Apprendre à manager à distance

De
Publié par

09 JUIL 09
Quotidien Paris
OJD : 121026
16 RUE DU QUATRE SEPTEMBRE Surface approx. (cm²) : 299
75112 PARIS CEDEX 02 - 01 49 53 65 65 N° de page : 9
Page 1/1
ENSEIGNE/MENT SUPERIEUR
Apprendre à manager à distance
Le consortium U21 Global, ou par téléphone, via Internet. Les
participants peuvent ainsi plan-qui regroupe 17 universités
cher ensemble sur les études deinternationales, a constitué
cas. Des « webinars » (séminairesune « business school »
sur le Web) sont également orga-
entièrement en ligne. nisés régulièrement. Quant aux
Elle commence à professeurs, ils se consacrent à
s'implanter en Europe. l'animation du groupe, au coa-
ching et aussi au développement
'est une université pas tout à personnel des participants.
fait comme les autres. SansC murs, sans salles de cours, « Zéro carbone »
avec des étudiants dispersés dans «.Rien à voir avec un enseigne-
le monde entier. Une «business ment au rabais, souligne François
school », plutôt, puisqu'elle est en- Thérin. L'usage de l'écrit permet de
tièrement dédiée au management bien évaluer la participation de
U21Global - c'est son nom - fonc- chacun, les examens se déroulent
tionne uniquement à distance. de façon rigoureuse, les interac-
Créée en 2001 à l'initiative de l'uni- ll faut compter deux ans et demi pour boucler le cursus MBA. tions entre les participants sont
versité de Melbourne, l'une des fortes. Et personne ne peut se met-
plus cotées d'Australie, opération- Moyen-Orient, Afrique, certains de répondre à des ...
Voir plus Voir moins
16 RUE DU QUATRE SEPTEMBRE
75112 PARIS CEDEX 02 - 01 49 53 65 65
09 JUIL 09
Quotidien Paris
OJD : 121026
Surface approx. (cm²) : 299
N° de page : 9
Page 1/1
NANTES2
4112360200504/GST/AMR/1
Eléments de recherche :
Toutes citations : - AUDENCIA ou AUDENCIA NANTES ou Ecole de Management de Nantes - AUDENCIA MBA :
programme de diplôme - JEAN-PIERRE HELFER : Directeur Général d'Audencia
ENSEIGNE/MENT SUPERIEUR
Apprendre à manager à distance
Le consortium U21 Global,
qui regroupe 17
u
n
i
v
e
r
s
i
t
és
internationales, a constitué
une « business
s
c
h
o
ol »
entièrement en ligne.
Elle
c
o
m
m
e
n
ce à
s
'
i
m
p
l
a
n
t
er en Europe.
C
'est une université pas tout à
fait comme les autres. Sans
murs, sans salles de cours,
avec des étudiants dispersés dans
le monde entier. Une «business
school », plutôt, puisqu'elle est en-
tièrement dédiée au management
U21Global - c'est son nom - fonc-
tionne uniquement à distance.
Créée en 2001 à l'initiative de l'uni-
versité de Melbourne, l'une des
plus cotées d'Australie, opération-
nelle depuis 2005, elle est le fruit
d'un consortium de 17 universités
ou écoles internationales - asiati-
ques ou anglo-saxonnes pour la
plupart. Elle compte aujourd'hui
environ 1.200 inscrits, dont 500 en
MBA, son programme phare.
«Atos
participants sont des ca-
dres âgés en général de trente à
quarante ans, souvent avec une fa-
mille, qui ne pourraient quitter leur
emploi pour suivre une formation,
même à temps partiel»,
explique
François Thérin, doyen associé en
charge de l'Europe et professeur
associé. Nombre d'inscrits rési-
dent dans des pays où l'offre de
MBA est faible, voire inexistante :
ll faut compter deux ans et demi pour boucler le cursus MBA.
Moyen-Orient, Afrique, certains
pays d'Asie...
Le principal atout d'U21 est son
extrême flexibilité. Aucun regrou-
p
e
m
e
n
t,
p
as
de «
c
l
a
s
se
v
i
r-
tuelle » : chacun se connecte sur
le site à l'heure qui lui convient et
organise son apprentissage. En
général, il faut compter deux ans
et demi pour boucler Ie cursus
MBA, à raison de six à dix heures
de travail par semaine. Mais il est
aussi possible de suivre deux mo-
dules en même temps, ou au con-
traire d'effectuer un break, quitte à
prolonger la scolarité.
