SE PRÉPARER, S'ENGAGER, PASSER À L'ACTION : APPRENDRE À LIRE ...

De
Publié par









SE PRÉPARER, S’ENGAGER,
PASSER À L’ACTION :
APPRENDRE À LIRE DANS LE
NORD DU CANADA





Julia O’Sullivan, Ph.D.
Janet Goosney

avec le Groupe d’experts internationaux


Centre d’excellence pour les enfants et les adolescents
ayant des besoins spéciaux
Lakehead University, Thunder Bay, Canada


2007




La production du présent rapport a été rendue
possible grâce à une contribution financière du
gouvernement du Canada. Les opinions exprimées
dans le présent document ne représentent pas
nécessairement les opinions du gouvernement du Canada.
TABLE DES MATIÈRES

SYNOPSIS ...................................................................................................................................... 3
REMERCIEMENTS ....................................................................................................................... 9
À PROPOS DES AUTEURS .......................................................................................................... 9 DU GROUPE D’EXPERTS INTERNATIONAUX ................................................. 10
DÉFINITION DE « NORD »........................................................................................................ 13
SOMMAIRE.......... 13
LES ENFANTS DU NORD FRÉQUENTENT L’ÉCOLE........................................................... 15
Les enfants du Nord............................................................................................... ...
Voir plus Voir moins
         SE PRÉPARER, SENGAGER, PASSER À LACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA Julia OSullivan, Ph.D. Janet Goosney avec le Groupe dexperts internationaux Centre dexcellence pour les enfants et les adolescents ayant des besoins spéciaux Lakehead University, Thunder Bay, Canada 2007 La production du présent rapport a été rendue possible grâce à une contribution financière du gouvernement du Canada. Les opinions exprimées dans le présent document ne représentent pas nécessairement les opinions du gouvernement du Canada.
 
TABLE DES MATIÈRES  SYNOPSIS......................................................................................................................................3 REMERCIEMENTS ....................................................................................................................... 9 À PROPOS DES AUTEURS .......................................................................................................... 9 À PROPOS DU GROUPE D’EXPERTS INTERNATIONAUX ................................................. 10 DÉFINITION DE « NORD »........................................................................................................ 13 SOMMAIRE ................................................................................................................................. 13 LES ENFANTS DU NORD FRÉQUENTENT L’ÉCOLE........................................................... 15 Les enfants du Nord................................................................................................................... 15 Tableau 1 : Enfants du Nord âgés de cinq à neuf ans, en pourcentage de la population totale, par territoire de compétence, Recensement de 2001 .................................................. 15 Figure 1 Jeunes enfants autochtones et non autochtones de 5 à 9 ans, par territoire de compétence du Nord, Recensement de 2001......................................................................... 16 Figure 2 Pourcentage des enfants de cinq à neuf ans dont la langue maternelle est l’anglais, le français ou une langue autochtone seulement, par territoire de compétence du Nord, Recensement de 2001......................................................................... 17 Écoles du Nord .......................................................................................................................... 17 Districts scolaires et communautés du Nord ............................................................................. 18 PRENDRE L’HABITUDE DE LA LECTURE ............................................................................ 19 LES ENFANTS DU NORD SE PRÉPARENT GRÂCE À UN ENVIRONNEMENT FAVORISANT L’ALPHABÉTISME EN BAS ÂGE .................................................................. 21 La preuve...................................................................................................................................21 Environnement propice à l’alphabétisation des jeunes enfants à la maison .............................. 21 Soutien à l’alphabétisation dans la communauté....................................................................... 26 Services éducatifs de qualité pour la petite enfance .................................................................. 29 Conclusion.................................................................................................................................34 LES ENFANTS DU NORD S’ENGAGENT GRÂCE À UN SOUTIEN LINGUISTIQUE À L’ÉCOLE .................................................................................................................................. 34 La preuve...................................................................................................................................34 Mettre à profit la langue que les enfants apportent avec eux à l’école...................................... 35 Langue d’enseignement............................................................................................................. 36 Temps nécessaire pour maîtriser la langue d’enseignement...................................................... 37 Apprendre à lire dans plus d’une langue ................................................................................... 39 Écoles de langue française minoritaire ...................................................................................... 41 Conclusion.................................................................................................................................42 LES ENFANTS DU NORD PASSENT À L’ACTION GRÂCE À D’EXCELLENTS PROGRAMMES SCOLAIRES DE LECTURE ........................................................................... 42 La preuve...................................................................................................................................42 Leadership ................................................................................................................................. 43 Normes et évaluation ................................................................................................................. 43 Tableau 2 : Évaluation de la lecture obligatoire à l’échelle du système dans les territoires de compétence du Nord classifiée par premiers niveaux, langue administrée, fréquence, genre, format de réponse et résultats............................................... 45 Approche globale de l’enseignement de la lecture aux jeunes enfants ..................................... 48 Ressources et soutien................................................................................................................. 52 Capacité professionnelle............................................................................................................ 55 Conclusion.................................................................................................................................59 SOMMAIRE ET RECOMMANDATIONS.................................................................................. 59 ANNEXE 1 : LISTE DES PRINCIPES EXEMPLAIRES............................................................ 61 RÉFÉRENCES..............................................................................................................................64
 
