GIFAM: 'White book on electric heating and electric water ...

Publié par


1
2 QUI SOMMES-NOUS ?
réé en 1967, le GIFAM (Groupement Interprofession-
nel des Fabricants d’Appareils d’Équipement Ménager)Cest un des principaux syndicats représentatifs des
industries de biens de consommation durables en France: le
gros et le petit électroménager, avec des sociétés françaises
et la plupart des filiales françaises de groupes internationaux;
et le chauffage et chauffe-eau électriques, secteur dans lequel
opèrent principalement des entreprises françaises.
Ce Livre Blanc est le fruit du travail des entreprises du secteur
thermique-électrique. Il a pour objet d’informer les décideurs
politiques et les relais d’opinion sur les progrès accomplis ces
vingt dernières années par l’industrie des appareils de
chauffage et les chauffe-eau électriques, appareils souvent
méconnus.
Faits et chiffres référencés à l’appui, les auteurs du Livre Blanc
s’efforcent de montrer dans quelle mesure les appareils de
chauffage et les chauffe-eau électriques sont une réponse perti-
nente aux préoccupations économiques, environnementales, de
sécurité et de confort des consommateurs.
3 e Livre Blanc sur les appareils ments en France et leur impact sur
de chauffage et les chauffe-eau l’environnement. À travers le projet de loiCélectriques a été écrit par les sur l’énergie, le gouvernement invite les
membres du GIFAM, secteur thermique- consommateurs et les entreprises à revi-
électrique. Syndicat représentatif de la siter leurs habitudes de consommation
profession, le GIFAM ...
Publié le : lundi 2 mai 2011
Lecture(s) : 92
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins
1
2
Q U I S O M M E S - N O U S ?
C éér1 ne,769 el M (GGIFAemenroupetpr tnIssoiorefdel nen-icbrFas Ad stnaslierappmene téMd Éuqpit un desnager)es xuadnysirp picnésprtaenaticres d seitsf industries de biens de consommation durables en France : le gros et le petit électroménager, avec des sociétés françaises et la plupar t des filiales françaises de groupes internationaux ; et le chauffage et chauffe-eau électriques, secteur dans lequel opèrent principalement des entreprises françaises.
Ce Livre Blanc est le fruit du travail des entreprises du secteur thermique-électrique. Il a pour objet d’informer les décideurs politiques et les relais d’opinion sur les progrès accomplis ces vingt der nières années par l’industrie des appareils de chauf fage et les chauf fe-eau électriques, appareils souvent méconnus.
Faits et chiffres référencés à l’appui, les auteurs du Livre Blanc s’ef forcent de montrer dans quelle mesure les appareils de chauffage et les chauffe-eau électriques sont une réponse per ti-nente aux préoccupations économiques, environnementales, de sécurité et de confor t des consommateurs.
3
e e Blanc sur les appareils Cl rasecr é pit aesté ééqurivcrtLlie de chauf fage et les chauf fe-eau membres du GIFAM, secteur thermique-électrique. Syndicat représentatif de la profession, le GIFAM, Groupement Inter-professionnel des Fabriquants d’Appareils d’Equipement Ménager, souhaite à travers ce Livre Blanc appor ter sa contribution à l’élaboration de la réglementation ther-mique 2005 et aux différentes réflexions sur les appareils électriques thermiques en général.
Le contexte actuel de lutte contre les gaz à effet de serre, de raréfaction des éner-gies fossiles et de recherche d’économies d’énergie amène à s’interroger sur la per-formance et la per tinence des appareils et systèmes for tement consommateurs d’éner gie. À l’instar des secteurs des transpor ts et de l’industrie notamment, des questions se posent sur le chauffage et la production d’eau chaude des bâti-
4
m e n t s e n F r a n c e e t l e u r i m p a c t s u r l’environnement. À travers le projet de loi sur l’énergie, le gouvernement invite les consommateurs et les entreprises à revi-siter leurs habitudes de consommation d’énergie et à rechercher des économies.
De leur côté, les consommateurs, tout en par tageant les préoccupations environne-mentales du gouvernement, attendent de leurs systèmes de chauf fage et de pro-duction d’eau chaude sanitaire, per for-mance, sécurité, facilité d’utilisation, économies et confor t.
Les appareils électriques de chauffage et de production d’eau chaude constituent un bon compromis entre ces différents objec-tifs et aspirations.
L’électricité produite en France est essen-tiellement d’origine nucléaire ou hydrau-lique, ce qui signifie que la production de cette électricité génère très peu d’émis-
sions de CO2. Les appareils électriques ne génèrent pas non plus de par ticules polluantes dans l’air. Ce mode de chauf-fage et de production d’eau chaude a donc une incidence positive sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, comme cela a d’ailleurs été reconnu dans la Loi d’Orientation sur l’Energie.
