Le service et l'innovation

Publié par

Le s ervice et l'in novation École Nationale Su périeure des Mines de Nancy
Le servic e et l'innovation
École Nati onale Supérieure des Mines de Nanc y
Nancy-Université - Institut National Pol ytechnique de Lorra ine
Mai 2007
Table des matières
Préambule .................................................................................................................... ........1
Contexte........................................................................................................ ...................2
Les au teurs (par ordr e alphabéti que) ................................................................... ................2
1.In troduction ................................................................................................................. .....3
2.Intalio .............3
2.1.Prés enta tion de la société ..................................................................... .......................3
2.2.Vers une Archi tecture O rientée Proc essus ......................................... .............................4
2.3.Le processus : la briq ue él émentaire ....................................................... ......................4
3.Or acle Co rporation .......................................................................................................... ...5
3.1.Build, deplo y and manage SOA ............................................................................. ........5
3.2.Str atégie .................................. ...
Publié le : lundi 9 mai 2011
Lecture(s) : 223
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins
Le service et l'innovation
École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
Le service et l'innovation 
École Nationale Supérieure des Mines de Nancy Nancy-Université - Institut National Polytechnique de Lorraine Mai 2007 Table des matières
Préambule ...........................................................................................................................1 Contexte.........................................................................................................2................. Les auteurs (par ordre alphabétique) ...................................................................................2 1.Introduction .....................................................................................................................3 2.Intalio ............................................................................................................................3. 2.1.Présentation de la société .........................................................................3.................. 2.2.Vers une Architecture Orientée Processus ......................................................................4 2.3.Le processus : la brique élémentaire .............................................................................4  3.Oracle Corporation ............................................................................................................5  3.1.Build, deploy and manage SOA ....................................................................................5  3.2.Stratégie ....................................................................................6..............................  4.Hewlett-Packard : lexemple dOpenCall ...............................................................................6 4.1.Description d’OpenCall ................................................................................................7  4.2.L'architecture ouverte dOpenCall .................................................................................7 5.Google ........................................................................................................................8....  5.1.Lutilisateur et la pertinence .........................................................................................8 5.2.Les services annexes ..................................................................................................9 6.Cisco .............................................................................................................................10 6.1.Présentation et historique ..........................................................................................10  6.2.Évolution ....................................................................................01............................ 6.3.Service-Oriented Network Architecture, la solution SOA de Cisco ....................................11 6.4.Les interrogations sur SONA ......................................................................................12  7.SalesForce.com .....................................................................................12......................... 7.1.Présentation de l’entreprise .......................................................................................21  7.2.Offres de produits ...............................................................................3.1....................  