 
SYNOPSIS  Le Nord du Canada est une immense région qui franchit six fuseaux horaires. Elle est habitée par une population jeune et diversifiée sur les plans culturel et linguistique qui vivent dans des communautés dont la taille et la base économique sont très variées. Aux fins du présent document, notre définition du Nord comprend le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Labrador et d’importants secteurs au nord de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario et du Québec.  Au Canada, il y a 1 980 605 jeunes enfants d’âge scolaire; 133 405 (ou 6,7 %) d’entre eux vivent dans le Nord.  Tout comme les autres jeunes Canadiens de cinq à neuf ans, les enfants du Nord consacrent une grande partie de leur temps à l’apprentissage de la lecture. De nos jours au Canada, on s’attend à ce que tous les enfants sachent bien lire, généralement à la fin de leur troisième année d’études; et leur capacité à lire à ce moment-là est un indicateur prévisionnel important de l’obtention d’un diplôme d’études secondaires. Les enfants qui ne lisent pas de manière adéquate quand ils atteignent la troisième année présentent un risque élevé d’échec ou d’abandon scolaire, puis de chômage ou de sous-emploi chronique ou encore d’un faible revenu et des difficultés qui y sont associées, une fois rendus à l’âge adulte.  Le temps imparti pour apprendre à lire correctement doit tenir compte de la langue d’enseignement de l’enfant, la langue qui est à la fois le médium d’enseignement (la langue d’apprentissage) et l’objet de l’enseignement (la langue que l’enfant apprend). Pour de nombreux enfants du Nord, la langue d’enseignement est celle qui est parlée à la maison et dans la communauté. Pour d’autres, il s’agit une langue seconde. Le temps nécessaire pour apprendre à bien lire variera selon le contexte de la langue d’enseignement.  Le présent rapport décrit les possibilités d’apprentissage dont les jeunes enfants du Nord ont besoin pour se préparer, s’engager et passer à l’action en vue d’apprendre à bien lire. Il contient notamment :   Un exposé des possibilités d’apprentissage, un sommaire de la recherche mondiale et une description du contexte propre au Nord;  Des cas de réussite obtenus dans le Nord du Canada et chez nos voisins du nord, de l’est à l’ouest, et l’énoncé de principes exemplaires basés sur la preuve qui peuvent servir à guider la prise de décision concernant les structures qui favorisent la lecture chez les jeunes enfants;  de ces principes exemplaires dans l’ensemble duDes recommandations pour la propagation Nord.  Les enfants et les écoles du Nord Selon Statistique Canada, dans le Grand Nord, 64 % de tous les jeunes enfants d’âge scolaire sont autochtones et dans le Moyen Nord, à l’exception du Québec, la proportion est d’au moins 22 %. Les régions où les enfants autochtones sont majoritaires sont les mêmes que celles où les enfants de cinq à neuf ans représentent une vaste proportion de l’ensemble de la population.  Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des jeunes enfants d’âge scolaire du Nord possèdent une langue maternelle, qui, pour la majorité, est l’anglais, suivie du français et des langues autochtones.  Il existe approximativement 1 081 écoles dans le Nord. Les districts scolaires du Nord sont souvent immenses et de vastes distances séparent les écoles les unes des autres et des bureaux de district. Les écoles sous le contrôle de bandes ne possèdent ni l’infrastructure ni le soutien offerts aux écoles
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA3
 