Les appareils de chauffage et les chauffe-eau électriques ont considérablement évo-lué ces vingt dernières années. Par leur conception même, ils s’adaptent instanta-nément aux besoins des utilisateurs, et l’électricité consommée est intégralement restituée sous forme de chaleur. Ils contri-buent ainsi à la lutte contre le gaspillage d’énergie, et sont une réponse à la raré-faction des ressources en énergies fossiles.
Pour une facture finale comparable à celles des systèmes de chauf fage fonc-
5
R É S U M É
por tent en outre sécurité, simplicité, flexi-bilité et confor t. Ils sont propres, peu encombrants, sûrs, et faciles à utiliser.
Pour ces diverses raisons, les appareils électriques de chauffage et de production d’eau chaude sont une réponse per tinente aux préoccupations environnementales du gouvernement et aux attentes multiples des consommateurs.
Dans la perspective de la nouvelle régle-mentation thermique qui sera adoptée en 2005, et plus largement dans le contexte des difficultés à venir en termes d’environ-nement et d’épuisement des énergies fos-siles, le GIFAM fait une série de proposi-tions au gouvernement. Leur adoption per mettrait de réduir e davantage la consommation d’éner gie, et de rendre encore plus per formants les systèmes électriques de chauffage et de production
S O M M A I R E
1. Le chauffage électrique en France : un succès jamais démenti 1.1Appareils de chauffage et chauffe-eau électriques en France en quelques chiffres 1.2L’origine du développement du chauffage et de la production d’eau chaude électriques en France 1.3Panorama de la filière et engagement en faveur de l’environnement et des utilisateurs
2. Appareils de chauffage et chauffe-eau électriques : un choix pertinent pour l’environnement et les consommateurs 2.1Les systèmes de chauffage et les chauffe-eau électriques, une solution d’avenir pour l’environnement 2.1.1 Réponses aux idées reçues 2.1.2 Des appareils respectueux de l’environnement 2.2Chauffage et chauffe-eau électriques : une solution d’avenir pour les utilisateurs 2.2.1 Réponses aux idées reçues 2.2.2 Les avantages du chauffage et de la production d’eau chaude sanitaire électriques pour les consommateurs
3. Des progrès à portée de main : réglementation thermique 2005 et propositions de la profession
Annexes
Glossaire
7
z gaffàe detsee é sessimsnoi ed agée à réduire sépneens etse gn-8002 ed.2102 et 1990ériola ped8 rr ert e %ne
I N T R O D U C T I O N
8
A Dans cette perspective, chaque État-membre s’est vu assigner un objectif de réduction de ses émissions polluantes. En l’occurrence la France, dont l’électricité est d’origine essentiellement nucléaire, a pour objectif de maintenir son niveau d’émission de gaz à effet de serre au niveau de 1990.
Toutefois, le protocole de Kyoto et les engagements souscrits par la suite afin de stabiliser la température moyenne de la planète risquent d’être très insuf fisants. C’est la raison pour laquelle la France soutient la définition au niveau mondial d’un objectif de division par deux des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, soit une réduction de 3 % par an des émissions dans l’Hexagone(1). Pour ce faire, l’État s’est fixé pour mission de :  les économies d’énergie ;Promouvoir for tement
1 la politique énergétique« De de la France », annexe au projet de Loi d’Orientation sur l’Énergie enregistré à la Présidence de l’Assemblée
emreud sorp ocot tux99,7l Uinnoueorle de Kyoto de 1
2Réglementations thermiques de 1988, 2000 et celle en préparation pour 2005. 3«Les émissions liées au chauffage résidentiel doivent aussi être réduites, car elles deviennent une source non négligeable[d’émission d’oxydes d’azote]au fur et à mesure de la baisse des émissions de l’industrie et des transpor ts.» Plan Air présenté par Roselyne Bachelot, ancien ministre de l’Environnement, en Conseil des ministres le 5 novembre 2003. 4Appareils intégrés : émetteurs muraux à convection ou rayonnement, chauffage intégré au bâti faisant l'objet d'un encadrement normatif dans le cadre de l'habitat.
L’accroissement des per formances énergétiques des bâtiments et la réduction des émissions polluantes liées au chauf fage sont devenus une priorité en France - à travers les réglementations thermiques successives(2)et le Plan Air(3)notamment. Dans cette perspective, les appareils de chauffage(4)et de production d’eau chaude électriques ont toute leur place dans le débat. Dans quelle mesure ces appareils contribuent-ils aux objectifs environnementaux de la France ? En quoi peuvent-ils devenir un atout dans la lutte contre les émissions polluantes et le réchauf fement de la Terre ? La solution électrique est-elle une réponse adéquate aux problèmes de l’ef fet de serre et de l’épuisement des ressources ? Les appareils de chauffage et les chauf fe-eau électriques ont longtemps été montrés du doigt en matière de consommation d’énergie, mais qu’en est-il réellement ? L’objet de ce Livre Blanc de l’industrie française thermique-électrique est de répondre à quelques idées reçues sur le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire électriques, sur la base d’études scientifiques, et de voir dans quelle mesure le recours à ces appareils électriques est per tinent dans le contexte actuel de lutte contre les émissions polluantes et de course aux économies d’énergie.
