les jours depuis les Etats-Unis
acheter vos billets six mois avant le départ ! vers Kingston. Les vols jusqu’à New
York et Philadelphie sont assurés par Air
Principales compagnies France.
desservant la destination
AMERICAN AIRLINES
AIR FRANCE & 0 826 460 950
& 3654 – www.airfrance.fr www.americanairlines.fr
Surbooking, annulation, retard de vol :
obtenez une indemnisation !
AIR-INDEMNITE.COM
www.air-indemnite.com
contact@air-indemnite.com
Des problèmes d’avion (retard de vol, annulation ou surbooking) gâchent le séjour de
millions de vacanciers chaque année. Bonne nouvelle : selon la réglementation, les
voyageurs ont droit jusqu’à 600 € d’indemnité par passager ! Mauvaise nouvelle :
devant la complexité juridique et les lourdeurs administratives, très peu de passagers
parviennent en réalité à se faire indemniser.
w La solution? air-indemnite.com, pionnier et leader français depuis 2007, simplifiera
toutes les démarches en prenant en charge l’intégralité de la procédure. Analyse et
construction du dossier, échanges avec la compagnie, suivi de la procédure, versement
des indemnités : air-indemnite.com s’occupe de tout et obtient gain de cause dans
9 cas sur 1O. Air-indemnite.com se rémunère uniquement par une commission sur
l’indemnité reçue. Si la réclamation n’aboutit pas, rien ne sera donc déboursé !INVITATION AU VOYAGE
Partir seul - COMMENT PARTIR ? 17
American Airlines propose un vol quotidien par un investisseur tchèque, Ji ří Hlavenk, en
vers Kingston via Miami. Comtpez environ 2012. Son interface est révolutionnaire. Grâce
15 heures 50 de vol. à une carte interactive et en un clic sur la ville
de départ, tous les prix aux quatre coins du
DELTA AIRLINES globe s’actualisent, que ce soient les vols low
fr.delta.com cost ou les compagnies régulières. L’intérêt
Cette compagnie américaine propose des vols de ce comparateur de vols est qu’il propose
longs courriers depuis Paris CDG a prix compé- des voyages entre 50 % et 90 % moins chers
titifs, suivant d’excellentes prestations pour et ce grâce à une base de données de plus
Kingston ou Montego Bay, via New York (JFK) de 100 compagnies aériennes référencées,
et/ou Atlanta. telles que Ryanair, Wizz Air, Air Asia, Jetstar
ou Southwest Airlines.Sites comparateurs
Certains sites vous aideront à trouver des Location de voitures
billets d’avion au meilleur prix. Certains d’entre
eux comparent les prix des compagnies régu- ALAMO – RENT A CAR
lières et low cost. Vous trouverez des vols & 08 05 54 25 10 – www.alamo.fr
secs (transport aérien vendu seul, sans autres Avec plus de 40 ans d’expérience, Alamo possède
prestations) au meilleur prix. actuellement plus d’1 million de véhicules au
service de 15 millions de voyageurs chaque EASY VOLS
année, répartis dans 1 248 agences implan-& 08 99 19 98 79
tées dans 43 pays. Des tarifs spécifiques sont www.easyvols.fr – contact@easyvoyage.fr
proposés, comme Alamo Gold aux États-Unis et Comparaison en temps réel des prix des
au Canada, le forfait de location de voiture tout billets d’avions chez plus de 500 compagnies
compris incluant le GPS, les assurances, les aériennes.
taxes, les frais d’aéroport, un plein d’essence et
les conducteurs supplémentaires. Alamo met tout MOMONDO
en œuvre pour une location de voiture sans souci.www.momondo.fr
Comparez les vols et les hôtels les moins
AUTO EUROPEchers avec Momondo, un comparateur de prix
& 0 800 940 557 – www.autoeurope.frdanois qui interroge plusieurs centaines de
reservations@autoeurope.frcompagnies aériennes. Principal concurrent de
Auto Europe négocie toute l’année des tarifs Skyscanner, Momondo n’est pas une agence
privilégiés auprès des loueurs internationaux de voyages, mais un moteur de recherche de
et locaux afin de proposer à ses clients des billets d’avion principalement : c’est un service
prix compétitifs. Les conditions Auto Europe : gratuit, aucun billet n’est vendu sur le site.
le kilométrage illimité, les assurances et taxes
SKYPICKER incluses dans de tout petits prix et des
surclas& +33 170 70 08 91 sements gratuits pour certaines destinations.
fr.skypicker.com – info@skypicker.com Vous pouvez récupérer ou laisser votre véhicule
Skypicker.com est un comparateur de vols créé à l’aéroport ou en ville.
Descente de rivière en radeau de bambou.
© JAMAICA TOURIST BOARD18 COMMENT PARTIR ? - Séjourner
SÉJOURNER
de l’île. Les bungalows plus modestes sont Se loger
présents dans toutes les zones côtières.En plus de son hôtellerie haut de gamme, la
Jamaïque dispose de toutes les catégories Se déplacerd’hébergement. L’offre est pléthorique et le
Jamaica Tourist Board (JTB) publie chaque Avion
année une liste non exhaustive, mais à jour,
Les vols intérieurs sont fréquents entre des principaux hôtels et pensions. La haute
Kingston et Montego Bay, opérés par Caribbean saison, pendant laquelle l’affluence et les prix
Airline, Air Jamaica ou Intercaribbean.peuvent doubler, s’étend d’octobre à avril.
BusHôtels
Le réseau de transport jamaïcain est un peu
L’hôtellerie jamaïcaine revendique fièrement complexe : on trouvera à Kingston de grands
sa quasi-indépendance par rapport aux bus qui constituent le réseau public, ainsi que
capitaux étrangers. Elle compte
quelquesdes minibus privés. Dans le reste de l’île, ce uns des plus beaux et des plus prestigieux
sont surtout des minibus, ou vans, qui relient hôtels du monde (Half Moon, Trident, Round
sans cesse les différentes villes, nécessitant Hill, Stawberry Hill, etc.). La formule tout
souvent des changements de véhicule. Une compris rencontre beaucoup de succès, au
ligne de bus célèbre, Knutsfort Express, fait grand dam des hôteliers indépendants. De
deux fois par jour des trajets de Kingston grandes chaînes au marketing
particulièreà Montego Bay en passant par Ocho Rios. ment efficace, telles Sandals ou SuperClubs,
Sinon, il y a enfin les « route-taxis », des taxis ont su tirer profit de cet essor et totalisent une
collectifs qui font aussi des allers-retours vingtaine d’hôtels à elles deux. L’hôtellerie
entre les différentes agglomérations.indépendante compte principalement des
petits établissements (vingt chambres en Train
moyenne) de toute catégorie, dispersés un Les 400 km de voies ferrées sont aujourd’hui
peu partout dans l’île. fermées, et c’est bien dommage, car l’ancien
train qui reliait Kingston à Montego Bay traver-Chambres d’hôtes
sait des paysages sauvages de toute beauté.Les guest houses, très répandues, sont de loin
l’offre la plus économique. Elles présentent Voiture
l’avantage de permettre de côtoyer la popu- Plus de 14 000 km de routes sillonnent le
lation locale, dans des lieux plus intimes pays, beaucoup d’entre elles étant seulement
et authentiques que les grandes chaînes
des pistes. Seules les routes côtières et les hôtelières. Elles proposent des prestations
principales routes du centre sont en bon état très variées, du confort rudimentaire au plus
et bien entretenues. Des autoroutes à péage
sophistiqué, avec ou sans possibilité de repas. ont ouvert récemment, permettant de réduire
Elles se signalent au voyageur par de petits le temps de route vers les zones touristiques
panneaux le long des routes. d’environ 30%. Les agences de location de
voiture sont nombreuses, et présentes dans Campings
toutes les villes touristiques. Les tarifs sont Quelques hôtels proposent des espaces de
comparables à ceux pratiqués en France, et camping à louer ainsi que du matériel, mais,
donc plutôt élevés. Chaque ville dispose d’un dans l’ensemble, le camping n’est pas une
terminal d’autobus où se donnent rendez-vous pratique très répandue en Jamaïque. Le
minibus et taxis collectifs, qui sillonnent l’île camping sauvage n’est pas recommandé.
en tout sens et à toute heure. Bien que peu
confortable, le minibus est le moyen le plus Bons plans
économique de découvrir le pays. L’auto-stop La location de villas indépendantes se
n’est pas recommandé.développe de plus en plus avec là encore une
palette de produits de toutes catégories. Les w Conduite automobile. Tradition britannique
villas de très grand luxe au charme indéniable, oblige, c’est à gauche que l’on roule en
louées avec le personnel, sont une tradition Jamaïque ! Les routes sont en bon état sur INVITATION AU VOYAGE
Séjourner - COMMENT PARTIR ? 19
tous les grands axes, le long des côtes, mais les nous. Seule différence, ils ne possèdent pas
routes de l’intérieur sont souvent en piètre état, de compteur ; le prix de la course se négocie
sinueuses et escarpées. Les éclairages de route donc, de préférence avant le départ pour éviter
sont assez rares, il est donc conseillé d’éviter toute mauvaise surprise. Il faut compter un
les longs déplacements de nuit. N’hésitez pas minimum de 4 000 JMD pour un trajet supérieur
à utiliser votre avertisseur et à demander votre à 100 km. Pour des déplacements locaux, on
chemin, les indications étant parfois rares, y préférera les taxis en commun (route-taxis)
compris dans les agglomérations. Par ailleurs, ou les minibus qui s’arrêtent à la demande le
un bon nombre d’automobilistes jamaïcains long des routes et des rues, et dont le prix est
apprécient la vitesse et les fortes accélérations largement plus abordable.
qui font crisser les pneus et vrombir les moteurs.
Deux-rouesNe vous laissez pas impressionner ! La plupart
De nombreux Jamaïcains circulent en vélo, des axes n’ayant qu’une voie dans chaque
sens, et la densité du trafic de véhicules lents dans les villes comme sur les grands axes.
(camions, tracteurs, etc.) sont responsables On se demande comment ils font pour ne pas
de cette situation. Les contrôles policiers se faire renverser, car les voies sont étroites,
de routine sont fréquents sur les routes et les véhicules roulent vite sans grande visibilité
en ville. La vitesse est limitée à 50 km/h en et il est donc assez risqué de pédaler le long
ville et à 80 km/h sur les routes. Kingston est des routes, ce qui est regrettable car l’île
souvent décrite comme difficile à appréhender s’y prête... Louer un scooter peut se révéler
au volant, mais quelle ville ne l’est pas ? Les très pratique dans des villes comme Negril
locaux craignent de conduire dans Kingston, et ou Treasure Beach, mais à Kingston, mieux
certains craignent même de conduire dans la vaut se déplacer en bus ou à pied.
campagne jamaïcaine ; d’autres encore ont tenté
l’expérience automobile à Paris et en reviennent Auto-stop
en pensant que les Français sont des fous ! Une pratique peu répandue en Jamaïque,
et donc à éviter. Généralement, pouce levé, w Temps moyen de déplacements inter-villes
c’est un taxi qui s’arrêtera. Mais parfois, une en voiture : Montego฀Bay-Kingston฀:฀4฀heures฀•฀
âme gracieuse stoppera et vous avancera Montego฀Bay-Mandeville฀:฀2฀heures฀•฀Montego฀
un peu plus loin, à l’arrière d’un pick-up par B ay- Negril฀:฀1฀heure฀•฀Ocho฀Rios- Mandeville฀:฀
exemple. Mieux vaut prendre la peine de 2฀heures฀•฀Ocho฀Rios-Montego฀Bay฀:฀2฀heures฀
•฀Ocho฀Rios-Negril฀:฀3฀heures฀•฀Ocho฀Rios-Por t฀ s’assurer du coût éventuel avant de monter
Anotnio฀:฀2฀heures฀•฀Negril-Black฀River฀:฀1฀heure฀ dans tout véhicule.