provinciales-territoriales par l’entremise des bureaux de district des conseils scolaires. Les petites écoles avec des classes à années multiples sont une chose courante dans plusieurs districts scolaires du Nord et font partie de la réalité dans chaque secteur éloigné.  Prendre l’habitude de la lecture Ce rapport vise à déterminer comment les enfants du Nord lisent. Même s’il existe peu de données sur les capacités de lecture dans les territoires du Nord, nous prévoyons que dans le Nord, les différences sociales importantes, conjuguées à la diversité et à la distance, contribuent à creuser un écart important dans les capacités de lecture chez les enfants du Nord.  Même si peu de recherches portant sur le Nord existent, nous pouvons dire sans crainte de nous tromper que peu importe le sexe, les antécédents, la culture, la langue ou les besoins spéciaux d’apprentissage, les enfants du Nord, comme tous les enfants, doivent avoir la possibilité dese préparerà lire dans un milieu propice à l’apprentissage de la lecture,de s’engageren ayant accès à un soutien linguistique à l’école et depasser à l’actionà l’aide d’excellents programmes scolaires de lecture.  Toutes les écoles et les communautés, y compris les écoles et les communautés du Nord, qui veulent offrir des possibilités de qualité font face à des défis communs. Ce qui fait l’unicité du Nord, c’est de devoir offrir une gamme de possibilités de qualité, appropriées pour une petite population diversifiée sur les plans culturel et linguistique et occupant une région vaste et éloignée.  Principes exemplaires axés sur la preuve Au total,43 principes exemplaires axés sur la preuvesont signalés dans le présent rapport et peuvent aider à la prise de décision concernant les structures favorisant la lecture en bas âge. Ces principes exemplaires sont décrits ci-dessous, sous les titres suivants :   Les enfants du Nordse préparentgrâce à un environnement favorisant l’alphabétisme en bas âge;  Les enfants du Nords’ tgrâce à soutien linguistique à l’école; engagen  Les enfants du Nordpassent à l’actiongrâce à d’excellents programmes scolaires de lecture.   Les enfants du NordSe préparentgrâce à un environnement favorisant l’alphabétisme en bas âge Bien avant de commencer l’école, les enfants apprennent à s’exprimer oralement et font naturellement la découverte de la langue et de l’alphabétisme, dans leur foyer, auprès de leur famille, de leurs amis et de la communauté. Les enfants qui débutent l’école en possédant au moins une langue, qui ont une certaine compréhension des conventions de la langue écrite, et qui ont un intérêt pour la lecture possèdent une longueur d’avance quand vient le temps d’apprendre à lire. L’alphabétisme à la maison, le soutien en matière d’alphabétisation offert dans la communauté et la qualité de l’environnement pédagogique dans la petite enfance sont des éléments qui contribuent à l’éclosion du langage et à l’émergence de l’alphabétisation chez les enfants.  Les enfants du NordSe préparentgrâce à un environnement favorisant l’alphabétisme en bas âge quand :   Les parents, de manière active, contribuent à l’éveil de leurs enfants en les stimulant par des expériences langagières et d’alphabétisation interactives;  
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA4
 
