1977

Publié par

CENTRE NATIONAL D 'ETUDE S SPATIALES TOULOUSE, le - 7 JUIN 1977
CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE
UN EXEMPLE D'ANALYSE DE CLICHES
D'O.VmN.Im :
L 'ETUDE DES PHOTOGRAPHIES DE
MC MINNVILLE (USA)
Claude POHER INTRODUCTION
En juin 1950, un article parut dans un journal local de Mc MINNVILLE
(dans l'état de l'OREGON aux U.S.A.). Il relatait l'observation faite en
plein jour par un couple de fermiers de la région : il s'agissait d'un
objet volant discoPda1 que les témoins avaient non seulement observé mais
aussi photographié A 2 reprises. Les photos étaient publiées. Ces photogra-
phies parurent ensuite dans le magazine LIFE le 26 juin 1950 et dans
beaucoup d'autres journaux et revues spécialisés sur les O.V.N.I.
L'étude scientifique de cette observation n'a cependant jamais été entreprise
avant qu'elle fut abordée par la Commission CONDON en 1966. annexe 1
rappelle les circonstances de la mise en place de cette ~omrnission).
Elle y fut confiée au Professeur William K. HARTMAN, Docteur es Sciences
(~stronomie), Professeur Assistant au Laboratoire Lunaire et Planétaire de
l'université d'ARIZONA, consultant de la Cie NORTH AMERICAN AVIATION pour
le Projet "LESA" de la NASA et membre du groupe des Sciences Géophysiques
pour le Programme Post Apoll0,Sa spécialité est la photoanalyse Lunaire
et Planétaire (il a exercé A MEXICO, HAWAI et en ARIZONA).
On trouvera en annexe 2 la traduction compléte de son rapport d'analyse,
tel qu'il fut publié dans le rapport final ...
Voir plus Voir moins
CENTRENATIONALD'  SPATIALESETUDE S CENTRE SPATIALDETOULOUSE
TOULOUSE,
UNEXEMPLE D'ANALYSEDECLICHES
L'  PHOTOGRAPHIES DEETUDE DES MC(USA)
C l a u d e POHER
1977
I N T R O D U C T I O N
En juin 1950, un article parut dans un journal de Mc (dans l'état de U.S.A.).relatait faite en plein jour par un couple de la région il s'agissait objet volant que les témoins avaient non seulement observé mais aussi photographié2 photogra étaient publiées. Cesreprises. photos-phies parurent ensuite le magazine LIFE le 26 juin 1950 et beaucoup d'autres journaux et revues spécialisés sur les O.V.N.I. scientifique de cette observation cependant jamais été entreprise avant fut abordée par la Commission en 1966. 1 rappelle les circonstances de mise en place de cette Elle fut confiée au Professeur WilliamK.Docteur es Sciences Professeur Assistant Laboratoire Lunaire et Planétaire de l'université d'ARIZONA, consultant de la Cie NORTH AVIATION pour le Projet de la NASA et membre du groupe des Sciences Géophysiques pour le Programme Post spécialité est la photoanalyse Lunaire et a exercé MEXICO, HAWAI etenARIZONA). Ontrouvera en annexe2la traduction compléte de son rapport tel fut publié dans le rapport final de la Commission (pages 396 A 407 dede l'édition En 1974, dans une lettre intitulée Philipp KLASS et Robert SHEAFFER, sans entreprendre une étude trés approfondie des les résultats de HARTMANNAun gras) un surdéfaut (ou l'objectif et une falsification des témoins. Plus récemment,unspécialiste de des clichés photographiques Bruce S. MACCABEE, reprit des négatifs en incluant une étude de la diffusion due est une traduction du Rapport correspondant. On pourra constater,Alecture de ces résultats de recherche, combien l'analyse de clichés est délicate. Néanmoins, paraît difficile de ne pas partager les conclusions identiques de HARTMANN et de MACCABEE qui, après un effort considérable, arrivent trés prudemment (mais avec un très haut degré de confiance)às  plugotohparé éitiatirdque phe kilométre de distance et quelques dizaines de mètres de repris personnellement cette analyse récemment et conclu avec une très haute probabilité que les témoins avaient photographié une petite maquette faite en untranslucide et suspendue parunfil (invisible sur les clichés) àbless câctri éle .uqseed trouvera analyse dans4. Ceci illustre les difficultés liées l'analyse des clichés diurnes