7.3.Salesforce et les nouvelles technologies .......................................................................13 8.Le capital risque .............................................................................................................14 9.Conclusion et synthèse ....................................................................................................61 9.1.L'évolution des besoins d'infrastructures ......................................................................16  9.2.L'intégration du volet métier  client ...........................................................................16 9.3.La technologie d'appui à l'agilité .................................................................................17  9.4.Le vecteur de développement innovant ........................................................................17  9.5.Les besoins futurs et l'investissement ..........................................................................17 10.Aspects éthique et libertés ...........................................................................81..................  10.1.Tour dhorizon daujourdhui .....................................................................................18  10.2.Internet deviendrait-il dangereux ? ...........................................................................20 11.Portefeuille d’Allegis Capital dans les domaines des technologies de l'information ...................22
Préambule
Ce travail est une analyse conjointe des élèves de seconde année du département informatique à l'École des Mines de Nancy, suite à un voyage d'études d'une semaine dans la Silicon Valley, en Californie, du 8 au 15 mars 2007. Dans le sillage des multiples rencontres avec des acteurs économiques de la région, ce livre blanc aborde la perception de la dynamique autour des technologies, architectures et organisations que les élèves ont pu acquérir et qui permettent d'accompagner, d'impulser ou de
1
Le service et l'innovation École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
créer nombre de services innovants dans le domaine des technologies de l'information. Nous tenons a remercier ceux qui nous ont ouvert leur portes : Caliper Life Sciences, Symantec, Planisware, Oracle, Intalio, HP Labs, Stanford Linear Accelerator Center, Google, Allegis Capital, Cisco et Partech International ; sans oublier ceux qui ont permis de réaliser cette aventure, soit par leur soutien logistique, soit par leur soutien financier : la direction de l'École des Mines de Nancy l'itSMF France France Télécom Contexte
Le monde économique s'est résolument tourné vers la création de services à haute valeur ajoutée. Dire que cette orientation a été rendue possible par une évolution et un développement technologiques n'est que partiellement vrai. En réalité, l'interdépendance entre la conception des services, leur promotion, prestation et consommation est telle qu'ils ne peuvent exister qu'à travers ce socle technologique d'une part, mais elle entraîne les entreprises dans une nécessité absolue d'innovation et d'évolution de leurs pratiques IT1 une consolidation et industrialisation d'une vers part (notamment pour en maîtriser le coût et la qualité) mais également vers une agilité, réactivité et dynamisme d'autre part. Sans souhaiter entrer dans les considérations toutes aussi importantes d'organisation, gouvernance et pilotage du SI ou de la production de services en général (cf. par exemple ISO 20000 et les travaux de l'itSMF) nous allons éclairer ici les tendances générales observées dans la Silicon Valley, en termes de technologies, de solutions logicielles et d'opportunités de développement qui soutiennent cette évolution profonde, qui la rendent possible, ou qui esquissent les innovations futures proches. Compte-tenu du caractère forcément non exhaustif et biaisé d'un tel tour d'horizon, car limité aux entreprises rencontrées et sollicitées, nous organisons le document en trois parties. La première dressant un rapide tour d'horizon de certaines architectures et technologies récurrentes dans le reste du document, leurs enjeux dans le contexte de l'innovation et des services, et parfois leurs contraintes d'infrastructures. La seconde partie éclaire ensuite le positionnement d'un ensemble d'acteurs économiques rencontrés dans ce domaine ; la dernière, synthétisant le tout et concluant sur les évolutions prochaines à prévoir. Les auteurs(par ordre alphabétique) Benoît BALIGUET Meriem BAOUENDI Olivier BOURÉ Cyrille CHOPELET Eric de MALLERAY Ihab EL ALAMI Sylvain EVEILLARD Etienne FRIEDLI Olivier GENEST Yassine GUEBBAS Ferroudja MEGHENEM Florent MILLET Aurélien MONOT Pierre PAVAGEAU Clément PINCHEDEZ 1 IT pourInformation Technology, à rapprocher de SI ouSystème d'Information, voir informatique.
2
Le service et l'innovation
Loïc SAINT-GHISLAIN Raphaël VINCENT
sous la coordination de Bart LAMIROY.