3 0฀ •฀ N egri l- P or t฀ A ntonio฀ :฀ 5฀ heures฀ •฀ N egri
lT reasure฀Beach฀:฀2฀heures฀•฀Mandeville-Black฀
R iv er฀ :฀ 1฀ heure฀ 3 0฀ •฀ M andevi l le - Chris tiana :
3 0 ฀ m inu tes฀ •฀ K ings ton- M andevi l le฀ :฀ 1฀ heure฀
3 0฀ •฀ K ings ton- N egri l฀ :฀ 4฀ heures฀ •฀ K ings
tonOcho฀Rios฀:฀2฀heures฀•฀Kingston-Por t฀Antonio฀:฀
2 heures.
Taxi
Les véhicules de transport de passagers
officiels, en commun ou de place, se
reconnaissent à leur plaque d’immatriculation de
couleur rouge. La seule compagnie
recommandée par les bureaux de l’office de tourisme
jamaïcain est la JUTA, compagnie avec des
chauffeurs et des véhicules en règle et, du
coup, les tarifs sont les plus élevés. Mais
d’autres compagnies, et même certains taxis
indépendants, ne sont pas pour autant à
rejeter. Le mieux est de trouver un chauffeur
de taxi sympathique et honnête auquel on
fera appel pour chaque déplacement. Les
charters (prononcer « cha’ta ») sont l’équivalent
des taxis de place tels qu’on les connaît chez
Villa privée sur le Blue Lagoon, Port Antonio.
© ATAMU RAHI - ICONOTECDÉCOUVERTE
Doctor’s Cave
Beach, près de
Montego Bay.
© JAMAICA TOURIST BOARDLa Jamaïque
en 20 mots-clés
etériennes et adventistes du 7 jour pour ne Ackee
citer que les principales. La Jamaïque, pays Le ackee, dont l’apparence rappelle un fruit,
au monde qui compte le plus de meurtres par est en fait un légume. Ce légume national
habitant, serait également celui qui compte est servi en accompagnement de nombreux
le plus d’églises par habitant !plats, mais tout particulièrement avec la
morue salée qu’il adoucit. Sa consomma- Forêt
tion est interdite dans les autres pays de la
La forêt est omniprésente dans le pays, vous Caraïbe et dans les Antilles françaises (suite
ne manquerez pas d’admirer les contreforts à de nombreux cas d’intoxications en Haïti
des montagnes du pays couverte de cette notamment car, mangé vert, le ackee se
végétation luxuriante tropicale et sauvage. révèle toxique). Symbole de l’île, il pousse
Elle couvre près d’un tiers de la surface de sur l’akesia, arbre pouvant atteindre une
l’île soit près de 340 000 hectares, dont
quinzaine de mètres qui fut introduit sur l’île 88 000 hectares de forêt primaire toujours eà la fin du XVIII par des esclaves d’Afrique de intacte. La partie côtière du sud de l’île est
l’Ouest. Ce fruit jaune et brun entouré d’une caractérisée par une forêt sèche endémique
coquille, qui s’ouvre à maturité, se cueille à à l’île, qui ne reçoit que peu de précipitations.
l’aide d’une longue perche crochetée à son
embout. Il suffit d’effleurer le fruit mûr pour Ganja
qu’il tombe. Avant de cuisiner du ackee, il est La Marijuana, herbe aux noms multiples –
nécessaire de les bouillir. weed, collie, lambsbread, kingsbread, sensi,
bush herb, I-grade, sativa –, fait partie inté-Bomboclaat grante de la société jamaïcaine quoique sa
Expression jamaïcaine très grossière et très culture, sa vente et sa consommation soient
répandue qui s’apparente au « putain con » interdites et sévèrement réprimées par la loi.
méditerranéen (mais en pire), et qui, de la La Jamaïque s’est décidée plus d’une fois à
même manière, peut se retrouver plusieurs légaliser l’herbe, et vient finalement de le
fois dans une phrase, même courte. Si elle faire en 2015, autorisant sa consommation
s’écrit et se lit de manière compliquée, cette et sa possession en petites quantités. Si
expression se prononce bomboclot et se les rastas sont les premiers associés à la
décline également en bloodclot, bloodclit ou consommation de ganja en Jamaïque, une
rasclat. Cette expression, loin d’être élégante, bonne partie de la population masculine de
est censée faire référence au cycle menstruel l’île consomme de l’herbe plus ou moins
des femmes. régulièrement, notamment dans les milieux
ruraux où les paysans travaillent avec un
Dominos spliff à la main, et une machette dans l’autre.
En Jamaïque, les dominos ne sont pas Ne soyez donc pas étonnés par les douces
seulement un jeu, mais un véritable « sport effluves dispersées sur le bord des routes
national ». Ils se pratiquent généralement de campagne, les trottoirs de Kingston et
sur une table de bois autour de laquelle les plages de Negril ou de Port Antonio. On
quatre joueurs rivalisent d’ardeur verbale vous proposera régulièrement de l’herbe.
pour impressionner ses adversaires, déjà Pour décourager les vendeurs audacieux, un
tenus en respect par la force avec laquelle simple « Thank you, I don’t smoke » s’avère
les pièces sont posées sur la table. très efficace !
Églises Ginger
La Jamaïque héberge de nombreuses églises, Ce condiment est omniprésent. La plupart
principalement protestantes, méthodistes, des boissons et jus de fruits, outre les
anglicanes, orthodoxes, baptistes, presby- mixtures directement à base de gingembre, DÉCOUVERTE
LA JAMAÏQUE EN 20 MOTS-CLÉS 23
Forêt aux alentours de Montego Bay.
en contiennent. Dans la nourriture, vous mais fermement. Sinon, faites connaissance,
reconnaîtrez aussi ce goût piquant carac- discutez, et jugez ; mais ne vous laissez
téristique. Essayez la Ginger Beer, boisson jamais embarquer d’emblée dans quoi que
gazeuse aux extraits de gingembre ou encore ce soit.
le Ginger wine, issu de la fermentation de
John Crowcette épice. En pâtisserie, le ginger bread
C’est le nom d’un légendaire pirate jamaïcain ravira vos papilles. Si vous n’appréciez pas
le gingembre, soyez vigilant, souvent il se qui a appliqué sa loi en Jamaïque à la fin du
ecache là où on ne l’attend pas ! XVII siècle. Il a même été un temps « roi des
pirates des Caraïbes ». Son nom a été donné
Hustler à un oiseau noir qui, vu d’en bas, rappelle
Une profession à part entière. C’est ainsi que le corbeau, et de plus près ressemble à un
sont présentés et se présentent eux-mêmes vautour. Il y a toujours un John Crow qui
des milliers de Jamaïcains qui vivent d’une tournoie dans le ciel, pour nous rappeler que
économie – principalement touristique – le pirate guette.
informelle, basée sur la vente de tout et
Mariagede rien, à la recherche d’une occasion
pour récolter un peu d’argent. Ces hustlers Paradis des lunes de miel, la Jamaïque
sévissent tout particulièrement dans les zones est aussi spécialiste du mariage express.
très touristiques de Ocho Rios à Negril. Du Attention ! S’il est facile de se marier, il est
lavage de voiture à la vente de drogue en par contre très difficile de divorcer. 24 heures
passant par une visite de ville ou de quartier de présence sur le territoire et vous pouvez
ou simplement le racket d’une pièce ou prétendre convoler, sous réserve de fournir
d’une cigarette, la liste des services qu’ils les documents nécessaires (carte d’identité,
offrent et des activités qu’ils pratiquent est plus acte de naissance). Sachez que nombre
d’hôtels proposent des formules mariage illimitée. La plupart sont respectueux du
touriste et un simple « non » suffit à les tout compris, fournissant de la bénédiction
faire renoncer, mais il arrive que certains nuptiale au bouquet de la mariée jusqu’aux
se montrent agressifs ou exagérément insis- témoins, sans oublier la coupe de champagne
tants. Dans ce cas, repoussez-les poliment et l’album photos.
© SIR PENGALLAN - ICONOTEC24 LA JAMAÏQUE EN 20 MOTS-CLÉS
Parish Reggae
La musique qui a fait découvrir la Jamaïque Paroisse, en français. Comme de nombreuses
îles des Caraïbes très ancrées dans la aux yeux du monde. Né d’un contexte musical
religion, la Jamaïque est divisée adminis- exceptionnel, par le croisement du mento
trativement en paroisses, qui jouent le rôle local, de la soul, du rock et des percussions
traditionnelles africaines, ce style traverse les de nos départements. Elles sont au nombre
époques en s’imposant dans le monde entier de 14 et permettent d’appréhender l’île par
comme l’un des plus universels et unifica-secteur ; chacune d’elles correspond à un
teurs. Les grandes stars des années 1970 et point cardinal puisque aucune n’est isolée
1980 (Jimmy Cliff, Bob Marley, Dennis Brown, de la côte.
Gregory Isaacs, Black Uhuru, The Gladiators…) Apprenez leurs noms et leurs capitales, cela
ont tracé une voie que suivent des adeptes vous rendra bien des services. De Kingston à
tout autour de la planète. Une musique que Kingston, d’est en ouest, cela donne : Kingston
les Jamaïcains jouent avec une telle facilité… (Kingston), Saint Andrew (Half Way Tree),
c’est le pays qui compte le plus de disques Saint Thomas (Morant Bay), Portland (Port
produits par habitant, loin, très loin devant le Antonio), Saint Mary (Port Maria), Saint
reste du monde !Ann (St. Ann’s Bay), Trelawny (Falmouth),
Saint James (Montego Bay), Hanover Red Stripe(Lucea), Westmoreland (Savanna-la-Mar),
Plus qu’une bière, c’est une véritable icône Saint Elisabeth (Black River), Manchester
nationale. La Red Stripe brassée en Jamaïque (Mandeville), Clarendon (May Pen), et Saint
a été rendue célèbre par son apparition dans Catherine (Spanish Town).
le film Cocktail avec Tom Cruise. Si vous la
voulez fraîche, précisez-le, parce qu’elle est Proud to be Jamaican
aussi servie à température ambiante, donc Les Jamaïcains sont un peuple fier, et ils
l’afchaude. Attention cependant : une bière très fichent : « Proud to be Jamaican », « Proudly
fraîche, bue trop vite dans un pays chaud, produced in Jamaica » … Les déclinaisons
peut donner un hoquet difficile à tuer ! La Red de ce mot dans les slogans ou autre discours
Stripe existe aussi en version light et bold, plus
attestent de la conscience qu’a la Jamaïque goûtue et chiffrant 6 % par volume d’alcool.
d’être un bout de terre à part, celui qui a
produit le rastafarisme, le reggae et la culture Roots wine
qui l’accompagne mais aussi l’homme et la
Au pays du reggae et des dance-sessions, il
femme les plus rapides du monde ! faut pouvoir suivre le rythme. Des tonics, ou
roots wine, décoctions à base d’essences et
d’herbes diverses, fruit de recettes
ancestrales, sont en vente dans les
supermarchés, échoppes et autres étals de vendeurs
ambulants. Ces potions sont
particulièrement appréciées par la population masculine
soucieuse de performance.
Soon come
Expression jamaïcaine à prendre en compte
très sérieusement parce qu’il faut se résoudre
à l’accepter. Elle signifie mot à mot « bientôt
viens » et pourrait se traduire par « j’arrive tout
de suite ». Mais, dans la réalité, elle veut dire
« j’arrive au plus tôt dans une minute, au plus
tard… va savoir. » Elle est souvent précédée
du mot « mi » et suivie du mot « mon », ce qui
donne « mi soon come mon ».
