Musique en primaire, au collège et au lycée

De
Publié par

Musique en primaire, au collège et au lycée

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 132
Nombre de pages : 47
Voir plus Voir moins
 Sept œuvres pour un genre pluriel : La chanson   Léo Ferré, Evelyne Girardon, Camille, Marc Ogeret, Germaine Montero   EXTRAIT DU PROGRAMME LIMITATIF, Baccalauréat 2009 (option facultative musique) : Un compositeur-auteur-interprète, Léo Ferré ƒ 1 - le tem Avec s ƒ 2 - Green Paul Verlaine ƒ 3 - Requiem Une technique entre tradition et modernité : le bourdon ƒ  tombe sur nous4 - La luie, chanson traditionnelle française dans l’inter rétation d’Ével ne Girardon ƒ 5 - Quand je marche, Camille Un procédé au service de la transmission orale : le timbre ƒ  6 - La liberté des Nè res du cito en Piis, sur le timbre de ans uinzeDans cette maison à, dans l’inter rétation de Marc O eret ƒ  éta es 7 - Les cin er sur le timbre dede Pierre-Jean de Béran uinze ansDans cette maison à, dans l’interprétation de Germaine Montero     Entre œuvres originales et transcriptions, modernité et patrimoine, poésie et société, cet ensemble de chansons offre de multiples ouvertures sur le patrimoine de la chanson, son histoire musicale et sociale comme sur ses correspondances avec la poésie ou l'histoire politique.  Genre vocal (interprétation), musical (composition, emprunt), littéraire (poésie mise en musique ou écritures de paroles inédites), scénique (performance, récital, concert), la chanson est un genre pluri-artistique qui s’est imposé en France sous sa forme contemporaine depuis le milieu du XIXème siècle, atteignant sa pleine identité avec l’enregistrement phonographique dès le début du XXèmesiècle.            1  
L  ahcnaulirle:  genre p pour unuœ  serv   2tpeSsance : La chansrèse2 -   eRansidobas ur tetuvroidon euq seduorta ch : Ln moanso -M    1A egyonehi: n soueiqorst- I  nosnahc aL      b -50-1960 nneé s91- L sea rsouII   n à jos seé0791seD nna erpr-intteurr-autiuepmso noc- U  L :ontiucodtrIn  érreF oéL ,etèrfnaaçsi e 3 -X on polyphonique    ecèis sel - 4IIVIe èm XetèmIXs èiem   5 -lc edébu Le  XXèt du  ehcuaGa       nsha cLae iv Ron     a  rG   nee  ur b  L- teaumè e    - L  eopersion dc - La v     érreF oéL ereaintmeom C     -R  e 3octud é a -    em  equicaa ièrr dreLée eF o érr 1     -Avec le temps        a -H siotir gete qu  e èsen - b    txet eL     e   entaCommdcéri e2 - uoetmbtoe uipla  L –4 ? nodruob nuuce qest- Quon :cuitrtdo  nIdrno b   L -terè    niLpret     - aardon   lyne Girsu– E ev eus rontnemmoC éd eriaex tLe        tees  egènb -     stor  Hi et iquenred étiel :uob ra ttidi eonmot t cenhqieue tnercoute  III - Unet ar ealecd reivale n orssionsmi- VI  etuocéd e saué édocprn  Uitbmer» - L  e «« mémoir  ou la  erbrtnIel :mit      A  ucodontiQuan5 -  mard je –aChc e e  imllsoancha enmmCon d eriat  etuocén      b - La chnaos noCmmneatri a   C -ilam eleos tif nob-lodruprétntern deatio    snnoL ic - meom C   dreaintgO craM     terede Marc Ogeret  I tnrerptétaoi n  r b   La- ha c    - a aL uetuilebL  a6 - eg s étacinqLes et  – siiP neyotic u desgrnès deé rt sedxuc    B -eLir »    e de lagèn  serétresed La: ib Lnshas onocéd er etunosn     c  L -teinrérptita don eeGmriaenM noetro     Commentaier Gden ioatétpr   oretnoM eniameur aut - L   ac ah -aL   b    -  7s Lecoée ut seged  qnicaté Jean de  Pierre-– I tnreéBargnre