1. Introduction
École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
La majorité des entreprises sont entièrement dépendantes de leurs systèmes d'information pour produire et délivrer leurs services. Se pose donc pour elles la question de l'optimisation en termes de réutilisabilité, d’interopérabilité et de réduction de couplage entre les différents systèmes qui implémentent leurs systèmes d'information. Par ailleurs, les architectures existantes sont souvent limitées dans leur capacités, difficiles à généraliser ou à faire évoluer et incompatibles les unes avec les autres. Le problème a pris des proportions encore plus grandes avec l’expansion de l’utilisation des réseaux, et Internet en premier lieu, et l'effacement des frontières de l'entreprise, dû, notamment, à la difficulté d’imposer un seul type de plateforme commun à toutes les entreprises souhaitant échanger des données et partager des transactions. Une solution universelle, vraiment standard et facile à mettre en œuvre devient de plus en plus indispensable et c’est dans ce contexte que sont progressivement apparues les différentes architectures orientées services. Ces dernières fournissent un moyen standard de communiquer entre des applications qui reposent sur des systèmes hétérogènes. Le SOA (Services Oriented Architecture) est l'aboutissement d'une démarche qui n'est pas entièrement nouvelle. L’idée de concevoir des architectures à faible couplage, base même des architectures orientées service, est née au début des années 1990 avec l’apparition des solutions client/serveur. De nos jours, il s’agit de bâtir des architectures applicatives adaptées aux serveurs d’application, capables d’exposer des services interopérables (notamment provenant de progiciels) et de collaborer au-delà des frontières des entreprises (en offrant des services métiers B2B, par exemple). Le SOA favorise une démarche pragmatique d’urbanisation du système d’information grâce à la décomposition des processus sous la forme de services et rationalise le développement du logiciel grâce aux nouvelles plateformes supervisées comme J2EE et .NET en conciliant les approches processus, objets et services. Par ailleurs, il accompagne la recomposition du système d’information afin de l’ouvrir sous la forme de services métiers, notamment grâce aux Web Services qui redéfinissent de manière considérable la conception et le coût de la mise en place d’une communication entre des applicatifs distants et hétérogènes. Cette communication est de plus en plus illustrée par l'émergence du Web 2.0 qui fournit un canevas d’échanges entre les utilisateurs et les services ou les applications en ligne. En effet, le Web 2.0 accompagne une évolution qualitative des modes d'usages et d'appropriation des services et de l'information. Cette évolution repose sur une succession d'améliorations technologiques, ergonomiques, sémantiques et elle se traduit par l'émergence de nouvelles formes d'interactivité qui placent l'utilisateur et ses relations avec les autres au centre de l'Internet. Ainsi, quelques soient les environnements techniques d’exécution, les applicatifs "web-isés" exposent un même descriptif de message (WSDL, XML Schema) et utilisent un unique protocole d’échange (SOAP, HTTP). Outre l’importance de ces technologies, plusieurs enjeux doivent être mis en évidence. En effet, il faut tout d’abord établir une stratégie de leur mise en place en entreprise puis en identifier les impacts. Il faut aussi établir le lien entre ces technologies et les architectures applicatives existantes. C'est dans cette optique que nous passons en revue un ensemble d'acteurs économiques que nous avons
3
Le service et l'innovation École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
rencontrés. L'analyse de leur activité, de leurs produits et de leurs stratégies permet de confirmer les tendances et les mutations des technologies de services esquissés précédemment.
2. Intalio
2.1. Présentation de la société
Crée en 1999 et activement engagé dans BPMI.org et la standardisation des outils de modélisation des processus, Intalio se présente comme le leader en matière de logiciel Open Source dédié au BPM (Business Process Management). Son logiciel phare Intalio|BPMS est décrit comme une solution complète, intégrée et Open Source en matière de BPM. Il s’articule autour de trois grands modules destinés respectivement à la modélisation de processus, au fonctionnement distribué sur des serveurs et à la distribution d’informations au sein du système (moteur de workflow). Le produit est développé en J2EE et repose fortement sur l’environnement Eclipse. Intalio vend également plusieurs services autour du produit logiciel (formations, support technique et mises à jours, conseil). La société possède une réelle envergure internationale, notamment au travers de ses clients (Cisco Systems, Nokia mais aussi France Télécom, l’ECE -École Centrale d’Électronique- ou plusieurs universités).
