Biographie universelle ancienne et moderne/BAYLE (Moïse)

Publié par

Michaud - Biographie universelle ancienne et moderne - 1843Tome 3 page 344BAYLE (Moïse)BAYLE (Moïse), né dans le Languedoc, vers 1760, était officier municipal à Marseille, lorsqu’il fut nommé député à la conventionnationale par le département des Bouches-du-Rhône, dans le mois de septembre 1792. Dévoué dès le commencement au parti ...
Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 162
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Michaud - Biographie universelle ancienne et moderne - 1843 Tome 3 page 344
BAYLE (Moïse)
BAYLE (Moïse), né dans le Languedoc, vers 1760, était officier municipal à Marseille, lorsqu’il fut nommé député à la convention nationale par le département des Bouches-du-Rhône, dans le mois de septembre 1792. Dévoué dès le commencement au parti le plus exalté de cette assemblée, il s’y montra l’apologiste des assassins de septembre, et vota la mort de Louis XVI et son exécution dans les vingt-quatre heures. Envoyé peu de temps après à Marseille avec Boisset, il en fut expulsé violemment, ainsi que son collègue, par le parti de la Gironde, qui s’y était emparé du pouvoir. Cet événement donna lieu à une longue discussion dans la convention, le 12 mai 1793, et Barbaroux y déclara que l’on n’avait ainsi chassé les commissaires que parce qu’ils avaientprêché ouvertement le meurtre et le brigandage. Marat prit la défense de Bayle ; et comme la lutte des deux partis qui divisaient eu ce moment l’assemblée était au plus haut degré d’exaspération, on ne donna d’abord aucune suite à cette affaire ; mais la journée du 31 mai, qui suivit de près, fit triompher complètement Moïse Bayle. Il fut alors un des plus acharnés à poursuivre le parti de la Gironde, concourut de tout son pouvoir à la formation d’une armée révolutionnaire, devint membre du comité de sûreté générale, et président de la convention nationale. Dans la séance du 25 brumaire an 2, il demanda la mention honorable d’une adresse de la société des jacobins, tendant à proroger les lois de sang qui pesaient alors sur la France. Enfin jusqu’à la chute de Robespierre, Moïse Bayle se montra l’un des plus zélés soutiens de la terreur ; et, comme il ne cessa qu’après la révolution du 9 thermidor d’être membre du comité de sûreté générale, il eut part pendant plus d’un an à toutes les sanglantes mesures de ce terrible pouvoir. Longtemps après qu’on l’eut renversé, il en fut encore le défenseur dans plusieurs occasions. Il fit tous ses efforts pour qu’aucune exception ne diminuât la liste des émigrés ; et lorsqu’il fut question d’un décret d’accusation contre Collot-d’Herbois, Barère et les autres membres des anciens comités, il déclara qu’il ne séparerait pas sa cause de la leur, et qu’il voulait partager leur sort. Ce généreux dévouement n’eut aucun résultat ; mais après la révolte du 1er prairial (mai 1794), Bayle, qui y avait eu quelque part, fut décrété d’arrestation et sommé de se rendre en prison dans les vingt-quatre heures. Il n’obéit pas à ce décret et fut bientôt amnistié par la loi du 5 brumaire. Rentré dans l’obscurité, il obtint du ministre de la police Bourguignon un petit emploi dans ses bureaux ; mais, ayant continué d’être lié au parti des démagogues, il fut compris dans la proscription qui en frappa une grande partie, après la tentative du 3 nivose (décembre 1800). Forcé depuis cette époque de vivre éloigné de la capitale, il termina ses jours dans la misère, vers 1813. Il avait publié en 1795, après le 9 thermidor, desLettres à Fréron, où l’on trouve des faits curieux et des traits assez remarquables, de sa part, contre leshommes de sang. Cependant le cousin Jacques (Beffroy de Reigny), dans sonDictionnaire néologique des hommes et des choses, t. 1er, p. 444-446, dit que Moïse Bayle rendit de très grands services à quelques pères de famille ; et il ajoute : « Plusieurs citoyens, chers à la société, lui doivent aujourd’hui leur existence. » M-D j.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.