 d’alphabétisation adaptés à la culture et à la langue sont disponibles;Divers documents  Les parents, et plus particulièrement les mères, ont des possibilités de parfaire leur éducation  La même valeur est attribuée à toutes les langues;  On encourage l’apprentissage de plus d’une langue;  Les enfants modèlent leur langage sur celui de leurs parents et des autres membres de la famille et de la communauté;  Le gouvernement appuie les langues;  les familles du Nord ont accès à une bibliothèque publique;Toutes  Une aide financière est disponible afin d’appuyer les programmes efficaces touchant la famille et l’alphabétisation des jeunes enfants;  Les communautés appuient de façon manifeste les langues et l’alphabétisation;  Ils ont accès à des programmes préscolaires de qualité axés sur l’acquisition d’une forte base langagière;  programmes de renaissance de la langue autochtone existent et permettent l’immersionDes des enfants dans une langue seconde, la langue de l’école.  où les enseignants, les parents et le personnelLes enfants fréquentent une école maternelle unissent leurs efforts afin d’appuyer la langue et l’alphabétisation des jeunes enfants;  et intégrées d’alphabétisation en bas âge auxquellesIl existe des expériences coordonnées participent la famille et les milieux préscolaire et scolaire.  Les enfants du NordS’engagentgrâce à un soutien linguistique à l’école Pour les enfants, la langue est le lien avec leur famille, leur culture, le savoir et les expériences. La langue aide les enfants à relier ce qu’ils lisent à ce qui se passe dans leur propre vie, et plus les liens sont nombreux, mieux ils comprennent ce qu’ils lisent et plus leur pensée peut aller au-delà du texte. Le soutien langagier à l’école facilite l’apprentissage de la lecture. L’enseignement qui met l’accent sur le langage oral est important pour tous les enfants, et plus particulièrement pour les enfants dont l’expérience langagière et les possibilités sont restreintes. Quand ils atteignent la quatrième année, la plupart des enfants doivent pouvoir lire assez bien pour apprendre au moyen de manuels et d’autres documents, et écrire ce qu’ils savent et ce qu’ils pensent. Ceci signifie que les enfants doivent avoir une compétence suffisante en lecture et en langue pour comprendre et apprendre des concepts et des contenus abstraits, souvent dans des domaines qui possèdent leur propre langage technique. La langue de l’enfant, la langue d’enseignement à l’école et la rencontre des deux influencent de quelle manière et avec quelle rapidité les enfants atteignent cette compétence dans une ou plusieurs langues.  Les enfants du Nords’engagentgrâce à un soutien linguistique à l’école quand :   L’enseignement met l’accent sur l’acquisition de la compétence dans la langue d’enseignement; Les enseignants valident et renforcent la langue et le mode de communication de l’enfant;  La langue parlée à la maison est la langue d’enseignement à l’école;   Ils lisent assez bien dans la langue d’enseignement pour poursuivre leur scolarité avec succès ;  On met en œuvre de solides programmes bilingues qui poursuivent l’enseignement en langue maternelle au-delà de la troisième année.  Ils connaissent et maîtrisent au moins une langue qui leur sert de tremplin pour l’apprentissage d’autres langues;  Ils apprennent à lire et à parler dans plus d’une langue, ce qui leur ouvre davantage de perspectives et de possibilités sur les plans cognitif, social, culturel et économique;
, SE PRÉPARER S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA5
 
 On crée des possibilités qui tiennent compte des défis auxquels sont confrontées les écoles de langue minoritaire du Nord.   Les enfants du Nordpassent à l’actiongrâce à d’excellents programmes scolaires de lecture Un excellent enseignement en salle de classe, dispensé par des enseignants compétents et motivés, est essentiel pour que des enfants deviennent des lecteurs efficaces. Un excellent enseignement transcende la langue d’enseignement, les antécédents ou l’aptitude des enfants et permet aux enfants de passer à l’action et d’entreprendre avec succès l’apprentissage de la lecture. Les cinq éléments interactifs essentiels d’un excellent programme scolaire de lecture sont : un leadership engagé, des normes claires avec des données permettant de suivre les progrès et de guider l’enseignement; une approche très large de l’enseignement de la lecture; une intervention efficace auprès des enfants en difficulté d’apprentissage ainsi que les ressources, le soutien et la compétence professionnelle pour assurer une prestation efficace.  Les enfants du Nordpassent à l’actiongrâce à d’excellents programmes scolaires de lecture quand :   Le leadership en éducation met en valeur l’importance de la lecture et assure un enseignement efficace;  On utilise des mesures valables, pertinentes sur les plans culturel et linguistique, conformes aux attentes du programme d’enseignement;  Les renseignements tirés de l’évaluation de la lecture au niveau du système sont bien compris et utilisés de manière appropriée dans la prise de décision en matière d’éducation;  Les attentes de rendement en matière de lecture sont établies par tous les secteurs de compétence scolaires et dans chacune des langues d’enseignement;  Il existe des jalons sur le développement de la lecture chez les enfants dans chacune des langues d’enseignement du Nord;  Ils reçoivent un enseignement complet de la lecture qui englobe des stratégies permettant d’acquérir la maîtrise et la compréhension de la langue ainsi que la motivation à lire;  Ils bénéficient d’une intervention hâtive efficace qui favorise l’apprentissage de la lecture;  La qualité de l’acoustique dans les salles de classe du Nord est suffisante pour que les enfants entendent assez bien pour apprendre à lire;  sont pertinents sur les plans linguistique et culturel, sontDes outils d’évaluation complets, qui disponibles pour tous les enfants du Nord ayant des besoins spéciaux en lecture;  du programme de lecture scolaire est examinée avant de dépenser des fonds pourLa qualité des programmes additionnels;  Ils ont accès à des ressources de lecture qui reflètent et valident leurs expériences antérieures, leur langue et leur environnement culturel;  école du Nord a accès à une bibliothèque avec des documents à jour et pertinents, et àChaque un bibliothécaire scolaire;  Toutes les écoles du Nord ont accès à Internet haute vitesse afin d’appuyer l’apprentissage de la lecture chez les enfants en bas âge;  Les écoles du Nord travaillent de concert avec les parents et les communautés afin d’établir et de maintenir des attentes communes élevées en ce qui concerne la lecture des enfants;  On entretient des relations entre la maison et l’école qui favorisent la lecture des enfants dès leur jeune âge;  On met en oeuvre des politiques scolaires pour encourager la participation directe et la contribution des membres de la communauté au programme de lecture;  L’expertise requise pour bien enseigner la lecture est reconnue et valorisée;  On recrute des enseignants de lecture hautement compétents;
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA6
 