Sound systems
Les sound systems sont nés dans les années
1950 dans les ghettos de Kingston, Trench
© CHASINGMOMENTS – FOTOLIADÉCOUVERTE
LA JAMAÏQUE EN 20 MOTS-CLÉS 25
Faire – Ne pas faire
w La Jamaïque s’appréhende avec douceur, patience, tact et humour. Il est nécessaire
de se débrouiller en anglais – ou mieux encore en patois – puisque personne ou presque
ne parle le français.
w Rappelez-vous que vous êtes en vacances, donc pas pressés, et faites preuve de
patience ; vous gagnerez du temps. La vie s’écoule paisiblement sur cette terre tropicale.
w Demander le prix d’un produit ou d’un service, si celui-ci n’est pas indiqué. Et le
négocier. Si vous connaissez les prix, faites-le savoir. Autrement, vous risquez de vous
retrouver dans des situations difficiles. Ainsi, si vous connaissez le prix d’un trajet en
taxi dont la valeur est de 300 JMD, n’omettez pas de le dire avant de partir. Ce réflexe
vous évitera des situations fâcheuses à l’arrivée.
w Il est impératif de demander la permission avant de prendre en photo des
personnes ou des objets.
w La Jamaïque vient de dépénaliser la consommation et la possession de ganja
en février 2015. Néanmoins si vous devez vous essayer à cette fumeuse spécialité
nationale, allumez votre spliff dans un lieu privé, et non dans la rue ou sur les plages.
Town en tête. Le concept est simple : un pour gagner le seul plaisir d’être admiré. Le
groupe électrogène, un camion chargé wine, mouvement caractéristique du bassin,
d’enceintes, des hauts parleurs et des DJ est la base de la majorité des danses
jamaïaux platines suffisent à organiser des street caines liées au dancehall. Ces variantes,
party. Si au départ la mode était au R’n’B qu’elles soient dutty wine (accompagnée
américain, ils se sont très vite mis au ska, d’une rotation de la tête) ou Beyonce wine
rocksteady et reggae roots made in Kingston, (enchaînements spectaculaires de
balanqui ont fait leur succès national. Les deux cements du bassin), rencontrent un succès
principaux DJs à l’origine de ce mouvement phénoménal auprès des jeunes.
culturel alternatif s’investirent ensuite dans la
Yah Monproduction : Coxsone Dodd’s créa le studio qui
devint le fameux Studio One tandis que Duke Pas familier avec le patois ? Si vous ne retenez
Reid lança le label Treasure Isle. Aujourd’hui, qu’une phrase ce sera sans doute celle-là.
les sound systems sont davantage orienté « Yah mon » (indistinctement adressé à une
Dance hall et dub, et se distinguent par le femme ou à un homme) signifie tout
simplesuccès de leur soirées respectives, les kilos ment « oui », mais elle exprime bien plus :
de sons disposés en murs d’enceintes qui à elle seule, elle manifeste l’enthousiasme
donnent tant de puissance aux basses et et l’exubérance qui caractérisent le peuple
par leurs victoires lors des sound clash, des jamaïcain. Avec « no problem », cette phrase
battles entre les crews de DJs et MCs qui s’est imposée comme un véritable emblème
les composent. Ils rythmes désormais les du pays, imprimée sur de nombreux supports
soirées des villes comme des villages de destinés aux touristes.
l’île et font partie intégrante de la culture
Zionlocale. Vous n’avez qu’à tendre l’oreille
le soir venu pour entendre les basses de Autre version du Paradis, le mont Zion ou Zion
très loin ! est l’équivalent de l’Eden pour les adeptes
du rastafarisme qui le célèbrent dans leurs
Wine chansons ou autres textes. Pour exemple, le
Ce n’est pas seulement la traduction anglaise tube de Damian Marley, Road to Zion, invitant
du vin, c’est la danse des reines du dancehall à rester sur la route qui mène à ce monde idéal
jamaïcain. Comme la musique, la danse fait où l’homme et la nature se retrouvent « we got
partie intégrante de la culture jamaïcaine. to keep on walking (Yeah) on the road to Zion
Chaque hit s’accompagne de son mouvement land ». Ce paradis mythique rejoint souvent
inséparable des lyrics ( « paroles »). A chaque dans le discours une autre terre fantasmée,
session, dancehall queens et groupes de l’Ethiopie pensée comme terre de salut de
danseurs rivalisent d’inventivité et d’originalité la race noire.Survol
de la Jamaïque
GÉOGRAPHIE
Effondrement d’une partie de l’Amérique de 11 424 km², 235 km d’est en ouest, 82 km
centrale ? Emergence de terres suite à des de largeur maximale, 35 km de largeur minimale
mouvements souterrains ? Conséquence de et 1 082 km de côtes, c’est la troisième île des
la dérive des continents ? Les théories sur Caraïbes par la taille, et la plus grande des îles
l’origine de l’Arc antillais s’affrontent. anglophones.
La troisième île Une terre qui touche le ciel
des Grandes Antilles Malgré sa taille réduite, la Jamaïque possède
des paysages extraordinairement diversifiés et La Jamaïque appartient au quatuor des grandes
de toute beauté. Un historien espagnol, Andres Antilles composé de Cuba, de l’île d’Hispaniola
Bernáldez, rapporte les propos de Christophe (Haïti et la République dominicaine) et de Porto
Colomb qui la décrivit comme « la plus belle Rico, formant l’Arc nord des Antilles, ou des
île que les yeux aient vu. Montagneuses, les Indes occidentales comme les appellent les
terres semblent toucher le ciel, pleines de Britanniques. L’île apparaît une première fois
vallées et de plaines... Extraordinairement il y a environ 140 millions d’années. Engloutie
une centaine de millions d’années plus tard, elle peuplée, sur les côtes comme à l’intérieur des
réapparaît il y a environ 20 millions d’années, terres, l’île est pleine de gros villages voisins
couverte d’un épais manteau calcaire qui les uns des autres ».
Plus de la moitié du pays dépasse 300 m d’al-explique la topographie surprenante et
tourtitude. Une cordillère centrale de montagnes mentée de cette terre aux multiples paysages.
Située au centre de la zone caraïbe, l’île n’est courant d’est en ouest forme une épine
distante que de 144 km de Cuba (au nord), et dorsale au milieu de l’île. Le Blue Mountain
160 km la séparent d’Hispaniola (au nord-est), Peak culmine à 2 257 m, à 16 km à peine
ses plus proches voisines. Avec une superficie de la mer (à vol d’oiseau). De part et d’autre
Mêmes les oiseaux portent les couleurs de la Jamaïque.
© SIR PENGALLAN – ICONOTECDÉCOUVERTE
SURVOL DE LA JAMAÏQUE 27
de cet axe, de petites chaînes s’étendent du Rivières, fleuves et sources
nord au sud, modelant le pays en une géogra- Malgré ses 120 rivières et les fortes pluies de
phie très tumultueuse. L’intérieur de l’île est la saison humide, le pays souffre
régulièresculpté par de profondes vallées creusant ment de sécheresse et l’alimentation en eau de
ces chaînes tropicales. Le Cockpit Country certaines régions se révèle parfois incertaine. En
est un haut plateau karstique qui s’étend sur effet, de nombreuses rivières n’apparaissent
1 300 km². Son relief accidenté s’explique par qu’à la saison des pluies. Parmi les 12
princila tendreté et la porosité du calcaire, soumis pales rivières, peu sont navigables. La plupart
à l’érosion. Le Cockpit est un chaos de buttes d’entre elles s’écoulent dans des lits profonds,
et de collines où de profondes dépressions le cours souvent entrecoupé de rapides et de
dessinent des arènes circulaires, et où des cascades. La Black River est la plus importante
élévations se dressent soudainement en forme du pays avec ses 70 km, dont seuls 27 sont
navide dômes dodus. Il est recouvert d’un tapis gables depuis son embouchure. Le Rio Grande,
de végétation broussailleuse impénétrable, rendu célèbre par les descentes en radeau qui,
qui en fait l’une des régions les plus mal avant de réjouir les touristes, ont fait les beaux
connues de l’île. Ces hauteurs intérieures jours de la colonie anglaise, dévale les pentes
s’effondrent rapidement pour former une des Blue Mountains en traversant des paysages
plaine côtière étroite, cernée de plages parmi particulièrement sauvages et spectaculaires. La
les plus belles du monde. La côte Nord est Wag River et la Hope River alimentent en eau
protégée par des récifs coralliens, et le Sud, la ville de Kingston. D’autres rivières, telles la
aux falaises dentelées, est riche de contrastes Milk River ou la Cabaritta, permettent l’irrigation
saisissants. La côte méridionale, sous le vent, des plaines jamaïcaines. Soufrées, radioactives,
épargnée par les alizés, bénéficie d’un climat salines, de nombreuses sources d’eau minérale
aride alors que la côte Nord, beaucoup plus jaillissent un peu partout dans l’île, prodiguant
humide, a développé une végétation tropicale leurs vertus médicales aux nombreux adeptes
dense. Quelques îlots inhabités s’égrènent des bains. Parmi les plus fréquentées, citons
dans les eaux de la côte Sud, les Pedro Cays Rockfort, près de Kingston, Bath dans l’Est,
et les Morant Cays, au large de Morant Point. ainsi que Milk River et Black River dans le Sud.
CLIMAT
La Jamaïque ne fait pas exception parmi nette augmentation des tarifs hôteliers. La
ses voisines des Caraïbes. Soumise aux saison des pluies, l’hivernage, dure de juin à
caprices du climat tropical, l’île est située octobre, précédée par une période de
précidans la zone de prédilection des cyclones. pitations en mai, caractérisée par de fortes
Elle bénéficie donc des avantages d’un enso- averses en fin de journée rafraîchissant à
leillement exceptionnel avec une tempéra- peine un climat déjà très chaud et humide. La
ture agréable toute l’année, la mer Caraïbe moyenne annuelle des précipitations atteint
jouant un rôle modérateur, ainsi que des 1960 mm ; les épisodes pluvieux sont les
alizés, qui soufflent au nord et au sud de l’île. plus marqués dans la région de Port Antonio,
Pourtant, l’île ne manque pas de contrastes, la plus humide de l’île. Au sud, le climat est
ni en termes de saisons, ni en termes de en revanche particulièrement sec. Quant à
températures, compte tenu de son relief la chaleur, elle est constante, entre 26 °C et
tumultueux. 34 °C de jour comme de nuit, en été comme
en hiver, les saisons étant en effet très peu
Saisons entre saison sèche marquées. Toutefois, un équipement de
et hivernage montagne peut être utile lors d’un voyage
en Jamaïque, où les températures peuvent Le climat est caractérisé par l’alternance
descendre assez bas en altitude. Ainsi, dans d’une saison sèche et d’une saison humide
pluvieuse, sans grandes différences de les Blue Mountains de bon matin, on a relevé
température entre les deux. La saison sèche des minima de -10 °C. De même, le Sud peut
dure de novembre à avril, et comme partout être très chaud et sec, ou au contraire plus
aux Antilles, c’est la période touristique, frais, selon que l’on se trouve en bord de mer
bien que les températures y soient les plus ou dans la région de Mandeville, fort agréable
basses. Cette haute saison se traduit par une pour sa fraîcheur ambiante.28 SURVOL DE LA JAMAÏQUE
à Miami, suit chaque formation à l’aide de Cyclones
radars, de satellites et d’avions de reconnais-et tremblements de terre
sance, et alerte toute la zone caraïbe dans un
Situées au contact de la plaque antillaise et esprit de coopération internationale. Malgré les
de la plaque océanique, les Antilles vivent au nombreuses observations, le comportement des
rythme des tremblements de terre causés par cyclones demeure mystérieux et il est toujours
le chevauchement de celles-ci. La Jamaïque ardu de définir leur trajectoire et leur puissance.
n’est pas épargnée par les séismes, dont le En Jamaïque, l’ODPEM (Office of Disaster
plus dévastateur fut celui qui engloutit la Preparedness and Emergency Management)
ville de Port Royal en 1692. Plus récemment, a été créé en 1980 ; en cas d’alerte, des
en 1907, la capitale a été malmenée par un bulletins d’informations sont publiés et relayés
fort séisme. par tous les médias ; les centres touristiques
« Juin trop tôt, juillet statu quo, août prépa- sont équipés, et les communautés préparées
rons-nous, septembre on se souvient, octobre aux éventuelles mesures à prendre. Outre
partout » : tel est le dicton jamaïcain concernant Dean, en 2007, la Jamaïque a connu des
les ouragans. Quant au mot cyclone, il n’est né cyclones dévastateurs, notamment Gilbert
qu’en 1876, créé par Henry Paddington alors (12 septembre 1988), qui a dévasté toute
président de la Maritime Court de Calcutta (du l’île, réservant ses pires vents à la capitale et
grec kyklos, « cercle »). Le premier ouragan à la région est. L’agriculture a été durement
répertorié dans l’histoire est celui qu’a essuyé touchée et beaucoup de plantations détruites.