«Nous ne
cherchons pas à proposer un dis-
positif très sophistiqué, mais une
formule simple et efficace, capable
de répondre à des attentes va-
riées
», poursuit le responsable. Le
contenu des cours est élaboré par
des professeurs spécialistes du su-
jet, qui sont « fes
meilleurs dans
leur domaine».
En général, un
créateur de contenu travaille avec
un relecteur, les deux ne se con-
naissant pas. Le résultat est en-
suite examiné par le consortium.
« Ce
processus de validation est un
gage de qualitê
», assure Nick Hut-
ton, directeur général du consor-
tium. Comme dans la plupart des
MBA, les échanges entre partici-
pants de tous horizons consti-
tuent l'un des apports majeurs de
l'enseignement. A U21, ces échan-
ges s'effectuent surtout par écrit,
Et aussi... d'autres cursus en ligne
Séminaires « présentiels ». Peu à
peu, les formations au management
en ligne semblent trouver un public,
notamment auprès des cadres en ac-
tivité.
Plusieurs
institutions
propo-
sent désormais des cursus de ce
type - le plus souvent complétés par
des séminaires « présentiels ». On
peut citer notamment:
>
e-consortium réuni autour de
l'Euro MBA. Il est composé de 6 ins-
titutions, parmi lesquelles Auden-
cia Nantes et I
1
1 AE d'Aix-en-Pro-
vence;
> ('Open University britannique, qui
propose un grand nombre de forma-
tions, associant en général enseigne-
ment présentiel et à distance ;
>
('université de Liverpool, en Angle-
terre, en association avec l'américain
Lauréate, spécialiste de l'enseigne-
ment en ligne ;
> l'université de Phoenix, en Arizona,
qui offre une large gamme de cursus
en ligne, dans de nombreuses disci-
plines ;
> ('IAE de Caen, qui utilise une pla-
te-forme de formation e-learning
développée par le Polytechnicum de
Normandie. Ce dispositif a été re-
tenu comme l'un des 8 établisse-
ments de référence en Europe. L'IAE
propose une série de programmes à
distance, notamment pour cadres
intermédiaires. If est très présent sur
le continent africain.
ou par téléphone, via Internet. Les
participants peuvent ainsi plan-
cher ensemble sur les études de
cas. Des « webinars » (séminaires
sur le Web) sont également orga-
nisés régulièrement. Quant aux
professeurs, ils se consacrent à
l'animation du groupe, au coa-
ching et aussi au développement
personnel des participants.
« Zéro carbone »
«.Rien à voir avec un enseigne-
ment au rabais,
souligne François
Thérin.
L'usage de l'écrit permet de
bien évaluer la participation de
chacun, les examens se déroulent
de façon rigoureuse, les interac-
tions entre les participants sont
fortes. Et personne ne peut se met-
tre au fond de la classe : nous no-
tons vraiment la participation aux
différentes activités.
» S'ajoute à
cela un argument propre à sé-
duire les défenseurs de l'environ-
nement : U21 Global se veut une
u
n
i
v
e
r
s
i
té «
z
é
ro
c
a
r
b
o
ne
».
Aucun voyage en avion, aucun
trajet en voiture, aucune salle de
cours à chauffer. Un point non
négligeable pour certaines firmes
qui ont un programme environ-
nemental à respecter. Difficile de
juger de l'intérêt de la formule aux
yeux des DRH et des entreprises,
car le programme est encore peu
présent en Europe. Mais il est clair
qu'U21GIobal, surfant sur la va-
gue des MBA, répond à une de-
mande. Et qu'il bénéficie en outre
de la
c
a
u
t
i
on du
c
o
n
s
o
r
t
i
um
d'universités qui y participent.
«
C'est une démarche très anglo-
saxonne, qui met l'accent sur le
contenu des cours,
relève François
Thérin.
Alors qu'en France, on est
très axé sur le face-à-face avec le
professeur.
»
U21 Global commence à tisser
sa toile en France. D'ici à la ren-
trée, deux accords de partenariat
devraient être signés, avec une
« business school » de province et
avec une société spécialisée dans
la formation.
JEAN-CLAUDE LEW ANDOW SKI
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.