  La chanson - Historique   Musique vocale de tradition orale, accompagnée ou non d’instruments, les premières traces de la chanson se trouvent dans le chant monodique.   1 - Moyen Age : La chanson monodique des troubadours et trouvères                     Aux XIIème XIII etème apparaissent les premiers siècles exemples d’une poésie lyrique avec les troubadours puis les trouvères. Les chansons véhiculées par ces poètes musiciens sont inspirées des mélodies religieuses. Ils chantent l'amour de toutes les façons possibles (pure, immatérielle, grivoise, paillarde). Ils s'accompagnent eux-mêmes au luth, à la vièle, ou se font accompagner par des ménestrels (monodie accompagnée). Ils font partie de l'élite intellectuelle de l'époque puisqu'ils savent lire, écrire et faire de la musique.  Cette production est savante cependant, elle contient tous les thèmes de la chanson populaire : chanson à danser, gaudriole épicée, chanson bachique, chanson galante voir érotique, complainte, actualité…  LES TROUBADOURS  A la fin du XIème siècle apparaissent dans lesud de la Francepoètes musiciens, les troubadours. Seigneurs endes majorité, clercs ou roturiers instruits, ils écrivent enlangue d’oc dans un style recherché. Imprégnés de chants liturgiques car élevés dans les abbayes, leurs chansons ont les caractères des chants grégoriens : monodie avec cependant abandon du latin, vers rimés, emprunts parfois de motifs musicaux de danses sur lesquels ils greffent un texte poétique. Ils s’accompagnent de luth ou vièle pour chanter l’amour courtois (pur, immatériel) et l’amour champêtre (chants grivois et paillards).  On note environ 400 noms de troubadours dont Guillaume IX de Poitiers duc d’Aquitaine, Bernard de Ventadour, Guiraut Riquier, Jaufré Rudel.  LES TROUVERES  L’art profane des troubadours s’étend aunord de la Loiredizaines d’années plus tard apparaissent lesoù quelques trouvères. Ils chantent enlangue d’oïl, s’accompagnent d’instruments et font interpréter leurs chansons par des ménestrels, des baladins ou des jongleurs attachés à leur personne ou à leur maison.  On compte environ 600 noms de trouvères, dont certains issus de la haute noblesse : Richard Cœur de Lion, Thibaut IV de Champagne, Colin Musset, Adam de la Halle.  Les genres de chansons:   - la chanson de geste (exploits et hauts faits de guerre, ex: chanson de Roland)  - la chanson courtoise (en hommage à une dame)  - la chanson de toile (interprétée par ou pour les épouses qui attendent leur mari en tirant l’aiguille)  - la chanson satirique (raille ou ridiculise un personnage).    8- «Pos de chantar» - Guillaume VII de Poitiers, duc d'Aquitaine (1071-1127) 9- «Lan que li jor» - Jaufré Rudel (milieu du XIèmesiècle) (texte franco-occitan, chant, luth arabe, rebec) 10- «Ja nul hons pris ne dira sa raison» - Richard 1er, roi d'Angleterre (1157-1199) 11- «Tant ai aiméBéthune, régent de l’Empire de Constantinople (mort vers 1220)» - Conon de 12- «Dame, merci»  Navarre (1201- IV, comte de Champagne, roi deJeu parti entre Thibaud et une dame - Thibaud  1253) 13- «Seigneur, sachiez qui ore ne s'en ira» - Chanson de croisade de Thibaud IV, comte de Champagne (1201-1253) 14 - «Au tens gent que reverdoie - Puisque voi la fleur novele» - Trouvère – XIIèImesiècle  3  