2.2. Vers une Architecture Orientée Processus
L’objectif d’Intalio est de fournir à ses clients une solution d’intégration de leur SI sachant s’adapter à des implémentations de natures très diverses. Cette solution passe par la superposition au SI d’une couche de processus. L’intérêt principal pour les entreprises étant alors de pouvoir exploiter leur SI existant en l’accordant aux processus métiers de leur activité. En effet, la définition des processus se fait d’abord en tenant compte des problématiques métiers et restent dans leur première phase de conception totalement indépendants des contraintes techniques (formats de données, types de partenaires,…). Par cette approche, Intalio|BPMS est censé fournir un niveau d’abstraction supplémentaire par rapport à la technique qui n’intervient qu’en second lieu dans la définition des processus. On peut réellement parler d’« Architecture Orientée Processus » puisque les processus sont réutilisables entre eux et autorisent ainsi leur composition afin de réaliser des processus plus complexes. Chaque processus peut ainsi être vu comme un service du SI. Il possède une interface clairement définie et encapsule des traitements précis, il est de plus réutilisable et composable avec d’autres services. Intalio propose donc une solution d’urbanisation du SI orientée Services et fondée sur l’étude des besoins métiers. Ce que propose principalement Intalio, c’est un logiciel complet permettant de créer sa propre Architecture Orientée Services, de manière à obtenir une solution parfaitement adaptée aux besoins d’une entreprise quels qu’ils soient, le tout sans écrire une seule ligne de code. L’utilisateur peut ainsi créer tout type de Web Services, nécessitant ou non l’interaction entre plusieurs utilisateurs, Web Services ou applications. Pour un utilisateur expérimenté, la plateforme permet de créer et d’implémenter tous types de Web Services, que ce soit pour le fonctionnement interne d’une entreprise, ou bien pour les échanges d’une entreprise avec ses clients, ou encore pour les communications entre les entreprises. L’utilisateur a en effet également le droit de gérer les droits d’accès et de rendre accessibles ses services sur un Intranet ou sur Internet s’il le désire, et l’administrateur peut en permanence contrôler l’état des services installés.
4
Le service et l'innovation École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
2.3. Le processus : la brique élémentaire
Un processus créé à l’aide d’Intalio|Designer est une représentation d’une activité de l’entreprise : il s’agit de la description d’une suite d’opérations à mettre en œuvre pour réaliser une activité donnée. La construction d’un processus s’effectue en plusieurs étapes. Il faut d’abord définir un processus dit « abstrait » qui ne contient aucun élément technique mais seulement la description des étapes le composant (sans que les outils à employer pour réaliser chacune de ces étapes ne soient spécifiés). Une fois que le processus « abstrait » est complet, il s’agit de lier chacune des étapes définies aux éléments techniques réalisant la tâche correspondante ou bien de détailler plus précisément le déroulement d’une des étapes (on construit alors un sous-processus de la même manière). Les processus doivent, pour fonctionner, être capables de communiquer avec un grand nombre d’éléments de nature diverses. Le système s'appuie sur des standards ouverts XML - SOAP - WSDL etc. En adoptant une représentation standard des données manipulées, Intalio|BPMS propose d’une part une vision unifiée d’un vaste ensemble de données hétéroclites mais se dote aussi d’une forte capacité d’interaction avec d’autres logiciels, modules ou plus généralement services partageant le même support de l’interopérabilité. Par ailleurs, Intalio|BPMS se voit doté de capacités d’introspection lui permettant par exemple de connaître les méthodes d’une classe Java et ainsi de l’intégrer comme acteur du fonctionnement d’un processus. Enfin, les connecteurs des Progiciels de Gestion Intégrés (ERP) du marché sont également reconnus afin de permettre une utilisation complète du SI préexistant de l’entreprise. La participation des utilisateurs humains aux processus est assurée à l’aide de deux capacités techniques d’Intalio|BPMS : la génération d’interfaces utilisateurs et des capacités de workflow intégrées au logiciel. Là encore, le rôle du langage XML est décisif puisqu’il a été choisi pour décrire les schémas d’entrée et de sortie des différentes interfaces utilisateurs qu’un processus peut nécessiter. XML est ici le support de l’abstraction des interfaces utilisateurs qui peuvent aussi bien être réalisées sous une forme exploitable par un client web (pages ASP, Servlets,…) que sous la forme de clients lourds (application .NET, fenêtres Swing,…). Cependant la tendance prise par les ERP actuels, à savoir de proposer de plus en plus des interfaces au format web, oriente la réalisation des interfaces à l’aide d’outils tels qu’AJAX et confirme d’autant plus l’importance de XML dans ce domaine.