CONDONn
A N N E X E1 --------- LA COMMISSION DE DU COLORADO DITE
*-En réalité le contrat fut complété par un avenant environanaprès, la somme des deux qui est de 750.000
muos ,si3 elco 1brto19e  d68 Seselr paoptrf nila de l'étude fut l tnemelemret seon cets nsiousclec,sicnee  nq iupta accecieloffia diffus avant lqieu .oi nuplbC  .vInaen loColecte DirSON,ATKWe  l6,96 131e LehS icneR ceehcrde l'armtifique  fitojdAe ruucéxeaurdeu t in Bduire litae reCett socs uo timtnarfae und' mene itér etêuq tiatlus scientifique dupeerdnerl é'utednos idn tienésfiorp mèlbov etnaltertetl c teaDsn.). .S.AO (UORADrtne'd A tiadnamdel neloCoe  le,rdseasticiiaena air amérée de l'ud éLOC evintisre tr'U1 ne uet l rap erisserp almbcon ioe  déeineftsamin rel éaplic  Pubes met ded ecS scneiA seriméinca Ce.teeta tcoi nvaia ttéé rendue nécessaéu retn ieBrO'. ud ednamed al iniona Natseil Conehd ehcrR ce ledar pn  us ar6619ed ea'l uorgd epcaine prir amériral  erDsédieép iqys. ue oEnobctriotd setsA'hpor pour les Laboraisuq,em merb eedeussferohy Pder wdE ruetP .V draé pairig Docr led  euoepted rPjou ecrG nne talp  eremit teetff oOLARODc étd  uOCUniversioque. L'pé ettec A .I.N..V Oes detuj sauni siraca émuqsetificienux Siliep uosriuiv tepdnant deux ans et acir eninoc(tart L Ftre aiavsel  sefiéièr s upade lpar  amé'airf 000.08ca scnar és)eltuot nitta 1966, srancs derpsè7 3.io tep untcot rat.ain  Uallof sr7 edd 05t leêt et prétaiemçnc moavlit arougre  l6,96 1re ehcrehcer ed ep
A N N E X E2 - -- TRADUCTION APEGED S 6 S93A407DU RAPPORTDE LASSMIN IOOMC E x t r a i t du c h a p i t r eIIIEtudes des cas photographiques ( c a s 46 59)
CAS46 MCOREGON 11 mai 1950  InvestigateurHARTMANN
Le 1 rapporta un N.I.O.V.enforme de disque d'aspect métallique. E l l e appela son mari, qui s e munit photo p r i t deux de l ' o b j e t avant d i s p a r a i s s e au INFORMATIONS ANTERIEURES Heure l o c a l e( 3 ) P o s i t i o n approximativement 18k mau Sud-Ouest de-A (7). Nord 06' Ouestl a ferme des TERRAIN Zone r u r a l e a g r i c o l e avec de p e t i t e s c o l l i n e s . Altitude 63 mètres, maisonsAp l u s i e u r s centaines de mètres de METEOROLOGIE Couvert avec un plafondà 2 ,mètres ( par l confirmé photos). e s OBSERVATION, INFORMATION GENERALE L'observation eut l i e u l ' a r r i è r e d'une ferme,àenviron kilomètres au Sud de l a route nationale"Salmon River" 7 ) )99 (-Le premier donnaitA dans cour au Sud demanger l a p i n s l a maison e t du quand l ' o b j e t f u t observé pour l a première (1,2 , l e3, 6) apparemment vers Nord-Est( 6 )-Le second témoin é t a i t , semblet il,dans maisonàce moment, puisque t r o i s des r é c i t s ( 2 , 3,6 ) indiquent que l e témoin l'appela t o u tencourant vers l maison pour a e l f a i r e s o r t i r de c u i s i n e , t a n d i s s e u l r é c i t( 1 )indique " deux e s lé t a i e n t tous deux l ' a r r i è r e cour e t q u ' i l s tous enmême Anoter queHARTMANNaomis de publier bibliographie de c e l a e s cas, l références peuvent cependant ê t r e aisément retrouvées dans l e t e x t e , loin.