é. Josquin des Pèr,sR lona dedL aus on ceptrntoièrt os ssihpuqites tur ds frextesid naaçèiecsep esncvirordNou  dmoc iuq s tnesopleel sraec shcpaiques ouistocrathc ,atnatne erèigerit an ontdiu p raq iueisnsuciropelEuent courqleuq tnos sussa mes cdes uns ueedio te bmos- er -16a  Licnufrt 25)1            des Près (1451-1 - zterg niuqsoJ- 5  1  ree llMi.e lgsi  evan rel lEt de0.55es L8 52 1ettne 1 ergniatnanerre Attt par Pipilameneeép ircnimprimt es  neenisirap nosnahc a)  L1594532-s (1sausedL na dR loreête ortiarép r snad sev ertauqes iolumendandépc  etn,scaocuq i oreeruvsut lar bat a eluotued r laquelle ils ssaoseitn ,uoe cn ed euqidul erèttira pdee yp tceaLc el .ovacuq evantst aon ehansnahcruet edr xualici dtéuns fae itnoa ccuitilasle caracentuant     nr.eedxueL sconc de modeert r tnos stnesérpentraou curjemas c noivivlap raat tout un plaisiriol ud nnoc tpec egéprn é ivenbiest nde lamaco-frfnaos nhcnaL  a pes dnsieicus msed rap etiudorp-flamandn franco ahcnaossép ral . ne    ripaensinahc noste e al ainsrefrets-oupltavimitiio t,)s plou c àitSo. onc tnanretla( stes se regs), elleneq aurtorpune t cntpoom(se veoutamoeépo eésnodsiseruotrcti  é ur des soésies pogétac e  : seirha C  4 cos onnsd epxerssoi nepu naturelle :  Dp seicéresueac srer erchéechets setnesérp sem u ttzicnu  es lesoTtuel ,emliv retantche  boue ta stnforpnes emiteuguetr ntmean ls epxiruqse  ùoons lyri,  Chansoi-mezvrs uyh l : ruomauO - 71  la e oue dpeind nanosdj io sal L   pasreovue cJ edqena niu     - Au vert bois ed  aJenuqni  81e  douprig fesurnahc nosed e al ne  sontparisiend  eeSmrC alduniPie qui nsaiy ise uo notreC erre Paserree Pincorcseia suam eserlC tneméaJ tuqen (in851455-1 q8)iue cxleeld na sce genre. Ses chd snosna tnetonéagime unn,ioatinuhomu  nnug ru ,pouroût vie  la  tacsuitnue psiris même et parfoalc  eri noisulpcldéatame.qua  Lirut ecé ànuud eons hanses cde cq isnia )elacitrve (nehoopom hre rythmique résuleul ue rivavicétim sifplaticn iod et nuiséded ry trOn  ra touvenortudc tn .peio ldee qutitamii sruojuoitarp alat BLa (reerGua L - 12  : sevitpin 2neque Jan) dgianM ra eedialln bo pdel bet es lI  tse niu- 02s descri Chansonssreeruaeirr eaPessuop u ,tnava-jou  A - deu jlytt elielnaqeedJ esto Il ne fit ud yalC eneméaJ t, ur mCes oy mdeaglialdrse:   91nequin Chansons zt ,aLP egd  eeM       Brise de   edenaJoluo eng inqu    arisde P Caq, Leed seu tse ,eFmmtior SLa Gs dee semradneèiS eL ,2 - Le Chant desO siaexud  eaJeninqu         CLassahL ,eC se sirique musigie relL isu.eitnovnneu eaiv nabarmpcolec à elal ed iula musique profaend aqcéuir rnuypolnihoe.que  Crnegp  eemre à tfoli urpvuae eonon phansla c de arF nE .ruoc ed  lneonaç fsee nc eudp uoeexcrcià la vievoir et tse tni sum euqiéeli l àemimt enis emèIVal ,elcè         XAu     erfinuqsi enaaçnson chaypho polaneRassi ecnaL :2   - dess an mune êmrvilec eiuq lbo ige les chanteur s àopes rell viéeosspdirtpan  eapés seieL .seératres qux pe voi ttêvuneuéinerr nemu» sti srrtsnonnsol pLa. ha c eudX IVpyohinuqcle est ème  sièd nasitruoc ua terntha cirvosae  »terv e uil« a diveuer « jo de mm e,»l sen uoeve « lhonnête holivisétipmi nasoesllèg rs le cdeenv faifecq re surti« co» ssan èIVX ud lcèis ema er suirsou cau        e essor.éviratlbtîeru  nledèu  d lr,moe vehceila     uD rmete peical musreeirpmilmid  enaon cdee isçaanrf nosnahc al à 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.