3. Oracle Corporation
3.1. Build, deploy and manage SOA
Le premier métier de la compagnie Oracle Corporation a été le développement et la commercialisation de systèmes de gestion de bases de données ou database management system (DBMS). Ce sont ses fondateurs, Larry Ellison, Bob Miner et Ed Oates, véritables figures de la Silicon Valley, qui, en 1979, ont mis au point une des premières bases de données opérationnelles implémentant le modèle relationnel. Après le succès qu’on connaît, Oracle se diversifie en 1987 et fonde sa division « Applications » en lançant une offre logicielle répondant aux besoins des entreprises mais reposant néanmoins sur son système de gestion de bases de données. A l’heure actuelle, même si le cœur de métier de l’entreprise reste le DBMS qui est toujours le secteur le plus rentable de la société (7 milliards de dollars de chiffre d’affaires soit 50% du marché mondial), Oracle a considérablement développé ses offres de business softwares. Dans le contexte actuel, Oracle a fait évoluer ses offres de progiciels vers des éditions de type SOA.
5
Le service et l'innovation
École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
Le choix de l’infrastructure logicielle J2EE effectué en 1997 en fait clairement maintenant une entité ancrée dans les problématiques SOA. Pour l’ensemble des ses applications (ERP, CRM, SCM…) ou APPS selon la terminologie de l’éditeur, on a en effet une grande collection de modules logiciels indépendants les uns des autres proposant un ou des services spécifiques. Une solution Oracle sera donc l’intégration d’une sélection de briques adaptées aux besoins du client. Il y a là les avantages de souplesse, de simplicité, de réutilisation, tout en minimisant tant les coûts d’intégration et de maintenance que les coûts de développement. En particulier, l’offre « Fusion Middleware » d’Oracle est caractérisée par un serveur d’applications qui n’est pas obligatoirement celui d’Oracle Corporation, mais qui est interopérable avec les serveurs d’applications d’autres éditeurs. On retrouve par ailleurs un ESB, une brique Web Service Manager intégrant tout ce qui est monitoring/sécurité agissant sur des flux XML et un BPEL Process Manager permettant une intégration de la dimension humaine des processus. Une autre particularité de ces briques est que chacune possède sa propre interface de configuration et de développement. Grâce à JDevelopper, univers de développement et produit phare de la société, et l'offre SOA Suite, Oracle propose des outils de développement et de déploiement d’applications orientées services utilisant les standards XML, Java, Web Services, … Oracle a aussi développé des offres Software As A Service par sa filiale Oracle « on demand » en hébergeant des applications sur ses propres serveurs pour éviter à ses clients des investissement supplémentaires en infrastructures informatiques.