 lignes directrices qui définissent clairement les compétences dont les nouveauxOn établit des enseignants ont besoin pour enseigner la lecture aux enfants du Nord;  On établit des partenariats université/communauté/école pour consolider l’expertise existante dans la formation des enseignants du Nord et appuyer leur préparation;  créer des services de développement professionnel spéciaux etOn établit des possibilités de privilégiés pour les écoles du Nord.  Recommandations Les recommandations suivantes visent à favoriser la propagation des principes exemplaires énumérés ci-dessus dans l’ensemble du Nord :  Recommandation 1 :Un programme d’éducation publique tenant compte des besoins des parents du Nord, qui met de l’avant l’importance de leurs pratiques en matière de langue et d’alphabétisation à la maison et leur enseigne comment tirer parti des activités quotidiennes pour favoriser l’alphabétisation de leurs jeunes enfants.  Recommandation 2 :Un secteur de compétence en matière d’éducation responsable d’un système de programmes intégrés et homogènes d’enseignement et d’alphabétisation des jeunes enfants, auxquels participent les enfants, les familles, les éducateurs de la petite enfance et de l’école primaire.  Recommandation 3 :Accès à des programmes préscolaires et de maternelle de qualité, pertinents sur les plans culturel et linguistique, pour tous les enfants du Nord, y compris des programmes de renaissance de la langue conformes à la langue d’enseignement dans les écoles.  Recommandation 4 :Des possibilités et un appui constant en matière d’alphabétisation et d’éducation des adultes, notamment des programmes communautaires.  Recommandation 5 :Un forum sur Internet où les conteurs, les aînés, les grands-parents et les enseignants peuvent écrire et échanger des documents adaptés à l’âge et au niveau de lecture des enfants, dans leur propre langue.  Recommandation 6 :les plans culturel et linguistique, yLa création de ressources pertinentes sur compris des évaluations, et un mécanisme de propagation de ces ressources dans les écoles du Nord.  Recommandation 7 :Un cadre de référence pour l’enseignement de la lecture fondé sur les résultats pour le Nord du Canada, décrivant les attentes des groupes d’enseignement dans les diverses langues et aligné sur les résultats concernant les programmes de formation des enseignants et les exigences en matière de réglementation professionnelle des enseignants.   Recommandation 8 :Un répertoire de l’expertise dans le Nord dans le domaine de l’enseignement de la lecture aux jeunes enfants et les secteurs connexes (p. ex., leadership, intervention précoce, évaluation, besoins spéciaux) dans lequel toutes les écoles et les communautés pourront puiser pour fins de consultation et de services (p. ex., développement professionnel).  Recommandation 9 :Des partenariats entre des groupes des milieux universitaire, régional, communautaire et scolaire pour appuyer la création de centres d’excellence en vue de la formation initiale et continue d’enseignants du niveau primaire dans le Nord, et consolider l’expertise existante en ce qui a trait à cette formation.  
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA7
 