Christophe Colomb en février 1493 en revenant On se souvient aussi de Charlie (17 août 1951),
de son premier voyage aux Caraïbes. Les considéré à l’époque comme le plus violent
indigènes embarqués à bord de La Pinta edu XX siècle, qui avait frappé Kingston et
auraient alors invoqué le nom de leur dieu Port Royal, et entraîné la mort de plus de
Hurakan, introduisant un nouveau mot dans le 150 personnes.Pour tout renseignement
vocabulaire européen. Baptisés alphabétique- à propos des cyclones, adressez-vous à
ment par le US Weather Bureau de Washington, l’ODPEM. Le phénomène climatique a été
ils portent aujourd’hui des prénoms alternative- répertorié et ses différentes formes répondent
ment féminins ou masculins, suivis de l’année aujourd’hui à une classification rigoureuse :
de leur passage. La zone caraïbe en essuie de
w Pertubation tropicale : à cette étape, deux à vingt par an. Charlie en 1951, Flora en
fréquente pendant les mois d’été dans les 1960, Edith et David en 1970, Allen en 1980,
Caraïbes, la formation ne présente pas de Gilbert en novembre 1988, Hugo en 1989, pour
vents forts, mais de petits tourbillons peuvent ne citer que les plus meurtriers... Gilbert, entré
survenir.par la baie de Port Maria, a dévasté toute la
w Dépression tropicale : un système de région, faisant 50 morts et 500 000
sansbasse pression se développe et les vents abris. C’est de juin à octobre (saison officielle)
atteignent jusqu’à 63 km/h.que menacent les cyclones, août étant
probablement le mois le plus actif. On en compte w Orage tropical : des vents violents de 63 à
en moyenne sept par saison. Beaucoup de 117 km/h sont accompagnés de fortes pluies.
croyances populaires sont attachées à ce w Cyclone : la dépression s’est accentuée
phénomène climatique : une trop forte chaleur, et les vents dépassent les 118 km/h (Allen a
une trop longue sécheresse, ou encore un cycle atteint des pointes à 230 km) circulant autour
de dix ans conditionneraient l’apparition des d’une zone de calme, dite « l’œil du cyclone ».
cyclones. Prenant naissance à proximité des Des pluies violentes et des raz-de-marée
côtes africaines à la hauteur de la ceinture peuvent accompagner le phénomène.
équatoriale, les vents se déplacent jusqu’à
atteindre une zone de basses pressions, entraî- ODPEM (OFFICE OF DISASTER
nées par la force de rotation de la Terre et se PREPAREDNESS AND EMERGENCY
renforçant au fur et à mesure de leur avance. MANAGEMENT)
Les vents peuvent atteindre des vitesses phéno- 2-4 Haining Road
ménales, détruisant tout sur leur passage. Kingston 5
Ainsi, en septembre 1909, il est tombé plus KINGSTON
de 3,50 m d’eau dans les Blue Mountains, & +1 876 906 9674 / +1 876 754 9078 /
en l’espace d’une semaine. L’amplitude du +1 876 991 4262
cyclone, quant à elle, peut atteindre de 90 km www.odpem.org.jm
à 1 600 km. Le centre national des cyclones, odpem@cwjamaica.comDÉCOUVERTE
SURVOL DE LA JAMAÏQUE 29
ENVIRONNEMENT – ÉCOLOGIE
L’environnement n’est pas en Jamaïque, aux touristes, comme les beaux quartiers,
comme dans la plupart des pays en voie sont quant à eux parfaitement entretenus.
de développement, une priorité nationale, La barrière de corail de Négril se dégrade
mais est néanmoins une idée bien présente devant l’exploitation intensive de la mer
dans la conscience collective. L’île manque dans cette région touristique : jet-skis et
cependant de moyens pour entreprendre autres gadgets des mers contribuent à
des politiques environnementales de grande fragiliser cet environnement menacé. Des
ampleur d’où la présence de déchets sous associations se mettent en place, à Négril ou
différentes formes dans certaines zones : ailleurs, souvent soutenues par des ONG pour
décharges improvisées, déchets non traités, défendre l’environnement, mais il est difficile
d’innombrables carcasses de voiture, papiers de faire le poids face au lobby de l’industrie
et plastiques volants... Les espaces destinés touristique.
PARCS NATIONAUX
La Jamaïque, parfois appelée « le jardin des Alors que d’autres parcs pourraient voir le
Caraïbes », ne possède contradictoirement jour, notamment dans la région du Cockpit,
qu’un seul parc national, celui des Blue and rien ne semble se passer de ce côté-là de
John Crow Mountains, à l’est de Kingston, la Jamaïque. En revanche, l’île compte une
créé en 1990 et inscrit au patrimoine mondial quantité importante de parcs et jardins
botade l’UNESCO en 2015. A noter également niques où sont regroupées et présentées la
le Montego Bay Marine Park. C’est la plus plupart des espèces végétales (et parfois
grande des réserves marines de la Caraïbe. animales) de l’île.
FAUNE ET FLORE
Comme dans toutes les îles des Caraïbes, faisant de la Jamaïque l’abri d’une faune
l’isolement a limité l’évolution animale. riche et variée. Par exemple, de nombreux
En revanche, cela a permis la naissance batraciens peuplent l’île, dont 18 espèces
de nombreuses espèces endémiques, de grenouilles.
Troupeau de vaches.
© SIR PENGALLAN - ICONOTEC30 SURVOL DE LA JAMAÏQUE
la pratique de la pêche intensive et la pollution. Le paradis des ornithologues
Les eaux jamaïcaines sont un véritable royaume L’ornithologue sera comblé par la variété et
l’oride la vie sous-marine, riche de nombreuses ginalité des espèces, les oiseaux étant la famille
espèces endémiques. Des coraux de toutes animale la plus représentée. Outre les espèces
couleurs, aux formes variées (corne de cerf, propres à la région des Caraïbes, on dénombre
cornes d’élan ou cerveaux de Neptune, entre de nombreux oiseaux migrateurs qui reviennent
autres), tissent de longues murailles dentelées chaque hiver pour profiter de la chaleur. Au total,
aux ramifications complexes. Les gorgones environ 200 espèces sont présentes dans l’île,
plumes, dont les branches soyeuses ondulent dont 25 endémiques parmi lesquelles le pivert
sous l’effet des courants, les spirographes jamaïcain et Tanta Katie, l’oriole jamaïcain, un
dépliant leurs bras, les anémones colorées et oiseau d’une vingtaine de centimètres, à queue
les étoiles de mer tapissent les fonds marins. noire et au plumage jaune. Les délicats colibris,
Les récifs coralliens abritent tout une popu-plus connus sous le nom d’oiseaux-mouches,
lation de poissons très étonnants : poisson-sont légion également. Les todiers multicolores
perroquet, baliste aux couleurs somptueuses, se nourrissent d’insectes attrapés au vol et
poisson-papillon, chirurgien, poissons volant, nichent dans de petites grottes construites à
poisson-ange (très fréquents dans les Caraïbes) même le sol ; la sylvette au plumage jaune vit
ou encore capitaine à tête de cochon, poisson-dans la mangrove. Pélicans, faucons, flamands,
lune, poisson- épieu, gorgone (petit animal des ibis, pinsons, grimpereaux, sittelles, tangaras,
grottes sous-marines)... Les rencontres ne moqueurs, trembleurs, hirondelles, pigeons,
tourterelles, grues, faisans, trogons, piverts, manquent pas de piquant.
coucous, autant d’espèces aux merveilleux Quant aux gros poissons, des mérous
plumages multicolores et aux chants mélodieux paresseux aux requins bleus, nourrices,
qui raviront les observateurs. Certains d’entre marteaux ou dormeurs, en passant par les
eux ont été baptisés de jolis noms locaux qui barracudas menaçants, les marlins bleus,
chantent à l’oreille : le ventre blanc, le vieil les raies manta et pastenagues, disons que
homme, le mangeur d’insectes, la sorcière de les eaux profondes ne manquent pas de vie !
la montagne, le rouge-gorge Robin, le gros Tom, Dauphins, marsouins et lamantins vivant
le cling cling, l’oiseau docteur, l’oiseau à frange le long des zones côtières du sud sont les
doré, l’oiseau bleu... principaux représentants des mammifères
Les entomologistes auront eux aussi de quoi faire marins. Quatre espèces de tortues marines,
avec les 80 espèces endémiques de papillons malheureusement en voie de disparition, sont
et les nombreux insectes de la forêt tropicale. aussi répertoriées dans les eaux jamaïcaines.
De nombreux coquillages, conques au
coquilDes fonds marins exceptionnels lage orangé qui servaient aux Arawak pour
La faune marine des Caraïbes est d’une extrême communiquer, oursins, crustacés de bonne
richesse, bien que son équilibre soit fragile et taille, crabes ou langoustes se rencontrent
menacé en permanence par l’afflux de touristes, aussi à profusion, pour le délice des fins palais.
Des paysages variés
La Jamaïque possède une flore fascinante qui
éclate en une symphonie de couleurs, d’odeurs
et de textures originales. Toute la richesse et
la diversité de la flore tropicale s’expriment
dans les paysages aux mille couleurs de l’île,
en montagne comme sur les bandes côtières.
La Jamaïque possède un nombre important
d’espèces endémiques. De la mangrove à la
forêt tropicale d’altitude, les multiples espèces
se déclinent dans toutes les sonorités du latin.
Toute l’année, partout, les fleurs tropicales aux
couleurs étincelantes illuminent les paysages.
w La forêt tropicale pluviale, composée
d’arbres aux feuilles persistantes et toujours
vertes, pousse dans les zones de précipitations
abondantes, dans les Blue Mountains et la
Ara rouge.
© JAMAICA TOURIST BOARDDÉCOUVERTE
SURVOL DE LA JAMAÏQUE 31
région du centre, et occupe environ 10 % des on réalise les toits des constructions de bois.
terres. C’est le type de forêt le plus luxuriant Le palmier royal a été importé de Cuba, dont il
au monde. Les arbres peuvent atteindre jusqu’à est l’arbre fétiche ; une immense réserve lui est
40 m de hauteur, et ils fleurissent et produisent consacrée dans la région de la Grande Morass,
des fruits de manière ininterrompue tout au long de Negril à l’ouest de l’île. Le Blue Mahoe, arbre
de l’année. A partir d’une altitude de 1 000 m, emblématique de l’île, est une forme endémique
la forêt perd de sa densité pour devenir plus d’hibiscus aux fleurs déclinant des nuances
aérée, avec moins d’espèces ; les mousses orangées. Le bois de vie, connu sous le nom de
sont plus nombreuses, c’est le règne de la forêt gaïac officinal, mesure de 4 à 8 m de hauteur ;
tropicale d’altitude. cet arbre tortueux porte une délicate fleur bleu
pâle qui est la fleur nationale, et donne des fruits w La savane sèche de broussailles,
jaune orangé. On extrait de son bois un produit d’épineux, d’agaves et de cactées couvre
stimulant qui permet de soigner rhumatismes les zones arides du sud de l’île ; en particulier
et maladies dermatologiques, et sa résine est sur la côte. Les zones côtières, soit 25 %
employée comme un purgatif. Le bambou, mis du territoire, ont depuis longtemps perdu
à l’honneur dans l’avenue qui lui est consacrée leur végétation naturelle, remplacée par une
au sud de l’île, vient de Chine. Les hibiscus aux végétation de cultures vivrières et d’agrément.