Pour autant que le témoin puisse se souvenir, ans plus tard (6). Ses l a p i n s ne r é a g i r e n t en manière p a r t i c u l i è r e . Immédiatement après q u ' i l s a i e n t observé ensemble l ' o b j e t , e t comme é t a i t semble t'il encore dans l a d i r e c t i o n du NordE s t , lentement laçant dés e versils photo p p a r e i lpensèrent l a e u r,2 ,3 ,6).Le second témoin courut vers v o i t u r e , pensant q u ' i l s e t r o u v a i t mais l e premier témoin s e souvint é t a i t dans l a maison e t l ' a p p o r t a ( 1 ,6). Le second témoin p r i t l ' a p p a r e i l qui é t a i t chargé ( l e rouleau de a v a i t é t é acheté pendant l ' h i v e r e t 2 ou3c l i c h é s avaient é t é f a i t s ) Amoment," semblait pointer t nous e vers r r i v a i t al ' o b j e tun peup e t i t vers l e haut. t r è s b r i l l a n t , presque argenté, e t n'y a v a i t n i b r u i t , n i fumée Le second témoin expliqua p r i t première photo, puis ré arma son a p p a r e i l a u s s i rapidement que possible e t , comme l ' o b j e t gagnait de l a v i t e s s e e t t o u r n a i t vers l eN.W.,il edut s rapidement vers déplacersa d r o i t e pour f a i r e l a seconde photo. Les deux c l i c h é s f u r e n t p r i s en t r e n t e secondes estima-t ' i l n témoin référence u t r eSelon une a02) indiqua a v a i t aucune flamme e t ça s e déplaçait assez lentement puis j e p r i s l a première photo. L'objet s e déplaça un peu vers l a gauche e t j e me p o r t a i vers l a d r o i t e pour prendre une a u t r e photo"( 3 ) .Les reproductions 23 e t 24 du montrent l e s deux photos dans l'ordre ou elles furent prises. Durant c e temps, l ' o b j e t s e d é p l a ç a i t assez lentement, peu près en s t a t i o n n a i r e , puis sembla changer simultanément de p o s i t i o n e t d ' a t t i t u d e d'une manière complexe, changeant de d i r e c t i o n e t u s t e avant de s ' e n a l l e r , comme e s t indiqué s u r l a photo ci après Toutefois, l e premier témoin d é c r i v i t" ne tn'ondulait ou pas o u r n a i t sur u s t e une s o r t e de glissementl u i même, jn(2). accéléra lentement pendant ou j u s t e après l a seconde photo puis s'éloigna rapidement vers (2). Le premier témoin courut vers l a maison pour téléphoner s a belle- dehors e v i n t u s t e j temps rmère, de pour voir"s'évanouir progressivementens'éloignant vers
Les témoins décrivirent l'objet comme " r i l l a n t bt r è s-presque argenté"(1); " avec couleur argent ou aluminium, une touche deb r i l l a n t métallique, de bronzeil o r t e avoir une s de superstructurep a r a i s s a i t comme l a c o r o l l e d'un parachute sans s e s câbles e t avec l e s proportions, seulement de couleur argentée b r i l l a n t e , mais avec plus de bronze en dessous c a r l e dessous é t a i t d i f f é r e n t (mais, c e c i é t a n t d i t17ans plus t l a r d , e premier témoin n ' é t a i tsûrque l e dessous a i t é t é plus sombre).... b r i l l a n t mais pas autant qu'un enjoliveur de roue ressemblantun r é s e r v o i r dépoli peint de couleur aluminium l e témoin désigna au rédacteur au cours de 'interview).sacrément beau"(6).