3.2. Stratégie
La compagnie est le troisième fournisseur mondial d'infrastructures logicielles, les deux acteurs majeurs du secteur, SAP et Microsoft, détiennent plus de 75% de parts de marché et l'Open Source vient grignoter le reste. Oracle a donc eu tout intérêt à proposer des solutions interopérables et modulables. La multinationale a donc essayé en conséquence d’appuyer le développement de ses APPS sur des standards (XML, BPEL, Web Services…). Oracle appuie son développement sur une stratégie qui se caractérise par trois points très particuliers. Tout d’abord, comme beaucoup d’entreprises de nouvelles technologies, Oracle investit énormément en recherche et développement. C’est ainsi que plus de 50% de son chiffre d’affaires est placé en R&D. Cette entreprise réalise ainsi des avancées qui lui permettent d’enrichir les fonctionnalités de ses logiciels. Il nous a été précisé, qu'Oracle fait aussi des recherches pour améliorer son système de base de données ce qui lui permet de rester un des meilleurs sur le marché. De plus, un des grands projets de R&D actuellement est de réaliser l’adaptation de tous les logiciels vers un format Java, tout d’abord dans le but avoué d’être le plus indépendant possible de Microsoft, mais aussi par conviction qu’il s’agit de l’avenir de la programmation tant l’adaptabilité et la modularité sont présentes dans ce langage. Un autre point important de la stratégie d’Oracle est une écoute des clients, de leurs demandes et de leurs attentes. Ainsi, pour tout logiciel installé, une enquête de satisfaction est réalisée auprès des clients. Signalons que ces enquêtes sont réalisées par un organisme indépendant d’Oracle, ce qui assure leur impartialité. Ces enquêtes sont utilisées pour les orientations futures de développement à réaliser même si d’autres critères, comme le marché, entrent bien évidemment en ligne de compte. Il y a donc une volonté affichée de parvenir à une satisfaction client la plus grande possible afin de conforter l’image de l’entreprise. De plus, un autre point intéressant est la formation continue des revendeurs de produits Oracle pour les convaincre de l’utilité des nouveaux produits. Ainsi, les vendeurs suivent une partie de l’étape de développement afin de comprendre les nouvelles fonctionnalités et pouvoir mieux en parler aux clients.
6
Le service et l'innovation École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
Enfin, le point majeur de la stratégie d’Oracle est l’acquisition d'entreprises, notamment, dans l'optique de l’achat de nouveaux produits ou de savoir faire. Les rachats de Collaxa et Oblix, dans le domaine des infrastructures logicielles, et celui de PeopleSoft ou Siebel, éditeurs de progiciels, sont des exemples illustrant bien cette stratégie. Cette stratégie est réellement la marque de fabrique d’Oracle qui a par exemple acheté douze entreprises en 2006.
4.Hewlett-Packard : l’exemple d’OpenCall 
Hewlett-Packard, leader mondial des solutions informatiques, n'est bien entendu pas à réduire à la vision décrite ici. Les sections suivantes abordent les points abordés lors de notre visite et d'un entretien sur site où la présentation concernait un ensemble de solutions techniques nommé OpenCall, et qui permet, entre autres, le déploiement d’un ensemble de services convergents de communication, incluant voix, SMS et courriel.
4.1.Description d’OpenCall 
OpenCall est un ensemble de plateformes pour développer et déployer une nouvelle génération de services de voix et de données convergents. À l’aide de solutions techniques dans les domaines de la communication personnelle et de la communication de groupe, de la messagerie instantanée, de l’accès à l’information et aux services, les plateformes HP OpenCall peuvent se connecter à n’importe quel type d’infrastructure de réseau pour permettre à ses utilisateurs de communiquer, accéder à des services enrichis et partager du contenu, ce de manière instantanée. Leader sur ce marché grâce à sa solution, HP équipe aujourd’hui 40 des 50 plus grands opérateurs dans le monde.