L’objet du Livre Blanc est également de voir comment le chauffage électrique et les chauffe-eau électriques répondent aux attentes des consommateurs en matière de per for mance, de confor t, d’économies et de sécurité.
Enfin, avec ces appareils électriques, de nouvelles économies sont à por tée de main. Dans la perspective de la réglementation ther mique 2005, la profession va plus loin, en proposant l’introduction de nouvelles exigences de per formance.
1. Le chauffage électrique en France : un succès jamais démenti.
1.1Appareils de chauffage et chauffe-eau électriques en France en quelques chiffres.
16,5 millions de Français utilisent l’électricité comme énergie de chauffage principale.
Sur les 24 millions de logements en France, 6,6 millions sont chauf fés à l’électricité, soit plus de 25 % du parc. La France dispose ainsi du parc de logements chauffés à l’électricité le plus impor tant en volume et en pourcentage de l’Union européenne.
4 millions d’appareils de chauf fage électriques et 1 million de chauf fe-eau électriques sont installés chaque année en France.
En moyenne, 300 000 logements sont construits chaque année : la par t de marché du chauf fage électrique dans la construction neuve a atteint 55,1 % en 2003 contre 55 % en 2002 et en 2001, et 45 % en 2000(5) . Enfin, 59 % des Français ont une bonne opinion du chauf fage électrique contre 34 % il y a 10 ans. Le taux de satisfaction des utilisateurs se situe autour de 90 %(6).
1.2L’origine du développement du chauffage et de la production d’eau chaude électriques en France. Le développement du chauf fage électrique remonte aux années 1970. Lors du choc pétrolier de 1973, la France décide de développer ses propres ressources énergétiques afin de limiter sa dépendance vis-à-vis du Moyen-Orient. Ne disposant pas de réser ves d’hydrocarbures, elle fait le choix de l’énergie électrique. Un vaste programme de construction de barrages hydroélectriques est lancé, et progressivement le pays se dote d’un impor tant parc de réacteurs nucléaires.
10
5CEREN, Équipement énergétique des résidences principales - Enquête logements 2001/2002, étude 3124, mars 2003. 6Selon une enquête d’EDF auprès de 1340 clients représentatifs de la clientèle en résidence principale. Document « chauffage électrique », EDF, 22 juillet 2003.
7« L’Energie en France : repères », édition 2004, MINEFI. 8Bilan énergétique « de la France en 2003 », édition 2004, DGEMP -Obser vatoire de l’Énergie.
9CAPEB (Confédération de l’Ar tisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) d’après SIRENE 2002 (base de données des entreprises et des établissements).
En 2002, 58 réacteurs nucléaires ont fourni 441 térawattheures (soit 441 milliards de kilowattheures) et les barrages hydro-électriques 65 TWh, soit respectivement près de 78 % et 11 % de la production nationale d’électricité. Au total, 89 % de l’électricité 7) est produite sans émissions de CO2(. Grâce à l’électricité, le taux d’indépendance énergétique national 8) a ainsi progressé de 23,9 % en 1976 à 50,5 % en 2003(. Cette politique énergétique permet à la France de bénéficier depuis des années d’un prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe et d’avoir un solde expor tateur largement positif.
Parallèlement au développement de la production d’énergie élec-trique sur le sol français, le parc de logements équipés en appareils de chauffage et en chauffe-eau électriques s’est considérablement accru, ce mode de chauffage de l’eau et des locaux nécessitant un faible investissement initial, et per mettant de limiter les impor tations de gaz naturel et de pétrole.
1.3Panorama de la filière.
La filière en quelques chiffres.
La filière de fabrication des appareils de chauffage et des chauffe-eau électriques est composée très majoritairement d’entreprises françaises. Plus de 250 000 personnes conçoivent, fabriquent ou installent quotidiennement ces appareils et systèmes, répar ties entre 15 sites de fabrication, 38 000 installateurs électriciens et 9) 55 000 entreprises de plomberie(.
Une profession à la pointe du progrès. En 1980, il fallait en moyenne une dépense électrique de 102 kWh par m2pour une maison individuelle, et 87 kWh par m2pour un appar tement, chauffés à l’électricité. Il n’en faut respectivement plus que 66 et 56, soit une diminution de 35 %, grâce à des progrès conjoints en matière de régulation des appareils et d’isolation du bâti. Cette diminution de la dépense électrique s’est accompagnée d’une augmentation du confor t assuré par ce mode de chauffage.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.