teintes délicates, venus d’Egypte, participent w Seule la forêt de mangrove reste très
activement à la décoration des hôtels et des présente le long des côtes, en particulier au
restaurants. Les flamboyants de Madagascar sud et à l’est du pays. Impénétrable, elle est
aux fleurs rouge vif, les frangipaniers et bougain-composée de manglars rouges, noirs ou gris,
villiers déclinant toute une palette de l’orange vif et de palétuviers qui plongent leurs racines
au violet profond en passant par le fuchsia, les dans les limons des eaux salées du littoral.
eucalyptus, les cèdres, les balsas, les banians, Trois espèces différentes de mangroves
les arums, les lauriers, les vénéneux mancenil-cohabitent dans les embouchures des rivières :
liers, les poivriers, les mûriers sont quelques-blanche, noire et rouge. Quant à l’inextricable
unes des multiples espèces qui peuplent l’île.végétation de Cockpit Country, elle réserve
encore bien des surprises puisqu’on n’a pas Une multitude d’espèces encore pu répertorier toutes les espèces de
en d é m i q u e splantes qui y vivent. On connaît aujourd’hui
101 plantes endémiques à la région, et La forêt jamaïcaine couvre presque 25 % de la
les spécialistes s’activent à étudier cette superficie de l’île, mais elle perd rapidement
végétation parmi les plus sauvages du monde. du terrain devant la progression de l’expansion
urbaine, de l’exploitation forestière et de celle w Les forêts tropicales de l’intérieur sont
de la bauxite, de la culture illégale de marijuana un vrai rêve de botaniste. Elles comptent
qui la menacent. Des programmes de reboise-quelque 3 000 variétés de plantes à fleur
ment intensif ont été mis en place par le Forest dont 800 espèces indigènes ; parmi elles,
Département créé en 1942, mais la lutte est pas moins de 237 espèces d’orchidées dont
inégale et le front de la forêt recule inexora-60 endémiques, qui poussent à l’état sauvage,
blement sous les assauts permanents de la vie flirtant avec les troncs des grands arbres. L’île
moderne. Les plantes cultivées se sont adaptées peut s’enorgueillir d’avoir fait découvrir la plus
au climat tropical de l’île. Si peu d’espèces somptueuse des fleurs, l’orchidée, à la Vieille
originales subsistent de l’époque arawak, de Angleterre : les deux premières orchidées
nombreuses plantes ont été apportées d’Afrique exposées en 1787 aux Kew Gardens à Londres
et d’Amérique latine, pour constituer une très étaient originaires de Jamaïque. Les anthuriums
large palette de cultures vivrières, arbres sont aussi largement représentés ainsi que les
fruitiers et légumes en tout genre. Dispersés broméliacées, dont on dénombre 60 espèces,
partout dans l’île, de très nombreux jardins et les épiphytes. On trouve en Jamaïque plus de
botaniques aux somptueux décors s’emploient à variétés de fougères (550 espèces endémiques)
cultiver toutes ces merveilles pour en proposer que dans toute autre forêt tropicale du monde.
un condensé harmonieux, à l’usage du visiteur
Une végétation luxuriante amoureux de nature. Plantes locales, tropicales
Les arbres et essences rares ne sont pas en ou acclimatées depuis leur importation, toutes
reste. Au répertoire des arbres, on compte les sortes d’espèces colorées et odorantes
cohanombreuses espèces de palmiers endémiques bitent. Oléandres, bougainvilliers, hibiscus et
dont le Tatch Palm Tree, avec les palmes duquel orchidées sont les favoris des jardins.Histoire
maîtrisent bien. Ils cultivent le maïs semé à L’île indienne
la pleine lune, le potiron, les patates douces, Bien avant l’arrivée des caravelles de Colomb,
l’ananas, le tabac, le coton et le manioc à les terribles et vindicatifs guerriers Caraïbe
partir duquel ils fabriquent une galette de harcelaient sans cesse les Arawak, destinant
farine : la cassave. Habiles pêcheurs, ils se les prisonniers à la célébration de leur culte et
nourrissent de poissons et de tortues. Les les femmes à l’esclavage. C’est pourquoi les
femmes tissent les hamacs dans lesquels pacifiques Indiens Arawak, chassés des forêts
ils dorment et le nawa, une sorte de tablier tropicales du Venezuela et des rives du fleuve
de coton, est l’unique vêtement des hommes Orénoque, ont émigré en plusieurs vagues
et des femmes. Leurs canoës creusés dans successives vers les îles aujourd’hui connues
d’énormes troncs d’arbres évidés peuvent comme les Grandes Caraïbes. Ces îles, dont la
transporter jusqu’à 80 personnes. Sculpteurs végétation tropicale et le climat, ressemblant
et potiers talentueux, ils travaillent la pierre de très près à leurs terres d’origine, ont séduit
et le bois.eles Arawak qui s’y sont établis entre le VI et
Les Arawak comptent les jours selon un ele X siècle apr J.-C. On pense aujourd’hui
calendrier lunaire. Peu partisans du travail
que l’immigration s’est stabilisée vers l’an acharné, ils ont développé un mode de vie
1000 en Jamaïque. Cette grande île élue où le loisir tient une grande place : ils
apprépar une centaine de milliers d’Arawak est cient la musique et la danse et pratiquent
devenue Xaymaca, la terre des rivières et des le jeu traditionnel de la pelote, une balle de
forêts. Loin des fureurs caraïbes, la civilisation caoutchouc qui ne peut être touchée qu’avec
Arawak peut enfin se développer. les hanches et les fesses. Fumer du tabac
est un passe-temps et un rituel religieux. La Les premiers habitants de l’île
cahoba est la principale cérémonie ; après
Les Indiens Arawak sont de taille moyenne, plusieurs jours de jeûne, les hommes inhalent
1,70 m environ, et de constitution robuste ; une drogue, provoquant des hallucinations,
leur peau est cuivrée, leurs cheveux noirs, qui leur permet d’entrer en contact avec les
lisses et brillants, coupés droits sur la nuque et divinités afin d’obtenir grâce et guérison et
au-dessus des sourcils. Leur nez est busqué, de pratiquer la divination.
la forme du front, large et fuyant, est obtenue
par l’aplatissement du front des bébés à Des hommes et des dieux
l’aide de bandes de coton et de palmes. Les villages communautaires composés de
Dans sa correspondance aux rois d’Espagne, plusieurs familles sont dirigés par un cacique,
Christophe Colomb décrit ainsi les premiers le chef héréditaire, qui a le privilège de la
Arawak rencontrés sur l’île voisine d’Hispa- polygamie. La société Arawak est très
hiérarniola (plus tard Haïti et Saint-Domingue) : chisée et compte trois classes sociales : les
« Ils ne possèdent pas d’armes, et vont tous nobles et les prêtres se partagent le pouvoir,
nus… Ce sont des gens pleins d’humanité et le peuple travaille la terre et pêche, aidé de
sans méchanceté aucune… Ils aiment leur quelques esclaves, d’anciens prisonniers
prochain comme eux-mêmes et leur façon de de guerre.
parler est la plus douce du monde, toujours Leurs dieux sont représentés par les zemes,
aimablement et avec le sourire… » des statuettes en bois ou en pierre, des
Peuple tranquille, habitué à une vie calme amulettes et des masques. Le dieu suprême
et douce, les Arawak s’établissent près des Yocahùma et son double féminin étaient
côtes et des rivières. Leur civilisation est identifiés au soleil et à la lune, associés à
l’une des plus développées des Antilles et se la création de la race humaine. Des divinités
caractérise par des expressions culturelles et annexes complètent ce panthéon.
technologiques singulièrement avancées. Elle On ne possède aujourd’hui que peu de traces
exercera beaucoup d’influence sur les autres de cette civilisation Arawak, seulement
civilisations des Antilles. Cependant, ils ne quelques poteries et pétroglyphes. En
connaissent pas la roue et ne possèdent pas revanche, ils nous ont légué certaines
techd’écriture. Ils vivent de chasse, de pêche, de niques de pêche et d’agriculture, et surtout
cueillette et d’une agriculture sur brûlis qu’ils un vocabulaire riche et spécifique.DÉCOUVERTE
HISTOIRE 33
Amateurs de tabac, quand vous paressez dans Et Christophe Colomb arrive
un hamac, sachez que c’est aux Indiens que C’est le 4 mai 1494, au cours de son second
vous le devez ; les mots maïs, ouragan ou voyage vers les Indes, que le grand amiral
canoë, cannibale, barbecue, iguane, maracas pose le pied sur la côte Nord de cette île vaste
ou goyave nous viennent également en droite et encore primitive, dans l’actuelle Discovery
ligne des Arawak. Bay ou baie de la Découverte.
Chronologie
w 1494. Christophe Colomb et son équipage posent le pied en Jamaïque, et deviennent
les premiers Européns à découvrir cette île.
w 1509. Les Espagnols s’adjugent l’île. Une grande partie de la population indigène, les
Arawaks, meurt des maladies importées par les Européens et des mauvais traitements.
w 1517. Les premiers esclaves noirs arrivent avec les bateaux espagnols.
w 1595. Première attaques des Anglais qui veulent s’approprier la colonie.
w 1655. Débarquement de 40 vaisseaux et 10 000 hommes envoyés par la couronne
britannique.
w 1670. Le traité de Madrid fait de l’île une propriété de la Couronne britannique. La
Jamaïque devient la première nation exportatrice de sucre grâce à la main d’œuvre
importée d’Afrique de l’Ouest.
w 1692. Port Royal est ravagé par un tremblement de terre. Spanish Town devient la nouvelle
capitale et les réfugiés de Port Royal fondent, de l’autre côté de la baie, la ville de Kingston.
w 1697. Traité de paix signé avec les Français qui gardent Hispaniola tandis que
l’Angleterre garde la Jamaïque.
w 1739. Création de Mooretown et soumission des Maroon’s en échange de terres
cultivables.
w 1795. Deuxième guerre de rébellion des Maroon’s.
w 1838. Abolition de l’esclavage.
w 1865. La rebellion sanglante de Morant Bay et les lourdes représailles des troupes
anglaises provoquent un débat en Angleterre sur le statut de l’île, qui deviendra une
colonie de la Couronne.
w 1872. La capitale est transférée à Kingston.
w 1930. La grande dépression économique aux Etats-Unis touche profondément
l’économie de l’île.
w 1938. Le PNP (People’s National Party) est fondé par Norman Manley.
w 1962. Indépendance de la Jamaïque. Alexander Bustamante devient Premier ministre.
w 1988. Le cyclone Gilbert ravage une partie du pays.
w 1999. Flambée de crimes dans certains quartiers de Kingston et intervention de l’armée.
w 2004. Le cyclone Yvan traverse l’île et provoque de sérieux dégâts.
w 2008. Bruce Golding porte le JLP (Jamaica Labour Party) au pouvoir.
w 2010. Le parrain de Tivoli Garden (Kingston), soupçonné de trafic d’armes et de drogue,
est extradé vers les Etats-Unis après deux semaines de violences à West Kingston entre
les gangs et l’armée. 73 personnes trouvent la mort.
w 2012. Arrivée au pouvoir du Parti national du peuple, mené par Portia Simpson
Miller. Aux Jeux Olympiques de Londres, le sprinteur Usain Bolt devient le seul athlète
à répéter un doublé 100 m/200 m. En octobre, l’ouragan Sandy frappe la Jamaïque.
w 2015. Visite officielle du Président des Etats-Unis, Barack Obama, ce qui ne s’était
pas produit depuis le passage de Ronald Reagan en 1982 !34 Grandes figures historiques
w Henry Morgan (1635-1688). C’est en tous sens sont les proies toutes désignées des
Irlande dans une famille de petits propriétaires pirates qui n’hésitent pas non plus à s’attaquer
terriens qu’est né en 1635 celui qui allait devenir aux villes coloniales naissantes.
l’un des princes de la flibuste internationale. En 1668, Henry Morgan attaque et pille
Très jeune, il émigre vers les Caraïbes qui lui Porto Bello dans l’isthme de Panamá. En
apparaissent comme une terre d’aventures dépit du traité de Madrid qui met fin aux
bien plus excitante que son Irlande natale. hostilités entre l’Espagne et l’Angleterre, il
Pour survivre, il se loue comme ouvrier agricole s’empare et incendie la ville de Panamá en
dans une plantation de l’île de la Barbade. 1671. L’Angleterre ne pouvant plus fermer
Bientôt, il abandonne le travail de la terre et les yeux sur ses exactions le fait capturer par
erre d’île en île jusqu’à prendre la direction la marine anglaise et juger à Londres. Mais
d’un navire. Avant d’élire la Jamaïque comme il est relaxé et la faute est reportée sur le
quartier général, le capitaine Henry Morgan gouverneur de l’époque. Suprême hypocrisie,
s’est taillé une réputation dans l’île d’Hispaniola. il est nommé gouverneur de la Jamaïque en
L’île de la Tortue, ancien repaire des pirates, 1673 après avoir obtenu son acquittement et
étant trop proche des colonies espagnoles, il sera reconduit dans ses fonctions à la tête
lui préfère Port Royal qui devient très vite la de l’île quatre ans plus tard. C’est donc en
capitale de la piraterie internationale, un grand homme respecté et comblé d’honneurs
centre d’échanges commerciaux et un lieu de qu’Henry Morgan, prince des pirates,
débauche et de plaisirs. Il fonde les Frères de la s’éteint tranquillement en 1688 après une
Côte, réunissant boucaniers, pirates et autres vie mouvementée. Sa tombe sera engloutie
aventuriers dans une confrérie du pillage et de par la mer lors du tremblement de terre qui
la vie hors-la-loi. Sacs et pillages organisés se a détruit plus de la moitié de Port Royal le
succèdent sous l’œil bienveillant des autorités 7 juin 1692.
anglaises qui perçoivent leur dîme au passage. w Alexander Bustamante (1884-1977).