Recommandation 10 :Un congé sabbatique aux enseignants du Nord pour leur permettre d’étudier et de voyager, le remboursement des coûts liés à leur formation et le versement d’indemnités pour la maîtrise de la langue et l’expertise en matière de lecture précoce.  Recommandation 11 : Des formules de financement des écoles du Nord fondées sur le besoin, qui tiennent compte de la pauvreté, de l’éloignement, de la distance et de l’isolement et qui assurent un financement équitable aux écoles provinciales, territoriales et sous le contrôle d’une bande.  Recommandation 12 :Des bibliothèques avec des ressources linguistiques et culturelles appropriées et des services techniques pour toutes les communautés (p. ex., bibliothèques publiques- scolaires intégrées).   Recommandation 13 :L’accès à Internet haute vitesse dans toutes les écoles et communautés du Nord.  Recommandation 14 :Un examen complet immédiat de la pertinence et de l’efficacité des interventions présentement disponibles dans les écoles du Nord pour les jeunes enfants ayant des difficultés en lecture.       Recommandation 15 :Une stratégie de recherche sur la lecture dans le Nord afin de consolider les données existantes, d’entreprendre de nouvelles recherches et d’inclure un suréchantillonnage du Nord dans les études nationales, pour s’assurer d’avoir des données suffisantes pour la prise de décisions éclairées concernant le Nord.  Recommandation 16 :Un centre de lecture du Nord qui servira de guichet unique pour la cueillette, l’analyse, le stockage et la diffusion des recherches en matière de lecture, les données et les ressources en matière de lecture (p. ex.. tel que mentionné dans les recommandations 5, 6, 7, 8 et 15).  
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA
8
 
REMERCIEMENTS  Les auteurs désirent exprimer leur profonde gratitude à toutes les personnes et tous les organismes qui ont contribué, par leur temps et leur expertise, à la rédaction du présent rapport. Parmi elles, les membres du Groupe d’experts internationaux; le personnel du bureau national et des bureaux régionaux du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, de Statistique Canada et de l’Agence de la santé publique du Canada ainsi que du bureau de la doyenne de la faculté d’éducation de la Lakehead University. Nous sommes reconnaissantes envers les universitaires qui nous ont communiqué leurs travaux, et à toutes les personnes des gouvernements aux niveaux international, national, provincial et municipal ainsi qu’aux communautés des Première Nations qui ont répondu à nos courriels, lettres et appels téléphoniques. Nous adressons un remerciement tout spécial à tous les bibliothécaires, responsables de programmes de lecture, directeurs d’école, enseignants, et au personnel des écoles et des conseils scolaires du Nord de tout le Canada qui ont apporté leur contribution.     À PROPOS DES AUTEURS  Julia O’Sullivan (chercheuse principale) est la doyenne de la faculté d’Éducation de la Lakehead University, à Thunder Bay, dans le nord de l’Ontario. De 2000 à 2006, elle a été la directrice nationale fondatrice du Centre d’excellence pour les enfants et les adolescents ayant des besoins spéciaux, de Santé Canada. Sa recherche met l’accent sur l’enseignement et l’apprentissage de la lecture en bas âge, et plus particulièrement auprès d’enfants provenant de populations marginalisées. Mmeet enseignante diplômée, a accompli sa carrière dans le milieuO’Sullivan, psychologue scolaire de l’éducation et le secteur public. Pendant plus de 20 ans, elle a travaillé avec les écoles, les groupes communautaires et les gouvernements et a pris une part active à l’élaboration d’une politique en matière d’éducation et de services pour les jeunes enfants. Elle était membre du groupe d’experts du gouvernement de l’Ontario sur la lecture au primaire en 2002, et elle a agi en tant qu’experte en alphabétisme auprès duOntario’s Turnaround Team Program.  Janet Goosney est assistante à la recherche au Centre d’excellence pour les enfants et les adolescents ayant des besoins spéciaux. Pendant plus de 10 ans, en premier lieu à la Memorial University of Newfoundland, et plus récemment à la Lakehead University, elle a travaillé avec Julia O’Sullivan sur une recherche portant sur les jeunes enfants et la lecture. Pendant les 12 années qui ont précédé cette période, MmeGoosney a oeuvré auprès des services de bibliothèques publiques en tant que conseillère auprès des lecteurs. Elle a agi en tant qu’éducatrice dans des écoles, des établissements préscolaires et des programmes d’éducation de base des adultes et elle a été une militante active en faveur de l’alphabétisation pour diverses agences et organisations communautaires oeuvrant auprès d’enfants et d’adultes qui apprennent à lire.
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA
9
 