L a r i l l a n t e , b de comme mais l'aluminium,surface r p l u t ô t é f l é c h i s s a n t e , non spéculaire, apparaît ê t r e confirmée par l ' a n a l y s e des photographies ( v o i r plus l o i n ) . a v a i t pas de b r u i t , n i d'échappement v i s i b l e , n i de flammes ou de fumée3,6). Quand s ' i n c l i n a v e r s l e haut, exposant s a f a c e i n f é r i e u r e aux témoins, s e n t i r e n t une r a f a l e de vent a t t r i b u è r e n tA y eut un souffle quand arriva de nos têtes... qui cessa plus t a r dH(2). Au cours de avec Rédacteur, l l e e premier témoin s ' a p e s e n t i tsur remarquer que l a i s a n t point fc e peu vent e capable de vous renversern a n d i s que l e second témoin ( i n t e r r o g é, t parément) remarquaf i tseulement un"t r è s  commençait As(6). En c e qui concerne l e s dimensions, v i t e s s e e t l a d i s t a n c e , témoins f u r e n t hasarder une évaluationnl e second témoin n ' a v a i t pas l a p o s s i b i l i t é de connaître s e s dimensions cependant une des références indique que l e second témoin.a u r a i t estimé diamètre de 6A9 mètresn son apparence t o u t e f o i s(3) e que t e l compara premier pas explicitement s e s dimensions)à de parachute o r o l l eune c En c e qui concerne l ' o r i g i n e de l e second témoin remarqua, a u s s i bien en 1967 1950 q u ' i l pensait q u ' i l s ' a g i s s a i t d'un avion s e c r e t( ).vous en entendeztantpropos de c choses e s., j e ne croyais pas t o u t e s c e s h i s t o i r e s de soucoupes volantes auparavant, mais maintenant, ' a i que s a i t c e dontil(3). Le second témoin s e souvient avoir terminé son rouleau de p e l l i c u l e l e jour de l a f ê t e des Mères(4) e i t développer n s u i t ee t q u ' i l l e fAMc (1)-seond témoin mentionna sonet e s photosmontra l quelques ne cherchait u b l i c i t éA admettantpropos des photos, é t a i ten o r t equelque sne t"effraye q u ' i l s puissent " avoir des ennuis avec l e Gouvernement e t bousculés par l a P u b l i c i t é (2) . Cependant, l e ReporterB i l l t lacoL enohpéléOWELL du JournalP r e g i s t e rn a banquiers de l par deux observation e t t e c dea p p r i t V i l l e , e t Franck e t s em i tsurl a de l ' h i s t o i r e p i s t e trouva l e s n é g a t i f s l e plancher, sousun dess e c r é t a i r e témoins a v a i t joué avecntsigre(2) le Ren epublia l ' h i s t o i r e l jeudi 8 j u i n un a r t i c l e de première page accompagné des deux photos. La note de d i s a i t cause de l a v a r i é t é des opinions e t rapports concernant l e s soucoupes volantes pendant l e s deux années, tous l e s e f f o r t s ont é t é pour v é r i f i e r l ' a u t h e n t i c i t é des photos desTRENTdes témoins). Les experts en photographie déclarent que l e s n é g a t i f s n'ont é t é retouchés.Ils développés par uneont é t éfirmelocale. Aprèsun de trucage ou o s s i b i l i t e r de p pas é r i e u x ,examen s d'hallucination en téléphone Register e s photos. l erapport avec l c r o i t sont authentiques(1).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.