Les galions espagnols chargés d’or, de pierres Syndicaliste jamaïcain et activiste anti-colonial,
précieuses, d’épices et autres richesses qui il fonde le Bustamante Industrial Trade Union
sillonnent les mers du Nouveau Monde en en 1938, après la grande crise économique
de 1930. Il est emprisonné deux ans plus tard
pour ses « activités subversives », mais créé
à sa libération le Jamaïcan Laour Party (JLP)
en 1943 après avoir été membre du People’s
National Party, premier parti politique du pays
fondé par son cousin, Norman Manley. Elu
maire de Kingston en 1947 et 1948 il devient
« chief minister » une sorte de Premier ministre
encore sous le joug anglais en 1953, lorsque le
JLP remporte 22 des 32 sièges à la Chambre
des Représentants. Alors qu’il milite pour
l’indépendance, son cousin et rival politique
demande un référendum sur la question en
1961, soulution qui propulsera Bustamante
Premier ministre du pays proclamée indépendant
en 1962. Il gouvernera jusqu’en 1967, puis c’est
Norman Manley qui lui succèdera à la tête
du pays ! En 1969, il est proclammé « Héros
National de Jamaïque » au même titre que son
cousin pour son action politique.
w Marcus Garvey (1887-1940). Né le
17 août 1887 à Saint Ann Bay, sur la côte Nord,
Marcus Mosiah Garvey est le premier croisé
de la conscience noire, un des leaders les plus
charismatiques de la cause noire. Ses thèses
ont inspiré le plus grand mouvement noir de
Portrait de l’empereur d’éthiopie Hailé Sélassié,
qui inspira les thèses de Marcus Garvey.
© SIR PENGALLAN - ICONOTEC35
Statue de Marcus Garvey, Saint Ann.
tous les temps. Ce mouvement fera des adeptes trouve que peu de soutien à ses idées. Il émigre
dans toutes les Antilles, de la Dominique à la alors aux Etats-Unis, où il va poursuivre sa
Grenade, et dans les communautés noires des lutte. A partir de 1916, il intègre les différentes
Etats-Unis. Quand les tenants du Black Power se étapes de sa philosophie « Back to Africa », par
sont enflammés dans les années 1960, c’est à exemple en développant l’outil de ce retour
partir des idées de ce père spirituel. Les nations au pays, la Black Star Line, une compagnie
africaines émergentes de la seconde moitié du de navigation dont le but est de rapatrier les
siècle comme le Kenya, le Ghana ou le Nigeria Noirs en Afrique. L’aventure de la Black Star
lui doivent beaucoup. Dans les années 1920, Line s’achève assez vite, battue en brèche par
Marcus Garvey met en forme ses théories et le contre-pouvoir blanc et malmenée par des
attire l’attention sur la condition des Noirs à pseudo-malversations financières. Emprisonné
travers le monde. Il croit que la fraternité entre 30 mois aux Etats-Unis en 1924, il est déporté
les hommes peut transcender le mal. Il croit en en Jamaïque, son pays d’origine, en 1927. Il
une culture noire originale, libre et progressiste crée un journal, un syndicat, puis le premier
qui doit fédérer les populations noires à travers parti politique du pays en 1929. Dès son
le monde par-delà les frontières nationales. Il va retour, il prédit le couronnement d’un roi noir
imaginer la doctrine du rapatriement des Noirs en Afrique qui libérera sa race. Cette prophétie
sur la terre de leur origine dans une Afrique sera concrétisée par le couronnement de Hailé
libérée de la tutelle blanche. Travaillant comme Sélassié, empereur d’Ethiopie. Ne pouvant
imprimeur, il crée l’UNIA (Universal Negro faire entendre sa voix sur la scène politique,
Improvement Association), dont l’objectif est il émigre à Londres en 1935 où il meurt en
d’améliorer le statut de la race noire. De 1912 à 1940 dans l’indifférence générale. Plus tard,
1914, il sillonne les Caraïbes et l’Amérique son corps sera ramené en Jamaïque pour y
centrale et stimule la lutte des Noirs. Bientôt, être enterré en grande pompe et y devenir, à
la Jamaïque est trop petite pour lui : il n’y titre posthume, un héros national.
© JAMAICA TOURIST BOARD36 HISTOIRE
L’accueil de la population arawak est légè- Bien au contraire, son absence arrange la Cour
et on l’oublie volontairement sur la terre des rement hostile lors de cette toute première
rivières et des forêts pour mieux organiser la rencontre. Quelques flèches sont lancées
colonisation des nouvelles terres du royaume depuis les canoës en direction des arrivants
d’Espagne et les conquêtes à venir. Ses appels mais les canons et les chiens espagnols,
au secours restent lettre morte et ne reçoivent faisant quelques victimes, ont vite raison
plus le moindre écho.de cette résistance plutôt symbolique. C’est
Ce n’est qu’un an plus tard que les émissaires au nom des souverains catholiques que
Diego Mendez et Bartolomé Freschi, que Christophe Colomb prend possession de
Christophe Colomb a envoyés à Hispaniola l’île qu’il baptise Santiago. Dès le lendemain,
depuis la Jamaïque, peuvent organiser une les Arawak viennent apporter présents et
expédition de secours. Le 29 juin 1504, nourriture en gage d’amitié. Après une brève
Christophe Colomb quitte enfin les rives de reconnaissance, les caravelles espagnoles
la Jamaïque, au terme d’une retraite bien repartent, non sans avoir débarqué quelques
involontaire, et reprend la mer pour rejoindre hommes chargés de fonder le premier
établisHispaniola. Il repart enfin pour l’Espagne sement espagnol. C’est Puerto Seco, le port
en septembre 1504, mais ne reviendra sec, qui voit le jour dans cette baie de la
plus jamais dans ce Nouveau Monde qu’il côte Nord, éloignée de toute source d’eau
a découvert.douce. Le 9 mai, la flotte fait route vers le
golfe du Bon Temps, aujourd’hui Montego Une île sans or
Bay. Après avoir réalisé un repérage rapide
Aux termes des accords passés avec les de la côte Nord, Christophe Colomb repart
souverains d’Espagne, l’île est concédée à la vers Cuba. Il fera encore une reconnaissance
famille Colomb au titre de propriété person-rapide de la côte sud de Santiago, sur le
nelle en 1504. A la mort de l’amiral en 1506, chemin du retour vers l’Europe qu’il regagne
c’est son fils Diego Colomb qui en hérite avec pour y préparer de nouveaux voyages. De
le titre de marquis de Jamaïque. Mais si l’eau
retour en Espagne, il oublie la terre des forêts douce abonde en Jamaïque, l’or tant convoité
et des rivières. n’est pas au rendez-vous. Leurs espoirs déçus,
les colonisateurs espagnols vont très vite se La terre de la retraite involontaire
désintéresser de l’île pour se tourner vers les de Colomb
contrées plus riches de l’Amérique du Sud.
Christophe Colomb ne reviendra dans l’île La Jamaïque est abandonnée à quelques
que neuf années plus tard, au cours d’un familles nobles qui s’établissent à Río Bueno
voyage de retour vers l’Europe, contraint dans le premier établissement colonial de l’île.
de s’arrêter à cause des avaries subies par Les Espagnols ne s’installent vraiment en
ses caravelles ; vermoulues, rongées par les Jamaïque qu’à partir de 1509, quand Juan de
vers, celles-ci ont été abandonnées au fur et Esquivel, ancien compagnon du grand amiral
à mesure du voyage. L’une d’elles est restée installé dans l’île voisine d’Hispaniola, est
à Panamá, une autre a dû être abandonnée nommé gouverneur de la Jamaïque par le fils
à Hispaniola. Celles qui restent ne sont pas de Colomb. Il établit la colonie espagnole de
en état de retraverser l’océan Atlantique. Sevilla Nueva, non loin des premiers
établisLe grand amiral ne pouvant atteindre sements de Río Bueno. La maigre colonie ne
Hispaniola pour cause de gros temps doit compte qu’un fortin, un château, et une église.
s’arrêter en Jamaïque où il débarque en L’insalubrité du climat de cette région côtière
compagnie d’une centaine d’hommes d’équi- marécageuse et l’absence d’or poussent les
page, de son fils Ferdinand et de son frère Espagnols vers l’intérieur de l’île, le long du
Bartolomé. Il restera un an, de juin 1503 à Río Cobre, plus au sud.
juin 1504, dans la baie de Saint Ann, quelques Délaissant la côte, ils fondent en 1534 la
kilomètres à l’est de Puerto Seco. C’est la capitale de l’île, Santiago de la Vega,
plus longue étape jamais effectuée au cours aujourd’hui Spanish Town, dans une plaine
des voyages de Christophe Colomb. A cette protégée de la mer et à proximité de ports
époque, il a épuisé son crédit auprès de l’admi- naturels, non loin de l’actuel Kingston. Une
nistration espagnole et n’est plus en grâce quinzaine d’années plus tard, la modeste
auprès des souverains. Personne ne se hâte capitale compte cinq cents maisons,
de venir le récupérer sur ces côtes lointaines six églises et un monastère franciscain dont
où il s’est échoué. rien ne subsiste aujourd’hui.DÉCOUVERTE
HISTOIRE 37
Malgré les bras indigènes mis à contribution européenne qui fournira la première
mainpour l’orpaillage, les Espagnols ne trouvent d’œuvre en remplacement des Amérindiens.
toujours pas l’or âprement recherché. Les Le planteur ne les paie pas, mais s’engage à
colons vont donc se désintéresser très leur fournir au terme d’un contrat de trois à
vite de cette colonie sans ressources. Les cinq ans un bout de terre sur lequel ils peuvent
centres d’intérêt économiques et politiques s’établir librement. Parmi cette population
se déplacent vers le continent américain. L’île d’indésirables, beaucoup viendront grossir
les rangs de la flibuste internationale qui devient une colonie agricole de second ordre
commence à voir le jour entre les îles du où on élève du gros et petit bétail (bovins et
porcins), on y développe quelques cultures Nouveau Monde.
de base telles la canne à sucre et les patates Les Hollandais, commerçants chevronnés,
douces. Les exploitations des colons ont organisent la traite des Noirs depuis les côtes
remplacé les fermes des Indiens détruites de l’Afrique de l’Ouest, de l’actuel Sénégal à
pendant que la population indigène est enrôlée l’Angola, marquant le début de l’ère
esclavagiste et du commerce triangulaire, de l’Afrique pour travailler au service des colonisateurs.
vers les Caraïbes avec des esclaves, des Mais la Jamaïque n’est pas une colonie
Caraïbes vers l’Europe avec du sucre et de prospère. Rien n’est fait pour développer
les ressources de l’île. Le choix de Cuba, sa l’Europe vers l’Afrique et les Caraïbes avec
voisine, comme principale escale de la flotte des biens de consommation.
espagnole, précipite l’abandon de la Jamaïque Plus tard, les Anglais prennent le relais dans
la traite des Noirs, important des esclaves qui était jusqu’alors un relais important sur la
des tribus Coromantes, Eboe, Mandingos, route de Veracruz. L’île n’est bientôt plus qu’une
Fanti et Ashanti des côtes Ouest de l’Afrique base arrière pour la conquête du continent
et des tribus Ibo et Yoruba des territoires américain, une halte de ravitaillement et
correspondant aujourd’hui au Nigeria. La d’approvisionnement pour les navires sur la
Jamaïque est la première escale sur la route route de contrées plus riches de promesses.
des bateaux chargés d’esclaves africains. On Entre-temps, c’est-à-dire en une cinquantaine
y débarque en priorité les individus indisci-d’années, la population indigène Arawak a
plinés les plus insoumis, des fortes têtes qui disparu. Les Indiens ont été décimés par
animeront rébellions et révoltes.dizaines de milliers, morts d’épuisement sous
les mauvais traitements des colonisateurs ou
Le lot de consolation anéantis par des maladies inconnues venues
des Anglaisd’Europe (variole, tétanos ou fièvre typhoïde).