À PROPOS DU GROUPE D EXPERTS INTERNATIONAUX  William G. Demmert Jr.oeuvre actuellement comme professeur en éducation à la Western Washington University. Il possède un dossier de recherche exhaustif et est présentement le principal chercheur d’un projet visant à élaborer et mettre à l’essai des mesures du programme d’études afin de suivre les progrès des étudiants dans les écoles où la langue autochtone est la langue d’enseignement. Il est l’un des fondateurs à l’origine de la National Indian Education Association et il a été le premier commissaire délégué à l’éducation pour le U.S. Office of Indian Education. De plus, antérieurement, il a occupé les postes suivants : directeur de l’Éducation pour le Bureau des affaires indiennes, commissaire de l’Éducation pour l’État de l’Alaska et coprésident et rédacteur principal du Indian Nations at Risk Task Force.Dans le cadre de ses activités internationales, M. Demmert a occupé entre autres les postes suivants : président de la série de colloques sur l’éducation interculturelle dans le Nord circumpolaire, et conseiller et consultant international pour la réforme scolaire pour le ministère de l’Éducation du Groenland.   William T. Fagana été et demeure enseignant, directeur d’école, professeur d’université, chercheur, psychologue, spécialiste en lecture clinique, auteur de six programmes d’alphabétisation, président d’un organisme national d’alphabétisation, président d’un organisme provincial d’alphabétisation, membre et président du conseil d’administration d’un centre communautaire, défenseur de l’alphabétisation dans la collectivité et conseiller municipal. Alors que ses intérêts en matière de recherche englobent tous les secteurs de l’alphabétisme, sa recherche actuelle porte avant tout sur l’alphabétisation de la famille et des jeunes enfants dans la communauté, et sur la transition de la maison à l’école. Il est professeur émérite à la University of Alberta et professeur associé à la Memorial University of Newfoundland.  Suzanne Guillemetteconseil scolaire du Canada, situé sur leest la directrice exécutive du plus petit 63eparallèle dans le plus vaste territoire du Canada, le Nunavut. Depuis son arrivée de la province de Québec à la capitale du Nunavut, Iqaluit, elle a utilisé ses expériences antérieures en tant qu’enseignante, consultante en éducation, et coordonnatrice pour assumer ses responsabilités auprès de la Commission scolaire francophone du Nunavut. Alors qu’elle résidait dans la province de Québec, MmeGuillemette a travaillé principalement auprès d’écoles primaires et secondaires et auprès d’administrations scolaires, en mettant l’accent sur le développement professionnel des enseignants. Parmi ses expériences les plus enrichissantes, elle cite les sept années qu’elle a consacrées à la rédaction de ressources scolaires et de guides pédagogiques pour les premières classes du primaire; sa collectionMemo(chez Graficor) a été publiée au Québec et en Belgique.  Vuokko Hirvonenest professeur agrégée au Sámi University College, à Guovdageaidnu, Norvège. Sa recherche et son enseignement mettent l’accent sur la littérature et l’éducation lapones ainsi que la planification et la politique linguistiques. Elle a publié de nombreux articles dans des ouvrages nationaux et internationaux, y compris sa thèse de doctorat sur la littérature féminine lapone, en finlandais et en lapon. Récemment, MmeHirvonen a agi en tant que gestionnaire de projets pour le Evaluating Reform 97 Sámi, pour le Conseil de recherche de Norvège (2000-2003). En 2003, elle a publié une monographie à partir de ce projet intitulée (en anglais)Sámi Culture and the School: Reflections by Sámi Teachers and the Realization of the Sámi School.An Evaluation Study of Reform 97, et elle a fait la révision de l’ouvrage intituléThe Sámi School in the Curriculum and Practice. MmeHirvonen travaille depuis près de vingt ans sur les questions concernant l’éducation des enseignants lapons.  
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA10
 