4.2.L'architecture ouverte d’OpenCall 
a)Des solutions de service 
Une approche de type SOA permet une souplesse de l’interface d’accès aux données afin d’obtenir du contenu enrichi. Dans cette optique, HP a développé des applicatifs en collaboration avec d’autres sociétés pour permettre à ses plateformes d’ajouter du contenu de service dans son offre aux opérateurs. Par exemple, HP a développé avec Kirusa une solution de convergence pour les modes audio et visuel lors d’une communication. Le système, appelé Simultaneaous Multimodal Platform, permet d’utiliser simultanément la voix et des images en entrée et en sortie lors d’une conversation, permettant à l’utilisateur de passer de l’un à l’autre avec peu de manipulations. On peut, par exemple, prendre, lors de sa conversation, une photo de son environnement pour enrichir la conversation avec l'interlocuteur. Un autre élément mis en valeur concerne la possibilité de s’appuyer sur une plateforme technique et logicielle permettant d’obtenir de manière simultanée une communication synchrone, par téléphone, MMS et vidéo à distance et une communication asynchrone avec un interlocuteur tiers capable de récupérer l’ensemble de l’historique de la conversation par une interface unique. Celui-ci est capable d’obtenir à tout moment les différents éléments voix, texte, image et vidéos ayant circulé entre les différents interlocuteurs. La dernière notion mise en avant est la transformation du système classique de communication de personne à personne vers une logique de groupe et de communauté. HP inclut dans son offre un serveur de manipulation de document XML,
7
Le service et l'innovation École Nationale Supérieure des Mines de Nancy
appelé OpenCall XML Document Management Server, qui permet l’utilisation de documents XML pour des logiciels tiers. Grâce à celui-ci, il est alors possible d’ajouter au réseau des options telles que les groupes d’utilisateurs, la présence en ligne, le statut de l’utilisateur, les communautés virtuelles ou la synchronisation du carnet d’adresses… Celui-ci, utilisé dans notre exemple pour la définition de la présence en ligne de l’utilisateur, permettait alors le choix automatique du mode de communication au sein d’un groupe d’utilisateur en choisissant le mode synchrone pour la communication avec l’utilisateur en ligne et le mode asynchrone pour l’utilisateur absent. En s’appuyant sur une architecture standardisée, HP permet donc à ses clients d’unifier leurs médiums de communication tant sur le plan technique - par une utilisation de différentes technologies en simultanée pour des conversations enrichies - que sur le plan temporel - grâce à l’interopérabilité des communications synchrones et asynchrones - le tout géré par un ensemble de services basés sur XML permettant d’effectuer l’ensemble des passages entre les technologies sans manipulation de lutilisateur. b)La standardisation et OpenCall 
Tout ces services ne pourraient fonctionner sans une forte cohérence interne des applicatifs et des plateformes. Afin de pouvoir assurer cette cohérence, HP à mis en place une politique de standardisation de son ensemble de module. Ainsi la HP OpenCall Media Platform est une solution propriétaire d’HP, mais qui implémente de nombreux standards tels que le VoiceXML v2.0. D’autre part, comme nous avons pu le voir, les services d’HP fonctionnent en s’appuyant sur des formats de données standardisés, comme par exemple le serveur présenté utilisant XML, facilitant le déploiement de solutions logicielles tierces par-dessus la solution propriétaire proposée par HP. La manipulation de ces données est elle-même standardisée et utilise les interfaces XDMS et XCAP définie par l’Open Mobile Alliance, ce qui permet de faire du « OpenCall XML Document Management Server » une brique qui peut s’intégrer dans une architecture qui ne soit pas fournie par HP si celle-ci respecte un certain nombre de standards. Ainsi, un opérateur désirant intégrer ce type de produit dans ses services peut le faire sans problème de compatibilité avec son matériel existant et les services qu’il désirera implémenter dans le futur.
5. Google
Aujourd’hui connu de tous, Google est apparu sur le marché en 1998 en tant que moteur de recherche basé sur un projet étudiant. Il fit rencontrer à l’univers de la recherche sur internet une pertinence qui jusque-là n’était pas toujours de mise, ce qui lui permit dès sa création de répondre à dix mille recherches chaque jour. Cette adéquation des résultats aux demandes a pu être obtenue notamment grâce à l’algorithme PageRank, qui fut le premier pas de Google vers l’utilisation des données clients dans le but d’améliorer les services proposés.
5.1. L’utilisateur et la pertinence
a) Le moteur de recherche
PageRank repose analyse le nombre de liens entrant sur un document. Ainsi, plus le nombre de liens pointant vers un site est important, plus ce site est supposé intéressant et les liens émis par un site ayant un PageRank élevé compteront de
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

ResisTanz

de harmattan

IST 2000

de EUROPEAN-COMMISSION-DIRECTORATE-GENERAL-FOR-THE-INFORMATION-SOCIETY-AND-MEDIA