D’autres encore ont préféré le suicide à la Un siècle durant, l’île connaît une existence
tutelle des colons. Les lois protégeant les sans histoire, une vie coloniale réduite à
Indiens adoptées en 1542 par l’administration quelques exploitations agricoles et à l’arrivée
espagnole sous la pression du dominicain de la main-d’œuvre africaine. Seuls les raids
Bartolomé de las Casas sont arrivées trop tard. des pirates, basés dans l’île de la Tortue au
En 1611, un rapport envoyé au roi d’Espagne large d’Hispaniola, dans les grandes
exploifait état de 74 Indiens en vie dans l’île. Il faut tations agricoles animent cette vie
tranquilleedonc remplacer cette main-d’œuvre corvéable ment provinciale. Au début du XVII siècle, la
à merci et si peu coûteuse. Jamaïque ne compte que quelque 3 000 âmes.
La vie sociale et politique est quasi inexistante,
Les esclaves noirs remplacent la colonie est trop loin de l’Espagne pour avoir
les esclaves amérindiens un poids quelconque dans les décisions du
Les exploitations agricoles se développent, gouvernement. Loin des territoires riches en
exigeant une main-d’œuvre abondante et promesses d’or du continent américain, la
capable de travailler dur dans des conditions Jamaïque vit au ralenti, oubliée des
souveclimatiques tropicales. rains espagnols, presque autonome. Les
L’esclavage est déjà pratiqué en Espagne querelles entre l’Eglise et les gouverneurs
edepuis le XV siècle. C’est donc de la péninsule successifs ainsi que les attaques répétées
Ibérique que débarqueront les premiers des pirates affaiblissent petit à petit l’autorité
esclaves destinés aux mines en 1517. Ils de l’administration espagnole. Dans le même
sont bien évidemment trop peu nombreux pour temps, les rivalités européennes s’étendent
répondre aux besoins croissants des colons. progressivement aux terres lointaines du
A défaut d’esclaves, c’est la lie de la société Nouveau Monde.38 HISTOIRE
Les premiers bateaux français pénètrent dans quitter l’île au plus vite. Ne pouvant
qu’obtemles Caraïbes en 1506. Les colons espagnols de pérer, ils abandonnent la ville aux Anglais et
Jamaïque repoussent deux navires français loin s’enfuient vers le nord dans le but de rejoindre
de leurs côtes en 1556. Cuba ou l’Amérique centrale après avoir détruit
L’histoire s’accélère quand les Anglais, saisis à ce qu’ils ne peuvent emporter. Nombre d’entre
leur tour par la fièvre colonisatrice qui consume eux libèrent leurs esclaves et les encouragent
l’Europe du Sud, décident de participer à l’aven- à gagner les terres sauvages du centre et du
ture. En 1596, la première attaque anglaise est nord de l’île d’où ils pourront mener une guerre
menée par l’aventurier Anthony Shirley ; puis en d’usure contre les occupants britanniques en
1603, 1640 et 1643, l’île doit faire face à trois attendant l’aide d’une armée espagnole. Les
raids anglais sans conséquences. colons espagnols comptent bien revenir avec
Mais la suprématie des Espagnols et leur domi- des renforts pour reconquérir leur île.
nation commerciale suscitent des jalousies C’est donc dans une ville vide que les Anglais
chez ses voisins. Dès la seconde moitié du arrivent triomphants ; frustrés de leur victoire,
eXVII siècle, l’Anglais Oliver Cromwell décide découvrant une ville désertée, ils détruisent tout
de rafler quelques territoires aux Espagnols et dans une rage vengeresse, brûlant les églises,
conçoit le plan Western Design destiné à briser dévastant les maisons, pillant les commerces,
le monopole commercial de l’Espagne dans le fondant les cloches…
Nouveau Monde et à agrandir les possessions Cependant, quelques Espagnols sont restés,
britanniques. tentant de résister à l’envahisseur en menant
La riche Hispaniola est la première cible de leur propre guérilla depuis les montagnes où ils
la flotte anglaise partie de Portsmouth en se sont réfugiés, sous la bannière du général
décembre 1654 et conduite par l’amiral William Cristóbal Arnaldo de Ysassi, le dernier
gouverPenn, le père du futur créateur de la Pennsylvanie, neur espagnol de l’île.
et le général Robert Venables, ancien gouverneur Les autres colonies espagnoles envoient
de Liverpool. Les deux hommes ne s’entendent quelques renforts depuis le Mexique et Cuba. Ils
guère. Leurs relations sont décrites par l’historien essuient deux défaites successives, à Ocho Rios
Germán Arciniegas : « Penn souriait chaque fois en 1657 et à Río Bueno – la plus grosse bataille
que Venables commettait une bévue et Venables militaire de l’histoire de l’île – en juin 1658 contre
commettait une bévue chaque fois qu’il donnait le colonel anglais d’Oyley. Le général espagnol
un ordre… » Commandement déficient, armée Ysassi résistera encore pendant deux années
hétéroclite composée de bric et de broc, soldats d’une guerre inégale et sans espoir pour finir par
mal équipés et peu entraînés, l’échec de l’attaque se réfugier à Cuba avec ses maigres troupes.
d’Hispaniola est total. En 1670, le traité de Madrid met fin à l’opposition
Malgré la supériorité numérique des Anglais, les entre les deux camps et consacre officiellement
Espagnols défendent becs et ongles leur propriété la victoire des Anglais. Un traité de paix qui ne
et, en avril 1655, les Anglais déplorent la perte met pas pour autant fin à la guerre… D’Oyley
de mille hommes. Il ne reste plus aux troupes sera le premier d’une série d’une soixantaine
britanniques sévèrement éprouvées qu’à capituler de gouverneurs britanniques.
et à se replier devant la suprématie espagnole. Entre-temps, les Anglais ont détruit tout ce
Mais il faut sauver la face. Les côtes jamaïcaines qui, de près ou de loin, rappelle la présence
toutes proches offrent une retraite commode espagnole, et seuls quelques noms de lieux
et vont apaiser les convoitises et les rancœurs survivent à cette haine destructrice.
anglaises. La Jamaïque, peu peuplée, oubliée
Les Français mis à l’écartdes politiques et des militaires, peu défendue
Le 19 juillet 1694, une flotte conduite par et mal armée, fera l’affaire des Anglais décidés
à prendre leur revanche. l’amiral Jean Ducasse, gouverneur de Haïti,
débarque sur les côtes Nord et Est de la
Les Anglais débarquent Jamaïque, un morceau de choix sur
l’échiLe 10 mai 1655, une quarantaine de vaisseaux et quier caraïbe. Les espoirs expansionnistes
quelque 10 000 hommes débarquent à Caaguaya des Français seront vite anéantis. Ils se retirent
(Passage Fort), le port de Santiago de la Vega rapidement de l’île, après avoir raflé un millier
(Spanish Town), dans la baie de l’actuel port de d’esclaves et laissant une cinquantaine de
Kingston. L’expédition marche vers Santiago de plantations dévastées pour toute trace de leur
la Vega, la capitale. Surpris par cette attaque, les incursion peu glorieuse. En 1697, le traité de
Espagnols ne se défendent même pas. Ryswick signé entre la France et l’Espagne
Acculés, ils capitulent rapidement et acceptent officialise la présence française à Hispaniola
la reddition le 11 mai ; ils sont sommés de et les Français satisfaits oublient la Jamaïque.DÉCOUVERTE
HISTOIRE 39
600 ha de terre dans la région du Río Grande Les Marrons de la colère
où ils établissent Mooretown. Par ce traité, ils A peine le temps de signer un traité de paix,
doivent refuser leur aide aux esclaves évadés qu’il faut reprendre les armes ! En effet, un
et aider à leur capture. Cudjoe est nommé autre conflit, plus insidieux, commence et
commandant à Trelawny Town. Son statut lui opposera colonisateurs anglais et anciens
accorde le pouvoir juridique sur tout délit sauf esclaves pendant près d’un siècle. Libérés
ceux méritant la peine capitale. Deux émis-par leurs maîtres espagnols, ces esclaves se
saires des autorités sont délégués pour vivre sont concentrés à l’intérieur du pays dans le
avec la communauté et veiller au maintien Cockpit Country et sur les contreforts nord des
de l’entente. Un traité identique sera signé Blue Mountains. On les appelle les Maroon, de
avec Quao, le chef des Marrons de l’est dans l’espagnol cimmarón, sauvage indompté, que
les Blue Mountains. Les traités marquent le la langue française transforme en Marron. De
début d’une période de cinquante années de leurs montagnes, ils harcèlent sans relâche les
paix, durant lesquelles Accompong et Johnny, Anglais, organisant des raids sur les plantations,
les deux frères de Cudjoe et ses lieutenants brûlant les champs, volant le bétail et le matériel
pendant la guerre, lui succèdent au poste de et détruisant le reste avant de disparaître
commandant. Au cours de ces périodes de rébel-sous le couvert d’une végétation inextricable.
lions apparaissent les premières bases d’une D’autres esclaves en fuite les rejoignent dans
culture de résistance en marge de la culture ces montagnes difficiles d’accès. Petit à petit,
colonialiste ; religions, croyances, langues, les rangs des Marrons grossissent de même que
musiques, rythmes, fusionnent pour donner leur confiance en eux. Leur quartier général est
naissance au patois, au vaudou, à la musique Nanny Town, un village bien protégé au nord-est
traditionnelle jamaïcaine, premiers fondements de Blue Mountain Peak. La reine Nanny est l’une
d’une identité commune.des âmes de la rébellion. Les Anglais humiliés
Aujourd’hui encore, les descendants des Marrons ne contrôlent plus la situation et importent des
vivent dans les villages libres de l’intérieur de chiens de chasse pour débusquer les rebelles
l’île et bénéficient d’un statut particulier dont dans leur retraite.
el’origine remonte au XVIII siècle.En 1663, les Marrons dédaignent la liberté et
les terres qu’on leur offre contre leur reddition.