Velma Illasiakdepuis 2000, elle est directrice de laest née dans les Territoires du Nord-Ouest où, Moose Kerr School, à Aklavik, une école qui accueille des élèves de la maternelle à la 12eannée. Auparavant, elle a obtenu un diplôme en éducation et occupé divers postes de travailleuse sociale et de conseillère scolaire dans les Territoires du Nord-Ouest pendant de nombreuses années. En tant que directrice, elle s’intéresse de très près aux habiletés en lecture, en écriture et en calcul de ses élèves et me elle travaille dans le but d’améliorer et de développer la durabilité dans ces domaines. En 2004, M  Illasiak s’est vu décerner le premier Northwest Territories Teachers’ Association Aboriginal Education Award, en reconnaissance de sa contribution remarquable à l’éducation des Autochtones. En 2006, elle recevait le Prix de la directrice exceptionnelle du Canada pour les Territoires du Nord-Ouest.  Barb Laderouteest une Métis Crie, membre du Gift Lake Métis Settlement. Pendant la plus grande partie de sa carrière elle a accompli un énorme travail dans le domaine de l’enseignement  élémentaire. Mmeet consultante pédagogique, elle a été directrice d’école etLaderoute est chercheuse a fait partie d’un grand nombre de comités pour le travail en anglais langue seconde. Actuellement, elle siège au conseil d’administration de la Northland School Division, en Alberta. MmeLaderoute a récemment complété son doctorat en éducation élémentaire, et a intitulé son mémoire :Nîhiyaw Awasak: Validating Cree Literacies. MmeLaderoute a obtenu un prix de deux ans du Social Sciences and Humanities Research Council, le prix Andrew Steward Memorial, décerné par la University of Alberta pour une recherche qui pourrait être reconnue sur le plan international. MmeLaderoute fait œuvre de pionnière en tant que chercheuse et a redéfini l’alphabétisme, nous permettant ainsi d’en reconnaître l’existence de diverses formes dans la communauté autochtone.  Kenneth Paupanekisest né, a été élevé et a reçu son éducation élémentaire à Norway House. Même si sa langue maternelle est le cri, il maîtrise partiellement l’anishinabe (saulteux) et le français. M. Paupanekis a obtenu un baccalauréat en psychologie de l’Université de Brandon , un baccalauréat en éducation interculturelle de l’Université du Manitoba ainsi qu’une maîtrise en administration de l’Université du Manitoba. Son expérience professionnelle englobe les postes d’enseignant au niveau primaire, de professeur d’anglais, d’arts et de mathématiques aux niveaux secondaire, junior et senior, de directeur adjoint d’une école primaire, directeur d’une école secondaire, expert-conseil en langue autochtone, professeur en éducation et plus récemment, surintendant d’écoles de région, poste duquel il a pris sa retraite en 2004. Il travaille présentement à temps partiel pour le University College of the North, à Norway House, où il prépare des cours de cri qu’il offrira sur Internet.  Vaughan Stoykaa servi le domaine de l’éducation pendant plus de trente ans à des titres variés, notamment dans l’enseignement, le développement du personnel, la rédaction de programmes d’études, la consultation et la formation préalable des enseignants. Son expérience exhaustive au niveau élémentaire inclut l’enseignement dans les classes de tous les niveaux, auprès d’enfants en difficulté, auprès d’élèves doués, ainsi que l’enseignement de l’anglais et du français langues secondes. Son diplôme d’études supérieures en programme pédagogique portait principalement sur l’alphabétisme et l’évaluation. En 2001, elle entrait au ministère de l’Éducation de l’Ontario, tout d’abord à titre de conseillère en matière de politique et par la suite à titre de membre du Turnaround Teams Program. Elle a travaillé avec des équipes d’experts afin d’améliorer l’alphabétisme des jeunes apprenants et rechercher les meilleures pratiques tant dans les grandes écoles urbaines que dans le Nord et les communautés isolées. MmeStoyka est présentement agente du rendement des élèves auprès du Secrétariat de l’alphabétisation et de la numératie et travaille de concert avec les conseils scolaires et les écoles de tout l’Ontario, dans le cadre du Partenariat d’intervention ciblée de l’Ontario, afin d’améliorer le rendement des élèves dans les écoles élémentaires.
SE PRÉPARER, S’ENGAGER, PASSER À L’ACTION : APPRENDRE À LIRE DANS LE NORD DU CANADA11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.