Quand les pirates font la loiN’accordant aucune confiance aux
négociaL’Amérique est la terre de toutes les richesses. teurs, les Marrons refusent et continuent à
Les colonies qui produisent du sucre, du tabac consolider leurs troupes.
ou de l’indigo, et la mer des Caraïbes, désormais En 1690, les esclaves de Clarendon, issus de
très fréquentée, où circulent des navires aux la tribu guerrière africaine des Coromantes, se
panses remplies de trésors, ne peuvent qu’attirer révoltent, rejoignent les Marrons et mènent,
les représentants de la flibuste et de la piraterie avec le général Cudjoe à leur tête, ce qui
internationale.reste connu comme la première guerre des
eMarrons. Familiarisés avec la forêt et ses Dès le milieu du XVI siècle, avec le
développement des premières colonies, la grande pistes impénétrables, les Marrons évitent
tradition de la piraterie prend forme. Ce sont la guerre ouverte et favorisent la guérilla,
généralement des aventuriers français, anglais une guerre d’usure contre les planteurs et le
et hollandais, arrivés avec les premiers colons pouvoir en place. D’embuscades en
escardans les îles, notamment à Hispaniola, qui mouches, les Marrons usent la résistance
des forces officielles. après avoir vécu de l’élevage et du commerce
de viande ou avoir travaillé sous contrat dans Les Anglais aidés d’Indiens et guidés par les
les plantations, ont préféré se tourner vers des chiens de chasse finissent par soumettre
activités plus lucratives, mais moins légales. Le les anciens esclaves au terme de la bataille
quartier général de ces aventuriers se trouve de Nanny Town, remportée par les forces
anglaises en 1734. La ville est détruite et dans l’île de la Tortue au nord-est d’Hispaniola.
nombre d’entre eux choisissent le suicide L’administration espagnole n’est pas tendre
avec eux, c’est pourquoi, abandonnant leur plutôt que le retour à la captivité. Aujourd’hui,
ancien repaire, beaucoup d’entre eux élisent la le site est toujours hanté par les esprits des
Jamaïque comme nouvelle base stratégique pour valeureux guerriers qui ont péri dans la bataille.
écumer le nouvel espace maritime des Caraïbes.
La création de Mooretown La côte Nord est idéalement placée sur la route
er des galions espagnols, et Port Royal relié à la Le 1 mars 1739, un traité est signé entre
Cudjoe et le colonel Guthrie, au terme duquel terre par un mince cordon littoral, voisin de la
les Marrons se soumettent en échange de capitale, assure une retraite bien protégée.40 HISTOIRE
gnons, emprisonnant et faisant pendre ceux Le royaume des pirates
qui n’acceptent pas de prendre leur retraite. Les Port Royal va se développer pour devenir la ville
plus connus ont pour nom Black Beard (Barbe la plus corrompue des Caraïbes – la plus riche
Noire) – de son vrai nom Edward Teach – ou Jack aussi – et la capitale de la piraterie caraïbe, sous
Rackham, dit Calico Jack parce qu’il portait des l’œil complaisant des colons et de
l’administrasous-vêtements d’indienne, qui finira sur le gibet.tion anglaise qui savent leur île mal protégée
Port Royal, désormais débarrassé de sa des agressions extérieures et leurs plantations
population dévoyée, compte 6 500 âmes dont mal défendues contre les Marrons. Les pirates,
2 500 esclaves africains. La ville, connue comme anglais il va de soi, sont tolérés, voire bienvenus,
la « Sodome des Caraïbes », mène la vie prospère à condition qu’ils portent leurs attaques contre
et décadente d’un port négrier jusqu’à son les ennemis jurés, les Espagnols, et qu’à
l’occaengloutissement par la mer lors du tremblement sion ils revendent ou partagent les revenus de
de terre de 1692. Châtiment divin ou simple leurs rapines. Leurs activités vont connaître des
catastrophe naturelle ? Leur capitale disparue périodes plus ou moins fastes selon les
disposiet leur organisation démantelée, les pirates tions de la Couronne anglaise et des gouverneurs
reprennent leur errance vers d’autres latitudes successifs. Sous l’égide de Henry Morgan, ils
et partent écumer d’autres mers…fondent la confrérie des Frères de la Côte pour
renforcer leurs rangs face aux autres nations.
L’ère des plantationsPort Royal sera nettoyé de cette engeance en
Le mercantilisme triomphe grâce à la 1664 à l’initiative du gouverneur de l’époque,
production coloniale, la transformation du sir Thomas Modyford. Les pirates retournent
sucre, les échanges commerciaux, la traite sur l’île de la Tortue, mais n’en continuent pas
des Noirs et l’ensemble du système escla-moins à attaquer les navires et les plantations.
vagiste. La Jamaïque va suivre l’exemple Mais le gouverneur mis au courant des visées
tout proche de la Barbade où le sucre est hollandaises sur l’île demande l’aide des pirates
eroi. Dès le XVII siècle, il devient le pilier de anglais. Henry Morgan prend la tête de cette
l’économie jamaïcaine. Le cacao, l’indigo – armée peu régulière. Le danger écarté, les
on en comptera jusqu’à 40 plantations – et pirates regagnent Port Royal et reprennent
le tabac sont aussi des cultures prospères leurs lucratives activités, versant désormais une
mais nettement moins profitables que la commission officielle aux politiciens jamaïcains.
canne. Le développement des plantations A la demande du roi d’Angleterre qui ne voit pas
est encouragé par l’administration anglaise d’un bon œil cette officialisation du trafic, les
pirates prennent leur retraite, se tournant vers et de solides fortunes s’accumulent sous les
tropiques. Le commerce se développe et, l’élevage et l’agriculture.
pour le soutenir, on importe de plus en plus
La bataille de Panamá d’esclaves des côtes occidentales de l’Afrique.
Les pirates rentrent à nouveau en scène en Dès 1672, le trafic négrier est organisé avec
1670, quand Henry Morgan est encore une fois la création de la Royal African Company.
Des milliers de captifs africains traversent appelé à la rescousse avec le titre d’amiral et
l’Atlantique dans des navires où l’hygiène est si commandant en chef de tous les navires de
guerre appartenant à l’île. La ville de Panamá mauvaise que le taux de mortalité atteint plus
est cette fois la cible des Anglais. Cette cité de 35 % pendant la traversée. D’immenses
prospère et bien développée est la tête de exploitations agricoles sont constituées aux
pont des Espagnols sur l’Amérique continen- dépens des petites plantations qui ne peuvent
réunir les capitaux nécessaires à la concur-tale. Morgan et ses hommes prennent la ville
par surprise, mais l’incendient par erreur en rence. En 1673, on dénombre 57 plantations,
célébrant leur victoire. Le retour des pirates à soixante-six ans plus tard, on en comptera
Port Royal est triomphal. Mais le traité de Madrid 430. La Jamaïque devient la première colonie
qui établit la paix entre les belligérants est signé sucrière de l’Angleterre et le premier
producen juin juste avant l’attaque de Panamá, ce que teur mondial de sucre. C’est aussi grâce au
ne pouvait ignorer le gouverneur. Ce dernier sucre que les colonies anglaises des Antilles
est rappelé à Londres, jugé et emprisonné, et, détiennent un pouvoir considérable sur la
ironie de l’histoire, c’est Henry Morgan qui va Couronne britannique.
hériter de ses fonctions, devenant gouverneur La plantation est un véritable village quasiment
de l’île en 1673. autosuffisant et auto-administré. Tandis que
Passé de l’autre côté du miroir, l’ancien pirate les gestionnaires travaillent dans les bureaux,
prend son nouveau rôle très au sérieux. Il pour- les esclaves sont majoritairement employés
chasse impitoyablement ses anciens compa- dans les champs de canne qui s’étendent à DÉCOUVERTE
HISTOIRE 41
perte de vue, sous le fouet du superviseur. L’abolition
D’autres esclaves font tourner le moulin, le En 1760, désemparé devant la plus sérieuse
bouilloir à sucre, d’autres enfin, plus chanceux, des révoltes d’esclaves, le gouvernement
sont domestiques dans la greathouse. La demande l’aide des Marrons pour mater
punition et le châtiment corporel sont leur l’insurrection. Partie de Port Maria dans la
lot quotidien car ils sont considérés comme paroisse de Saint Mary, la rébellion est menée
une propriété du planteur. Les étables et par Tacky, un ancien chef africain originaire
les écuries regorgent de bétail ; forges et du Ghana. Après avoir pillé un dépôt d’armes,
ateliers fournissent les pièces nécessaires il encourage les esclaves des plantations à la
aux machines. Les logements des esclaves révolte qui gagne bientôt tout le pays avant de
sont bâtis à proximité. Ils ont la jouissance s’achever avec la mort de Tacky et le suicide
de petits lopins de terre sur lesquels ils font collectif de la bande d’insurgés.
pousser des pommes de terre ou des bananes
plantain qu’ils vendent au marché dominical, Les Marrons de la colère II
épargnant un peu pour racheter leur liberté La Révolution française et ses idéaux libéraux,
au planteur. la révolte des esclaves haïtiens – la plus
importante rébellion d’esclaves que le monde Les esclaves majoritaires sur l’île
ait connue et qui se soldera par l’indépen-Les greathouses, les maisons des maîtres,
dance d’Haïti en 1804 – et le développement sont construites à l’écart de l’effervescence
du mouvement antiesclavagiste en Grande-de la plantation, sur une colline bénéficiant
Bretagne sont autant de ferments qui font des vents frais tout en permettant une
surveiléclater en 1795 une deuxième guerre des lance plus facile. Mais ces demeures sont
Marrons, soutenue selon certaines sources rarement habitées ; dès que l’exploitation
par des agents français. La révolte démarre est lancée, le propriétaire s’installe en ville
dans la paroisse de Trelawny à Montego Bay, où la vie sociale est plus intéressante. Pour
où deux voleurs de cochons ont été flagellés. beaucoup, la Jamaïque n’est qu’une étape. Les
L’incident heurte la fierté des Marrons qui planteurs anglais sont pour la plupart venus
appellent à la vengeance. Alarmés, les magis-attirés par les gains faciles, et non pour s’y
trats demandent des troupes en renfort de établir définitivement. Une fois l’exploitation
la milice locale, aggravant l’agitation. Le mise en route, et fortune faite, les régisseurs
nouveau gouverneur de la Jamaïque, le comte administrent la propriété des Anglais
quelquede Balcarres, vétéran de la guerre d’indé-fois repartis en Angleterre ; les plantations
pendance américaine, est un partisan de la changent souvent de mains.
manière forte. Il fait appliquer la loi martiale, L’esclavage a déterminé la réussite
éconoprend la tête des troupes, établissant son mique de l’île. En 1764, la Jamaïque compte
quartier général à Montego Bay. Trelawny 166 000 âmes dont 144 000 esclaves. Dès
Town, une enclave marron, est détruite, l’arrivée des navires chargés d’esclaves, des
mais les troupes anglaises tombent dans annonces apparaissent dans la presse locale.
une embuscade et sont décimées. La révolte Les planteurs les achètent en groupe ou à
des Marrons se propage dans tout le pays. l’unité lors de ventes aux enchères, mais on
Pendant cinq mois, les insurgés sont traqués veille à désunir familles et tribus, pour éviter
sans répit. A cet effet, une centaine de chiens la création de clans au sein des plantations.
sont importés de Cuba pour débusquer les Le bétail humain est marqué au fer du chiffre
rebelles dans leurs repaires de l’impénétrable du nouveau propriétaire et acheminé vers la
Cockpit Country. Suit une deuxième reddition plantation. On estime qu’un tiers d’entre eux
des insurgés marrons. 600 d’entre eux sont mourrait durant les trois premières années.
déportés vers la Nouvelle-Ecosse, puis vers Les esclaves sont divisés en équipes, des
la Sierra Leone. Les troupes britanniques plus forts et résistants occupés aux champs
et à la production de sucre aux plus faibles occupent le village de Trelawny et la menace
marron est définitivement éradiquée.chargés de la nourriture des animaux et du
Mais les idées libérales avancent inélucta-désherbage. Les plus chanceux sont dirigés
blement et le leader abolitionniste William vers la maison où ils seront domestiques. Le
Wilberforce, membre de la Chambre des dimanche est traditionnellement jour de repos.
communes, milite sans relâche pour l’aboli-Au bout de quelques années, des esclaves
peuvent acheter leur liberté ou sont émancipés tion. A l’inverse de l’abolition à la française,
par leur maître ; ils constituent la caste des l’abolition anglaise de l’esclavage sera
Noirs libres. progressive.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.